La Voix De Sidi Bel Abbes

Le chef d’état-major des armées Françaises en Algérie : Questionnements autour d’une visite

une_2391523

Le chef d’état-major des armées françaises, Pierre de Villiers, effectue, à partir d’aujourd’hui et jusqu’au 15 septembre, une visite officielle en Algérie dans un contexte régional marqué par l’instabilité et l’insécurité.Le chef d’état-major des armées françaises sera aujourd’hui à Alger. Le général d’armée, Pierre de Villiers, effectue, à partir d’aujourd’hui et jusqu’au 15 septembre, une visite officielle en Algérie, a annoncé un communiqué de l’ambassade de France à Alger. Le général De Villiers sera reçu au ministère de la Défense nationale par le général Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP). De même qu’il sera reçu au ministère des Affaires étrangères par Abdelkader Messahel, ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines. Il clôturera sa visite par un déplacement à Biskra, relevant de la IVe Région militaire.«Ce déplacement, qui intervient après celui du ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, en mai dernier, et dans le cadre du suivi de la visite d’Etat du président de la République en Algérie de décembre 2012, sera l’occasion de poursuivre l’étroite concertation entre la France et l’Algérie sur toutes les questions régionales et la nécessité de lutter ensemble contre le danger commun que représente le terrorisme pour l’ensemble de la région», explique la représentation diplomatique française.La France «tâterait»-elle le terrain en vue d’une intervention militaire en Libye, afin de «pacifier» ce pays, après la campagne menée en 2011 ? C’est tout au moins ce qu’a laissé entendre le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, dans une interview accordée au journal français Le Figaro. Dans cet entretien, M. Le Drian s’inquiète «de la dégradation de la situation sécuritaire en Libye», expliquant que le «Sud libyen est une sorte de “hub” où les groupes terroristes viennent s’approvisionner, y compris en armes, et se réorganiser».Raison pour laquelle «nous devons agir en Libye», à la fois «porte de l’Europe et du Sahara, et mobiliser la communauté internationale», a ajouté le ministre français, qui, précise Le Figaro, a alerté «ses homologues de l’Union européenne, à l’occasion d’une réunion informelle». M. Le Drian avait d’ailleurs profité de sa visite à Alger, au mois de mai dernier, pour «sensibiliser» la partie algérienne à une plus ample coopération, non seulement au Mali, où la France s’est engagée militairement en janvier 2013, mais aussi en Libye. Et si une implication algérienne dans des initiatives «diplomatiques» communes était envisagée lors de cette visite, il semble que la France soit montée d’un cran dans sa «conception régionale du contre-terrorisme».Un appui «actif» à une intervention en Libye sera-t-il demandé ? Si tel est le cas, quelle sera la réponse d’Alger ? Car cette dernière campe sur ses positions traditionnelles, que Ramtane Lamamra, ministre des Affaires étrangères, martèle lors de ses sorties médiatiques. Bien que vivement préoccupés et alarmés par le «chaos libyen», les Algériens y «excluent» une intervention militaire. «Aucune intervention militaire n’est prévue en Libye pour l’heure, mais il est question actuellement de réunir les Libyens, à travers un dialogue national, une réconciliation nationale et la consolidation des institutions démocratiques», a réitéré, mercredi, M. Lamamra, rappelant que les positions algériennes pour le règlement de la crise libyenne émanent de ses principes reposant sur le refus d’ingérence dans les affaires internes des pays.Le chef de la diplomatie en a d’ailleurs profité pour souligner que la visite du général De Villiers «était programmée depuis un moment et qu’elle a été annoncée lors de la visite à Alger du président français François Hollande», et qu’elle n’avait «aucun lien avec les développements survenus dans la région». M. Lamamra reconnaît toutefois que cela fait partie «de concertations algéro-françaises sur de nombreux dossiers, dont celui concernant la Libye, dans le cadre de l’action de concertation menée par l’Algérie avec nombre de pays, en tant que pays pivot dans la région ».

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=54471

Posté par le Sep 14 2014. inséré dans ACTUALITE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

150 Commentaires pour “Le chef d’état-major des armées Françaises en Algérie : Questionnements autour d’une visite”

  1. OUERRAD

    lire entre les lignes le dernier paragraphe

  2. Paul C

    Le chef d’état-major des armées françaises, Pierre de Villiers, est arrivé en Algérie en commun accord avec le gouvernement et l’armée dans le but de récupérer, petit à petit, les terres françaises qui ont été malencontreusement cédées par le général Charles de Gaulle à un peuple arabe qui n’en a aucunement le mérite vue la mauvaise gestion. Nous revenons dans ce beau pays, malmené et saccagé, pour le remettre sur pied et en profiter au maximum.

    • abbassia

      Mais que sont venus faire dans notre pays en 1830 ces hommes venus de partout et de nulle part. Nous n’avions ni besoin du père encore moins du fils Ils sont venus en terre d’islam avec une valise en carton quant ils en sont partis ils avaient une valise en peau de chèvre. Cela n’est que justice. Nous ne leurs avions pas demandé de venir. Il retrouve leur pays d’origine auquel ils rendront un grand service en demandant à leurs enfants de payer l’endettement.

      • Danielle B

        @ ABASSIA – bonjour
        en 1830 hé bien sont venus pour la plupart des espagnols dont la famine ravageait leur pays, sont venus aussi des alsaciens, des Maltais, des Italiens,
        et bien d’autres pour faire de l’Algérie ce qu’elle était devenue en 62, un pays riche dans tous les domaines, agricoles, viticoles, etc…..
        c’étaient des gens simples, durs à la besogne et ils ont payé un lourd tribut pour assécher les marécages et rendre la terre fertile là où il n’y avait que des cailloux
        effectivement vous ne leur avez pas demandé de venir, mais vous pourriez au moins leur être reconnaissants pour tout le travail accompli,
        vous critiquez ces pauvres gens qui ont tout donné à cette terre qui une fois féconde croyaient qu’enfin la récompense de tant de peine et de travail allait couronner leurs efforts, ils croyaient naïvement qu’eux aussi étaient chez eux puisque c’est de leurs mains qu’est née l’Algérie, mais non vous les avez mis dehors sans penser une seconde qu’ils méritaient un autre sort que celui que vous leur avez réservé en 62
        vous les critiques et pourtant que font des millions d’Algériens depuis quelques années?????? ils immigrent partout dans le monde parce que l’indépendance qui devait leur apporter bien être , joie et confort s’est avérée être un leurre
        lorsque nous sommes partis en 62 mon mari et moi avions seulement une valise chacun et elles ne sortaient pas de chez vuitton et combien comme nous qui n’avaient même pas de valises puisque lorsqu’ils ont voulu rentrer chez eux , l’appartement était occupé par les vainqueurs qui ne leur ont même pas laissé prendre quelques souvenirs comme des photos par exemple
        alors svp même si vous ne savez pas reconnaitre les bienfaits de mes ancêtres, au moins respectez les et respectez leur travail

        • MADANI

          DANIELLE je suis d’accord avec vous mme l’algerie en 62 un beau pays un paradis regardez ce qu’ils ont fait de ce pays et personne ne veut l’admettre car ils n’ aiment pas titiller leurs ego quel ego ? c’est devenu une poubelle mais rira bien qui rira le dernier

          • Danielle B

            @ MADANI Bonsoir Monsieur
            MERCI, vos paroles sont réconfortantes
            je ne demande pas l’impossible aux Algériens, juste de reconnaitre la valeur du travail qui a été fait pendant 132 années en laissant la politique de côté,
            je demande également que mes aieux soient reconnus comme des gens honnêtes, travailleurs et qu’ils ont tout donné pour une terre qu’ils pensaient à juste titre leur appartenir au même titre qu’à vous, ils n’ont rien volé à personne et s’ils sont venus dans ce magnifique pays c’est parce que la misère les avaient chassés de leur terre natale, l’Algérie est devenue un pays riche et envié grâce à leur sueur, leur sang et à leurs larmes quoiqu’en pensent les détracteurs de la vérité
            ils ont travaillé main dans la main avec votre communauté sans se poser la question à savoir « est-ce que je suis un envahisseur ou un batisseur » ils se sont retroussés les manches pour avoir le résultat que vous connaissez
            croyez-moi je suis bien triste de voir le pays dans cet état, gouverné par des gens qui ne vous méritent pas et j’espère de tout coeur qu’un jour il y aura un sursaut du peuple et que tout rentrera dans l’ordre
            cordialement
            bon après-midi

          • abbassia

            vous regretterez un jour d’avoir chasser l’ennemi qui débarque chez vous pour s’emparer de vos richesses??????regretter l’indépendance de son pays c’est grave comme propos tu devrais être à la place de zabana allah yarhmou

      • BADISSI

        @abbasia
        ils sont venue prendre des terres a leur propriétaires ,qu ils ont chasser et massacres plus de huit millions de morts en 132 ans de colonialisme sauvage , et d après les historiens la colonisation française et la plus pire , et pour ceux qui brossent pour garder leur résidence chez eux si c étais beaux c ‘est pour eux car les vrais Algériens n avait pas le droit de circuler librement ni d habiter certain quartiers , et comme aux usa ceux qui viennent peuplés les terres conquise ne sont pas les habitants de souche , quelle audace de ne pas reconnaître leur erreurs .

        • abbassia

          Ceux qui regrettent le départ des sauvages sont la cinquième colonne qui, en cas de guerre ou de conflit, il faut tous les éliminer..
          Mais ce qui est vraiment bizarre c’est que ceux qui pleure la France sont majoritairement des collabos , arrivistes, dont les parents et les ancêtres ont vécus tous les malheurs durant 132 ans..
          Je suis issue d’une famille de noble aristocrate, mais je n’ai jamais regrettée leur départ et personne de mon entourage pleure l’Algérie française.

          • BADISSI

            @abbassia

            Bonsoir pourquoi les usa on massacrés de millions d indiens ? car ceux qui sont venue coloniser ce pays c étais des forçats et des criminelles , et on a la preuve aujourd’hui avec la politique de ce pays

            • abbassia

              Mon Dieu comment peut-on regretter la liberté?ceux qui ont la nostalgie du colonialisme,c’est qu’ils n’ont rien compris à la question de l’indépendance d’un pays!!!

              • Krimo Pointu

                La liberté n’est pas un vaste concept réservé aux pays riches, c’est une solution contre la pauvreté.

              • Mme CH

                Pour notre part, nous disons que la dignité des Algériens passe avant toute considération d’intérêts mercantiles ou d’équilibrisme géostratégique, car cette dignité ne se marchande pas. Elle est le prix du sang versé et du sacrifice consenti par plusieurs générations d’Algériens au cours de la longue nuit coloniale. Cette dignité passe par la reconnaissance des crimes commis contre le peuple algérien, au cours de la longue nuit coloniale.

                On peut aussi se poser la question « Pourquoi a-t-on obligé les Allemands à déclarer leur repentance et à présenter leurs excuses face aux crimes nazis ? ». Quelle différence y aurait–il entre les Allemands qui ont tué les juifs pour sauvegarder la pureté de la race arienne et les Français qui ont tué des musulmans au nom de considérations qui sont trop éloignées en rapport avec la croisade pour une pseudo-civilisation de l’Occident chrétien ?

                Le Tribunal pénal international (TPI) continue de nos jours et de façon récurrente de juger les crimes contre l’humanité, en particulier les anciens SS. Pourquoi, ce ne serait pas les cas de Bigeard, Massu et compagnie ?

                Pour notre part, nous continuerons à défendre nous Chouhadas qui ne sont plus là pour repousser le déviationnisme de nos gouvernants et l’arrogance des anciens colons.

                Par « Mahi Tabet Aoul »

        • MADANI

          BADISSI je réponds à votre commentaire parce que je ne comprends rien à cette histoire de morts pendant 132 ans vous dites 8 HUIT millions de morts ? vous tenez de quelle source ce chiffre ? moi je sais qu’en 1830 il y avait 2.5 MILLIONS d’algériens en 1962 ils étaient 9 MILLIONS . si comme vous l’affirmez il y a eu 8 millions de morts ça veut dire qu’en 1962 on était UN .1 .millions d’algériens . ? ce qui est faux donc dites moi d’ou vous ai venu ce nombre ? quant au USA c’est vrai ceux qui ont peuplé ce pays ne sont pas ses habitants de souche MAIS ces gens là on fait des USA la première puissance mondiale peut-on faire cette comparaison avec nous ?

          • Mme CH

            Alors là; il nous prend vraiment pour des benêts….!!!!! Dans quelle école vous avez appris à faire ce genre de calcul…..??? Pas la mienne en tout cas…!!!! Ah! j’ai oublié vous aviez fait l’école française….!!!!

            Lisez, entre autres, les écrits et les sources de l’historien reconnu Mustapha Lachraf…et vous comprendrez……!!! Et encore, il n’a pas compté les victimes post-indépendance des essais nucléaires, chimiques et bactériologiques et celles des mines…etc….etc…..!!!!

            • Mme CH

              Pour votre information, selon l’APS, plus de trois millions de mines datant de l’époque coloniale sont toujours disséminées tout au long des frontières Est et Ouest du pays, a indiqué à Alger l’expert et ancien officier de l’Armée nationale populaire (ANP), Messaoud Adimi.
              Elles sont disséminées tout au long des frontières Est et Ouest du pays, alors que plus de 8 millions ont été détruites entre 1963 et 1988.

              Il a souligné que l’Algérie avait mis en place, à partir de 1963 une stratégie, pour découvrir et détruire les mines laissées par l’armée coloniale française et qui « représentaient une menace dangereuse et permanente pour les citoyens algériens ». « La France a toujours refusé de donner les plans où étaient exactement disséminées ces mines, mais l’Etat algérien a mis en œuvre une stratégie, avec la collaboration d’experts de l’ex-URSS, pour les découvrir et les détruire » a expliqué l’ancien secrétaire exécutif du comité interministériel chargé de l’exécution de l’interdiction des mines antipersonnel à la chefferie du gouvernement.
              Il a déploré que la France, en plus de toutes les atrocités qu’elle avait commises durant 132 ans de colonisation, avait laissé plus de 11 millions de mines, causant des milliers de morts et de blessés parmi les citoyens algériens. « La France coloniale voulait, en disséminant des mines tout au long des lignes Maurice et Challe, isoler les moudjahidine de l’intérieur et empêcher l’acheminement des armes par le truchement des pays voisins, notamment le Maroc et la Tunisie et ainsi étouffer la Révolution », a-t-il poursuivi. Interrogé sur les dégâts causés par ces mines depuis l’indépendance du pays en 1962, M. Adimi a précisé que 6.792 personnes avaient été touchées, dont 3.255 décédées et 3.542 amputées, indiquant que ces chiffres représentaient un bilan non exhaustif.

              « La France doit non seulement présenter des excuses au peuple algérien, mais doit participer aux opérations de déminage qui sont au demeurant très coûteuses », a-t-il affirmé, précisant que « déminer une seule mine coûte entre 400 à 700 dollars, sans compter les risques encourus par les démineurs lors de ces opérations ».

              Avec tout ce gâchis et certains osent ouvrir leurs……pour défendre l’indéfendable……!!!!!! A quel prix…???????

            • MADANI

              Je n’ai pris personne pour un benêt j’ai simplement donner mon avis sur la question pourquoi vous cherchez à allumer le feu et attiser la haine entre les lecteurs ? pourquoi accuser les gens avec autant de méchanceté ? vous êtes heureuse ? c’est tellement invraisemblable vos posts que je ne les lis pas mme je suis sincère . vous ne parlez plus du zoo que vous chérissez c’est un bon point alors continuez changez votre comportement envers les lecteurs ils sont libres de penser comme ils l’entendent et sachez que vos commentaires ne concernent que vous .

    • Mme CH

      BHL sous contrat, a allumé le feu un peu partout, entre autres en Libye et maintenant que le but a été atteint , l’Algérie doit jouer au pompier en pesant de tout son poids d’or, pour éteindre les incendies….!!! ça permettra aux puissances de se la couler douce comme prévu dans leurs plans démoniaques…!!!
      Mais, l’Algérie n’a pas vraiment le choix, puisque tout le cirque se joue à ses frontières, donc il est de son intérêt d’apaiser l’atmosphère….!!!
      D’ailleurs, Tayeb Zitouni en marge d’un forum sur la prochaine conférence internationale sur les crimes de l’armée coloniale française en Algérie, il n’a pas manqué d’évoquer la situation prévalant dans la région et dans les pays voisins, soulignant que « l’Algérie dérange par ses soutiens aux causes justes, par son principe de non-ingérence et par sa stabilité ».

      Maintenant que la situation est devenue plus stable au Mali grâce à la diplomatie algérienne…. Le Mali qui a félicité l’Algérie pour ses efforts « inlassables » déployés en vue d’encourager les Maliens à parler d’une « seule voix », souhaitant que cette « nouvelle étape » puisse aider à avancer « beaucoup plus », a déclaré dimanche à Alger, le ministre des Affaires étrangères malien, Abdoulaye Diop.

      Les mêmes efforts doivent être déployés en Libye où tout le monde joue au chat et à la souris…..!!!! Mr Lamamra a déclaré qu’ « En dépit des nombreuses propositions de règlements de la crise libyenne au niveau national, « c’est la nécessité d’un dialogue entre les antagonistes libyens devant aboutir à la réconciliation nationale qui fait l’unanimité pour consolider les acquis démocratiques, à travers des institutions élues et un parlement dont sera issu le gouvernement qui garantira la stabilité en Libye », a indiqué le chef de la diplomatie algérienne.
      Il a, à cet effet, rappelé les initiatives algériennes en faveur d’un dialogue national en Libye, mettant en avant l’écho favorable de ces initiatives au niveau international.
      Il a cité l’approbation par le conseil de sécurité, dans sa dernière résolution, de la proposition de durcir les mesures visant à empêcher l’acheminement d’armes vers la Libye », à l’initiative de pays « voisins de la Libye », a-t-il dit, rappelant que les positions algériennes émanaient de ses principes reposant sur le refus de l’ingérence dans les affaires internes des pays…. »

      Alors, Mr le Chef d’Etat Major des armées françaises, ne profitez pas de la situation pour nous vendre vos « Rafales » dont personne n’en veut…!!! Pour le reste tout est possible dans le cadre légale, sauf de vouloir pousser l’Algérie militairement dans le bourbier Libyen….!!!!

      Mr Bouteflika avait dit lorsqu’en « 1997 a découvert le pot aux roses : les essais chimiques à la base B2 Namous( jusqu’à 1978): «  »Boumédiène m’a fait un enfant dans le dos ! » …!!! Alors, j’espère que cette fois-ci, il n’y aura pas « d’enfants dans le dos » du peuple algérien…!!!!!

    • Ghosne

      Nos terres sont notariées avec actes ….& Consort alors vous pouvez attendre assis Paul C… Assis debout vous vous fatiguerez mais vous pouvez revezzzzzzz! les honoraires chez les psy c’est PAYANT!!!

  3. Imène

    Amis (es ) vdsb1 ( n ) :
    Ne répondez pas à ce fielleux portant le pseudo Paul C ! Ignorez-le ..
    traitez ces propos avec mépris, ne cédez pas à la provoc !
    Il n’est réplique si piquante que le mépris silencieux ( de Montaigne ).

  4. Lahcène Chot

    @Paul c

    avec tous les rejetons que j’ai pu engrosser avec Cunégonde ,Josiane ,Martine ,Viviane ,et toutes les autre »s dont j’oublie les prénoms tellement elles sont nombreuses ;que je crois que les arabes sont présent dans l’hexagone et de ce faite je deviens Empereur de France ….

    SEUL ALLAH EST BEAU

  5. Imène

    Le ballet incessant de ses hauts fonctionnaires Fr dans notre pays est tout à fait préoccupant..à l’évidence ça ne présage rien de bon ! les hauts responsables Algériens ne nous disent pas tout , ne nous disent Rien !! ils cultivent l’opacité , les faux fuyants , les tournures tautologiques : la coopération militaire , les questions d’intérêt commun , les concertations entre nos deux pays etc..etc..à l’évidence ils se F…de nous ! On le sait ..des éléments de réponse qui pourraient expliquer en partie , les raisons véritables de cet  » intérêt soudain  » de l’état major FR pour notre pays sont largement étayés dans la presse nationale , mais aussi – plus proche de nous – sur la vdsba , avec les postings probants et réferenciés de Mme CH ( que je salue ) sur les tentaives d’ingérence Fr , inlassables et récurrentes ds la politique de notre pays ..j’ai particulièrement aimé le comm trés pertinent de notre ami Mourad ( posté le 12 sep ; 15 :29 sur la page « 2015 , le palais d’el mouradia  »
    sur l’ère des régents Boutef ..et si c’était le mandat de trop ?? le mandat de toutes les dérives..et si le fielleux Paul C en savait quelque chose ??? Allah el mousta3ne ..ou Bledi Rabbi yahmiha ! essalam alaikoum.

  6. Lahcène Chot

    en 1968 je fais mes écoles d’équitation sous la férule des écuyers officiers du cadre noir de Saumur français dans une caserne algérienne …sous le présidentat du très nationaliste Boumedienne .donc la coopération algéro française au niveau militaire ce n’est pas nouveau ….sauf pour ceux qui ne savent point regarder dans la bonne direction …

    SEUL ALLAH EST BEAU

  7. tewfikhayii

    Salam,
    Il ne faut pas s’offusquer, ou crier au loup, car tout ce qui se passe ces dernières semaines, n’est que le cheminement logique et diabolique du clan du BRÉZIDÈNE pour remettre l’algérie les pieds et poings liés à leurs maîtres Français. Le peuple a voulu laisser les rênes du pouvoir au clan des Boutef pour deux décennies; c’est le temps alloué pour  »vendre » notre pays aux puissances les plus aptes à payer grassement leurs valets. Dans quelques années, le pauvre peuple (moutons de panurge – dont je fais partie -), se réveillera avec la gueule de bois,mais il sera trop tard,car tous les  »fils du pêché » auront mis le pays à sac, et sont partis vivre dans les pays de leurs maitres, en laissant le pays exsangue,et le peuple dans la misère. Le blâme est pour nous plèbe sans cervelle, qui considère tout flatteur comme le sauveur de notre pays. Rira bien qui rira le dernier.ALLAH IJIBE EL KHEIR
    Salam

  8. Mourad

    Très juste et très vrai Si Tewfik…Les 3 mandats catastrophiques n’ont pas suffit à réveiller les gens..le 4e sera celui de la fin de l Algérie qu’on a toujours connue malgré ses défauts..Bouteflika par vengeance a clochardisé le pays et l’a donné à ses parrains français…ceux qui l’ont soutenu dans le viol de la constitution. .Nchallah ils le paieront fe dounia wa fel akhira..

