La Voix De Sidi Bel Abbes

L’artiste Belabbesien Kader Kada apporte des précisions sur son noble projet de « La Biennale ».

Nous avons le plaisir ce jour de vous livrer l’intégralité du courrier relatif à l’organisation de « La Biennale » du cinéma à Sidi Bel Abbes que nous venons de recevoir de la part de notre ami et frère l’artiste du cinéma Kader Kada qui a prouvé dans le domaine cinématographique lui aussi loin de son cher bled natal. Fidèle des fidèles de La Voix De Sidi Bel Abbes, l’enfant du Mamelon a tenu à être présent lors du 9éme S.B.A (Samedi Bel Abbesien) à Paris le 10 Décembre de ce mois. Comme il nous a durant l’été passé fourni un poignant reportage sur l’état des salles de cinéma de la ville, le voici donner d’amples informations suite à notre récent article que nous lui avons consacré avec l’autre icône du cinéma Tsaki Brahim.

Par : Kadiri.M

****************************************************************************************************

L’AFFAIRE DE LA ‘’BIENNALE DE LA MEKERRA’’

Bonjour  et  merci  pour  l’attention  prêtée  à  la  ‘’Biennale  de  la  Mekerra’’
Je   souhaiterais   cependant   vous   fournir   ici   quelques   éclaircissements
concernant  ce  projet.
En   2002,     je   remettais   un   pré-­‐projet   d’une   vingtaine   de   pages   à   Mme
Hankour,   Directrice   de   la   Culture   de   SBA   (Sidi   Bel   Abbés),   suivi   d’une
première  mouture  en  2004.
En   2006   (juin)   je   séjournais   à   Alger   pour   faire   du   lobbying   auprès   des
Belabbésiens,  auxquels  je  remettais  à  chacun  d’entre  eux  une  copie  de  la
‘‘Biennale’’   (Ahmed   Benaïssa,   Tayeb   Adda   Boudjellal   peuvent   en
témoigner).  Par  la  même  occasion,  en  pièce  jointe,  j’envoyais  le  dossier  à
Hmida  Ayachi  (DZ  NEWS),  après  lui  avoir  exposé  au  téléphone,  les  tenants
et  les  aboutissants  de  ma  démarche.  Dans  la  même  semaine,  je  le  faisais
parvenir   par   envoi   recommandé   à   Mme   la   Ministre   de   la   Culture.   Pour
préserver  la  propriété  du  projet,  après  l’avoir  déposé  à  la  SACD  de  Paris
(Société  des  Auteurs  et  Compositeurs  Dramatiques),  je  remettais  également
personnellement  le  dossier  au  siège  de  l’ONDA  (Office  National  des  Droits
d’Auteur)   à   Bologhine   (Alger).   Avant   de   quitter   Alger,   j’en   laissais   un
exemplaire  à  l’hôtel  Astrid,  afin  qu’il  soit  remis  à    Mr  Medjahed  _  un  autre
enfant  de  SBA,  actif  au  sein  de  l’audio-­‐visuel.  Je  n’avais  malheureusement
pas   les   coordonnées   de   Zouaoui   Benhamadi,   ni   celles   de   Blidi   Maâchou.
Toutes   ces   démarches     représentaient   un   budget   que   j’ai   entièrement
assumé  (en  terme  de  restauration,  hôtel,  transport,  internet  et  téléphone).
Avant  de  regagner  Paris,  une  escale  à  Sidi  Bel  Abbés  s’imposait  pour  le  bien
fondé  de  ma  démarche.  Je  remettais  le  dossier  étoffé  de  la  « Biennale’’  à  Mme
Hankour,  qui  s’engageait    formellement  à  défendre  énergiquement  le  projet
auprès   de   Mme   la   Ministre…mais   elle   ne   fera   rien.   Aussi   navrantes,   les
promesses  de  l’ex  députée  (FLN)  Mlle  Baya  Kara  (Membre  de  la  commission
culturelle   au   sein   de   l’APN).   Après   lui   avoir   remis   un   dossier   de   la
‘’Biennale’’   et   l’avoir   relancée   à   plusieurs   reprises   par   des   appels
téléphoniques  de  France…  Plus  de  nouvelles.
Avant  de  quitter  SBA,  je  me  rendais  à  la  Maison  de  la  presse  pour  leur  faire
part  de  mon  projet.
En  2007,  une  lettre  du  Ministère  de  la  Culture  signée  par  Mme  Zahia  Yahi
me  demandait  alors  de  spécifier  l’aspect  financier  de  la  ‘’Biennale’’.
En   avril   2008,   j’envoyais   de   Paris,   en   recommandé   avec   AR,   le   dossier
finalisé   (avec   budget   prévisionnel)   accompagné   d’un   courrier   à   Mme   la
Ministre.
En  mai  2008,  pour  l’inauguration  de  la  cinémathèque  de  SBA,  j’exposais  une
centaine  de  portraits  (photos)  d’artistes  algériens  résidant  en  Europe  que
j’avais  réalisés  (Expo  qui  m’avait  été  demandée  _  mais  jamais  payée  à  ce
jour  _  par  Mme  Hankour).  A  cette  occasion,  je  luis  remettais  en  main  propre,
ainsi  qu’à  Mr  le  Wali  Bentabet,  le  dossier  finalisé  accompagné  de  2  tee  shirt
à  l’effigie  de  la  ‘’Biennale’’  (marketing  à  l’Anglo-­‐saxonne)  ;  et  également  à
Mr   Lahcen   Arras   (FLN)   et   Mlle   Bousmaha   Houaria   (PT),   deux   députés
