La Voix De Sidi Bel Abbes

Le diktat des taxieurs de la ville de Sidi Bel Abbes

En cette matinée pluvieuse d’avril quelques dizaines de taxieurs ,se sont rassemblés au niveau du centre ville et plus précisément à l’avenue Didouche Mourad ,en causant des désagréments ,dans la circulation routiére.Ceci pour exiger le relèvement du prix forfaitaire de la course qui est de l’ordre de 40 dinars pour toutes les destinations de la ville La majoration de 10 dix dinars revendiquée par les taxieurs,pour fixer la course à 50 DA? est en elle même discutable devant l’érosion du pouvoir d’achat du citoyen, et compte tenu des préstations de services laissant à désirer. Pourtant la réglementation est bien claire,il est exigé des taxieurs la pose de compteurs ,dits taximétres, comme il est d’usage dans les grands centres urbains où la tarification s’éffectue au kilométre parcouru, mais chez nous c’est plutôt les courses de jumelage (prendre plusieurs clients à la fois vers différentes destinations), où tout simplement le racolage des clients qui s’effectue , sur la voie publique, les conditions d’hygiène sont parfois catastrophiques, l’utilisation de la musique à haut débit , le refus de certaines destinations, le mépris du client, des véhicules faisant fonction de taxis occasionnels à la faveur d’insignes aimantés placés sur le toit et les portières , pour devenir par magie, des véhicules particuliers, en fin de journée. Où sont les couleurs conventionnelles, (le jaune) distinctives de la fonction de Taxi comme il est d’usage dans d’autres wilaya? Où sont les stationnements fixes? Où sont les permanences de nuits ,où est la tenue réglementaire tout au moins décente. Cette profession qui s’est clochardisée avec le temps, n’assure nullement le service public qui lui est dévolu . Les services publics (directions des transports,du commerçe,Daira,et APC ) chargés de ce créneau doivent appliquer la réglementation dans toute sa rigueur, et ne doivent en aucun cas pénaliser l’usager lui qui revendique l’installation du Taximétre pour s’acquitter de la prestation de service à sa juste valeur. Finalement, entre le clandestin , et le taxieur il n’y a qu’un pas à franchir, et c’est toujours le client qui est le dindon de la farce dans toute cette histoire qui n’a pas empéché la majorité des taxieurs d’assurer leur service en cette journée maussade d’avril 2011. L’urgence est signalée pour la moralisation de la fonction de Taxieur, afin de mettre fin à cette anarchie ambiante,où n’importe  QUI…….. est taxieur .

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=3510

Posté par le Avr 25 2011. inséré dans ACTUALITE, SBA VILLE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

Répondre