  9. Paul C

    « tewfikhayii » a résumé la situation en quelques mots; je n’aurais pas trouvé meilleurs arguments. Bravo! Mais rassurez-vous, quand nous aurons récupéré nos terres, nous réaliserons en une année ce que les arabes n’ont pas pu faire après plus de 50 ans « d’indépendance ». Les indigènes pourront en profiter autant que les Français. Cela ne se fera pas comme en 1830 mais d’une manière plus subtile. Chacun trouvera son compte et tout le monde sera content.

  10. tewfikhayii

    Salam,
    Non, Ya Si Paul C, ce que j’ai écrit dans mon comment, ne vous ai pas adressé,
    car il y a les relents nauséabonds qui montent de votre commentaire de nostalgique de l,Algérie française.Détrompez vous Ya Si,vous ne reviendrez plus
    en Algérie,car vous êtes pas le bienvenu,et si vous persistez dans notre entêtement,vous aurez de mauvaises surprises. Les néo traitres algériens cherchent toujours à vous plaire,mais inchallah il y aura des nationalistes qui apparaitront au moment opportun pour sauver notre chère patrie,et pour votre gouverne, quand disparaitra la lie de notre pays – les gouvernants et les valets de la France – (et vous avec inchallah), les nationalistes intègres reprendront les rênes du pays et le rendront florissants inchallah. Au plaisir de ne plus vous relire.
    Salam.

  11. Sfisefi

    @Paul C.
    Proverbe arabe (Indigéne):
     »Un chien restera toujours un chien même s’il a été élevé parmi les lions.
    Un lion restera toujours un lion même s’il perd ses crocs ».
    On vous a battu et on vous battra de nouveau comme la chamelle qui s’écarte du troupeau. Cette terre appartient aux autochtones comme la Gaule appartient aux celtes et qui un jour vous chasseront vous les Francs vers votre habitation naturelle: La forêt noire germanique.

  12. Lahcène Chot

    oh le pov Paul il en a prit dans les dents ….heureusement que nos ancêtres sont les gaulois arabes bien sur …et les francs fissa fissa vers la foret noires germanique .ou on irait construire des belles mosquées en modaiques …

    ALLAH ILLUMINE NOS PENSÉES

  13. R.TARI

    Mais c’est quoi ce délire Paul C ?! C’est une blague (de mauvais goût) j’espère ?
    Lorsque vous écrivez « quand nous aurons récupéré nos terres » vous devriez ajouter que ces paroles n’engagent que vous-même. Vous semblez bizarrement vouloir vous faire le porte-parole des gens de ma communauté or, je ne crois pas que vous fassiez partie de ceux-là et je ne vous reconnais pas comme quelqu’un des miens. Mais qui êtes-vous pour parler ainsi au nom des PN ? Un agitateur voulant nuire aux PN ? Mais vous semblez ignorer que les PN qui lisent et parfois participent à ce forum n’ont désormais que faire de l’Algérie telle qu’elle est. Aucun ne voudrait revenir, chacun a « refait » sa vie en France ou ailleurs et si parfois ils reviennent en « pèlerinage » sur la terre d’Algérie, c’est avant tout pour aller se recueillir sur les tombes de leurs ancêtres et ils repartent, confortés dans la certitude qu’ils sont heureux de vivre en France désormais. L’Algérie de 2014 ne ressemble à rien de ce que les PN ont connu. Les maisons ne sont plus ce qu’elles étaient, elles se transforment en gravas et disparaissent au fil du temps. Qui voudrait revenir dans un pays qui n’existe plus ? Pas moi, ni les miens, ni mes amis qui sont nombreux, non, aucun PN de ma connaissance n’a le désir de revenir vivre en Algérie et la plupart d’entre eux ne sont jamais revenus en pèlerinage et savez-vous pourquoi ? Parce que ceux que nous aimions ne sont plus là.
    Vous dites encore « nous réaliserons en une année ce que les arabes n’ont pas pu faire après plus de 50 ans « d’indépendance » !!! Si vous avez autant d’énergie, vous feriez mieux de l’employer dans votre pays, la France, et non dans un pays étranger. En quoi êtes-vous concerné par l’état de l’Algérie ? Si ça pue, qu’on y vit mal, en quoi cela peut-il vous intéresser ? C’est l’affaire des Algériens, pas la nôtre.
    Et l’autre Anonyme qui vous répond « On vous a battu et on vous battra de nouveau comme la chamelle qui s’écarte du troupeau ». Ce serait à mourir de rire si ce n’était pas aussi bête !!! Mais l’Algérie n’a battu personne en 1962, vous ne le saviez donc pas Anonyme ?
    Alors Paul C, cessez vos élucubrations car elles ne concernent que vous seul et certainement pas les PN.

    • BADISSI

      @R TARI
      vous avez bien répondue au début a ce Paul C , et je doute qu il existe vraiment ce Paul , mais a la fin vous insulter un peu de respect , L Algérie de 2014 ne ressemble pas a celle que les PN on connue !!!!!!! vous avez raison dans un sens il y a plus de barbelés qui séparent les quartiers des PN de ceux des VRAIS ALGÉRIENS , Il y a plus des colons qui volent les terres des ALGÉRIENS , tout le monde a droit d allers a l école , de se soigner de et de ………..
      ceux que vous aimer ne sont plus la !!!! et ces pauvres gens qui vous accueille a bras ouvert les pauvres ils on rien appris de l histoire si vous venez que pour vos morts on a les moyens pour vous les envoyer ,
      maintenant j ai compris qu il a les PN ET les CN pieds noires et cœur noir et je doute que vous faite partis de ces derniers

    • MADANI

      TARI mme ce pseudo c’est sûr qu’il n’est pas un ancien de l’algerie française ça ne doit être qu’un habitué de ce forum qui habite à SBA ils sont tellement malins qu’ils sont capables de tous les coups bas y a qu’à faire attention à ces escrocs et laissez le temps le disculper

  14. Mme CH

    La guerre n’est pas que militaire, elle se joue sur d’autres fronts…!!!! Matthew Connelly, historien, à Columbia University, montre dans son ouvrage comment le FLN, dont les troupes n’ont pas remporté la bataille militaire, chose tout à fait compréhensible devant la machine barbare coloniale, réussit à imposer l’indépendance au général de Gaulle ( un ouvrage nourri d’un impressionnant travail d’archives américaines, algériennes et françaises.).

    Cet historien a étudié la guerre d’Algérie sous l’angle de l’opinion internationale, » il ne fait pas de doute que la cause de l’Algérie française, à laquelle le Général avait souscrit (« Moi vivant, le drapeau du FLN ne flottera jamais sur Alger »), était devenue indéfendable, notamment auprès du tiers-monde où il voulait que la France continue de jouer un rôle, mais aussi des États-Unis, qui exerçaient leur pression. La France ne pouvait plus justifier le fait que des millions d’Arabes fussent réduits au rang de citoyens mineurs dans leur pays. »
    « Comment le FLN a-t-il fait, alors que ses troupes étaient écrasées par l’armée française, pour amener de Gaulle et le gouvernement de la France à accepter l’indépendance ? La réponse se trouve bien au-delà des frontières de l’Algérie, car c’est sur la scène internationale que les nationalistes ont livré leurs combats les plus décisifs….. »

    « Leurs meilleures armes furent psychologiques et médiatiques. Rapports sur les droits de l’homme, conférences de presse, congrès de la jeunesse, etc., furent utilisés pour alerter l’opinion mondiale et invoquer les lois internationales dans un contexte qui était également celui de la guerre froide. Soutenus par des pays aussi divers que l’Arabie Saoudite et la Chine communiste, les Algériens finirent par rallier une majorité contre la France aux Nations unies.
    Ainsi vinrent-ils à bout d’un président et d’un gouvernement désormais obsédés par l’impact de la guerre sur la réputation de leur pays à l’étranger. Un exemple pionnier qui allait inspirer l’OLP d’Arafat, ou encore l’ANC de Mandela….. »

    Il ajoute:  » « Difficile » est un euphémisme. C’est « tragique » qu’il eût fallu dire. De Gaulle souhaitait que l’Algérie devienne algérienne pour que la France soit préservée d’une immigration musulmane massive, affirme Connelly. C’est même pourquoi Louis Joxe empêcha les harkis de venir dans le pays qu’ils avaient servi après les accords d’Évian. « En mai 62, l’armée força la main à Joxe en organisant la fuite des harkis sous son commandement. H réagit en ordonnant de démasquer et punir les officiers. Ainsi, sur les 30 000 Algériens qui avaient combattu pour la France, un sur dix seulement trouva refuge en métropole en novembre 62. »

    C’est bien, de lire une troisième voix…..!!! En tout cas, le résultat final: l’indépendance a été arrachée et l’ennemi chassé et pris la fuite, c’est l’essentiel….!!!! Parfois, il vaut mieux avoir une bonne cervelle que de bonnes armes….!!!
    Mais Paul C, même s’il ne représente pas tous les PN, il est « le porte parole » d’une certaine frange des cercles algérianistes et des nostalgiques de l’Algérie française….!!! Toutes les voix sont bonnes à ecouter….!!! Ding Dang Dong…!!

    • Point de vue

      @Mme CH,
      Mais peut être que  » Paul C  » c’est tout simplement vous Mme CH !!!
      Précher l’outrance, pour exiter ses petits copains !!! et se donner l’occasion de répondre !!!
      Il y a si longtemps que vous n’aviez pas eu l’occasion de déblatérer sur la France et surtout les PN et cela vous manquez sans doute !!!! Vous étiez en manque, c’est devenu comme une drogue pour vous !!!
      Toutes les voix sont bonnes à écouter …..!!! Ding Dang Dong …!!

      • MADANI

        Point de vue ne vous en faites pas ils seront démasquer ces pseudo question de temps je vous l’affirme j’en fais mon crédo

        • Mme CH

          Oulà, je ne savais pas qu’on avait des détectives privés parmi les lecteurs de la VDSBA…!!

          Au fait, s’agit-il de « l’Inspecteur Shot » qui a eu le mérite d’écrire un livre…??? Ou la Taupe Georges Smiley de John Le Carré….???

          Respirez un bon coup sur le sommet de Tessala….!!!!

      • Mme CH

        Ohhhhh!!! Que c’est drôle…!!!! Et si tout simplement, « Paul C » c’est Vous chère Point de vue…?? Que vous aviez pris un autre masque pour dire ce que vous ne pouvez pas dire même sous votre pseudo…!!! Histoire de ne pas embarrasser vos petits copains, copines ainsi que les manchots qui se prennent pour des pingouins…!!!!
        Vous étiez en manque de vous libérer et de dire haut et fort ce que vous pensez vraiment des « indigènes » d’antan et d’aujourd’hui…ça vous soulage un peu, à défaut……?!!!
        Alors si vous le dites, cela veut dire que vous avez l’habitude des petits coups fourrés, je veux dire d’écrire sous différents pseudo, mais ce n’est pas mon cas….!!!!! Rassurez-vous, je n’ai rein contre les « PN » qui ne sont pas des nostalgiques de l’Algérie françaises et ne font pas partie des cercles algérianistes…etc…etc…!!!
        Mais au fait qui sont ces « Pieds noirs »….??? Eh bien Eric Savarèse s’efforce de répondre. En interrogeant des militants associatifs, en consultant des documents iconographiques et des romans qui appartiennent à une «littérature d’exil», l’auteur montre que les Pieds-Noirs sont le produit d’une histoire entamée dans l’épisode tragique de la guerre d’Algérie et réinventée par la suite dans l’exil. C’est donc dans l’interface entre leur existence en France et la recomposition de leur mémoire de l’Algérie qu’il faut saisir l’invention des Pieds-Noirs : la construction d’une identité pied-noir s’élabore contre la perception métropolitaine des «rapatriés», et repose sur l’invention d’une tradition qui magnifie une spécificité «pied-noir» forgée dans l’histoire algérienne….!! Oui, c’est compréhensible tout ça, mais on ne veut plus de Roubla…!!!!

        Toujours selon Eric Savarese dans « Récits de l’Algérie coloniale: « Faire des pieds-noirs un groupe structuré et politiquement influent pour revendiquer en son nom, dans le cadre des guerres de mémoires algériennes déjà évoquées, suppose (…) de convertir un million d’individus épars – les « pieds-noirs » – en groupe dont l’homogénéité doit être construite par un travail de mobilisation qui repose sur l’invention d’une tradition (Hobsbawn, Ranger, 1983) : la tradition pionnière. Il s’agit là d’un récit sur l’histoire de l’Algérie produit au sein des associations, et fondé sur deux éléments centraux – le désert et le colon –, permettant d’affilier les pieds-noirs à une généalogie de pionniers-bâtisseurs qui transforment une terre vierge en pays prospère… Il n’est pas question de procéder à une mise en perspective systématique de la tradition pionnière avec l’histoire académique ; mais il faut signaler que toutes les traditions inventées prennent quelques libertés avec les faits (…) : ainsi, les Français d’Algérie vivent essentiellement dans les grandes villes côtières – Alger, Oran, Constantine, Mostaganem – et ne sont pas majoritairement des affectés au travail de la terre. Référence morale collective à un passé magnifié, la tradition pionnière procède par amnésie libératrice (Jaffrelot, 1992), comme le montre un extrait d’entretien très révélateur sur ce point précis puisque c’est la colonie – et avec elle la domination coloniale – qui disparaît au profit d’une œuvre française définie comme un travail de création d’un nouveau pays : « On m’a dit que je suis né dans une colonie. C’est pas vrai. Moi je suis né dans un département français. L’Algérie n’a jamais été une colonie….. » » » …Ah! Bon…!!!

        C’est juste pour mieux comprendre, entre autres, votre mentalité et vos problèmes d’ordre complexe….!!!!!

        Encore une petite chose, attention au plagiat Point de vue, vous avez repris ma dernière phrase:  » Toutes les voix sont bonnes à écouter …..!!! Ding Dang Dong …!! » sans citer l’auteur ou au moins la mettre entre guillemets…?????!!!! Produisez…!!!!

  15. Mohand

    Pierre de Villiers et Gaid Sallah sont devenus amis, je ne peux rien leur faire! sinon Mohand disparaîtra à jamais. Et selon Dennoun, il faut faire un aller retour pour connaitre le paradis. Dennoun est un philousophe!

    • Benalioua

      Mohand et Lahcène Chot sont fidèles à leur style d’écriture; c’est à dire que la graphie est en français mais personne n’en comprend le sens. Je doute même qu’ils ne comprennent pas eux-mêmes ce qu’ils écrivent encore moins ce qu’ils lisent. Je leur conseille vivement un autre forum (plus accessible à eux) pour s’exprimer. Amicalement.

  16. CLaude.B

    Bonjour à tous ,
    Depuis mon départ de Toulouse fin juin ,si j’ai bien lu articles et commentaires ,j’ai préféré rester silencieuse pour ne pas contribuer à envenimer des débats emmenés par la veritable patronne de ce journal et ses émules vers une chasse évidente aux infidèles que nous sommes !
    Rien ne nous aura été épargné ,tout y était : venin. Insultes ,malhonnête intellectuelle et désinformation permanente ……
    Passant mes vacances au bord de la grande bleue j’ai pu mesurer à quel point j’avais de la chance d’être de ce côté de la méditerranée . Vivre aux côtés de gens qui ne manient pas l’insulte au quotidien comme seul moyen d’expression ,qui n’ont pas de jouissance particulière dans le déversement de haine ,qui n’accusent pas les autres de tous leurs maux etc etc ……
    Tout ce que j’ai pu lire m’a laissé un sentiment de dégoût : nous sommes partis ,nous ne reviendrons pas ,cela ne suffit pas au bonheur de certains semble t il ?
    Non ,il faut humilier insulter encore et encore ,tenter de pousser les gens hors d’eux pour avoir une bonne raison de débiter toutes ces sottises . Peu importe l’article ,ce journal est devenu leur tribune ,il leur permet de déverser leur fiel ,c’est tout ,car leur argumentation est souvent squelettique et toujours répétitive .
    Écrire des romans fleuve ,truffes de contre vérités que personne ne va vérifier et se faire passer pour un ou une lettrée : pathétique si ce n’était pas insultant à notre endroit .
    Je suis actuellement dans ce petit village d’Ariège ou notre famille arriva en 1962 ,plusieurs familles algériennes y vivent dans le calme et les respect ,personne ne leur signifie qu’elles dérangent et doivent partir vivre dans leur pays : et pourtant leur pays de naissance est l’Algérie pas la France .
    Voilà ce que je souhaitais vous dire : ici nous accueillons les gens qu’ils soient nés ou pas en France ,et vous ,que faites vous ,vous ne nous reconnaissez aucun droit ,tout juste celui de venir passer quelques jours de voyage et vite repartir . Et vous ,certains du moins ,qui ont la bouche pleine de leur hospitalité ,ne cessent de nous démontrer le contraire . C’est ce que j’appelle l’irrespect pousse à son paroxysme !
    Certains diront que c’est tout bonnement du , » fouttage de gueule  » .
    En attendant de retrouver Toulouse en fin de mois ,je vais continuer à respirer l’air pur de la campagne ariégeoise ou je me sens bien ,sereine ,et surtout chez moi .
    Je retrouvai cependant avec plaisir Toulouse ou l’air est toutefois plus respirable que sur ce journal qui a été malheureusement squatte par quelques oiseaux de mauvaise augure qui ne rehaussent pas le niveau au contraire .
    J’aurais attendu que les intervenants honorables poussent les excessifs à plus de modération et de respect ,il n’en est rien .
    J’aurais attendu que les responsables de ce journal mettent un peu d’ordre et de mesure dans les débats .
    Étant optimiste de nature. ,je ne désespère pas de retrouver bientôt le vrai visage de l’Algérie et des algériens ,et pas ce masque hideux que quelques personnes s’ingénient à prèsenter
    Cordialement

    • Danielle B

      @ CLAUDE B – Bonjour Amiga
      heureuse et même trés heureuse de te relire
      je vois que tu profites bien de ta retraite et de tes vacances, en plus tu continues
      dans cette belle région qu’est l’Ariège
      ne te fais pas de souci pour le forum, il y a comme d’habitude du bon et du moins bon mais c’est le fait coutumier de certaines personnes, dommage que certains intervenants boivent ces inepties comme du petit lait, mais ne désespérons pas la vérité finit toujours par éclater
      je t’embrasse et je te fais toutes mes amitiés
      à bientôt de te lire
      bonne soirée

      • GB

        Un bonjour chaleureux:je suis encore retenu mais je te salue fort fort GB

      • Claude.B

        Bonjour Danielle,
        Heureuse moi aussi de retrouver toutes les personnes sympathiques et sincères de ce forum qu’il est inutile de citer car elles se reconnaîtront aisément .
        C’est installée sur un banc à l’ombre des platanes de la petite place du village que je viens vous retrouver et retrouver en même temps ce que fut mon enfance d’une part à SBA ,et d’autre part ici dans ce coin de l’Ariège ou je fis ma rentrée scolaire en CM 2 lors de notre retour en 1962 ,dans la petite école situee sur cette place . Les mêmes magestueux platanes plus que centenaires ,le même petit ruisseau ou nous jouions pendant les recréations etc etc…..
        L’impression d’avoir eu 2 vies ,avec des similitudes ,mais aussi avec tant de différence : d’où la sensation même en tant que française d’avoir 2 cultures .
        Et finalement le même attachement viscéral à deux pays ,ce qui nous est souvent reproché ,et ce qui nous vaut aussi d’être incompris et taxes de je ne sais quel projet absurde de retour …..quelle ineptie . La page est tournée ,mais les souvenirs sont intacts et il est légitimé pour nous de faire en sorte que la mémoire de nos ancêtres soit respectée ,et pas salie par ceux qui de plus n’ont rien fait de positif et constructif pour leur cher pays . Si ,ils parlent ,parlent et le plus souvent pour nous faire le reproche d’avoir simplement existe et aime un pays . Drôles de gens que ceux la ,au lieu de faire leur auto critique sur leurs actions ou inactions ,ils mettent sur le dos d’autrui le passe ,le présent et bien sur l’avenir . Mais qu’ils prennent leurs destins en main au lieu de vivre dans la complainte et l’accusation des autres qui ne sont pour rien dans leur mal être .
        Oui je me sens ici chez moi ,mais ne déplaise à certains je me sentais aussi chez moi lors d’un de mes voyages à Alger .
        C’est notre destinée ,nous ne l’avons pas choisie ,mais nous n’avons aucune raison de rougir de quoi que ce soit.
        Oui ,Danielle,les vacances m’ont fait du bien après l’année difficile passée ,et j’apprécie aussi cette retraite qui me permet d’être la et d’entretenir le bien si difficilement acquis par mes grands parents . Je le leur dois ,ils ont fait tant de sacrifices pour nous .
        Un juste retour des choses .
        Je sais aussi que mes interventions ne sont pas au goût de certains ,mais cela ne compte pas ,car ils ne comptent pas .
        Amicalement .

