La Voix De Sidi Bel Abbes

Le docteur Ouldennebia Karim hôte d’honneur de notre journal.

La voix de Sidi Bel Abbes a le plaisir d’accueillir une grande personnalité de l’ de l’université Djilali Liabes, et ce comme hôte d’honneur de notre journal, et c’est avec plaisir que nous accueillons le docteur Ouldennebia Karim.

Le docteur Ouldennebia Karim.est enseignant chercheur en Histoire, maître de Conférence /A, en Histoire moderne et Contemporaine à l’institut d’Histoire/Université Djilali Liabes, il a su, comme il le reconnaît dans son entretien et le plus modestement honorer la dette qu’il a contractée envers son défunt père un assidu de l’Histoire d’Algérie. Ce fils d’une famille des plus honorables au vrai sens du theme natinaliste pieuse et laborieuse est natif de la ville de Sidi-Bel-Abbès. Grâce à une culture assez diversifiée et bilingue, Karim était  à l’époque devenu l’élève gâté de son propre père. Après le bac il décroche une licence en Histoire à l’université d’Oran, suivi d’une entrée excentrique pour un jeune qualifié mais timide et timoré dans le monde de l’éducation à Ain Témouchent. Après le service militaire à Tindouf  et sa riche expérience, un retour au Lycée fini par le persuader qu’il faudra se suralimenter et passer à la vitesse au grand V pour les études supérieures .Notre Karim réussi au concours en 1996 avec une persévérance constante. Il décroche un magistère sur le thème de « la commune mixte de Ain Témouchent », suivi d’un doctorat en Histoire sur « l’ADM coloniale en Algérie ». « Si l’Histoire sert à quelque chose, c’est à ouvrir les yeux », disait il. Nous voilà donc les yeux dans yeux, nous allons l’aborder en toute confiance pour une entrevue amicale.

VDSBA : Commençons par une question pertinente et approprié au contexte. Vous êtes natif de Sidi-Bel-Abbès, vous êtes donc Bel-Abésien ?

Ouldennebia Karim : Oui, même si ce n’est  pas une évidence. En effet je suis né à Bel-Abbès ou j’ai grandis au suintement de l’espace du quartier Sidi-Yacine plus particulièrement au Bd Zabana,j’ai fréquenter les bancs de l’école Voltaire. Après c’était le lycée Azza, les études et le sport.

VDSBA : Vous aviez alors une allure sportive, relatez nous un peu ?

Ouldennebia Karim : Relater le sport, c’est raconter une époque.je peut vous certifier que nous étions sans doute la seule ville en Algérie ou il exister une compétition de Handball inter-quartier. J’avais aussi une licence junior en athlétisme et bien sûr en Football.

VDSBA : On peut dire, que vous avez une empreinte nostalgique de cette époque ?

Ouldennebia Karim : Absolument, une marque qui révèle l’influence profonde et durable de ces années là. Comme la plupart des Algériens de ma génération.

VDSBA : Et les études, vous étiez plutôt bucheur, n’est ce pas?

Ouldennebia Karim : Disons quelqu’un qui étudie avec énergie et opiniâtreté. J’ai représentais par deux fois mon établissement aux fameuses compétitions inter-lycée dans la matière de l’Histoire. J’avais plutôt une vocation dans cette discipline.

VDSBA : Une vocation vous dites ?

Ouldennebia Karim : Oui, un penchant ou disposition pour l’Histoire depuis mon jeune âge .Je suis un passionné de l’Histoire depuis toujours.

VDSBA : Nous voilà arriver à cette « Histoire » que vous aimez tant. Vous pensiez  à cette époque à en faire une profession ?

Ouldennebia Karim : Je pensais surtout à un style de vie. Il faudra compter sur les paroles et les encouragements de mon défunt père  incitant à l’effort: « Il faut toujours suivre ça vocation » disait-il.

VDSBA : Selon vous qu’est ce que l’Histoire ?

Ouldennebia Karim : Je peux vous résumé ma réponse en trois mots : l’Histoire c’est la connaissance du passé humain. Voilà la connaissance elle peut être académique et scientifique comme elle peut être simple, populaire et subjectif qui procède d’un point de vue individuel et personnel. Cela dépend de la source puisque elle s’attache avec ces sources à reconstruire plusieurs pans du passé.

