La Voix De Sidi Bel Abbes

L’Accord d’association Algérie-UE est-il devenu caduque ?

Aux rencontres d’Aix-en-Provence (France) : La guerre commerciale tracasse les économistes

Christine La…garde européenne  aux rencontres d’Aix en Provence.

 

Sursaut face aux désordres mondiaux :
—————Montée des nationalismes, tensions sur l’immigration et guerre commerciale:
Aux rencontres d’Aix-en-Provence, économistes et responsables politiques ont appelé dimanche l’Europe à un sursaut, jugeant nécessaire qu’elle surmonte ses divisions pour éviter un « engrenage dangereux ». « Depuis quelques mois, un air mauvais souffle sur le monde », qui a remis en cause « l’idée même que le multilatéralisme est le vecteur naturel de règlement de nos conflits », a constaté le Cercle des économistes dans sa déclaration finale, publiée à l’issue de trois jours de débats qu’il organisait dans la cité provençale. Face à ce « mouvement irrépressible », « seules de nouvelles formes de dialogue, de nouveaux acteurs comme ce fut le cas pour la COP 21, permettront de se sortir de cet engrenage dangereux », a-t-il ajouté, dans un message à l’adresse des dirigeants français et étrangers. Au cœur de l’attention: l’Union européenne, appelée à mettre un terme à ses divisions, notamment face à la guerre commerciale engagée par le président américain Donald Trump.
« La question n’est pas de savoir s’il y aura ou non une guerre commerciale. La guerre commerciale a déjà commencé », a estimé le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire, appelant les acteurs européens à la « lucidité ».
« Dans cette mondialisation, il faut que les Etats européens fassent bloc, parce que ce que veulent nos partenaires ou nos adversaires, c’est nous diviser. Ce que veulent les Etats-Unis, c’est diviser la France et l’Allemagne », a-t-il insisté. Les Etats-Unis ont imposé vendredi des droits de douane sur des marchandises chinoises d’une valeur estimée de 34 milliards d’euros, poussant Pékin à annoncer aussitôt des mesures de rétorsion, pour des montants équivalents. Ce conflit commercial, qui fait suite à l’instauration de droits de douanes punitifs sur les importations d’acier et d’aluminium aux Etats-Unis, pourrait bientôt s’envenimer, M. Trump ayant menacé d’imposer des droits de douane de 20% sur les voitures importées aux Etats-Unis en provenance de l’UE. « Si demain il devait y avoir une augmentation de tarif sur d’autres secteurs économiques, comme le secteur automobile, notre réaction devra être unie, forte, pour faire comprendre que l’Europe est aussi une puissance économique souveraine », a prévenu M. Le Maire.
« Carte à jouer »
Samedi, la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) Christine Lagarde avait elle aussi estimé que l’Union européenne avait « une carte à jouer » dans la guerre commerciale opposant les Etats-Unis à la Chine, à condition d’être « unie ».
« L’Europe doit surmonter ses propres divisions », a abondé dimanche Benoît Coeuré, membre du directoire de la Banque centrale européenne, estimant que l’Europe disposait de « deux atouts »: un « grand marché, le premier du monde », et « une capacité à réguler qui est aussi la première du monde ». « L’ancre politique mondiale s’est détachée », a souligné de son côté Philipp Hildebrand, vice-président de BlackRock, plus gros gestionnaire d’actifs au monde. « Seule une réponse collective peut rétablir une forme de stabilité », a-t-il ajouté. Qu’il s’agisse du Brexit, du nouveau gouvernement populiste en Italie ou des tensions sur la question migratoire, l’Union européenne est tiraillée de tous les côtés, victime d’une désaffection croissante de la part des citoyens de l’UE – ce qui fait craindre à certains une implosion. « Les bénéfices de l’Union Européenne ne sont pas apparus suffisamment aux citoyens du fait du retard pris dans l’intégration fiscale », a reconnu l’ancien Premier ministre italien Mario Monti, jugeant nécessaire d’améliorer la « gouvernance » au sein de l’UE. Plusieurs propositions, lors des Rencontres, ont été formulées en ce sens. Les économistes préconisent notamment de finaliser l’union bancaire, de faire monter en puissance le Mécanisme européen de solidarité (MES) et de renforcer la politique européenne en matière de concurrence. Concernant la politique migratoire, ils proposent de « créer au sein d’un groupe de pays volontaires une procédure d’asile européen avec un droit d’asile commun, une agence commune et une protection commune des frontières ». « Nous devons, nous, Européens, reprendre la main » pour « être présents dans la réorganisation du monde, la réorganisation de la gouvernance mondiale », a insisté le président du Cercle des économistes, Jean-Hervé Lorenzi, en concluant ces 18e rencontres économiques.
« Diviser la France et l’Allemagne »
Le ministre français de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a estimé dimanche que les Etats-Unis voulaient « diviser la France et l’Allemagne » sur la question du commerce international, appelant l’Europe à « faire bloc » dans un contexte de « guerre commerciale ». « La question n’est pas de savoir s’il y aura ou non une guerre commerciale. La guerre commerciale a déjà commencé », a déclaré M. Le Maire lors des rencontres économiques d’Aix-en-Provence, dans le sud-est de la France, appelant les acteurs européens à la « lucidité ». « Dans cette mondialisation, il faut que les Etats européens fassent bloc, parce que ce que veulent nos partenaires ou nos adversaires, c’est nous diviser. Ce que veulent les Etats-Unis, c’est diviser la France et l’Allemagne », a-t-il insisté. Les Etats-Unis ont imposé vendredi des droits de douane sur des marchandises chinoises d’une valeur estimée de 34 milliards d’euros, poussant Pékin à annoncer aussitôt des mesures de rétorsion, pour des montants équivalents. Ce conflit commercial, qui fait suite à l’instauration de droits de douanes punitifs sur les importations d’acier et d’aluminium aux Etats-Unis, pourrait bientôt s’envenimer, M. Trump ayant menacé d’imposer des droits de douane de 20% sur les voitures importées aux Etats-Unis en provenance de l’UE. « Si demain il devait y avoir une augmentation de tarif sur d’autres secteurs économiques, comme le secteur automobile, notre réaction devra être unie, forte pour faire comprendre que l’Europe est aussi une puissance économique souveraine », a souligné M.
Le Maire. « Si nous sommes attaqués, nous réagirons collectivement et nous réagirons fermement », a mis en garde le ministre. « Nous ne pouvons pas comprendre qu’entre alliés, entre le peuple américain et le peuple d’Europe, il y ait une guerre commerciale qui soit déclarée », a-t-il insisté.
La chancelière allemande Angela Merkel s’est dite « prête » jeudi à négocier une baisse généralisée des taxes sur l’automobile, répondant à une proposition faite par Washington aux constructeurs allemands et ouvrant un nouveau scénario pour sortir du conflit commercial. Cette déclaration de la chancelière s’écarte à première vue des négociations commerciales officielles avec les Etats-Unis, censées être réservées à la Commission européenne, dont le président Jean-Claude Juncker se rendra avant la fin du mois à Washington. « Il n’y a pas que les Allemands qui ont une industrie automobile », avait regretté samedi auprès de l’AFP une source européenne, qui a souhaité s’exprimer sous anonymat, citant comme exemples la France, l’Espagne ou encore la Slovaquie.
Source écrite: Kamel A.                                                   http://www.lemaghrebdz.com/?page=detail_actualite&rubrique=Internationnal&id=89591

