La Voix De Sidi Bel Abbes

La Journée mondiale de lutte contre le cancer /Par le Dr Mourad Sadouni .Psychologue .

10665387_10152395799745812_7072108560435964746_n

La Journée mondiale de lutte contre le cancer est une journée internationale , consacrée à la prévention, la détection et le traitement du cancer . Elle est organisée tous les 4 février .Pour cette année, le Dr M. Sadouni, Psychologue, enfant de la ville nous propose sa première contribution dans le sujet d’actualité.

Introduction / Histoire :

Dans les années 80, 50% des femmes ayant un cancer du sein décédaient. Aujourd’hui, la proportion n’est plus que de 25%. Et ce n’est que dans les années 90 que commence véritablement la recherche scientifique pour lutter contre cette maladie (le sujet étant bien sur tabou)…

L’annonce d’un cancer du sein pour une femme est toujours un traumatisme, analogue à celui d’un accident ou d’un choc violent. Avant le diagnostic de cancer du sein, ces femmes sont la plupart du temps en bonne santé, elles mènent une vie normale. Elles ne se rendent pas compte de la maladie. Leur vie bascule d’un seul coup. Elles sont alors envahies par de nombreuses peurs: «Est-ce que je vais mourir? », «Que va-t-il m’arriver?», «Est-ce que je vais continuer à avoir une vie normale?», «Est-ce que je pourrai avoir des enfants?»…

Je devrais écrire ‘Sein’ avec majuscule… toute une symbolique y est rattachée.                                                                       «Chaque minute dans le monde une femme meurt du cancer du sein, 1ère cause de mortalité chez la femme »; OMS 2014.

Dans le cancer du sein, le coté médical est véritablement arrivé à un stade très avancé pour peu que le cancer soit pris en charge précocement, après bien sur son dépistage ; En effet la mammographie et plus récemment, d’une part la tomosynthèse mammaire, qui permet un diagnostic en imagerie médicale en 3D, donc plus fiable, et d’autre les tests génétiques sur une seule prise de sang, chez certaines femmes dites à risques,  pour un éventuel dépistage précoce; Voilà la prévention actuelle. Aujourd’hui le soutien médical, ainsi que le support psychologique ont acquis une ampleur considérable… mais surtout nécessaire.Coté psychologique nous sommes encore au stade embryonnaire… très peu de pays prennent en charge ces malades avec une ‘spécialité au service d’oncologie’ (Psycho-oncologie); il n’existe  (hélas) que  quelques pays qui l’appliquent. Lors des colloques, séminaires ou autres rencontres scientifiques, on n’entend débattre que d’un coté médical, chirurgical…

Il serait temps que l’on en prenne conscience et, que la psychologie, (plus spécialement dans le cas du cancer du sein), y prenne la place qui lui est due et qu’elle y soit rattachée, ‘les fortes séquelles psychologiques sont suffisamment importantes pour que l’on parle de syndrome de stress post traumatique (S.S.P.T)… et c’est ‘lourd’!

Avant le diagnostic de cancer du sein, ces femmes sont la plupart du temps en bonne santé; Elles ne sont pas malades; elles mènent une vie normale. Elles ne se rendent pas compte de la maladie .Leur vie bascule d’un seul coup, elles ont un cancer du sein, et sont alors envahies par de nombreuses peurs: est-ce que je vais mourir ? Est-ce que l’on va me mutiler ? Et que va-t-il m’arriver? Et mes enfants? Est-ce que je pourrai en avoir d’autres? Qui va s’en occuper? Et mon mari? La journée mondiale du cancer du sein est le 4 Février, son mois est ‘Octobre rose’…c’est dire à quel point c’est important.

C’est pourtant si simple! Et si bénéfique ! .Si la santé n’a pas de prix elle a par contre un coût!

