La Voix De Sidi Bel Abbes

L’Algérie se prépare à l’après-pétrole

fb3d9c1fc9d0cc7159c5c3b0bb6dec0e_XL

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal a indiqué, dimanche à Doha (Qatar), que l’Algérie préparait son passage à l’après-pétrole par l’encouragement des investissements dans différents domaines. L’Algérie prépare actuellement son « passage à l’après-pétrole » par l’encouragement des investissements dans différents domaines, a précisé M. Sellal qui rencontrait des membres de la communauté algérienne établie au Qatar. Dans ce contexte, le Premier ministre a souligné l’impératif de se libérer, de manière définitive, de la dépendance de la rente pétrolière. L’Algérie a décidé de « miser, pour les prochaines années, sur des secteurs clés tels que l’Agriculture, le Tourisme et l’Energie », a fait savoir M. Sellal. Concernant les relations entre les deux pays, le Premier ministre a évoqué la coopération entre l’Algérie et la Fondation pour l’Education, les sciences et le développement communautaire du Qatar. L’Algérie et le Qatar œuvrent à « renforcer leur coopération », a-t-il dit, voulant pour preuve le projet d’usine sidérurgique de Bellara (Jijel) et « d’autres projets d’envergure qui seront lancés au titre du partenariat bilatéral, notamment dans le domaine pétrochimique ». M. Sellal a, par ailleurs, écouté les préoccupations des membres de la communauté algérienne au Qatar, notamment concernant la nécessaire ouverture d’écoles algériennes dans ce pays. Le Premier ministre a entamé, samedi soir, une visite de travail au Qatar dans le cadre de la 5ème session de la Grande commission mixte algéro-qatarie, couronnée, dimanche, par la signature de 13 documents (convention, mémorandums d’entente et programmes exécutifs) concernant plusieurs secteurs dont la communication, le tourisme, les sports, la jeunesse, l’éducation, l’enseignement supérieur et la pêche.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=56536

Posté par le Nov 24 2014. inséré dans ACTUALITE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

26 Commentaires pour “L’Algérie se prépare à l’après-pétrole”

  1. Hamid

    Heureux d’entendre ces propos qui demeurent tardifs car il ta belle lurette que ce slogan fut brandi.

  2. B52

    Moi aussi je me prépare.

  3. OUERRAD en squatteur

    Un slogan reste un slogan , surtout en ces temps ou le clan fait tout pour se maintenir .Ils n ont pas de projet de societe digne de ce nom , ni de vision sur le future juste de quoi calmer les esprits un moment .Relisez et voue verrez que l on s en sortira pas du petrole .;;;; notamment dans le domaine petrochimque ,,, et c est lui meme qui le dit ,,,, arretez fakakir de nous bassiner avec vos conneries ,,,,

  4. tewfikhayii

    Salam,
    Si Ourrad, ce n’est même pas un slogan, c’est de la poudre aux yeux, pour pousser les crédules expatriés à rapatrier leurs sous , gagnés après tant de sacrifices. Je me demande comment ces personnes puissent perdre leur temps en rencontrant , ce petit premier sinistre. Je me demande comment se fait il que seulement maintenant que les décideurs ou plutôt les fossoyeurs de la république , commencent à penser au futur de notre pays alors que ce dernier a été tronqué il y a belle lurette. Les jeux sont pratiquement faits et rien ne va presque plus et le comble dans tout cela, c’est de donner ce qui reste de richesse et de dignité à ces fils de …. de qataris, source de la plupart de nos malheurs .Vraiment , nos décideurs se délectent de la médiocrité et persistent à y rester malgré l’urgence de la situation. Les finances publiques sont dans le rouge , les dépenses publiques règnent en maître,malgré les sonnettes d’alarme des organismes spécialisés nationaux et internationaux. Le célèbre auteur des FAKAKIRS a été envoyé par ses maîtres chez l’Arabe servile de service (Qatar), malgré ses milliards de Dollars, tenter de trouver des solutions pouvant les faire sortir du merdier dans lequel ils se sont enfoncés (bien que ce soit le seul endroit qui leur sied à merveille).
    Merci au BRÉZIDÈNE, d’avoir mis notre pays KO.
    Merci au BRÉZIDÈNE, d’avoir dilapidé toutes nos réserves monétaires (900 Milliards de Dollars) dans des projets bidon,
    Merci au BRÉZIDÈNE, d’avoir clochardisé le peuple, et l’avoir rendu fainéant et bras cassé
    Merci au BRÉZIDÈNE, de nous avoir ridiculisé et d’être devenu la risée du monde entier.
    La seule satisfaction que je ressens en ce moment est que Dieu punit toutes les âmes viles et mesquines , en leur affligeant des maladies handicapantes pour donner des exemples aux autres, et que les autres ne oerdenr rien pour attendre leur tour.
    Hamdoullilah qu’il y a une justice divine que personne ne peut corrompre.
    Salam.

