La Voix De Sidi Bel Abbes

La gouvernance de l’information et du savoir /Par Dr Senhadji.

 

10923498_1384309918537966_7772374786292950376_n

  Puisqu’on  ne peut être universel et savoir tout ce qu’on peut savoir sur tout, il faut savoir un peu de tout, car il est bien plus beau de savoir quelques chose de tout que de savoir tout d’une chose, cette universalité est la plus belle.      Généralement, les gens qui savent peu parlent beaucoup et ceux qui en savent beaucoup parlent peu !!! Il existe trois types de savoirs : le savoir proprement dit, le savoir faire et puis le savoir vivre les deux derniers dispensent bien souvent du premier.

Que faut-il pour être dans le ton et juste à tous les coups aujourd’hui ? En fait c’est quoi la gouvernance de l’information et du savoir ?

Un peu de respect, une bonne dose d’humour, quelques règles bien comprises et beaucoup d’attentions, pour soi-même et pour les autres… Le savoir-vivre permet en effet de faire la différence en beaucoup d’occasions, le savoir-vivre devient une seconde nature, bien ancrée dans le quotidien, qui rend les relations plus faciles et la vie plus douce.

Le fragment, se présente comme perte de la totalité, de l’Unité, dans sa coupure même, il donne à voir une fêlure, un manque. Ainsi, de la même façon qu’on a pu dire de la perspective qu’elle avait pu être inventée par tel ou tel savant connaisseur des savoirs , le développement du traitement de texte et des formes textuelles qu’il autorise sont tributaires non seulement du progrès des techniques informatiques, mais aussi de l’évolution des représentations de la création textuelle. Et en retour, le traitement de texte, entraînant par ses facilitations techniques la production de nouvelles formes scripturales, contribue à faire évoluer la création scripturale : c’est beau le savoir et la technologie basée sur du savoir et pour servir le savoir.

Le savoir-faire, est la connaissance des moyens qui permettent l’accomplissement d’un fait. Le terme équivalent anglais » know-how » est assez régulièrement utilisé. Le savoir-faire est différent des autres savoirs  comme la connaissance scientifique ,car il peut être directement appliqué à une tâche  . Le savoir-faire en résolution de problèmes est différent de la connaissance sur la résolution des problèmes. Une des limitations du savoir-faire est sa dépendance à un travail ; ainsi il tend à être moins général que la connaissance. Un des avantages du savoir-faire est qu’il peut impliquer plus de dimensions, comme l’expérience manuelle, l’entrainement à résoudre des problèmes, la compréhension des limites d’une solution spécifique, etc. Ainsi, le savoir-faire peut fréquemment éclipser la théorie.

Ranger ses photos sur son ordinateur personnel, réaliser des opérations pour améliorer la qualité des données, mettre en place des référentiels d’entreprise, modérer un site web, définir un plan de classement ou créer un référentiel de conservation .Nous faisons tous de la gouvernance de l’information. Nous en faisons tous, mais de façon plus ou moins concentrée, et surtout localement. Définir de façon précise et universelle ce que l’on entend par gouvernance de l’information prendrait des mois car chaque personne est susceptible d’avoir une perception très personnelle, très intime de ce terme.

Nous avons donc décidé de prendre une voie plus simple, qui s’inscrit d’ailleurs dans l’ADN même de ce qu’on appelle la gouvernance de l’information communément parlé « restriction d’information « .

L’information est à considérer comme étant indépendamment un document papier, un document numérique, un élément ou ensemble d’une base de données, un flux transactionnel, une vidéo, une bande sonore, une photo, un commentaire, un email, une note donnée à un article, un échange de messagerie instantanée, etc. Tout ce qui a une valeur pour nous a un moment donné et qui a de la valeur et que nous maîtrisons et  auquel nous apportons construction personnelle est désormais notre propriété. Le reste est bon sens.

De là, on comprend aisément que la gouvernance de l’information est avant tout une affaire d’organisation et de culture. C’est pourquoi nous soulignons encore l’importance de la notion de changement. Autrement dit, puisqu’il s’agit d’une affaire d’hommes et de femmes, ce sont les usages et les comportements liés à l’information que nous devons non seulement communiquer et surtout partager…….. Et c’est la le  cœur de notre sujet         

Ma passion est sur tout ce qui touche l’information, sa modélisation, sa gouvernance, ses usages, son organisation, les changements qui vont autour, les impacts culturels et partager avec des personnes qui ont cette même passion autour de l’information et du comment mieux la valoriser, croyez moi c’est un vrai plaisir et challenge  à relever en créant des opportunités avec un souhait d’aller vers de nouvelles façons de travailler, plus sainement, penser et faire autrement, raisonner sur des cycles supérieur et se baser sur le plaisir à faire de l’innovation et de la valeur avec des personnes qui ont aussi envie de se faire plaisir.

