La Voix De Sidi Bel Abbes

La Mekerra hier limpide…demeure encore un égout à ciel ouvert

La deuxieme session de l’APW (Assemblée Populaire de Wilaya) s’est déroulée ce jour à Sidi Bel Abbes avec un point commun avec l’APC du chef lieu à savoir le budget primitif  2012, que doivent examiner avant adoption nos amis et frères élus locaux de l’APC de Sidi Bel Abbes et ce le 30 de ce mois d’. Si l’APW a voté son budget et débattu plusieurs points ce jour, l’APC de Sidi Bel Abbes se réunira demain Jeudi indique nos sources (élus). Alors que l’on s’a chemine vers la fin des mandats, les citoyens ne cessent de parler de la salubrité du cadre de vie, mais aussi de la fameuse rivière de la Mekerra que tout le monde la veut limpide. Hélas, tel n’est pas le cas malgré la disposition de l’état et les démarches allant vers sa réhabilitation. Pourtant, bien des actions de volontariat avaient débuté sous l’impulsion du nouveau wali  dans plusieurs quartiers, et que nous avons objectivement fait part a nos lecteurs(ces) dans nos précédentes colonnes. Et est-ce-que ces mandats électoraux doivent s’achever sans que quelques kilometres d’Oued ne deviennent un cadre attrayant ? Pour dire au moins, que nos amis ont laissé des empreintes lors de leur passage à l’APC ou autre mandat électoral.

Par : Madjid.B

La Mekerra hier limpide…demeure encore un égout à ciel ouvert. Ceci est une réalité en cette fin d’année 2011. Notons avec force que cette belle rivière à régulièrement fait couler l’encre, et même la salive. En termes de récits, romans et autres œuvres, qui ont inspiré les autochtones et autres, nous présentons cette fois ci l’oeuvre de Raph Soria, qui est un français d’origine espagnole, né en 1936 à Sidi-Bel-Abbès , Raph SORIA, passionné d’écriture et de lecture, écrit depuis son adolescence.
Après avoir fait des études de lettres à la faculté d’Alger, il a été successivement enseignant – de 1960 à 1965 -, directeur de Maison des Jeunes et de la Culture (Le Mans, Lyon Gerland, Martigues, Union Locale des MJC de Pau) – de 1965 à 1987 – puis délégué régional de la Fédération Française des MJC (Haute et Basse Normandie, Nord Pas de Calais ) – de 1987 à 1993.
Il consacre une grande partie de son temps à sa passion depuis 1993, année où il obtient, à 57 ans, une préretraite.
Auteur aux multiples facettes, il a écrit des poèmes, des nouvelles (dont un recueil est à paraître prochainement chez BoD), de longues nouvelles de science fiction, un roman, un récit sur le Sidi-Bel-Abbès de son enfance et de son adolescence, plusieurs pièces de théâtre en un acte dont l’une, « Les Rats », a été créée à Lyon par la Compagnie de la Mouche.
« Mais les mots qu’au vent noir je sème » dont les poèmes, rarement rimés, sont d’une facture très contemporaine, est le premier ouvrage qu’il publie.
D’autres sont à venir.

Autrefois, la Mékerra

« Autrefois, la Mékerra » est un récit romancé qui, sur fond de parler pied-noir – le pataouète – arrache au passé des souvenirs qui s’entrechoquent, s’emboîtent et se traduisent par une série d’anecdotes écrites comme des « nouvelles » et une galerie de portraits souvent truculents, toujours hauts en couleur.
L’auteur tente ici de recréer le « climat » du Sidi-Bel-Abbès de son enfance heureuse au bord de la Mékerra, l’oued traversant sa ville…

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=8901

Posté par le Oct 27 2011. inséré dans ACTUALITE, SBA PROFONDE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

48 Commentaires pour “La Mekerra hier limpide…demeure encore un égout à ciel ouvert”

  1. village Toba

    J’ai connu l’oued Mekerra quand il était encore limpide avant l’indépendance. On aller souvent chasser les oiseaux sur sa berge pour les revendre aux pieds-noirs. Pour que Mekerra devienne propre il faudra plusieurs satations d’épuration . Les berges de l’oued devront être nétoyées au niveau de la ville. Peut être faudra-t-il aussi le détourner pour le faire passer en dehors de la ville.
    Chaque ville algérienne a son oued EL harrach avec ses odeurs nauséabondes: Nous avons le notre.
    Que propose la direction de l’hydraulique? Chut elle dore! il ne faut point la réveiller.

