La Voix De Sidi Bel Abbes

Juppé en Algérie, étape incontournable d’une campagne présidentielle

Le maire de Bordeaux est en Algérie pendant trois jours. Une visite stratégique à plusieurs égards, à laquelle se plient tous les présidentiables.

C’est un point d’étape fondamental du parcours d’un présidentiable. Alain Juppé, candidat déclaré à la primaire de la droite et du centre, a entamé ce dimanche une visite de trois jours en Algérie. L’occasion d’abord de rencontrer son homologue, le maire d’Oran, avec laquelle Bordeaux est jumelée. Mais également de s’entretenir avec le président algérien Abdelaziz Bouteflika. Et de traiter, avec son état-major, toute une série de dossiers cruciaux pour l’Hexagone.

Le maire de Bordeaux n’est pas le premier présidentiable à rendre visite à Alger. François Hollande, dès la fin 2010, avait effectué son pèlerinage de trois jours dans l’ancienne colonie française. Il en avait profité pour rencontrer le premier président de l’Algérie indépendante, Ahmed Ben Bella. Qu’il s’agisse d’Alain Juppé aujourd’hui ou de François Hollande et Nicolas Sarkozy hier, tous ont à l’esprit les mêmes motivations.

Diaspora, coopération militaire et hydrocarbures

Pour Benjamin Stora, historien spécialiste de la question algérienne, il y a «trois raisons principales» à ces déplacements. «D’une part, il y a une diaspora algérienne très importante en France, qui représente une clientèle électorale de plusieurs millions de voix. Aujourd’hui, ils s’abstiennent, mais en 2012 ils ont voté massivement en faveur de François Hollande», explique-t-il. Un élément sur lequel Alain Juppé tentera sûrement de capitaliser. «Autre élément capital, la coopération très étroite sur le plan militaire entre Paris et Alger», poursuit Benjamin Stora. Notamment sur la question antiterroriste: «L’Algérie partage une très grande frontière avec le Mali, la Libye et la Tunisie. Cela représente des considérations stratégiques très importantes», assure l’historien. Et puis, enfin, il y a l’enjeu des hydrocarbures, «mais que je ne citerais qu’en troisième», relativise Stora. Probablement parce que les réserves de pétrole et de gaz du pays, d’après de nombreux experts, sont en voie d’épuisement. En 2014, le premier ministre algérien Abdelmalek Sellal avait déclaré que «d’ici 2030, l’Algérie ne sera plus en mesure d’exporter les hydrocarbures, sinon en petites quantités seulement».

En 2017, le passé pourrait ressurgir

Quid de la question mémorielle? Pour Benjamin Stora, elle «n’est abordée que lorsque les choses vont mal entre la France et l’Algérie. Quand ça va mal, on ressort le passé, les morts de la guerre, les harkis, etc. Mais pas quand les relations sont bonnes». La problématique avait été relancée par François Hollande lors de sa visite à Alger en décembre 2012, sept mois après son élection. Devant les parlementaires algériens, le président français déclarait reconnaître «les souffrances que la colonisation a infligées au peuple algérien». Aucun de ses prédécesseurs n’avait formulé d’excuses aussi appuyées vis-à-vis de l’ancienne colonie.

Lors de sa visite en novembre 2006, Nicolas Sarkozy «venu en ami», avait dénoncé «un système colonial, qui est un système injuste, qui a fait beaucoup de souffrance». Sans toutefois présenter d’excuses officielles, préférant dire qu’il «n’y avait pas de douleur que d’un seul côté». Alors qu’il se lançait sur sa trajectoire présidentielle, le ministre de l’Intérieur de l’époque avait également annoncé un «assouplissement» des conditions d’attribution des titres de séjour aux Algériens.

Mais le président des Républicains, qui ne s’est pas encore officiellement lancé dans la course pour la primaire, pourrait être moins consensuel lors de sa future campagne. Dans son livre La France pour la vie, Nicolas Sarkozy remet en cause «la spécificité, en matière migratoire, de la situation avec l’Algérie». Une situation régie par une convention internationale spécifique, en vigueur depuis 1968. «J’avais engagé des discussions avec les autorités algériennes, en 2011, pour renégocier cet accord», écrit l’ancien président. Une initiative dont on verra si elle est reprise par d’autres candidats à droite, ou si elle est laissée de côté au profit d’un dialogue plus apaisé.(Le Figaro)

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=63081

Posté par le Fév 1 2016. inséré dans ALGERIE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

