La Voix De Sidi Bel Abbes

Jean Combet, courageux successeur de Camille Blanc à la mairie d’Evian. Partagé par Mémoria

Il y a cinquante-cinq ans disparaissait le populaire maire d’Evian, Camille Blanc, assassiné par des terroristes de l’OAS pour avoir accepté d’accueillir les pourparlers devant mettre fin aux combats en Algérie. On évoque moins souvent son successeur immédiat, qui a accepté de poursuivre le travail malgré les menaces.

Sourire, pipe et lavallière : Jean Combet tel qu’en lui-même.
Aux premières heures du 31 mars 1961, une voiture explose dans la petite impasse entre la mairie d’Evian et l’hôtel Beau-Séjour, tenu par Camille Blanc. Quelques instants plus tard, alors que le maire est descendu dans son salon pour téléphoner, une seconde charge, posée sur sa fenêtre, explose et lui ôte la vie. Dans la rue règne alors un silence de mort. «Tout le monde avait compris ce qui s’était passé, raconte un témoin, mais personne n’osait aller voir. »

En tant que secrétaire général de la mairie, Jean Combet est logé dans l’hôtel de Ville. Réveillé par l’attentat, il passe un coup de téléphone et descend, le premier, sur les lieux du drame. Il est alors évident que Camille Blanc a payé au prix fort son engagement pour la tenue de pourparlers de paix à Evian, et que l’assassinat porte la signature de l’OAS. Le maire défunt savait que sa prise de position le mettait en danger ; il recevait régulièrement des menaces de mort. Dans ces conditions, qui aurait le courage de lui succéder ?

Une nouvelle élection du maire est organisée le 30 avril. Personne n’ose se présenter, jusqu’à ce qu’un volontaire se dévoue. Deux jours avant le scrutin, Le Messager constate : «Une seule candidature est officielle : celle de M. Jean Combet, secrétaire général de mairie, désigné à l’unanimité par les 20 conseillers de la majorité. » Il est élu au conseil municipal avec 88,86 % des voix des Evianais, et le conseil l’élit maire par 21 voix sur 23.

Successeur et bâtisseur

Mais qui est Jean Combet ? Agé de 54 ans, il n’est pas un inconnu : président du club de gymnastique L’Avenir évianais depuis 1945, ancien résistant, il a participé à la libération de la ville et siégé en tant que premier adjoint au sortir de la guerre, avant de démissionner pour occuper le poste de secrétaire général de mairie. A ce titre, il était depuis des années le plus proche collaborateur de Camille Blanc. Au lendemain de son élection, notre journal rappelle : « Il a toujours témoigné d’un tranquille courage aux heures les plus difficiles de son existence. »

Du courage, il va lui en falloir encore, jusqu’à la conclusion des Accords d’Evian, un an plus tard. Lui aussi reçoit des menaces sérieuses, qu’il cache à sa famille. Des tueurs se présentent même à sa porte (lire ci-dessous). Lors des négociations, des CRS surveillent sa maison. Un soir, ses enfants rentrant du cinéma se trouvent ainsi face au pistolet-mitrailleur menaçant d’un CRS de garde… et réveillé en sursaut par leur retour.

La guerre d’Algérie terminée, Jean Combet peut poursuivre l’œuvre de développement de la station entamé au côté de Camille Blanc. Evian lui doit ainsi, notamment, la promenade sur le quai Baron-de-Blonay, le lycée Anna-de-Noailles, le port des Mouettes, le boulodrome, des logements HLM, la modernisation de l’éclairage public, la création d’un centre de cures thermales et d’un service de dialyse rénale à l’hôpital, mais aussi le grand centre nautique qui porte aujourd’hui son nom.