présents  représentant  Sidi  Bel  Abbès.  La  seule  action  notoire  est  celle  de
Mlle   Bousmaha   Houaria   qui   avait,   selon   ses   dires,   remis   le   dossier   à   Mr
Zouaoui  Benhamadi  _  Responsable  des  grands  projets  culturels  au  niveau
national.
Quant  à  Monsieur  Lahcen  Arras,  qui  se  réjouissait  de  cette  initiative  devant
le   tout   Bel-­‐Abbès   et   la   presse,   il   m’avait   laissé   entendre   plus   tard   au
téléphone  que  la  ville  regorgeait  de  festivals  et  qu’il  ne  fallait  pas  trop  y
compter.  Cette  fin  de  non-­‐recevoir  m’avait  laissé  un  goût  amer.
De  nouveau,  Mme  Hankour  me  promettait  de  défendre  le  projet  auprès  de
Mme  la  Ministre  de  la  Culture…au  final,  que  des  palabres  !
Parallèlement   aux   entretiens   accordés   aux   correspondants   de   la   presse
nationale  à  SBA  (Mr  Kadiri,  Mr.  Mammeri,  Mr  Mir),  je  livrais  les  grandes
lignes  de  la  ‘’Biennale’’  à  Mr  Fékih  _alors  journaliste  de  la  chaine  3  _,  qu’il
recueillait  sur  son  dictaphone.
En  Novembre  2008,  Son  Excellence  Mr  Mohamed  Bedjaoui  (enfant  de  SBA),
par   l’intermédiaire   de   sa   fille   Amel   (cinéaste   de   talent),   prenait
connaissance   de   mon   projet   et   décidait   alors   de   m’aider   dans   ma
démarche  ;   je   lui   signifiais   qu’une   entrevue   avec   Mme   la   Ministre   serait
bénéfique…Qu’à  cela  ne  tienne  !
Début  janvier  2009,  invité  en  tant  que  membre  du  jury  au  festival  du  film
Amazigh   et   devant   l’auditoire   de   l’amphithéâtre   de   l’ITMA   (cérémonie
d’ouverture),  j’appelais  de  mes  vœux  la  mise  en  place  de  la  ‘’Biennale’’,  en
présence  des  autorités  locales.  Je  renouvelais  cet  appel  sur  les  ondes  de    la
Radio  SBA.
Juste   après   ce   festival,   un   rendez-­‐vous   avec   Mme   la   Ministre   était
programmé,   grâce   à   notre   (ex   Ministre   des     Affaires   Etrangères).   La
rencontre  avec  Mme  Khalida  Toumi,  Ministre  de  la  Culture,  était  cordiale  et
encourageante  ;   elle   donnait   un   avis   favorable   à   la   mise   en   place   de   la
«  Biennale  »,   sous   la   seule   condition   que   le   Commissaire   de   cette
manifestation   réside   à   SBA.   De   retour   à   SBA,   je   décidais   avec   un   groupe
d’amis  soutenant  le  projet  de  nommer  à  ce  titre  Mr  Djilali  Mellak  (cinéphile
et  pionnier  du  ciné-­‐club  à  SBA,  enseignant  le  français  à  la  Faculté).  Il  n’est
pas  nécessaire  de  présenter  Mr  Mellak  aux  Belabésiens  tant  son  charisme  et
sa  loyauté  sont  notoires.
Toujours  en  janvier  2009,  je  recevais  un  mail  émanant  du  Ministère  de  la
Culture,   signé   de   Mme   Bencheikh   Zahia,   attachée   à   la   Direction   du
Développement   et   de   la   Promotion   des   Arts,   confirmant   l’avis   émis   par
Mme  La  Ministre  avec  la  réserve  suivante  :
‘’En  réponse  à  votre  projet  d’institution  d’un  Festival  international  de  cinéma
Sud/Nord  pour  la  période  2010-­2012  et  qui  se  veut  être  une  «  Biennale  pour
la  wilaya  de  Sidi  Bel  Abbés  »,  initiative  que  nous  accueillons  favorablement,
j’ai  l’honneur  de  vous  informer  de  notre  proposition  qui  consiste  à  organiser
d’abord  des  journées  de  cinéma  pour  un  premier  essai,  dont  l’organisation  et
le  déroulement  nous  laisseront  le  soin  de  juger  de  l’opportunité  de  voir  votre
projet  institutionnalisé  à  l’avenir‘’.
Je   considérais   que   le   Ministère   était   dans   son   rôle   et   répondait   à   mes
attentes.   Je   comprenais   ainsi   que   seules   les   instances   locales   _   et   en
particulier   Mme   Hankour   _,   qui   prétendaient   vouloir   défendre   ce   projet,
étaient  un  frein  à  son  avancée.
En  mars  2011,  j’étais  de  nouveau  invité  à  la  session  d’Azzefoun  du  festival
du   film   Amazigh.   J’en   profitais   pour   plaider   une   fois   de   plus   pour   la
‘’Biennale’’,  avec  les  encouragements  de  son  président  Mr  Si  El  Hachemi.
Je   devais   me   rendre   ensuite   aux   cinémathèques   d’Oran   et   de   SBA,   pour
présenter,  à  la  demande  de  sa  réalisatrice,  un  film  dans  lequel  j’avais  joué.  A
l’issue  de  la  projection  et  du  débat  à  la  cinémathèque  d’Oran,  j’exposais  les
déboires  rencontrés  concernant  mon  projet  à  une  journaliste  arabophone.

