La Voix De Sidi Bel Abbes

Le 4eme forum du patrimoine de la halka, s’invite à Sidi-Bel-Abbès / Par MADENE BENATTOU.

« UNE MORALE NUE APPORTE DE L’ENNUI , LE CONTE FAIT PASSER LE PRÉCEPTE AVEC LUI » Jean de la Fontaine.

-Sous l’égide du ministre de la culture , du wali de Sidi-Bel-Abbès , la direction de la culture en collaboration avec la maison de la culture Kateb Yacine et l’association « CPV EL HALKA, culture et arts de SIDI BEL ABBÉS »l’université de Sidi-Bel-Abbès, s’est ouvert ce Jeudi 14 Mai 2015 à la maison de la culture Kateb Yacine le 4eme forum du patrimoine de la halka .Cette manifestation s’étalera du 14 Mai  au 18 de ce mois. Des troupes de différentes wilayas à l’instar de Ain Témouchent, Oran, Mostaganem, Tissemsilet, Oran, Mostaganem, Tissemsilet, Tiaret, El bayadh, Ain defla, Sidi-Bel-Abbès ainsi que l’Egypte et la Tunisie animeront ce forum sous oublier la présence d’éminents professeurs d’universités et des artistes .
Pour rappel La halka est un moyen d’expression où l’homme communique ses sentiments, et ses préoccupations, ses espoirs, la halqa est un art populaire traditionnel remontant à la préhistoire en Afrique et est basé sur le conte et la narration orale. La halqa est un mode d’expression depuis des temps immémoriaux, et puise sa force dans le patrimoine populaire immatériel. Elle est devenue une forme de théâtre. Lorsqu’on parle de halka, on pense à la Tahtaha où s’est perpétuée cette tradition depuis des années. Le spectateur peut passer des conteurs en tout genre aux charmeurs de serpents en passant par les jeux d’acrobaties et par les devins qui ont gardé toute leur authenticité. Pour les organisateurs de ce forum , le but est de contribuer à la préservation de la mémoire populaire, de participer à la valorisation du patrimoine national et de faire revivre la culture orale populaire ancienne. N’oublions pas les contes des milles et une nuit, les fables animalières écrites par Ibn El Muquaffa « Kalila et Dimna » et le rôle joué par nos grandes mères qui nous racontaient de mémoire leurs histoires.

DSC_0006

 

DSC_0008

DSC_0009

DSC_0033

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=60334

Posté par le Mai 14 2015. inséré dans ACTUALITE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

12 Commentaires pour “Le 4eme forum du patrimoine de la halka, s’invite à Sidi-Bel-Abbès / Par MADENE BENATTOU.”

  1. Anonyme

    Un certain temps lorsque les gents étaient encore NYA avec coeurs lessiver de pourriture malgré un grand manque de distraction et de moyen de tout. Il y avait cheikh DAHO et ANTAR Allah yarhamhouh qui éclairent la tahtaha avec leur spectacle tout le monde y allait pour défouler leur tristesse surtout les journées du mois du sacré mois de ramadhan pour tuer le temps comment dirai-je ce temps saint on entend jamais comme aujourd’hui de corruption de malice

  2. chaibdraa tani djamel

    La TAHTAHA était un lieu de culture ,on y trouvait des HALKATES,des magiciens,des dompteurs de serpents et autres comme ANTAR et CHEIKH DAHO (ALLAH YARHAMHOUM),des conteurs,des GOUALS etc…, qui animaient cette place ,sans oublier les GA3DATES de vieux avec leurs habits traditionels qui disparaient de petits en petits.Si on prend l’exemple de la grande place de MARRAKECH (MAROC) ,cette place ,qui n’a pas changé depuis des décénnies, qui est maintenant classée mondialement comme monument historique par l’UNESCO, tandis que chez nous toutes ces activités artistiques et culturelles ont disparu dans toutes nos villes par exemple MDINA JDIDA (ORAN), EL KAISSARIA(TLEMCEN), BLASTE EJMEL(CONSTANTINE) et autres que je n’ai pu citer .La vérité c’est que chez nous en ALGERIE,on ne sait de quelle culture on dépend et qu’on doit suivre.

    • OUERRAD EN SQUATTEUR

      NAHNA GAWMOU TOUBBA3
      JOUMOU3AH MOUBARAKAH .