6 Commentaires pour “Juppé en Algérie, étape incontournable d’une campagne présidentielle”

  1. lecteur

    le probleme des officiels français c’est qu’ils ne rencontre pas les partis politiques algeriens se contente de voir des personnes..au font ils ne reconnaissent pas l’etat democratique du pays ni la societé civile..un homme politique quel qu’il soit doit parler politique avec ces homologues politiques..En faisant ainsi l’algerie est en proie en face d’organisation qui vont devoré le pays par le pillage systematique…
    si la france ne s’assoit pas avec les partie politiques comment voulez vous creer un front civile en face de ces bandes qui veulent ruiner la planete entière…pour nos immigrés on sait tout sur le financement occultes des partie les caisses noires fonctionne depuis que l’homme est terre..mais mal pour mal on souhaite bien que nos immigrés soient financé ouvertement apr des parties politique que de les laisser en proie a des organisations pirates..Est que Jupé a des possibilités politique donc financières pour attirere dans la reglementations nos algeriens en frane?? y’a aucune honte de contacter les immigrés et de leurs proposer un avantage  »sociale » s’ils s’engage serieusement dans l’edifice de la france de demain..Y’a aucun probléme et aucune honte..
    el 3amalou essalih est une exgence monotheiste et laics, tout le monde est tenue de travailler pour s’eloigner du vol du pillage du fenantisme du l’écoute illegale tout cela contribue a la pauvreté..et faut savoir que la france d’aujourdhui comme l’algerie d’aujordhui ont été construie par les anciennes generations celui va naitre demain va trouver tout ou presque entre ces mains il n’a presser le boutons pour faire couler le jus d’orange..Est ce que Jupé peut promettre au moins un poste de travail dans chaque mairie gagné par Jupé?? si o negocie bien un poste dans une mairie comme chauffeur ou comme peintre ou comme archiviste peut ruiner la france et leur mairie??
    On exige pour nos algeriens de france que l’homme politique agit en dans la transarence et cesse de laisser l’algerien dans la clandestinité culturelle et administrative afin de les pousser mains liés entre les organisations criminelles ou de pouvoir occulte…les bons comptes font les bons amis c’est un dicton du terroire français

  2. mohamedDD

    Je voudrais poser une seule question, combien il a récolté en Millions $ pour ses promesses mensongères puis il se détourne COMME TOUS LES PRECEDENTS (Khadafi et sarko, au fait il s’est tourné vers le Maroc)???????????????????
    Ahhhhhhhh low watayakaloune 3la Allah la’fouzna dounya wal akhira, yaaa Allah ahdina sirat moustakime

  3. Mme CH

    Loin d’être un enfant de cœur, disons que Juppé est un politicien chevronné et plus mature que le Sarko qui danse sans Mharem… et qu’on trouve toujours là où il y a le sou-sou, ensuite, il mord la main qui le nourrit (comme Kadhafi et les autres… )

    Voyons certaines positions d’Alain Juppé tout en lisant entre et sous les lignes :

    1-/ « Pour moi l’Algérie est un partenaire essentiel de la France autour de cette mer Méditerranée tellement bouleversée aujourd’hui par les événements que vous savez », a-t-il souligné.

    2-/ Il a réaffirmé à Alger que la déchéance de nationalité est « une affaire d’une extrême complexité » et que la réforme de la déchéance de nationalité était « complètement inutile » pour combattre le terrorisme. « J’étais toujours opposé à l’idée d’étendre la déchéance de la nationalité. A l’opposé de Hollande qui veut l’étendre aux binationaux nés français.

    3-/ »La déstabilisation de l’Algérie », frontalière de la Libye, de la Tunisie et du Mali, « serait une catastrophe » pour la région. Il reconnaît qu’à l’heure actuelle, l’issue de l’intervention militaire française « est un fiasco et un chaos ». Lui qui, pourtant, était au Quai d’Orsay en 2011 et 2012, au moment de l’attaque. C’est pourquoi il a tout de même tenté de dédouaner la France en rappelant que c’était dans un « contexte de Printemps arabe.

    4-/Laurent Stefanini porte-parole d’Alain Juppé en Algérie a dit : « Nous avons décidé de commencer par l’Algérie car Alain Juppé connait bien ce pays et il a une vision gaullienne des rapports avec l’Algérie. Les relations de la France dans son prolongement maghrébin constituent pour lui un des challenges les plus importants ».
    Et au sujet de la concurrence au sein de la droite française, Laurent Stefanini estime que le candidat Juppé est celui qui inspire le plus la sympathie. « Je ne vois pas quelqu’un en Algérie qui soit d’accord avec la révision des accords d’Evian. Selon le président qui sera élu, les relations entre l’Algérie et la France seront radicalement différentes ». (Coucou à mon Grand frère Mémoria)
    Cependant, Alain Juppé lors d’un dîner au Crif, en septembre 2015,- (passage obligé maintenant pour la classe politique française)- a dit « Quand j’entends le mot juif, ce n’est pas dans ma tête qu’il résonne mais dans mon cœur » ; mais à la différence de certains politiciens ou politicards il a dit, tout en restant sur la position du Quai d’Orsay : « la sécurité de l’État d’Israël n’est pas négociable mais je reste attaché à la création d’un État palestinien, le statu quo n’est pas la solution »…. !!!

    La règle, il faut soutenir le moins mauvais à défaut d’avoir un bon cheval gagnant…!!

