La Voix De Sidi Bel Abbes

La ministre de la Culture dépose plainte contre Louisa Hanoune.

La ministre de la Culture, Nadia Labidi, a décidé d’ester en justice pour « diffamation » la secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, indique-t-elle ce vendredi dans un communiqué repris par l’APS.

«Comme je l’avais annoncé, j’ai demandé à mes avocats de déposer plainte pour diffamation contre Mme Louisa Hanoune », souligne le texte. Cette plainte a été déposée le jeudi 7 mai auprès du Tribunal de Sidi M’hamed.

Depuis quelques jours, Mme Hanoune ne manque aucune occasion pour accuser la ministre de la Culture de « malversations » et d’être impliquée dans des conflits d’intérêts». ».

Suite du feuilleton /

Le feuilleton Hanoune-Labidi ne fait que commencer. La polémique engageant les deux responsables politiques, vite relayée par les médias, va se déplacer au palais de justice. La ministre de la Culture, Nadia Labidi, a joint le geste à la parole en décidant de porter plainte contre la secrétaire générale du Parti des travailleurs, Louisa Hanoune, pour diffamation.

Dans un communiqué rendu public vendredi soir, la ministre de la Culture annonce : «J’ai demandé à mes avocats de déposer plainte pour diffamation contre Mme Louisa Hanoune.» Et de préciser que cette «plainte a été déposée jeudi 7 mai auprès du tribunal de Sidi M’hamed». Mme Hanoune ainsi que tous les députés de sa formation affirment être prêts à abandonner leur immunité parlementaire pour répondre de l’accusation de diffamation devant la justice.

Réagissant à cette annonce, le député Ramdane Taazibt souligne que le PT prend acte de ce dépôt de plainte qui, dit-il, «engage le gouvernement et le président de la République qui l’a nommée». Le député Djelloul Djoudi estime pour sa part qu’il s’agira d’un procès politique, car «il ne s’agit pas de traiter d’un problème personnel avec la ministre, nous avons dénoncé des malversations et des conflits d’intérêts et c’est là un problème éminemment politique… D’autant que le dépôt de plainte a été fait au nom de la ministre, engageant ainsi à la fois le Premier ministre et le Président».

Le PT, qui n’a toujours pas reçu d’assignation par la justice, se dit prêt à la confrontation devant le juge et «présentera les preuves nécessaires» confirmant ses dénonciations. Mais pour M. Djoudi, «il faudra laisser la justice faire son travail sans entrave». Voilà donc un nouveau procès à sensation qui promet d’occuper une bonne place dans les médias. Mme Hanoune s’est distinguée ces dernières semaines par des accusations à l’adresse des ministres de l’actuel gouvernement.

La ministre de la Culture a été particulièrement visée par les critiques de la responsable du PT, qui l’a accusée de «malversations» et de «conflits d’intérêt». Tout a commencé au lendemain de l’ouverture des festivités de «Constantine, capitale de la culture arabe 2015». Louisa Hanoune a accusé la ministre de «siphonner l’argent public» à travers son agence de communication et est allée jusqu’à la traiter de «délinquante» et de «chef de bande». «Elle agit comme si c’était une propriété privée…

Elle est coupable d’une opération mafieuse», a déclaré Louisa Hanoune, qui dit avoir des preuves de toutes ses accusations. «Tous ceux qui ont des conflits d’intérêts doivent être virés du gouvernement», a-t-elle insisté dans ses sorties médiatiques ces dernières semaines. Mme Labidi est accusée par le PT d’avoir profité de son statut de ministre pour faire gagner des marchés à son agence de communication. Elle aurait, affirme la responsable du PT, «financé un film de son mari et donné la nationalité tunisienne à ce film afin d’échapper à l’exigence légale d’être propriété de l’Etat algérien».

Louisa Hanoune reproche aussi à Nadia Labidi de lui avoir envoyé des «barbouzes» pour la menacer. Et  d’accuser le ministre de la Communication, Hamid Grine, et le directeur général de l’ENTV, Toufik Khelladi, d’être les complices de la ministre de la Culture. Mme Labidi a pour sa part clamé son innocence et qualifié les accusations du PT de «pures affabulations».

