La Voix De Sidi Bel Abbes

La bibliothèque « parole et écriture » menacée de fermeture

Sans assistance  financière, sans dons…la grande bibliothèque « Parole et écriture »  de l’avenue Aissat Idir….s’apprête à fermer ses portes, a ton appris ce jour. Les nombreux appels effectués par le comité en place et que préside Mme Taleb.K  s’est déployé depuis longues années et n’a pas trouvé un écho, ni ouïe attentive. Et si le pari de créer cet espace rayonnant et attractif a été relevé par les entreprenants membres…les multiples charges de gestion dont trois agents…surtout avec la récente revalorisation du SMIC précise t’on. Mis a part quelques actions et activités déjà programmés sur les lieux…Les gestionnaires de ce bel espace qui a reçu de grande sommités, écrivains, dramaturges, et autres lettrés locaux et internationaux et même des hommes politiques, consuls…et autres, sont dans l’embarras avec des promesses qui sont vivement attendues. L’APC et notamment l’APW sont interpellées par ce cri d’alarme et véritablement de détresse. Néanmoins en discutant ce matin avec notre ami et frère le docteur Driss Reffas une idée toute généreuse et spontanée qui honore son auteur se dégagea elle sera soumise à nos fidèles lecteurs (es) lors de la rencontre de jeudi après midi cette initiative est un début de répondant à ce cri qui interpelle notamment la direction de la culture …

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=8593

Posté par le Oct 12 2011. inséré dans ACTUALITE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

52 Commentaires pour “La bibliothèque « parole et écriture » menacée de fermeture”

  1. maitre belhadi r

    Dans le pays des festivals, des galas…des faux chebs, des montants exhorbitants des cachets de la rente…on laisse mourir une bibliothèque …c’est le cas de ce beau espace que j’ai visitté, il y a trois ans

  2. ouhibi reda

    allons une action de solidarite arretez de tchacher passons aux gestes suivons l’idee de mr reffas driss

  3. borsali t prive

    on doit sauver cette bibliotheque il ya nos enfants.

  4. yahia

    LA BIBLIOTHEQUE NOUS A TENDU LES BRAS A NOUS MAINTENANT DE LUI RENDRE LA PAREILLE.

  5. yahia

    On peut et ceci est la moindre des choses s’impliquer et payer le montant d’un semestre ou d’un an comme si on s’adherait .

  6. lilia

    Je ne peux pas me permettre d’acheter un livre car aujourd’hui le pouvoir d’achat n’est pas stable .

  7. bouzidiabdelaziz dit jamel

    nous devons creer une association d’amis de la bibliotheque et la defendre soyez volantaires merci.

  8. badrou

    t’a rason maitre,si c’étais un chanteur,ou une chanteuseee,y’a pas de crise de financement
    mais avec la bibliothéque c’est autre choses,ont peut pas….