  2. ouhibi reda

    au lieu des ronds poinds detruits et qui ont coute de l »argent du contribuable.il ya aussi ces places refaites a tort pas forcement une priorite .l(oud et sa catastrophe est une urgence

  3. kebdani

    il ne faut pas s’attendre d’un escroc a devenir immam .les zelus je dis zelus aulieu de elus sont payes pour se taire hormi une poignee minoritaire l’oued peut attendre

  4. Christian Vezon

    La Mekerra,comme tous les Oueds est un cours d’eau versatile,soumis à des changements brutaux de débits.Nous avons,dans ma région,des problèmes similaires,et des inondations périodiques.Dans certains cas nous avons « enterré » le cours d’eau,avec des buses importantes pour assurer l’évacuation.
    A Nîmes,malgré les buses,l’eau est passée par dessus pour inonder la Ville.
    Si la Municipalité se résoud à garder la Mekerra à ciel ouvert,ce qui ,à mon sens ,est la solution intelligente,puisque l’écoulement s’adapte à la topographie et les éventuels arbres ou voitures emportées ne bouchent pas les entrées.Par contre cette solution impose une réglementation drastique de l’entretien des berges et des rejets .Il convient donc d’interdire tout rejet domestique,des racordements rigoureux ,impératifs des habitations au « Tout à l’égout » .Et ,surtout,une surveillance de tous les jours et une repression systématique de toute tentative de dépot sauvage ,décharge de poubelles ou de détritus divers qui polluent visuellement et olfactivement les berges .

  5. terkmani gambetta

    personnelement j »apprecie la pertinence et les donnees preuve a l’appui les commentaires valorisants de mr christian vezon notre ami belabbesien et fidele lecteur de notre journal mais pour notre ville il ya certes l’incivisme toujours decrie mais la responsabilite des mairies des services de l’etat est tres preponderante a bientot mr christian vezon..

  6. Belbahri

    ya ouallah ,rakoum tkherrou ,ouine rah miloua ,hadi makerra li khenzett kan i3oum fiha el-guelta ,LA TOMINA et le jardin Belbahri à coté c’est vrai que c’est devenue un grand KENDOUI .
    SA LIMPIDITE est aujourd’hui vaseuse et les excréments qui rongent son lit .Bon c’est devenu kif haka bledna

    • riverain de la mekerra

      les premiers rejets d’egouts qui ont cree la catastrophe de la mekerra sont ceux des cabanes du canada batis à la hate au londeau par SONELEC sans un collecteur principal car il y avait l’oued à coté et mr miloua n’a rien à voir il n’etait pas en poste pourquoi vous tombez sur le seul elu ould bled qui nous reste d’ailleurs on a remarqué son absence sur le site ces jours çi

  7. klam el kibar

    tachouilhoum foug sba3ek oua ya hadrou fik 3ada ouin tnakilhoum el oued

  8. un octogenaire

    mr belbahri
    j’ai 80 ans et je mobilisais dans le temps des jeunes avec notre champion rahmane gogo et rampo pour faire un barrage à la toma et non la tomina pour les espagnols la tomika pres du landeau et le 2eme barrage pres du chateau perrin route de boussen à ces endroits il n’y avait pas de rejets ni d’egouts c’est nous les citoyens qui avons sali la mekerra alors que chacun nettoie au moins devant chez lui ne me parlez pas de limpidité et de clarte des eaux moi je dirais clarté des mentalites et « des os « de la boite cranienne

