La Voix De Sidi Bel Abbes

La mendicité en Algérie, une fatalité ou un choix délibéré (un business)

La mendicité prend une ampleur inquiétante ces dernières années et le phénomène n’arrête pas de s’amplifier en touchant toutes les catégories d’âge et les deux sexes, alors qu’auparavant il ne ciblait que les personnes âgées, handicapées ou vraiment dans la nécessité. Cela ne peut se justifier dans notre pays même s’il peut être admis dans les pays dits pauvres où le produit intérieur brut est dérisoire et ne peut, de ce fait, répondre aux besoins de toute la société, laissant sur le carreau les plus fragiles d’entre elle.
Comment alors expliquer cette nouvelle forme de délinquance passive (mendicité chez les jeunes et les biens portants) si ce n’est par l’organisation mafieuse structurée et intelligemment pensée d’un business juteux qui menace, à moyen ou long terme, la société algérienne dans sa sérénité et son équilibre.
Là où le bât blesse est la nature du mendiant qui, d’habitude miséreux et maigrichant pouvant attendrir les cœurs des algériens généralement généreux, est devenu le professionnel généralement bien habillé, bien portant et souvent menaçant qui revendique l’aumône comme un droit, avec insistance et peut, dans certains cas ,être impertinent au point de provoquer un incident.
La discussion sur ce sujet qui s’impose à vous comme un point de l’ordre du jour lors d’un rassemblement entre amis autour d’un café sur la place publique, est devenue quasi quotidienne et l’ex directeur du centre des personnes âgées ,aujourd’hui à la retraite, attablé juste à côté et intéressé apparemment par le sujet, nous confia que les mendiants, déclarés SDF, qui lui furent ramenés, lors des rafles effectuées par la police ,sont souvent récupérés le même jour par des personnes qui en revendiquent la parenté; comme quoi ,personne ne peut abandonner sa source de financement.
Pourtant, la mendicité est interdite en Algérie et les structures d’accueil existent pour faire face aux besoins des plus démunis ; elles sont souvent déviées de leur rôle en accueillant des malades mentaux (cas du centre des personnes âgées de SBA) dont ce n’est nullement le cadre.
Comment faire pour éradiquer ce phénomène qui constitue un poids pour la société et une tentation de gain d’un argent facile pouvant conduire à une délinquance non reconnue pénalement dans le sens où la manière dont elle est pratiquée ne laisse matière à soupçon et donne l’impression d’un acte occasionnel et civilement non impacté ?
Sachant qu’un minimum social est prévu par l’état pour chaque individu ne disposant d’aucune rente, il est recommandé à chacun d’entre nous d’orienter son aumône dans la bonne destination pour éviter la propagation de ce fléau dangereux et mortel pour la société à long terme.
Une unanimité commence à se dégager à partir de ce constat amer où les gens n’arrivent plus à jouir de leur tranquillité sans qu’ils soient importunés par ces nouveaux profiteurs.

ALLAH AI3AFINA 3ICHE TCHOUF

 

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=49058

Posté par le Juin 10 2014. inséré dans ACTUALITE, SOCIETE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

13 Commentaires pour “La mendicité en Algérie, une fatalité ou un choix délibéré (un business)”

  1. Marwa

    Probléme sans solutions

  2. Omar

    La mendicité est un phénomène mondial certes mais ailleurs ils n’arrivent pas à joindre les deux bouts n’est-ce pas? L’Algérie regorge de devises et on est plus misérables que les autres pays dit pauvres, simplement c’est devenue un métier lucratif et y’a peu de gens qui ont une certaine dignité où elle se trouve la ou je pense sans foi ni loi ça pleurniche douze mois/douze qu’importe ce que pense le citoyen lambda depuis que je me souvienne j’ai toujours vu les Algériens(nes) mendiés sans scrupule, et qu’on vienne pas me parler du soi-disant (nif) de poubelle,on mérite ce qui nous arrivent et ce qu’on subit depuis l’indépendance ( e va la nave).

  3. Fouzia T

    il ya trop de faux mendiants un job

  4. Belamri abdelkader

    Ce qui désole ,c’est l’implication des enfants voire des bébés dans ce fléau qui s’inscrit dans la durée et prend de l’ampleur à un tel point où l’aumône qui est dans nos traditions musulmanes devient- un sujet de discussion qui pourrait s’éteindre au détriment des vrais nécessiteux et ça serait dommage de ne pas venir en aide à son prochain par la faute de cette mendicité technologique.

  5. Belamri abdelkader

    Interventions sur facebook:

    Abdelkader Belamri par décence à l’espèce humaine ,je n’ai pu me permettre de publier des photos
    Hier, à 15:45 · Je n’aime plus · 2

    Djillali Toumi Abdelkader, sujet pertinent, et très vaste d’étendue. le système entreprend une politique de prévarication qui appauvrit le peuple et multiplie les mendiants …..(le chômage monte affreusement et l’importation touche pratiquement tous les produits),…..Voir plus
    Hier, à 18:57 · J’aime

    Abdelkader Faraoun Selon le hadith de notre prophète (sawasalem) la main haute est meilleure que la main basse ce qui implique que le travailleur est meilleur que le paresseux et c’est la paresse qui est à l’origine de la mendicité qui a pris de l’ampleur dans un pays aussi riche que le notre et le sujet serait plus important et intéressant si on répond à la question comment éradiquer ce fléau?
    Hier, à 19:17 · J’aime · 2

    Hamza Faraoun de nos jours,la mendicité est le « don des fourbes  » …un terrible phenomeme,refletant la deliquescence de la société algerienne !!
    il y a 17 heures · Modifié · J’aime

