La Voix De Sidi Bel Abbes

L’administration publique algérienne, cette mal-aimée

L’administré, quel que soit son rang social, est, quotidiennement, confronté à l’administration : du premier contact avec la vie, puisqu’on est tenu de déclarer toute naissance aux autorités administratives, jusqu’au décès et au permis d’inhumer qui en est délivré. Pour le commun des citoyens, l’administration, en l’état, reste un labyrinthe de ruelles sinueuses, emmêlées, tortueuses, où il ne fait que se heurter à des difficultés d’accueil, au manque d’information, à la complexité des procédures, à l’inertie des responsables, à l’impéritie des agents et, pour couronner le tout, l’abus d’autorité et l’inapplication du droit. Ce sont des aspects comme ceux là qui donnent l’image d’une administration mal-aimée, dans toutes ses composantes, qu’elles relèvent des services centraux ou ceux dits déconcentrés. Ce n’est pas, bien évidemment, une tare spécifiquement algérienne car, réellement, quelle est cette société qui peut se vanter d’avoir une administration parfaite ? Partout dans le monde, les relations administration-citoyens se caractérisent pas des hauts et des bas, mais le plus significatif, c’est la régularité de la courbe : elle ne doit pas traduire un état de mauvaises relations. Evoquer ces mauvaises relations, ce n’est pas faire le procès des services publics ; cela signifie tout simplement qu’il faut mettre le doigt sur une réalité amère, vécue par le commun des algériens, difficilement évitable, produit normal de tout appareil bureaucratique : l’administration fonctionne mal, au point où parfois, elle dessert plus qu’elle ne sert. En théorie, elle est supposée être au service de l’intérêt général, soucieuse du respect du droit, n’ayant pour buts que ceux consistant à remplir, convenablement, les missions qu’on lui assigne, notamment les missions de service public. Dans la réalité, l’administré qui se présente à elle, a l’impression d’être livré à son propre sort ou, pis encore, d’être l’intrus qui dérange les responsables  » qui n’ont pas que ça à faire c’est-à-dire se préoccuper de lui et de son devenir. Et, quand quelqu’un daigne enfin l’écouter, il doit, au mieux, administré qu’il est, improviser un bref exposé afin de justifier sa présence dans les couloirs de l’administration. Dans ce cas précis, il n’est pas à l’abri d’entendre une réponse lui signifiant  » de revenir plus tard « , l’heure étant, par exemple,  » aux préparatifs des élections présidentielles « . En réaction, l’administré peste contre l’Etat ; il se trompe de cible, en réalité, c’est à l’administration qu’il a eu à faire et d’où, il est reparti bredouille ! Oui mais posons-nous la question de savoir pourquoi cet administré est reparti bredouille ? C’est peut-être aussi de sa faute lui qui ignore tout des procédures administratives en usage, des jours de visite et qui, peut-être, ignore même la structuration de sa propre commune. L’exemple nous est donné par ce candidat-architecte, postulant pour un poste de travail en rapport dans sa commune qui, à la question qui lui a été posée de parler de l’APC, en général, avoua son ignorance et admis qu’il ne connaissait, en fait, que  » l’mir  » et  » le joint-mir « . En revanche, pour les questions concernant sa spécialité, il s’en est plutôt bien tiré, ce qui a amené l’examinateur qui voulait, peut-être, faire œuvre pédagogique, à lui poser cette question-piège :  » quelle est la différence entre le joint-mir et le joint de dilatation (il s’agit d’un procédé technique qui confère à la structure une certaine souplesse) ? « . Le candidat s’étant plongé dans une profonde méditation, il était plus que nécessaire de le réveiller et de lui clarifier toutes ces définitions dont il ignorait, non seulement, la sémantique mais aussi l’existence. Ceci étant dit, on présente, toujours, l’administration comme le bras de l’Etat, mais on ne doit pas perdre de vue que c’est un bras qui dispose, en réalité, d’une autonomie voisine de l’indépendance. En plus l’administration, c’est la réglementation appliquée dans toute sa rigueur ; l’administré quant à lui est sensé ne pas ignorer la loi. D’ailleurs, tous les textes juridiques, du plus important à la simple circulaire, sont élaborés, pensés, réfléchis et discutés dans les sphères de l’administration et ne peuvent, conséquemment, échapper aux avis, observations et amendements de celle-ci, avant d’arriver à leur approbation. A coup sûr, le rôle de l’administration est loin d’être négligeable. L’administration est omnipotente et omniprésente, dans la vie du citoyen, dans la vie tout court. Elle reste incontournable et les services publics qu’elle assure représentent l’essentiel. En parlant des services publics, s’ils ont une raison d’être, c’est bien sûr, celle consistant, majoritairement, à fournir des prestations aux citoyens mais lorsque celles-ci présentent de défaillances, elles deviennent, fatalement, un ensemble de désagréments et surtout d’illusions pour eux. Conséquemment, un mur d’incompréhension s’installe entre l’administration et les administrés et le fossé se creuse davantage ; il en est de même de la confiance qui s’effrite. La contestation s’installe forcément. On demande le départ des élus, on conteste les walis. On ne veut plus de cette administration fondée sur l’autoritarisme, sur le repli, le clientélisme et où s’entremêlent des notions confuses d’intérêt général, intérêt public, ordre public ou intérêt du service. L’administration, depuis 1962, continue d’apparaître comme opaque, énigmatique et inhumaine pour les administrés. Elle leur est, de leur point de vue, injuste, contrairement à ceux, une minorité,  » qui ont leurs entrées « , et qui par des pratiques condamnables, faut-il le rappeler, arrivent à tous les coups, à se faire entendre, et à concrétiser leurs demandes, dont certaines sont à la limite de la légalité. Là, il faut le dire et le dénoncer : qu’un responsable sait qu’il peut, en toute impunité défier la règle de droit pour lui supplanter ses propos critères et apporter à ses connaissances  » son petit coup de pouce  » est tout simplement intolérable, mais malheureusement usité dans l’administration telle qu’elle est pratiquée dans nos contrées d’ici-bas . Et n’importe quel citoyen peut citer une foultitude d’exemples du genre, pour accréditer cette affirmation et justifier son désamour de l’administration. Il va sans dire que cette façon de faire est, heureusement, circonscrite à quelques cas et qu’elle ne concerne pas toute l’administration, encore moins l’ensemble des agents qui y officient. Mais le danger est là. L’Etat peut décider des projets les plus ambitieux, donner les instructions les plus louables, signer les textes les plus audacieux et se rendre compte que son appareil d’exécution est atteint de paralysie, de bureaucratie, et ne répond pas aux objectifs assignés.