  9. Maïssa Bey

    Aux lecteurs de ce journal, la Voix de Sidi-Bel-Abbès – notre voix – qui manifestent un désir sincère de venir en aide à la bibliothèque, ce dont nous les remercions de tout cœur, nous voudrions faire la genèse de notre projet, et d’abord parler de la passion qui nous anime, la même que celle qui nous a amenées à créer en 1999 l’association « Paroles et écriture » au moment où le champ des initiatives de la société civile subissait nombre de contraintes de toutes sortes, et du désir sincère de partage, d’échanges, de rencontres, qui sont l’unique justification de nos initiatives.
    C’est en 2003 qu’est née l’idée de créer un espace qui aurait pour vocation de pallier le manque de lieux d’échanges, de rencontres, de possibilités de consultation de documentation diverses pour permettre l’accès à la culture au plus grand nombre, sans distinction, et ainsi contribuer au développement culturel de la ville. La création d’une bibliothèque médiathèque au centre même de la ville répondait à des attentes exprimées. Dans le cadre des programmes d’appui proposés par la Commission Européenne aux Associations Algériennes de développement par le biais de l’UGP d’Oran – Unité de gestion des programmes – partenaires du programme, [Projet DZA/B74100/IB/1999/0172], notre association, agréée en 2001, et dont les objectifs et les activités sont exclusivement culturels, a présenté un projet de création d’une Bibliothèque-Médiathèque dans la ville de Sidi-Bel-Abbès, Ce projet a été sélectionné puis retenu et nous avons reçu l’accord définitif de la Commission Européenne pour un financement de 50 000 Euros convertibles en Dinars Algériens, sous réserve d’une contribution financière de l’association et de la disponibilité d’un local.
    Nous avons alors immédiatement entrepris des démarches auprès des autorités locales, et plus particulièrement de l’APC, qui a mis à notre disposition – après désistement en notre faveur de la Direction de l’Education de Sidi-Bel-Abbès qui reste notre partenaire privilégié – par décision signée du président de l’APC, une ancienne cantine scolaire désaffectée, un local d’environ 300 m2, attenant à l’école Blaha Aïssa, sis au n°47 de la rue Aïssat Idir à Sidi-Bel-Abbès. Pour ce qui est des autorités locales, leur mise à contribution sollicitée dès le lancement de l’avant-projet a rencontré aussitôt une écoute attentive et a été suivie immédiatement de l’attribution du local dans des délais extrêmement rapides et sans conditions autres que la réalisation effective du projet. Ceci est la preuve incontestable de l’intérêt que nous avons réussi à éveiller auprès de la population et de ses représentants élus.
    D’autre part, le Ministère de la Jeunesse et des Sports nous a attribué, en 2004, une aide qui nous a permis de répondre aux exigences de la commission européenne dont le financement était soumis à une participation de l’association s’élevant à 20% du budget total, soit 1 200 000 DA.
    Ce sont essentiellement ces fonds qui nous ont permis de mettre en place cette structure. Nous devons cependant rendre hommage à tous les citoyens de Sidi-Bel-Abbès et plus largement d’Algérie qui par leurs dons, leur adhésion immédiate à ce projet, nous ont permis de constituer un fond de réserve qui aujourd’hui, avec les cotisations des adhérents (étudiées en fonction du niveau de vie) permet la survie de la bibliothèque. Il nous faut également rendre un hommage appuyé à Mr Chiali Tewfik, entrepreneur, qui depuis plusieurs années prend en charge le salaire de l’une de nos employées (la seule que nous avons pu recruter à plein temps).
    C’est ainsi que le jeudi 17 novembre 2005, nous avons pu célébrer, avec un certains nombre de nos concitoyens, l’ouverture officielle de ce lieu.
    Nous étions à ce moment-là (et nous le sommes aujourd’hui plus que jamais) conscientes cependant que passion et motivation sont des éléments moteurs, des conditions nécessaires mais non suffisantes pour mener à bien un projet de cette envergure et surtout pour assurer la viabilité et la durabilité du projet.
    Des personnalités de renom se sont succédé chez nous pour manifester leur soutien, des rencontres et débats ont fait salle comble, démontrant, si besoin est, le désir d’enrichissement culturel de nos concitoyens. D’autre part, les activités programmées en direction des enfants ont fait de ce lieu un espace vivant et ouvert à tous sans distinction. Des cours de soutien gratuits (Français, Arabe, Anglais) ont été mis en place et assurés par des bénévoles à l’intention d’élèves du primaire et du secondaire.
    Néanmoins, le fonds de réserve très largement entamé depuis la création de la bibliothèque, c’est-à-dire depuis six ans, est en voie d’épuisement. C’est pourquoi il nous faut envisager, la mort dans l’âme, la fermeture plus ou moins programmée de ce lieu, faute de moyens qui en permettraient la survie. L’engagement et l’esprit combatif des membres fondateurs et du bureau de l’association et en premier lieu celui de l’actuelle présidente, Mme Taleb Khalida, jamais démentis, se heurtent aujourd’hui à une indifférence qui nous parait incompréhensible.
    Nous tenons cependant à dire à tous que vos réactions nous font chaud au cœur et nous permettent d’espérer, non de croire que nous ne nous étions pas trompées en estimant que la relégation de la culture au rang de « produit de luxe », réservé à une élite qui aurait les moyens financiers de se procurer les outils nécessaires pour s’informer sur tout ce qui s’écrit et se crée dans le monde, est inacceptable.
    Vos prises de position quotidiennes sur ce journal démontrent également que sommes encore nombreux à être convaincus que c’est par l’ouverture sur le monde, sur la modernité, par le partage des connaissances et le droit à la liberté d’expression que peuvent se combattre toutes les tentations de repli sur soi, d’exclusion et de régression.
    Maïssa Bey ( ex-présidente de l’association « Paroles et Ecriture»)

