La Voix De Sidi Bel Abbes

La Conférence de la Belabbesienne Mme Lucie Abadia par notre ami Belamri Aek

La fondation »EMIR ABDELKADER  » reçoit l’historienne française , la bélabésienne Mme Lucie Abadia la cinémathèque le « R I O « ,le 8 juin 2014 à 16h00, en présence des autorités locales et de personnalités religieuses ,diplomatiques et culturelles.

Les conférences se succèdent sur la vie de l’EMIR ABDELKADER et tant mieux pour les amoureux de l’histoire qui peuvent lever quelques controverses au sujet de ce valeureux combattant, bâtisseur de l’état algérien ;homme de foi et poete emérite ( Laou ta3lamou ma fi el badoui ta3dirouni lakine jahelta oua kam fi el jahli min darari, ce petit vers est dédié à celui qui m’a interpellé dans la salle et qui faisait partie de la smala du WALI )dont les écrits continuent d’alimenter les thèses dans différents pays.La litterature sur l’histoire foisonne et les historiens sont souvent confrontés aux faits historiques et leurs propres convictions ,melées de dogme et de réalités avérées ou perverties;ce qui qualifie l’histoire de faits controversés et souvent remis en cause selon si on est pour telle thèse ou une autre et cela fait vivre l’histoire et la perpétue dans le temps, et si on veut être coquin,on dit que cela fait son charme.
Comment peut-on arbitrer dans pareils cas sinon de se forger sa propre conviction et laisser les chercheurs la peaufiner (l’histoire ) au fur et à mesure du temps.
La fondation de l’EMIR ABDELKADER de SBA fait bien de confronter les recherches et diversifier les avis des historiens puisqu’elle multiplie les sujets d’étude sur cette personnalité historique et les différentes étapes de sa vie militaire et de combattant.
Cette fois ,elle fait appel au concours d’une bélabésienne pour relater la vie de l’EMIR détenu en france dans trois lieux différents de Toulon à Pau pour atterrir au chateau d’amboise avant sa déportation en egypte puis en Turquie pour enfin s’installer définitivement en Syrie,ceci grace à NAPOLEON III qui le prit comme ami par affection et devint formellement son « conseiller » et c’est d’ailleurs là que la controverse alimente le doute parmi les détracteurs qui l’incriminent d’avoir proposé à NAPOLEON d’annexer l’algerie à la france sous forme de royaume ……..Allah YA3LEM comme avait dit mon seigneur TESSIER dont nous saluons l’arabe classique qui a laissé pontois bien des arabisants dans la salle.
La conférencière,profitant de sa qualité de fonctionnaire au chateau de PAU et son intéressement au sujet ,étant bélabésienne et donc,par extension « algérienne », introduit le sujet en précisant les circonstances de son emprisonnement et le choix porté sur le lieu de son séjour en insistant sur le coté humain et les péripéties humaines qui paraissent anecdotiques mais prises dans leur ensemble définissent la personnalité de l’emir ,homme de foi ,tolérant et humain doté d’une intelligence évidente et hors du commun de par les stratégies développées dans ses différentes batailles avec l’ennemi sans avoir fait ni St cyr ni West point.
Devant les promesses non tenues par la France,lors de sa rédition ,qui consistaient à le déporter vers un pays musulman,il fut surpris par l’attitude de ses « geoliers »qui rendirent difficile son voyage et sa condition physique pour le présenter dans une situation défavorable (un brigand ) devant les français qui furent surpris par tant de bruit autour d’un homme qui s’apparente à un bandit de grand chemin au lieu d’un chef spirituel et militaire.
La vérité ,sa détention en france est beaucoup motivée par la peur de voir cette figure emblématique de la révolte algérienne se refaire une sante et reorganiser ses troupes à nouveau ,compte tenu de ses capacités d’organisateur et surtout de fédérateurs de tribus pour la cause qu’il défend.
Son voyage et son séjour en France lui ont valu de perdre avec amertume beaucoup de ses fidèles et il lui a fallu beaucoup de temps pour s’en remettre.
Si les conditions de ses premières étapes de sa captivité (Toulon par ex . ) étaient dures ,celles de Pau étaient nettement plus clémentes et lui permirent de recouvrir quelque peu la santé et d’apparaitre dans sa vraie physionomie ,c’est à dire beau,inspirant le respect et bénéficiant de la gratitude des citoyens de Pau et meme de ses notables qui se manifestaient souvent pour espérer le rencontrer,mais vu sa notoriété et le protocole établi ,ces rencontres furent beacoup espacées contrairement au début de son séjour où la relation avec les citoyens français fut des plus ordinaires.De toute évidence,ces rencontres avec les français avisés ou de simples curieux a laissé des empreintes farorables à sa personne au point où ils l’adoptèrent pour lui céder des concessions de terre où il pouvait jouir en toute liberté ;d’ailleurs certaines d’entre-elles ont servi à enterrer les siens dont son fils à peine agé de 18 mois.
La conférencière nous a abreuvé de petites anecdotes concernant ce fabuleux personnage qui d’ailleurs se sont avérées utiles pour lever certains questionnements mais le doute persiste chez les puristes de l’histoire qui pensent que la controverse n’est pas encore levée sur cette personnalité universelle qui continue de passionner beaucoup d’historiens de par le monde.L’Emir abdelkader est-il un prisonnier répenti ou un prisonnier résistant ?
Quant au débat ,il nous a laissé sur notre faim malgré la clarté du sujet ,objet de la conférence.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=49042