Que faut-il faire en pareil cas :

 » décider de déplacer les responsables, en nommer d’autres plus compétents, oui, peut-être, faire tourner les agents plus au moins confrontés à ces risques, les permuter, peut constituer une solution,  » se refuser à admettre de telles situations, qui comme affirmé supra, concernent peut-être des cas isolés, et dire que tout va bien dans le meilleur des mondes, c’est quelque part, vouer à l’échec, toute volonté de progresser. Et combien même il n’existerait que quelques cas rares, il faut se garder de les qualifier d’insignifiants. On doit, au contraire, les considérer comme une tumeur qui risque de gangréner, à terme, tout l’appareil administratif. On ne doit pas amplifier, outre mesure, le sujet au point de le noyer dans l’immense problématique de la réforme du service public, concept encore à la recherche de sa propre définition et d’en faire un ministère qui se cherche encore, perdu qu’il est dans la  » transversalité  » dans laquelle on l’a confiné. La solution, disais-je, ne doit pas consister dans la création d’un Ministère Chargé de la Réforme du service public, budgétivore, inutile, qui ne servirait qu’à donner des postes aux fils de et à recycler un personnel en panne d’idées. Tenez, ce ministère qui assure, pourtant, sa tutelle sur la Direction Générale de la fonction publique, n’a fait montre de la moindre réaction concernant le scandale du  » gel de 140 000 postes de  » travail « , qui a pénalisé tant et tant de demandeurs d’emploi qui sont en droit de demander des comptes et d’exiger des sanctions en rapport pour les auteurs. Et puis que peut faire ce département, dans l’immédiat, sachant, comme l’expérience l’a démontré, que le mauvais accueil de l’administré, le manque de transparence des décisions administratives…, en un mot, tous ces aspects négatifs ne nécessitent ni lois, ni décrets, ni des réformes décidées à partir du palais du gouvernement, pour être supprimés ou tout au moins atténués. Chaque département ministériel, celui de la santé me semble-t-il, a commencé déjà le travail, doit recenser, à travers une structure ad-hoc, tout ce qui préjudicie aux relations administration-citoyens dans le but de leur amélioration et leur perfectionnement ; cette structure pourrait fixer des délais raisonnables pour le traitement des dossiers, améliorer les prestations aux usagers, simplifier les procédures, éviter celles qui sont inutiles, réduire les pièces du dossier, affecter la ressource humaine qu’il faut, là où il faut. De plus, et dans la mesure où les réformes exigées pour améliorer les services publics dans le secteur de la sécurité sociale ne sont pas les mêmes que celles exigées dans celui des travaux publics, des transports, ou des impôts, chaque ministère doit chercher l’amélioration de ses propres services, sans attendre la réforme de l’administration dans son ensemble ou plus encore, ce qui va émaner comme  » mesures novatrices  » du département de Ghazi Mohamed dont la seule trouvaille, à ce jour, est contenue dans l’idée de  » la création d’un observatoire du service public « . Le ministre des finances va, certainement,  » s’arracher les cheveux  » au regard de la pléthore des observatoires qui alourdissent sa nomenclature et dont l’efficacité, disons-le, reste sujette à caution. En clair, ce que désire le citoyen, ce n’est pas tant un nouveau ministre fut-il, celui chargé de la réforme du service public, mais une administration, centrale et locale, respectueuse du droit, transparente, humaine et qui fait de la  » démocratie participative  » son crédo. Une administration efficace, comme celle qui va éviter à l’administré des déplacements dans sa commune d’origine pour se faire établir  » un acte de naissance authentifié « . Le citoyen l’a rêvé, si Yazid Zerhouni l’a pensé et Tayeb Belaïz l’a fait ; c’est ça la continuité de l’Etat, c’est très bien car ça vaut tous les discours ! Dans la foulée, si j’avais à formuler une demande au ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, elle consisterait à baptiser le Centre National de l’Etat Civil du nom de  » Abderrahmane Kiouane « , militant nationaliste de la première heure et grand commis de l’Etat, récemment disparu. Ce sera un geste symbolique et un bon point pour l’administration, en général, qui ne doit pas oublier ceux qui l’ont fidèlement servi. Pour en finir d’un mot sur cette administration mal-aimée, arrêtons-nous sur cette image de l’administration publique qui est présentée, à tort ou à raison, comme  » le premier Parti du pays ». Les tenants de cette affirmation, par calcul politique ou politicien, avancent cette théorie pour justifier leur positionnement à quelques mois des présidentielles qu’ils ont décidé de boycotter au motif de  » l’administration qui roulerait pour le candidat du pouvoir « . Cette dernière s’en défend et se fait fort de le prouver réaffirmant sans cesse les principes d’équité et de neutralité qui président à son action. Par la voix du Premier Ministre, Abdelmalek Sellal, chef de l’administration, s’il en fut, qui a affirmé :  » les élections présidentielles seront propres, transparentes, et honnêtes « . Avec, également, la déclaration du Ministre d’Etat, Ministre de l’Intérieur et des Collectivités Locales, répondant à une question d’un journaliste, sans ambages et franco de port :  » ni le Président de la République, ni son représentant, quel qu’il soit, n’ont procédé au retrait des formulaires de souscription « . Remarquez que Tayeb Belaïz aurait pu biaiser ou feinter le journaliste, non il a répondu spontanément, sans calcul, ce qui dénote de sa volonté de transparence. Plus encore, le Directeur Général des Libertés publiques et des Affaires juridiques du Ministère de l’Intérieur, Mohamed Talbi, qui a pour sa part, à l’occasion de sa dernière conférence de presse parlé, à plusieurs reprises,  » de l’élection du futur président de la République « , ce qui confère à sa déclaration tout son sens. A ce niveau de responsabilité, on pèse ses mots et le qualificatif utilisé, loin d’être anodin, est, peut-être, à prendre comme un gage de bonne foi et de volonté de rédemption de l’administration.

