La Voix De Sidi Bel Abbes

Le Collectif Médical de l’EPH de Sidi bel abbès rend hommage au Pr Boubekeur.M….par Benkhelouf.K

C’est au nom de toute une  corporation de médecins résidant en chirurgie, devenue chirurgiens généralistes,  ainsi que de tous ceux qui ont servi  de près ou de loin, sous les ordres du Pr Boubekeur.M, au cours de tout son parcours à Sidi bel abbès, qu’un hommage veut être rendu, à travers nos lignes, à celui qui fut le premier professeur ayant permis  l’introduction,  de cette  révolutionnaire maitrise de la technologie chirurgicale qu’est la « cœlioscopie ou la coelio-chirurgie », afin que le personnel médical  destiné à la chirurgie au sein du C.H.U.de Sidi bel abbès, s’emploie à sa parfaite manipulation pour que tous les citoyens en besoin, puissent en nombre important, profiter des bienfaits de cette technologie non « mutilante  ».

Et c’est au sein  de cette nouvelle acquisition qu’est l’EPH de Sidi bel abbès,  uns infrastructure médicale  qui n’a rien à envier à celle d’un pays étranger, de par la parfaite  organisation qui y règne à tout les niveaux, que nous nous sommes rapproché du Dr Beldjilali , chirurgien généraliste, chef de service médical de l’EPH qui a bien voulu avec grande émotion, nous parler de cet irremplaçable maitre qu’est pour lui jusqu’à ce jour, le Professeur Boubékeur et tenait avec la sincérité de ses mots l’honorer pour « les vertus personnelles exemplaires », de ce grand homme, et ses maints engagements quotidiens à la tête, du service chirurgie du CHU de Sidi bel abbès et des étudiants en résidanat qu’il avait sous sa charge. A ce sujet il dira

« Son attitude était d’un idéal humaniste, d’une autonomie et d’une ouverture aux autres, et une fidélité collant à la peau de l’homme et du praticien, comme un papillon de nuit à un néon. C’est ensuite un praticien qui prend le temps d’aller vite, comme l’exige la médecine d’urgence vitale. Dans son service, il mis  en pratique  tout son savoir-faire et son savoir-être, en cultivant comme nul autre des relations confiantes avec son équipe et ses patients, et dans ce conteste, tout le monde se rappellera que c’est lui qui a lancé la première intervention en coelio-chirurgie a sidi bel abbès », a lancé le Dr Beldjilali. Qui ajoutera encore « Son amabilité, sa courtoisie et son dynamisme attesteront toujours que l’homme aime la vie. Mieux encore, il sait la faire aimer à tous ceux et celles qui l’entouraient professionnellement. C’est là, le privilège des hommes accomplis ». C’est en ces termes, combien sincère et émouvant, que le Dr Beldjilali chef de service médical, s’est adressé à nous, en simple étudiant qu’il demeure, pour qualifier, son maitre le Professeur Boubékeur, ex chef de service en chef, du C.HU de Sidi bel abbès. Et comme pour clore cet hommage, il nous confiera aussi « Le CHU de Sidi bel abbès fut une très grande école et une grande famille où nous travaillons tous ensemble. Et nous étions fier d’être sous ses ordres, et nous avions beaucoup appris pour nous nous parfaire et être toujours au plus près du patient ».

Mr Bennabi,  un autre responsable de qualité que l’EPH a su charger du suivi de la formation et de l’encadrement paramédical, qui à son tour a été sous les ordres du professeur Boubekeur, qui nous confiera-t-il « excelle, dans ce qui constitue cette autre vertu cardinale qu’est le sens de l’organisation d’un service de chirurgie, avec une méthode rigoureuse, permettant de distinguer l’essentiel de l’accessoire. Et nul ne peut contester, le parfait enseignement, de ce grand maitre » Il nous rappellera aussi sa contribution et sa participation à de nombreux comités scientifiques… ou son goût sans cesse réaffirmé pour l’enseignement, la recherche universitaire et la formation de ses pairs.

Nous rappellerons que L’EPH, en ce début de lancement de ses activités, possède 2 chirurgiens généraliste-1 gynécologue- 2 réanimateurs…A cet effet, la première intervention  chirurgicale sous colonne CV de coelio-chirurgie a été réalisée le 11 juin 2013, avec un grand succès, par le Dr Beldjilali qui l’exécuta  fidèlement, après les recommandations du Pr Boubékeur qu’il ne cesse à ce jour de consulter. « C’est le premier qui m’a encouragé et aidé a  faire  la première intervention » nous avouera le Dr Beldjilali

Le service de chirurgie de cette infrastructure  qui possède 03 blocs de chirurgie, réalise plus de  12 interventions de ce type par semaine, avec un seul bloc depuis son inauguration il y a 2 mois et envisage de parvenir 9 interventions/jour  soit 45 interventions et plus /semaine lorsque les deux autres blocs seront fonctionnels par l’apport d’un personnel spécialisé. Il nous a été permis d’apprendre la réalisation de chirurgie pédiatrique et que très bientôt  le service commencera la chirurgie gynécologique