Le cancer du sein

Aspects socioculturels et psychologiques Jadis la malade qui présentait une masse suspecte au niveau du sein devait signer une acceptation de biopsie chirurgicale avec carte blanche de procéder éventuellement à une mastectomie si la biopsie chirurgicale s’avérait cancéreuse. En plus des problèmes liés à la mastectomie même, ainsi que les effets secondaires sur la mobilité du bras et de l’épaule, s’ajoute le choc de constat en salle de réveil d’un sein en moins.La patiente faisait face à de multiples difficultés psychologiques: anxiété, dépression, baisse de l’estime de soi, la survie, la qualité de vie, la relation avec le conjoint…                                                                                                           La réadaptation:

pendant et après le traitement du cancer du sein, bien que différente, reste essentielle.                                                         Elle s’imbrique même tout au long du diagnostic pour se poursuivre lors de la planification thérapeutique ainsi que pendant les traitements de chimiothérapie pour aboutir au cours des années subséquentes à ce que l’on appelle le suivi.Plusieurs facteurs peuvent influencer la réadaptation après une maladie comme le cancer du sein.                       On les regroupe sous différents aspects socioculturels et psychologiques.

Réadaptation physique et psychologique

La recherche constante vers le moins de mutilation possible éliminera ou du moins diminuera de beaucoup les problèmes de réadaptation physiques et psychologiques. Tout doit être fait au tout début des actes médicaux, avant et même pendant l’opération, en faisant le nécessaire et pas plus.                                                                                L’anxiété inhérente au diagnostic  du cancer chez la femme doit être prise en charge en pré et postopératoire et ce, afin d’éviter les différents problèmes psychologiques qui en découlent. De toute manière la femme commence par s’inquiéter quant à une quelconque pathologie du sein dès qu’elle se rend compte d’une anomalie mammaire. L’inquiétude et l’anxiété ne se séparent qu’au plan de l’intensité, beaucoup plus forte dans l’anxiété (dite du second genre). C’est une impression profonde et presque silencieuse de malaise qui sert de toile de fond des véritables crises d’angoisse. Il est obligatoirement logique de citer ces différents cas d’état psychologique: l’inquiétude, la peur, la terreur, l’anxiété et même l’angoisse, et  ce, afin de mieux situer notre patiente pour la prise en charge psycho thérapeutique.

Altération de l’image de soi:

La chimiothérapie entraîne des modifications du corps: cicatrices, séquelles de la chirurgie, chute de cheveux, amaigrissement ou prise de poids, même  les personnes qui ont peu ou pas de traces visibles sur le corps se sentent changées, étrangères à elles mêmes pour une période plus ou moins longue; la chimiothérapie entraîne aussi des problèmes rendant la vie intime difficile (sécheresse vaginale, bouffées de chaleur, baisse de la libido…), On ne se reconnait plus.                                                                                                                                                                                          La prise en charge permet ainsi de se retrouver soi–même malgré les changements intervenus.

Le temps de l’incertitude:

La notion de temps change pour le malade; il est d’abord rythmé par les traitements. Les malades se sentent dépendant de l’hôpital.  Après le traitement commence la difficile gestion de l’incertitude quant à l’avenir: rémission ou guérison? Chaque malade voudrait connaitre son avenir. La rechute d’un malade hospitalisé entraine une angoisse, rappelant ainsi aux malades leur vulnérabilité.Il est parfois, psychologiquement, très efficace de laisser le malade exprimer ses peurs et retrouver, avec le temps, une nouvelle relation avec la vie.

Soutien psychologique:

Il est tout à fait normal de  se sentir perdu, angoissé face au traumatisme que représente toujours l’annonce d’un cancer. Toute une véritable batterie de questions s’abat brutalement et lourdement sur vous «Pourquoi moi?», «Qu’ai-je donc fait?», «Ce n’est pas possible!», «Il doit y’avoir une erreur», «Les médecins ont dû sûrement se tromper» etc. L’annonce d’un cancer crée une crise psychologique de fortes émotions; on a des difficultés à se concentrer sur la réalité (que l’on refuse d’admettre), au moment où il faut comprendre et accepter difficilement, il est vrai, ce qui nous arrive. Certaines de nos malades, celles qui sont informées sur le cancer et sur son traitement, redoutent très souvent plus le traitement du cancer lui-même que la maladie.Il est impératif de créer un rapport praticien-malade sans équivoque, répondre à toutes les questions posées par la patiente; la parole permet de se libérer des émotions contenues, de dire ses espoirs, ses inquiétudes.On pourra ainsi mieux affronter le traitement et aussi mieux affronter la maladie elle-même. Il est conseillé de chercher à trouver des défenses psychologiques efficaces pour faire face à la pathologie, pour mieux ‘la vivre’ Fort malheureusement, le cancer du sein (voire Sein) chez la femme, engendre des souffrances psychologiques qui sont parfois plus cruelles que la douleur physique.