    • Hassan

      Mme Maissa Bey.
      En mon nom personnel et au nom de tous ceux qui aime la culture et le savoir je vous remercie pour ce geste combien symbolique: L’ouverture d’une bibliothèque. Je dois cependant faire la remarque suivante, je n’ai jamais entendu parlé de cette bibliothèque, bien qu’ aimant beaucoup la lecture.
      Je me permet , avec votre autorisation , de vous suggérer de faire une annonce sur la radio de Bel-abbes, afin que le plus grand nombre de nos concitoyens soit au courant.
      Je ne sais pas s’il est possible de faire don de livres dans différentes langues à la bibliothèque?
      Merci encore une fois à tout votre collectif.

      • Mme khalida taleb

        la radio locale de sba est notre fidèle partenaire et ils ont toujours répondu présent à chaque fois qu’on a eu besoin d’eux ! ils ont parlé maintes et maintes fois de la bibliothèque et ont toujours fait des annonces de nos activités sur les ondes !
        oui on peut faire des dons de livres à la bibliothèque !
        merci beaucoup monsieur, de l’intérêt que vous portez à notre cause!
        venez nous rendre visite !vous serez le bienvenu !
        la présidente

    • dehbia m sidi djillali

      vraiment une belle occasion de lire maissay bey autrement .on est solidaire avec voius on viendra vous soutenir por ce que vous avez fait jusque la courage notre ecrivain.

    • kerroum sidiali benyoub

      il faut reagir en sauvant cet espace culturel tres utile.

    • Mme khalida taleb

      c’est tout à fait vrai ce que vous dites Monsieur!c’est hélàs le triste constat ! depuis huit ans que nous nous démenons dans cette bibliothèque ,on ne peut pas dire qu’on s’y bouscule souvent !!!
      la présidente

      • Bouchentouf ghalem

        Salem Oua Aleïkoum. Joumouâa Moubaraka.

        Bonjour Mme La Présidente.
        La culture est de nos jours la plus tangible des vertus puisque semblable en cela à la justice, elle a son propre ministère. En Algérie en « général » elle est partout, dans les villes, dans les villages et dans les douars où on la cultive en tournant en rond. Tout le monde cultive quelque chose au bled de l’acculture. Le fellah son champ de carotte avec son bâton, Le maquignon ses moutons de panurge, le pêcheur son quota de poisson pourri, le prêcheur ses ouailles d’un autre temps, le politique ses mutants (avec l’accent de chez nous moutons c’est kif) d’électeurs et enfin le gouvernant son vent soulevant les tempêtes. L’art faisant partie de ladite culture, on cultive aussi l’art de son apparence, de sa notoriété, de ses relations, de la feinte pour dribler son monde des affaires, bref l’art des contradictions d’un pays qui se veut musulman où le mot culture par miracle s’est travesti en culte. Certes le culte de gens raisonnés qui avaient compris que l’uniformité crée l’ennui j’adhère, mais le culte de ceux qui ont fermé la porte de « l’ijtihad » l’effort de réflexion du texte(Coran) dans son contexte(Historique) pour croire encore aux tapis volants soutenus par des Djinns maléfiques (Sic l’histoire de l’invincibilité de la Kahina(devineresse) face aux arabes, revue par mon propre neveu un dévot novice et oisif de 33 ans !) c’est bien regrettable.
        Une bibliothèque c’est le carrefour de tous les rêves de l’humanité et l’humanité pour la pensée actuelle au pays du paradoxe, c’est un seul rêve : L’au-delà. Dans bibliothèque il y a bible (sans jeu de mot) livre en grecque, une fenêtre ouverte par la quelle on s’évade sur d’autres lieux, d’autres temps, un miroir qui reflète nos envies secrètes d’une autre vie. Rien que pour cela comptez sur moi Mme Taleb pour vous soutenir et être dans un premier temps adhérent, même si je ne serai pas assidu à la fréquentation de ce lieu magique à cause de mon absence prolongée. Quand à celui qui sous entend que cette Bibliothèque qui se meurt est le carrée réservé à « Hizb Franca » (aux francophones si j’ai bien compris ?) je lui réponds amicalement qu’il se trompe énormément car la culture est universelle, elle ne peut pas avoir d’à priori comme vous par exemple, car il n’y a pas d’homme cultivé par nature. Il n’y a que des hommes qui se cultivent. Avec des opinions comme les vôtres, je ne peux que déplorer le peu d’engouement de nos concitoyens pour ce savoir que Dieu nous a demandé de chercher jusqu’en Chine s’il le faut, n’est ce pas ? Mais si vous persistez encore dans votre raisonnement archaïque, je vous suggère aimablement de vous essayer à la culture physique pour gonfler vos muscles et faire comme le sinistre Goebbels de triste mémoire qui disait : Quand j’entends le mot culture, je sors mon revolver.
        Ps : Mme Taleb, je serai inchallah au bled vers le30 Octobre. Pour concrétiser mon adhésion si vous le permettez, je passerai vous voir accompagné par Mr Lakhal un ami intègre et sans reproche de longue date.
        Amicalement.Ghalem