A    Sidi  Bel  Abbes,  où  venaient  d’être  nommés  un  nouveau  Wali  _  Mr  Féhim  _
et  un  nouveau  Directeur  de  la  Culture  _  Mr  Tayebi    _,  en  remplacement  de
Mme  Hankour,  je  prenais  aussitôt  contact  avec  ce  dernier.  Je  l’informais  de
mon  projet  et  lui  remettais  le  dossier  de  la  ‘’Biennale’’,  dont  Mme  Hankour
n’avait  laissé  aucune  trace.  Disponible  et  attentif,  il  était  prêt  à  mettre  à  ma
disposition  bureau  et  secrétariat  pour  les  besoins  de  cette  ‘’Biennale’’.
Je  multipliais  également  les  actions  de  sensibilisation  autour  de  ce  projet
auprès  de  comédiens,  universitaires,  gens  de  la  presse  (interview  accordé  à
la  journaliste  Sarah  Haidour  de  DZ  News)  rencontrés  au  Théâtre  Régional
de  SBA,  lors  du  festival  de  théâtre  qui  s’y  déroulait  alors.  A  la  clôture  de
celui-­‐ci,   Mr   Tayebi   me   présentait   au   Secrétaire   général   de   la   Wilaya   et
réitérait   sa   proposition   devant   Sid   Ahmed   Agoumi   et   d’autres   amis
présents.
Avant   de   quitter   SBA,   je   faisais   un   tour   au   cœur   des   ténèbres  :   ‘’Le
Versailles’’   et   ses   photos   publiées   par   les   2   sites   de   SBA.   Malgré   tout,
j’arrivais  à  réunir  toutes  les  bonnes  volontés  pour  que  les  choses  bougent.
Une   association   «  LES   AMIS   DE   LA   BIENNALE  »,   parrainée   par   Ahmed
Mehaoudi,   devait   voir   le   jour   et   compte   parmi   ses   membres   nombre   de
personnalités  de  la  société  civile  de  SBA,  écrivains,  artistes,  etc.  Je  remettais
à  Mr  Mellak  Djilali  une  pré  programmation  de  la  ‘’Biennale’’.
En   mai   2011,   j’envoyais   en   recommandé   à   Mr   Féhim,   Wali   de   Sidi   Bel
Abbés,   le   dossier   de   la   ‘’Biennale’’   (60   pages   environ)   accompagné   d’un
courrier  sollicitant  son  soutien  à  ce  projet  culturel  pour  la  ville  dont  il  est  le
principal   représentant.   J’en   transmettais   copie,   par   mail,   ainsi   que   les
photos  apocalyptiques  du  cinéma  ‘’Le  Versailles’’  à  Mr  Tayebi.
Je  ne  recevrai  aucune  réponse  à  ces  envois,  aucune  suite  ne  sera  donnée  à
mon  projet  par  les  autorités  administratives  et  culturelles  de  SBA,  aucune
démarche   ne   sera   entreprise   en   faveur   de   la   rénovation   des   salles   de
cinéma.   Le   lobbying   à   l’algérienne   ne   marche   pas,   il   est   absent   de   notre
culture.  Il  est  vrai  que  les  bons  sentiments  et  les  palabres  sont  notre  point
fort,  mais  paralysent  d’autant  toute  action  innovante  et  porteuse  d’avenir  !
Aujourd’hui,  la  ‘’Biennale  ‘’  a  son  commissaire  à  SBA  en  la  personne  de  Mr
Mellak   Djilali,   qui   ne   demande   qu’à   être   épauler   pour   mener   à   bien   les
démarches   qui   s’imposent   tant   au   niveau   des   autorités   compétentes   (le
président  de  l’APC,  Chef  de  la  Daïra,  le  Secrétaire  Général  de  la  Wilaya,  du
Wali  et  du  Directeur  de  la  Culture).