Le Sein est à la fois un organe esthétique et sexuel, c’est chez la femme un ‘deuxième cordon ombilical’ qui relit, comme à la naissance, le bébé à sa maman; En effet, lors de l’accouchement, le bébé et la mère ne font qu’ ‘UN’  tant que le cordon  ombilical est intacte, une fois coupé, ils sont ‘DEUX’… Ce lien maternel  rompu, la mère ‘sombre’ dans un stress de la séparation; elle retrouvera dans la tétée (au sein) ce lien maternel qui lui donnera une sensation d’assurance et de bien-être… avec le cancer du sein, on lui aura coupé 2 fois ce lien avec ce que cela engendre psychologiquement.Le cancer des organes génitaux chez la femme est plus douloureux psychologiquement qu’un cancer du foie, des poumons etc.C’est sa plus profonde intimité qui est concernée, (plus que le cancer de l’utérus), développant de véritables sensations de culpabilité, toute une vie est remise en cause et il faut impérativement en tenir compte lors de la prise en charge psycho thérapeutique.

Conséquences psychologiques du cancer du sein:

Chaque malade réagit avec sa nature, son histoire et sa connaissance de la maladie; mais, bien-sûr, certains ressentis sont communs.

Psychologie de crise: 

Fortes réactions émotionnelles difficiles à contrôler, angoisse, troubles du sommeil, refus de comprendre les informations qui font peur, cette période est plus ou moins longue suivant les personnes, la prise en charge psychologique permet à ce niveau une adaptation progressive à cette douloureuse réalité envahissante.

Psychologie en milieu opératoire:

Le réveil de la mastectomie est à lui seul un véritable tonnerre psychologique quand notre malade a à son chevet son conjoint. Les gorges sont nouées et les  regards échangés ne parviennent pas à communiquer l’intensité émotionnelle. Plus aucun type de langage ne s’avère communicatif: ni le regard, ni les mots, ni le silence, ni le toucher, rien, plus rien ne sait traduire ce dure moment:

«Mon sein est parti à cause de ce maudit cancer».

Les relations familiales:

Perdre la symbolique rattachée au Sein devient plus douloureux que la maladie en elle-même; d’où la nécessité de prêter un soin et un intérêt psycho thérapeutique spécifique au cancer du sein. A son réveil, la malade se sent fortement mutilée liant elle-même le Sein à la grossesse (sa raison d’être).L’entourage familial (le mari en particulier) a un rôle fondamental et peut servir de «soupape de sécurité» pour une vie normale.La famille ressent les mêmes émotions fortes que la malade, même si elle ne le montre pas. L’important est de pouvoir parler de votre cancer quand vous vous sentez capable de le faire, vos proches réagiront surement et différemment les uns des autres. Pour le psychologue, il s’agit d’intensifier son travail avec sa malade, qu’il est nécessaire de traiter avec habilité, surtout d’être à l’écoute, exorcisant ainsi ce douloureux mal et donnant petit à petit le sens logique de la situation réelle, d’accepter et de réapprendre cette nouvelle vie, faute de tomber en dépression mangeur  et de partir à contre-courant de la psychothérapie.Les associations ‘cancer du sein’ ont aussi un effet réconfortant et sont excellentes dans le cas des réinsertions sociales. L’honnêteté ne blesse pas, même dans des cas extrêmes, alors que le mensonge, même pour protéger, nuit à toutes communications. Il faut préparer un retour au domicile conjugal, en conservant au maximum, les habitudes familiales car dans ces périodes de crise psychologique, toute modification entraîne inévitablement des angoisses, de l’agressivité, de l’irritabilité etc.                                                                               A  la douleur physique s’ajoutera celle du chagrin des siens. N’hésitez surtout pas à faire part de vos émotions et votre angoisse à votre psy et à vos proches. «Il faut exorciser sa peur et ses angoisses».

