La Voix De Sidi Bel Abbes

Le palace des esclaves ou Le kamis de la mort….par Dr El Hadj Abdelhamid.

Au Bangladesh  le textile fait vivre beaucoup. 80% des exportations et il y a même un ministre du textile. Si tant est qu’un salaire mensuel de 38 Euros fasse vivre une famille.

Mais le textile fait aussi mourir. Beaucoup aussi. Le Rana Plaza ( le palace, le palais, quel cynisme indécent ), immeuble de 9 étages, comptait 5 ateliers du textile.

Son effondrement, il y a quelques jours, a fait plus de mille ( 1000 ) morts. Je laisse le soin d’imaginer la densité inhumaine, au mètre carré, des  » ouvriers -esclaves « , tous morts.

Après le Rana Plaza, un incendie ravage un  autre atelier de Dacca tuant Huit ( 8 ) personnes asphyxiées par la fumée toxique des vêtements en acrylique.

  Lorsque vous portez un kamis du Bangladesh  même acheté à Médine, vous êtes le dernier maillon, le plus important, d’une filière d’esclavage de musulmans, oualadathoum oumouhoum ahrar, nous enseigne pourtant notre religion.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=26753

Posté par le Mai 10 2013. inséré dans ACT OPINIONS, ACTUALITE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

6 Commentaires pour “Le palace des esclaves ou Le kamis de la mort….par Dr El Hadj Abdelhamid.”

  1. hamri

    beau réflexe ce joli texte du docteur footballeur

  2. belamri abdelkader

    Ces derniers temps,les accidents mortels se multiplient dans les pays où l’esclavage économique est appliqué avec impunité.La situation du Bengladesh est préoccupante puisqu’il connait régulierement ce genre de catastrophe et la situation n’ a pas connu d’amelioration au point où les grandes compagnies ,clientes de ces pays, s’inquiétent pour leur image de marque dont la production textile dépend à 70 %.Au Bengladesh, 50% des usines appartiennent aux députés ou sont actionnaires et donc ,les lois en vigueur concernant ce pan de l’économie nationale,ne sont pas pretes d’etre changées.Aussi, 1 habitant sur deux travaille, directement ou indirectement, dans le textile et la corruption ,comme dans tous les pays s/developpés,gangrene la société ;les inspecteurs chargés de certifiés les installations et les usines passent sous silence les malfaçons et autres irrégularités de contructions au détriment de ceux qui s’y entassent par milliers pour trimer et dire qu’on appelle ça ,les palaces.La seule baume au coeur pour les sauveteurs est cette miraculée qui a survécu aprés 17 jours sous les décombres aprés malheureusement 1000 cadavres retirés.La pauvre survivante a du comprendre à ses dépends combien quelques gouttes d’eau sont précieuses et peuvent sauver une vie;exemple à méditer ,

  3. HakemA

    Si je prends votre dernière phrase je dois comprendre que je ne dois plus porter de kamis sinon je suis un esclavagiste!Soyez tranquille je ne l’ai jamais porté et je ne le porterai jamais car j’estime que ce n’est pas un habit de nos aieux celui de nos pères et grands pères étaient plus pratiques plus larges et en été plus comode

  4. HakemA

    A MR hadj abdelahamid

  5. hamdane

    belle idée que cela de venir évoquer cela .merci docteur

  6. tewfikhayii

    Salam,
    Pourtant les Abayas de nos grands pères sont très beaux et j’en ai toute une panoplie.Dommage, j’aurai aimé avoir aussi des sérouels testifa (parachute), malheureusement, ceux qui les confectionnent à la graba, ont laissé tomber la confection faute de clients ou sont tous morts rahimahoume ellah. Je ne peux pas concevoir des kamis. On dirait des tubes cintrés, alors que la vocation première d’une abaya ,est de se sentir à l’aisé et relax, tout le contraire avec les kamis.L’esclavage industriel est terrible dans ces pays injustes, et malheureusement musulmans. Toute la friperie vendue dans les pays occidentaux, est originaire de ces pays et est vendue à des prix dérisoires dans les marchés (des chemises d’hommes 100 % coton vendues entre 5 et 10 dollars canadiens = même pas une heure de travail pour un smicard).
    Ce n’est pas demain la veille où cet état de fait changera. Le système capitaliste
    est implacable,surtout quand il est appliqué par des soit disants musulmans,qui n’ont de musulmans que les noms comme ceux qui tiennent le commerce dans notre pays,mais ça c,est un autre sujet que nous aurons à débattre plus tard inchallah.
    Salam.

Répondre