VDSBA : Vous voulez dire que le faux et la falsification viennent de la source ?

Ouldennebia Karim : Je veux dire qu’il n’y pas une seule Histoire mais plusieurs. L’histoire est d’abord une science humaine, elle est un récit donc un texte, construit non par intuition intellectuelle, mais à partir de sources. Vous savez la définition de l’Histoire a fortement évalué et changé depuis Hérodote et même Ibn-Khaldoun.

VDSBA : Justement quels sont les sources de l’Histoire ?

Ouldennebia Karim : Tout avec un grand « T » disent les Historiens, tous ce qui peut rapporter une vérité sur le passé humain depuis l’avènement de l’écriture. Il y’a les sources écrites c’est-à-dire les textes, les témoignages (oraux), l’image t enfin les documents matériaux (un sabre,mosqueés,voiture…).Mais ces sources deviennent documents par une construction de l’historien et résultent d’une sélection et d’un questionnement particulier.

VDSBA : Particulier vous dites, mais pourquoi ?

Ouldennebia Karim : Parce que la conception de ce passé humain est envisagé sous l’angle de la question qui lui a été posée.

VDSBA : Vous voulez dire qu’avant l’écriture l’Histoire n’existé pas ?

Ouldennebia Karim : Oui, avant ce n’est plus l’Histoire mais la préhistoire.

VDSBA : Mais l’histoire est surtout une pratique sociale, non ?

Ouldennebia Karim : L’histoire, qui n’est pas seulement une réflexion sur le passé, se construit selon une « méthode scientifique » qui s’appuie sur un ensemble de sciences auxiliaires qui aident l’historien à construire son récit. C’est vrai aussi qu’elle est une pratique sociale puisque elle s’écrit dans le présent des hommes .C’est pour cela qu’elle est convoitée. L’histoire a vu son champ s’élargir progressivement vers presque dans tout les domaines. L’historien a « colonisé » le territoire de la politique, l’économie, la religion, la diplomatie…et autres.

VDSBA : Etre historien, ce n’est pas chose facile ?

Ouldennebia Karim : A qui vous le dites (rires).Je préfère de loin me définir comme enseignant chercheur et croyez moi j’ai toujours placer la notion d’enseignant  avant celle de chercheur .Pourtant beaucoup de gens écrivent sur le passé et pensent  par réflexion ou par naïveté qu’ils écrivent l’Histoire. Je vous rappelle la célèbre citation : « Tous ceux qui écrivent la poésie ne sont pas forcément des poètes ».Eh, bien c’est la même logique en Histoire qui se divise en deux versants le premier c’est le texte lui-même dont la source ne peu être que le document référencié comme un billet de banque cela demande une présentation spécifique de la méthode Historique. Le deuxième le plus difficile c’est l’explication du texte établi, on sollicite une démarche scientifique c’est-à-dire une doctrine ou école de pensée pour donner un « sens à l’Histoire » justement. On ne peut expliquer  le texte Historique par des opinions personnels ça n’a pas de sens. L’Historien est obligé de savoir un minimum d’idées de Saint-Augustin,Ibn-Khldoun,Hegel,Marx ,Freud,Braudel… et autres.

VDSBA : Pourtant j’en connais qui ont écris de bons ouvrages sans ces conditions avertis ?

Ouldennebia Karim : Oui, tout a fait, ce qui nous force à accepter que nul n’est parfait. Eh tout le monde vous diras qu’il y’a plusieurs Histoires (on la déjà dit n’est ce pas ? ) Aussi  cela explique qu’on emploie plus le mot « savant », on dit plutôt expert ou spécialiste .Vous comprenez  pourquoi ! On ne peut pas être spécialiste dans plusieurs domaines à la fois. Ce n’est pas scientifique. L’Historien doit se spécialisé comme l’Avocat, le l’enseignant et même le foot-balleur. C’est un « métier » voilà tout. On peut écrire l’Histoire sans être un professionnel, mais ont dira qu’elle est non-conforme.

VDSBA : Quels sont vos domaines de compétence en Histoire ?

Ouldennebia Karim : Dans le domaine de la recherche je citerais : Décolonisation , Histoire du Mouvement National et révolution Algérienne -1830-1962, Historiographie Coloniale ,études Monographiques et  Orientalisme Savant en Algérie.