  6. Belamri abdelkader

    Djillali Toumi Abdelkader, sujet pertinent, et très vaste d’étendue. le système entreprend une politique de prévarication qui appauvrit le peuple et multiplie les mendiants …..(le chômage monte affreusement et l’importation touche pratiquement tous les produits),…….et de là, on a affaire à la concurrence. une concurrence qu’on explique souvent par l’audace ou l’art de mendier, alors qu’en réalité c’est le fruit d’une conjoncture pathologique sociale lointaine non résolue à temps. que dirons nous des chômeurs ! ne sont-ils pas vraiment des mendiants ou ne sont comme tels que ceux qui  »déclarent » de l’aide à travers la charité. le problème donc prend une dimension effrayante, qui exige une réelle réflexion de l’autorité, ou, se chargeront tous les spécialistes dans tous les domaines.

  7. Mme CH

    Mr Belamri, vous avez bien fait de soulever ce problème de mendicité qui est devenu un business organisé au vu et su de tout le monde, et la vue de ces soi-disant mendiants assis un peu partout a défiguré l’image de la ville qui est déjà bien laide avec le reste…!!!!

    « A en juger d’après les communiqués consacrés aux mendiants, la manière la plus simple de s’enrichir, c’est de devenir mendiant. »

    Je pense vraiment que ces différentes espèces de mendiants qui envahissent la ville n’ont rien avoir avec les conséquences désastreuses de la politique économique et sociale mené par notre pays…!!!!! A 99%, ce sont des réseaux qui se sont constitués, parce que le gain est assuré, facile et sans TVA…!!! D’ailleurs ils inventent et développent à chaque fois, des ‘techniques’ de mendicité…!!! Vous savez comme moi, que les personnes qui sont vraiment dans le besoin ne tendent jamais la main, tellement qu’elles sont croyantes et fières. Ce sont les bonnes âmes généreuses qui vont vers elles..!!!

    Quant à la frange des SDF de tout bord, là, il faudrait une meilleure prise en charge par les services concernés qui ne font que roupiller derrière leurs bureaux, pour ne pas dire autre chose ……!!!

    Cordialement!!!

  8. Hamid Ourrad

    La mendicité est devenue un véritable créneau commercial  juteux en Algérie , des gens se  sont  professionnalisés dans l’exerçant ,elle est même devenue un métier très rentable 2000da. À 3000da  par jour les faux mendiant sont partout,à l’entres des mosquées ,des cimetières,des restaurants ,des boucheries,
    Des familles entières avec enfants occupent les grandes rues ,les plus  fréquentées et s’installent à même le trottoir certain vêtus de haillons pour attendrir les passants,d’autres bien habillés ,bien portant,usant parfois de méthodes agressives pour arriver à leurs fins
    La question est de savoir que font les autorités pour que cesse ce phénomène qui ternit l’image de l’Algérie ,la loi algérienne criminalise la mendicité mais rien n’est appliqués   ,il faut  lutter contre les réseaux  de mendicité  et surtout ceux recourant à des enfants,des bébés ,ou des personnes handicapés ,il faut une loi qui permette de récupérer les enfants exploités pour les placer dans des centres spécialisés et ainsi les protéger et garantir leurs sécurités
    Autrefois à Sidibelabbes ,lorsque la misère était partout on recensait dans toute la ville cinq à six mendiants très connus par la population, ils étaient respectés. et honorés ,le mendiant recevait nourritures et hospitalités ,selon une coutume et des principes ancrés dans la mémoire populaire
    Malheureusement,on ne peut plus différencier pour le moment le vrai mendiant du faux  .
     Merci si ABDelkader pour ce dossier pertinant.

  9. Hamid Ourrad

    Ça fait une heure que mon commentaire est en attente d’être validé ,pourquoi?

  10. LAHCENE CHOT

    Une bonne reppartission des richesses équitablements entre les citoyens permettrait de depasser le stade de la menbicité qui est un facteur dégradant d’une socièté en déliquescence ….le droit au travail le droit au travail sont les elements fondamentaux d’une socièté juste …..le réparticipation du travail permettrer à toute la masse des salariés de trouver un emploi .

  11. Imène

    La mendicité , le vagabondage , les malades mentaux errants, les sans abris..ternissent considérablement l’image de nos villes , de notre pays , et nous renvoient en pleine figure à nos lacunes , nos echecs successifs en matière de politique et réforme sociale : la mauvaise répartition des richesses source première des inégalités et injustices sociales , les disparités économiques entre algériens ( il ya une véritable lutte des classes ) la dévalorisation du travail , de l’effort , de l’hônneteté, ( le salarié honnête est un tellab ) la course effrénée au gain rapide et facile.. les mentalités pourris…bref , c’est un tout !
    dans le code pénél dz , la mendicité est passible de prison, la peine est aggravée lorsqu’il ya exploitation d’enfants, nourrissons, handicapés..seulement voila : la loi ..les Algériens s’en tapent ! alors les réseaux de mendicité fleurissent ça et là sans être inquiétés aucunement..
    A tous nos mendiants, je dédie ces petits mots :
    A regarder le monde s’agiter et paraître
    en habit d’imposture et de supercherie
    on peut être mendiants et orgeuilleux de l’être
    porter ses guenilles , sans en être appauvris …G.Moustaki.

    vivement une vie plus digne à tous ceux -là !

  12. OUERRAD

    il y a plus degradant :
    les 3000da pour la scolarite
    le couffin du ramadhan
    maios cela fait l affaire des ;;;;;;;;;; alors on n en parle pas

Répondre