        • Gamra de Sidi khaled

          Madame un forum c’est l’expression libre et les opinons profusent selon les convictions de chacun Point d’étonnement!j’aime bien vous lire et j’apprécie votre fidélité a la VSBA

    • MADANI

      Qu’il est loin mon pays, qu’il est loin
      Parfois au fond de moi se raniment
      L’eau verte du canal du Midi
      Et la brique rouge des Minimes
      Ô mon païs, ô Toulouse…

      Je reprends l’avenue vers l’école
      Mon cartable est bourré de coups de poing
      Ici, si tu cognes tu gagnes
      Ici, même les mémés aiment la castagne
      Ô mon païs, ô Toulouse…

      Un torrent de cailloux roule dans ton accent
      Ta violence bouillonne jusque dans tes violettes
      On se traite de con à peine qu’on se traite
      Il y a de l’orage dans l’air et pourtant
      L’église Saint Sernin illumine le soir
      D’une fleur de corail que le soleil arrose
      C’est peut être pour ça malgré ton rouge et noir
      C’est peut être pour ça qu’on te dit ville rose
      Je revois ton pavé ô ma cité gasconne
      Ton trottoir éventré sur les tuyaux du gaz
      Est ce l’Espagne en toi qui pousse un peu sa corne
      Ou serait ce dans tes tripes une bulle de jazz ?
      Voici le Capitole, j’y arrête mes pas
      Les ténors enrhumés tremblaient sous leurs ventouses
      J’entends encore l’écho de la voix de papa
      C’était en ce temps là mon seul chanteur de blues

      Aujourd’hui tes buildings grimpent haut
      À Blagnac tes avions ronflent gros
      Si l’un me ramène sur cette ville
      Pourrai je encore y revoir ma pincée de tuiles
      Ô mon païs, ô Toulouse, ô Toulouse…
      J’espère que cette chanson vous fera plaisir mme CLAUDE j’aime écouter nougaro surtout TOULOUSE pour sa musique .

      • Claude.B

        Bonjour monsieur MADANI ,
        Merci pour cette belle chanson de Nougaro ,chanteur oh combien charismatique de la ville rose : Toulouse . Son talent lui a permis d’être un ambassadeur extraordinaire de la ville qu’il aimait tant et dont il parlait si bien .
        J’apprécie votre attention .
        Cordialement

    • Imène

      Bonsoir Claude B !
      Ravie de vous retrouver , et bienvenue at home !
      Mais quelle entrée fracassante ! et quelle pêche ! vous m’en voyez encore agréablement surprise ! certainement les vacances, le grand air, la grande bleue
      enfin bessahtek !.
      Je ne voudrai pas discuter le contenu de votre message, juste ce qui me chiffonne un peu ..c’est que la personne à qui vous faîtes allusion , la patronne du journal ( et ses émules ) et que -d’emblée- vous stigmatiser sans ménagement avec des mots trés durs.. était la seule – je dis bien la seule- sur ce forum , à avoir eu une pensée amicale pour vous lorsque vous étiez absente..et vous a souhaité une bonne retraite et implicitement un prompt retour sur le journal.. je tenais à vous le dire ..Vous le prenez comme vous voulez ! voilà.
      marhaba, welcome, m’rehva ! salem.

    • Mme CH

      Ne vous en faites pas, les VDSBéens et les VDSBéennes, n’ont plus besoin de tuteurs encore moins de tutrices, ils sont assez grands et instruits pour vérifier tout ce qu’on leur écrit puisque c’est référencé…!!! Ils savent aussi « séparer le bon grain et l’ivraie »….!!!!!

      Quelle arrogance…!!! Quelle suffisance…!! Faire croire que sur la rive Nord vous faites de l’information et que sur la rive Sud, on fait de la désinformation….quel toupet…!!!! Pourtant, presque 90% des références sont des Pays des Trois Nord…!!!! Quel esprit…et vous osez accuser les autres de tous les maux, alors que le mal est en vous……!!!

      Pour le reste, je ne vais pas m’abaisser à un niveau ridicule pour répondre à vos propos gentils….!!!!!

      Contente que vous soyez en bonne santé et bon « retour » à la VDSBA, même si vous ne l’avez jamais quittée…!!!!

  17. R.TARI

    Bonsoir, Claude B, bonsoir Danielle B, bonsoir Yves 44, bonsoir aux autres amis PN qui participent parfois sur ce forum algérien. Là où, tout comme moi il fut un temps, vous avez cru pouvoir parler d’amitiés anciennes, de souvenirs de jeunesse, du pays de nos aïeux, d’autres se sont escrimés à vouloir salir la mémoire des nôtres. D’autres, à coup de citations, ont voulu prouver tout le mal fait par la France à l’Algérie. Et depuis un clavier d’ordinateur, certains s’arrogent le droit d’expliquer ce qu’a été la vie des nôtres durant 130 ans. Et ils parlent de « suffisance » et d' »arrogance » et vont même jusqu’à affirmer que « le mal est en nous » !
    Mais peut-on, à coup de citations, expliquer ce qu’a été la vie des nôtres ? Peut-on, à coup d’affirmations péremptoires, dire ce qu’a été réellement la vie des nôtres en Algérie ? Et qui voudrait connaître notre vérité ? Et quel intérêt, finalement, de tenter d’expliquer, ou de justifier, ou de raconter ce que nous avons été ? Les Algériens de notre génération ne sont pas dupes, ils savent, tout comme nous, ce que nos parents, nos grands-parents et nos arrières grands-parents ont fait pour ce pays. Et ils savent, tout comme nous, ce que le départ des nôtres a produit. Les Algériens de notre génération, ceux ayant la chance de posséder la double culture algérienne et française, savent ce qu’ils doivent à la France. Ils savent ce que le pays était avant la colonisation et ils ont du respect pour nos aïeux qui ont lutté, avec les leurs, pour faire de l’Algérie un pays prospère. Certains, derrière leurs clavier, se targuent de connaître notre histoire alors qu’ils ne font que du copié-collé d’infos-intox prises sur des sites spécialisés. Ils citent des écrivains Français pour apporter plus de poids à leurs assertions. Mais nous pourrions également faire du copié-collé de citations d’écrivains ou d’hommes politiques arabes, possédant cette double culture citée plus haut, pour les contrer. Mais à quoi bon ? ! Nous, qui avons connu cette période, savons ce qu’il s’est réellement passé. Laissons les médisants médirent, ça les occupe et ils ont ainsi l’impression d’exister. Laissons les fourbes s’inquiéter de l’absence de l’une des nôtres et affirmer haut et fort qu’ils n’ont rien contre nous, ce ne sont que des paroles qui n’engagent qu’eux. Les Algériens de notre génération disparaissent peu à peu, tout comme les gens de notre communauté. Nos ancêtres reposent sur leur terre et certains des leurs sur la nôtre. C’est ainsi. Il n’y a rien à dire. Je ne souhaite rien aux Algériens, je ne me sens pas concernée par eux. Leur devenir ne m’intéresse pas. Ils auront ce qu’ils méritent, en bien et en mal.
    Cordialement, ami(e)s pieds noirs et cordialement à un Algérien de ma génération qui se reconnaitra qui a essayé de me joindre par téléphone aujourd’hui. Promis, j’appellerai dès demain.
    Régine TARI

    • Mme CH

      Détrompez-vous Mme Tari, c’est à la France et aux français de savoir ce qu’ils doivent à l’Algérie…et pas le contraire…..!!!!
      Pour commencer, au moins des excuses comme l’a dit votre actuel président, en 2006 déjà, avant de tourner sa veste.  » « Nous avons des excuses à présenter au peuple algérien »: « Nous sommes comptables du passé et responsables de l’avenir. La SFIO a perdu son âme dans la guerre d’Algérie. Elle a ses justifications mais nous devons encore des excuses au peuple algérien. Et nous devrons faire en sorte que cela ne se reproduise plus »….c’est déjà un pas en avant s’il se réalisait…..!!!! En cas où vous voulez le rapprochement, sinon tant pis….!!!!

      La France doit reconnaître les crimes contre l’humanité perpétrés en Algérie, pendant les 132 ans….!

      La France doit reconnaître et indemniser les victimes des explosions nucléaires, chimiques et bactériologiques. De ce fait:
      Elle doit lever le sceau du « secret défense » sur toutes les archives se rapportant aux explosions et expérimentations nucléaires, chimiques et bactériologique françaises au Sahara algérien afin qu’elles servent de documents de référence aux chercheurs et experts et permettre aux victimes de revendiquer leurs droits et entre autres connaître le nombre d’algériens (PLO et PLBT) impliqués dans le programme nucléaire français; le nom des 150 Cobayes humains; la population sédentaire et nomade concernée par les conséquences sanitaires des explosions nucléaires françaises;

      Elle doit localiser et délimiter tous les lieux des explosions et expérimentations nucléaires; localiser le matériel contaminé et indiquer exactement les endroits d’entreposage des déchets radioactifs enfouis où laissés sur place après le départ des français en 1967;

      Elle doit assurer le suivi médical des différentes victimes des rayonnements ionisants par la construction par la France de structures sanitaires spécialisées pouvant prendre en charge les pathologies radio-induites des victimes des essais nucléaires français et leur descendants et ce depuis le stade de diagnostic jusqu’à la prise en charge adéquate, tel qu’il a été préconisé dans les cas similaires (Polynésie, Japon, USA, Australie,…);

      Elle doit indemniser les victimes algériennes à l’instar des modèles USA-Il Marshall, UK-Australie, France-Polynésie, selon le principe du parallélisme des formes;

      Elle doit contribuer à la mise en place d’un système de surveillance des sites des essais à l’instar de ce qui a été réalisé en Polynésie Française et dans d’autres régions du monde ;
      Elle doit contribuer à la formation de spécialistes Algériens en décontamination;

      Elle doit nettoyer, décontaminer et réhabiliter les sites d’explosions de Reggane (hammoudia et Reggan-plateau) et In Ecker (Taouriret Tan Afella et Tan Attaram).

      Il serait raisonnable d’envisager un ou deux sites sécurisés de regroupements des déchets radioactifs. Les autorités françaises ont donné des détails sur la gestion des déchets radioactifs en Polynésie, il apparaît normal que la même démarche soit adoptée pour les sites sahariens. Idem pour B2 Namous à Béchar

      La sénatrice honoraire Hélène Luc: “Si la bombe Française n’a pas été lâchée sur un peuple, elle a quand même déjà tué”.

      La France doit nous donner les plans des foutus mines anti-personnelles qu’elle a plantées comme des choux à l’époque, mais qui tuent jusqu’à ce jour et personne de votre communauté ne s’en soucie…. !!!

      La France doit restituer les cranes décapités et les restes des vaillants combattants algériens morts pour la liberté, étalés dans vos musées…..!!!! Quelle civilisation….!!!!

      La France doit restituer le trésor de la régence d’Alger et payer tout ce qu’elle a spolié pendant 132 ans…y compris le prix du fer de la Tour Eiffel… !!!!!

      Alors si vraiment les algériens doivent quelque chose à la France maîtresse de la barbarie, la torture, les enfumades, les viols, les crimes, le terrorisme etc…. faites la soustraction et vous verrez qu’elle restera endettée jusqu’aux os pendant de longues périodes encore….!! Sans parler des morts car la vie n’a pas de prix ni de la multitude des autres préjudices…. !!!! Et encore, ce n’est pas tout…!!!!

      • Imène

        Je vous applaudis bien fort Mme CH ! Bravo ou yaatik essaha..MAIS :
        c’est à NOS POLITIQUES de faire les démarches nécessaires, et d’adopter la ligne de conduite pour que justice soit rendue ..malheureusement !
        sur le terrain c la lune de miel entre les dirigeants FR et DZ ( qui va se transformer en fiel ) si ça continue! je vous souhaite une bonne et douce nuit ma soeur !

    • Bouchentouf

      @ Mme Tari
      Il faudra bien vous mettre à l’esprit un jour que l’Algérie appartient désormais aux Algériens, que c’est un pays indépendant, libre avec tous ses défauts et ses qualités aussi, il ne vous en déplaise. Ce pays n’est pas si horrible que l’on décrit parfois dans ce journal qui me déçoit de jour en jour et même si son environnement a changé, l’Algérien vit beaucoup mieux que cette époque coloniale que vous regrettez ainsi que vos amis Pieds Nickelés de l’OAS. Vous le savez bien qu’en 1962, tout, absolument tout était à refaire. Faire la paix, faire le pain, faire du blé dans les campagnes désertées, faire des murs et des maisons dans les villages en ruine, faire de nouvelle écoles pour les nouveaux venus, faire des usines pour le pétrole qui va couler à flot, faire des livres et des journaux aussi. Il fallait faire le printemps et l’été sans attendre l’automne et tenter l’impossible quand tout était entre les mains des Français qui dans un vent de panique compréhensible dans le contexte, s’étaient volatilisés emportant avec eux tout leur savoir faire. Il a fallût donc bien improviser pour la remise en Etat des lieux et ce n’est pas seulement 50 ans d’existence qui vont nous donner l’expérience nécessaire pour rattraper le retard accumuler par 132 ans de colonialisme mais viendra certainement l’heure des gestionnaires et du travail productif pour progresser encore et encore. Si la catégorie de Français PN comme vous, nostalgiques de cette Algérie de papa sont aigris de l’avoir perdue, les Français dans leur majorité empêtrés dans leurs problèmes quotidiens, n’ont rien à faire de votre histoire aussi tragique soit elle. Ils la connaissent cependant comme l’étape barbare d’un impérialisme Français justifiant toutes les violences faites aux indigènes, avez-vous oublié l’accueil que vous ont réservé ces Français là lors de votre retour au bercail ? Un accueil pathétique qui démontre combien qu’ils étaient hostiles à la politique coloniale de la France. S’il y avait encore quelqu’un qui essayait de vous comprendre ou parfois même d’avoir de la commisération surtout dans le déchirement et la douleur d’un exil sans retour, c’était bien cet Algérien qui vous répond et si dans un relent raciste vous avez senti en lui une odeur nauséabonde, c’est parce qu’il pourrissait dans un gourbi le ventre creux à la lueur d’une lumière blafarde d’un quinquet, ayant pour compagnons de nuit les poux et les puces qui laminaient son corps frêle. Je dirais tant mieux pour vous si vous étiez bien mieux loti que mes pauvres parents, que vous sentiez bon le « Ploum-Ploum » de jadis et que vous mangiez à votre faim quand je me contentais d’une grappe de raisin chipée dans le jardin du colon d’en face en faisant attention aux tirs de carabine à sel qui brûlaient les fesses des heures durant ; n’allez donc surtout pas nous faire digérer à la manière d’un négationniste que nous étions heureux sous le joug colonial. Même si à cette époque révolue, j’étais un jeune garçon insouciant qui a gardé en mémoire les quelques souvenirs agréables en côtoyant d’autres pucerons roumis à la frontière de la Mekerra, c’était peut être parce j’aspirais comme eux à d’autres rêves pour ne pas vivre le cauchemar qui se jouait autour de moi. Quand à la double nationalité Franco-Algérienne dont vous nous faites tant de reproches, c’est un DROIT que nous attribue la constitution Française, il ne vous en déplaise encore. Un droit qui signifie un ensemble de règles s’appliquant à l’activité des hommes qui vivent en société répondant à une préoccupation utilitaire pour permettre à la vie sociale de se dérouler sans trop de heurts. C’est dans ce sens subjectif d’utilitaire que j’ai choisi d’être Français et n’attendais surtout pas de moi que je sois un assimilé qui pue l’alcool, c’est avec ce genre d’idée que vous avez perdu l’Algérie ne l’oubliez pas non plus ! Si vous pensez que cela est contradictoire dites vous que j’aurais pu faire partie de ces milliers d’autres Français PN ou pas qui s’étaient révoltés autrefois contre le colonialisme et la politique nihiliste de la France impériale qui n’existe plus. Mais dites-moi avec la perte de repère du à la mondialisation galopante et à la course au trésor, c’est quoi être Français de nos jours ? Sachez que si je suis Français d’esprit par ma culture francophone, je suis Musulman de cœur comme mes frères Algériens et c’est le plus important à mes yeux.
      Vous qui apparemment préférée les chiens aux hommes n’oubliez pas que celui qui promène son chien est au bout de la laisse ….. Cordialement à mes amis Algériens qui se reconnaitront

      • Albarracin de sidi bel abés

        à mr Bouchentouf

        Bonjour! j’ai pleinement apprécié la tonalite de votre témoignage, qui sonne juste, parcequ’il est l’expression d’un vécu !
        Permetez moi de vous confier ce ci; Un intervenant sur la VSBA, rappela que l’espace libre derriére l’Ecole Marceau, avait servi à des protagonistes pour se battre à l’abri des témoins. Cet espace, fut pendant l’année scolaire 1952, ce lieu où entre midi je dévorai mon sandwitch! C’était aussi l’endroit où se réunissait le marché aux bestiaux! Je n’ai jamais assisté à une rixe!
        Mes parents m’avaient inscrit à la cantine scolaire , que j’ai du fréquenter moins d’une semaine! Je ne pouvais malgré mon jeune âge supporter les sorties de la cantine scolaire, où nous attendait un petit nombre de jeunes musulmans quémendant un peu de nouriture! Pas simple de vivre ce spectacle, et encore moins de donner satsfaction autrement qu’un morceau de pain, un fruit…
        J’ai donc eté témoin , affectivement touché par la détresse de la situation d’enfants de mon âge !
        Puis prendre conscience du caractère injuste de la situation , dont je patagéais par ailleurs la condition de l’habitat , sans eau, ni électricité.Un frére vivant en France comme ouvrier mineur , vint me récupérer, puis ma mère, puis mon père, ainsi en 1952 nous étions exilé en france en Moselle!
        C’est un témoignage de PN , et comme moi, nous étions sans doute plus nombreux qu’on l’imagine! La lutte des classes et la lutte des races, appartient au patrimoine honteux ou glorieux de l’humanité!
        L’hiver 56 ? (à vérifier) L’abbé Pierre en France s’insurge contre la misère, et la précarité des familles entières….Sans distinction de races ou de religions……Je serais toujours du coté des oprimes , mais aussi contre les amalgames..du tous pourri!
        Par ailleurs, chacun dans son vécu, est confronté à son destin de classe, à des rencontres qui illuminent sa vie, ou qui détruit le zeste de compassion qui pouvait le rendre fier d’appartenir au genre humain!
        Le fils de colons, richissismes, pouvait tout autant être généreux ou méprisant, non pas selon les circonstances , mais tout simplement parceque chaque être humain est un mystère , le chemin qui mène à la connaissance de soit est semé d’embuches , Prétendre et pire encore juger tout un groupe humain est une, injustice, Je serais donc toujours à m’opposer quand je lis, les PN/ Les JUIFs, Les ARABES….Les BOCHES etc
        Salutations

      • R.TARI

        Bonjour M. Bouchentouf
        Quelle étrange manière de commencer votre post qui m’est dédié, bien qu’il semble néanmoins qu’il s’agisse d’un message ou acte de foi envers vos coreligionnaires. « Il faudra bien vous mettre à l’esprit un jour que l’Algérie appartient désormais aux Algériens, que c’est un pays indépendant, libre avec tous ses défauts et ses qualités aussi, il ne vous en déplaise ». Mais Monsieur, je n’ai jamais dit le contraire de ce que vous vous évertuez à m’écrire, et j’en comprends la véritable raison en lisant votre prose, l’Algérie est bien aux Algériens, depuis 1962 et aucun doute ni regret dans mon esprit.
        Je vous fais remarquer que la description de l’Algérie actuelle est faite par les Algériens, gens du peuple qui y vivent ou encore par les journalistes qui y travaillent, ou les amis, Français et Algériens qui s’y rendent régulièrement et qui m’en parlent à leur retour ou m’adressent des photos de là-bas. Je n’invente rien, ce sont eux qui parlent et moi, je les écoute, je les entends et même si je ne me sens pas concernée, je les plains parfois.
        M. Bouchentouf, ne soyez pas aussi catégorique dans vos formulations, surtout quand vous écrivez « Si la catégorie de Français PN comme vous, nostalgiques de cette Algérie de papa sont aigris de l’avoir perdue ». Cela prouve bien votre parti pris contre les gens de ma communauté et cette rancune latente de la part d’un ex enfant de là-bas, qui ne m’étonne pas.
        Vous me dites « … ce n’est pas seulement 50 ans d’existence qui vont nous donner l’expérience nécessaire pour rattraper le retard accumulé par 132 ans de colonialisme… ». Je constate avec un certain amusement que, bien que Français, vous vous associez à vos frères Algériens dans ce NOUS sans équivoque…
        Très beau, le passage qui dit « S’il y avait encore quelqu’un qui essayait de vous comprendre ou parfois même d’avoir de la commisération surtout dans le déchirement et la douleur d’un exil sans retour, c’était bien cet Algérien qui vous répond et si dans un relent raciste vous avez senti en lui une odeur nauséabonde, c’est parce qu’il pourrissait dans un gourbi le ventre creux à la lueur d’une lumière blafarde d’un quinquet, ayant pour compagnons de nuit les poux et les puces qui laminaient son corps frêle ». Zola n’a qu’à bien se tenir ! Mais que savez-vous, Monsieur, de la vie des miens, puisque c’est à moi, n’est-ce pas, que vous vous adressez, à moins que vous ne fassiez, comme certains de vos frères, l’amalgame facile et régulier du pied noir -colon-raciste, etc. ?
        Vous osez me dire « Quand à la double nationalité Franco-Algérienne dont vous nous faites tant de reproches, c’est un DROIT que nous attribue la constitution Française, il ne vous en déplaise encore » . Relisez les écrits de vos compatriotes Algériens, Monsieur, et vous verrez que ce sont eux qui englobent les bi-nationaux, dont vous êtes, dans le terme péjoratif de harkis. Et si la France, dans sa grande largesse et mansuétude et sottise aussi, parfois, vous a donné, ainsi qu’à d’autres, le droit de se proclamer Français, je pense que vous avez bien fait de sauter sur cette opportunité qui vous aura permis de devenir fonctionnaire de l’éducation nationale française et ne pas faire partie du troupeau qui essaie de vivre ou de survivre dans ce pays qui vous agrée tant et qui me laisse totalement indifférente. Si votre religion est le plus important à vos yeux, cela vous appartient, n’oubliez pas toutefois qu’elle ne vous permet en aucune façon de formuler, à mon endroit, des insultes à peine déguisées car je vais vous apprendre autre chose, Monsieur, je préfère en effet les chiens aux hommes, et ceux qui ont partagé ma vie ne portaient pas de laisse et ma préférence aujourd’hui va aux chats.

      • Mme CH

        Salam Mr Bouchentouf….!!!! J’apprécie vivement votre commentaire sans Chegleb Megleb (rires) et vous avez bien fait de lever certaines équivoques et nuances…!!!

