La Voix De Sidi Bel Abbes

Le dynamique Kazzouz Mohamed nous fait découvrir la localité de HACEIBA ex Magenta) (nature, culture et traditions)

HACEIBA c’est toute une richesse cachée : un patrimoine a connaitre mais aussi une belle nature (voir photos) qui entoure HACEIBA « Ex Magenta n’’hésitez de la visiter un jour cet endroit, vous ne regrettez pas par ces montagnes -forets, même vous pouvez prendre le train d’ici pour aller à Béchar.dit il Notre ami évoquera la fraternité qui existe toujours entre les générations Lors se sa visite Si Kazzouz. Dit ceci « On a été surpris durant notre visite en ce lieu que tout est conservé telles l’ancienne vaisselle, bols, « Zleif » des cuillères des trucs datant plus d’un siècle qui sont toujours préservés au grand musée, qui n’existe même pas dans notre chef lieu. Parlant des traditions d’accueil et d’hospitalité légendaire Notre source parlera des bonnes habitudes conservées telles celles de l’accueil des invités et le succulent «COUSCOUS », qu’ils servent mais aussi la grande organisation dans la façon de servir- de faire assoir des dizaine d’invités avec le sourire et le TIRHAB pour déguster le couscous préparé par toutes les familles de cette commune. YAHASSRA WIRAHA DIK TAJMIA. Et là notre source évoqua la danse « NEHARI » avec
MOHAMMED CHAHED leader du groupe « OULED BALAGH » de la commune de Hceiba en compagnie des plus anciens danseurs des vieux âgés de 80 à 95 ans exécutant avec une très grande joie cette fameuse danse NEHARI et qui ont dansé durant cette fête annuelle. Il est à noter le maintien de la  » TOUIZA  » et ce concernant le couscous offert à tous habitants et invités, que chaque famille de Hcaiba prépare pour cette fête annuelle.
Poursuivant son résumé tel un reportage ou récit captivant a l’aide d’images notre ami Kazzouz écrira cela « On se croit être durant l’Aid El Fitr ou Adha , mais c’est simplement une journée de fête dans une « spéciale commune » appelée « HCEIBA » ex MAGENTA . Vous ne pouvez pas imaginer les enfants comment ils furent contents On dirait, c’est un jour d’AID.
Tous les marques de bonbons -Nouggat – jouets tous cela a fait plaisir à ces enfants, Et pour situer celle localité du sud de la wilaya et des plus accueillante et hospitalière il fera une petite remarque relative à sa situation géographique car HACEIBA n’est qu’à 60 km du chef lieu de wilaya. Alors n’hésitez pas a visiter toutes les HACEIBA de notre wilaya Bon séjour mes amis (es) !.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=68133

Posté par le Mai 12 2016. inséré dans ACTUALITE, CULTURE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

4 Commentaires pour “Le dynamique Kazzouz Mohamed nous fait découvrir la localité de HACEIBA ex Magenta) (nature, culture et traditions)”

  1. Mme CH

    C’est l’Algérie profonde qui garde encore ses traditions, ses coutumes, sa culture, son identité, son originalité, sa simplicité, sa modestie, sa générosité…..!!!

    Je ne vois pas pourquoi, ces gens quittent leurs belles régions pour venir en ville au lieu de s’accrocher à leur terre en la travaillant bien sûr….!!!! Et je ne vois pourquoi les responsables n’aident pas ces gens pour rester dans leurs villages…!!!!!??

    Merci pour ce bol d’air frais, propre et naturel…loin de l’hypocrisie, l’inculture…et….et….et le Toubbe3isme..!

  2. SBA

    Merci pour ce beau reportage. Bravo !

  3. ABBES2

    Vive nos traditions vive nos coutumes mais tant qu’il sont loin de toucher à notre religion.
    Je suis impressionné par ces belles photos parlantes, mais loin des tombeaux .
    En voyant cette vaisselle mon esprit s’est dirigé droit vers notre Dr DOUAR que je salus.
    Bonne journée

  4. elabbassi

    c’est bon comme reportage
    mlih…mais l’agriculteur algerien doit sortir
    de son archaisme..la dense et les habits traditionelles
    homme comme femme comme junes et petits doit
    se porter apres salate el asre apres avoir terminer le
    travail  »en tenue » casquette djean lunette antipoussiére calpin de note
    crayon sur l’oreille caculatrice dans la poche homme comme femmes
    feumme et jeunes etudiantes sur tracteur sur camion hachara..
    il faut sortir l’agriculteur algerien de son archaisme..

Répondre