La Voix De Sidi Bel Abbes

Crash de l’avion d’Air Algérie au Mali : Le mystère reste entier

crop_algerie_ images

Le premier rapport d’enquête rendu public hier à Bamako sur le crash du McDonnell Douglas MD-83 affrété à la compagnie espagnole Swiftair par Air Algérie le 24 juillet au Mali n’a pas permis pour le moment d’expliquer l’accident.  C’est du moins la lecture faite par le Bureau d’enquêtes et d’ana-lyses (BEA) français, chargé le 7 août dernier par les autorités maliennes de mener l’enquête technique sur l’accident, qui explique qu’aucune «piste privilégiée» ne se dégage des premiers résultats de l’enquête. Sitôt le dossier en main, le BEA avait indiqué que l’avion avait été pulvérisé à son impact au sol après avoir perdu de la vitesse et viré à gauche pour une raison indéterminée alors qu’il traversait une zone orageuse. Ces premiers résultats laissent un goût d’inachevé puisqu’ils n’ont même pas permis d’écarter la piste criminelle. «Rien ne peut confirmer ou infirmer la piste terroriste», a tenu à souligner Bernard Boudeille, un responsable du BEA présent dans la capitale malienne. Pour le moment les seules certitudes résident dans les données techniques. Ainsi, selon le BEA, il est impossible de comprendre les messages échangés entre les membres de l’équipage du fait que l’enregistreur des conversations dans le cockpit (CVR) ne fonctionnait pas normalement. M. Boudeille notera également que le vol AH 5017 a été victime d’une «chute brutale» se basant sur l’enregistreur des données de vol et cette perte sèche d’altitude est due au «ralentissement de ses moteurs» à son altitude de croisière. Le MD83 aurait ainsi mis trois minutes pour tomber de plus de 30.000 pieds. Le rapport en question fait état d’une déconnexion des systèmes de pilotage automatique du McDonnell Douglas «sans qu’il soit possible de dire si cette déconnexion a résulté d’un automatisme de l’avion ou d’une manœuvre volontaire ou involontaire de l’équipage», a encore précisé l’expert français. Revenant sur l’équipage espagnol aux commandes de l’appareil, le BEA estime, dans son rapport, que le pilote ainsi que le co-pilote n’étaient pas fatigués et que l’équipage disposait d’une expérience africaine, alors que plusieurs hypothèses avaient circulé sur l’état physique de l’équipage ainsi que de son manque d’expérience du ciel de l’ouest africain et de la manière d’aborder ses violents cumulonimbus. Un élément aggravé dans cette région du globe où le contrôle aérien n’est pas le plus performant au moins jusqu’à la frontière algérienne. Rappelons que le vol AH 5017, qui devait relier Ouagadougou à Alger, s’est écrasé dans le nord du Mali environ 32 minutes après son décollage avec 116 passagers, dont six Algériens, et membres d’équipage à son bord, qui ont tous péri. L’épave du MD-83 a été retrouvée dans le nord du Mali, précisément près du village de Boulekessi à cinquante kilomètres au nord de la frontière avec le Burkina Faso. C’est un drone d’observation de l’armée de l’air française, un Reaper, qui a localisé la zone de l’épave dans la région de Gossi. Paris, qui n’excluait aucune hypothèse au crash, n’aura pas les réponses escomptées pour l’instant même si la thèse de l’accident semble la plus privilégiée. Frédéric Cuvillier, le ministre français des Transports, avait indiqué que les autorités françaises écartaient «depuis le début la possibilité d’un tir depuis le sol, hautement improbable, voire impossible». Bernard Cazeneuve, le ministre français de l’Intérieur, déclarait pour sa part que «cet avion s’est abîmé pour des raisons qui tenaient aux conditions météorologiques». Jean Serrat, ancien commandant de bord et président du syndicat, confirmait également que l’hypothèse météorologique est une éventualité probable expliquant que cette saison de l’année est effectivement, du point de vue météo, la période la plus dangereuse. «La température est à son maximum au sol et, avec ces courants d’air chauds de l’humidité remonte de l’Atlantique, tout le long de la Côte d’Ivoire», soulignait l’ancien pilote. Pour le criminologue Alain Bauer, expert en sécurité et connaisseur de la sûreté aérienne, «le contexte de la météo difficile dans le secteur traversé par l’avion rend l’hypothèse de l’accident la plus plausible». L’équipage espagnol avait signalé à la tour de contrôle qu’il changeait de direction en raison de conditions météorologiques particulièrement difficiles. Le McDonnell qui s’est écrasé dans le nord du Mali a été loué par la compagnie Air Algérie à Swiftair dans le cadre d’un contrat de sous-traitance dit «ACMI». Une compagnie créée en 1986, spécialisée dans les vols d’entreprises et la location de sa flotte estimée à une trentaine d’avions dont les McDonnell MD-83, de 18 ans d’âge (167 sièges), mais aussi des Boeing 727 et 737-300, des Embraer 120 et Fairchild Metroliner. Ses clients sont généralement des tours opérateurs et des compagnies aériennes. Elle n’avait jamais connu un tel accident et l’avion crashé avait subi une révision générale deux jours avant l’accident lors d’une escale à Marseille, selon le directeur général de l’aviation, Patrick Gandil.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=54643

Posté par le Sep 21 2014. inséré dans ACTUALITE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

3 Commentaires pour “Crash de l’avion d’Air Algérie au Mali : Le mystère reste entier”

  1. MOH

    Avec nos techniques on croit tout voir et tout savoir mais quand on en a vraiment besoin on découvre qu’on ne voit ni ne sait pas grand chose. Ce n’est pas très rassurant quand on nous dit (souvent) que tout est sous contrôle. Sans parler de tout ce que l’on nous cache volontairement.

  2. OUERRAD

    meme l identification des victimes va encore prendre quelques mois voir , une annee , et les pauvres familles des victimes ? ALLAHOU AKBAR .

  3. BADISSI

    51 français des services de renseignement !!!! c ‘est la clé du mystère

Répondre