«Les mêmes souffrances unissent mille fois plus que les mêmes joies». Lamartine    /A bon entendeur.

Conclusion

La prise en charge psychologique doit être faite en pré et post opératoire, par un psychologue ou par un groupe d’écoute, elle réconforte la malade et lui est un soutient fondamental pour retrouver son ‘estime de soi’ et accepter avec courage et dignité  son ‘état’, la famille, (surtout le mari), à un grand rôle à jouer.                                                          Les psychologues doivent être plus souvent dans les structures de soins hospitaliers pour les entretiens d’écoute et de soutien qui permettent aux malades d’exprimer, angoisse, émotions  et difficultés à vivre leur cancer et les traitements  difficiles et  lourds qui suivent ces grandes pathologies.Bien entendu l’histoire de chacun diffère tout comme ses besoins. Tout est à reconstruire.Quand on sait théoriquement que le malade doit avoir la simplicité et le courage de reconnaître sa souffrance psychologique on se doit de l’aider, c’est dommage de ne pas avoir de psychologue qui aide à surmonter cette douloureuse épreuve. Il faut à  présent casser le tabou et savoir que les psychologues peuvent et doivent même travailler en collaboration avec l’ensemble des équipes médicales, et que,  chacun tenant son propre rôle, contribuerait au bien être de ces malades qui souffrent parfois plus fort d’angoisses, de bouffées délirantes, que du cancer lui –même! L’intérêt fondamental de ce cancer est bien sur son dépistage, la tomosynthèse mammaire coûte le même prix que la mammographie connu (l’hôpital américain de Paris), c’est sur cet axe qu’il faut œuvrer: le dépistage, quel que soit son coût financier, il sera moins cher que les interventions chirurgicales suivis de la chimiothérapie, les frais hospitalisations,  sans oublier le ‘tonnerre psychologique!…Nous sommes  au vingt et unième siècle, nous avons ,  Dieu merci, de bons  praticiens (chirurgiens, radiologues, cancérologues etc.), nous avons aussi de nouvelles  structures médicales et il ne manque qu’un petit pas pour aller plus loin, bien plus loin, comme le veut la science d’aujourd’hui.

« Il faut être de son temps ».  /  Voltaire.

Je  dédié  cette  modeste  écriture  à  la  mémoire  de mon  épouse  qui  m’avait  aidé,  toujours  dans  le même   sujet,  lors  de  ma  première  communication  au  colloque  sur  le  cancer  du  sein  au  C.H.U.  De    Sidi-Bel-Abbés  en  octobre  2002.

–  M. Sadouni  Psychologue/Sidi-bel-abbés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=58314

Posté par le Fév 4 2015. inséré dans ACTUALITE, SANTé, SBA PROFONDE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

23 Commentaires pour “La Journée mondiale de lutte contre le cancer /Par le Dr Mourad Sadouni .Psychologue .”

  1. Benattou

    Merci mon frère Mourad pour cette modeste contribution, à Sidi-djilali ou j’étais ton voisin tu as été toujours à l’écoute des gens simples parce -que tu es un homme simple .(Les paysages mélancoliques sont ceux ou les enfants meurent de faim, les paysages tragiques sont ceux que traversent des files de gendarment casqués et de convois de canons, les paysages exaltants sont ceux où n’importe qui peut embrasser ses enfants sans trembler de froid où de peur) PAUL NIZAN.

  2. jamel

    bien venue parmi les belabésiens docteur Un bon sujet .