  5. OUERRAD en squatteur

    YADOU ALLAHI FAWKA AYDIHIM …..Bonne analyse de la situation , il n y a que les credules pour les croirent, et les naifs pour ecouter encore FAKAKIR et vouloir une ecole Algerienne ??? QUELLE ECOLE ??

  6. Mohand

    La fin du pétrole est un destin inéluctable, deux questions se poseront, tant à l’échelle nationale qu’à l’échelle mondiale:
    1/les nouvelles sources d’énergie pour le monde entier, y compris pour notre pays
    2/ quelles seront nos nouvelles ressources ( agriculture! Tourisme, industrie) enfin qu’avons nous fait de la rente pétrolière pendant 50 ans pour développer ces ressources qui ne peuvent mourrir.
    Le défi est monstre,la solution est squelettique , sans que je sois pessimiste. Le gaz de schiste signe pour moi la fin du pétrole .

    • Mme CH

      « Baisse des prix du pétrole, le pacte secret entre les Etats-Unis et l’Arabie Saoudite » par Eric Leser (12.10.2014)

      « Un accord secret a été établi entre les Etats-Unis et l’Arabie Saoudite et nous en voyons peu à peu les contours se dessiner. C’est ce qu’expliquent à la fois le Wall Street Journal et plus en détail encore le blog spécialisé dans la finance Zerohedge, souvent très bien informé.
      Le premier signe d’un réchauffement des relations entre l’Arabie Saoudite et les Etats-Unis,devenues très tendues après le soutien de Washington aux révolutions arabes et aux Frères Musulmans notamment en Egypte, l’Arabie Saoudite s’est jointe officiellement aux Etats-Unis et aux occidentaux dans le combat contre l’Etat Islamique en Irak et en Syrie. Mais il y a deux autres parties encore plus importantes à cet accord négocié par le Secrétaire d’Etat John Kerry. La première, écrit le Wall Street Journal, c’est que «le processus a permis aux Saoudiens de faire pression sur les Etats-Unis pour obtenir un engagement d’entraîner les rebelles combattant Bashar el-Assad (le dictateur syrien), dont le renversement est toujours considéré par les Saoudiens comme une priorité». La deuxième partie de l’accord, c’est le prix du pétrole, qui est une arme de premier plan dans la guerre que se livrent au Moyen-Orient les sunnites et les chiites et leurs alliés. D’un côté donc, l’Arabie Saoudite, la Turquie, la Jordanie, l’Egypte et le Qatar et de l’autre l’Iran, la Syrie de Bashar el-Assad et le Hezbollah libanais.
      L’Arabie Saoudite a tout simplement décidé de faire baisser le prix du baril de pétrole, il lui suffit d’ouvrir un peu plus les vannes, pour peser économiquement et politiquement sur l’Iran et sur son allié et soutien la Russie. Si au cours des trois derniers mois, le prix du baril a baissé de plus de 20% et est passé ainsi de 115 dollars à moins de 90 dollars vendredi 10 octobre, c’est directement à la suite d’une décision saoudienne reconnait Rashid Abanmy, Président du Saudi Arabia Oil Policies and Strategic Expectations Center qui est installé à Riyad.