YVAN STRELZYK

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=67961

Posté par le Avr 3 2016. inséré dans CE QUE DIT LA PRESSE, EVOCATION. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

10 Commentaires pour “Jean Combet, courageux successeur de Camille Blanc à la mairie d’Evian. Partagé par Mémoria”

  1. Amirouche

    Bonjour,

    Loin du Maryland et de Panama City, l’hôtel « Les Cygnes », avec vue sur le lac Léman, est recommandé pour visiter Evian-les-Bains, une belle petite ville qui a eu parmi ces maires Camille Blanc et Jean Combet , tous les deux restés du « bon coté » de l’histoire malgré un danger de mort certain…
    Peut-on dire que l’assassinat du premier par l’OAS est lié de façon directe à ces négociations d’Evian ? Est-il temps, après 55 ans de la signature de ces accords, de dire que les discussions ont été une suite de concessions et de mésententes entre le GPRA, le FLN et même du MNA?
    Salam

  2. Mme CH

    Qu’est ce que je vous disais, notre Grand frère Mémoria adore être arrosé avec de l’eau minérale d’Evian…(rires)….!!!

    De cet article on peut tirer plusieurs points essentiels dont :

    1- Cet article démontre bien que le terrorisme a bien ses origines…!!!! Ceux qui l’ont inventé ne sont pas les musulmans….!!! Les maillons faibles de la chaîne humaine ont été embarqués, manipulés, entraînés, armés, financés…..pour exécuter les plans du remodelage, parfois sous l’effet de la drogue, puisque les langues commencent à se délayer même aux USA…!

    2- L’OAS, cette bande terroriste: on peut lire que le limogeage du général MASSU provoque le 24 Janvier 1960 une situation insurrectionnelle à ALGER qu’on appelera la semaine des BARRICADES. Une réunion le 23 Avril chez le capitaine ROUY réunira le général FAURE, le colonel ARGOUD, le colonel GARDES, ORTIZ. Ils décideront le scénario insurrectionnel qui débouchera sur la fusillade (20 morts, 47 blessés) et les Barricades de la rue Michelet. L’Armée hésitera à braver De Gaulle (Challe y croit encore) et la centaine d’hommes qui s’étaient retranchés devront se rendre.
    – Le 14 juin 1960 est crée le FAF (Front de l’Algérie Française) sur l’initiative de Jean Brune, Seguin, Tabarot, Pierre BRUNO et Dominique ZATTARA. Le FAF fédère toutes les tendances de l’Algérie Française. Il sera présidé par le Bachaga BOUALEM, entouré de 5 députés IOUALALENE, OAULI, LARADJI, CASSOU et PORTOLANO.
    – Le 30 Octobre 1960, le général SALAN qui s’était installé à ALGER, est expulsé et choisit de s’exiler en Espagne.
    – Le 9 décembre 1960 le général De GAULLE fait un voyage provocateur en Algérie. Jean MORIN via la SAU de BELCOURT (capitaine Jean BERNHARDT) fait descendre les musulmans aux cris de « Vive De Gaulle ». C’est l’embrasement des manifestations françaises et musulmanes qui se termineront dans un bain de sang. Le mal est fait. Les musulmans ont définitivement compris que la France abandonne l’Algérie.
    – Janvier 1961 : Création du maquis du Capitaine SOUETRE près de Mostaganem.
    – Le FAF est dissous et l’OAS est crée officiellement le 10 février 1961 lors d’une réunion en ESPAGNE entre SALAN et LAGAILLARDE. .
    – 31 Mars 1961, bombe OAS au domicile du Maire d’EVIAN qui est tué. EVIAN est la ville où se déroulent les discussions entre le FLN et De Gaulle.
    – Le PUTSCH d’Alger le 22 Avril 1961. Challe se refuse à utiliser la force et se rend au bout de 4 jours. L’échec du Putsch condamne l’Algérie. C’est tellement tragique (pour ceux qui ont cru que la France devait rester en Algérie) que le désespoir les amène dans l’OAS, dernier et ultime combat pour conserver l’Algérie à la France. Dans les semaines qui suivent les vagues d’épuration se succèdent, le contingent étant appelé à dénoncer les officiers « Algérie Française ».
    De Gaulle accélère les négociations avec le FLN et pendant ce temps l’OAS s’organise.
    A la tête de l’OAS on trouve : SALAN, JOUHAUD, GARDY, GODARD, PEREZ, DEGUELDRE, SUSINI, LEROY, GARDES.
    SUSINI fera un peu bande à part, boudé par ses collègues. Il montera son propre réseau (les commandos « Z » avec Michel LEROY, René VILLARS, ZAGAMME et le lieutenant DELHOMME). LAGAILLARDE s’est exilé en Espagne ainsi que le colonel ARGOUT. Le capitaine SERGENT estime quant à lui que le combat décisif est en métropole et s’installe dans la région parisienne…..etc…etc…..!!! Juste pour rafraîchir la mémoire des amnésiques…!!!!