Il   y   a   aussi   les   amis   de   la   Biennale  :   Boudjemaâ   Karèche   (ex  Dr   de   la
Cinémathèque   d’Alger)  ;   Ahmed   Benaissa,   Myriam   Allal,   Fattouma
Bouamari,   Fatiha   Fawzi,   Hanitet,   Kandsi   Brahim,   Kenzaoui   Mustapha,
Chadli   Mustapha,   Fellag,   Lounès   Tazaïrt,   Agoumi   (comédien/nes)  ;
Francesco   Rossi,   Brahim   Tsaki,   Malek   Bensmail,   Bachir   Belhadj,   Karim
Traïdia,  Abdelkrim  Bahloul,  etc…(cinéastes)  ;  Djilali  Ghomri,  feu  Bouamari,
Jean-­‐Pierre  Garcia  (Directeur  du  festival  international  du  film  à  Amiens  ;  lui
aussi  un  enfant  du  Mamelon,  de  l’ex  rue  du  Sergent  Bobillot),  mon  ami  Slim,
le  Festival  du  film  Amazigh  d’Algérie  et  du  Maroc,  la  Cinémathèque  de  Porto
Vecchio   (Corse   du   Sud),   le   Festival   du   Cinéma   de   Paris,   le   TRSBA,   le
journaliste   et   voisin   d’enfance   Mr   Kadiri,   Mehaoudi,   Benkhalouf   Khader,
Lacarne  Abbès,  Yahiaoui  (Douma),  Benkatlane  Zineddine,  Faraoun,  Hanitet,
Abdelhak   du   pôle   universitaire,   le   conteur   Mahi,   l’écrivain   Khiat   et   tant
d’autres  que  j’oublie  sûrement  et  que  je  prie  de  m’excuser.
En  effet  je  suis  à  l’origine  de  ce  projet,  mais  le  relais  de  SBA  est  d’autant  plus
important  qu’il  s’est  constitué  sur  place.  Par  le  biais  des  deux  sites  de  SBA,
nous  voyons  aujourd’hui  se  manifester  les  bonnes  volontés  et  les  cris  du
cœur.  Et  cela  peut  faire  bousculer  les  choses  et  permettre  des  avancées.  De
toute  évidence,  cette  ‘’Biennale’’  ne  peut  qu’appartenir  aux  Belabbésiens  et
par   conséquent   à   l’Algérie,   à   son   cinéma   et   au   septième   art.   La   noble
particularité  de  cette  manifestation  est  qu’elle  n’est  pas  belliqueuse,  mais
fédératrice.
Aussi,  je  tiens  à  vous  remercier  tous  pour  l’intérêt  que  vous  portez  à  cette
‘’Biennale’’  qui  est  la  vôtre,  celle  de  votre  ville,  de  votre  région,  au  service  du
cinéma  et  du  salut  culturel  des  futures  générations  algériennes.
Je  ne  peux  terminer  sans  remercier  également  les  deux  merveilleux  sites
qui  nous  informent  sur  l’actualité  Belabesienne  ‘’La  Voix  de  Sidi  Bel  Abbes’’
avec     l’infatigable   serviteur   de   SBA   _   j’ai   nommé   l’ami   Mr   Kadiri   _   ,   et
‘’Belabbes  info’’,  avec  l’ami  Khader  Benkhalouf  tous  les  potes  de  Bari  Alto  au
Mamelon.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=10250