bureaucratie

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=38035

Posté par le Fév 20 2014. inséré dans ACTUALITE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

9 Commentaires pour “L’administration publique algérienne, cette mal-aimée”

  1. CHOT LAHCENE

    Le parcours du combattant du citoyen lambda ;qui doit affronter les délices de la bêtise humaine et de la médiocratie hériter de leurs maîtres les spatiocolonisatismes invétérés afin de maintenir le peuple dans la rengaine de l’égo surdimensionné de l’hominidé en mal de pouvoir et de domination sur son congénères ….

    ALLAH NOUS PRéSERVE de cette catégorie borné à l(outrance ///

  2. abbes

    La bureaucratie rapporte aux véreux bureaucrates

  3. CHOTLAHCENE

    votons RACHID NEKKAZ…..

  4. samira

    OUI on est pour ce jeune candidat monsieur Chot lahcene ;mais restez fidéle a la voix de sba

  5. CHOTLAHCENE

    on fera de bel abbes une ville de reve !,,,hight tegh top tcnologie a condition de virer les boilolouuuuss,,,,baloubas

  6. Abbes

    C’est la centralisation des pouvoirs qui engendre la bureaucratie. La carte d’identité nationale peut remplacer l’extrait de naissance et la nationalité.Pourquoi on établit le passeport et pas la carte d’identité pour enfants?Pourquoi le casier judiciaire est valable uniquement pour trois mois et pourquoi pas 6 mois ou une année. L’administration devrait se réorganiser pour éviter la consommation des tonnes de papier inutiles

  7. mohamed

    la il ya de bonne idées de abbes la pays reste otage des médiocres

  8. Abbes

    la carte d’identité peut remplacer l’extrait de naissance, la nationalité et la résidence donc trois papiers de plus pour 38 millions d’habitants.Ce n’est pas des tonnes de papier en l’air?

  9. badsi

    J’aime bien les réactions de Abbes mais je suis étonné de certains qui ont délaissé le forum pour rester sur facebook

Répondre