    3- Concernant le compromis de l’eau minérale d’Evian, la France devait sortir comme elle est rentrée sans aucun accord reliant l’Algérie à ce colonisateur Barbare…

    4- il faut noter que la mairie d’Evian avait la chance d’avoir ces deux maires à la hauteur, au sens large du mot, qui ont accompli leur devoir malgré les menaces de mort, d’ailleurs, l’un deux a payé de sa vie et de son sang une certaine loyauté à ses principes…!!! Coucou à nos maires…!!!

    Bonne soirée sans eau d’Evian…!!!

    • Mémoria

      @Mme CH @Dr ElHadj Abdelhamid,

      L’Eau d’Evian a ce mérite d’être une eau minérale sur le même gisement du Lac Léman mitoyen aux villes d’Evian et Genève qui a vu ses promenades immortalisées par d’illustres mortels de l’histoire Algérienne. C’est vrai qu’elles n’invitent pas à des douches froides comme celle de la Valls du Twitter de Matignon mais je conseillerais au Cygne d’y naviguer et pourquoi pas visiter ses musées ! Je crois que mon ami Abdelhamid a meilleure mémoire que moi pour rappeler l »importance de la halte helvétique dans les pourparlers d’Evian et base arrière avec l’Allemagne pour la Révolution Algérienne !
      Bon Week End et Djoumouâa Makboula !

      • elhadj abdelhamid

        La guerre des images et la bleuite reviennent à Alger
        L’image de notre président « partagée » par Manuel Walls relève sûrement d’une campagne qui ne dit pas son nom. Bouteflika a eu la franchise de dire, un jour, qu’il ne portait pas dans son cœur les socialistes de France. La chaîne française Histoire se met à la page algérienne en ce mois de Mars, depuis le 19, anniversaire du cessez-le-feu de 1962. Cessez-le-feu, dites vous !
        Lors d’une dernière émission sur Histoire, le livre « Ma bataille d’Alger » d’un ténébreux agent double, mi-français, mi-américain, Ted Morgan, a été présenté par son traducteur français qui a franchement versé dans l’insulte sinon le délire en déclarant que « Ali La Pointe était un maquereau radicalisé en prison ». Yacef Saadi, non plus, n’a pas été épargné dans cette émission où un autre ouvrage a été également présenté La Gauche et le Djihadisme, pour entretenir un venimeux amalgame tendant à assimiler nos héros de la Bataille d’Alger à des terroristes de banlieues.
        Cessez-le-feu, dites-vous !
        L’image de Bouteflika, El Commandante de la sierra algérienne, le maquisard aux yeux bleus et cheveux long devenu instructeur de diplomatie mondiale, dérange beaucoup les socialistes de France, héritiers des Pouvoirs Spéciaux en Algérie. Bouteflika avait chassé l’apartheid de l’ONU alors que Mitterrand avait continué à vendre des armes de répression des Noirs à l’Afrique du Sud sous le fallacieux prétexte du respect de la parole de la France de Giscard qui avait signé des contrats avec le régime raciste.
        Si les armes se sont bien tues ce 19 Mars 62, la guerre semble avoir repris et, ce n’est un secret pour personne, entre la Gauche au pouvoir de Hollande et l’Algérie aujourd’hui, ce n’est pas l’amitié exemplaire.
        L’exemplarité, chère à Manuells Walls qui l’a invoquée pour la déchéance, dommage collatéral des « Evénements » actuels d’Algérie, de « l’Algérien » Benzema des Bleus.
        Plus mesquin, tu meurs, Noël Le Graët, patron de la FFF, déclare publiquement, en quête probable de caution populaire, avoir « reçu un wagon de lettres d’insultes contre Benzema ».
        L’ingérence politique dans le football est prohibée par la FIFA, l’instance suprême de football mondial éclaboussée par le scandale de l’argent sale du Français Platini, du Suisse Blatter et de leurs acolytes des autres continents.
        Benzema « l’Algérien », a été expulsé du Stade de France « en raison de ses origines », dit Guy Roux, un ténor du football de l’hexagone, français de pure souche qui avait invoqué « l’anchluss » lorsqu’un arbitre autrichien avait refusé un somptueux but de Lilian Laslandes de l’AJ Auxerre contre le club allemand de Dortmund.
        Avant la réunion de la FFF, Manuel Walls avait posé un veto préventif au retour de Benzema chez les Bleus au nom d’une certaine « exemplarité » requise pour représenter les couleurs nationales. Naturellement, la fédération ne pouvait déjuger le Premier Ministre. Cependant, le donneur de la leçon n’a pas été bien inspiré pour en donner l’exemple dans l’affaire de son « détournement » de l’avion présidentiel français pour aller, en compagnie de ses enfants, voyageurs « resquilleurs », supporter, à Munich, le FCBarcelone, la bête noire du foot national français qui a toujours barré la route à Paris dans la course à la Champion’s League. Confondu comme un bambin voleur de confiture, Manuel Walls a promis de ne plus recommencer. Espérons que Manuel Walls ait, au moins, payé les billets d’entrée au stade de Munich.
        Benzema, lui, a toujours été loyal avec « les couleurs nationales » et à Lyon, il a été la bête noire française du mythique Real Madrid à qui il a barré la route de la Champion’s League au point que le club espagnol n’a pas trouvé d’autre solution que de le recruter dans le sillage de l’illustre Bleu Zidane, l’autre « Algérien» , un Marseillais qui a porté très haut les couleurs du foot français. Pour mémoire, Marseille où, dit-on, le prénom le plus usité est Mohamed, a été victime de « déchéance » de son titre de Champion’s League, le premier du foot français.