Posté par le Déc 28 2011. inséré dans ACTUALITE, SBA PROFONDE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

15 Commentaires pour “L’artiste Belabbesien Kader Kada apporte des précisions sur son noble projet de « La Biennale ».”

  1. KERROUCHA R. (Président de quartier)

    Cher Monsieur Kader ,
    Je comprends votre peine, celle d’un enraciné qui cherche à apporter de la qualité à ce qui se passe dans le « culturel ». D’ailleurs vous l’avez bien dit dans vos éclaircissements: » une manifestation fédératrice et non belliqueuse ». Et c’et un peu votre « tare » dans le non aboutissement de votre projet que je soutiens et dont j’admire la portée. Les bonnes causes ne s’obtiennent pas facilement. C’est pour cela que je vous encourage à continuer de persévérer dans votre nôble tâche, la nôtre croyez moi.

  2. lecteur

    Il me semble -si j’ai bien compris- qu’il faut commencer par organiser des journées de cinéma et permettre aux différentes institutions de voir,de juger(puisqu’ ils le veulent) et de s’impliquer davantage afin d’aider à la réalisation de ce fabuleux projet.D’ailleurs,je ne comprends pas pourquoi les gens concernés par ce thème culturel sont muets comme une carpe,alors que le bon sens serait :chacun doit faire avancer ce projet à son niveau.De toutes les manières,Mr kader nous sommes très fièrs de toi .Personellement je vais prendre attache avec mr Mellak Djilali et voir ce qu’on peut faire.Bonne Année à toi et à tes proches cher ami kader!

  3. BERRAHO AEK

    AVANT TOUT ON VOUS SALUE TRES FORT KHAYI POUR TOUT CE QUE VOUS AVEZ DEJA FAIT

  4. lakmeche d Ain témouchent

    Franchement monsieur kader kada vous etes a féléciterpour cette grand manifestation cinématrographique ….Les gars de belabbes;ville d’art d’artistes vont surement réagir.bonne année artiste de notre grand belabbes.