        • ould brahim

          je suis tres content de voir ce geste actif spontane des personnes comme bouchentouf ghalem qui nous a gratifie d’un long et emouvant papier le jour de la rentree scolaire un ecrit repris du site des quar’tza de si benyahia lakehal l’innovateur et tete pensante.monsieur j »admire des gestes nobles des fils des ouled brahim

        • Imigré

          Monsieur Bouchentouf êtes-vous le Bouchentouf qui étudiait au collège moderne des garçons avec Mr. Bouchentouf Abdelkader de Bouchabka ?

        • Mme khalida taleb

          Monsieur Bouchentouf BRAVO !!!
          votre écrit m’a émue ! tant qu’il y’aura des algériens comme vous ,il y’aura de l’espoir !
          c’est moi qui vous invite à venir nous rendre visite dans notre bibliothèque !ce sera un plaisir !le No de la bibli :048546013

          • mr dekkiche paris

            madame taleb je crois que le journal la voix desba a sensibilise l’opinion meme outre mer. Etes vous convaincue? je souhaite que les promessess faites soient concretisables et tres vite pour cette bibliothaque de sba

            • Mme khalida taleb

              bonsoir Mr Dekkiche
              je suis très émue par cet élan de solidarité,et j’ai grand espoir de voir toutes ces promesses se concrétiser!la « voix de sba » fait un travail gigantesque pour la bibliothèque,j’en suis bien consciente!
              vos écrits sont un énorme soutien !merci à tous !

    • beka

      Mme Maissa Bey , vous avez oublié de citer les bel-abbesiens de France qui n’ont pas hésité à aider des les premiers jours fin 2003 suite à l’appel sur le site de Slim SBA -Kayi . Nous avions envoyés nos chèques à « chevrefeuille editions « . Merci pour tout ce que vous faites pour le développement de la culture à SBA

      • Maïssa Bey

        Monsieur Beka,
        Lorsque j’ai cité les citoyens de Sidi-Bel Abbès, il était entendu pour moi que je parlais de tous nos concitoyens quel que soit leur lieu de résidence. Mais vous faites bien de rappeler la mobilisation de Slim (qui a dessiné pour nous, à titre amical, l’affiche de la bibliothèque avec le slogan: Pour le meilleur et pour le livre) qui a relayé l’appel à dons entendu par bon nombre de Bel abbésiens. Une contribution de première heure qui nous a encouragées à aller de l’avant malgré tous les obstacles.
        Mes remerciements vont également ce soir à tous ceux qui actuellement prennent le relais dans un formidable élan de solidarité. Je voudrais vous faire part de mon émotion et de l’espoir que votre générosité fait naître en moi. Soyez tous assurés de ma plus vive amitié.
        Maïssa Bey