  3. Harmel Mehdi

    je tiens vraiment à remercier l’auteur pour le choix du sujet car le cancer du sein dont OMS lui a consacré tout le mois d’octobre pour sensibiliser les pouvoirs publiques et l’ensemble de la population sur l’importance du dépistage précoce et une meilleur prise charge de cette maladie une fois diagnostiquer mais cela reste amplement insuffisant vu l’ampleur des problèmes qu il peut engendrer sur la personne atteinte « physique et psychologique » mais aussi sur tout son entourage immédiat..
    L’auteur a voulu à mon sens traiter ce grand problème multidimensionnel surtout sur l’obligation d’une prise en charge psychologique mais la lecture du texte malgré son importance scientifique et son actualité peut nous laisser sur plusieurs points sur notre faim …
    1- Ce texte est surtout la topographie de la prise en charge psychologique de ce cancer en Europe car on note l’absence de la description de la souffrance en solitaire de la femme Algérienne généralement rurale qui a beaucoup de difficultés à déclarer son problème même à son mari de peur de » représailles  » ( on a souvent vu les déclarations de divorces dès l’annonce du diagnostic ) ce qui entraîne une découverte à des stades très tardifs de ce cancer..
    2- on note l’absence dans ce texte de la prise en charge de l’entourage de la malade car cette pathologie est non seulement un drame pour l’individu atteint mais aussi pour toute la famille..
    3-on remarque également la thérapie psychologique du groupe est presque absente dans ce recueil malgré son importance pour l’acceptation du malade de sa maladie dont l’échange d’expérience entre les personnes atteintes reste crucial..
    4-on remarque que ce texte n’évoque pas les problèmes de la prise en charge purement medico-chirurcale dans notre pays et le problèmes financiers du malade et leurs conséquences sur son psychisme…
    5-l’importance des associations et leurs rôle dans l’apport psychologique du patient ..
    6-on peut citer également le rôle de la chirurgie réparatrice du sein dans la prise psychologique de la malade..
    Voici à mon humble avis quelque points que l’expérience du terrain nous a enseigné…MERCI CHER COLLÈGUE ET BRAVO

  4. un ami

    Prompt rétablissement aux malades la ou ils se trouvent.

  5. eddine

    Merci Mr Sadouni pour cet important sujet. Certaines femmes atteintes déclarent avoir été conseillées et meme convaincues par des (kéyasset) des bains maures d’aller voir le gynécologue. ça pourrait donner certaines idées à nos valeureux médecins. Harmel mon ami c’est toujours un plaisir et un régal de lire tes commentaires. Allahoma achfi mardana

  6. Harmel Mehdi

    cher ami AEK je tiens à te dire que le plaisir est partagé ..tu nous honore par tes écris et tes réflexions toujours constructives …ELLAH YAHAFDEK

  7. Harmel Mehdi

    cher ami AEK je tiens à te dire que le plaisir est partagé ..tu nous honores par tes écris et tes réflexions toujours constructives …ELLAH YAHAFDEK

  8. Harmel Mehdi

    je me permet de faire une petite remarque à la direction de notre journal …le report de la publication des commentaires nuit de façon évidence à l’inter-réaction des fidèles de la VDSBA …(ce qui était son point fort) ..par conséquent le nombre des post va en diminuant ce qui va à terme lasser les lecteurs et auront surement envie de voire ailleurs ..ce qui serais vraiment dommage…le risque dépassements existait mais il était gérable cependant le danger de la disparition journal est réel si une action urgente n’est pas prise dans l’immédiat ….MERCI

  9. un ami

    Cela n’est pas si grave. Pour peu que cette modération ne dure pas longtemps. Vous ne devez pas ignorer les écarts enregistrés.

  10. ghosne

    Salem ,Dr Mourad Sadouni combien votre article est sensible et combien le Psychologue est important dans les situations catastrophiques tel que le cancer et tous les cancers ils sont horribles et l’accompagnement laisse à désirer! je ne parle pas de l’entourage du malade.La sensibilisation,le dépistage et le diagnostic restent insuffisantS dans notre Pays ,pour le football on donne des MILLIARDS et des MILLIARDS et pour la Santé Publique les Associations s’organisent et se battent tous les jours. Dr Sadouni il n’y a pas encore des études pour diagnostiquer les Enfants Autistes et ils sont de plus en plus nombreux ,mauvaise prise en charge , nous aimerions que vous nous éclairez sur cet handicap qui frappent beaucoup d’enfants en Algerie,le rôle du psy,de l’orthophoniste (les bons) et l’orientation et le rôle des enseignants dans les écoles publiques. Bon courage pour tout .