Elle a, dans un premier temps, demandé au président de l’Assemblée populaire nationale d’ouvrir une enquête parlementaire afin de déterminer si les accusations à son encontre sont fondées. Elle avait affirmé devant les parlementaires qu’«en tant qu’universitaire et réalisatrice, elle possédait avant de rejoindre le gouvernement une petite société de production de films et d’émissions pour enfants. Une société qu’elle a abandonnée et il existe des documents qui le prouvent».

Et de préciser : «J’ai toujours fait preuve d’intégrité et de discipline et tout ce que j’ai accompli depuis mon arrivée à la tête du ministère de la Culture, je l’ai fait dans la transparence totale et personne ne peut dire le contraire. Ne touchez pas à l’honneur des gens.» Alors que des rumeurs la disaient démissionnaire, la ministre de la Culture a fini par choisir le recours à la justice. A noter que la secrétaire générale du PT s’est attaquée à d’autres ministres de l’actuel gouvernement, notamment ceux de la Santé et de l’Industrie.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=60224

Posté par le Mai 9 2015. inséré dans ACTUALITE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

8 Commentaires pour “La ministre de la Culture dépose plainte contre Louisa Hanoune.”

  1. mohamedDD

    Bravooo !!!!! Entre 1 ministre algérienne et 1 leader d’1 parti politik depuis 2003 , où allons nous??? Et comment en êtes arriver à ce stade??? où sont les sages??? Allah yarhamhoum, oui c’est ça la réalité?? Dans un gouvernement fort, on serait pas arriver à un niveau !!! où j’ai honte…, PAS d’être algérien mais que cette Algérie chérie soit diriger……………………. revenez à la raison, avec tous ces SCANDALES et ces petits jugements, aucune démission (superglue) faut le faire warah el wedj, JUSTICE DIVINE

  2. OUERRAD

    Carnaval fi dachra ,
    le bricolage continue ,
    cilima aussi , et ça parle de concourrir avec l etranger ,
    walina dhahka ma bin ecchouroub .
    YA RABI TOUSTOUR LIYAM ELLI BGAT …..

  3. oulhissane

    D’habitude ce sont des hommes qui s’affrontent dans cette arène. Pour une fois ce sont 2 femmes qui créent l’événement. Je ne dirai pas que c’est à encourager, mais c’est à suivre…

  4. Benyahia Lakhal

    « Crêpage de chignons, là-haut » : c’est le titre d’un nouveau feuilleton qui fait sensation ces derniers jours. La saga déroule ses séquences d’une manière indolente à vous faire bailler aux cornières, comme « coule un long fleuve tranquille ». Jusqu’à ce qu’un épisode, le quarante quatrième, je crois, fasse irruption, presque brutalement: on vous invite au cirque, pour vous faire découvrir un numéro super …Au centre de la scène, on a dressé une grille circulaire, fermée, de trois mètres de haut et communiquant avec les cages aux fauves par un étroit tunnel. La grille, vous l’aurez compris, est conçue pour que les gros félins ne bouffent (sic) pas le public et le tunnel pour faire accéder les bêtes à l’arène à partir des coulisses. Et justement, apparaît un vieux lion, rugissant et ….bavant. A l’intérieur de la scène, il est mis en présence d’un « dompteur » qui va lui faire faire des trucs incroyables en claquant un fouet au dessus de sa crinière. Le public accueille ces prouesses par des oohhhh !! d’admiration. Le public ignore, bien évidemment, que le lion a, au préalable, avalé la moitié d’un veau bien gras et que, repu et rassasié, il ne se laisserait pas aller à toucher à un cheveu du dompteur. Qu’il n’oserait pas écrabouiller sa tête que l’imprudent-dompteur a placée à l’intérieur de la gueule du fauve. Et le public, encore et toujours, applaudissements nourris et oohhh !! de stupéfaction. Puis, le vieux lion fatigué par ces entourloupes s’affale sur le sol poussiéreux et refuse de continuer à jouer. Le vieux lion décide que le public en a eu pour son argent et, sous les huées des spectateurs, rejoint sa cage en empruntant le tunnel. Alors, il va falloir démanteler la grille circulaire et faire place nette pour la série des numéros qui vont suivre. Tandis que des manutentionnaires vont s’atteler à l’ouvrage, le public est invité à lever les yeux haut, très haut pour déguster le spectacle des trapézistes voltigeant à quinze mètres au dessus du sol : le mec aux gros biceps, saisissant au vol sa compagne, une « bezqiqo », quarante kilos mouillée. Et le public, encore et toujours, applaudissements nourris et oohhh !! d’émerveillement. Et quant le trapéziste et sa compagne auront terminé leur numéro et qu’ils seront redescendus sur terre, sains et saufs, le public aura découvert que, quand il avait les yeux dirigés vers là-haut, la grille a disparu et les clowns peuvent rentrer en scène. Puis les chevaux. Puis les jongleurs etc, etc,..
    Encore du spectacle en perspective pour amuser la galerie et détourner l’attention sur les graves problèmes auxquels le pays est confronté. L’une est chargée d’une mission, faire de la diversion. L’autre fait l’outragée. Pendant ce temps, les milliards disparaissent, alors que le peuple court derrière le pain, le lait, le logement, la santé, le médicament. Il n’a pas le temps de s’occuper de politique, un champ dont il est exclu depuis très longtemps.