        Permettez-moi, aussi de saisir cette opportunité pour apporter certaines précisons, puisque je ne dialoguerai plus directement avec une « sympathisante » de l’OAS, c’est un trait rouge que je ne dépasserai jamais. D’ailleurs, je suis fière, n’en déplaise à certains, d’avoir mis à nu cette Corneille Noire qui se cachait sous ses doux masques de couleurs caméléon, pour des raisons bien connues….!!!!

        Même Mr Albarracin a commis l’imprudence de mettre dans le même sac, les « PN », les Harkis et les exilés….!!!! D’ailleurs,, je n’aime pas trop ce terme, car il me fait penser à l’exil forcé et à la déportation des algériens en Nouvelle Calédonie et ailleurs….!!! C’est une autre histoire de ces pôvres victimes….!!! Et certains osent parler des effets positifs de la colonisation…!!! Pffffffffffffffffffffffff…!!! Mais vous nous prenez pour qui….????

        Chacune des trois catégories a son statut…!!! Les « PN »: on a eu tout le plaisir de les connaître sur ce site; les Harkis: sont les Traîtres qui ont vendu leur âme à leurs Maîtres donc, ils ont choisi leur camp et n’ont qu’une nationalité, française bien sûr. Et entre nous , ils méritent le sort qui leur a été réservé…!!!! Même si une partie de ces traîtres qui sont restée en Algérie, se la coulent douce, mais bon , espérons qu’ils sont guéris maintenant, et qu’ils n’ont plus les mêmes réflexes d’antan…..!!!!

        Quant aux immigrés algériens ou binationaux, qui sont partis en France à plusieurs époques et pour plusieurs raisons, ceux là, sont nos compatriotes….!!! Il y a certes parmi eux des manchots qui se prennent pour des pingouins nourris au fromage puant, ici et là bas, mais il y a aussi des Pingtruches, des Autouins qui aiment leurs pays parfois plus que certaines autruches, donc, ne mettons pas toutes les catégories dans le même panier….!!!! D’ailleurs, je me demande pourquoi, ils essayent de faire cet amalgame ..??? Peut être, pour brouiller les cartes et attirer le plus grand nombre de personnes pour faire pression, sur les deux rives, surtout en périodes d’élections ….!!!! Enfin, qui vivra verra..!!!

        Mes Cordiales Salutations Monsieur…!!!!

  18. R.TARI

    DECLARATION de Jacques SOUSTELLE 11 septembre 1962..

    * Comment le peuple français, qui pourtant n’est pas dénué de sensibilité humaine, en est-il arrivé là ?
    Comment est-il descendu jusqu’à ce degré d’indifférence, à cette dureté de cœur, à cette sécheresse ?
    Le Christ disait :  » Si votre frère vous demande un pain, lui donnez-vous une pierre ? »
    Et voilà que le peuple de Métropole, d’ancienne formation chrétienne – souvent ses prêtres et ses pasteurs en tête – s’est mis à offrir des pierres à ses frères malheureux qui avaient perdu leur terre.

    L’explication de ce phénomène paradoxal et révoltant doit être recherchée dans l’immense opération psychologique menée après 1954 par toute une partie de la presse.

    Le problème posé était celui-ci :

    « Comment faire en sorte que les Français, chrétiens, israélites ou laïques de la Métropole, abandonnent sans remords à la mort ou a l’exil leurs compatriotes, coreligionnaires ou compagnons de convictions philosophiques qui ont eu le tort de naître en Algérie? »

    La réponse est simple : présenter ces Français d’Algérie sous un jour tel qu’ils apparaissent comme haïssables et, par conséquent, comme indignes d’être défendus. La machine de propagande a joué à fond et elle a gagné.

    Il a été entendu dès le début, pour l’Express comme pour Le Monde puis pour Le Figaro, que le Français d’Algérie avait toujours tort.

    Défendait-il ses droits ? C’était un colonialiste.

    Réclamait-il l’égalité des droits entre les musulmans et lui-même ? Il mentait.

    Le F.L.N. massacrait-il femmes et enfants français ? C’était une pénible conséquence d’un état de choses dont, en dernière analyse, les Français d’Algérie étaient eux-mêmes responsables.

    Les Français d’Algérie se défendaient-ils ? C’étaient des criminels.

    Les chefs d’orchestre fort habiles et expérimentés qui ont mené cette campagne n’ont pas négligé de faire appel à une gamme très étendue de sentiments : depuis la générosité contre les  » colons  » âpres au gain et attachés à leurs « privilèges » jusqu’à l’envie déchaînée contre ces « milliardaires » qui prétendaient encore faire combattre à leur profit les petits gars du contingent.

    Ainsi on concentrait la haine aveugle du public sur le petit artisan de Bab-el-Oued qui vivotait à 20 % au-dessous du niveau de vie de son homologue

    Toujours pour arriver à l’abandon avec bonne conscience, on est descendu jusqu’au racisme.

    « Ces Français d’Algérie,…  » chuchotait-on  » est-ce que ce sont vraiment des Français ?

    Ne s’agit-il pas plutôt d’un ramassis d’Italiens, d’Espagnols, de Maltais ?  »

    D’où le résultat qu’un Français qui s’appelait Giacomoni et dont le grand-père fut naturalisé à Aix en Provence pouvait sans remords livrer au couteau des égorgeurs un Français appelé Giacomoni dont le grand-père était arrivé à Chiffalo en 1890 !

    De même qu’il fallait dépeindre les Français d’Algérie comme une meute fasciste d’exploiteurs sans scrupules et de réactionnaires attardés, il fallait que les Métropolitains – en particulier les hommes politiques – qui combattaient pour le maintien de l’Algérie dans la République, fussent disqualifiés par une campagne de calomnies allant jusqu’à l’assassinat moral.

    La presse d’extrême gauche s’est chargée de cette opération, reprise avec une ampleur écrasante par l’Etat lui-même et par tous les moyens de propagande qui dépendaient de lui en 1960.

    Du moment où l’on défendait l’Algérie Française, on était un « fasciste », un « activiste d’extrême droite » un « néo-nazi ».

    La propagande traitait d’hitlérien Godard qui se battit au Vercors, Bidault qui présida le C.N.R. sous l’occupation nazie, Saint-Marc qui souffrit à Buchenwald et exaltait les « démocrates » du genre de Mohamedi Saïd qui porta l’uniforme allemand et la croix gammée avant d’être parachuté en Algérie en 1943 par la Gestapo dont il était l’agent.

    Ben Khedda qui dirigea avec son chef Zighout Youcef les épouvantables massacres du 20 août 1955 était un modéré tandis que Jouhaud méritait bien d’être condamné à mort et l’on donnait du « Monsieur » à Ben Bella tandis que le dernier des pieds-plats de la R.T.F. se permettait d’insulter Salan !

    Puisque j’exprime ici, en dépit du bâillon que le Pouvoir voulait m’imposer, ma pensée toute entière, j’élève une protestation solennelle et véhémente contre la calomnie sous laquelle on veut accabler les défenseurs de l’Algérie Française.

    Moi qui n ‘avais en Algérie ni un mètre carré de sol ni un pied de vigne et qui avais tout intérêt à poursuivre une fructueuse carrière politique en me reniant comme Debré et Frey, je déclare que j’ai cru sincèrement à l’Algérie française, que la paix et la réconciliation étaient à portée de notre main après le 13 mai 1958, que je n’ai été guidé dans ce choix par aucun intérêt particulier et que je n’ai jamais eu en vue que celui de mon pays et l’idéal de la République.

    De toutes mes forces, je dénonce l’assassinat moral dont ceux qui pensent comme moi et moi-même avons été les victimes.

    Le temps peut passer, les faits accomplis succéder aux faits accomplis, un Ossa de lâcheté s’entasser sur un Pélion d’indifférence : jamais, quant à moi, je n’admettrai que le crime perpétué en juillet 1962 soit autre chose qu’un CRIME.
    Jacques Soustelle

    • Mme CH

      Coucou Mme Tari, vous dites: « certains, derrière leurs clavier, se targuent de connaître notre histoire alors qu’ils ne font que du copié-collé d’infos-intox prises sur des sites spécialisés. »….. et 20 mn après vous nous sortez un article d’infos-intox de sites spécialisés….!!! N’est elle pas belle la vie…?? Faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais… !!!

      Hummmmmmmmmm..!!!! Ça sent le brûlé Mme Tari, vous ne sentez rien..??

      Ça vient sûrement de ce terroriste de l’OAS « Jacques Soustelle » qui ose parler de crimes pour qualifier les actes de glorieux combattants de la liberté qui ne faisaient que défendre leur pays… !!!! Et ces actes à lui, il les qualifie de caresses peut être…. !????
      Voyons voir les grandes lignes du CV de ce criminelle de l’OAS, oui Jacques Soustelle.
      Il est ministre des Colonies le 21 novembre 1945 dans le gouvernement provisoire. Après la démission du Général de Gaulle, il quitte le gouvernement. Député sortant, il conduit une liste Rassemblement des gauches républicaines, et est battu en juin 1946…. !!!
      Il soutient l’action du général de Gaulle. Il est avec lui lors du Discours de Strasbourg amenant la création du rassemblement du peuple français. C’est à Jacques Soustelle que le général de Gaulle confie au début de 1947 l’organisation du RPF. Il en devient le premier secrétaire général de 1947 à 1951, et y défend une opposition intransigeante aux partis de la Troisième Force.
      Il prend la présidence du groupe parlementaire RPF à l’Assemblée nationale. Lors d’une crise ministérielle en janvier 1952, pressenti pour prendre la présidence du conseil, il doit renoncer, suite à l’injonction du général de Gaulle qui refuse toute compromission. Il est considéré comme partiellement responsable des dissensions au sein du RPF qui le 6 mars 1952, finissent par aboutir à une scission. Il est élu conseiller municipal à Lyon en 1953. Député influent, il vote l’investiture de Pierre Mendès France le 18 juin 1954.
      Il est nommé gouverneur général de l’Algérie au début de la guerre (26 janvier 1955-1956) par Pierre Mendès France. La politique de Soustelle, qui est un ethnologue de formation, c’est l’assimilation des musulmans et de leur culture. Mal accueilli à son arrivée le 15 février 1955 par les Pieds-Noirs, il devient néanmoins un adversaire déterminé du FLN.
      Le député Soustelle est réélu le 2 janvier 1956 sous l’étiquette gaulliste des Républicains sociaux où il est le seul réélu. Même si les Républicains sociaux font partie du Front Républicain, Guy Mollet le remplace comme gouverneur général par le Général Catroux. Le 2 février 1956, une foule énorme veut s’opposer à son retour en métropole. Il fonde, en mars 1956, l’Union pour le salut et renouveau de l’Algérie française (USRAF), qui regroupe les partisans les plus déterminés de l’Algérie française.
      Il œuvre, dans les derniers temps de la IVe République, pour le retour de De Gaulle au pouvoir, ce dernier étant un espoir fort pour beaucoup de citoyens des départements français d’Algérie. Il devient ministre de l’information dans le gouvernement de Gaulle (1958-1959) marquant la fin de la IVe République. Il défend une politique favorable à l’État d’Israël, et de fermeté et de guerre contre le FLN, en prônant toujours l’assimilation en Algérie.
      Réélu député en 1958 sous l’étiquette UNR dont il est membre du comité central, il reste un proche du président de Gaulle et entre au gouvernement avec le portefeuille de ministre délégué auprès du Premier ministre Michel Debré, chargé du Sahara, des DOM et TOM et des Affaires atomiques (1959-1960). Il fonde en en 1959, avec Georges Bidault, Léon Delbecque et Robert Lacoste, le Rassemblement pour l’Algérie française (RAF), dissous en 1962, à l’indépendance.

      Maintenant passons à son engagement dans l’OAS
      Les choix du général de Gaulle pour l’avenir de l’Algérie sont pour lui une profonde déception. Il entre en conflit avec le général et se prononce résolument pour l’Algérie française. Il est alors démis de ses fonctions gouvernementales le 5 février 1960 suite à la Semaine des barricades. Il quitte le mouvement gaulliste de l’UNR en raison de ses positions sur l’Algérie française.
      Après l’échec du putsch des généraux, Jacques Soustelle rejoint l’OAS dont il fait partie des instances dirigeantes. Après une conférence de presse le 18 décembre 1961 dans laquelle il expose ses convictions pro-OAS, son action en faveur du maintien de l’Algérie au sein de la République française le conduit à être poursuivi pour atteinte à l’autorité de l’État. Il part en exil pour l’étranger et un mandat d’arrêt est lancé contre lui (il sera gracié en 1968).

      On comprend mieux les raisons qui l’ont poussé à faire cette déclaration..!!
      Merci pour la dédicace Mme Tari, j’espère que vous étiez assez jeune à cette période… !!!
      A mon tour de vous faire une dédicace…. !!!!

      • Mme CH

        Amnesty International demande que les responsables des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité commis durant la guerre d’Algérie soient traduits en justice.

        Des hauts responsables militaires français de la guerre d’Algérie (dont les généraux Jacques Massu et Paul Aussaresses) admettent aujourd’hui publiquement avoir ordonné ou pratiqué la torture et les exécutions extra judiciaires. D’autres continuent de se taire. Il s’agit de crimes qui continuent de bénéficier d’une impunité absolue.

        Les crimes décrits par ces généraux constituent des crimes de guerre et peut-être même des crimes contre l’humanité qui doivent faire l’objet d’une enquête, et dont tous les responsables doivent être traduits en justice, et les victimes indemnisées.

        En application des Conventions de Genève et du droit coutumier international, tous les états ont compétence universelle et doivent traduire en justice et punir les responsables des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité. De tels principes doivent s’appliquer à la guerre d’indépendance d’Algérie (1954-1962) et pour toutes les parties.

        Amnesty International rappelle que les aspects positifs du débat qui a
        lieu en ce moment en France se doivent d’être concrétisés par des mesures conformes aux principes internationaux qui régissent les crimes reconnus par ces généraux.

        Reconnaître ces crimes ne saurait suffire. Le vrai débat porte sur l’impunité dont continuent de bénéficier leurs responsables et le déni de
        justice auquel continuent de faire face les victimes et leurs familles.

        Les autorités françaises ont salué l’arrestation du général Pinochet en Angleterre. Il s’agit maintenant d’appliquer les principes qui ont gouverné leur attitude aux nouveaux développements qui se déroulent dans leur propre territoire à la suite des déclarations des généraux Massu et
        Aussaresses.

        Les procédures judiciaires engagées ces dernières années en France
        (Barbie, Papon, et Touvier notamment) et ailleurs concernant des crimes
        perpétrés des décennies auparavant ont démontré que les impératifs de
        justice ne peuvent être effacés par le temps.

        Le caractère imprescriptible de ces crimes est un fait reconnu par le
        droit international.

        Amnesty International considère que le manque de volonté politique
        des gouvernements français successifs de traduire en justice les
        responsables de ces crimes a contribué a présenter la torture, les
        exécutions sommaires et les « disparitions » comme des maux nécessaires.

        « La lutte contre l’impunité constitue la pierre d’angle de
        l’éradication de la torture et des crimes contre l’humanité » conclut AI.

        C’était la première dédicace…!!!

        • Mme CH

          « La Gestapo française »
          Le 13 janvier 1955, sous le titre « Votre Gestapo d’Algérie », Claude Bourdet dénonce la torture pratiquée par la police et l’armée en Algérie. Il écrit dans l’hebdomadaire France Observateur :
          « Le supplice de la baignoire, le gonflage à l’eau par l’anus, le courant électrique sur les muqueuses, les aisselles ou la colonne vertébrale, sont les procédés préférés, car bien appliqués ils ne laissent pas de traces visibles. Le supplice de la faim est également constant. Mais l’empalement sur une bouteille ou un bâton, les coups de poing, de pied, de nerf de bœuf ne sont pas non plus épargnés. Tout ceci explique que les tortionnaires ne remettent les prisonniers au juge que cinq à dix jours après leur arrestation … Une fois que les Gestapistes ont dicté et fait signer à leurs victimes à demi-mortes « l’aveu » qu’il leur plaît d’attribuer, le reste du séjour à la police sert à remettre le prisonnier en état, au besoin à le soigner (mais oui !) afin qu’il soit présentable lorsqu’on le mène au juge ».
          De 1955 à 1960, Bigeard, alors colonel, a été un de ces Gestapistes, mais l’amnistie rapidement proclamée par la France, immédiatement après l’indépendance de l’Algérie, a empêché que ces crimes puissent être largement connus.
          Henri Alleg, journaliste à Alger Républicain, lui-même torturé, remarque :
          « Les délits et crimes liés à la guerre d’Algérie ont été amnistiés […] Aucun autre événement de l’histoire de France n’a bénéficié d’une mesure aussi rapide et systématique. […] Un tortionnaire aurait la possibilité de faire condamner en diffamation sa victime si elle l’accusait ! Car l’amnistie est assortie d’une obligation d’amnésie ». [3]
          Il a fallu attendre juin 2000 et la publication par Le Monde du témoignage de Louisette Ighilahriz pour que ces pratiques soient publiquement et largement dévoilées.
          En 1957, âgée de 20 ans, Louisette est une combattante du Front de libération nationale (FLN) ; tombée avec son commando dans une embuscade tendue par les parachutistes du général Massu, elle est capturée et emmenée, grièvement blessée, au quartier général. Là, elle est sévèrement torturée, sans relâche, trois mois durant.
          Dans son récit, Louisette précise comment Massu, ou bien Bigeard, quand ils venaient la voir, l’insultaient et l’humiliaient avant de donner l’ordre par gestes de la torturer.
          Elle écrit : « Massu était brutal, infect. Bigeard n’était pas mieux ».
          Louisette a souvent hurlé à Bigeard : « Vous n’êtes pas un homme si vous ne m’achevez pas ».
          Et lui répondait : « Pas encore, pas encore ! ».
          Elle ne doit sa survie qu’à un médecin militaire qui la découvrit fin décembre 1957. Il la fit transporter dans un hôpital où elle échappa à ses tortionnaires. C’est cet homme qu’elle voulait retrouver au moyen de son récit dans Le Monde pour pouvoir lui dire merci.
          Aujourd’hui encore, à plus de 60 ans, Louisette souffre des séquelles physiques et psychiques des mauvais traitements qui lui ont été infligés.
          Son récit a été à l’origine d’un flot de courriers de lecteurs et d’articles dans de nombreux médias français ; parmi ceux-ci, le témoignage d’un autre combattant du FLN – Noui M’Hidi Abdelkader – arrêté à Paris en 1958, incarcéré et torturé à Versailles ; ce qui confirme que la torture était également pratiquée en France.
          A la suite de ces révélations, Massu, qui s’est vanté de s’être administrée lui-même la « gégène » (générateur d’électricité utilisé pour la torture) a reconnu que « la torture avait été généralisée en Algérie » et « institutionnalisée avec la création du Centre de coordination interarmées (CCI) et des Dispositifs opérationnels de protection (DOP) ». Il affirme toutefois qu’il n’y a « jamais été directement mêlé ».
          Même ligne de défense de Bigeard, pour qui la torture a été un « mal nécessaire », mais qui dément l’avoir pratiquée lui-même.
          « Les crevettes de Bigeard »
          Cette expression désigne les personnes qui ont été exécutées illégalement durant la guerre d’Algérie en étant jetées depuis un hélicoptère en mer Méditerranée, les pieds coulés dans une bassine de ciment.

          Quelle barbarie….!!!!

          • Mme CH

            Sans l’histoire de Louisette Ighilahriz, racontée à la « une » du Monde le 20 juin 2000, le retour de mémoire des années 2000 sur la guerre d’Algérie n’aurait pas eu lieu. Ce jour-là paraît un court récit en forme de coup de poing. « J’étais allongée nue, toujours nue. Ils pouvaient venir une, deux ou trois fois par jour. Dès que j’entendais le bruit de leurs bottes, je me mettais à trembler. Ensuite, le temps devenait interminable. Les minutes me paraissaient des heures, et les heures des jours. Le plus dur, c’est de tenir les premiers jours, de s’habituer à la douleur. Après, on se détache mentalement. C’est un peu comme si le corps se mettait à flotter… » Louisette Ighilahriz avait 20 ans quand elle s’est retrouvée, grièvement blessée, dans les locaux de la 10e division parachutiste (DP) à Alger, en septembre 1957, après un accrochage avec l’armée française. Pendant sa captivité, elle voit passer de temps à autre Massu et Bigeard, deux des plus hauts responsables militaires de l’époque. C’est un de leurs adjoints, le capitaine Graziani, qui est chargé de l’interroger. Ce pied-noir n’utilise ni la gégène ni le supplice de l’eau pour faire parler sa prisonnière. Il la viole.
            Si Louisette Ighilahriz sort de l’enfer au bout de trois mois, c’est grâce à un inconnu, un certain commandant Richaud. Quand cet officier – le médecin militaire de la 10e DP – découvre l’état dans lequel elle est, il s’émeut. « Vous me faites penser à ma fille », lui dit-il, avant d’ordonner son transfert à l’hôpital, puis en prison. Louisette n’oubliera jamais cet inconnu dont elle ne connaît que le nom. Toute sa vie, elle rêvera de le retrouver pour lui dire merci. Quand elle se confie au Monde en avril 2000 à Alger, c’est dans l’espoir de le revoir. En imaginant qu’il soit toujours vivant.
            L’article, sitôt publié, soulève une émotion considérable. Bigeard menace le journal d’un procès « qui le mettra à genoux » et qualifie le récit de Louisette Ighilahriz de « tissu de mensonges ». « Le commandant Richaud, prétend-il, n’a existé que dans l’imagination de l’ancienne combattante algérienne. » Contre toute attente, c’est le général Massu qui va donner du crédit à cette histoire. « Richaud était l’un de mes bons amis, un homme de grande qualité, un humaniste mais il est mort il y a deux ans », révèle-t-il.
            Plus inattendu encore : au cours de cette interview accordée au Monde, Massu avoue que la torture « n’est pas indispensable en temps de guerre » et que l’on pourrait « très bien s’en passer ». « Quand je repense à l’Algérie, cela me désole. La torture faisait partie d’une certaine ambiance. On aurait pu faire les choses différemment », ajoute-t-il. Les « regrets » de Massu créent la stupeur. S’ajoutant à l’histoire de Louisette Ighilahriz, ils déclenchent un « retour du refoulé » sur la guerre d’Algérie auquel personne ne s’attendait. « Jamais je n’aurais cru assister à cela de mon vivant », déclare, bouleversé, l’historien Pierre Vidal-Naquet.