Dans le domaine de la pédagogie, je citerais les Méthodes de Recherches et Ecoles de pensées ainsi que les études critiques sur l’Histoire de l’Algérie.

Il faut savoir aussi que ma responsabilité comme chef filière LMD science humaine et responsable de la pédagogie me prend énormément de temps.

VDSBA : Pouvais vous dresser à nos lecteurs les grandes lignes de votre programme de recherche ?

Ouldennebia Karim : Je suis membre d’un laboratoire de recherche : Algérie, histoire et société depuis 2007. Je suis expert de Projets nationaux de recherches (PNR) au centre de recherche Crasc. Directeur d’un projet de recherche universitaire intitulé : Histoire de la commune coloniale en Algérie qui va jusqu’à 2013.Chef de projet post-graduation de Magistère en Histoire de l’Administration coloniale. J’assure la responsabilité de formation d’un nombre de doctorants et formation en mastère- et école doctorale en Histoire. Je travail enfin sur des projets nouveaux ce qui explique ma visite en France au mois de juin dernier, notamment l’Histoire de « l’état civil des Algériens », Historiographie coloniale et nouvelles méthodes d’études monographiques en Algérie. Dans mes travaux de recherches j’ai délibérément associé les sciences auxiliaires pour plus de rigueurs et exigences intellectuelles mais aussi pour acquérir plus de connaissances méthodologiques .Vous pouvez l’établir à la suite d’une observation des multiples titres de mes travaux publiés, notamment sur l’Iconographie, la démographie, la chronologie, la philologie et la toponymie.

VDSBA : Vos récentes publications ?

Ouldennebia Karim : En résumé, des dizaines d’articles en arabe et en français dans des revues académiques et des journaux notamment le Quotidien d’Oran, des ouvrages collectives sur l’histoire de Sidi-Bel-Abbès, des actes de colloques. J’ai des publications académiques à l’étranger qui selon ma propre conviction touchent à de nouvelles approches méthodologiques aux études monographiques basées sur l’expertise des documents d’archives de  l’administration coloniale locale en Algérie. Je peux vous cité  : « Lois Foncières   et  état civil  en  Algérie  Coloniale »,  et « le village Badrabine, modèle d’habitation coloniale en Algérie», tout deux publiés à Tunis. Ainsi que des études d’approches  sur les élections locales dans une commune mixte et commune de plein exercice. Mes contributions dans les colloques internationaux en Algérie et à l’étranger vont aussi dans ce sens.

VDSBA : Peut-on savoir quel sujet vous préoccupe actuellement et dont vous compté actualiser en un ouvrage érudit ?

Ouldennebia Karim : Je ne vous le cacherai pas, je travail sur une biographie détaillée sur mon oncle Chahid OULDENNEBIA AEK (dit Kouider), tombé aux champs d’honneur à Oran pendant la guerre de révolution après un ensemble d’événements imprévus et mouvementés d’actions de fida au cœur du ville coloniale. Il fut tué par l’OAS en 1961 après une course poursuite incroyable. Je rêve de mettre à jour les sacrifices faite solennellement d’un fils de l’Algérie combattante

VDSBA : Avez vécu une expérience particulière dans le domaine de la recherche que vous aimer partager avec nos lecteurs ?

Ouldennebia Karim : Ah ! J’ai accepté une demande de publication émanant du site djemila.be (Bruxelles-reconnus par l’Unesco), de mon article sur Ain-Temouchent parut dans une revue d’un labo de Constantine. A ma surprise générale, Des années après le terrible séisme qui a frappé la ville le 22 décembre 1999,je reçois plusieurs messages du Canada et France… de la part d’organismes en rapport avec la séismologie me réclamant mes sources sur l’article puisque j’ai évoqué le premier séisme ayant frappé (Ain-Temouchent) ,une cité antique au nom d’Alboulae « avait été détruite dès le septième siècle par un terrible tremblement de terre et de violents incendies ». Juste après j’ai reçus un message du département de séismologie de Bouzaréa /Alger. J’ai compris que dans mon article je venais de mentionner un « petit détail » devenu important  après le « deuxième » tremblement de terre à Ain-Temouchent. J’ai bien sur donné toutes mes sources. J’ai aussi compris autres choses que je laisse à nos lecteurs le soin de deviner. Et finalement j’ai reçus (très honoré) un message du département du centre de séismologie de Bouzaréa certifiant que mon article à été officiellement répertorié dans la carte séismologique de l’Algérie. Ma joie fut grande parce  que j’ai constaté que le Sismologue (qui ne peu étudié le passé historique) avait finalement besoin de l’Historien. Et croyez moi, je suis fière d’exercer le métier de chercheur en Histoire.