    • Belbahri

      eh! l’octogenaire ,si vous voyez Rampo et Rahmane le frère aîné de mohamed plus connu sous le pseudo Gallé transmettez-leur les amitiées de Belbahri la menthe fraîche le persil et la coriandre (le kosbor)et dites-leur ,qu’il fasse attention car Zorro dévalle les traverses de la voie de chemin de fer à la recherche de ceux qui ne font pas la sièste .
      Quand à gogo son frère kadi et abed qu’il reposent enpaix.
      ALLER DE MONT ATTOUCH JE VOUS SALUT

  9. hamid ourrad

    la mekerra etait pour nous un paradis.Quand arrivaient les grandes vacances qui s ‘etalaient sur trois grands mois,nos preocupations se focalisaient surtout sur la recherche de l’ indispensable fraicheur que seul l’eau pouvait nous en procurer.la sieste pour nous etait un calvaire,ont e’chapaient a la surveillance de nos parents(contre bien sur une bonne fèssee le soir) pour nous precipiter vers notre oasis qui etait tres limpide tout juste en peine de refroidir nos corps juveniles brules de soleil.La mekerra demeurait donc notre seul recours contre la canucule, le faible debit de la riviere rendait nos timides tentatives plus qu’alèatoires pour y rem’edier et èlever le niveau de l’eau a une auteur convenable,les grands de l ‘epoque tel que Bachir dite Bahlatte moyennant une somme de cinq centimes(dourou)èdifit des barrages de fortunes plus au moins hermetiques constituès d’ amas de pierres et de branchages.le courant ainsi retenu offrait alors des profondeurs adequate pour pratiquer la nage et le plogeon.eh oui c etait ça belabbes une vie tres simple cètait le bonheur notre bonheur….

  10. mellali mostefa

    oui j ai visité nimes elle ressemble étrangement à sidi bel abbes .pour la rivière vous avez raison et votre conseil est précieux .si nos responsables iront visiter cette ville qui a le meme climas et la meme topographie .vous avez connu des innodations et ça risque d arriver chez nous

    • Christian Vezon

      En matière d’inondations ,après celles qui ont ravagées Nîmes,il y a eu des tas de propositions et de pistes suivies.Nous sommes une excellente vitrine pour voir ce qu’il faut faire et surtout ne pas faire en matière d’aménagements.Chez nous il y a eu tant de bétises de faites et d’incohérences qui ont couté cher à la collectivité et aux deniers publics que l’on peut se servir des points positifs et surtout négatifs pour ne pas commettre les mêmes erreurs.
      Mais en métière de « pollution » de votre cours d’eau la priorité est de considérer que la première intervention simple est de tenir compte des eaux de ruissellement,qui même en temps d’orage simple entrainent les menus détritus des rues mal entretenues vers le cours d’eau.Tous les déchets (papiers,bouteilles plastiques ou autre) sont collectés p

      • Christian Vezon

        Suite: Tous les déchets de la vie courante sont collectés par les eaux de ruissellement et si rien ne les retient,ils partent dans la rivière et sont retenus par la végétation sauvage.

      • la mekerra revivra

        on jette la pierre aux responsables actuels alors que nous feignons de voir la verité en face savez vous que de 1962 à 1975 (13 ans) sidibelabbes etait une petite sous prefecture située à 80 km d’oran et de toutes les directions de l’executif surtout en ce qui concerne les services hydrauliques ils etaient representaient par un tout petit bureau au niveau de l’actuelle direction sans aucun bureau d’ étude ni commission d’etude de branchements aep ou assainissement n’importe quel simple agent pouvait vous delivrez une autorisation de branchement sans etude sur le terrain et ne comptons pas les branchements illicites c’etait l’anarchie totale ce qui fait que la pauvre mekerra etait agressée de toute part surtout par les riverains en pente dans le sens de l’oued leur seul solution etait l’oued alors qu’il fallait creer tout au long de l’oued un collecteur principal avec un diametre de 1m au moins .Maintenant il y a une etude de la DHW qui va prendre ce projet en charge car pour revenir au nettoyage de l’oued au centre ville il y a probleme d’acces et de sorties des engins et meme les engins ne sont pas adaptes à ce genre de devasement comme la fameuse DRAGUELINE donc messieurs la pierre et dans le camp de la wilaya et le wali en a fait son cheval de bataille.Et quand il tient un projet il ne le lache pas et j’ai bon espoir que si pour notre generation on n’aura pas eu l’occasion de nous debattre dans cette mekerra LIMPIDE on aura au moins le plaisir de voir nos petits enfants se debattre.MERCI POUR VOTRE ATTENTION