  5. Bouchentouf Ghalem

    Salem Kader
    Merci pour tes précisions concernant ce projet auquel tu tiens à cœur et à voir toutes tes tribulations auprès des organismes tutélaires, je ne peux que te tirer ma révérence en me demandant comment tu tiens encore à vouloir transmettre cette passion pour le VIIème art. Cela démontre bien ton obstination et ta patience de nomade libre comme le vent face aux aléas de la nature humaine obstinée et rebelle. C’est sûr que sa concrétisation apportera un plus culturel à la ville de Bel Abbés et bien au-delà, mais je n’ai pas saisi le budget prévisionnel de cette manifestation cinématographique inédite car il est bien connu que le « flouse » c’est le nerf de la guerre surtout dans la société actuelle où le mot d’ordre est austérité et rigueur budgétaire. En tous cas bon courage pour ton abnégation à continuer cette aventure et compte sur nous lecteurs connus ou inconnus de VSBA pour t’être utile au moment opportun selon nos moyens.
    Je profite pour te souhaiter ainsi qu’à tous nos amis mes meilleurs vœux de bonheur pour l’année nouvelle qui commence et à L’USMBA notre équipe fétiche l’accession en division supérieure. A propos pourquoi M comme Musulmane alors que ce justificatif distinctif valable pendant l’occupation Française n’a plus raison d’être ? Je n’oublie pas non plus nos amis « vélocipède » pour qui j’ai de l’estime par neveux interposés et dont j’admire le travail bénévole.Un grand MERCI enfin à ceux qui travaillent dans l’ombre de ce journal de proximité si sympathique. Amicalement.
    BONNE ANNEE 2012 et que Dieu nous pardonne nos erreurs passées et futures AMINE !

  6. UN ANCIEN D'ANTAN

    Mon cher kader étant loin de paris je viens de lire ton désaroi sur le voeux que tu as de plus cher à vouloir se réaliser c’est à dire cette biennale sur le 7ème art qui te tient à Coeur ,et dont et dont je te dit M….. comme il se dit très souvent ici .
    Donc la semaine prochaine je serais de retours sur lutèce et j’aimerai bien te revoir sur le Pont des Arts et de là nous irons boire un bon café avec lequel nous évoquerions certaines discutions .
    Très cordialement et à bientôt,j’essaierai de ramener avec moi mon ami Fethi ,

    • kader Kada

      Mon cher ami de Bari Alto, merci pour ta compassion à l’égard du septième art et tous mes voeux pour 2012.
      S toutefois tu as des dates précises pour se retrouver (avec Fethi) dans mon quartier, précise les moi. Je suis en tournée théâtrale à partir du 4/01/12 un peu partout dans l’Hexagone avec des retours réguliers sur Paris.
      Au plaisir de se retrouver
      Bien à toi

  7. kader Kada

    Merci mon cher Ghalem pour ton soutien et te souhaite à mon tour tous mes voeux pour l’année à venir.
    Amitiés
    Kader

  8. lailimi t de gambetta

    Hier j’ai appris d’un ami proche du journal qu’une celllule est en train de se former pour voir les moyens nécéssaires d’assister notre frére qui est un vrai AMBASSADEUR DU CINEMA.bon vendredi

  9. un lecteur

    Kader kada, je te salue et te remercie pour ton projet car dans notre ville il y a des artistes et des gens qui aiment le cinéma. Je souhaite de tout mon coeur que ton projet se réalisera un jour

    A bientôt.

  10. un belabbesien

    Pourquoi les responsables locaux politiques hésitent-ils à approuver un tel projet ? peut-être parce qu’ils n’y voient aucun intérêt ? A part les politiques, il y a de grandes figures emblématiques tel que Mellak Djillali par exemple. Comme l’a dit Kerroucha, les bonnes choses ne s’obtiennent pas facilement, donc, il faut perséverer. Surtout ne jamais renoncer.
    A très bientôt pour la biennale inechaallah.

    • rachid

      mr kader kadda
      tres sensible par toutes les demarches que tu as du endurer pour essayer d’inscrire cette operation je me propose à reprendre tes demarches etant bien introduits avec quelques amis dans le milieu culturel à sba et comme toute initiative si elle ne se propose pas dans un espace temps elle a peu de chance de reussir .Or il se prepare ces jours-çi le programme du 50eme anniversaire de l’independance et chaque wilaya doit proposer un programme culturel de haut niveau(telle votre biennal) je pense par ce rendez vous nous pouvons faire rebondir votre projet mr kadiri vous donnera mes coordonnées

  11. Abbes Missouri

    Toutes mes félicitations M. Kader Kada…je trouve que c’est noble ce que vous faites…transmettre des messages à travers le cinéma a été toujours une manière d’impliquer les gens…je profite de l’occasion pour vous souhaiter une très bonne année 2012

  12. benhaddou boubakar

    mr kader kada,vous y arriverez inchallah,c’est un projet qui tient a coeur tous les belabbesiens.

  13. Houria D sidibelabbes

    bonne année Mr kader kada votre projet est grandiose inchallahvous réuisserez veux de 2012

Répondre