Sur ce détail, permettais moi Mr Kadiri de vous remercier pour votre invitation qui m’a énormément honoré et d’une manière très nette je salut out les internautes. Cordialement.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=7382

Posté par le Août 23 2011. inséré dans ACTUALITE, HOTE DU JOURNAL. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

55 Commentaires pour “Le docteur Ouldennebia Karim hôte d’honneur de notre journal.”

  1. dekkiche paris

    vous nous fates decouvrir une autre personnalite du monde universitaire un peu trop en retrait des mutations locales.c’est un autre debat belabbbesiano.belabbesien car cette elite se doit assumer son historique role.son retrait n’est pas justifie .cette adversite est pendante au bled.karim bievenue dans la grande courqui a su tes merites et celle de si youcef que je connais selon blel.el achba etayiba je salue mon cousin kadiri et tous elabbabssa.

  2. yahia

    Quel plaisir de te lire Mr Kadiri et quel autre plaisir que d’avoir parmi nous Mr Ouldennebia Karim que j’ai cotoyé puisqu’on a enseigné ensemble au lyçée Draa .Une belle perçée ;vous avez toujours aimé bien travailler et ce n’est que le fruit de tant de labeur.Je suis fier de toi Karim.Le salut de la part de yahia le prof de sport .

  3. benali alger

    un seriux prof au lycee dra fatima (amarnas de sba) il honore ce journal.

  4. hassen ben hamouda

    lah ybarek ca fait plaisir qu’on a un homme comme lui.

  5. kebdani oran

    on est content de connaitre les intellectuels de sidi bel abbes car la fac les broie et puis aucun impactsur la societe des cours des td des passes passeset puis ceci est una affaire de abbabsas.bon vent karim.

  6. tewfik-adda

    des bélabésiens comme karim existent bel et bien et dans des domaines divers ,avec un peu de reconnaissance et de considération cette crème de la ville,pourra à coup sur permettre au « Petit Paris  » de retrouver son lustre d’antan il faudra juste un fil conducteur pour y parvenir !!

  7. un ancien

    La crème de la ville on la prenait au glaci-sud chez fernandez face au collège Leclerc aujourd’hui lycée el-haouès et du p’tit paris certains ont rejoint le grand paris et la zlabya et le sfendj c’était chez notre Tounsi el-abbassi et zeri3a ouel kaoukaou chez notre ami abbès Tex

    • Hassan

      Effectivement on prenait la crème chez Mr.Fernandez en été et des beignets en hivers avant d’aller voir un film au cinéma l’Olympia.

    • tewfik-adda

      il ne s’agit pas de la meme creme , cher Mr « ancien » , sinon les débats vont encore une fois s’orienter vers le vide ..

      • un ancien

        Non cher tewfik car tout ce qui relate une partie de l’histoire de notre cité ne s’orientera en aucun cas vers le vide surtout venant des enfants qui vivent un peu éparpillés au 4 coins de la planète et de ceux-là je dirai que ce n’est pas de la crème mais de l’onctuosité humaine pleine de sagesse,qui n’ont jamais perdu leurs repères .
        D’océanie ,d’Amérique,,d’Afrique ,d’Europe d’Asie ou certains de mes amis ont élu domicile et ou ils vivent depuis des décénies ont une pensée pour notre belle ville que fut jadis bel-abbès le p’tit paris .je leur dit bien des choses et qu’ils se souviennent du coin du versailles ,et de notre feu tailleur Gilbert ou nous allions faire nos habits sur mesure ,en prince de Galles, mohair ,et en alpaga et je paris qu’ils se reconnaitrons .
        Toutes mes amitiées bel-abbésiènnes