    • Christian Vezon

      Maitre si d’aventure vos pas devaient vous guider à nouveau vers Nîmes,faites le savoir.Nous pourrions boire un thé ou un café .L’administration et Beniaya Lakheal ont mon adresse mail pour me contacter.
      Amitiés à tous .

  11. belabbesien a alger

    tu as raison hamid en belabbesien tu reagis dans le bon et j’approuve le journal dans sa demarche allant dans le sens attirer l’attention des dangers qui guettent nos enfants et tout la population belabbesienne qui a desormais un espace moderne de communication et il faut aider les chosses positives d’ailleurs je te revois de temps en temps sur les photos allez y unissez vous

  12. chaib draa tani djamel

    est ce qu’il y a que miloua hadri comme élu a sidi bel abbes vous ne critiquer jamais d’autres personnes (les membres d’apw,senateurs ,députés et autres élus a l’apc) je veux bien au lieu de critiquer il y a le vote qui arrive insrcivez vous et sauvez notre ville

  13. hamid ourrad

    Une erreur s est produite dans mon commentaire il fallait lire moyennant une somme de cinq centime(dourou) pour la baignade.

  14. ouhibi reda

    notre ami m hadri est respecte il n’a pas pu venir au dernier sba mais sa part est importante dans la bouee d’oxygene il est tres discret et seul dieu reconnaitra les bonnes ames il est estime par les correspondants de ce journal moi je le sais d’un ami de l’avenue abbane ramdane.

  15. mekki b vdsba

    je suis d’avis avec vous monsieur ouhibi reda

  16. you

    aidkoume mabrouke é vive algerie . j’adore ma ville même si elle é sale .é je remercie les gens qui nettoie tout les jour les trottoir la route je les vois tout les jour a partir de 6h de matin .par rapport aux année précédente il ya beaucoup amélioration ds notre ville .sa va pas mal continuer .merci dieu vous aide incha allah

  17. benramdane: s: sba

    le journaliste a un but informer et ces gens de sba aiment leur ville en gens civilises instruits ils alertent l »opinion faites quelque chose de bien dieu vous le rendra sba etait plus belle que ce depotoir a ciel ouvert.

  18. un bel abbésien

    Je tien a féliciter le frère balailleur qui chaque jour commence son travail avant 6h dans la brumère non loin du tribunal. Je le rencontre souvent entrain de travailler de bon matin. Je ne le connais pas . Je pense que si chaque travailleur de notre ville fait comme lui, d’ici peu il fera bon de vivre dans notre ville. Vous pouvez vérifier ce que j’affirme en passant vers 6h-7h dans le coin.
    Nos responsables doivent encourager les bons travailleurs pour qu’ils se sentent valorisés. Notre seule richesse c’est nos hommes et nos femmes et le travail » ARBAITEN! ARBAITEN! » Trabakho! Rabota! El Amal!

