La Voix De Sidi Bel Abbes

L’auto-stop: De Sidi Bel Abbes vers Sidi Brahim, quand l’ami Dougdoug venait à notre secours. Par Dr Douar.

De Douar .H

De Douar H

La facilité dans l’aisance de la vie moderne a exclu de nos habitudes une pratique qui était jadis très courante, c’est l’auto-stop. La vie d’autrefois était insuffisante en moyens de transport qu’il soit particulier ou publique. Pour se déplacer, à défaut du moyen comme le car, le taxi ou le train, il suffisait de prendre place au bord de la route en dehors de l’agglomération en faisant la gestuelle symbolique de l’auto-stop : lever ton bras et tendre ton pouce vers le ciel et attendre… Certainement une voiture viendra te prendre. Cette pratique était réservée aux jeunes, beaucoup plus aux étudiants et aux lycéens. Tous les auto-stoppeurs ont des anecdotes. Moi aussi j’en ai. Quand j’étais au lycée à Sidi Bel Abbés, ça m’est arrivé fréquemment de faire du stop pour rejoindre mon patelin, à quelques encablures de la ville. Une fois, il fit presque nuit quand moi et mon pote Abbes, nous nous fûmes pris en stop par notre voisin du village nommé Abdallah mais on l’appelait Doug-Doug, parce qu’il était colossal et fort, faisait un Doug-Doug en marchant comme le bruit que fait un train en prenant un virage, 33416421711il conduisait une voiture Palace présidentielle, noire comme un corbeau. Doug-Doug était un peu maboul mais avec un encéphale sain d’un adulte probe, sous l’effet de l’alcool, il devenait plus maboul que d’habitude ne mesurant pas les conséquences de ses actes de folie. Ce soir là il fut ivre mort, nous le savions, mais la nuit est tombée, les lampadaires allumées et à ce temps tardif, nous n’avions pas le choix, nous devrions rentrer chez nous, peu importe le moyen. Nous montâmes avec courage sur la Palace, je posai mes pieds sur deux bouteilles qui ballottèrent sans arrêt sur le plancher de la voiture, l’air dedans était malodorant et irrespirable sentant la puanteur du vinasse. En s’éloignant de quelques bornes de la ville, la plaisanterie de Doug-Doug commença, il éteignit les phares de la voiture pour rouler dans un noir aveuglant sur une route à double sens. « Je vais vous faire mouiller le bas de vos culottes, nous dit-il en s’éclatant d’un rire euphorique. »  À chaque fois qu’une lumière venait dans notre direction, nos cœurs battirent très fort et nos muscles raides tremblèrent. Ayant eu la peur au ventre, nous criâmes à toute force afin que Doug-Doug éclaire la route et réduise la vitesse, il nous ne considéra pas. Trop exalté par le rouge, sa plaisanterie s’exacerba atteignant la folie, il tourna sa voiture et roula en marche arrière. Nous ressentîmes,à ce moment là, un désastre tout près, une collision certaine. Heureusement qu’il y avait peu de trafic à cet époque et la distance que nous avons roulé n’a pas était si longue. En fin nous arrivâmes indemnes de corps mais tendus d’esprit, jurant de ne plus me laisser prendre en voiture par ce maboul. Ce maboul a réussi finalement à me faire inonder mon blue-jean. Doug-Doug est en Amérique depuis plusieurs années. Abbes, mon pote, est décédé après une longue maladie. Et Moi, j’écris avant qu’on m’oublie…

3208679889_2_2_RpmaGAEd

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=46449

Posté par le Mai 7 2014. inséré dans ACTUALITE, SBA QUAND TU NOUS TIENS. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

25 Commentaires pour “L’auto-stop: De Sidi Bel Abbes vers Sidi Brahim, quand l’ami Dougdoug venait à notre secours. Par Dr Douar.”

