La Voix De Sidi Bel Abbes

Le chanteur Rachid Taha n’est plus

 

     Le chanteur Rachid Taha est mort dans la nuit du mardi 11 au mercredi 12 septembre d’une crise cardiaque dans son sommeil, à son domicile parisien, a fait savoir sa famille dans un communiqué. Il avait 59 ans.

      Son fils Lyes, sa famille, ses proches, tous ses amis et son label Naïve, ont le regret et l’immense tristesse d’annoncer le décès de l’artiste Rachid Taha, survenu cette nuit suite à un arrêt cardiaque à son domicile des Lilas », indique le communiqué.

L’ancien chanteur du groupe Carte de séjour mêlait dans sa musique les influences de son Algérie natale avec des sons plus rocks.

Lui qui était né à Oran, avant d’arriver en Alsace à l’âge de 10 ans, aimait construire des ponts entre les cultures. En 1986, il reprenait avec son groupe la chanson Douce France, de Charles Trenet, pour se payer la tête de l’intégration, peu après la Marche des beurs et la création de SOS Racisme.

« Ya Rayah », tube intergénérationnel

Se produisant en solo à partir du début des années 1990, il sort en 1998 un tube transgénérationnel, avec une reprise de Ya Rayah, hymne des immigrés algériens composé par l’idole du chaâbi, Dahmane El-Harrachi (1925-1980). Un genre musical qu’il affectionnait : « J’ai découvert le chaâbi à la radio, puis par les scopitones dans un bar à côté d’où l’on habitait, en Alsace, avec mes parentsC’est un peu notre Jack Kerouac à nous, de manière plus orientale ou désorientée. »

Cette année de fierté Black Blanc Beur est aussi celle du succès de 1, 2, 3, Soleils, réunissant Rachid Taha, Khaled et Faudel.

Depuis, Rachid Taha n’a jamais cessé la musique. Pour la sortie de son dernier album, « Zoom », en 2013, le chanteur électrise le Trianon à coup de sons traditionnels et électroniques, de métissages punk, jamaïcains et électro. Quatre ans plus tard, il rend hommage au chaâbi le temps d’un concert à l’Institut du monde arabe.

Il s’apprêtait à sortir un nouvel album qui devait sortir chez Believe.

Source écrite/Lien:    https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2018/09/12/le-chanteur-rachid-taha-est-mort_5

 

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=73948

Posté par le Sep 12 2018. inséré dans ACTUALITE, CE QUE DIT LA PRESSE, CULTURE, MONDE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

4 Commentaires pour “Le chanteur Rachid Taha n’est plus”

  1. Imène

    Allah yarhamou birahmatihi el wassi3a.

  2. Iadni zouaoui

    Rachid Taha, un artiste pas comme les autres, car sa musique et sa voix rock fesaient de lui un musicien hors-pair. Le soleil du trio khaled, faudel, ne pouvait pas briller sans sa presence. Et ya rayah du regretté Dehmane El Harachi ne pouvait faire le tour du monde sans son obstination à la faire connaître à l’échelle mondiale, elle est devenue un tube adulé par tous les mélomanes du monde entier au point d’être chanter en karaoke dans les différentes fêtes. Avant cette étape très réussie par Rachid, son groupe de rock, carte de séjour à pu se glisser parmi les plus grands groupes français pour marquer de sa présence, la preuve la chanson « zoubida » à été très écoutée sur les radios Europe 1,radio Montecarlo, ce chanteur qui à lever très haut l’emblème national mérite tous le respect, et les égards car il n’a jamais nier ses origines,ses chansons prouvent cet attachement à l’Algérie.

  3. Mme CH

    A toute fin utile…..!!!!

    « Le dernier testament de Rachid Taha : «N’émigrez pas en France !» » (AP, 25/09/2018, Lina S.).