        • Mme CH

          Dr elhadj abdelhamid, très contente de vous lire…! Je vois que le Lac Léman est vraiment magique…(sourire)…!!!
          Sur ce coup là, je ne peux qu’être entièrement d’accord avec tout ce que vous avez dit….!!! à mon avis, il n’y a jamais eu une vraie amitié entre les deux pays, juste de la poudre aux yeux, un peu d’hypocrisie, de manipulation, de coup bas et de tricherie pour garder la vache laitière…….!!!

          Deux points sont très intéressants dans votre intervention:

          L’histoire des amalgames qu’ils entretiennent depuis la nuit des temps, entre les combattants du droit et de liberté et les terroristes et entre les musulmans et les terroristes qu’ils ont eux mêmes confectionnés et teintés en vert…! Donc selon leur vision, les vietnamiens et les algériens qui ont lutté pour la liberté sont des terroristes, les palestiniens qui combattent l’état voyou sont des terroristes… etc..!!!

          Concernant les socialistes, je préfère rapporter cet article intitulé: « Les trahisons des socialistes depuis leur origine »

          « Quelqu’un s’est étonné : « Que l’UMP pratique sa politique de classe en prétendant réduire la « fracture sociale », cela est normal : n’est-elle pas l’Union des Menteurs Putrides ? Mais le PS, qui se prétend l’allié des classes laborieuses, n’avait jamais manifesté un tel niveau d’hypocrisie, d’abandon et de traîtrise depuis sa fondation. »
          Hé bien, Si ! les socialistes ont fait encore bien pire en 1914 ! quand, dans tous les pays concernés, ils ont voté les crédits de guerre alors qu’ils avaient promis qu’ils feraient tout pour qu’il n’y ait pas la guerre. C’est pour ça qu’il y a eu scission entre Communistes (troisième internationale) et Socialistes (deuxième internationale). En France, cette scission a eu lieu au congrès de Tour en 1920.
          En plus, les socialistes ont saboté la grève internationale qui était prévue pour empêcher la guerre de 14-18.
          Si les socialistes n’avaient pas commis ces trahisons, il n’y aurait pas eu la guerre de 14-18 !
          Après la défaite de l’Allemagne en 1918, la dynastie impériale des Hohenzollern a été démissionnée et remplacée par une République entre les mains des socialistes, la République de Weimar. Les socialistes, une fois au pouvoir en Allemagne, en profitèrent pour assassiner Karl Liebknecht et Rosa Luxembourg qui, pendant la guerre, appelaient les soldats à déserter et à organiser des alliances antiguerre entre soldats allemands et soldats français ; et, après guerre, Karl Liebknecht et Rosa Luxembourg faisaient tout pour faire une vraie révolution et commençaient à y parvenir… d’où leur assassinat !
          Plus tard, les socialistes ont voté pour Münich en 1938, et ensuite ils ont voté les pleins pouvoirs à Pétain !
          Ce n’est pas parce que Léon Blum est élu en 1936 que le prolétariat obtient les congés payés, mais parce qu’il fait sa puissante grève malgré l’élection du Front populaire !