    • zlaoui

      @chaib draa
      c’est vrai tout la’culture a disparu..avec la disparition du travail
      avant tout le monde etaie’t moulake chacun avait son ane sa poule
      son ble son orge son bout de terre..l’etat a tout prie et ouvert des soukelfalah
      on offrit a chaque algerien un oeuf un sucre et un thé et surtout une télé
      tout le monde regarde la télé..meme les’chaines europeens ont disparue..
      lorsque l’imame du golf te bourre la tete avec leur culture islamique qui n’est pas la notre la malekite de nos grand parents te lache, le syrien prend la releve avec leur culture leurs langage leur habits leurs mauvaise habitude tout es consommé par nos femmes sans retenu…heureusement qu’il ya quelque assoication qui reveille le Haik de nos soeurs
      et heureusement que nos femmes ont enfin mare de cette télé

  3. chaibdraa tani djamel

    @ Anonyme,on était pas NYA ,on était de bonnes familles ,une seule famille BEL ABBESIENNE

  4. zlaoui

    voir les enfants tenir les manche de rateaux dans la,campagne de netoyage et voir encore une, fois des maches ça devient préocupant cette reflexisation au ports de gourdins.
    dans la lois le gourdin est une arme a part entiére…j’espere qu’il n’ ya pas Djinn derriere ces
    Gourdin-boys…car les seuls qui sont autorisé par le juge a porter le gourdin sont les services de l’ordre ..j’espere que le juge fera cette remarque a tout le monde..nous sommes plus dans
    les ancie’nes tributs du sud ou le chef de la tribu ordonne a ces enfants de prendre les mtarégues pour faire l’ordre chez lui dans sa tribus dans sa tente…
    nous sommes plus dans la periode tribale,,nous sommes a bel abbes il y’a tout le juge la police, le service antiémeute, les toilette publiques, etc

  5. oulhissane

    Que dirait-on des autres arts martiaux ?
    Bel Abbes, comme vient de le rappeler Si Amirouche, est le fief des Béni Ameur, un pays où le matrag y fait partie du décor.
    Si Zlaoui, fais un tour au marché aux bestiaux du mercredi, tu seras surpris par le nombre des gens qui portent un matrag. Pire encore, dans cet espace, le sort réservé au voleur pris en flagrant délit, est inimaginable dans les rues de « Petit Paris ».
    C’est enfants que tu vois porter des matrag, pratiquent un sport, local bien sûr, il est bien visible sur la banderole le mot « riyadha », est c’est dans ce cadre que ces enfants portent le matrag. C’est tout. Aucun policier ne viendrait les aarrêter pour avoir pratiqué une occupation
    des Béni Ameur. Depuis il y a cette symbolique qui se dessine dans la disposition de ces enfants. Une ligne courbe qui va de part et d’autre du chef du groupe et remonte en toise pour se perdre dans la nuit des temps.
    Pour une fois qu’on a un sport local, abbassi de souche…

  6. oulhissane

    Corriger: ces enfants au lieu de c’est enfants.
    arreter au lieu de aarrêter.

  7. Amirouche

    Approchez, approchez ! Rejoignez le cercle des badauds celui de la  » Halka  » !

    eeeeh ,ya hasrahe yel tahtaha ! tu es devenue une place quelconque , tu es envahie par les étals de la friperie et la vente du pain sans aucune mesure d’hygiène , des tables et chaises en plastiques et « khorda » à même le sol….. Tu étouffes par ce grand nombre de gens , tu agonises sans qu’on ne peut rien faire pour toi ……….
    Jadis tu étais belle et animée ,tu étais la place où on pouvait déambuler d’une halka à une autre pour écouter une histoire , acheter un médicament « arabe » à base de plantes ou tout simplement prendre un bon café « ma3ssour » .Mon grand père Allah yarhmehe m’y ramenait en cachette ,sans que mes frères ne soient au courant de notre escapade .Sincèrement , je ne garde aucun souvenir des conteurs dont monsieur Chaibdraa Jamel parle , car j’étais trop jeune , par contre je me souviens très bien de ces vendeurs de plantes médicinales et de ce charmeur de serpent au milieu des hommes et enfants impressionnés par son spectacle .Le nombre de l’auditoire et les curieux passants dépassant la centaine formaient un cercle autour de lui.J’étais émerveillé de voir pour la première fois des serpents , certes , ce n’était pas des « cobra » hypnotisés par la musique comme on voit dans les films mais des couleuvres dociles (je pense) que le monsieur maniait avec ses mains .Son « show » fini , ce charmeur de serpent faisait le tour de la halka pour quémander de l’argent à celui qui veut lui donner « miya dourou  » , « mitine dourou » ou plus .
    Malheureusement, de nos jours, le phénomène de la halka a disparu et je ne vous cache pas combien je suis sidéré en lisant en titre  » Le 4eme forum du patrimoine de la halka, s’invite à Sidi-Bel-Abbès  » sauf si l’art de la halka est revenu à SBA et que je ne le sache pas !!! .
    Sallam