Posté par le Juin 10 2014. inséré dans ACTUALITE, HISTOIRE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

8 Commentaires pour “La Conférence de la Belabbesienne Mme Lucie Abadia par notre ami Belamri Aek”

  1. Argos

    Depuis l’indépendance, la statue du Maréchal Bugeaud érigée au centre d’Alger, a été déboulonnée et remplacée par celle de l’Émir d’Abd-El-Kader, héros de la nation algérienne ; mais à Paris, depuis 2006, une place33 porte le nom du grand homme algérien, et en 2008, le bicentenaire de sa naissance s’inscrit même dans la liste française des célébrations nationales. C’est dire si le personnage semble inclassable pour le commun des mortels. La littérature de jeunesse, qui aime bien, souvent, les catégories tranchées, s’y perd un peu. « L’âme de la résistance est le héros algérien : Abd-El-Kader. Honorons cet adversaire de la France : « c’est un patriote qui défend son pays, attaqué par l’étranger ! », écrivent les auteurs d’un manuel d’histoire, en 1904. Dans le climat patriotique de ce début du XXe siècle, on préfère retenir ses qualités de résistant que d’en faire un ennemi et comme en France tout revers à sa médaille….. il y a encore plus de gloire pour l’armée française à avoir amené à la reddition un adversaire aussi valeureux. Ses ennemis se sont toujours accordés à lui reconnaître une bravoure indomptable, une grande générosité, beaucoup de sagesse, et cette noblesse d’âme qui, lorsqu’elle se traduit dans les gestes et les paroles, exerce autour d’elle un ascendant irrésistible. Mais car il y a un mais, Abdelkader fut-il l’inventeur du nationalisme Algérien comme on le prétend ou doit-on le ranger parmi les précurseurs de l’assimilation lorsqu’il fut contraint de se soumettre et qu’il se rallia à son vainqueur en restant toujours fidèle à la parole donnée. A une époque récente de notre combat pour l’indépendance, un algérien qui se rend et qui collabore avec la France était qualifié autrement que de héros surtout si en prime, il recevait une pension pour vivre chichement comme l’Émir et sa descendance dont le petit fils Khaled Ibn El Hachemi fut même un brillant officier, Saint-cyrien et Capitaine zélé de l’armée Française. L’Algérie n’a pas besoin d’un héros aussi controversé en la personne de l’Émir pour écrire son histoire, à mon sens elle déjà est écrite à jamais avec la souffrance du peuple et le sang des « Chouhadas » depuis le 1er novembre 1954.