  19. Hamou

    Il faut se poser la question où est parti l’argent destiné à l’assainissement de oued Mekerra ? Volé ! Détourné par des parasites sangsues de la société protégé par le commissariat politique du FLN. La réalité est que l’impunité est quasi officielle pour ces voleurs qui ont assuré de quoi vivre paisiblement leurs ascendants sont en liberté et vaquent à des spéculations de tout genre. Rien n’a été entretenu depuis le départ des français et tout tombe en ruine ! Même les villas (biens publics, découlant du biens vacants) bradées sont dans un piteux état ! L’idéologie massacrante du FLN et ses sbires (rentiers du système) n’a jamais rendu compte de ses actes ! Est-il normal ? Je pense qu’une partie des gens qui avait les rênes du pouvoir ont programmé la destruction de ce pays ! Comment se fait-il, qu’au delà de la Mekerra et de sa décomposition liée en partie à l’incivilité, des fermes, des manoirs des chateaux, des maisons de maitres qui coutent au bas prix des centaine de milliards en euros lourd n’ont pas été préservé ? Qui était au commande, le diable, Jésus, Boudha ou tout bonnement le FLN. Preuve en est, le chateau qui se trouve en face du Lido, qui était anciennement centre culturel français. Ce bel endroit où la majeur partie de ma génération cinéphile a fait ses premiers pas autour d’un ciné club animé par des coopérants. Aujourd’hui, siège du FLN, il se dégrade à vue d’oeil ! Encore et toujours les mêmes qui décident et qui gèrent sans qu’il y ait véritablement un compte rendu ou un rapport des états des lieux. Aussi où sont passé les meubles de ces grandes demeures ? Du style Louis XV en passant par le premier empire, jusqu’à l’ère napoléon. Pour revenir à la Mekerra, il faut savoir que en grande partie tous les maires qui se sont succédés après le naufrage de 89 ont été mis en examen sans être jugés…Libres et sans vergogne, ces gens ont détourné l’argent voué à l’assainissement de notre Mekerra, bradé des cinémas, devenus des poubelles (le cas du Versailles, qui à mon avis ne sera jamais élucidé à cause des ramifications et conflit d’intérêts). La vérité est bien celle-là et rien d’autre. Moralité : tant qu’il n’y ait pas véritablement un espace viable pour une véritable opposition qui veillera sur l’intérêt publique et non celui des constructions de mosquées pour noyer le poisson, on ira certainement vers un tribalisme culturel qui fera de notre pays un gigantesque parking de désolement

    • hadj dekar

      si hamou allah yertik saha ecrivez tous les jours des commentaires cela nous rassure que des lettres des vrais commentaires tres instructifs sont enligne dans ce jeune organe en apprentissage

    • youcef

      Tous les gens qui sont partis pour x raison notre ville et que j’ai croisé ça et là et surtout à l’étranger, ils me disent : On a laisser Belabbes comme une jeune belle promise au mariage; elle est réduite aujourd’hui à une vulgaire prostituée. Effectivement c’est une métaphore et combien éloquente. Moi qui suis parti à l’étranger en 1970 et après une absence de 40 ans, j’ai trouvé une ville amochée, balafrée, sale, négligée et chaotique. L’urbanisme relève du Bengladesh et des bidonvilles de Bogota. Alors ne parlons pas de la Mekerra, c’est une rivière de culture virale et de saleté, j’ai eu honte de ma ville, je ne peux même pas proposé à des amis étrangers de venir visiter ma ville déglinguée, j’ai honte ! je reprends le chemin de mon long et définitif exil pour une ville qui ne reconnait point ses enfants. Je maudis les assassins de l’ordre nouveau qui nous ont dépossédés de notre mémoire liée à notre ville et à notre enfance. Je pleure la ville que je n’ai pas su défendre comme l’impuissant Boabdil chassé de Grenade. Je te demande pardon ma chère et tendre ville, Adieu

  20. ELIAS

    Ya miloua elli yakab foug el fakroune idabar mnine yankzah
    la différence que vous avez constaté entre Paris et sa propreté par rapport au petit Paris et sa saleté goul essah la seine oualla oued makerra.