  10. ali bel abbes

    cette bibliotheque constament fermée a été créee avec le concours de la communauté européenne pour un cercle bien intime de la francophonie et dans un patrimoine de la commune arraché à lépoque par les partisans de hizb frança .c etonnant qu’elle soit menacée de fermeture

    • Mme khalida taleb

      j’espère que des êtres comme vous se comptent sur le bout des doigts !!!!!!!!!!!!!!!!!!

      • monsieur horr mascara

        la vie est ainsi faite mais le plus important est le reel repondant des lettres des cadres des parents des citoyens amoureux de lecture fates fi de ces sorties minuscules. c’est un noble combat entre force du bien et les aigris ils disparaitront d’eux memes vive paro et ecriture

  11. Hamid D ( SBA)

    Le commentaire de « Ali Bel abbes » , est l’incarnation même de l’inculture et de l’intolérance de la société Algérienne , qui volera en éclats , tôt ou tard . « Allah yjib l’hafd ».

  12. blal

    ayant fait uncommentaire sur cet espace culturel je remarque que celui-ci a disparu.pourquoi?

  13. ouhibi reda

    nous sommes etonnes mais l’espoir existe il ya de bonnes ames tres bienfaitrices.

  14. aziouez l bordj el kiffanl

    de coeur et d’ame avec le livre fites quelque chose avec ces gens qui ont releve un defi

  15. ali bel abbes

    pourquoi l’on réagit de cette maniere à des opinions contradictoires ? La culture comme vous la percevez peut etre porteuse de virus d’outre mer .le français « est un buttin de guerre « kateb yacine .si des gens comme moi se comptent sur le bout des doigts il existent quand meme pour lutter non pour l’islamisme integriste comme vous le pensez mais pour une algerie qui défend son identité arabo berbere de confession musulmane .les bélabésiens au fait de la composante sont conscients des tenants et aboutissants de la création de la bibliotheque paroles et écriture .si j’ai évoqué la communauté européenne les plus avisés savent qui est derriere ce financement qui est loin d’etre gratuit .Mme TALEB et MAISSA BEY sont des dames qui méritent le grand respect de bélabesiennes biens intentionnés néanmoins la bibliotheque c tout un autre débat et un combat de léttrés pour une culture antaana .A BON ENTENDEUR SALUT

  16. F.amina ;participante

    la bibléoteque va respirer l’elan de solidarité a eté magnifique le DR reffes maitre mellali zouauoui benchikh magharbi et hdj lakhel sont les volontaires qui ont eté les premiers a repondre present a l’appel du journal pour une noble cause de solidarite ceci est un bon signe vous nous avez honore en tant que lecteurs

  17. kerroucha.cadre sba

    genereux et poignant reflexe venant de la vraie nobleesse de sidibelabbes. vous donnez une leçon academique de solidarite UN COMITE de tenors au service de la sçience le savoir le livre DIEU vous garde en cette veille de vendredi sacre pour sauver la bibliothéque( parole ecriture)

  18. hamri

    tu reviens pour insulter vas y lache lamia un homme en jupon honteux cequi a ete fait hier tu ne le porras jamais le faire.

  19. souhabi alicante

    lamia n’a pas fini sa crise d »animosite la caravane de la voix desba les chiennes aboient hacha les lecteurs. sauvez une bibibliothque est un acte cepersones cultivees.vive ce journal

  20. o bechlaghem

    j’ai suivi madame nathalie heureusement que l’admin vieille pour proteger les bonne ames des gens qui insultent a tort bonne journee

  21. blal

    mes chers amis,d’un sac de charbon ne tombe pas poussiere blanche,alors soyons unis et aidons notre seul lieu de rencontre

  22. bendrissou Ali

    A Ali bel abbes
    je rejoint ton idée et je te félicite pour l’avoir dit tout haut. a bon lecteur salut.

Répondre