            Que dire….!!!!

            • Mme CH

              Le 9 novembre 2000, Le Monde, sort l’histoire de Khéïra Garne, qui vit dans un cimetière d’Alger, entre deux tombes, à demi folle. Khéïra avait 15 ans quand elle a été victime d’un viol collectif commis par des soldats français, à Theniet El-Had, au sud-ouest d’Alger. De ce drame, elle a eu un fils, Mohamed. Cet homme, qui se dit « français par le crime », ne cherche pas à identifier son père – « pour moi, un treillis vide, les yeux vides », dit-il sèchement – mais à faire reconnaître par l’administration française le préjudice qu’il a subi. Il réclame une pension en tant que victime de guerre, souffrant de troubles psychiques. Mais le ministère de la défense la lui refuse, au motif qu’il n’est pas une victime de la guerre d’Algérie puisqu’il en est… le fruit !
              « SANS REGRETS NI REMORDS »
              L’histoire de Khéïra et Mohamed Garne sera le prélude à une autre enquête du Monde, cette fois-ci sur les viols commis par l’armée française pendant la guerre d’Algérie. Non, les viols n’ont pas été de simples « dérapages » mais ont eu un caractère massif… Cette « découverte-redécouverte » de la guerre d’Algérie prend une tournure plus politique à partir du 31 octobre 2000, avec l’appel des douze. A l’initiative de L’Humanité, douze grands témoins, parmi lesquels Henri Alleg et Pierre Vidal-Naquet, qui avaient pris à la fin des années 1950 un engagement de premier plan, invitent l’Etat français à « promouvoir une démarche de vérité qui ne laisse rien dans l’ombre ».
              C’est dans ce contexte que le général Aussaresses sort de l’ombre pour la première fois. Dans une longue interview publiée par Le Monde le 23 novembre 2000, le coordinateur des services de renseignements à Alger en 1957 dévoile les secrets de la « Grande Muette ».

              Voyons ce qu’il va dire ce criminel….!!!!

              • MADANI

                MME CH cette histoire je l’ai suivi moi je suis au courant j’ai vu aussi à la télé cette dame et ce monsieur qui est son fils et pour lequel elle a demandé à la france sa reconnaissance en tant que fils d’un soldat français qui l’a violé et elle a eu gain de cause CE QUE VOUS NE VOULEZ PAS DIRE c’est que ce monsieur une fois grand il a été mis au courant par sa mère d’ou il vient et de qui la première chose qu’il a fait il a écrit au MAE français qui l’a orienté vers le consulat d’alger ou il a eu son visa pour la france il est venu en france expliquer son histoire afin d’avoir sa nationalité française pour s’installer en FRANCE il a été reconnu , a eu ses papiers et tout un tas de droit dont il avait droit ce monsieur vit en france depuis son arrivée et cherche depuis son père français pourtant il avait une bonne situation à alger il a fait allégence à la france il a dit la france est mon pays et je veux y vivre je reviendrai de temps en temps voir ma mère tant qu’elle sera en vie d’ailleurs elle était folle la pauvre il voulait vivre et être français et non algérien pays qu’il a surement mis une croix sur et ça ça veut TOUT DIRE

                • Mme CH

                  Ya si Madani, c’est ça votre réaction devant le drame de cette Dame qui a tout perdu…..???? Même si son fils veut habiter sur la planète Mars, qu’est ce que ça peut me faire, on parle de crimes de viols et de tortures à l’époque de l’ère coloniale et vous pour faire diversion et noyer le poisson dans un bocal, vous venez me parler de…………..!!!! A quel prix….????

                  Khalef Tou3raf, sauf si……?????

            • R.TARI

              @ Mme CH
              Que dire….!!!!
              Rien, hélas pour cette pauvre Louisette qui s’était éprise d’un arabe, ce qui l’avait conduite à la vie qu’elle a eue et choisie… (quelle tristesse, ces guerres !…)
              Et que dire de ces milliers de femmes et d’enfants PN qui ont subi un sort aussi peu enviable pour avoir eu le tort, sans l’avoir choisi, de naître en Algérie et d’avoir subi les violences de certains Algériens, haineux et sans foi ni loi… (quelle tristesse, ces guerres !…)

              • Mme CH

                C’est tout ce que vous avez trouvé à dire devant de telles atrocités….??? On sent votre haine contre las arabes Mme Tari quand vous dites:  » Louisette qui s’était éprise d’un arabe, ce qui l’avait conduite à la vie qu’elle a eue et choisie » Pffffffffffffff…! et vous osez accuser les autres…..!!!!!

                Quant aux femmes et enfants « PN » qui sont morts, le seul responsable de leur drame est la France coloniale…..!!! Cependant, n’oubliez pas que beaucoup de PN et de militaires français ont été tués par l’OAS que vous érigez des stèles pour les glorifier…..!!

                Quant aux actes du FLN, le Droit international autorise et donne à un peuple occupé le droit de se défendre par tous les moyens, donc n’essayez pas de comparer les bourreaux avec les vraies victimes…!!!!

                Encore une petite chose, les algériens ont souffert de la colonisation à partir de Juin 1830, alors n’essayez pas de faire arrêt sur image et nous focaliser seulement, sur ce qui s’est passé à partir du 19 Mars 1962…..!!!!! Là, la guerre était en principe finie, si ce n’est l’aveuglement des terroristes de l’OAS..!!!

              • Bachir Bakhti

                @Madame Tari.
                Vous dégagez l’impression d’être en grande harmonie avec vous-même ce qui, de nos jours, est un luxe enviable par les plus sages. Pardonnez-moi si je donne l’impression de m’immiscer dans ce qui, sous un certain angle, ne me regarde pas. Je suis avec tristesse la pollution qui a envahi ce site et vous m’en voyez désolé. Je me permets tout simplement de porter à votre connaissance cette Tradition de notre Prophète qui dit  » A l’ignorant la meilleure réponse que vous pouvez lui faire c’est justement de ne pas lui répondre ». Certain que vous saisirez cette intrusion dans son juste contexte, je souhaiterais, si j’étais mal compris, émarger à votre indulgence. Cordialement.

                • R.TARI

                  Bonsoir, Monsieur Bakhti
                  Votre sagesse, votre pondération et la phrase de votre Prophète que vous citez, me font penser à un autre Bachir, parti hélas trop tôt, dont la sagesse, la droiture et la grande culture m’avaient impressionnée et réconciliée avec l’Algérie actuelle et les Algériens. Ce prénom de Bachir étant, je crois, synonyme de « annonce de bonne nouvelle », c’est du moins ce que mon professeur de langue arabe m’avait dit, j’ose donc espérer que la sérénité pourra un jour s’instaurer entre nos deux communautés.
                  Cordialement

            • albarracin de Sidi bel abbés

              @ Mme CH!

              J’ai eu l’occasion d’écrire « qui trop étreint mal embrasse!

              Une question me vient à l’esprit , je me permets de vous interroger!
              Quels objectifs poursuivez vous en évoquant de manière récurente et conséquente , les douloureuses réalités que génèrent d’une manière générale les conflits armés , et tout particulièrement celui qui concerne la guerre d’Algérie ? Personne ne conteste fondamentalement les faits! ni les motivations des partis en présence. Opter pour un travail de mémoire est une chose ! Au demeurant, les enseignements scolaires et universitaires ne boudent pas ces pans d’histoires ! Les biblothéques regorgent de livres traitants selon leurs auteurs de l’étendue des sacrifices humains, des exactions sans nom, des motivations dont les recevabilités historiques, politiques, ne justifient en rien ; les crimes commis en leur noms!Des associations diverses regroupent les personnes motivées pour un travail et un devoir de mémoire ! Des stéles, sont dressés ici et là pour que perdure dans le temps et dans l’espace le devoir de mémoire!
              Mais vous, quel est votre légitimité pour utiliser la Voix de SBA , comme porte voix de manière récurente, a fin d’entretenir un climat de revanche !?
              Si encore vous rencontriez un répondant , tentant de justifier , le bien fondé des colonisations , quelqu’en soit les auteurs et les pays, concernés ou les motivations ., on pourrait comprendre ! Mais telle n’est pas la situation dans nos échanges !
              Vous provoquez ,espérant ainsi obtenir des réactions qui justifieraient vos martèlements , visant a accabler l’ex puissance coloniale, mais à quel fin ? Les discours sur les droits de l’homme , nous interpellent toute et tous, n’accablait pas les innocents d’aujourd hui, sur les crimes , l, les errements, , générés par des moeurs politiques qui n’ont plus personnes pour les justifier !
              Alors demeure la question , que cherchez vous à produire comme utile à votre peuple ? à l’Agérie ? en cultivant votre posture belliqueuse!
              Nous savons, que pour » l’ethnologue Soustelle, les musulmans étaient les colonisateurs de l’Algérie »!
              Ainsi chacun pourrait à l’infini justifier une posture d’actions et de réactions dans les mouvements de l’histoire!
              Mais, nous sommes aussi comptable d’un présent , qui aspire par intérêt ou conviction à nous projeter dans un avenir qui ne soit en rien comparable à ce passé dont ni vous ni moi ne pouvant être comptable!
              A moins de vouloir l’utiliser …….Soyez généreuse dites nous ce que vous espérez comme résultat de vos interventions, pour votre peuple, pour l’Algérie !

              • Point de vue

                M. Albarracin bonjour,

                Peut être aurez vous une réponse simple sans avoir, encore, 4 pages de rancunes ??? . L’espoir fait vivre.
                Peut être arriverons « nous » à comprendre ……………!!!
                Bien cordialement,

              • Mme CH

                Mr Albarracin , Je comprends que vous soyez très fin, mais ce qui me déçoit un peu, c’est que vous dites les vérités à moitié….!!!!??? Normal puisque vous partagez un vécu avec votre communauté..!!!
                Pour votre question, je crois que la réponse se trouve dans le contenu des commentaires de vos compatriotes que vous ne qualifieriez jamais de belliqueux….!!! Tout à fait normal…!!!

                Par ailleurs La VDSBA est un journal comme des milliers de journaux électronique qui met en ligne des articles d’ordre politique , sportif, culturel,environnemental, culinaire …etc…..; et tout comme vous j’interviens pour donner mes points de vue sur des sujets variés avec des arguments référencés dans la plupart des cas, alors je ne vois pas ce qui vous dérange dans tout ça..puisque c’est la voix de toutes les voix…..?? Pourquoi on crée un journal d’après-vous et pourquoi vous êtes là d’après vous….???? Pour la même raison que nous sommes là…!

                Vous dites: « Ainsi chacun pourrait à l’infini justifier une posture d’actions et de réactions dans les mouvements de l’histoire! » Eh bien, c’est une bonne chose puisque de la « discussion jaillit la lumière » et le devoir de mémoire dont vous avez parlé ne peut que se renforcer….mais pas dans le seul sens que vous voulez nous imposer…..!!!

                Pourquoi, vous qualifiez ma posture de belliqueuse…??? N’est-elle pas tout simplement différente de la votre, puisque nous ne voyons pas les choses sous les mêmes angles, étant donné qu’il s’agisse d’un rapport entre colonisateurs et colonisés…!!!!
                Je n’ai jamais traité vos propos ou celui de vos compatriotes de belliqueux, pour la simple raison que chacun est libre selon sa conscience d’exprimer ses idées et c’est aux lecteurs de se faire une opinion…..!!!!
                Si Soustelle, le terroriste de l’OAS (pourquoi vous ne le dites pas…???) qualifie les actes du FLN de crimes, je vous rappelle ainsi qu’à Mme Tari, que le Droit international autorise et donne à un peuple occupé le droit de se défendre par tous les moyens.
                La Résolution 2621 XXV, du 12.10.1970 des Nations Unies affirme « le droit inhérent des peuples coloniaux de lutter par tous les moyens nécessaires contre les puissances coloniales qui répriment leur aspiration à la liberté et à l’indépendance. » Cette légitimation du droit à la résistance est confortée par l’article 1er §4 du premier protocole additionnel de Genève du 08.06.1977 aux termes duquel, parmi les conflits armés internationaux, figurent ceux « dans lesquels les peuples luttent contre la domination coloniale et l’occupation étrangère et contre les régimes racistes dans l’exercice du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes… »

                Alors, si vous n’arrivez pas à comprendre cela, ça sera une autre histoire…!!!

                Vous dites: « Mais, nous sommes aussi comptable d’un présent », et vous avez parlé de stèles, qui sont dressés ici et là pour que perdure dans le temps et dans l’espace le devoir de mémoire! Eh bien Mr Albarracin, je voudrais bien le croire, mais quand on voit des stèles qui glorifient les criminels de l’OAS comme celles où y figurent les photographies de Dovecar et Piegts, à l’origine de l’assassinat du commissaire d’Alger, de Bastien-Thiry, organisateur de l’attentat manqué contre De Gaulle au Petit-Clamart, et de Degueldre, fondateur des commandos Delta. Quatre homme condamnés à mort par les tribunaux français après la guerre, on doit se poser des questions sur notre rive….????
                Quand on sait qu’une stèle glorifiant l’organisation terroriste OAS et rappelant « l’œuvre » de la France en Algérie pendant 132 de colonisation sera inaugurée le 5 juillet prochain dans le Sud de la France, suscitant l’indignation de militants anticolonialistes qui fustigent une autre forme de « révisionnisme historique »…! Eh bien, je ne vois pas de quel rapprochement tectonique parlent certaines voix pour nous endormir….!!!
                Quand on on voit que le maire de Montpellier décide de transformer le Musée sur l’Histoire de la France et de l’Algérie, qui devait ouvrir en 2015, en centre d’art contemporain, alors qu’un Musée à la gloire de la colonisation est toléré à Perpignan, à l’initiative du «Cercle algérianiste national». Cette organisation extrémiste de pieds-noirs, créée en 1973, qui se veut, selon ses propres déclarations, «maintenir ou rétablir la mémoire authentique de l’oeœuvre pionnière de la France en Algérie»; il y a de quoi se demander de quel devoir de mémoire vous parlez….??
                Etc….etc…etc…..!!! Disons que chacun fait de son mieux pour que « perdure dans le temps et dans l’espace le devoir de mémoire!  »

                Au fait, j’espère le même résultat que vous espérez Mr Albarracin..!

                Je vous dois toujours le Respect, Grand Patriarche..!

                • Albarracin de sidi bel abés

                  Mme CH!
                  Bonsoir!
                  Dans votre réponse, vous semblez me prêter d’adopter une posture que justifierait mon appartenance a la communaté PN/
                  Mais l’outrance, n’est aucunement une qualité, et mon appartenance ne m’a jamais détourné d’une volonté de servir la paix , ni de sous estimer les dégats à tout point de vue que la colonisation , de toutes les colonisations, envers quelques peuples que ce soit sont à bannir , et demeurent condamnables, sous toutes ses formes et sous toutes les latidutes! J’ajoute que les combats de libérations des peuples sont plus que légitimes, ils sont une manifestation du droit à la dignité!
                  Pour servir son peuple, et sa communauté , nous devons mettre oeuvre tout ce qui peut réduire les effets néfastes! d’un passé qui ne doit en rien enchainer le présent !
                  La dignité retrouvée par le sacrifice se doit de présenter et de définir les qualités humaines que l’opresseur n’avait pas !
                  L’indépendance, pour un pays comme pour une personne impose des droits et des devoirs et de ne pas attendre des autres , y compris des bourreaux, de nous enseigner leurs métiers.,
                  J’ai pour modéle , Nelson Mandela , et je ne crois pas qu’il ait trahi sa négritude…;; ceux qui ont à rougir seront ses geoliers!
                  Personne ne demande à personne de faire table rase du passé, mais on peut demander de réfléchir, au moyen de rebondir dans la recherche d’un respect réciproque, non pas en référence au passé, mais pour définir un avenir apaisé, pour les générations et les hommes et les femmes de toutes les communautés.
                  Je vous présente la pensée de Alain! Je la fait mienne et jes suis certain que de nombreux PN et de nombreux algériens partagent
                  sa posture
                  « Ne sois esclave ni des choses, ni des hommes, ni de toi m^me , c’est à dire que ton passé n’enchaine pas ton présent et que chaque heure sonne pour toi une délivrance » Alain

                  • Mme CH

                    Salam Mr Albarracin, merci pour ce commentaire, très intéressant, je sais que vous êtes très fin et c’est une bonne qualité…!!!! Mais je ne vois pas où est l’outrance dans toute cette histoire, puisque j’ai rapporté les écrits d’historiens reconnus et les aveux des bourreaux eux-mêmes….???

                    Entièrement d’accord avec vous surtout lorsque vous dites:  » nous devons mettre en oeuvre tout ce qui peut réduire les effets néfastes! d’un passé qui ne doit en rien enchainer le présent ! »…..Mais ce qui se passe en France et en Algérie ne donne pas l’impression que les choses se font dans les règles de l’art…!!!!! Vous devriez d’abord convaincre Mme Tari (voir commentaire ci dessous) avant d’essayer de me convaincre, car tant qu’il y aura des Tari, il y aura des CH….!!!!!

                    Winston Churchill a dit: « Plus vous saurez regarder loin dans le passé, plus vous verrez loin dans le futur. » et « Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre. »
                    Si les arabes et les Musulmans en sont arrivés là, c’est parce qu’ils ont oublié leur passé…!!! Et si les sionistes en sont arrivés là, c’est qu’ils ont construit leur force grâce au passé…!!! A méditer..

                    Car on dit aussi « Bien vivre, c’est avoir de la mémoire. »

                    Bonne soirée Monsieur!

            • MADANI

              QU’à dit YACEF SAADI de LOUISETTE ? il était le responsable du grand ALGER alors QUI EST QUI ? QUI MENT ? QUI DIT LA VERITE ? QUI ACCUSE ? OU EST LA VERITE ? TROP DE BLA BLA

  19. el moufahem

    « C’est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier les autres ».

    Alors le cessez le feu de 1962 est ravivé par les post indeoendabce.
    foutez-nous la paux .nous venons prendre des niuvelles de notre ville sur l’insalubrite qui regne comme une reine , sur l’anarchie et l’irrespect des gens , sur la ruralisationque connait notre ville .Ça c’est de la discussionqu’il faut entamer pour dire la vérité et rizb que la vérité sur la voix que connait SBA.
    Quand à ceux quis ont partis que cela soit les PN les harkis ou tout simplement les algeriens qui se sont exiles pour une vie meilleurs de ne pas vous acharner sur eux à chaque article proposé cela devient du n’importe quoi .
    pourquoi tant de haine sur cette toile qui se veut etre ke trait d’union entre tous les enfants de la ville que nous cherissons tous.

    • Albarracin de Sidi Bel Abés

      @el moufahem

      Bonjour! Vous posez les bonnes questions , la haine sur cette toile, en apparence en direction des PN/: des Harkis, des exilés,est une stratégie qui veut servire des options politques internes à l’Algérie!
      Diviser pour régner: sans avoir besoin de formuler des programmes d’organisations sociales ,culturels, économiques, instituitionnels, d’alliances internationales…..
      Bref, tout ce qui pourrait servir un projet d’avenir et non pas d’aventures !
      Cordialement

      • MADANI

        albarracin RIEN de ce que vous pensez c’est une autre histoire

      • abbassia

        Certainement que certains pieds-noirs ont la nostalgie d’un pays où ils étaient les maîtres comme certains algériens ont la nostalgie de l’époque coloniale parce qu’ils étaient des privilégiés (collabos) qui regrettent le départ de FAFA..

        Pour les dernières années de la colonisation :
        Si globalement les pieds-noirs étaient bien mieux lotis que les Algériens, ils étaient, en majorité, des ouvriers, des petits fonctionnaires, des artisans…, qui avaient un revenu et un niveau de vie inférieurs à ceux de leur « homologues » de la métropole mais supérieurs à celui des Algériens. Il est faux de s’imaginer tous les pieds-noirs comme des colons cravache à la main ou des bourgeois roulant sur l’or. Cela n’empêche pas qu’en très grand nombre, ils étaient attachés à leurs petits privilèges et à leur statut de caste supérieure par rapport aux Algériens et ils craignaient de les perdre en cas d’indépendance du pays. C’est ce qui explique leur attachement à l’Algérie française et leur violence devant l’inéluctabilité de l’indépendance.
        Il n’en reste pas moins que de nombreux pieds-noirs ont milité et se sont même sacrifiés pour l’indépendance de l’Algérie. Voici quelques noms : Fernand Yveton (guillotiné en 1957, il me semble qu’une rue d’Alger porte son nom), Maurice Audin (mort sous la torture, son corps n’a jamais été retrouvé. Une place centrale d’Alger porte son nom), Henri Maillot (mort au combat en 1956 après avoir déserté avec un camion plein d’armes et de munitions, qu’il a remis à l’ALN)..Henri I Quivreux de Quivrain maire de Télagh assassiné par l’OAS, une rue porte son également à Télagh il me semble (à confirmer).
        Par ailleurs il ne faut pas mettre dans le même panier les PN , les exilés et les traîtres de harki .
        Un harki ,c’est ce qualifiant de « TRAÎTRE » qui le ronge comme un cancer jusqu’à sa mort. Il ne peut jamais parler la tête haute ,c’est un sous homme pour la France, et un rien pour l’Algérie.

  20. A.Dennoun

    Il y a des personnes qui n’ont rien a faire de leur vie, alors ils font tout pour tuer le temps. D’autres ont tellement a faire qu’ils courent contre la montre.
    Est ainsi va la vida.
    L’horizon de la VOIX est sombre.
    A.D

  21. membre de la h'cira

    A.D ,bonjour !
    je ne connais plus optimiste que toi qui as connu le labyrinthe de la vie éphémère sans se décourager un moment et voilà que tu parles d’horizon sombre d’un journal qui n’essaie que de regrouper les bélabésiens et de contribuer avec eux à la solution de quelques problèmes sociétaux pour reconquérir l’identité belabésienne perdue que je suppose ,tu connais mieux que d’autres,ceux-là mêmes qui essaient de pourrir le site par leurs formules classiques de personnes en quête d’assurance ,vivant certainement des frustrations qu’ils croient résoudre en déversant leur venin sur quiconque essayant d’apporter sainement et sincèrement sa contribution à un sujet de société.Alors ,cher A.D ne tombes pas dans le panneau.
    Moi personnellement ,tout ce que je fais modestement en direction de ce journal ,je le fais volontairement et surtout bénévolement;le journal appartient à tous et chacun peut y contribuer à sa façon .Salut.