  21. Albarracin J C

    J’ai 72 ans, né à Bel Abbés, j’ai vécu une partie de ma petite jeunesse au bord de la mékerra dans un deux piéces séparés par une mince cloison avec une écurie où reposaient une trentaines de chevaux? On s’clairait à la lampe à carbure!
    On l’appelait la ferme du Centre, propriété de Paul Bellat. Je suis européen d’origine mais à jamais algérien pour ce qui me reste à vivre!
    J’allais à pieds école voltaire puis école Marceau!
    Un parcours cahotique m’a permis tout de même d’obtenir le certificat d’études primaires en France!
    J’ai don vécu quelques années à moins de 200 mètres de la Mekerra. Je m’y suis baigné, j’y ai péché le barbeau, joué avec les tortues, piégé les chardonnerets…creusé de mini sources
    récolté des racines de réglisse.proches de ses rives, Les crues emportées parfois les plantations jardinières que mon père , bourrelier au Château de P B » s’évertuait à faire fructifier!
    Il y de cela moins de trois ans, j’ai eu le bonheur de pouvoir retrouver vivant à Sidi Bel Abbes une famille musulmane, voisine de nos deux pièces et j’ai pu me rendre sur leur invatitation Bel Abbés!
    Mon émotion encore aujourd’hui m’interdit de laisser jaillir toutes mes pensées contradictoires mais forcément humaines;
    La mékerra semblait devoir représenter et symboliser tous les défis que se doit de relever le peuple algérien! Je ne porte aucun jugement! Et mon affection pour le peuple algérien est sans retenue! Sans calcul! Si j’avais un voeux à formuler serait que qu’une vive conscience collective, vous les bels abbésiens est que vous releviez ce défit comme un challenge collectif:
    La pinède qui borde la mekerra au lieu dit « la ferme du centre » semble veiller sur elle et vous invite à regarder l’avenir! Vos enfants sont en droit de pouvoir un jour s’y baigner, comme j’ai eu le bonheur de le faire!
    J -C A

  22. mr ouhibi reda

    je viens la enregistrer comment un reseau social peut etre utile entre les citoyens des 2rives de surcroit belabbesiens votre cas monsieur en est un autre puisque j’ai eu a lire et converser par commentaires interposes aves certains qui sont les fideles des fideles de ce journal de communion .en effet la mekerra cette riviere memoire nous hante debordante souvent mais nourriciere et surtout un lien votre cas ce jour a bientot monsieur parmi les belabbesiens vos voisins et autres proches amis d’horizons differents qui ont fait de ce journal un favori je suis personnelement optimisme la mekerr a revivra un autochtone l’a dit plus haut

  23. KEBDANI

    je n’arrrive pas a situer ou vous habitiez c’est un peu vague pas tres approximatif.le cours de la mekerra en ville fait 3 a 4km monsieur Albarracin

    • Albarracin J C

      réponse à mr KEBDANI
      La ferme du centre se trouvait au départ de bel abbés , vers ce que l’on appelait le camp des spahis, on passait devant un cimetière musulman (des indigents) devant la ferme de jean bella, en direction de la ferme chateau de Paul Bellat au Rocher
      La ferme du centre était sur le bas coté , prohe de la mekerra et d’une pinède
      Cette ferme est aujourdhui quasiment enfermé dans unagglomérat d’haibatations de fortunes qui mas les anciens corps de ba^timent ;demeure la zone constute et en ruine des caves à vins!
      Si toute fois cette zone n’a pas été razée dernierement!