          Ce sont les socialistes (Jules Moch) qui fondèrent le corps des CRS.
          En 1947, les socialistes ont fait tirer à l’arme à feu contre les ouvriers grévistes !
          Ensuite, ce sont les socialistes qui, les premiers, osèrent commettre des privatisations avec Mitterrand. Jospin n’a fait que suivre son maître à « penser » !
          Cela n’a par conséquent rien d’étonnant que le Parti Socialiste trahisse une fois de plus en appelant à voter Oui à ce Référendum destiné à plébisciter un coup d’État capitaliste au niveau de l’Europe toute entière !

          Toujours un plaisir de vous lire Docteur…! Ah! J’ai failli oublié, y a-t-il un projet de livre en l’air, en mer ou sous terre….!!!??

          Cordiales Salutations…!

      • Mme CH

        Salam…! Je vous avoue Grand frère que j’adore le chocolat suisse que j’ai déjà goûté sur place, mais je ne pourrai jamais aimé le goût de l’eau minérale d’Evian, même si les « illustres mortels de l’histoire algérienne ont cru bon de la boire….!!!! Ils avaient leurs raisons d’état, mais je reste persuadée que FaFa Bent El Haffafa (qui veut nous faire la boule à zéro, explication à ma sœur Imène que je salue chaleureusement ) devait déguerpir en emportant tous ses orbitons…..! Malheureusement, De Gaulle et son bras droit ont tissé leur toile en y laissant leurs « araignées des sables à six yeux » et leurs « veuves noires »….!!!

        D’ailleurs, on voit bien aujourd’hui (une fois de plus) que les rapports ne seront jamais normaux entre les deux pays, tant que le complexe du colonisateur persiste chez la caste qui gouverne la France qu’elle soit de gauche ou de droite..surtout ceux qui dansent tous en rond sur le Pont d’Avignon avec le Crif qui est devenu le Maître de FaFa et des FaFaens…..!!! Les Hypocrites feront bien de rester chez eux….!!!!

        Quant au Lac Sidi Mohamed Ben Ali, euhhhhhhh pardon, Lac Léman dont l’eau n’a pas été mélangée avec le sang algérien comme là bas chez-nous, il est vrai qu’il est magique, surtout lors d’une croisière d’une journée ou juste le temps d’un dîner (sans eau d’Evian, bien sûr)….!!! Alors, Grand frère buvez de l’eau minérale d’Evian si son goût vous plait mais sans dépasser la dose, car elle risque de vous enivrer…(rires)…!!

        Mes Respects..!

  3. Mme CH

    La journée du 8 février 1962 est marquée par des manifestations de protestation contre les attentats de l’OAS et contre la guerre d’Algérie. A Paris, des heurts violents opposent manifestants et forces de l’ordre.

    Le début de l’année 1962 est marqué par une recrudescence du terrorisme OAS. Assassinats et attentats visent les instances et personnalités politiques, les intellectuels et les journalistes – de gauche comme de droite – connus pour leur opposition au maintien de la France en Algérie ou pour leur soutien au FLN.