    • MADANI

      Membre de la hcira vous voyez les complots partout même sur la VDSBA ? vous n’acceptez pas la liberté ? chacun pense comme il le pense pourquoi vous philosopher sur les gens ? vous êtes un psy ? vous vous adressez à un belabbésien parti depuis 40 ans qui n’a plus votre mentalité laissez le raisonner librement il ne connait plus la chitta , les faussaires , les parvenus etc etc …….

  22. Amirouche

    Nous sommes le 16/09 !!!!
    Comme ce jour en 1982 a eu le massacre inoubliable et impardonnable des Israéliens contre les Palestiniens 16-17 Septembre 1982 de Sabra et Shatila , mais celui-ci n’attire pas la même attention que les autres commémorations !!!
    Ya hasrahe !!!!

    • Mme CH

      Merci Khouya Amirouche de nous rappeler cette date noire dans l’histoire de l’humanité…!!!! Un autre crime contre l’humanité qui reste impuni parce qu’il s’agit des sionistes, les hors la loi….!!!! Mais eux ils sont les bons et nous, nous sommes les bruts et les truands…..parce qu’ils l’ont cousu ainsi….!!! mais la roue de la fortune ne cessera jamais de tourner…..!!!

      Sabra et Chatila: « Il fallait enjamber les cadavres pour avancer » ‘

      Alain Louyot, alors grand reporter au Point, est l’un des premiers journalistes à être entrés dans les camps de Sabra et Chatila le 18 septembre 1982. Trois semaines plus tôt, Israël avait pris le contrôle de Beyrouth après deux mois de siège, et l’expulsion des combattants palestiniens de l’Organisation de Libération de la Palestine, sous supervision américaine. Prétextant qu’il restait des combattants palestiniens dans les camps de réfugiés palestiniens, Tsahal, l’armée israélienne, avait envahi Beyrouth-Ouest et encerclé les camps. Après l’attentat qui a couté la vie au président libanais Béchir Gémayel fraîchement élu, le 14 septembre, l’armée israélienne qui occupait le terrain a laissé entrer les miliciens phalangistes chrétiens d’Elie Hobeika à Sabra et Chatila. 800 à 2000 personnes ont été tuées entre le 16 et le 18 septembre.
      Quel souvenir gardez-vous de votre entrée dans les camps de Sabra et Chatila ?
      J’étais à Beyrouth comme envoyé spécial dans le cadre de l’opération « Paix en Galilée ».
      Toute la nuit du 17 au 18 septembre, le ciel de Beyrouth avait été illuminé par les fusées éclairantes lancées par l’armée israélienne. On se demandait ce qui se passait.
      Le matin du 18, nous étions plusieurs journalistes à essayer d’entrer dans les camps de Sabra et Chatila, mais nous avons été bloqués par des barrages israéliens. Ce n’est qu’en fin de matinée que j’ai pu pénétrer dans les lieux, guidé par un vieux Palestinien à la recherche des siens. J’ai été saisi d’effroi. Il fallait enjamber les cadavres pour avancer. Le sentiment d’horreur était accru par le fait que les victimes étaient pour la plupart des femmes, des enfants et des vieillards souvent atrocement mutilés: pour mémoire les combattants palestiniens de l’OLP avaient été contraints de quitter Beyrouth au mois d’août, sous la surveillance d’un contingent international.
      La chaleur était étouffante en ce mois de septembre à Beyrouth et l’odeur des monceaux de cadavres trés vite couverts de mouches était insupportable, ajoutant au caractère dantesque de cette tragédie.
      On nous avait recommandé d’éviter de toucher les cadavres de crainte qu’ils ne soient piégés, une pratique qui était alors courante pour faire encore plus de victimes civiles, lorsque les proches venaient ramasser les dépouilles pour les inhumer.
      J’ai d’abord essayé de les compter. Il faut imaginer l’enchevêtrement de ruelles, bordées de masures insalubres, pleines de cadavres……

      Au choc de la découverte s’ajoutait l’incompréhension face à la sauvagerie avec laquelle les bourreaux s’étaient acharnés sur leurs victimes: de nombreux corps étaient amputés. Des bébés avaient été mitraillés dans leur berceau. Des femmes à moitié nues avaient du être violées avant d’être abattues.
      Je tentais toujours de compter, 300, 400… mais j’ai fini par renoncer ; il y en avait trop.

      Propos recueillis par Catherine Gouëset, publié le 18/09/2012 dans l’Express

      En 1982, une Commission indépendante menée par Sean McBride considère Israël comme « directement responsable du massacre du fait de sa position d’occupant »

      Allah Yarham Echouhadas de la cause palestinienne arabo-musulmane et même chrétienne…!

      Mes amitiés et j’espère que vous vous portez bien ainsi que toute votre famille de Takhmaret et de SBA…!!!

    • MADANI

      Amirouche moi je suis franc je n’aime pas les zigzags vous n’aviez pas à nous rappeler cette tragédie c’est du passé on n’en parle plus et sache que les arabes seront tjs dans la merde qu’il préfère ils ne veulent pas de la paix alors pour moi qu’ils crèvent tous et qu’on n’en parle plus parle nous de l’algerie ou tu ne vis pas d’ailleurs la france c’est mieux pour vous peu être ? en tous les cas pour moi les vrais arabes vivent dans leur pays et non pas au USA ou sont installés tous les palestiniens ghir eli rah charad bih aoued aama ou ma aabiche

      • Amirouche

        MADANI

        Vous qui aimez tant la franchise ! je vous crois ,pas de problème ! ;pourriez-vous me me dire si vous êtes arabe ou non ? Si oui , pourquoi vous avez le droit de vivre en France et le palestinien n’a pas le droit de vivre aux USA ? D’autre part , je n’aime pas poser des questions , genre :pourquoi avez-vous choisi de vivre en France depuis 40 ans ?car chacun est libre de faire sa vie comme il l’entends ou était obligé de le faire ou n’a pas choisi tout simplement du fait que ses parents sont sur cette terre avant sa naissance ou , ou , ou ……………….
        Pour moi , vivre sans histoire c’est vivre sans repères , vous dites vous même que c’est une tragédie , moi j’en parle car personne n’en parle et vous avez raison les premiers concernés ne l’ont pas commémorer mais est-ce une raison de classer Sabra dans un tiroir ?! FRANCHEMENT je n’oublierai jamais ces images de corps « bombés » jonchés par terre ….
        Pour ne pas être long ….car vous n’aimez pas , mais juste une chose , si votre maman ou votre sœur était palestinienne et qu’elle ne pouvait pas quitter cette terre , est ce que vous diriez la même chose ??? » qu’ ils crèvent tous »……..Mais c’est vrai le problème est en nous tous . AL NARE
        3ANDE JARI .. GHIRE TFOUTNI WE TAKHTI DARI
        Quant aux sujets , on parle de l’Algérie , mais on ne peut parler que Algérie , d’autant plus que dès quand parle un peu du passé ,le climat devient maussade à la VDSBA
        Si Madani vous m’avez fait rappeler la chanson de Dutronc : Et moi et moi et moi ….Avec ma vie ,mon petit chez moi , mon mal de tête …..j’y pense puis j’oublie , C’est la vie ,c’est la vie ………et moi et moi et moi
        Bonne soirée

  23. R.TARI

    Mme CH
    Trop longs, beaucoup trop longs vos commentaires tournant toujours autour des mêmes inepties et contre vérités… On ne les lit même plus, tant c’est éculé et digne de mauvais polars. Vous avez donc passé trop de temps pour rien à vous renseigner, à chercher la faille, à faire des copier-coller comme à votre habitude.
    J’ai noté que vous disiez à mon ami Christian Vezon : « en France la bas chez nous aussi »… Auriez-vous donc, comme beaucoup d’Algériens, la double nationalité ? Si non, que pourrait bien signifier cette affirmation ? Ah ! ces gens qui se servent du système français pour obtenir ce qui leur est refusé dans leur pays d’origine !!! Vous connaissez le système de l’araignée ou de la pieuvre ? Non ?
    Vous aimez bien vous gargariser de termes comme « PN nostalgériques » ou encore « pingouins noirs et manchots » », etc. Ces oiseaux palmipèdes qui ont très bien su s’adapter à leur environnement pour vivre partout dans les mers et sur les côtes… Comme nous, les pieds noirs, nous avons su très bien nous adapter à notre nouvel environnement. Et nos ancêtres ne vous l’ont-ils pas prouvé en construisant l’Algérie ?… Je comprends que vous aimiez penser que les gens de ma communauté gardent une certaine nostalgie de l’Algérie Française car ça signifierait qu’ils n’ont pas tourné la page d’une période que nombre de vos coreligionnaires regrettent et qu’ils ne sont pas heureux là où ils sont. Mais non, ne vous en déplaise, aucun regret de ne pas vivre en Algérie (Algérienne), aucun regret de ne pas respirer l’air vicié de vos rues et ruelles, aucun regret de ne pas « fréquenter » vos toilettes immondes, aucun regret de ne pas voir les maisons s’effriter puis s’affaisser, aucun regret de ne pas subir, comme les vôtres, l’insalubrité et le racisme ambiant qui gangrène votre société.

    • Mme CH

      Soyez tranquille Mme Tari, je n’ai pas la double nationalité…et je n’ai pas l’intention de la demander…..!!! De temps en temps, ça me plait de dire la France là bas chez nous, car ce sont les immigrés algériens surtout qui ont participé à sa construction dans les pires moments de son histoire, et comme je vous l’ai déjà rapporté, même la Tour Eiffel est construite avec du Fer Algérien et c’est le Trésor de la Régence d’Alger qui a servi à éponger la crise économique à l’époque des Rois…!
      Ce sont des algériens qui ont combattus auprès des français dans toutes les guerres que la France a entreprises. Et maintenant , on a une forte communauté d’immigrés algériens sur le sol français, donc j’espère que vous avez compris, vous qui avez immigré….!!!!

      Quant à vos regrets, vous savez ce que j’en pense, nos problèmes (comme partout dans le monde et parfois moins), nous en en parlons sans complexe, la preuve sur la VDSBA on dit tout ou presque, donc vous n’avez aucune leçon à nous donner là dessus, car vous avez plus de problèmes en France actuellement , y compris avec les toilettes publiques..!!

      • Mme CH

        @ Mme R.Tari
        Puisque vous avez parler de nos toilettes, pour votre information, histoire que le chameau doit d’abord voir sa bosse, selon une étude internationale, la France a reçu la triste récompense des « toilettes publiques les plus sales en Europe ».
        33% des 3 000 vacanciers européens venus de 15 pays d’Europe interrogés ont indiqué que les toilettes publiques françaises sont les moins hygiéniques. Point le plus frappant, les Français eux-mêmes jugent leurs propres toilettes publiques comme les plus infâmes d’Europe.La plus grande aversion lorsqu’il s’agit d’utiliser les toilettes publiques sont les odeurs pestilentielles qui peuvent s’en dégager (34%). Nous trouvons également très inconfortable qu’il n’y ait pas de papier hygiénique (27%). Ensuite, viennent en 3e position les toilettes turqyes et la cuvette sale (19%). En revanche, les utilisateurs sont moins incommodés par l’absence de savon (2%)…..????
        Par exemple, a Perpignan, il ne reste plus qu’un WC public (sous le palais de justice.), et dans les villages les toilettes sont de moins en moins entretenues. C’est pourtant un élément indispensable pour le tourisme.
        Il y a un vrai problème de toilettes publiques gratuites. Bien souvent, les gens doivent aller dans les cafés et consommer pour accéder aux toilettes. 
Je crois que la différence entre Paris et d’autres capitales vient du fait qu’il y a moins de toilettes publiques et moins d’entretien de ces toilettes.

        Marcel Benezet (Président du Syndicat SYNHORCAT) : « Non, il n’y en a pas assez, il en faudrait au moins le double et je ne sais même pas si cela serait suffisant. Je me demande vraiment s’il est aujourd’hui possible d’enrayer ce phénomène de gens qui urinent partout.

        C’est un vrai problème, les touristes, quand ils rentrent chez eux, n’hésitent pas à souligner la saleté et la puanteur de la ville. Que ce soit dans le quartier des Halles, dans le Marais ou à Montmartre, c’est l’urine qu’on sent à Paris. Sur ce point, ils sont très méchants avec nous, et c’est tout à fait compréhensible. Il faut résoudre ce problème le plus rapidement possible, la capitale commence à avoir une image de plus en plus noire…!!

        Aucun regret de ma part aussi….!!!

        • R.TARI

          C’est vrai, Mme CH que lorsque les touristes déferlent sur la France, il y a, pendant et surtout après leur départ, un grand travail de nettoyage à effectuer dans les toilettes publiques (sauf pour celles, très nombreuses qui se nettoient automatiquement, les Decaux pour ne pas les nommer qui pourraient peut-être être suggérées à vos dirigeants) et nos « dames pipi » font avec un courage exemplaire pour un salaire qui l’est un peu moins, un travail remarquable. Vous citez des quartiers prestigieux de la capitale Française mais je m’abstiendrai de citer certains quartiers de la vôtre. Chacun sait que ce ne sont pas les embruns de la mer qu’on y respire ! Et je m’abstiendrai surtout de citer les nationalités pollueuses et manquant d’éducation qui, de plus en plus, hélas, se conduisent, dans mon pays, de manière aussi écœurante.

          • révolté

            Ce général des armées est rentré chez lui depuis deux ou trois jours et vous vous continuez à nous bassiner avec ces histoires chez nous chez vous, passons à autre choses plus importantes.
            Pour votre gouverne Mme Tari la grande majorité des pieds-noirs a quitté l’Algérie non parce qu’elle était directement menacée, mais parce qu’elle ne supportait pas la perspective de vivre à égalité avec les Algériens il faut admettre cela.
            Sans rancune

            • R.TARI

              Révolté
              Vous m’interpellez en ces termes :
              « Pour votre gouverne Mme Tari la grande majorité des pieds-noirs a quitté l’Algérie non parce qu’elle était directement menacée…. »
              Je vous affirme que la majorité des PN a quitté l’Algérie à cause du FLN et certainement pas à cause de l’OAS et encore moins « parce qu’elle ne supportait pas la perspective de vivre à égalité avec les Algériens ». Quant aux pieds rouges, on sait ce qu’ils ont finalement choisi, une fois intégrée la réalité de l’Algérie post indépendance.

            • Christian Vezon

              Révolté..nous sommes tous partis parce que nous craignions pour nos vies. Tous les pieds noirs ont tous reçu ,de leurs amis algériens (car nous avions tous des amis algériens) ,un conseil de partir,tous nous ont averti qu’il y aurait des exactions contre les européens. Mon père,dont ma grand mère disait de lui qu’il était un véritable chaoui, à risqué sa carrière pour défendre les habitants des petits douars autour de chez nous, lui même ,ami d’un responsable FLN du coin, a fait l’objet après l’indépendance d’une embuscade et d’une rafale de fusil russe à travers les fenêtres de son bureau. Pour l’embuscade il a été averti par ses amis arabes de l’heure et du lieu..curieux ,non?? Il y a eu des algériens qui ont sauvé des Pieds Noirs..ça vous en bouche un coin?? Nous étions suffisamment amis pour qu’ils risquent leur vie pour nous avertir…Quant à ne pas supporter l’égalité avec les algériens..?? Mon épicier était arabe,mon tailleur était arabe comme la majorité des commerçants de mon village et nous dépendions d’eux…et mon député se nommait Ferhat Abbas….

  24. R.TARI

    Très beau récit de mon ami Christian VEZON que je livre avec son accord à tous ceux de notre génération, Algériens et Français et à ceux qui n’ont connu que le copier coller subjectif de certains internautes.
    Régine TARI

    Pied-Noir sans rancœur, par Christian Vezon
    Je suis Pied-Noir et le revendique haut et fort.

    L’Algérie fait partie de mon être jusqu’au plus profond de mes cellules.

    Je suis né dans les hauts plateaux de l’Est Algérien, une ville à 960 mètres d’altitude, entre Constantine et Sétif. Un petit paradis en dehors du monde, une vie au soleil l’été et sous la neige l’hiver, l’école dans des classes mixtes où nous étions assis sur les mêmes bancs que les petits Algériens qui étaient, de loin, plus nombreux que nous. J’ai toujours des contacts avec l’un d’entre eux qui est resté en Algérie, mon ami Hussein Hocine.

    Les premiers évènements nous tombèrent dessus quand j’avais huit ans, un jour que nous nous rendions chez mes grands-parents, dans les Aurès, nous tombions sur un cadavre, en travers de la route, un pauvre hère égorgé.
    Un Fellah juste à côté nous dissuadait de continuer, nous avertissant qu’une embuscade nous attendait quelques centaines de mètres plus loin. Le premier cadavre d’une longue série jusqu’en 1962. En Avril 62, nous quittions l’internat à 900 kilomètres de chez nous pour rejoindre nos parents, sans trop savoir pourquoi.

    Et là nous apprenions que mon père, par précaution, comptait nous exfiltrer vers la France. Militaire de carrière il avait obtenu le déménagement de la famille qui devait se faire début Juin.

    Nous avons donc été “rapatriés” par l’Armée, dans un bateau réquisitionné par l’Armée en même temps que de nombreuses familles de militaires. J’ai le souvenir de l’angoisse de notre famille, déjà embarquée, quand nous attendions mon frère aîné qui avait été retenu à Sétif par les épreuves du Baccalauréat.
    Le bateau allait partir quand nous avons vu arriver celui qui allait devenir beaucoup plus tard le Directeur de l’Etablissement Français du Sang de Bordeaux, à bord d’une jeep conduite par un militaire, son diplôme du Bac au bout des doigts. Il fît sa rentrée au Prytanée Militaire de La Flèche.

    Le bateau a quitté le port de Bône (Annaba), il faisait beau et chaud, normal au mois de Juin en Algérie, nous avions l’impression de partir en vacances avec mes trois frères. Ma mère pleurait à chaudes larmes, sans nouvelles de ses parents et frères et sœurs qui, eux, vivaient en Oranie. Après une traversée sans problèmes, notre bateau arrivât à Marseille.

    La cohue régnait sur les quais. Nos affaires étaient dans un ancêtre du container moderne, ce que l’on nommait “un cadre”. Des dockers laissaient tomber quelques-uns de ces fameux ”cadres”, pensant qu’ils appartenaient à des “Colons esclavagistes”, mais qui étaient ceux de militaires français qui rentraient au pays. Mais bon, pour les dockers de la CGT, c’était pareil, ”pieds noirs” ou militaires fachos et tortionnaires, c’était Kif Kif, non ?
    Certains tombaient à l’eau, d’autres éclataient sur le quai, ce qui nous a permis de vérifier que certains militaires entraient au pays avec des “souvenirs de guerre”, des tapis, des cuivres, on a même vu des stèles romaines dans les débris.

    Mon père trouvait deux chambres d’hôtel sur la Canebière, nous y passions une ou deux semaines avant de partir vers l’Ardèche, pays d’origine de mes grands-parents paternels, nous y avons passé deux mois. Mon père, revenu en Algérie, a été muté à Tarbes, dans les Hautes-Pyrénées, nous y sommes allés, nous y avons vécu, j’y ai rencontré celle qui allait devenir mon épouse, une vraie Béarnaise. Nous sommes un exemple d’intégration, sans heurts, nous avons tous globalement réussi.

    Nous n’avons jamais élevé nos enfants dans le souvenir, le regret et la rancœur. Mes filles ne savent rien de l’Algérie, mes petits-enfants encore moins.
    Mais moi, moi qui suis arrivé en France à 15 ans et demi, l’Algérie me ronge de plus en plus, je suis retourné dans mon village natal en 1986, et là j’ai vécu le drame de l’exode à 40 ans.

    Personne ne peut imaginer ce que nous vivons. Je ne serai pas enterré dans ma terre natale. Je suis comme un arbre qui, arraché par les flots, finira loin de l’endroit où il a poussé.

