La Voix De Sidi Bel Abbes

Le 26ème anniversaire du décès du Dr Hassani Abdelkader n’a pas eu lieu : Il ne manquait plus que cela

La commémoration du 26ème anniversaire du décès de notre député maire exemplaire de la ville, et président de la prestigieuse USMBA n’a pu se dérouler a-t-on appris. C’est un bénin problème d’autorisation administrative, ou une fois de plus, l’argument administratif a privé les nombreux invités de la jeune association de jeunes dénommée au nom du défunt, et que préside Mr Morsli Tahar, de concrétiser un programme voire une halte qui devait débuter par un regroupement au siège de la mairie, puis vers le cimetière de Sidi Bel Abbes, et enfin un rassemblement au niveau de la coupole. L’un de frère du Dr Hassani, à savoir Mustapha, déjà déçu lors de la cérémonie consacrée à la presse, fut encore sidéré par ce refus que devait signifier les services de la DRAG, d’après notre source. Il ne nous manquait à Sidi Bel Abbes que cela, à savoir l’infirme espoir d’observer le droit de reconnaissance, de mémoire de nos valeureux ainés. Un citoyen présent ce matin du coté du café Baalbek, et qui avait écouté Mustapha Hassani nous dira : Il ne manquait plus que cela… ces rencontres entre Bel Abbesiens natifs ou adoptifs dérangent., pourtant la mairie avait assisté les organisateurs du moins, par le biais de banderoles (voir photo cette soirée), qui sont en ce moment même accrochées, même des bus étaient mobilisés.

Pour notre part, avons estimé, retracé pour les nouveaux lecteurs l’itinéraire de notre ancien maire, qui laissa de beaux souvenirs et des empreintes indélébiles. Suivez.

Nationaliste, médecin, homme politique et sportif, on disait du Docteur Hassani Abdelkader, qu’il avait la stature d’un homme d’État.

Jeune militant de la cause nationale, premier maire élu de la ville de Sidi Bel-Abbès, le 05 février 1967, lors des élections des premières APC sous l’ère de feu Houari Boumediene. «Le bâtisseur» comme on l’appelait était parmi les rares médecins algériens pendant l’ère coloniale. Il a été membre de la première APW lorsque Sidi Bel-Abbès a été promue wilaya, en 1975. Auparavant, elle dépendait administrativement d’Oran. Il fut ensuite député lors des législatives de 1982. L’homme ne manquait pas de classe, ni de charisme, ni surtout de dynamisme, le tout sur un fond de patriotisme et de nationalisme. Adolescent, il activait déjà au sein du Nadi de la jeunesse littéraire, fréquentant les milieux nationalistes dans le berceau de la Graba, quartier mythique de cette terre fertile de la Mekerra qui a enfanté les frères Liabès, Docteur Amir, Allal M., Zouaoui M. Ouhibi, Boumelik, Tayebi, Chaa Abdelkader, les Saïm, les Amarouch, Zaoui, Nedjadi M., les Benali, Drici et bien d’autres.

Hakim pour les uns, H’bibi pour d’autres, c’est ainsi que feu Hassani Abdelkader était appelé, voire interpellé. Son nom fait partie de l’histoire de la région. Il est né le 20 septembre 1920 à Sidi Bel-Abbès. Fils d’un cultivateur, sa famille était connue comme les «Belbahri». Il avait trois frères dont Mustapha, ex-journaliste mais aussi digne successeur à la tête du club USMBA, que dirigea le docteur Hassani pendant 27 longues années en tant que président, ceci dès son retour de France en 1948, succédant à feu Belkacem Bendimered. Hassani Abdelkader avait également trois soeurs. Ses débuts scolaires sont signalés dans l’ex-école Turgot, aujourd’hui El-Ghazali, à quatre cents mètres du domicile familial de l’ex-Rue Béranger baptisée rue des trois frères Amarouch, Ali, Belkacem et Mustapha, Martyrs sportifs de l’USMBA d’avant et pendant la guerre de Libération nationale. Son intelligence l’amena à rallier avant l’heure le lycée colonial Laperrine, aujourd’hui Azza Abdelkader, à une époque où, juste une petite minorité pouvait suivre des études secondaires parachevées par un baccalauréat, un ticket pour suivre des études de médecine, d’abord à Alger, alliant activité politique, études supérieures et football au sein du MC Alger. Très jeune, il possédait les qualités requises d’organisateur, de meneur de projets et d’hommes. Il était, disait-on, en avance sur son temps, un visionnaire, il était constamment projeté sur l’avenir. Il était caractérisé par une très grande capacité d’écoute des autres et de leurs aspirations, de son entourage de son environnement. Il était modeste et discret à la fois. Son cheval de bataille était l’essor de la ville et son développement dans le sens large du terme. Il ne cessait de rappeler à ses pairs élus et à ses nombreux amis qui ne sont plus de ce monde, que «le patriotisme commence par l’amour de son bled». Il avait à une jeunesse précoce le sens du militantisme actif. Feu Hassani Abdelkader attirait sans répit la grogne de la soldatesque coloniale omniprésente, surtout avec le corps des légionnaires. Hakim suscitait le respect et l’admiration, tout en étant très populaire et en se mêlant à la masse, saluant grands et petits s’enquérant de la santé des uns et des autres dont la grande majorité s’adressait à lui pour se faire soigner dans son premier cabinet sis rue Mogador, là ou se trouve aujourd’hui un autre spécialiste d’ophtalmologie non loin de l’ONAB. C’était dans les années cinquante.

Quant au deuxième cabinet, il a été transféré dans sa demeure à l’Avenue de la Macta après le déménagement forcé de la première demeure qu’il occupait à la rue Laperouse, qui fut d’ailleurs incendiée et détruite par l’OAS, à l’instar d’autres dizaines de biens publics et privés.