    C’est un Rachid Taha très remonté contre la France qui a quitté ce monde il y a quelques jours. Dans sa dernière interview à la radio tunisienne Mosaïque FM, le chanteur algérien, qui vivait à Lyon depuis sa tendre enfance, a accusé les télévisions françaises de faire dans le racisme anti-Arabe.

    «La télé n’existe pas. Les Arabes n’existent pas en France. Oui, il faut le savoir, il n’y a pas d’Arabes qui passent à la télé à part quand on fait des conneries. On ne parle des Arabes que quand ils sont conduits en prison ou ils commettent des attentats», s’est indigné Rachid Taha. «Mais quand il est question de faire de l’art, etc., les télévisions françaises ne parlent pas des Arabes. Il faut le savoir», a-t-il confié, ajoutant qu’«il y deux formes d’Arabes dont [ils] (les médias français, ndlr) parlent, les footballeurs et les terroristes, le reste n’existe pas». «C’est ça la France, les mecs. Comprenez qu’en France ou en Europe, ils n’en ont rien à foutre. Ils nous détestent !» s’est emporté l’interprète d’Ala Jalkoum.

    A la question de savoir si les chaînes françaises «sont racistes», Rachid Taha répond sans hésiter en tançant le journaliste tunisien : «Bien sûr qu’elles sont racistes, vous ne le savez pas, ça ?»

    Accusé de faire dans l’exagération, Rachid Taha rétorque qu’il n’y a rien d’excessif dans ses propos : «Non, je n’exagère pas, c’est la vérité, mon pote !» Pour le fils de Sig, dans l’Ouest algérien, dès qu’on parle des Arabes en France «à l’heure actuelle», c’est pour mettre en avant un scandale. Il en veut pour preuve l’affaire Alexandre Benalla. «C’est parce qu’il est arabe», martèle le fondateur de Carte de séjour dans les années 1980 et qui a toujours dénoncé la censure dont lui et son groupe ont souffert.

    «Regardez l’équipe de France de football, par exemple, il n’y a plus un nom d’Arabe. Ils ont éliminé tous les noms d’Arabes», a fait observer le chanteur de Ya Rayeh, reprise du maître de la chanson chaâbie Dahmane El-Harrachi. «C’est fait exprès», a insisté Rachid Taha pour qui ce racisme anti-Arabe «ne date pas d’aujourd’hui».

    «Mais vous passez à la télévision française», corrige l’animateur. «Non, je ne passe jamais sur la télévision française», corrige Rachid Taha. «Mais je vous ai vu sur France 2», confirme le journaliste. «Quand ?» s’insurge le chanteur courroucé. «Il y a dix ans, il y a vingt ans que tu m’as vu à la télé, mais maintenant il n’y a rien !» explique-t-il, amer.

    «Si vous voulez émigrer, n’émigrez pas en France, allez ailleurs !» a lancé Rachid Taha, comme un dernier testament à l’adresse des jeunes Maghrébins qui aspirent à vivre le «rêve français». Pour le chanteur, le racisme a gagné la quasi-totalité des pays d’Europe, citant l’Italie, l’Allemagne, le Danemark, la Norvège et la Suède, entre autres. Des pays où «l’extrême-droite monte», a-t-il dit.

    Et le Rachid Taha de conclure, avec sarcasme : «Ah si, le seul Arabe dont ils parlent, c’est le couscous !»

    Faut-il rentrer dans leur jeu…??? Parce que leur but c’est de chasser les « Arabes » et les « Musulmans » et laisser la place aux sionistes et à toutes sortes de Harkis pour nuire à leurs pays….!!!

    A méditer…!!

    • Hamza

      Salem, tlm j’espère que ce testament ne lui a pas coûté la vie! Les crises cardiaques ont tué pas mal de gents biens sur le foot il a raison c est flagrant d’ailleurs ils vont réduire meme les africains dès qu’ ils peuvent ce passé d eux et Deschamps est très intelligent dans ce domaine bref tous finis par se savoir Allah Yarhmo Hamza Toba

Répondre