On n’apprend pas par cœur ce qu’est la gouvernance de l’information, ni le savoir faire, ni le savoir vivre. On comprend, puis on l’applique de façon souple, persévérante et adaptée à un environnement donné. C’est une affaire de cœur, de tactique, entre l’information, la performance et le développement de notre environnement. Nous constituons ainsi  une machine à bâtir des ponts et à relier des experts entre eux.

Mon appel aujourd’hui, mes chers amis (es), lecteurs et lectrices, c’est  de dire non à la restriction du savoir et de l’information intellectuelle, artistique et culturelle.

Dire oui au partage et à l’échange. Faisons découvrir et faisons profiter les un des autres autour de nous et apprenons cela à nos enfants et aux générations qui arrivent. C’est probablement l’un des meilleurs moyens parmi tant d’autres pour combattre la médiocrité et la paresse mentale.

Je vous remercie mes chers amis (es)  lecteurs et lectrices, de m’avoir accompagné  jusqu’à la fin de mon article et souhaiterais volontiers encore échanger et partager avec vous plus amples sujets avec d’autres couleurs et d’autres interrogations…

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=57964

Posté par le Jan 23 2015. inséré dans ACTUALITE, SOCIETE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

11 Commentaires pour “La gouvernance de l’information et du savoir /Par Dr Senhadji.”

  1. Bel Abbesien

    Article de bonne facture. Docteur vous êtes entrée de bons pieds. Bonne continuation sur la vsba

  2. Ali

    Vaste thème sur vous abordéz

  3. lecteur vsba

    @Docteur Pensez vous dans le domaine de l’information que notre pays le votre est transparent. Sait on tout?notre presse est elle muselee?Ceux sont mes premières interrogations. J’attends vos réponses Cordialement.

  4. Omrani

    je prie le Omrani de Paris de placer deux phrases sur cet article recherché.

  5. Amirouche

    Un roi rendit un jour visite au grand Émir Farid. S’inclinant devant lui, il lui offrit un présent d’une grande valeur, un objet d’une rare beauté, une paire de ciseaux en or incrusté de diamants. Farid prit les ciseaux en main, les admira et les rendit à son visiteur en disant :
     » Merci, Sire, pour ce cadeau précieux. L’objet est magnifique, mais je n’en ai pas l’usage. Donnez-moi plutôt une aiguille. Je n’ai que faire d’une paire de ciseaux.
    – Je ne comprends pas, fit le roi, si vous avez besoin d’une aiguille, il vous faudra aussi les ciseaux !
    – Non, expliqua Farid. Les ciseaux coupent et séparent. Je n’en ai pas besoin. Une aiguille par contre recoud ce qui a été défait. Mon enseignement est fondé sur l’amour, l’union et la communion. Il me faut une aiguille pour restaurer l’unité. Les ciseaux déconnectent et tranchent. Apportez-moi une aiguille ordinaire quand vous reviendrez me voir, cela me suffira. « ……….

    Oui Docteur Senhadji , nous avons tous besoin de cette aiguille avec laquelle nous pourrions partager ,échanger ,découvrir et faire profiter les un des autres autour de nous .Très rare sont ceux qui pensent à la future génération ,essayons alors tous ,chacun de son coté , de s’y atteler .
    Merci
    Cordialement

  6. khiwani

    Docteur c’est le top niveau N; hésitez pas a nous faire part de vos thémes

  7. HORR Abdelkader

    bon sujet

  8. Harmel Mehdi

    c’est un texte d’un très haut niveau destiné surement aux spécialistes qui nous donne les réglés générales sur la geste de l’information mais qui nous prive à mon humble avis sur les méthodes pratiques adaptées aux différents environnements socio-culturelles …le diagnostic de la gouvernance de l’information et du savoir doit nous permettre ici en Algérie de mettre en place une conduite à tenir adéquate qui devrait nous permettre à terme de sortir la sclérose mentale régnante volontairement maintenue par manifestations anarchiques savamment orchestrer .

  9. Harmel Mehdi

    lire SVP ..les règles générales sur la gestion de l’information

  10. Harmel Mehdi

    C’est un texte d’un très haut niveau destiné surement aux spécialistes qui nous donne les règles générales de la gestion de l’information et du savoir mais qui nous prive à mon humble avis des méthodes pratiques adaptées aux différents environnements socio-culturelles …le diagnostique de la gouvernance de l’information et du savoir doit nous permettre ,ici en Algérie , de mettre en place une conduite à tenir adéquate qui devrait permettre à terme de sortir de la sclérose mentale régnante volontairement maintenue par des manifestations anachroniques savamments orchestrées …

  11. Harmel Mehdi

    C’est un texte d’un très haut niveau destiné surement aux spécialistes qui nous donne les règles générales de la gestion de l’information et du savoir mais qui nous prive à mon humble avis des méthodes pratiques adaptées aux différents environnements socio-culturelles …le diagnostique de la gouvernance de l’information et du savoir doit nous permettre ,ici en Algérie , de mettre en place une conduite à tenir adéquate qui devrait permettre à terme de sortir de la sclérose mentale régnante volontairement maintenue par des manifestations anachroniques savamment orchestrées …

Répondre