La Voix De Sidi Bel Abbes

La situation humanitaire en Somalie reste « critique » (ONU)

La Somalie reste dans une situation humanitaire « critique » quatre ans après une famine dévastatrice, a averti lundi l’ONU, en notant une augmentation du nombre de personnes ayant besoin d’aide alimentaire.

« Les niveaux d’insécurité alimentaire et de malnutrition sont critiques. Les acteurs humanitaires et les bailleurs ont évité le pire, mais nous devons tous faire plus », a déclaré le coordinateur de l’aide l’humanitaire de l’ONU en Somalie, Peter de Clercq.

« La situation des personnes déplacées est particulièrement inquiétante », a-t-il affirmé dans un communiqué.

Le nombre de personnes ayant besoin d’aide alimentaire est passé en six mois de 731.000 à 855.000, une hausse de 17%, selon les chiffres publiés lundi par l’Unité d’analyse de la sécurité alimentaire et de la nutrition (FSNAU) de l’ONU et le Réseau d’alerte précoce de la famine (Fews Net, financé par l’USAID, l’agence américaine de développement).

Les faibles précipitations ont nui aux récoltes et près de 215.000 enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition aiguë, parmi lesquels 40.000 sont exposés « à un risque élevé de maladie et de mort ».

Ces données montrent que « la situation reste alarmante », souligne l’ONU, quatre ans après une sécheresse dans la Corne de l’Afrique qui, associée à la guerre civile, avait entraîné en Somalie une famine qui a tué plus de 250.000 personnes.

« Les choses se sont améliorées depuis, mais les besoins humanitaires demeurent immenses et le nombre de personnes nécessitant une aide humanitaire continue de se situer autour de 3 millions », poursuit l’ONU dans son communiqué, « la capacité (du pays) à absorber les chocs – que ce soit un conflit ou des catastrophes naturelles – est très limitée ».

Les éléments du groupe armé Al-shebab, qui ont reculé sur le terrain militaire et abandonné l’essentiel de leurs bastions du centre et du sud somaliens depuis 2011, continuent néanmoins de contrôler de nombreuses zones rurales et mènent des actions de guérilla contre les forces gouvernementales ou l’Amisom, ainsi que des attentats suicide jusque dans la capitale somalienne.

L’actuel gouvernement somalien, présenté par la communauté internationale comme le meilleur espoir de paix et de retour à un Etat depuis deux décennies, peine à asseoir son pouvoir au-delà de Mogadiscio et sa périphérie, et reste miné par des luttes internes.

somalie

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=62393

Posté par le Août 31 2015. inséré dans CE QUE DIT LA PRESSE, MONDE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

3 Commentaires pour “La situation humanitaire en Somalie reste « critique » (ONU)”

  1. AMINEPOURVOUS

    Salem, sur ce sujet vous enlevez les commentaires? et moi qui croyait que personne n’a commenté, c’est dommage et pourtant personne mais personne n’est à l’abri, suivons les enseignements d’Allah et Son prophète notre Bien Aimé MOHAMED sws et prions qu’Allah nous préserve wa salem aliykoum

  2. Mme CH

    La situation actuelle en Somalie n’est malencontreusement pas pour déplaire à tout le monde….!!!! Ce qu’il faut savoir aussi de la Somalie c’est un pays qui a un sous sol riche en ressources naturelles (uranium, bauxite, cuivre, sel, fer et hydrocarbures) , une place stratégique dans la Corne de l’Afrique et une partie de ses côtes longe l’Océan Indien. Sa population est l’une des plus homogènes des Etats d’Afrique, elle partage la même langue, la même culture et la même religion (l’Islam Sunnite)….!!!! Autrement dit, c’est un pays qui a tout pour réussir et devenir une puissance dans la région, hélas il se retrouve dans un chaos total..provoqué et bien organisé…..!!! A qui profite le crime….????

    La Commission Géopolitique de Pax Christi Wallonie a écrit le 3/09/2012: « Les intérêts européens sont multiples en Somalie. La question de la piraterie maritime a conduit à l’explosion des assurances pour les bateaux marchands (primes d’assurance, rançons, …). C’est un marché qui rapporte 4 milliards de dollars au secteur des assurances dont les prix ont été multipliés par 20 depuis les premières attaques des pirates et qui sont ensuite montés en flèche en 2008. C’est la City londonienne qui abrite les principales compagnies d’assurance, parmi lesquelles Delta Lloyd, prenant en charge des bateaux marchands navigant dans l’Océan Indien et le Golfe d’Aden. Aucune n’a intérêt à ce que la piraterie ne cesse, pour autant qu’elle reste maîtrisée. Il ne serait pas surprenant qu’elles usent de stratégies pour que cette situation se pérennise.