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=73106

Posté par le Juil 10 2018. inséré dans ACTUALITE, CE QUE DIT LA PRESSE, MONDE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

2 Commentaires pour “L’Accord d’association Algérie-UE est-il devenu caduque ?”

  1. Mme CH

    C’est un accord à sens unique ..dont les seuls bénéficiaires sont les zeuropéens , comme d’hab un partenariat gagnant-perdant..! Il est temps, pour l’Algérie de demander la révision de cet accord profitant du tiraillement actuel entre Stumpf et ses caniches…!!

    « Ce qui caractérise cet accord, il met à coopération deux partenaires inégaux : le PNB de l’UE est plus de 100 fois plus élevé que celui de l’Algérie,…cette dernière, représente moins de 1 % du commerce extérieur de l’UE mais l’UE représente 55 % de celui de l’Algérie, ce qui fait que les chocs éventuels ne frapperont pas les deux parties avec la même violence. »

    « Une évaluation de l’impact de cet accord d’association depuis son entrée en vigueur en 2005 jusqu’à 2015 montre que le cumul des exportations algériennes hors hydrocarbures vers l’UE a juste effleuré les 14 milliards de dollars sur une période de dix ans, alors que les importations algériennes en provenance de l’UE ont été évaluées à 220 milliards de dollars durant la même période « ….Papapapaaaaa…..les Sa………!!!!

    C’est clair comme de l’eau de roche..!! Il ne fallait pas signer cet accord dés le début avec les suceurs de sang du club Bilderberg ???

  2. Hamza

    Salem, le jeux n a pas changé c est toujours les mêmes qui ont les cartes en mains leurs seul soucis les choses change ce qui les oblige a changé les règles et des fois même les partenaires et n hésitent pas a utilisé les grands moyens s il le faut Allah y afadna khayicalement

Répondre