    • Amirouche

      Benyahia Lakhal

      Eh bien moi , je n’ai raté aucun épisode de cette saga ,je peux même te raconter le cinquante troisième ; si tu l’as « loupé  » , » ya khouya cha ngouleke « , tu ne vas pas croire tes yeux ! , figure toi que celle qui  » fait l’outragée » avait créer l’école des illusionnistes pour former des personnes spécialistes en duperie ,qui leurrent les sens des gens et sont aussi capables de faire apparaître et disparaître toute preuve qui peut entacher sa « renommée » et son intégrité .C’est ainsi que celle qui « est chargée de la diversion  » avait remarqué que toutes les preuves qu’elle avait entre ses mains se sont volatilisées en un laps de temps et a trouvé dans sa poche une lettre la menaçant de devenir une citoyenne lambda , faisant fin à son huitième mandat ! .
      Selon la bande annonce du prochain épisode , on va voir qui serait le baron complice de l’illusionniste qui fait prétendument partie du public « stupéfait » et qui serait le dernier à arrêter ces applaudissements pour garantir sa « ration  » de pain ,de lait , logement …..etc , tout ça  » gratos » bien sûr .

  5. oulhissane

    Mr Lakhal, bonsoir…
    Soit, mais restons donc sous le chapiteau. Il y a un numéro inédit. Ça ne vous intéresse pas de le voir ?

  6. merabbi

    C`est une ARGAZ en tous cas !
    Elle a osé ,qui sait que ce ne sera pas le commencement des révélations qui vont inquiéter
    quelques nantis , elle le fait pour des raisons personnelles,politiques ou partisanes ,peu- être? mais l’essentiel est qu’elle ait joint la parole à ‘l’acte: elle n’a pas fait comme certains députés qui tiennent le triple langage,face à ce fléau.nous devrions plutôt faire comme elle et saisir le cas échéant ,preuve à l’appui ,la justice , la CHKARA tout le monde en parle mais personne n’a osé: Pire ,certains vous diront que c’est du RASSMI, mais ,…….. et c’est comme cela que la contamination ou la contagion s’est généralisée jusqu’à devenir une véritable gangrène alors c’est peut-être bon signe pour ,au moins faire réfléchir certaines consciences .
    le cirque ,la critique parce que nous ne croyons en rien ,je le comprends mais je pense quìl faut lui reconnaitre cette témérité et ne pas la sous estimer parce que c’est une tamatoute,
    bien des femmes ont accompli ce que certains hommes n’ont pas été en mesure de formuler .

  7. Anonyme

    Que le provisoire qui dure dans le pays et dans touts les domaines chacun raconte que c’est lui DADAHA Dire la vérité dans ce bled c’est une insulte avec toutes les justifications SONATRACH- KHALIFA -AUTO ROUTE- CHAKIB cette ministre trouve le moyen et le visage d’ouvrir sa bouche celui qui n’a pas la paille dans le ventre n’a pas du feu

Répondre