  1. Jamel

    Ah docteur Douar la khana grain de beauté de la VSBA Remerciements

  2. gamra de sidi khaled

    Et le train onze 11 VOUS CONNAISSEZ BATA COMME IL SE DISAIT

  3. OUERRAD

    docteur DOUAR
    TOUJOURS EGAL A LUI MEME .. MERCI

  4. Amirouche

    @DOUAR

    Bonjour

    je n’avais jamais pratiqué l’auto-stop, jusqu’à l’université d’Es Senia où j’ai sympathisé avec un type très « débrouillard » à qui je lui ai raconté que mon père ne me donnait pas assez d’argent pour tenir la semaine.Ce type «  »Lakhdar » me dit : avec moi , »mat khafche » tu vas au moins gagner l’argent du transport , tu vas m’accompagner pour faire l’auto-stop Es Senia-SBA !
    Un jour de grosse chaleur ; juste à coté d’un passage à niveau d’une voie ferrée ,Lakhdar et moi guettions les voitures où il y avait une ou deux personnes , Lakhdar n’arrêtait pas de dire « Belabbès, Belabbès, 22, 22 », et comme il n’y avait pas beaucoup de voitures ,il lui vînt une idée et me dit :Amirouche fais semblant d’être un aveugle ,c’est sûr que les conducteurs vont avoir pitié ! je n’ai pas accepter bien sûr , aveugle sans lunette noires et sans canne , fais le toi même !
    Nous avons passé deux ou trois heures sous un soleil de plomb et écrasant , sans eau et sans manger , pour qu’enfin un chauffeur de camion sympa s’arrête nous disant « ouine biha »….aya arkbou.
    Il nous déposa à Oued Tlillet , là ,j’ai pris la décision de prendre le train que heureusement je n’avais pas raté , laissant Lakhdar ,tout seul ,continuer son auto « HBEL » .

    Docteur , vous me faîtes rappeler ,encore une fois , des souvenirs enfouis qui sans vos articles ne s’éveilleront jamais .MERCI

  5. OUERRAD

    @MIROUCHE
    C est la faute à LAKHDAR Il n aurait pas du dire 22 mais KHAYI ?? BONNE NUIT FISTON ??

  6. hamid

    Article particulier comme il nous le fait souvent

  7. Ghosne

    Une histoire véridique sur les Autostopeurs.Un jour quelqu’un qui était en vacances au bord de mer a Ain El turck devait se rendre en ville a Oran accompagne par sa femme enceinte qui était assise a l’arrière de la voiture, il roulait normalement quand soudain surgit une jolie fille bien bronzee avec des longs cheveux s’approche pour lui demander de bien vouloir la déposer en ville, il a accepta et soudain deux de ses frères assez jeunes montèrent dans la voiture a l’arrière a cote de sa femme (rires)direction Oran , il a tout de suite dit  » tiens cela m’apprendra et me servira de leçon la prochaine fois……c’est la fille qui fait du stop et les garçons qui montent .

  8. tayeb s

    C’était la belle époque ! L’ére de la « niya » , de l’insouciance et de la solidarité entre les Algériens . J’ai été étudiant à Oran pendant 4 ans (licence de sciences économiques de 1987 à 1991 ) et j’ai toujours utilsé l’auto-stop , soit à l’aller ou au retour . Chaque début ou fin de semaine , et des fois au milieu de la semaine , je me présentais aux sorties de deux villes et je commençais ma tâche . Ce fut une aventure humaine enrichissante , pleine de souvenirs impérissables .  » ya hessrah »

  9. Imène

    bjr tlm !
    Et vous qualifiez cet hurluberlu d’ami ?? enfin ..ce n’est pas raisonnable mr .Douar ??! Que de DOUG DOUG aujourd’hui sur nos routes !…le constat est effarant :1 mort chaque 3mn sur les routes ..c’est carrément l’hécatombe.

  10. Imène

    …..vous avez soigneusement evité de nous raconter la suite Mr. Douar ! qui promet d’être ussi palpitante..et qui se résume à ..à peu près ainsi : la colère rouge de votre paternel , et la  » triha » mémorable qu’il vous aurait administré..mamie s’est interposée pour sauver son petit fils adoré..à moins que vous ne vous êtes faufilé incognito par une porté dérobée, séché les larmes fissa, débarbouillé sommairement le minois..et surtout changé le  » jean du délit  » !! mais comment est ce possible ? ça ne tient pas la route cette hypothèse ! il fait nuit noire, toute la maisonnée est en émoi , aux aguets..mam broie du noir , p’a fait les cent pas et tempére..mamie court  » scruter l’horizon  » devant la porte d’entrée..donc je présume la  » triha » fiha…fiha ! et vous ne voulez pas nous le dire..mais alors ..la question qui me taraude : qu’en est -il du froc de la trouille, ?qui l’a lavé ?
    mamie ..certainement..loooool !
    MERCI Douar ..et pardonnez mon intrusion..les histoires de gamins se ressemblent tellement.. de tout temps ..