        • tewfik-adda

          cher weld bled ! je te comprend , nostalgie qd tu nous tiens !! mais là et je l’ai écrit à maintes reprises il faut passer à l’action , rassembler cette « onctuosité » comme tu dis , il y’a urgence , il faut s’unir pour sauver les meubles , dépasser les constats car on en a trop fait .la maison ne peut etre sauver que par mouwaliha !!
          au plaisir /

          • un ancien

            Certes qu’il faut sauver les meubles ou du moins ce qu’il reste ,mais il faut que ce soit ceux qui vivent au milieu du tard à faire le premier pas et commencer par ravaler ,car je ne vois pas comment on peut entammer une constructionen commençant par la toiture si,l’on délaisse les fondations .
            Et puis j’ai lu un article sur l’urbanisme et tous ces ronds-points ,donné à un pseudo architecte qui parait-il sort d’un très grand établissement d’Art moderne Américain,et v’là les dégats qu’il a causé ;
            pour en conclure j’ai lu qu’il y-a un nouveau SBA khayi qui se construit sur unsite que je ne nommerai npas par politesse.
            à te lire sur le nouveau tout le plair est pour nous
            donc bon vent et que la sagesse l’emporte

            • beka

              à toi « un ancien  » : ça veut dire quoi « un nouveau SBA qui se construit » ? J’avais cru comprendre que la nouvelle ville était à sidi djilali… merci pour tes infos

              • un ancien

                ya Beka slm alykm,quand j’ai parlé d’un nouvel endroit ou l’on peu dialoguer avec des bel-abbésiens de par le monde à condition d’avoir une adresse ,et d’integrer le groupe c’est le nouveau groupe de sba khayi et non la cité sidi djillali ou bien les immeuble hasnaoui .
                Crois-moi les dialogues vont bon train et si tu veux plus de renseignement dit moi ou je peux te contacter .ALLER BONNE SOIREE

  8. Mohamed Paris

    Un très grand Monsieur que j’ai eu en cours au lycée Draa Fatima il y a 12 ans de cela , Respect Docteur !
    Je citerai aussi Mr Laawedj ,Mr Othmane Et Mr Bensenoussi .

    Bien cordialement

    • Hassan

      Bonjour Mohamed
      Je vous serez tres reconnaissant si vous pouvez me donner des nouvelles de mon ami Bensenoussi .J’ai perdu le contact avec lui apres son départ pour la Grece. Je parle de Housni dit Ahmed, l’ingenieur en économie miniere.
      Merci d’avance.

      • m.mohamed

        monsieur hassen pour Habib bensenouc iprof de sports au lycce amarnas si vous etes d’accord, remettez votre email a l’admin je lui donnerai les coordonnées actuelles telephone e.t.c et connaissant l’efficacite dece journal vous aurez ces coordonnees que réussisse cette creation.saha ramadhanek

  9. chaib draa tani djamel

    j’ai assisté a la conférence sur l’emir abdelkader donnée par karim ould nebia franchement c’est un doué bonne chance karim et d’avance aid mabrouk inchaallah

  10. abbes megherbi

    cher karim,moi qui a eté collegue de ton defunt pere pendant de tres longues annees ,je peut te dire que tu representes dignement celui-ci et que je suis fier de toi.

    • karim OULDENNEBIA

      Merci Mr Abbes Megherbi.
      On n’est point un homme d’esprit pour avoir beaucoup d’idées, comme on n’est pas un bon général pour avoir beaucoup de soldats. Mr Megherbi votre réputation d’Homme de civisme et de culture, votre respect de la valeur et du bien fondé vous précède là ou vous allez. On le voit bien là ou il y’a « devoir, tache ou obligation de civisme», vous êtes présent. Déjà joueur (au temps du Nadit-Onaco,je me rappelle),vous étiez un meneur d’Hommes est un gagneur .Notre ville a besoin d’Hommes comme vous (ce n’est pas un compliment gratis-rani saiim). Sachez, Monsieur que je vous estime et que votre reconnaissance m’honore. J’apprécie énormément.
      Bien cordialement.

  11. benali alger

    un des dignes fils de ma ville natale cela était nécessaire et en plus instructifs pour les générations qui montent.un mot le journal avec cette page hôte se caractérise par une hauteur de vue de ses propriétaires qui m’a ton signifie le font bénévolement..

