La Voix De Sidi Bel Abbes

« Large front »

Siège-El-Moudjahid-Alger.

—–Malgré la chaleur caniculaire, les rencontres interpartisanes ne cessent de se multiplier. Et s’il faut en faire une première évaluation, force est d’observer que la proposition, aux contours indéfinis, faite par le MSP sur un « consensus national » ou une « entente nationale », s’est révélée n’être qu’une ruse politique dont l’objectif est de fissurer l’alliance des formations de la majorité et d’installer le doute quant à la candidature du Président Bouteflika. Sur ce plan, il s’agit d’un échec sur toute la ligne, même si son promoteur a lui-même avoué ce qu’il en attendait : l’utiliser contre la majorité pour dire à l’opinion publique que les « partis au pouvoir ne veulent pas de solutions ». C’est une logique politicienne dont la crédibilité est nulle. D’autant plus nulle que même des partis de l’opposition s’en méfient, comme l’illustre la position du Parti des Travailleurs qui trouve que la proposition contenait un « piège » et qu’il est difficile, voire impossible, non seulement de discuter de ces questions avec la majorité mais aussi avec l’opposition, dans la mesure où  un parti de droite ne pourrait jamais partager les mêmes positions politiques, sociales et économiques avec un parti de gauche. Bien mieux, ce dernier, le PT, présente sa propre proposition, celle d’une « Lettre » adressée aux citoyens pour appeler à un vote d’une Assemblée nationale constituante. Une démarche dont le fond n’est qu’une reprise de la revendication portée depuis longtemps par une autre formation politique.
S’il faut établir une première évaluation de l’activité partisane de ces dernières semaines, on observe que la tentative de diviser l’alliance présidentielle a non seulement échoué mais que celle-ci ne cesse de s’élargir. Outre le FLN, le RND, TAJ, l’ANR et le MPA,  la Centrale syndicale et des unions estudiantines, le front qui appelle le Président Bouteflika à poursuivre sa mission à la tête du pays se consolide avec une feuille de route qui se précise. Hier et à l’issue de la rencontre entre le FLN et TAJ, il a été annoncé   l’installation d’une commission nationale chargée de l’élaboration d’une stratégie pour mener ce choix politique à bien. Et ce n’est pas parce que les partis de l’opposition sont divisés,  donc sans véritable visibilité et perspective, que l’Algérie cessera d’avancer sur le chemin de la stabilité, du progrès et de la démocratie.
EDITORIAL   EL MOUDJAHID   PUBLIE LE : 08-08-2018

Source : http://www.elmoudjahid.com/fr/editorial/1857

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=73433

Posté par le Août 7 2018. inséré dans ACT OPINIONS, ACTUALITE, ALGERIE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

Répondre