    • @ IMENE bonsoir.
      Pas mal comme épilogue de mon historiette, la Triha ou Saouta ou raclée j’en avais eu bcp, mais on trouvait dés fois quelques ruses pour les évités, faufiler dans un coin sombre de notre grand patio jusqu’à voir tout le monde pionçait. Le degrés de la raclée variait suivant la gravité de la sottise faite, si plus grave ( j ’en avais fait bcp ;des querelles engendrant des blessures) , triha fiha fiha, et je regèlerai la dette même tardivement le lendemain..En tout je savais que main de ma mère était préférable, moins brulante que la cravache de mon père, suspendue derrière la porte mais heureusement jamais utilisée.
      Arriver au lycée, on se voyait déjà Rajel « prématuré » avec des moustaches et une barbichette, ça me permettais, même si cela agaçait au fond mes parents, d’entrer un peu tard la nuit, me déplacer ailleurs et même des bouffées de fumer loin des yeux des voisins sinon une triha même avec barbiche … Pour votre questionnement concernant mon froc, vraiment ce détail m’échappe mais je me souviens que ma mamie ne mouillait pas ses mais noires de Henné dans la bassine (Tina ou Betia).
      Bonne fin de journée.

      • Imène

        Douar :
        une bonne raclée (fessée ) justifiée est nécessaire pour discipliner les enfants..il ne s’agit de les battre mais de les corriger ! pourqoui les enfants d’aujourd’hui sont mal élevés ( sans généralisation aucune ) irréspectueux à l’égard de leurs aînés , malappris..car les parents n’ont aucune autorité, trop permissifs ,..vous en avez reçu des corrections ?? ça a fait de vous un docteur , un écrivain.. n’hésitez à en donner à vos gamins quand ils font de grosses bêtises bien sûr !
        cordialement

        • Danielle B

          @ IMENE , bonjour
          à propos de raclée ou fessée si vous préférez, mes enfants pourraient témoigner qu’ils en ont reçues et qu’ils ne sont pas morts bien au contraire, aujourd’hui ils nous remercient d’avoir su dire NON, d’avoir su les priver de sorties etc… lorsqu’ils le méritaient
          même mes petits enfants ont eu droit à quelques tapes sur les fesses, ce qui n’a pas toujours été du gout de mes belles-filles à qui j’ai rétorqué que lorsqu’elles les laissaient à ma garde, ça se passait comme je l’entendais sinon elles gardaient leur progéniture, si elles me les ramenaient régulièrement c’est que quelque part elles savaient que je n’avais pas tort
          lorsque je vois des tout-petits agés à peine de 2 ou 3 ans se rouler par terre en hurlant rouges de colère parce qu’ils font un caprice, je vous avoue avoir la main qui me démange, mais il parait que corriger les enfants les traumatise voilà ce que j’ai entendu de la part de ma belle-soeur, inutile de vous dire que son gamin a fait les pires bêtises et à l’heure actuelle tourne encore ses parents en bourriques car ils n’ont pas d’autorité, triste n’est-ce pas????
          je n’ai rien contre une éducation stricte lorsque c’est justifié
          bonne journée

          • Imène

            Bonjour Danielle B
            tout à fait d’accord avec chaque mot que vous avez écrit …il faut être ferme avec l’éducation des enfants , ne jamais céder à tous leurs caprices, une petite fessée ( justifiée ) ..et les moments câlins ne seront que plus forts !!
            cordialement.