Ces deux personne que nous avons côtoyé, dans cet EPH, nous avanceront que la partie technique de l’infrastructure est « très homogène et bien organisée, grâce à la parfaite  et minutieuse organisation de la directrice, qui, dirige  l’administration de l’infrastructure avec un savoir faire des exemplaire. Et nous avouerons, que c’est grâce à la bonne gestion, que les coordinations des activités vont bien et que sans ce type de savoir être, nous ne pourrions rien faire. La direction est parfaite et  s’emploie à faire le nécessaire depuis le début »nous lancera Mr Bennabi

Nous saurons que Mr Bennabi s ahmed qui est un pionnier de l’école paramédical, a pris la responsabilité d’assurer, la coordination, l’encadrement et la prise en charge pour donner d’avantage de résultats performant escompté. Cependant, il considère que pour assurer un rendement plus efficace, il faudrait un personnel paramédical performant, qui s’aligne et s’adapte aux conditions de travail exigé par la noble fonction de paramédical. Aussi s’agissant d’une nouvelle infrastructure et pour éloigner les « mauvais plis » calqués des autres structures médicales, il est nécessaire à se que le personnel paramédical, jouisse d’une formation professionnelle au sein de la structure afin d’éliminer les mauvaises habitudes obtenues dans les C.H.U et autres centre de santé. L’infirmier doit être mentalement et professionnellement vierge d’expérience extra EPH. Cette structure envisage de s’intéresser à la « formation de son personnel, avec des méthodes de travail conforme aux exigences de la structure »

Nous ne quitterons pas l’EPH sans entendre aussi le témoignage envers le directeur de la santé, qui selon aussi bien le Dr Beldjilali , que Mr Bennabi, n’a ménagé aucun effort, pour parfaire l’assise et le fonctionnement de l’EPH. Le Directeur de la santé contribue pleinement à la réussite de l’entreprise et épouse toute initiative qui puisse répondre aux besoins de l’EPH et des citoyens

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=30970

Posté par le Juil 30 2013. inséré dans ACTUALITE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

12 Commentaires pour “Le Collectif Médical de l’EPH de Sidi bel abbès rend hommage au Pr Boubekeur.M….par Benkhelouf.K”

  1. merabi

    le professeur boubekar est une grande perte cette reconnaissance est méritée un bon formateur très sérieux et dévoué

  2. O/Adjoudj

    je dirai tout simplement que ce docteur est irremplaçable.Il était sauveur de plusieurs vies humaines.Merci à tout ceux qui ont pensé à lui

  3. Arbi

    un geste a la dimension de ce professeur

  4. merabi

    LES BELABBSIENS SONT RECONNAISSANTS A CE PROF

  5. Hakem abderrahmane

    Un professeur qui a sauvé beaucoup de vies humaines et qui a formé beaucoup de chirurgiens! Une fierté pour notre pays!Que Dieu vous protège!

    • Hakem abderrahmane

      De belles structures en plus !Merci pour celui qui a pris les photos!Elles sont révélatrices des efforts fournis par les algériens!

  6. Ahmed Khiat

    J’ai bien connu le père de notre grand professeur. C’était mon collègue puisqu’il était Proviseur du Lycée El-Houès. Quand on connaît le père, on ne s’étonne pas beaucoup du fils. Ne dit-on pas d’ailleurs: Tel père, tel fils’?
    Tous ces témoignages font honneur au D. Aboubekr
    Merci mon cher Benkhlouf pour l’article bien précis, au moment où des chanteurs de dernière classe prennent le pas sur des hommes qui sauvent, après Dieu, la vie des humains et allègent leurs souffrances.

    • Douar

      Mr Khiat ,il y a le Dr Aboubakr gynécologue dont vous connaissez son père et le Dr Boubaker chirurgien général (plus âgé) dont Mr Benkhlouf a présenté.

      • Ahmed Khiat

        Merci mon cher Douar pour cette précision. Eh bien! d’une pierre trois coups: Chapeau à nos 3 Docteurs, les 2 que vous avez cités, et le 3° qui n’est autre que vous même.
        Sahha Siamek

        • hamid

          Ceci arrive ces confusions sont légion si khiat et puisqu’on y est y ‘aura t’il une table ronde sur votre dernier ouvrage en attendant les 30 qui vu restent a publier Ce sera intéressant de suivre ces débats des pour et des réticents et des contre qui tiennent a leur positions respectables REPONSE SVP

  7. Belamri abdelkader

    Tant d’éloges mérités en direction de ce Professeur compétent ,sérieux et bon manager si l’on croie les nombreux témoignages désintéressés. Si au moins, les mauvaises langues ( les narcissiques ) prenaient la peine de se dévouer pleinement et consciencieusement à leur domaine de compétence ,les choses iraient mieux pour tout le monde.

  8. kfaraoun

    Des travailleurs d’une entreprise ont rendu un hommage à un travailleur en retraite pour avoir été le bon exemple . Ce retraité a été gaté par des cadeaux tels que téléviseur , frigidaire et cuisinière . Cet hommage était un mérite pour un travail bien accompli . Alors que là il s’agit d’un professeur chirurgien qui a formé beaucoup de médecins et qui a sauvé de nombreuses vies humaines.Je pense que le professeur Boubekeur n’a pas besoin de cadeaux mais uniquement de remerciements pour avoir laissé de bonnes empruntes .Un père chirurgien avec un fils chirurgien font la fierté familiale et honneur à la médecine et au pays.il mérite un grand hommage par tous les acteurs de la profession , les responsables de la santé et pourquoi pas les autorités locales.

Répondre