    Christian Vezon

  25. samia

    Enfin des propos sincéres entre vrais belabbésiens

  26. Sfisefi

    A propos des pieds noirs.
    J’ai vécu sous la colonisation et étudié dans une école indigène. J’ai travaillé dans des fermes de colons. Je témoigne et dit la vérité selon moi.
    Quand j’étais élève de l’école primaire un jour le directeur nous dit qu’il faut revenir plus tôt l’après midi pour voir un film à l’école. J’habitait loin et ne pouvait aller chez-moi pour le repas de midi. Avec mes deux camarades nous possédions un Rial (deux sous). L’un d’entre nous est entré dans une boulangerie tenue par un pied noir d’origine espagnole et demanda du pain pour un rial. La boulangère qui était une jeune fille très sympathique appelée NINA lui remis la moitié d’un pain d’un kilo avec un radieux sourire. Elle avait remarqué qu’on avait faim et qu’on était trois. Merci Nina pour ta gentillesse et ta compassion.
    Le directeur de notre école indigène parlait couramment l’arabe , l’espagnol et le français. C’est grâce à lui que beaucoup de jeunes algériens ont pu étudier et participer à la construction de notre pays après l’indépendance.
    Un autre souvenir de pied noir (colon). Je travaillais dans une ferme ou on enlever les racines du chien-dent de la vigne. On n’avait pas le droit de parler pendant le travail et si par malheur quelqu’un se risque à parler il recevait une bonne bastonnade et pouvait même perdre un quart du bon de la journée. Une fois je travaillais dans une ferme de Sassel pour faire les vendanges. On était environ 45 personnes. Tous les travailleurs locaux étaient des femmes: Les hommes soit étaient morts soit montés au maquis. On dormait tous dans une chambre de 4mx 4m . le soir le patron fermait la porte avec un cadenas et lâchait des chiens bergers allemands. Des sentinelles armées (Territoriaux) gardaient la ferme pendant la nuit. Personne ne pouvait sortir de la chambre sous peine de mort. Pendant tout le temps on mangeait du pain rassis avec du raisin.
    dans notre village il y avait un pied noir d’origine espagnole qui était berger. Il gardait un immense troupeau de chèvres. sa vie ressemblait à celle de pauvres algériens.
    Par contre il y avait des riches colons qui possédaient des fermes et qui menaient la belle vie avec leurs enfants. Il m’est resté un souvenir indélébile d’une nuit ou je revenais du cinéma vers minuit pour me rendre chez-nous dans le douar au flanc de la montagne. Il faisait un beau clair de lune comme il y en a souvent en Algérie. J’ai entendu de la musique classique que diffusait un tourne disque depuis la ferme. Les gens de la ferme étaient heureux, riaient discutaient à vive voix. L’air était embaumé par l’odeur des roses qui poussaient le long de la route. J’ai pensé :Mon dieu que notre pays est beau . Il ne manquait que la paix. Mais la paix avait un prix:
    Un soir un moudjahid a tiré une ou deux balle en direction de la ferme ou logeaient des soldats français. Il s’est enfuit sans toucher personne. Immédiatement le village fut encerclé. Tous les hommes de 15 et plus furent rassemblés dans un ravin limitrophe du village. On était gardé par des soldats. Ils voulait nous fusiller si on ne montrait pas les partisans d’entre nous. Nous on ne savait rien! Heureusement l’officier est arrivé avec un algérien  »bia9 » (vendu) . Il lui demanda de montrer les partisans. Ce traitre algérien parcouru du regard les présents puis dit  » Mon capitaine c’est de pauvres gens il n’y a pas de partisans parmi eux«  On nous relâcha avec des coups de pieds comme souvenir. Le temps passa l’indépendance arriva. Les Djounouds pardonnèrent au traitre pour avoir épargner la vie des gens du village.
    Tout cela pour dire qu’il y a de tout dans une population quelconque: Il y a de très bons et généreux PN et de très mauvais et hargneux PN comme il y a de bons et mauvais algériens.
    Que l’on le veuille ou non nous avons vécu un certain temps ensemble et que ce temps est fini. Il faut regarder ver l’avenir et tisser des amitiés avec le plus de gens possible.
    Tout passe , tout avance le temps ne revient jamais en arrière.

  27. Mémoria

    L’urgence et l’outrance de la situation qui manifestement fait tomber des masques me déterminent à prévoir à court terme une rupture du dialogue à l’origine initié dans le cadre d’un rapprochement entre les deux peuples algérien et français,toutes communautés confondues,et que nous voulions sur la VDSBA et par la VDSBA,et cela dans un cadre citoyen et seulement citoyen… !!!
    Un indice avait déjà annoncé la couleur lorsqu’aucun PN commentateur(s) sur la VDSBA n’avait daigné se rapprocher de l’association des PN (ANPNPA) progressistes et amis de l’Algérie pourtant connue en France et aux Dom Tom! Nous avons laissé la confrontation des idées dans le cadre d’une catharsis qui aurait pu déboucher,avec des intellects des deux bords,sur une plateforme de rapprochement tout en respectant les vécus de chacun et les trauma…!!!
    Certaines approches furent initiées,surtout informelles de la part de certains… et d’autres ! La tentative de constitution de certains réseaux était prévisible et des informations recoupées suggéraient que l’initiative venait de France et j’ estime que l’objectif principal a été dévoyé et récupéré par certains adeptes de la connivence tant locaux qu’extérieurs…
    Jamais,au grand jamais il n’a été question de négocier avec les sympathisants de l’OAS ,les harkis(Et non leurs enfants) et les revanchards du colonialisme !
    Notre déception est d’autant plus grande que de constater qu’un légionnaire Degueldre d’origine belge est réhabilité dans le Sud de la France alors qu’il fracassa les genoux au FM des six inspecteurs des centres sociaux de Tixeraine (Trois français),laissant mourir Mouloud Feraoun et ses compagnons dans une affreuse agonie…!!!
    Ma déception est récurrente lorsque je déduis qu’il est impossible qu’un site comme la VDSBA soit squatté par seulement les même PN de service…même si certains d’entre eux arrivèrent à un certain moment à composer avec…les indépendantistes FLN et par filiation que nous avons toujours été.Je pensais personnellement que l’assassinat de Jacques Roseau par l’OAS à Montpellier aurait crée un déclic dans la communauté PN puisque abattu pour avoir déclaré que l’OAS avait perdu la communauté PN et son avenir en Algérie….et qu’il avait commencé à négocier avec le gouvernement Algérien pour la facilitation de tours mémoriels et organisés en Algérie pour des raisons humanitaires…Une première occasion perdue à Montpellier ,et la deuxième définitivement avortée en ce moment même sur la VDSBA à cause de l’identification de partisans de l’OAS parmi les commentateurs …notre ennemi héréditaire !!! Leur plus grande erreur est d’avoir cru que Sidi-Bel’Abbès serait un Sidi Ferruch et que notre tolérance n’avait pas de limites…
    Aussi je sollicite de l’Administration de la VDSBA de mettre court à ce forum/débat qui désinforme le lectorat Belabbésien ,national et international .
    -Oui a l’application et au respect des Accords d’Evian du 19 mars 1962 !
    – Non à la réhabilitation de l’OAS et du néo-colonialisme!

    -QUEL GACHIS !!!

    PS: Je ne répondrais à aucune interpellation par dépit…et par pudeur !!!

    • BADISSI

      @Mémoria

      je vous remercie pour votre commentaire , une poignée de PN pro OAS , avec quelques Algériens alliées , veulent squattée le site , et imposer leur opinions , et si on donne le notre on nous attaque , ces derniers on dépasser plusieurs ligne rouge , vous , Madame CH , Imène, Hamza , qui ripostent a leur méchanceté gratuite .
      cordialement

    • R.TARI

      Bonjour Mémoria
      Permettez-moi de vous raconter une histoire véridique, vécue par le père de mon père, qui était cordonnier à SBA. Mon grand-père avait avec lui un jeune apprenti Algérien, tout juste âgé de 18 ans, qu’il avait pris sous son aile et qu’il affectionnait comme s’il avait été son propre fils. Ils mangeaient ensemble, travaillaient ensemble et entretenaient de très bons rapports, du moins, en apparence. Chaque soir, mon grand-père raccompagnait dans sa charrette ce jeune homme et ce dernier demandait toujours à mon grand-père de le déposer avant qu’il n’atteignent le cimetière musulman, mais sans jamais dire pourquoi. Compte tenu de l’âge de son apprenti, mon grand-père a cru que ce jeune avait un rendez-vous galant et qu’il ne souhaitait pas en parler. Un jour pourtant, comme mon grand-père, curieux, insista pour connaître cette raison, le jeune homme lui a avoué que, chaque fois qu’ils approchaient du cimetière dans le quartier arabe, il éprouvait le désir très violent de l’égorger !
      Une autre histoire véridique également. J’avais cru sympathiser avec un Algérien qui m’avait même fait certaines confidences, relatives notamment à son père, ancien membre du FLN. Cet Algérien m’avait expliqué qu’il avait vécu ses premières années en France et qu’il avait eu bien du mal à s’habituer à sa nouvelle vie en Algérie, de même pour son père qui, si j’ai bien interprété, avait espéré obtenir un poste intéressant pour faire vivre décemment sa famille en Algérie, après l’indépendance, compte tenu des services rendus au FLN, notamment comme transporteur de fonds… mais il n’en avait rien été et sa déception avait été très grande…
      Et puis un jour, cet Algérien que je commençais à considérer comme un ami potentiel m’a écrit que je ne devais pas lui faire une confiance aveugle !
      Cette phrase m’a fait penser au jeune apprenti qui, finalement, haïssait mon grand-père, alors, j’ai voulu savoir pourquoi il me mettait en garde contre lui-même, mais il ne m’a jamais répondu !
      Mais d’autres Algériens le connaissant, m’ont expliqué qu’il avait été enrôlé dans sa jeunesse dans un groupe para militaire, je crois, et qu’il avait eu droit à un véritable lavage de cerveau, qu’il haïssait les PN et que, malgré le poste enviable qu’il avait obtenu en Algérie, grâce à cette armée dont j’ai oublié le nom et où il avait un grade élevé, il n’avait jamais réussi à se sentir bien dans sa vie d’arabe, lui qui avait aussi reçu une culture française.
      Alors, Mémoria, si par hasard, vous reconnaissez cet Algérien, parlez-lui de mes deux histoires et si le désir lui en prend, peut-être pourrait-il les utiliser dans son roman que je sais en cours d’élaboration ? Qu’en pensez-vous ?
      Sans rancune.
      Régine TARI
      Bel-Abbèsienne pieds-noirs, Française d’origine espagnole (et peut-être aussi un peu arabe) tout ça, sans l’avoir choisi mais l’assumant totalement.

  28. GEORGES V

    On auriait du , c est vrai mais cela aurait sevi a quoi , et puis ce n est pas de nos us et coutumes , on est les GAULOIS mais pas les UNS . Mais notre golois a nous , je veux dire degol nous a trahi nous autres PN ,en plus il a casse l AGERIE ALGERIENNE en y implantant ses sbires ;les deserteurs de l armee française qui ont pris les commandes du bateau apres 62 , et la promotion LACOSTE .Resultat ce que nous n avons pas fait par respects a nos amis ALGERIENS ? A L ALGERIE à la NATURE à la FAUNE eux ont su le faire et proprement SVP.UNE VILLE SANS VESPASIENNES qui peut mieux faire ?

  29. OUERRAD

    au fait si c etait vous qui aviez les cles de ce PARADIS vous ne l auriez jamais remis aux mains des indigenes , voua auriez negocie pour y demeurer encore et encore car vous n etiez chez vous nulle part ni ici ni en metropole .
    Ce PARADIS a ete conquis par la force , et irrigue du sang de ses valeureux fils .
    Seulement DEGAULLE nous a trahis a tous les deux , et meme a trois si vous comptez les HARKIS .Je ne veux parlais des FRANCAIS DE SOUCHE , ils ont ete trahis doublement par celui meme qui se disait avoir compris les ALGERIENS .
    Or , comme nos responsables il n a compris personne,il n a fait qu assouvir ses desirs d empereur .
    L HISTOIRE RETIENDRAS .

  30. MADANI

    MR OUERRAD et cette opération ? réussie ? comment allez-vous ? BIEN ?

  31. Mme CH

    « A son arrivée, Fouchet paraissait à la télévision pour avertir fermement les pieds-noirs : « Le monde entier se liguerait contre vous, leur dit-il, si vous tentiez de revenir sur ce qui a été décidé et conclu. Vous en seriez les principales et les premières victimes… » Il condamnait l’O.A.S. comme une bande de « fous et de criminels », et engageait les pieds-noirs à s’en débarrasser, « car rien n’était perdu ». Mais désormais la majorité des pieds-noirs, dégoûtés des horreurs commises par l’O.A.S., ou épouvantés de leur propre avenir, n’avaient plus qu’une idée en tête : partir aussi vite que possible. L’O.A.S. ignorait les appels de Fouchet. Monstre sans tête, elle se débattait dans son agonie, infligeant les blessures les plus terribles et les plus insensées de toute son existence. Les films d’actualités de l’époque illustrent la folie de ces derniers jours. On y voit de jeunes bandits de l’O.A.S. revenant de la plage, endossant des tenues de para sur leurs épaules nues et montant tranquillement dans des voitures avec leurs mitraillettes, partant pour leur massacre du soir. Des femmes pieds-noirs répètent frénétiquement aux journalistes : « Jusqu’à la mort, messieurs, jusqu’à la mort. » Une vieille femme scande « Al-gé-rie fran-çaise » : des femmes musulmanes ripostent par des you-you-you lugubres. « Avril et mai, dit l’ancien préfet Vitalis Cros, furent des mois horribles, parce que le terrorisme était devenu complètement aveugle. »

    Le 20 avril, et pour répliquer à l’arrestation de Salan, les Deltas assassinaient 24 musulmans, rien qu’à Alger. Le 2 mai, c’était un épouvantable massacre dans le port d’Alger : une voiture piégée explosait au milieu d’une foule de débardeurs en chômage, à la recherche d’un travail. Le jour suivant, on évitait de justesse ce qui aurait pu devenir un effroyable désastre : l’O.A.S. avait amené sur les hauteurs qui dominent la Casbah un camion-citerne contenant plus de 12 000 litres de mazout et projetait de le faire rouler vers le quartier musulman, où il aurait certainement provoqué une conflagration infernale. Seule la présence d’esprit des pompiers aidés par des pieds-noirs empêchait le désastre de se produire. Cette semaine qui avait coûté la vie à 250 musulmans, se terminait avec le meurtre de 7 fatmas, alors qu’elles se rendaient à leur travail chez des Européens. Cet acte particulièrement cruel et inutile choqua profondément l’opinion française. Ces assassinats provoquèrent l’indignation au sein même de l’O.A.S. Il fut déploré par Gardes et par des femmes engagées dans l’action, comme Anne Loesch, qui témoignèrent de leurs sentiments de honte.

    Jusque-là, le F.L.N., assuré de la proche succession, avait fait preuve d’une remarquable discipline et de modération. Mais sous la pression de la base du mouvement, les chefs devaient recourir à des représailles. Sept bars, connus pour être fréquentés par l’O.A.S., étaient attaqués, à la mitrailleuse et à la grenade, dans différentes parties de la ville. Résultats : dix-sept Européens tués et trente-cinq blessés. Le lendemain, 15 mai, les inévitables représailles de l’O.A.S. coûtaient la vie à cinquante-huit musulmans, tandis que trente-cinq étaient blessés. Mais, et ce n’était pas la première fois, il était prouvé que l’O.A.S. était mise en échec dans ses propres plans ; en raison de l’ambiance qu’elle avait créée, et malgré les menaces de « sanctions », pas moins de cent mille pieds-noirs, soit 10 p. 100 de la population européenne totale, avaient déjà quitté le pays. Désormais, et dans son désespoir de constater que tout était perdu, l’O.A.S. adoptait la politique de la terre brûlée [2]. « Si les Français ne peuvent ou ne veulent rester, arguaient les dirigeants de l’O.A.S., nous laisserons l’Algérie comme elle était lorsque nous sommes arrivés en 1830. » Après un bref répit, le 7 juin, la bibliothèque de l’université d’Alger était incendiée. Suivait la destruction d’écoles, de laboratoires et d’installations hospitalières, ce que la France avait, en somme, donné de mieux à l’Algérie. Lors de la plus forte explosion qu’Alger ait connue jusqu’alors, le nouvel hôtel de ville sautait. Finalement, en juin, les immenses réservoirs de pétrole B.P. d’Oran brûlaient dans d’immenses champignons de fumée…….. »

    Tiré de l’article « la terre brulée et l’exode » de Alistair Horne, 2011 (LDH-Toulon)

    Vous avez peut être remarqué que je n’ai rien dit….!!!!

  32. Mme CH

    Merci à vous GEORGES SV, et à l’école algérienne….!!!! Quand on veut on peut…!!!

    Bonne soirée Monsieur!

  33. Lahcène Chot

    @Bouchentouf

    Salam

    vous avez remarquez ,qu’il y a presque deux ans vous nous parler de réconciliation ,comme votre humble serviteurs vous vivez en France et vous savez pertinemment que les français de souche pensent de cette période coloniale comme une calamité .;;;;maintenant la réconciliation avec des personnes qui ne représentent qu’eux même ,sur ce site et déballent leurs haines ,et ont montrés leurs vrais visages à quoi bon dialoguer avec les derniers mohicans complices pour certains des crimes de l’Oas….

    ALLAH EST GRAND

  34. Benyahia Lakhal

    Moi, « sans reproche » et quelques fois « antivirus » quand je pars en campagne pour débusquer la racaille revancharde, je considère que la VSBA est une belle fenêtre pour mieux comprendre notre ville, ses potentialités, ses atouts, ses attentes, ses difficultés et de débattre, ensemble, sur tout ce qui a trait à la vie belabesienne. Et d’évoquer son passé glorieux en convoquant la mémoire et en rendant hommage à ses enfants, vivants ou disparus qui en en construit la notoriété. Ce formidable espace de rencontres et de dialogue dont je me félicite de l’ouverture à tous, Algériens résidents ou expatriés, pieds noirs natifs de Sidi-Bel-Abbès ou d’ailleurs, a connu, dès sa mise en route en mars 2010, un succès fulgurant en raison des nobles missions que lui ont confiées ses initiateurs.
    La participation interactive ouverte à ses lecteurs a fait qu’ils peuvent intervenir librement et proposer leurs commentaires à la réflexion. Certains, et ils sont nombreux, en raison de leur grande compétence, de leur qualités humaines ont contribué à faire de ce journal un espace incontournable du paysage médiatique local. Comme l’autre grand frère  » Belabbes.info « . D’autres, par contre, se laissent aller à des invectives et des chahuts sans grande gravité au demeurant si l’on mettait cela sur le dur apprentissage de la convivialité. D’autres, enfin, l’utilisent pour distiller leur venin et leur ressentiment à l’égard de notre pays et de nos compatriotes.
    Des amis chercheurs au département informatique de l’Université m’ont confié un logiciel de leur conception. Ce logiciel permet de dire si un texte qu’on lui soumet à l’analyse est inédit ou s’il a déjà été publié sur la toile. J’ai découvert que des commentaires postés sur la VSBA avaient été puisés de certains articles déjà mis en ligne sur un autre site web. Le  » copier coller  » fonctionne bien. Le site en question se nomme  » popodoran  » et il est animé par un certain José Castano, un pied noir natif d’Ain el Turck. Je vous invite instamment à le visiter, pas d’un air dissipé, détaché, mais d’une manière appliquée et vous serez édifiés, vous serez sidérés, comme je l’ai été, de constater combien la haine vis-à-vis de l’Algérien est toujours vivace et combien ce  » site-basura  » est proche des thèses du Front National. Je vous livre, ici, en vous demandant d’être attentifs, quelques écrits, parmi d’autres, qui y sont recensés. Un florilège que j’ai choisi pour vous :  » Nous n’évoquerons que pour mémoire les massacres épouvantables d’Européens et de Musulmans, fidèles à la France, pendant la période 1956 à 1959. Pour mémoire et au risque de me répéter : les femmes enceintes violées et éventrées avec leurs fœtus posés à leur coté, les hommes avec leurs attributs coupés, enfoncés dans la gorge, les enfants en bas age cloués sur les portes avec leurs baïonnettes, et autres atrocités de même acabit et ceci grâce au FLN et à ses sanguinaires dirigeants dont certains sont encore au pouvoir actuellement en Algérie et devant lesquels on dresse servilement le tapis rouge quand ils viennent chez nous se faire soigner et dorloter dans nos hôpitaux et nos palaces. » Ou encore plus loin dans un autre article :  » Il faut en finir aussi avec ces subventions de la CAF (ndlr : ?), aux circoncisions des enfants musulmans, aux associations islamistes, aux casernes désaffectées transformées en mosquées. Pouvez-vous imaginer que dernièrement j’ai pu lire que les Français seraient bientôt autorisés à faire du tourisme à Marseille. » Ou encore plus loin dans un autre article : « Notre France, celle de nos héros historiques est devenue un pays de pleutres et de lâches, vivement que des Jean Moulins se réveillent et foutent ces déchets qui refusent de s’intégrer, à la mer tout comme voulait le faire avec Gaston Deferre. » Ou encore plus loin dans un autre article :  » En Algérie, en 1945, nous étions encore en situation de riposter. Protéger notre peuple partout, c’était difficile. Mais en toutes circonstances nous étions en mesure de punir les agresseurs, ceux qui osaient lyncher nos anciens et violer nos mères, nos épouses et nos filles. Par la suite, le pouvoir capitulard s’emploiera à nous priver des moyens de riposter. La dernière riposte, traduction de la vigueur de notre peuple, s’est illustrée à Philippeville (ndlr : Skikda) le 20 août 1955. Après le massacre odieux de Français sans défense la punition fut rapide, terrible et collective.  »
    Ceci dit, cette histoire de ce « site -basura » et des thèses du Front National est une affaire franco-française et cet égout qui charrie tant de miasmes nauséabonds ne parvient pas jusqu’à nous. Après tout, leurs problèmes ne nous concernent pas, nous en avons tant à régler chez nous.
    La VSBA risque d’être victime de sa réussite. L’intrusion d’une pied noir de France dans le site, jusqu’à s’incruster, nous enjoint d’être vigilants. Le plus grave est à venir. Régine TARI, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, fut, au départ, accueillie avec bienveillance jusqu’à gagner la sympathie de l’équipe rédactionnelle et de nombre de braves et innocents lecteurs de la VSBA, sympathie naturelle à l’endroit d’une native de Sidi-Bel-Abbès ; mais qui, ultérieurement s’est révélée pernicieuse et maléfique. Et en observant ses écrits, j’en suis arrivé à la conclusion que la dame en question est un condensé démoniaque : névrosée, acariâtre, aigrie, menteuse, manipulatrice, pied noir nostalgique, activiste et revancharde, nourrit une haine vis-à-vis de l’Algérien qu’elle toise de son allure hautaine.
    Le logiciel dont j’ai fait état plus haut m’a permis de repérer un commentaire posté par un pseudonyme « Bakoucha » à la suite d’un article intitulé « Sidi -Bel- Abbés, ma ville en quête de citoyenneté » du 8 octobre 2012. « Bakoucha » prétend que son commentaire, dans sa globalité, est inspiré d’un article d’El Watan. Ce qui est faux puisqu’il est extrait d’un article contenu dans le site scélérat évoqué plus haut et intitulé : la repentance. Le commentaire de « Bakoucha » et l’article sur la repentance débutent tous deux, de la même manière, ainsi : « Peut être que votre professeur d’économie vous a enseigné que la pauvreté du Tiers-monde est l’héritage de la colonisation. Quel non-sens ! Le Canada a été une colonie, comme l’Australie, la Nouvelle-Zélande ou Hong-Kong. En fait le pays le plus riche du monde, les Etats-Unis, fut jadis une colonie. Par contraste, l’Ethiopie, le Libéria, le Tibet, le Sikkim, le Népal et le Bhoutan ne furent jamais colonisés et pourtant ils abritent les populations les plus pauvres du monde. » Cette analyse est due à Walter Williams, Africain- Américain, professeur d’économie à l’Université Georges Mason de Virginie (Etats-Unis). A la suite de cette analyse, le supposé commentaire de « Bakoucha » se poursuit par les propos fielleux du « site-basura » : « Pour le peuple algérien, les années se suivent et se ressemblent sans que l’espoir d’un « printemps » vienne en alléger le poids. L’armée et la police étant par trop inféodées au régime » et ensuite par un extrait d’un éditorial d’El Watan daté du 11 juillet 2011 du à la plume de Tayeb Belghiche et qui commence ainsi :  » Dans son dernier classement sur l’Indice mondial de l’innovation, l’Institut européen d’administration des affaires a classé notre pays dernier dans le monde, devancé par des pays très pauvres, comme le Tchad, le Yémen ou le Soudan par exemple
    Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique s’en est, bien entendu, offusqué, à tort ou à raison, mais plus aucun Algérien n’accorde de crédit aux démentis et aux mises au point des gens du pouvoir. .
    Ainsi, la série noire des mauvais classements continue. Nos universités, ces lieux de création par excellence, sont classées parmi les 3000 ème; nos industries, ou ce qu’il en reste, sont parmi les moins performantes; le climat des affaires est très malsain au point qu’il faut un courage extraordinaire à un investisseur étranger pour venir s’installer chez nous ; l’agriculture est en détresse ; notre textile est remplacé par la friperie ; le pouvoir calorifique de nos voisins marocains et tunisiens est supérieur au nôtre, etc. La liste est encore longue.
    Nous sommes quand même en tête de peloton, mais dans un seul domaine : la corruption. »
    Ouhibi Rédha, un lecteur assidu de la VSBA dont je salue la perspicacité n’avait rien compris à ce montage acrimonieux, à cette cacophonie suspecte et à ce discours décousu et avait épinglé « Bakoucha » en s’écriant « pour un muet, vous parlez plutôt bien » !
    Le même logiciel m’a permis de localiser un commentaire posté par un pseudonyme « Phébus » à la suite d’un article intitulé « Rénovation de la place Sakia Hamra » du 4 octobre 2012. Ce même « Phébus », prétendument algérien déclare :  » Après une absence de quelques jours passés à me ressourcer auprès de cercles philosophiques et littéraires (ndlr :??!! je reviens et prends connaissance des écrits des uns et des autres. » Et « Phébus », qui prend la défense de Régine TARI qui a essuyé une attaque en règle, de renchérir en citant un texte de Boualem Sansal puisé dans l’article sur la repentance du site pied noir de José Castano ainsi rédigé : « En un siècle à force de bras, les colons ont, d’un marécage infernal, mitonné un paradis lumineux. Seul l’amour pouvait oser pareil défi. Quarante ans est un temps honnête, ce nous semble, pour reconnaître que ces foutus colons ont plus chéri cette terre que nous qui sommes ses enfants. »
    J’en déduis que « Bakoucha » et « Phébus », puisqu’ils s’abreuvent au même site pied noir, sont des pseudonymes d’une seule et même personne.
    De surcroît, j’ai remarqué que « Phébus » et Régine TARI sont les seuls, STRICTEMENT LES SEULS, parmi des dizaines d’intervenants sur la VSBA à utiliser des émoticones. Surprenant ou plutôt renversant. Élémentaire. Donc cette dame se travestit en utilisant d’autres pseudonymes pour faire accréditer les thèses revanchardes dont elle s’imprègne sur ce site scélérat. Exécutant les directives de son gourou José Castano !
    Régine TARI est, tour à tour, « Bakoucha » puis « Phébus » puis Marie Ange Lopez (un protagoniste de son invention) et même « Ould Caid M. ». Elle présume que la voix de ce personnage de son affabulation, sera entendue et ses commentaires respectés pour la double raison qu’il serait Algérien et, cerise sur le gâteau, cousin d’un candidat malheureux aux primaires socialistes pour l’élection présidentielle française de 2012 (rien que cela). Ce « Ould Caid M. » glisse un commentaire à la suite d’un article intitulé : « Le docteur Karim Ouldennebia : un invité d’honneur de notre journal  » du 23 août 2012. Si cette personnalité existait, elle gagnerait à se la boucler en raison du passé peu glorieux de ses ancêtres. (voir dans wikipédia – Arnaud Montebourg – notes et références n° 3 – Bérbéritude républicaine) C’est que Régine TARI prend pour modèle le mode opératoire du site pied noir qui consiste à citer des personnes à la voix autorisée, comme des universitaires (Boualem Sansal), des journalistes (Tayeb Belghiche) qui sont dans leur rôle d’Algériens critiquant le pouvoir en place. Ce qui n’est pas permis à des étrangers malfaisants et manipulateurs.
    De plus, elle n’a jamais condamné le fait colonial et les atrocités que les siens ont fait subir aux miens, ou alors du bout des lèvres dans une langue de bois alambiquée, malgré nombre d’invites auxquelles je l’ai soumise.
    Dans un commentaire publié à la suite d’un article intitulé « Poésie : Sidi -Bel -Abbés reste malgré tout un lieu séducteur », elle trouve normale l’institution pendant l’occupation d’un deuxième collège électoral ; elle trouve normal que nos mères et nos sœurs ne furent que des fatmas au service des colons :  » il n’y a pas de sot métier », dit elle ; elle ne commente pas, puisque gênée, la discrimination qui était faite à l’égard de notre religion ; elle trouve seulement « farfelue » , au lieu d’immonde, abjecte, voire criminelle la ségrégation qui était faite à la langue arabe. Dans un commentaire publié à la suite d’un article intitulé « Une pied noir parle aux pieds blancs » daté du 1er octobre 2012, elle s’indigne quand un lecteur prétend que les pieds noirs et les harkis complotent contre l’Algérie.
    Elle appelle au soulèvement des Algériens dans un commentaire signé à la suite d’un article intitulé « Sidi-Bel-Abbès, écoles, collèges, lycées paralysés ce jour » du 10 octobre 2012, je la cite : « personnellement je dirais JEUNES ET PARENTS D’ELEVES LEVEZ VOUS ! INDIGNEZ VOUS !  »
    Une première fois démasquée, elle feint de quitter le site et nous dit comme dans un adieu pathétique, mais un tantinet raciste : « il est temps pour moi de vous laisser entre arabes », dans un commentaire signé à la suite d’un article intitulé « Rentrée universitaire 2011-2012 : près de 1.300.000 étudiants rejoindront les établissements universitaires » du 11 octobre 2012. A la suite du même article, elle prend à partie les Arabes (encore) du Golfe en leur suggérant « de vendre une de leurs voitures luxueuses et cela suffirait à renflouer [nos] caisses». Sarcasme sordide.
    Et la liste est longue !