  11. Albarracin de Sidi bel abes

    @Aux amateurs d’auto -Stop
    SBA Année1952….;
    Les avatars de l’auto -stppeur ! J’ai prtatiqué et j’ai ainsi croisé , l’humanisme, la méchanceté, les fanfaronnades .
    Devant faire la route à pieds du rocher pour me rebdre à l’ecole Marceau, la route d’Oran connaissait un trafic sinon intense tout au moins important! On m’initia à faire de l’auto stop! Le geste au bord de la route, une voiture s’arrête à ma hauteur , l’Homme baisse la vitre , un européen , il m’interroge du menton et de son regard!
    Mes 11 ans d’âge ne font pas de moi un auto stoppeur aguerri! mal donne, l’automobiliste en colère me lance « c’est pour ça que tu m’arrêtes petit C.?
    Qu’avai t il imaginé le Mr ? Je l’ignore et j’ai poursuivi ma route penaud, vexé et à pieds!
    Meilleure rencontre ; un camion s’arrête , dans la cabine un européen , un indigéne, Je prens place ….Entrée de SBA à hauteur de l’école Marceau le camion stoppe. J’ai de l’avance , je partage le casse croute de mes deux conducteurs Ce scénario se répètera quelques fois! C’est un beau souvenir!
    Un jour de pluie accompagne mon trajet; je fais signe, une voiture s’arrête , vitre baissée , le condusteur m’observe et me dit  » t’es trop mouillé  » Et il poursuit sa route! ! Sur le retour, une voiture genre petite calèche , un jeune algérien m’invite à prendre place, arrivé à hauteur d’un chemin de traverse que je dois prendre je lui de demande de m’arr^ter, fou rire du cocher, il fouette au contraire sa monture , il me faut sauter , au risque de passer sous la roue….;
    Moralité ? Il n’y en a pas! ….L’algérie « tendre et violente » selon un auteur …oui…comme la vie!

    • Danielle B

      @ MR ALBARRACIN
      Bonsoir
      encore un récit touchant, et qui en même temps m’a mise en colère , comment peut-on être aussi bêtes et cruels envers un enfant, refuser de le prendre en stop parce qu’il est mouillé??? quant à celui qui vous a poussé hors de la calèche, impensable , inadmissible et impardonnable
      Merci mr DOUAR pour vos souvenirs, malheureusement je n’ai pas de témoignage à apporter car à mon époque, il ne me serait jamais venu à l’esprit de faire du stop, premièrement parce que j’étais une fille et secondo la peur aussi de la raclée par mon père suffisait à m’enlever toute envie de désobeir, car moi contrairement à vous, j’ai connu la ceinture , souvenir cuisant que je préfère oublier, mais dans un sens peut-être que cela m’a empêché de faire de grosses betises allez savoir
      cordialement
      bonne soirée

      • @Danielle
        Il y a des anecdotes de gamins qui restent ancrées dans la cervelle même après tant d’années ,il suffit d’un mot ou d’une photo pour qu’elles surgissent ,surtout celles qui finissaient par une fessée ou raclée très douloureuse par… une ceinture en cuir bien poli comme l’avait votre papa.
        Tiens en pensant à la raclée, une histoire de bêtise m’est venue subitement. J’avais à peine 7 ans quand mon oncle, jeune, avait acheté un scooter neuf, très content pour frimer avec. Un après midi ,pas comme les autres, où tout le monde était dedans faisant la sieste, moi j’étais seul dans le garage assis sur le scooter faisant le motard. Puis une idée diabolique me fut parvenue quand j’ai constaté sur l’étagère d’à coté un pot de peinture et un pinceau, et au bout de quelques minutes le beau scooter bleu devenait tout noir.
        Quand mon oncle se réveilla… Je vous laisse, Vous, IMENE et AMIROUCHE , imaginer la suite.
        Merci Mr ALBARRACIN pour les souvenirs d’un petit autostoppeur que le vécu, tantôt à pieds et tantôt à cheval, l’a parfaitement modelé.
        Bonne fin de soirée à tout le monde.

        • Imène

          @ Douar :
          Ayayayyaaaaaa….asmahli sur ce coup vous êtes bon à trucider , a écorcher..vif ! loooool ! et j’imagine bien la cuisante raclée qui en a suivi cet acte hautement inspiré ! repeindre le beau scooter flambant neuf ! comme si quelqu’un vous disait qu’un gamin est entrain de gribouiller sur le capot rutilant de votre voiture…on a des envies de meurtre ouallah ! lool…
          mais à 7 ans ???…rien à faire ! snon fulminer contre la terre entière ou prendre son mal en patience !..j’éspère que tonton a été clément !
          cordialement.

