La Voix De Sidi Bel Abbes

La célébration de la fête du nouvel an amazigh 2964 (12 janvier) un Souk à Oran

ORAN – Pas moins de 90 exposants de 22 wilayas du pays participent à la manifestation « Souk de Ennayer » ouverte jeudi à Oran, à l’occasion de la célébration de la fête du nouvel an amazigh 2964 coïncidant avec le 12 janvier.Lors de cette manifestation de trois jours, les exposants présentent des produits artisanaux très prisés par le consommateur local et étranger, représentant une valeur historique, culturelle et artistique et réalisés par la créativité de jeunes attachés à la préservation du patrimoine et des traditions.

Organisé à la galerie de la médiathèque d’Oran, le « Souk de Yennayer » met en exergue les spécificités de la célébration de cette fête ancestrale, de chaque région notamment en exposant des ustensiles en poterie et en céramique qui servent à stocker les aliments et ceux utilisés dans la préparation de plats savoureux.

Des gammes variées de produits d’alfa et de vannerie sont exposés à l’instar des babouches « Fertala » et « Afas » utilisés dans la région de Boussaada (M’sila), de l’habit traditionnel, des bijoux en argent et de l’huile d’olive de Tizi Ouzou et Béjaïa.

Des livres d’écrivains algériens célèbres qui ont excellé dans la culture et la langue amazighes sont également exposés, ainsi que des tableaux d’art reflétant les sites archéologiques que recèle l’Algérie.

Le programme de célébration de Yennayer cette année comporte des activités dont la projection d’un film documentaire, la présentation d’une conférence sur l’événement, un « one man show » intitulé « Zalameet » ainsi qu’une soirée artistique dédiée aux enfants et une réception de couscous, outre des lectures poétiques et des visites touristiques au profit des exposants.

La cérémonie d’ouverture de cette manifestation a été marquée par la présence du secrétaire général du Haut-commissariat à l’amazighité (HCA) Youcef Merahi, d’autorités locales, du président du syndicat national des éditeurs et du consul de France à Oran.

A cette occasion, une fillette a interprété un morceau de musique du défunt Cherif Kheddam et des lectures poétiques et des spectacles de musique populaire du groupe Idilen » ont offerts à l’assistance.Intervenant à cette occasion, le président de l’association culturelle « Numidia » d’Oran, M. Said Zaamouche a souligné que son association envisage d’organiser une grande fête avec la participation d’invités de 48 wilayas et une manifestation maghrébine dans les prochaines années, à l’occasion de la célébration de Yennayer avec le soutien des autorités locales.La manifestation « Souk de Yennayer est organisée par cette association culturelle avec le soutien du HCA, d’APC et de l’APW d’Oran, de la direction de la culture et de la maison de la culture Zeddour Brahim Belkacem

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=36404

Posté par le Jan 11 2014. inséré dans ACTUALITE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

7 Commentaires pour “La célébration de la fête du nouvel an amazigh 2964 (12 janvier) un Souk à Oran”

  1. Fouzia T

    yennayer est un des fétes tjrs célébrées mais c’est cher

  2. Danielle B

    bonjour FOUZIA T
    malheureusement toutes les fêtes sont chères, les commerçants connaissent bien leur clientèle et ils ne s’en privent pas, c’est partout pareil même ici en france
    je profite pour souhaiter à tous les lecteurs de la VDSBA une bonne et heureuse nouvelle année , que du bonheur et une bonne santé tout au long de ces 365 jours
    cordialement

  3. fouzia T

    @Danielle B je suis très touchée par vos souhaits je reprofite pour vous dire que le lien du journal n’a pas de prix ;mes amis mes parents et collègues ont fini par me croire en lisant la vsba

  4. mohamed

    Ennayer c’était simple el foul et du blé

  5. kerroucha

    on y pense plus

  6. s y oran

    A CHACUN SELON SA BOURSE

  7. Karim10

    Il est sans doute utile de noter que l’origine de « Yennayer » est toujours inscrit dans le versant de l’Anthropologie et la légende et rarement dans celui de l’Histoire. Les Historiens n’arrivent pas à établir une explication précise et définitive de Yennayer. Pourtant ! On peut dire que c’est un repère observé depuis l’antiquité qui marque la fin d’un cycle solaire plutôt agraire.
    En plus de la majorité des Algériens et pas seulement de la Kabylie,le Chaouiya,M’zab ou Touareg. Il parait que les habitants de la vallée des Béni Snous à l’ouest Algérien donc ont une culture qui leur ai spécifique, ils sont les derniers amazighs à fêter non seulement Yennayer qui est étymologiquement un mot composé «Yen» qui signifie «un» et son démonstratif «premier» et de «Ayer» qui signifie «mois».Mais ils fêtent aussi Ayred (lion en Tamazight) fixé du 10 au 13 janvier, consistant à se déguiser et passer de porte à porte pour réclamer des friandises et autres délicieux gâteaux confectionnés pour l’occasion.
    Pourquoi ? Eh bien selon une « hypothèse » : C’est de cette région que le roi Sheshonk (Chachnaq 1er) s’est déplacé en 950 avant J.C. à la tête d’une puissante armée vers la vallée du Nil dans le delta d’Egypte pour sauver l’empire pharaonien alors menacé par un roi venu d’Ethiopie où il fonda la XXIIe dynastie avec comme capitale Boubastis.Mais l’état Algérien hésite a officialisé cette thèse.

Répondre