  2. elhadj abdelhamid

    Bonjour
    Notre ami Si Belamri a l’art de provoquer notre ego chatouilleux sur le débat mémoriel.
    J’ai retrouvé, dans ma e-corbeille, un commentaire oublié qui me semble aujourd’hui opportun.
    Sus à l’Emir, Haro sur AbdelKader !
    Une insidieuse tendance gagne depuis longtemps certains esprits; celle d’écorcher, souvent d’une manière inconsciente, le prestige de l’Emir AbdelKader. Si désacraliser, objectivité historique oblige, est légitime, verser dans la vandalisation de la mémoire est moins défendable. Dire qu’AbdelKader, au Sham, se soit « embourgeoisé », ou qu’il ait tourné le dos à son pays ne peut pas être une lecture innocente.
    Abdel-Kader est devenu un grand ami de la France, nous enseigne le livre d’Histoire des années 50. C’est une affirmation qui froisse encore beaucoup de nos jours. Les Algériens n’ont jamais été les ennemis du peuple de France et celui-ci n’a jamais été le leur. Le peuple de France a été, avant les Algériens, la première victime, avec les massacres des Parisiens et les autres, de l’armée du roi qui entreprit la conquête d’Alger, menée par le prince et autres ducs douteux, entraînant le pays dans une guerre meurtrière, pour briser l’élan du peuple révolutionnaire de Juillet 1830 qui avait pris les armes à l’assaut de la monarchie, depuis ses barricades. Bugeaud avait, en compagnie de Montagnac, avec une sauvagerie égale, lourdement réprimé le soulèvement du peuple de la rue de Paris avant de venir en Algérie brûler les récoltes de Mascara et enfumer des tribus entières. Le roi avait déjà offert la Légion d’honneur à De Montagnac à Paris, pour honorer « le courage d’un soldat » qui avait massacré son propre peuple de « gueux » pour plaire à son monarque.
    Un esprit sournois, plus malveillant que sérieux a prétendu que l’Emir avait demandé, non l’asile, c’était gagné d’office sans visa (dans le premier détournement d’un bateau civil de l’Histoire et le premier cas de piraterie maritime), mais après son séjour tranquille de 5 ans en France, la nationalité française puisqu’il avait voté pour Napoléon III à Paris.

  3. Marwa

    On se cultive bien par la v sba

  4. citoyen

    A LA REDACTION

    Un grand oubli a ete fai au detriment d’un grand ami et collaborateur de VDSBA en ne mentionnant meme pas le passage où la conferenciere a tenu par commencer à remercier cette personne pour le role qu’elle a joué en l’invitant en 2004 pour sa premiere conference à sidibelabbes alors qu’elle etait dans notre ville comme simple touriste.Un fait reconnu par cette conferenciere et tu tant sur les articles que sur les commentaires c’est vrai que nul n’est prophete dans son pays,heureusement que le maire de Pau a cet epoque tres touché par l’evenement a rempercié par telephone cette personne au nom de tous les Pallois.Il est necessaire de retablir les choses notre site le doit pour cet ami commun

  5. Belamri abdelkader

    Dont acte ,citoyen!

    • Mme CH

      Salam Mr Belamri…!!! Je me suis posée des questions dans l’autre rubrique sur le ‘secret’ de la détention de l’Emir en France: pourquoi notre Emir n’a pas été tout simplement emprisonné en Algérie ou exilé directement en Syrie…??? Pourquoi ce passage intrigant en France… ???

      Se préparaient-ils déjà à ‘falsifier’ l’Histoire…. ???

      Eh bien, la controverse que vous avez mentionnée, volontairement je suppose, est la réponse à mes questions: « L’Emir abdelkader est-il un prisonnier repenti ou un prisonnier résistant ?
      A mon avis, vous venez de confirmer que tout le cirque concocté à l’époque, avait pour but de toujouirs laisser planer le doute dans l’esprit confus des algériens, pour qu’aujourd’hui encore, on se pose la même question que vous avez signalée…!!!

      « Le doute gâte la foi, comme le sel gâte le miel. » Proverbe algérien

      Mais, je suppose que l’Emir Abdelkader, l’Homme sage aussi, savait que:
      « Quiconque lutte contre des monstres devrait prendre garde, dans le combat, à ne pas devenir monstre lui-même. Et quant à celui qui scrute le fond de l’abysse, l’abysse le scrute à son tour. » (Friedrich Nietzsche).

    • citoyen

      Mr Belamri
      on attend cet acte de reparation d’autant plus on ne laisse pas dans l-ombre des amis surtout quand on est temoin ce jour là et on continue à taire ce detail important pour l’interressé

  6. Belamri abdelkader

    Cher citoyen ,il est vrai que la conférencière a fait état du rôle de Messieurs MIME Miloud et MILOUA Hadri ,alors élus de l’APC ,dans son implication à faire des recherches sur le séjour de l’Emir Aek à PAU et préparer cette conférence.J’étais personnellement satisfait d’entendre cela de la bouche de la conférencière et un peu fier d’avoir appartenu à cette génération d’élus l’ayant été moi-même en cette période.L’oubli dans l’article est le fait de cette perturbation intervenue à la sortie de M le wali et qui a permis à la cour de déranger ceux qui sont venus pour la conférence avec tout le respect qu’on doit à M le WALI dont l’organisation protocolaire doit être améliorée.MM MIME et MILOUA savent l’estime que j’ai pour eux et il n’est pas nécessaire de s’étaler là-dessus.

Répondre