  8. MILOUA

    bravo Benattou pour cette presentation sur la culture orale.Il est fort regretable aujourd(hui de constater que les histoires et plus encore les contes ont disparu de notre vie voir meme de l’enfance de nos cherubins.La technologie nouvelle de par le cinema,la tele et maintenant le you tube ont viole notre espace imaginatif.L.image a pris le dessus sur notre imagination.Je me souviens en tant qu’enseignant ,chaque enfant au milieu d’un groupe a qui on racontait un conte se faisait sa propre imagination;son propre decor pour son propre paysage,ses propres heros.Le raconteur excellant dans son role par des variations de sa voix vous transporte dans un monde feerique vivant l(aventure,la peur,le suspens bref un monde fabriqué et mis en scene par l’enfant.
    Si ta memoire revenait en arriere Benattou et meme Kadiri souvienez vous de ces merveilleuses veillees de camp de vacances que vous avez vecus en ma compagnie.Chaque veillée avait son theme : veillee scout, veillee theatre, veillee danses,veillee ombre chinoise et enfin et surtout veillee histoires ou contes, il fallait savoir choisir le conteur c’etait a lui d’etre le scenariste et aussi l’ interprete de plusieurs roles a la fois, ce monologue etait suivi par les enfants avec leur propre montage images par leur imagination.On ne leur violait pas leur espace ni leur imposait leurs paysages.la beaute,la passion des conteurs et le sujet choisi n’avait pas besoin comme aujourd’hui des interdit -10, -11,-12 jusqu’à -16 ans c’etait une epoque mon ami et aussi celles des papys et mamys aujourd’hui eux aussi on leur a vole leur espace je le vis actuellement avec mes petits enfants.Oui c’est un grand patrimoine immateriel a sauvegarder

  9. oulhissane

    Si Amirouche salam…
    Il faut dire que je t’attendais car la distance entre le lycée Azza et la Tahtaha n’est pas grandece qui nous permettait de faire un tour.
    Je vois que tu gardes toujours les belles images de cette place historique. Est-ce que tu te souviens de ce bonhomme qui montrait une jarre vide en la secouant de tous les côtés puis il attire notre attention sur ce qui va se passer: magiquement fait, l’eau coule !
    Si Amirouche, je participe à ta halka avec ma jarre d’eau. J’espère que d’autres viendront présenter un tour.

  10. Amirouche

    Oulhissane

    Ohhhh , si Tayeb prestidigitateur et moi avec !!!….Attends un peu…… , je réfléchis à ma halka !!
    Hummmmm , et bien moi je ferai bien marionnettiste comme nous faisait monsieur Merbouh à l’école Voltaire , il se cachait derrière un battant de la « Saboura » , dans chaque main il glissait une marionnette en les faisant parler et les déplaçait tout au dessus,il nous racontait une histoire qui commençait par  » sbahe el kheïre les enfants »……..(vois-tu comment peut-on un garder de bons et lointains souvenirs quand l’instituteur est bon ? ) …….Et comme je ne suis pas sûr si je serai capable de faire réagir le public de la « tahtaha » , j’inviterai bien Sahbi OUERRAD pour faire la voix de « EL NADI » et moi « EL BADI » de la « el hadika el sahira » : « ana houwa 3ali eddib miam miam …miam miam miam ..rassi m3ammer bel hila…miam miam miam….welli nssib’ha nakoul’ha….miam miam miam….. .

    Ah!!! si Tayeb , mine de rien ,c’est quarante cinq ans en arrière ……….

Répondre