  12. Hassan

    bonjour Mohamed
    Merci pour votre réponse Il ne s’agit pas de la même personne.Le Bensenoussi que je cherche est un ancien éléve du lycée Leclerc qui a fait la Tchécoslovaquie.
    Bien à vous et bon Ramadan.je sais que cela n’est pas facjle à l,étranger.

    • Mohamed Paris

      Merci Hassen , Je vois qu’un autre Mohamed a répondu à ma place , et par la méme réponse en plus , je faisais allusion à Bensenoussi le prof de sport , Désolé .
      Saha Ramdankoum les frères

  13. kaddous cv centre ville

    cher ould bled on fera avec vous la recherche si on a des details l’annee de scolarite les profs enfin 3ou4 noms je suis pret a le faire.en retraite cela mederange pas si j’arrive c tant mieux.le contraire j’ai agi.

  14. mestari sba

    un intelectuel qui a bosse dur il nous honore beucoup.

  15. habouchi Aek

    Bonjour ! Cher ami ,je concois que vous avez du punch…Allez y ne vous decouragez pas car ce n’est que le travail et la prouesse d’une bonne oeuvre qui paye…

  16. habouchi Aek

    merci, cher ami

  17. tewfik2

    continuez khayi belabbes s’enorgueille de sa progeniture serieuse et entrepenante.vas y.

  18. youb(canada)

    Voilà un sage belabbesien comme karim qui mérite le grand respect …Bravo mon frère continue khayi je suis fière de toi …

  19. karim Ould-Ennebia

    Karim ONLDENNEBIA
    Remerciements,
    Vous savez tous que le meilleur ami de Merci c’est beaucoup, c’est pour cela aussi qu’il ne faut pas dire peu de choses en beaucoup de mots, mais beaucoup de choses en peu de mots.
    Très chers amis, je vous remercie pour tous les mots témoignant de la reconnaissance et la gratitude ressentie envers ma personne.
    Un simple commentaire je sais ne coute rien mais produit beaucoup. Il sera une source d’inspiration pour garder confiance en soi et forger une société juste, forte et digne, face aux défis éthiques de notre temps. Et je vous assure qu’il est très apprécié, d’abord parce qu’il est spontané mais surtout sincère. Cordialement.
    Encore merci + beaucoup.

  20. un patient qui patiente

    mr Ould Ennnebia vous êtes Dr en quoi svp ? car je recherche un dr en phlébologie pour les pieds qui enflent
    merci de bien vouloir m’apporter renseignements

  21. larbi

    salut Karim
    larbi reguieg qui te salut de l’autre coté du globe et souhaite bonne continuité…le succes est au bout des efforts ….je recherche le amil de Labair abbes ex prof histoire /geo lycee Azza
    merci khayi

    • Karim OULD ENNEBIA

      Bonjour,Larbi.
      C’est une joie innefable que je reçois enfin de tes nouvelles.
      Oh ! là,là,c’est là ! un plaisir indicible.
      Je m’éxcuse du retard,c’est bon j’ai fait passé le msg .
      Labair abbes est enseignant dans le départ-sociologie.
      Fac des lettres (Univ_SBA).

  22. karim le doc

    Errara:
    lire Un plaisir au lieu de un plaisir
    lire Excusez moi au lieu de je m’excuse
    lire j’ai fait passer au lieu de j’ai fait passé

  23. karim le doc

    Errata:
    un sentiment innefable ne peut s’exprimer par les mots.

  24. حـداد

    السلام عليكم، لا أدر إذا كان مسموحا به الكتابة باللغة الوطنية ، لكن سأحاول.
    أستاذي الكريم ولد نبية، لكم كنت سعيدا أثناء لقائكم بسكيكدة ، ومن خلال قراءتي لحواركم في هذه الجريدة- التي أحييى طاقمها- تبين بأنكم عانيتم واجتهدتهم بصدق وإخلاص في سبيل -علم التاريخ- ودوره في المجتمع. و أنتم من الوجوه الجزائرية التي لابد أن تسطع على الساحة ….ولا تبق قبلتنا وجوه شرقية أو غربية ….تحية أخوية ….