  11. Nory

    Décidemment un bon sujet ;on en redemande

  12. Imène

    Merci Ghosne !
    Des milliards pour les joueurs , des milliards pour les entraîneurs ..et autres internationaux ! dans tout ça la santé publique agonise , des hôpitaux -mouroirs où on n’y est pas admis pour être soigné , mais pour y être achevé ! Mr.Ghosne:
    Dans mon entourage j’ai vu pas mal de cas de cancer ( tous décédés , allah yarhamhoum ) AUCUN d’eux , n’a bénéficié d’un suivi psychologique ! Wallou !!
    Le diagnostic  » positif  » est tombé comme un couperert , chaque famille – la mort dans l’âme – a pris en charge son malade jusqu’au bout ..toutes ont eu leur part de galère des rdv espacés , manque de place , ou médicaments , les séances de chimio..l’indifférence , quand ce n’est pas l’arrogance et la méchanceté du corps soignant face à leur détresse..Non , écoutez la santé DZ est malade , mais complètement ! il faut être de son temps a dit Voltaire , mazal attas , attas ! parcequ’ on est vraiment d’un autre âge..Salam .
    Merci Dr Sadoun , pour cet éclairage , Merci Tewfik pour le partage.

    • Ghosne

      Salem, Imene, certaines personnes pensent que cela n’arrive qu’aux autres, et bien non! la vie est pleine de bonnes et de mauvaises surprises malheureusement .bonne journée Imene et le grand bonjour à Mam! où est passée Mme Ch « Boubchir » de la vsdba c’est notre porte bonheur!!bonjour très cordiale Mme CH;

  13. houssine

    Utile contribution.

  14. Imène

    Bjr Mr. Ghosne , Azzul tlm !
    Tout à fait ! cela n’arrive pas qu’aux autres : il faut bien nous enfoncer ça dans la cabeza ! et au rythme où se répand cette maladie , on est pas loin de devenir tous des hypocondriaques du cancer ! Les personnes ( de mon entourage ) dont je vous ai parlé avaient tous une hygiène de vie saine , sans excès ( travail , activité physique , pas de tabac ni alcool ) rien ne les prédisposait à choper cette maladie ..et pourtant !
    Mr. Ghosne : Quand j’étais plus disponible, je faisais de tps à autre des visites aux malades ( femmes et enfants du service oncologie , chu mustapha ) la plupart venaient de l’intérieur et avaient besoin de tout ..avaient besoin de nous !
    d’ailleurs le sourire d’un certain M , 4 ans , atteint de leucémie , me hantera longtemps , tant que je serai en vie ..et en relisant certains passage de l’article du Dr. Sadoun notamment je cite :  » l’entourage familial …le mari en particulier a un rôle fondamental et peut servir de soupape de sécurité … » m’a fait penser tout de suite à 2 cas , 2 femmes lâchement abandonnées par leur compagnon à cause de la maladie !! en plus de l’effondrement physique s’ajoute le tonnerre psychologique ( dans le texte ) causé par la goujaterie et la mesquinerie de l’époux sensé servir de soupape de sécurité !.. : la 1ere , ne le voyant plus venir aux visites comme il le faisait , a appris sa  » fatiha  » en catimini avec une jeunette de son douar ..la 2eme ( la maman du petit M ) qui veille sur son enfant ( et donc reste des mois à l’hôpital ) l’a su , en rentrant chez elle ( permission ) ..mr était ailleurs , et prenait du bon temps ! A ce jour elle assume seule la maladie de son gosse ..eh oui ! Que de ravages psychologiques !
    je tenais à partager avec vous ces témoignages vivants..
     » L’honnêteté ne blesse pas même dans les cas extrêmes , alors que le mensonge , même pour protéger nuit à toutes les communications  » Bravo dr . Sadoun , ça devrait être une maxime ! Salem Ghosne , merci pour mam et bonne journée ! notre boubchir , ne va pas tarder à se poser sur une des fenêtres de la vdsba , et cette -fois ci , on l’attrape ferme ! coucou cygnus , fais attention à toi !