    La piraterie a tout naturellement conduit à une prolifération des sociétés militaires privées chargées de la protection des navires qui croisent au large de la Somalie. Ces sociétés prospères ne tueront pas non plus la nouvelle poule aux oeufs d’or.

    Les eaux somaliennes sont également connues pour être l’une des plus poissonneuses au monde. L’absence d’Etat en Somalie laisse libre court aux chalutiers, principalement espagnols, pour piller ces eaux. La surexploitation des ressources halieutiques somaliennes cause une perte annuelle de 300 millions de dollars aux pêcheurs somaliens.

    Les pêcheurs européens ne sont pas les seuls à être intéressés par les eaux somaliennes. La mafia italienne y a en effet trouvé une destination idéale pour tous les déchets toxiques, en ce compris nucléaires, produits par les usines du vieux continent. En effet, déverser dans ces eaux leur coûte 2,50 dollars la tonne tandis que le traitement en Europe des mêmes déchets coûterait 250 dollars la tonne, soit cent fois plus. La combine a été éventée suite au tsunami de 2004 qui a charrié sur les plages des centaines de containers scellés qui ont répandu autour d’eux des maladies graves, malformations, cancers des nourrissons…..
    Le Conseil de l’UE a adopté le 10 novembre 2008 une action commune concernant la mise en place d’une opération militaire, Atalante. Elle a pour mission officielle (Za3ma) de contribuer à la protection des navires du Programme alimentaire mondial…..Et également veiller à ses intérêts car 70% du trafic des produits pétroliers et une part considérable des porte conteneurs transitent par l’Océan Indien. Elle est pour cela prête à tous types d’initiatives notamment l’élargissement de son mandat qui lui permet maintenant d’attaquer les bases des pirates au sol. Plusieurs questions se posent quant à ces actions concernant particulièrement les aspects juridiques et la violation de l’intégrité territoriale d’un Etat…ou du moins ce qu’il en reste……. » Fin de la 1ère partie.

    Il faut noter que la somalie a toujours fait partie du plan de remodelage du GMO….!!! Devinez pourquoi….????

    A suivre…!!!!

  3. Mme CH

    La suite de l’article: « Les intérêts des Etats-Unis dans ce pays relèvent d’une part de l’existence de richesses dans le sous-sol somalien mais également de la position stratégique qu’occupe ce territoire sur la façade orientale de l’Afrique.

    Des gisements de pétrole ont été découverts en Somalie il y a plus de deux décennies. Cependant, les Etats-Unis n’en auront pas besoin avant quelques années. Leur stratégie sur le court terme est tout autre : contrôler l’Océan Indien en empêchant la création d’un Etat somalien fort qui pourrait négocier son pétrole avec les nouvelles puissances asiatiques dont la position en Afrique se renforce de jour en jour.

    De par sa position géostratégique, la Somalie dispose de 3220 kilomètres de côtes et fait face au Golfe Arabe et au Détroit d’Ormuz, deux lieux hautement stratégiques que souhaitent garder sous contrôle les USA et qu’ils surveillent jour et nuit.

    Si la situation somalienne connaissait un dénouement positif, les relations entre cette région de l’Afrique et la Chine mais aussi l’Inde pourraient se développer. Ces derniers auraient ainsi un poids conséquent dans la région en échange de leurs relations économiques avec les pays s’étalant de l’Afrique de l’Est à l’Afrique australe. Ce projet nuirait aux intérêts américains qui verraient leur influence sur cette façade réduite de manière considérable et le pétrole somalien leur échapper. Le maintien du statut quo en Somalie rend tous projets non viables. La révolution de l’Océan Indien[1] avec de nouvelles relations économiques, souhaitée par Mandela durant sa présidence, restera probablement lettre morte.
    Cette stratégie a ses limites. Si la chaos peut profiter à l’Amérique, elle doit pouvoir le maîtriser….. »

    Comme toujours, la pieuvre du mal et ses tentacules internationales et régionales….!!!

    Je re…….!!!!

Répondre