    • BD

      Bonjour Mme TARI?
      Dites- le avec la même amabilité à ceux qui écrivent en espagnol ou en anglais ou bien apprenez la langue du pays qui vous a vue naitre, vous en seriez que plus crédible.
      Merci

    • KARIM

      Mr HADAD Ahmed est un Ami, il habite la ville de Milla, il travail à Constantine .Notre dernière rencontre remonte au début de ce mois dans la ville de Skikda. Son msg est simple mais pas simpliste. Merci à tous.

  25. ouhibi reda

    l’auteur est mr haddad de la ville deskikda qu etetait appelee philllippeville il salue grossomodo son ex professeue de lucee monsieur karim ould nebia qui a deserte au passage et inexplicablement la voix desidi belabes qui lui avait consacre un entretien ce n’est pas trop important je vien,s de doinner l’essentiel de la traduction sur le doct ould nebia c mon avis

  26. Ould Cadi M.

    Cher Djil BD
    Je comprends ton exaspération devant les interventions intempestives de TR qui donne prise à de fieffés crétins pour nous jeter l’opprobe.
    En tête de liste Anti-virus dont l’efficacité douteuse n’a pas permis de prévenir la corruption du corps social algérien;
    _ ni de prévenir des boucheries sanglantes;
    _ni d’avoir empêché le détournement d’une Révolution qu’il bafoue en l’industrialisant comme une rente,
    Tel un lamentable corbeau il s’érige en censeur d’une jeune fille pour lui dire quoi penser!
    TR peut avoir beaucoup de défauts et se montrer exaspérante ( que oui!) mais elle et certains pieds-noirs qui s’expriment peuvent avoir le bénéfice du doute car ils essaient de reprendre langue.
    Les autres sont bien à l’aise dans leur racisme anti-bougnoul ordinaire et confortent les rangs du FN.
    Tari n’echappe pas toujours au conditionnement culturel de son vécu mais elle ne peut être mise dans le m^me sac.
    Tu le sais, je suis accessoirement parent avec Arnaud Montebourg car cousin de sa mère Leila et lui qui a brigué la présidence et va jouer les arbitres dans la présidentielles a toujours proclamé sa fierté d’avoir un grand-père Algérien.
    Tari et Virus sont les deux faces d’une même médaille, celle des fausses monnaies.
    Trompez vous tous seuls mais ne prenez pas le forum en otage SVP

    • BD

      Bonsoir cher Ould Cadi M.
      Hélas , les cheveux gris sur ma tête ont pris la place des souvenirs et ma mémoire blanchit et parfois flanche.
      Et tu ne m’as pas fourni suffisamment d’indices pour pouvoir t’identifier puisque, apparemment on se connait.
      R.Tari nous ressemble, prisonniers que nous sommes du choix cornélien , entre amour et raison.
      Je ne peux lui en vouloir, sinon je m’en voudrai aussi.
      Je te souhaite une excellente nuit mon frère!

  27. sans reproche

    BD ould bladi, on ne manipule pas si aisément un Ould Slimane. Du nerf, que diable ! De deux choses l’une: ou bien ce Ould Cadi n’existe que dans l’esprit et par la volonté, ou disons le pouvoir maléfique d’un usurpateur qui répond à ce qu’il lui a fait dire auparavant pour faire accréditer des thèses qu’il souhaite partager avec le lectorat; ou bien s’il existe, il devrait se mettre en quarantaine en raison du passé peu glorieux de ses aieux (voir surWikipédia Arnaud Montebourg – notes et références n°3- Berbéritude républicaine.)

  28. un étudient

    bon soir prof, tu est un vrai docteur , mais tu ne peut pas étre un vrai
    chercheur dans se bléd, élas, a belabes en connait hasnaoui, hawwet,refref,……., mais pas karim, la3wej,….. et beaucoup d’autres. le compus c’est le simetiere de la sience ,et un suisside sientifique…………éh,cé mon avis.et je m’éxuse a tous.

  29. assala

    une encienne eleve de toulouse lycee amarna,ca m’a fait plaisir de voir mon professeur d’histoire je me souviens tres bien de lui parce qu’il etait tres fort ,et il merite cette hommage je remercie la voix de sidi bel abbes qui pence a nos encien .

  30. saidoune

    M.karim les hommes comme toi son rare votre etudiant a sba. bravo allike ya chikhe netmana ilaika el taoufik mina ellah.

  31. Maître Tebib setti

    mon meilleur prof , bonne réussite !
    ton éleve

Répondre