Comité de soutien de l’USMBA d’Alger

(Hauts commis de l’état et autres)

D’Alger, où il débuta ses études de médecine, il se rendit d’abord à Mulhouse puis à Strasbourg, où il reçut ses diplômes pour regagner l’Algérie et Sidi Bel-Abbès qu’il chérissait. Il s’engagea politiquement et socialement aux côtés des figures éminentes de la ville, surtout avec la vague des lettrés et autres producteurs d’idées, issus des écoles Ibn Khaldoun, Avicenne, connue par l’école indigène, l’école Molière dans le populeux quartier « Abbou » et bien sûr l’école Turgot, et ce, au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale où le futur député et maire de Sidi Bel-Abbès assistait aux souffrances et à la non satisfaction des revendications politiques de ses frères et de tous les autres besoins maternels de la population musulmane cantonnée dans le sud de la ville. Mais, le 1er Novembre 1954 était arrivé aux portes de la Graba, à Sidi Yacine, village Errih, dans l’ex-Gambetta, d’où partirent les attentats contre l’occupant, jusqu’à la libération du pays mais non sans pousser Hakim Hassani à l’exil dans la base de l’est à Tunis, où le militant continua sa mission de médecin au service de la Patrie.

Une «révolution» à Sidi Bel-Abbès  Mais ce n’est que partie remise. A la tête de l’APC de Sidi Bel-Abbès, Hassani, le maire, engagea une révolution au vrai sens du terme, bannissant le chômage, créant des unités de production de carrelage, des menuiseries, entre autres. Il bâtira en deux ans, avant la fin de son mandat, le double des écoles primaires que la France coloniale avait construites durant plus d’un siècle. C’est cela, dit-on, les bilans, les empreintes du bond significatif palpable sur les lieux : construction d’hangars communaux, acquisition d’une goudronneuse qui fit date en termes de rénovation de la voire urbaine, d’agrandissement du stade des trois frères Amarouche, qui de 500 places a atteint les 15.000 places, ceci sans parler du lancement du stade 24 Février 1956 «OPOW». Celui-ci est à citer dans les différents acquis, puisqu’il a été ouvert le 19 juin 1981, lors d’une inauguration officielle par le président Chadli Bendjedid, lors du mémorable ASCO/USKA sous la direction d’un enfant du club, Lacarne Belaid. Il y a lieu de citer également l’agrandissement du Boulevard la Macta en limitant les espaces de l’ex-caserne Viennot dans sa partie sud. En somme, plusieurs créneaux furent abordés : jardins d’enfants, crèches communales, colonies de vacances pour les enfants des communaux… fête de la ville, Kermesse régulière, activités culturelles et sportives de dimensions régionales et nationales étaient régulièrement programmées. Et si, comme on le redit souvent à Sidi Bel-Abbès, des Hassani ce sont des hommes comme on n’en fait plus. Mais généralement ce sont surtout les termes «vision, compétence, intégrité et modestie légendaire…» qui reviennent le plus sur les langues en abordant le passage qualitatif du défunt, soit à la mairie, à l’APW ou à l’APN où il était membre actif dans la Commission des affaires étrangères dès 1982 quant il fut élu avec M.Belacel Mokhtar dit «Si Mahi» comme députés de Sidi Bel-Abbès ville. Mais, à ce stade, on ne peut faire l’impasse sur 27 années de présidence de la prestigieuse formation de l’USMBA. L’un des meilleurs joueurs du monde avant Pelé, Maradonna, Zidane et autres… feu Larbi Benbarek avait été recruté aux côtés d’un autre professionnel évoluant en France, feu Nehari Miloud. Ils purent inscrire avec les joueurs du crû, les meilleurs titres de noblesse du club…
Militant FLN, feu Hassani Abdelkader fit venir dès 1963, feu Boumetrag, Benarab, Kaddour Bekhloufi, Ammar Rouaï, Zouba, Soukhane Mohamed… C’était la glorieuse équipe du FLN 1958/62 qui s’était retrouvée sur les bords de la Mekerra, suivie d’une autre filière, tunisienne, celle des internationaux Henia, Sassi, Lahmar, Kherrit où même Attouga faillit l’être… L’USMBA se déplaçait à partir de l’aérodrome de Lallat (4 km d chef-lieu) et ses joueurs avaient été récompensés par un voyage en Angleterre en 1966 et en 1970. La récupération et la mise au vert se faisaient dans la ferme Sagrandi. Une lignée d’internationaux locaux était mise au profit de notre équipe nationale. D’autres hommes tels les Ouhibi, Lakhmes Omar, Tabet A., Chiali A., Bekkouche M., D. Bendimered, Docteur Benbarek, feu Meziane O. Khelifa, Mami, Bendella, sans omettre le comité d’Alger avec les Tayebi, Amir, Mahi Benali, Rabia Cherif, Boubekeur H., Mokrane A…. Une liste qui est loin d’être exhaustive. Il y avait aussi le dévoué frère de Hassani Mustapha, les Abdeddaim, Chambi, Khelil, Benali Chikhi, Bendella Attaoui Bel Abbes et autres , tous étaient motivés par le même objectif de bâtir un grand club représentatif, digne successeur de la lignée des martyrs sportifs tels les Chaouch, Frères Zaoui, Petit Poucet, frères Amrouch, Djellas, Kermiche, Sokato, Bentabet B., Hamzaoui, et autres moudjahidine et fidaïs.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=3914

Posté par le Mai 4 2011. inséré dans ACTUALITE, SBA VILLE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

Répondre