  24. mons kebdani

    oui j’arrive a situer maintenant le campdes spahis est connu a cejour par quartier dit campo les jeunes utisent le nouveau nom depabtise boumelik aek martyr tres connu .le cimetiere existe toujours il est le 2 apres celui du saint patron de la ville qui a bien sur change.donc la ferme etait a l’est de notre ville toute cette partie est de la ville connait depuis des annees des constructions an allant vers l’ex prudon villagage sur la route oran a 8km.une question ou aviez vous suvi vitre scolarite a l’ecole du campo une existe a ce jour a molieres oulouis lumieres ceux sont lesplus indiquees a cette periode a ma connaissance ..fidele a ce site veuillez ou plutot consulter la totalite des articles depuis debut mars a ce jour.la voix desidibelabbes est sans pub riche en infos diveres meme si parfois des commentaires ne cadrent pas c’est la cote jardin et cour.a lientot

    • Albarracin J C

      JCA à mons kebdani

      J’ai eu connaissance de l’existence de cette école que voici 3ans!
      En son temps j’avais interrogé ma mère pou m’étonner que mon petit camarade musulman voisin n’allait jamais à l’école tandis que moi… Pas de réponse de ma mère!
      a l’occasion de mes retrouvailles avec ce « petit voisin » je lui fis part de mon étonnement de la qualité de son français et de ses lettres, rédigée d’une belle écriture! alors que selon moi il n’avait pas fréquenté d’écoles!!!
      En vérité, je partais une bonne heure avant lui à lécole rue gambetta et lui était déja de retour le soir une bonne heure avant moi!
      Nos échanges à cette époque ne portaient pas sur des questions scolaires….Hélas !!!! Ni coté cour , ni coté jardin!
      Bien cordialement
      JCA

      • dekkiche paris

        A monsieur Albarracin J C. J’ai bien suivi les commentaires avec monsieur Kebdani. personnelement et en tant qu’un fidèle lecteur je vois de temps a autre cette communion entre les deux rives s’agrandir et la que l’on veuille ou pas c’est grace a ce nouveau journal qui est réalisé par des bénévoles surtout les jeunes que je connais et la une petite question : il s’agit monsieur de quelle école dans la rue Gambetta ? au centre ville il y avait les écoles Carnot, Voltaire, le lycée de jeunes filles, le fenelon et l’ecole maternelle derriere le centre de santé du centre ville.. Je dis ca juste pour me restituer dans notre ville. Sinon bienvenue dans notre forum.

        • Albarracin J C

          IL s’agit de l’école , rue gambetta au plus pres du glacis faisant l’angle . Dans les années 1945:46 j’ai souvenir d’avoir été à l’école maternelle de fénélon toute proche chez les Soeurs Trinitaires. Ce qui sans doute explique mon inscription à cette école primaire, suite à un court séjour comme habitant rue gambetta, ce petit logement est aujourd’hui un salon de coiffure!
          Merci pour votre accueil!

  25. mons kebdani

    suite commentaire de mr albaraccin j.c en effet c’est dans la partie est qu’est situee votre ferme elle est engloutie par un conglomerat d’habitations toutes plus au moins recentes le cimetiere musulman est sidi abdelkade le 2 apres celui su saint sidibelabbesdont notre ville porte le nom.monsieur ici le campdes spahis est peu utilise c’est soit el campo ou hai boimelik qu’est indique cet espace urbain ou possible vous avez frequenteson unique ecole qu existe a ce jour .le plaisir de vous comptez au sein des amis lecteurs est formule par mes soins pour consolider cette communion qui existe entre lecteurs de ce journal ne en mars dernierque vous pouvez reconsultez.il ya un debut a tout a bientot

  26. kebdani

    bonjour monsieur cette ecole ne peyt etre que voltaire batie r plus un donc un seul etage avec deux cours une plus spacieuse que la seconde au fond de cete ecole ou alain afllelou fut eleve.cet etablissement est toujours fonctionnel.bone journee

  27. mohamed nadir sekkal

    on espere que les nouveaux membres d apc fasse quelque choses , qu il arrette de construire les cites dortoires , il faut construire les logement dans les dairas et les villages et laisser la ville respirer, l exode a massacrer nos villes.

  28. jamel

    Vous vous faite de graves illusions le FLN avec 20 pour cents de votants et ceux sont les vieux homes et femmes du systéme qui ont repermis a des illétrés comme ceux de la liste vainqueur APC et APW de revenir gouverner sans réel pouvoir sidibelabbes

Répondre