      Avec l’arme du pétrole, l’Arabie Saoudite entend contraindre l’Iran a limiter ses ambitions d’armement nucléaire et obtenir de la Russie qu’elle cesse de soutenir à bout de bras le régime de Bashar el-Assad. Deux objectifs que partagent maintenant l’administration Obama.
      Selon les calculs effectués par plusieurs études économiques, l’Iran a besoin pour équilibrer son budget et soutenir une économie affectée par des années d’embargo et de mauvaise gestion d’un baril de pétrole à 140 dollars et la Russie de Poutine d’un prix du baril supérieur à 100 dollars. Pour le magazine Forbes, la baisse des cours du pétrole est ainsi bien plus dangereuse pour l’économie russe qui est en récession et pour Vladimir Poutine que les sanctions financières décidées par les occidentaux après l’annexion de la Crimée et le soutien militaire aux indépendantistes de l’est de l’Ukraine. »

      Par ailleurs, selon la presse; le souhait du ministre de l’Energie de voir l’Opep convoquer une réunion extraordinaire pour tenter d’endiguer la baisse des prix du pétrole ne semble pas près de se réaliser. Alors que Youcef Yousfi avait révélé que l’Algérie militait pour une baisse des quotas de production de l’Opep d’au moins 5% pour retirer 1,5 million de barils par jour et négociait avec ses partenaires pour obtenir un consensus en vue de réduire l’offre abondante sur le marché, le ministres koweïtien et le secrétaire général de l’Opep affirment qu’il n’y a aucune possibilité pour le moment d’aller vers une réunion extraordinaire de l’organisation….. »..Vous avez compris….!!!!

  7. Mouha

    Je tiens à saluer Belamri.a et ses amis pour les activités sociales

  8. LVLP.

    Il doit etre en train de se repentir et se preparer à aller a cofesse âme charitable qui apres la mort de son maitre et pere s’ est vu resider aux states à NY aux yeux de la princesse et il ne faut pas oublier que les compte du FLN mis dans les coffres en suisse ont ete delapides par ses comperes .
    Et ça continu avec ceux qui maintenant ont pris de la bedaine et fument le gros cigare et mette un noeud pape dans les soirées mondaines en occident.
    pour nous autres il ne nous reste plus qu’a prendre un chapelet et entamer TAFRETE, TAFRETE, TAFRETE 90 FOIS.

  9. algerien 100/100

    Tous nos responsables sont bi-nationaux (franco/algerien) METAFRA GHIR FE ECHA3BE EL MESKINE

  10. madjid

    ce sera ardu sans pétrole.

  11. révolté

    Bonjour;
    Le problème des réserves en pétrole et gaz de l’Algérie, comme du reste du monde n’est pas de savoir si les ressources détectées sont suffisantes pour 20 ou 30 ans.
    De toute façon, à plus ou moins long terme, elles disparaîtront comme là bien dit Si Mohand , puisque non inépuisables. Il serait plus intelligent de réagir immédiatement, que d’attendre les désordres qui en résulteront.
    Mais le problème est plus profond. Ce qu’il faut remettre en cause, c’est ce modèle de développement économique basé sur l’économie de marché et une croissance illimitée, concept absurde dans notre pays aux ressources limitées « rente », qui, sur le fond, repose sur une conception, au mieux, complètement farfelue, au pire, crapuleuse et mise en place pour faciliter la politique de rapine d’une infime partie de la population.
    La solution aux problèmes énergétiques et économiques futurs, et un futur proche, est dans la remise totale en question de ce modèle de société dans lequel nous vivons, et la disparition de tous ces parasites qui la détruit pour qu' »ils puissent s’enrichir de manière exponentielle et de manière frauduleuse.
    La solution est donc l’élaboration,et l’installation progressive, d’un autre paradigme de société où l’Algérien et son épanouissement sur tous les plans. Ce paradigme devra être clair, sincère, basé sur des conceptions justes et valorisantes et non sur des mensonges et de l’escroquerie comme celui dans lequel nous vivons. Ce n’est que par ce moyen que, non seulement notre pays aura un avenir, mais que cet avenir ne sera pas compromis pour les générations futures.
    Bien entendu, cela implique un « nettoyage » de fond en comble de tous ces parasites qui détruisent notre économie , de tous ces politiciens véreux, corrompus jusque dans la moelle des os, de tous ces pillards qui par leurs actions délétères risquent de détruire toute vie sur Terre. Il n’y a pas d’autre alternative, et c’est plus qu’urgent de s’y mettre. En parallèle, il y a aussi tout un travail pédagogique pour expliquer au peuple à la fois la dangerosité de continuer dans ce système dans lequel nous vivons, son caractère incroyablement mensonger et corrompu, et la manière d’agir au niveau local pour faciliter l’installation d’un nouveau modèle de société.
    bonsoir