    • Imène

      Mme CH : bonsoir ! tlm..
      Moi je fais peu de cas des déclarations par ci par là ou positions de Mr. Juppé , encore moins décortiquer ses atouts , ses qualités ou encore ses lacunes qui feront de lui ( ou pas ) le candidat favori aux prochaines présidentielles FR..moi ce qui me turlupine et m’exaspère au plus haut point est que ce Monsieur ait été reçu par le président Bouteflika en personne ! et tout son état major réuni !! alors que Juppé n’est qu’un élu local , un MAIRE ! ( miiiiiiire !! à côté , des personnalités politiques nationales ( dont des cadres sup , anciens combattants, président de parti..) avaient conformément demandé une audience au président ..à ce jour ils  » rament  » pour avoir ne serait ce qu’une réponse !! voilà où on en est ..maintenant Juppé président ? grand bien lui fasse ..Tous kif kif ! salem mon amie .

      • Mme CH

        Salam Chère Imène…!!! Tout à fait d’accord avec toi: « Ki El hamma Ki Erra3ada », mais le degré de fièvre n’est pas le même..!!! Donc, on doit s’intéresser à tout ce qui se passe là bas chez-nous sur la rive Nord, car il aura un impact direct ou indirect sur la rive Sud..!!!!! Et jouer au chat et à la souris a été toujours le jeu favori entre la France et l’Algérie…!!!
        Il ne faut pas aussi oublier que Juppé était Premier Ministre et qu’il a sûrement tissé des relations avec les différents responsables, alors s’il a courtisé l’Algérie en commençant sa tournée par notre pays, l’Algérie doit bien réagir, surtout si Sarko préfère les palais royaux…..! Ah! La politique a ses secrets et ses rouages…et nous ne voyons que la face apparente de l’iceberg…..!!!

        Son porte parole en Algérie a dit que Juppé avait une vision gaullienne des rapports avec l’Algérie………rien que pour ça, certaines Corneilles noires ne vont pas voter pour lui…!!!!

        Khayticalement…!!!

  4. lecteur

    que peut faire Jupé si nous sommes encore trop arriéré..
    En 2015 a bel abbes nous savons pas meme etablir un argus
    pour la vente de voiture..inventer un bareme national
    reguler et organisé un marché..Nous sommes fixés sur la methode
    de CHWIYA..combien vous demandez pour cette voiture??
    Je ne sais pas je dois entendre du chari de l’acheteur??
    Tu ne peux évaluer ta voiture toi que tu l’avais acheté et peut etre mis sur pieds??
    d’accords combien il t’on donné dehors?? mazale on m’a rien donné donnes moi ton prix??Je donne s au pif 40 millions..
    le vendeur redevient rouge et eclate de crise  »tu te fous de moi tu me donnes 40??
    c’est toi qui a incister je t’ai donné mon prix au pif..
    la commune pour augmenter ces entrées a faire de face aux depense elle ne peut créer un marché quotidiens au niveau du stade route mascara et etablir un genre de norme un argus pour donner une base de calcul de n’importe qu’elle voiture et son année??
    q auoi sert toutes ces facultés ces labo de recherche ces etudiants ces theses ces depenses sur l’nseignement qui coute les yeux de la tete??
    Et pour tant créer ce marché c’est 3 fois rien un petit bachelier de france dans un lycée peut le creer..
    deja la commune determine le perimetre et installe un bureau
    elle fixe l’heure de l’entrée des vehicule entre 17 et 20 heures
    elle exige un certificat d’un tolier et macanicien assermenté qui examine la voiture
    et fournit le certificat de non accidentée ni ennuie mecanique
    elle exige que le prix soit fixé sur le parbrise du vehicule et exige la presence du vendeur
    elle fixe les droit d’exposition et une taxe payés par l’acheteur en cas de conclusions de la transaction
    elle refuse l’entée a des vehicule hors wilaya et hors commune et hors daira
    elle utilise l’argus de france comme reference ainsi une clio campus 1.5dci année 2006
    sera évalués comme suit
    vendu en 2007..10600 euro
    2008…8700 euro
    2009..6700 euro
    2010..5600 euro
    2011..5400 euro
    2012..5100 euro
    2013..4900 euro
    2014..4400 euro
    2015..3800 euro
    la commune ne peut a partir de diagramme des prix tirer une lois arethmetique
    la commune n’a pas des informaticiens de la faculté des lao de recherche qui peuvent
    créer un logiciel application android que chaque achetru et vendeur peuvent entrer leur model et l’année et le portable vous donne le maximum du prix a afficher sur le parbrise?? C’est cela le role des communes des hommes politiques des universirés des chercheurs des ingenieurs??
    Les ingeneiurs en mecanique de la faculté de bel abbes ne peuvent pas créer une machine qui injecte l’aire par les bougies en exerçant une resistance sur les pneu pour determiner le degres de fuite et ainsi etablir le degres de l’usures des piston et segments et donner une idée sur le qualité du moteur en affichant le resultat sur le certificat que le vendeur doit remettre a la commune avant admission au marché??

Répondre

x Shield Logo
This Site Is Protected By
The Shield →