  15. Ali

    Belle intervention Madame.

  16. Hakem abderrahmane

    IL y a une absence criarde de rigueur dans tout ce que nous faisons et dans tous les domaines.Les ressources humaines et financières existent mais il faut à mon avis gaspiller beaucoup de ‘salive’ il faut parler et beaucoup il faut communiquer.Le rôle des intellectuels est prépondérant de nos jours.Tous ceux qui détiennent un savoir faire doivent le mettre au service d’autrui même s’ils ne sont pas aux commandes de la Gestion.Merci au Dr Sadouni Mourad pour sa contribution!

  17. Mon cher ami Ghosne, tout d’abord mes excuses pour ce retard ( je suis ENTIÈREMENT PRIS) je prépare un travail ( C. du sein) pour novembre prochain. Ok j’ai reçu ta demande sur l’Autisme ( j’avais lancé une association (sur ce sujet) qui n’a hélas pas abouti pour une raison que j’ignore , je suis ‘psy’ et je ne touche pas à l’administratif… surtout chez NOUS ! Bref je te promets une réponse à ta mesure ! Sincère amitié

    • Mourad Sadouni

      Salut cher ami Ghosne , ‘ chose promise, chose due! ‘, j’ai été sollicité pour une rencontre sur l’autisme ( grand public, à Sidi-Bel-Abbès ) le 28 oct. passé, j’ai pensé à toi mais ce n’était pas ce que tu cherches , je présume , il s’agissait d’une journée d’information et de projets pour les associations… Si tu es toujours ‘ branché’ sur le sujet , je t’informe qu’il existe à Tlemcen un petit centre qui  » tourne  » bien , l’équipe est de bon niveau , et surtout, ce qui compte , c’est l’initiative , c’est payant… Je sais personnellement que l’autisme est un cas qui n’a pas reçu sa valeur pour la recherche et même pour sa prise en charge… En France, par exemple bien qu’ils bossent actuellement sur le sujet, ils se rabattent sur la Belgique pour les centres spécialisés , (ILS ONT UNE PRISE EN CHARGE FINANCIÈRE). Si Tlemcen t’intéresse je te branche avec eux . Ok Salut mon ami. A plus. Mourad

  18. Ghosne

    Bonsoir Si Mourad et merci pour ton commentaire , je suis passe par hasard sur le Site! Un grand plaisir de te lire et je parlerai du Sujet en question car j’ai beaucoup de choses a dire sur TOUT, bonne soiree fils de grande famille. Un bonjour a Mme CH ,Imene Amirouche,Ourrad, si boubeukeur prof de sciences

  19. Imène

    Que cet heureux hasard vous mette souvent -plus souvent- sur la voie de la Voix , mon cher Ghosne ! et à nous le plaisir de vous retrouver , de vous lire ..El Hamdoullah kirak bikheir !
    Salam !

  20. Mme CH

    Salam Sayidi Ghosne…!!! Quel plaisir de vous avoir parmi nous, vous nous avez manqué…!!
    J’espère que tout va pour le mieux pour vous ainsi que toute votre famille….!!!
    Mais où êtes vous donc passé…??? J’ai préparé la Rechta et la Chakhchoukha Harra comme vous l’aimez, plusieurs fois, mais comme vous n’étiez pas là, alors , devinez qui l’a mangée….!!!?

    Mes Respects Sayidi et restez avec nous…..car c’est toujours un plaisir de vous lire…!

  21. Ghosne

    Salem @Mme Ch Merci pour la Rechta @ Imene je vous dis  » Jamais sans ma Ville » c’est plus fort que moi bladi bladi et je tacherai d’être plus présent .très cordialement

Répondre