  12. Mohamed REZOUG

    Bonsoir a tout le monde .
    Cette visite appelle plusieurs remarques d’abord sur son opportunite . Pourquoi ce pays et represente-t-il ? Que peut-il ns apporter , quand l’on sait que tout ce qui bouge est fait par les etrangers , les autochtones dorment ou jouent a se faire encore davantage d’argent ! PSG ? Coupe duMonde ? Grandes surfaces internationales ? Charcuteries ? etc…
    Le partenariat signifie mettre en commun les competences dans un effet de synergie ! Est-ce que l’argent a besoin de l’argent de ce pays ? Evidemment , NON ! De son genie createur ? De son savoir-faire ? De sa technologie ? Non , c’est juste un retour de manivelle …suivez mon regard ! Ainsi ns leur permettons de venir chez ns (en tant qu’invites , ils sont les bienvenus au meme titre que n’importe quel etranger) , et de saccager notre patrimoine (ce qui se passe au Sud est revoltant!) .
    Quant au fond de la declaration de Mr le Premier Ministre , cela denote du niveau de mediocrite atteint par notre pays , ou les gens qui doivent se taire ,parlent sans retenue , en pretendant detenir le savoir !
    La politique economique et industrielle de notre pays a ete toujours consideree çömme un champ d’experimentation avec des Brahimi la science , le liberalisme a outrance ( adhesion a tout prix a l’OMC pour une economie mono-ressource , le mimetisme aveugle et pathetique (ex : la Bourse d’Alger!!!) , le bradage des investissements materiels et humains (privatisations des entreprises publiques au dinar symbolique permettant a une nouvelle categorie de riches d’apparaitre ) , humains avec l’exode de milliers de cadres formes ds les plus grandes ecoles aussi bien algeriennes qu’etrangeres !
    Pour revenir ensuite et degager un budget immense pour « remettre a flots » les ERIAD !!! par ex…
    Vendre SNS ElHadjar pour une poignee de dollars pour venir racheter a prix d’or , permettre a des societes etrangeres de realiser des plus values considerables grace aux « investissements etrangers » !!!
    Et maintenant ,l’avenir est dans « l’agriculture , le tourisme et l’energie » ! Le propre des despotes est de s’entendre parler et de dire …ouahhhh comme je parle bien !
    Alors que le Maroc realise des cimenteries en Afrique , ns continuons a importer des millions de tonnes de ciment !
    Alors que le Maroc realise des projets de logement en Afrique , ns importons les chinois , les turcs et autres pour le faire a notre place !
    Alors que …
    Alors que…
    Alors que…
    O mirroir mirroir,dis moi comme je suis beau !
    Quand un ancien 1er ministre retorque en pleine APN a qqun qui lui parlait d’exportation , « tu te prends pour Zorro!!! » Que dire ?
    Quand nos dirigeants arreteront de ns voir comme des nains et de considerer que ce pays est egalement le notre …et de ns ecouter juste un peu , alors oui ns evoluerons , sinon …tout cela n’est que verbiage et façade …un jeu de roles sans plus .
    Evidemment ,j’ai enormement de choses a dire encore ,mais je ne veux pas m’imposer a vous yal Khawa .
    Amicalement .

  13. un ancien

    @Mr Rezzoug Vous vous souvenez de kebir aek Azzi nehari.faraoun belamri.etc.