        • Danielle B

          @ mr DOUAR
          pour une idée diabolique ça on peut dire qu’elle l’était, que vous est-il passé par la tête ??? peindre le scooter en noir, j’aurai donné n’importe quoi pour voir la tête de votre oncle en découvrant ça RIRES
          la suite??? oh que oui je l’imagine aisément, enfin je suppose 2 choses, soit vous êtes resté invisible pendant 3 jours, soit vous n’avez pas pu vous asseoir pendant une semaine????
          vous me direz ça??? je compte sur vous , j’écris et je ris en même temps
          merci pour cette parenthèse amusante
          bonne soirée monsieur

        • Amirouche

          @DOUAR
          Mon oncle avait acheté une vieille Peugeot BB rouge , coiffeur de son métier ,c’était son premier « patrimoine » qu’il venait d’acquérir ! , un jour mon frère ainé lui demande avec des yeux doux de la lui prêter pour un petit tour « DAWRA » , prenant les guidons et voulant tourner pour prendre la rue de Bizerte , il accéléra et Bouuuum dans le mur !! , réservoir moto cabossé et roue avant en huit . Au lieu de s’inquiéter de l’état de mon frère ,mon oncle très en colère lui dit « tfou wajhe al chare » c’est ton père qui va réparer tout ça ». Heureusement rien de grave pour mon frère en pleurs qui faisait semblant d’avoir très mal .
          Et oui Docteur ! souvenirs souvenirs …..

    • Imène

      Bonjour Albarracin :
      comment vous le dire ? il ya quelque chose de trés attendrissant ds ces passages.de l’enfant auto-stoppeur que vous étiez :..penaud , vexé, ou mouillé jusqu’aux os ..et qui se retourne, tend le bras, érige le petit pouce, en vain !
      comme Danielle , je suis outrée face à la méchanceté gratuite, tant de cruauté, et toute la bêtise insondable des adultes..cependant il faut toujours relativiser les choses , se dire que ça aurait pu être pire ! : le crétin dénommé Doug doug, aurait pu tuer ses deux jeunes passagers, les camionneurs  » gentils » ou cet imbécile de cocher aurait pu abuser de votre innocence..mais el hamdoulillah..!
      Albarracin : en Algérie , il ya un phénomène de société ( nouveau, étranger à nos traditions ) et qui pourtant est devenu récurrent, inquiétant : c’est les rapts d’enfants, actes pédophiles suivi de meurtre ! ces enfants kidnappés ne sont pas des auto-stoppeurs , isolés sur la route..non, ils sont enlevés prés de leurs maison, ou sur le chemin de l’école ( attirés par leurs ravisseurs par des subterfuges diaboliques )..ils seront séquestrés , violés…et si au moins ils les rendaient vivants à leurs parents …devant ces monstres humains , les doug doug, le cocher, et autres abrutis .. sont des chics types.
      cordialement Albarracin .

  12. Albarracin de sidi bel abes

    @Imène
    Bonjour! Comme vous dites el hamdouililah, rien de majeur ni ‘di’rreversible dans mes aventures d’auto stoppeur ! Au contraire , je remercie le ciel de m’avoir protégé du pire , et de m’avoir donné à vivre des moments de gentillesses et d’attentions gratuites de la part d’inconnus !Mes récits d’histoires vraies se veulent être des petits témoignages, d’une époque ou déja , les frémissements des mouvements de L N , étaient sans doute perceptibles pour les adultes§ le métier de mon père bourrelier le mettait au contact permanent avec les ouvriers algériens ! Mon père parlait l’arabe dans sa version populaire et devait sans doute pressentir ce que vous devinez! C’est sans doute pour ses raisons qu’un de mes frères qui vivaient en france , nous invita à quitter l’Algérie définitvement et de nous héberger un temps chez lui! en lorraine!. J’avais déja pour ma part séjourné dalns les années 49/50 une tranche de vie que je patarge par expérience avec notre ami Memoria!
    Salutations

Répondre