    On aura tout compris de la personnalité de Régine TARI quand, à la consultation de sa page facebook, l’on apprendra que sa littérature préférée sont les romans d’Agatha Christie, les scénarios des films d’Alfred Hitchcock, Thelma et Louise et les « petits meurtres entre amis » (!).
    J’ai, de plus, relevé qu’elle postait ses commentaires à toutes heures de la journée, même indues. J’en déduis qu’elle n’a d’autre amour que celui de son clavier. Elle n’a pas de petit mari dont elle s’occuperait– il a du la répudier depuis longtemps–, pas d’enfants à soigner, pas de travaux domestiques ; et je l’imagine vivant seule et recluse dans un pavillon ou un appartement sombre (Ah, le soleil d’Algérie !), froid et humide. Vêtue d’un peignoir tout rapiécé, les charentaises et les bigoudis. Elle devrait avoir pour lui tenir compagnie une tortue, deux canaris, une chatte et une couleuvre (emprunté librement à C. Aznavour –Comme ils disent –1971). La chatte, chacun aura compris, c’est pour accompagner la monotonie de sa vie de son ronron, la couleuvre pour s’approvisionner quotidiennement de son venin dont elle nous gratifie généreusement ; mais la tortue et les canaris, je ne vois pas à quelle corvée elle destine ces bestioles. La vache folle !
    Je souhaite que vous puissiez tout comprendre de ma démarche qui consiste à prémunir notre site qui est contrôlé par un autre  » site-basura  » proche des thèses du Front National, une sorte de « troisième colonne » et faire déguerpir de notre environnement une dangereuse manipulatrice. Et protéger nombre de mes jeunes compatriotes qui n’ont rien connu de la présence et de l’occupation françaises en Algérie et les autres plus âgés, mais faux-culs, qui s’extasient de la présence d’une  » gawria « , la povre déracinée.
    Après, vous direz avec moi :  » l’Algérie est ouverte, mais pas jambes ouvertes « . Pardonnez moi si j’ai été bavard, la rigueur de la démonstration le demandait et la gravité de la situation l’exigeait. Pardonnez moi si j’ai été quelque peu grossier, c’est que la littérature propre à ce site pied noir voyou que j’ai du aller voir, une pince à linge me bouchant les narines pour ne pas suffoquer de ses odeurs pestilentielles, a déteint sur moi. Ce site, à qui j’ai offert une publicité que je n’ai pas désirée. Je vous promets de ne plus refaire ça.

    • Amirouche

      @ Benyahia Lakhal

      Sallam
      Je regrette ne pas vous connaitre … , Merci .
      Je comprends maintenant pourquoi à l’issue de chacun de mes commentaires allant à l’encontre de leur raisonnement ,je me trouvais face à  » l’intrigue » et au mépris de plusieurs intervenants ,y compris ceux portant des pseudo « arabe » encore plus virulents !!
      Mais je sais que « La haine rend non seulement aveugle et sourd mais incroyablement bête. » ou comme disait Konrad …….
      J’aurais préféré que vous fassiez une recherche sur d’autres pseudo ,dont je doute de leur sincérité quand à l’amour de Belabbès en particulier ou l’Algérie en général ……………….
      Sallam

      • Claude.B

        Bonjour ,
        Des accusations graves qui semblent être mensongères ,des amalgames entre les intervenants ,tous les ingrédients sont réunis pour livrer à la vindicte populaire des personnes qui comme moi ,intervenaient sur ce site en toute honnêteté .
        Car au risque d’être prise pour une imbécile ou à tout le moins une naïve ,malgré les récents échanges , je pense toujours que bon nombre de participants sont sincères .
        Je déplore la tournure des événements ,et je me permets de dire à mon tour : quel gâchis !!!
        Partout sur cette terre vous trouverez des gens bien ,et d’autres qui le sont moins ,mais si les rapports sont bases exclusivement sur la défiance ,la suspicion rien de positif ne peut arriver : les portes sont fermées à tout jamais .
        Un climat malsain s’est malheureusement installé ,j’espère qu’il ne va pas perdurer et que chacun des acteurs va se ressaisir . Nous devons tous faire des efforts en ce sens ,l’enjeu dépasse largement le cadre de ce journal .
        Notre génération à une responsabilité : transmettre notre histoire ,toute notre histoire et rien que notre histoire . La transmettre sans esprit revanchard ,avec toute l’honnêtete requise afin d’apaiser les esprits et les cœurs au lieu de les enflammer .
        C’est mon action au quotidien ,je fais pour le mieux ,mais personne n’est parfait .
        Nous devons travailler à ce que la confiance s’installe enfin ….
        Cordialement .

        • Albarracin de Sidi Bel Abbés

          @ Claude B

          Nous sommes désormais que de vielles pierres, d’une vielle école, qui abrite de vielles idées, qui s’échangent entre vielles personnes…Des pierres de toujours que la patine du temps témoigne des pensées, des doutes et des regrets qui ne se comprennent que dans l’éternité …Si elle on est !
          A chacun d’écouter les pierres et de déposer la sienne…Le murmure du temps qui les patine, les abime, et les font disparaitre, nous parle des vérités qui forment l’univers depuis la nuit des temps !
          Nous ne sommes que la poussière de tous les débris de nos haines, dont nous croyons être des vérités !

    • DZiri

      @ M. Benyahia Lakhal
      Sallamou Allaykum
      Je ne trouve pas les mots pour vous exprimer mon immense sympathie !
      Aussi, j’espère faire bien en retournant tout mes vœux de Santé de Bonheur et de Rahma Illahiya pour votre mère et votre Père, pour ce magnifique travail.
      J’espère que les Vsba-iens aurons l’occasion de vous lire davantage.
      Sallamou Allaykum
      DZiri

    • Benyahia Lakhal

      Errata: Prière rectifier les dates de tous les articles auxquels j’ai fait référence: il fallait lire 2011 au lieu de 2012. Mille excuses.

  35. Lahcène Chot

    ce matin comme tous les matins ,je vais prendre un café ,je rencontre mon ami Charles ,ensuite à notre table viennent s’asseoir Dédé et son frére ,Réné ,Mr Humbert et bien d’autres personnes .Marcel le patron du café nous reçoit avec un sourire amicale …le soleil brille ,un léger ,bruissement du vent nous pare de son exquis oxygène …..nous parlons de tous et de rien ,commentant la politique de Mr hollande ,tous ce fait dans l’humour et la bonne humeur ….plein de gens nous salue à qui nous rendons aimablement le salem …il fait savoir que nous sommes en Provence ,une région éclatante de beauté ,ou la communication entre les personnes est des plus fraternelles …cet après midi ,nous allons nous organiser afin de faire une partie de pétanque ….la joie de vivre se lit sur les visages ….tout à coup débarque un pn ,qui commence avec son ironie à quatre sous ,et voila la belle ambiance ,détruite par cet intrus ,dont les mauvaises vibrations et sa haine des arabes est manifeste sur son visage …..ouf le diabotin est partit ,nous pouvons respirer ,et continuer nos conciliabule entre gens de bonne compagnie ….moralité moins tu rencontres de pn et mieux tu te portes …..Hamdoullah

    ALLAH EST GRAND

  36. DZiri

    @Mémoria.
    Sallamou Allaykum
    Vous n’êtes pas sans savoir que G je n’ai pas l’habitude d’ajouter de l’eau à votre moulin, différence d’option oblige !
    Je me rappelle vous avoir fait part de l’excès de la magnanimité. Qu’au-delà de la mesure, ce n’est plus une vertu !
    Ceci dit, aujourd’hui j’entrevois que vous vous « rendez compte « un petit peu », roulé par ce truc d’« humanism », préface de l’ingérence, de et par ceux-là même auxquels vous avez cru à tort.
    Ils vous concoctent des « histoiiiiiiiires », juste parce que voyez de mieux en mieux.
    Vous remarquez également qu’ils ont trouvé chaussures à leurs pieds parmi certains petits esprits algériens théoriques.
    J’entrevois aussi que vous percevez leur sionisme et leur nationalisme fasciste !
    Aussi, il vous incombe de voir, de déceler, que vous partagez tout, à une exception « philosophique » près, avec vos frères, vos propres compatriotes.
    Exception importante il est vrai, mais cela ne doit pas vous suggérer à leur préférer d’autres avec lesquels, tout vous sépare, à UNE exception « philosophique » et avec une mise en garde d’Allah :
    2.120 « ≈ Ni les Juifs, ni les Chrétiens ne seront jamais satisfaits de TOI, jusqu’à ce que tu suives leur religion. – Dis: «Certes, c’est la voie d’Allah qui est la bonne voie». Et si tu suis leurs désirs après ce qui t’est parvenu comme savoir, tu n’auras contre Allah ni protecteur ni secoureur.».
    Que dire quand il y a également les sionistes avec ?
    Sallamou Allaykum
    DZiri

  37. Lahcène Chot

    rappelons nous quand un certain Chot ,mettez sur le site quelques extraits d’un manuscrit ,témoignage romancé d’un vécu réel ,des insalubrités d’un légionnaire ,et la misère que nous subissions à cette époque ……Branle bas de combat ,sous l »égide d’une certaine réconciliation ,il fallait surtout ne rien dire ne rien écrire,au risque de ce faire passer pour un saboteur d’une réconciliation qui ne sert que leurs auteurs qui de ce faite ne représentent que leurs individualités ,ou pour certain ,nageant dans les eaux troubles sans vouloir dire son noms ,mais d’une pensée insidieuse de la reconnaissance du visage hideux du colonialisme comme un bienfait civilisateurs pour des pauvres sauvages que nous étions …au fils des posts la duperie était flagrante ,les masques sont tombés ,ceux qui se sont pris au piège de la mièvrerie des discours hypocrites ,se sont aperçut que les arrières pensées haineuses flottaient au ras des neurones ,et quand les barrières synaptique n’ont pu endiguer le flot des pensées obscures et haineuses ,qui se sont déclarés sur le visage de leurs auteurs comme une signature de leurs vrais intentions …ils essayent de rattraper le coup ,en employant le ratatinage de la morale philosophique citons la rhétorique d’Aristote ,afin de nous perdurer l’esprit avec des bonnes paroles apaisantes sauf ceux sont les arabes qui ont commentés et introduit les philo grec en occident ..et comme leurs stratégies est perdantes à tous les niveaux ils caractérisent sur la vie privée des personnes …..ils pensent à croire que la bonté de l’arabe continuera à lui jouer des tours ….sauf que un bon arabe est un arabes mort…..quand à ceux qui continuent à avoir le syndrome du complexe du colonisé ,voulant faire des connaissances avec des français ,hamdoullah nous vivons en France parmi les français et nous savons distinguer nos amis de nos ennemis …et comme nous continuons à vivre dans ce pays ,en toute fraternité avec les hommes et les femmes qui le composent nous constatons avec une grande consternation les individualités minimes qui interviennent sur ce site leurs haine ,leurs démagogie ,mais comme nous constatons que ces vieilles personnes ont déjà un pied dans la tombe ,et qu’ils exorcisent leurs malheurs leurs mal vivre ,leurs complexes vidant leurs derniers rancœurs dans un râle agonisant ,trouvant sur ce site ,les faires valoirs et des personnes qui leurs donne de l’importance et une matière à exister afin de satisfaire un ego encore orgueilleux ….ils nécessiteront à déversez un trop plein de mal vivre ,les arabes dans leurs grandes mansuétudes et magnanimité joueront les psychologues de service afin de libérer les consciences des âmes en détresses de leurs stress

    SEUL ALLAH EST BEAU

  38. Lahcène Chot

    Mr Menucchi est à Alger ,d’autres personnalités vont et viennent entre la France et l’Algérie afin de tisser des liens fraternelles entre les deux peuples ,les relations économiques culturelles etc…entre les deux pays sont toujours en nette amélioration …le gaz et le pétrole algérien coule à flot sur l’hexagone ..les travailleurs immigrés ;les algéro francais et les francais tout court travaillent payent leurs impôts;participant activement à l’édification de ce pays ….les voix parasitaires esseulés dans le désert de gobi qui ont trouvé refuge dans ce site peuvent s’adonner à leurs sports favoris ils font plus pitié qu’autre choses …

    SEUL ALLAH EST BEAU

  39. Lahcène Chot

    @Danielle

    le jour ou l’oxygène du bon dieu vous appartient vous pouvez tenir vos propos débiles à mon encontre ….gardez vos distances c’est mieux pour vous ….

    ALLAH EST GRAND

  40. Lahcène Chot

    style Chot, que si rencontrer des PN les gênent c’est simple, ils rentrent dans leur pays et ILS FOUTENT LA PAIX A LEURS SOI-DISANTS BOURREAUX on peut tres bien vivre sans eux,
    nous n’avons pas besoin d’eux mais malheureusement ce n’est pas réciproque sinon pourquoi viendraient-ils en masse chez nous????dixit Danielle

    Des propos condamnable par la loi ….le coller existe ,les preuves sont la .la Vdsba est témoin ..il suffit de faire parler mes avocats et cette personne sera traduite devant les tribunaux français ……Mais la mansuétude de l’empereur CHOT est sans limite …..

    SEUL ALLAH EST BEAU

  41. Lahcène Chot

    en tous les cas Monsieur Albar

  42. Lahcène Chot

    en tous les cas Monsieur Albaracin nous avons toujours apprécié votre sens de la mesure de l’équilibre ;de la raison gardée et d’une honnêteté intellectuelle ..bien sur que les algériens toute obédience confondus ont été victime de cette sale guerre …..mais comme vous le savez ,un homme comme Mr Mandela que vous apprécier était droit dans ses bottes en ce qui concerne la lutte des opprimés contre leurs oppresseurs …la soumission de l’homme à un homme est une aberration de l’esprit …mais des fois par sympathie européene ou noir de pieds vous fermez les yeux sur ceux qui veulent absolument nous faire passer pour des brels ..et martèlent obligatoirement que nous devons dire que la colonisation a permit à nous idiot que nous sommes devenus moins con …c’est quand même incroyable ,que quelqu’un qui a vécu sous la violence des légionnaires ,va dire ,effectivement les légionnaires étaient de braves gars et qu’ils étaient pour notre sécurité ,ils faisaient rien de mal ,juste ils cherchaient le terroriste …et nous sur ce site on doit applaudir et dire merci à ses braves dames qui du haut de leurs perchoirs chacune dans son style particuliers nous faire la leçon basique que nous sommes effectivement de braves abrutis …et quand elles étaient arrivée a presque leurs fins ;,car nous avons assistés autours d’elles une cour d’honorables agents ….tout cela est fu bling bling …..les complices des assasins innocentes resteront avec leurs mauvaises consciences et nous leurs conseillons d’autres sites pieds noires ou elle peuvent s’adonner à leurs insultes et leurs politique néocoloniale ….sinon sur la vdsba à part vous ces dames se sont descrididés largement même très largement ,et en ce qui me concerne bon débarras …car elle nous empêchent d’élever le débat sur des sujets intéressante ….la fin des haricots pour les talons noires …..oufff

    ALLAH EST PUISSANT

  43. Lahcène Chot

    @Bachir Bakhti …Madani …Abbes Fethi

    Cest beau de faire la morale de se hisser sur les hauteurs

    que pensez vous si vous vivez en France et on vous adresse ce genre d’âneries ….comment vous l’interprétez ?

    Danielle B
    ils rentrent dans leur pays et ILS FOUTENT LA PAIX A LEURS SOI-DISANTS BOURREAUX on peut tres bien vivre sans eux,
    nous n’avons pas besoin d’eux mais malheureusement ce n’est pas réciproque sinon pourquoi viendraient-ils en masse chez nous????

    ALLAH EST JUSTE

Répondre