  14. tewfikhayii

    Salam,
    Le commencement de la fin est arrivé. L’Algérie n’a pas encore commencé à préparer l’après pétrole comme l’ont fait la majorité des pays non producteurs de pétrole .Toutes ces richesses générées par le pétrole pendant 50 ans ont été dilapidé par les différents dictateurs ayant gouverné notre pays . Les gaspillages énormes pour des futilités , les dépenses outrancières pour faire passer la pilule à un peuple d’assistés , qui se rendait chaque matin plus à la « garderie«  qu’au boulot, car pour connaitre la valeur du vrai boulot , il faut aller l’exercer en dehors de notre pays. Les politiques ont de tout temps calmé les revendications , de leurs administrés en cédant à tous leurs caprices d’enfants gâtés, au détriment du pragmatisme économique, qui lui ne fait dans les sentiments. Mettre sous perfusion une économie nationale vouée à la mort depuis le premier jour, était un acte suicidaire du dictateur Boumédienne , pour lequel, « le développement factice et artificiel«  de l’Algérie, valait tous les sacrifices. Aujourd’hui la réalité amère et terrible a eu raison de toutes les visions utopiques de nos illuminés de gouvernants. Les mégalomanes qui ont dilapidé les richesses de notre pays pour flatter leurs égos narcissiques doivent être contents de leurs œuvres. L’histoire retiendra d’eux , leurs manigances qui ont mené le pays à la catastrophe et le plus terrible dans cette affaire, c’est la relève inexistante pour essayer de relever le pays ,du moment que cela doit se faire sans compter sur la manne pétrolière qui n’est plus là pour suppléer les déficits budgétaires et pour nourrir un peuple de plus en plus jeune et de plus en plus exigeant. Pourquoi les pouvoirs publics ont-ils décidé par exemple de fermer carrément un fleuron comme l’ENIE de SBA , qui aurait pu développer un créneau devenu à la mode , comme celui des cellules photo électriques (photo voltaiques), qui dans des pays comme l’Allemagne, sont arrivés à un stade tel que le citoyen peut produire sa propre électricité, et aussi de vendre l’excédent à leur compagnie d’électricité . Le concept est très simple , et au Canada , il commence à faire son petit bonhomme de chemin , ce qui fait que l’avenir des énergies fossiles est à court terme, ajouté à cela, les efforts des pouvoirs publics de ces pays pour l’énergie propre et renouvelable , les hommes politiques poussent leurs administrés à utiliser des voitures électriques au lieu des véhicules traditionnels énergivores et polluants, en leur miroitant des bonus et des avantages qu’ils ne peuvent refuser. Pendant ce temps, en Algérie , on se mesure entre nous à qui possèdera la plus grosse cylindrée, qui bâtira la plus grande villa, et même , tenez vous bien , qui dépensera le plus dans des mariages pharaoniques; du n’importe quoi, un raisonnement de débile mental lourd. Le pétrole amorce une descente vers les abysses et d’après les spécialistes, il risque de rester bas, ce qui fait que pour les pays qui programment leurs budgets sur le prix du baril, ils ne sont pas sortis de l’auberge, et les mongols, crétins congénitaux qui affirment et croient dur comme fer que leur BRÉZIDÈNE minable viendra comme l’homme providentiel pour sauver l’Algérie , constateront que tout n’était que du khorti , mais ce sera trop tard et comme l’a déjà dit un khayi, ils prendront un chapelet et égrèneront les TAFRÈTE , TAFRÈTE, TAFRÈTE, TAFRÈTE, TAFRÈTE, jusqu’à s’user les doigts, et ils verront leur progéniture dépérir devant leurs yeux, tandis que les faux jetons et les salopards qui se sont sucrés pendant les 15 dernières années, ils seront loin , très loin , à se la couler douce. ALLAH IDÈLE ELLI DÈLENA. Que Dieu humilie celui qui nous a humilié inchallah.
    ALLAH IJIBE EL KHEIR.
    Salam.

    • Mme CH

      « Sanctions contre la Russie: les USA feront chuter le prix du pétrole ? » Par RIA Novosti(24/03/2014)

      « Parmi les sanctions contre la Russie, la plus sévère pourrait être la vente d’une partie des réserves américaines stratégiques de pétrole sur le marché mondial, estime le financier américain George Soros. Cette démarche pourrait entraîner la chute du cours pétrolier et affecter directement la Russie, dans la mesure où le baril doit coûter au moins 100 dollars pour que son budget reste équilibré, écrit le lundi 24 mars le quotidien RBC Daily.
      « Pour commencer, les sanctions contre la Russie doivent être uniquement un facteur de dissuasion. Si la menace est efficace, elle ne doit pas être mise en œuvre », a déclaré Soros dans une interview accordée au Spiegel. Selon lui, le gel des actifs des Russes riches et de hauts fonctionnaires à l’étranger n’est pas une mesure raisonnable. Les oligarques russes affaiblissent l’économie russe en expatriant leur argent », affirme Soros.
      Cette réaction pétrolière suite aux actions du président Vladimir Poutine a été mentionnée pour la première fois début mars par l’économiste américain Philip Verleger, collaborateur de la Maison blanche et du département du Trésor américain dans les années 1970. Le 3 mars, Verleger a écrit que les Etats-Unis disposaient d’un puissant levier de pression sur la Russie : la réserve stratégique de pétrole (RSP), soit près de 700 millions de barils de pétrole dont l’importance pour la sécurité nationale des USA n’est plus cruciale en raison de l’exploitation prochaine du pétrole de schiste en quantité importante aux Etats-Unis. « Les USA pourraient, sans aucune dépense directe, faire baisser le cours pétrolier et infliger un sérieux préjudice à la Russie et à l’oligarchie russe en vendant le pétrole de sa RSP », a souligné l’économiste.
      Selon les estimations de Philip Verleger, si en 2013 les Etats-Unis avaient vendu chaque jour 500 000 de barils de la RSP, le cours du pétrole Brent (associé au pétrole russe Urals) aurait été inférieur de 12 dollars à la fin de l’année. D’après l’expert, une baisse du tarif pétrolier de 10 dollars le baril équivaut à la réduction des revenus d’exportations de la Russie de 40 milliards de dollars. « Le PIB russe aurait pu chuter de 4% », affirme Philip Verleger. Il précise que la moitié de ces pertes aurait été liée à la diminution des tarifs du gaz exporté : les contrats à long terme de Gazprom avec les acheteurs européens sont associés aux prix du pétrole et des produits pétroliers.
      Mi-mars, les Etats-Unis ont décidé de tester la proposition de Verleger en débloquant la RSP pour la première fois en 2 ans et demi : le département de l’Energie américain a annoncé la vente de 5 millions de barils. Le département affirmait que cette mesure n’était qu’une vérification de l’opérationnalité du système en cas de perturbations imprévues des fournitures sur le marché intérieur. Mais beaucoup d’acteurs l’ont perçu comme un avertissement pour Moscou.
      Le département de l’Energie américain a précisé qu’il vendait alors 5 millions de barils de « pétrole sulfuré », l’équivalent du pétrole russe Urals. 5 millions de barils sont une goutte d’eau dans l’océan pour le marché mondial (cette quantité est consommée dans le monde en 1 heure et demie). Cependant, le marché a réagi à ce signal : les contrats à terme de Brent ont perdu 53 cents et sont descendus jusqu’à 108,02 dollars le jour du déblocage de la RSP.
      La dernière vente « test » de pétrole de la RSP date d’août 1990 – immédiatement après l’invasion de l’Irak au Koweït et à quelques mois des opérations militaires des Etats-Unis en Irak. En juin 2011, les USA ont injecté sur le marché 30,6 millions de barils de la RSP en coordination avec l’Agence internationale de l’Energie (AIE) afin de compenser la diminution de la production pétrolière en Libye en raison de la guerre civile.
      Philip Verleger a déclaré qu’il ne voyait aucun lien direct entre la vente « test » du pétrole de la RSP et les événements en Ukraine. Mais il a insinué que le moment aurait pu ne pas être choisi au hasard. « Il nous a fallu attendre plus de 23 ans pour entendre parler de la seconde vente « test », et il s’avère qu’elle a coïncidé avec la visite du nouveau premier ministre ukrainien à la Maison blanche », remarque Philip Verleger. »

      Je ne sais pas pourquoi on ne voit pas plus loin que le bout du nez .
      Ils ont des stratèges et tout est concocté dans leurs laboratoires, et tant pis pour ceux qui ne tirent pas les leçons du passé et du présent, quant à l’avenir…..????? Et nos stratèges, ils sont où, Mr le premier Ministre….????

  15. h. bouasria

    Tres tres tres en retard pour ne pas dire un laissé aller TOTAL si vous arrivez à faire seulement le revetement de nos routes et nettoyez nos villes c’est deja beaucoup pour le trainage que vous avez fait depuis l’indépendance pour refaire une toute petite ville comme hassi messaoud on n’était pas capable c’est deja on est independant depuis plus d’un demie siecle

  16. abbes

    dommage on est les derniers a envisager des solutions

Répondre