    La France est touchée par une véritable folie meurtrière : plus de 180 plasticages en janvier-février, et, en point d’orgue, la « nuit bleue » du 17 janvier, où 18 attentats secouent Paris. Le 7 février, l’appartement d’André Malraux est visé. Delphine Renard, petite fille de quatre ans, est blessée. Le choc produit par cet événement polarise la colère de l’opinion – de gauche surtout – accumulée au fil des agressions, depuis le plasticage de la gare d’Orsay, le 22 janvier (12 blessés et 1 mort) jusqu’aux attentats contre Jean-Paul Sartre, le siège du PCF ainsi que le journal France Observateur.

    Passant outre l’interdiction de toute manifestation formulée et réitérée par le gouvernement, certains partis et groupements ont voulu manifester à la Bastille contre l’action de l’OAS. Des forces policières nombreuses avaient été massées pour faire respecter la décision du gouvernement ; et de sérieuses échauffourées se déroulèrent entre service d’ordre et manifestants, laissant le triste bilan de 8 morts et de 150 blessés….(Les attentats de l’OAS et la manifestation de Charonne, INA.fr)

    Et certaines Corneilles noires qui vivent sous la pression et la menace du terrorisme concocté, érigent des stèles à la gloire des terroristes de l’OAS….!!!

    Il est vraiment Drôle ce monde…!!!

  4. elhadj abdelhamid

    Salam
    Merci à Mme CH et el abbassi pour leurs commentaires.
    Pour rester dans la planète foot, surtout avec le match héroïque de l’USMBA ce vendredi contre Bejaïa et l’Algérien Mahrez qui va être désigné meilleur joueur en Angleterre, le pays qui a inventé le football et qui renferme, dans les rangs de sa 1ère League, une nuée d’internationaux du Brésil, d’Allemagne, de France, d’Argentine et d’Afrique, j’aimerais vous dédier, pour vous amuser un peu, un petit texte que j’avais « composé » après le dernier classico d’Espagne.
    Barça 1 – Real 2
    ou Tarek ibn Zidane, le Conquistador venu d’Algérie.

    La fièvre du Samedi soir du Classico espagnol a gagné la planète entière via les satellites. Les Algériens ne dérogent pas à la ferveur mondiale pour le pèlerinage virtuel au Nou Camp et à Bernabeu. Mais il existe une spécificité algérienne pour l’attachement aux Meringues. C’est que le plus prestigieux club de foot de la planète, le Real Madrid, est drivé par un …Algérien, fier de l’être, comme il vient de le rappeler publiquement il y a quelques jours.
    Lorsque le Barça menait au score hier soir, c’est un … autre « Algérien », Benzema qui remit les pendules espagnoles à l’heure en signant l’égalisation d’un fantastique retourné.
    Dans des clubs d’Europe parmi les plus huppés aujourd’hui, du Real à Naples, en passant par Porto , le Sporting et jusqu’en Angleterre où le football est né, à Leicester, le champion, là où il n’y avait que Brésiliens et Argentins, il y a maintenant des…Algériens.
    Le compère de Ryad Mahrez à Leicester, Vardy, néo-international anglais, a marqué un but contre l’Allemagne cette semaine, d’une « jolie Madjer », a commenté un speaker français en direct à la télé.
    Le prestige de l’Algérie ne date pas d’hier. Dans tous les stades de la planète, ce nom « propre » algérien, Madjer, est devenu un « label » commun en football dans le monde entier depuis la talonnade historique du Fennec avec le Porto contre le Bayern en finale, gagnée, de la Coupe d’Europe de 1987.
    Rachid Mekhloufi avait demandé, un jour, à Pelé, le roi de tous les temps, comment il faisait pour jouer aussi bien. Réponse du Brésilien à l’Algérien : Mais,tu joues aussi bien que moi !
    Mekhloufi avait renoncé, avec son compatriote Mustapha Zitouni, à la Coupe du Monde en Suède avec les Bleus de Kopa et préféré la compagnie des Verts du « Onze de l’Indépendance » d’Algérie. Grands seigneurs, Kopa, Fontaine et Piantoni avaient envoyé une « carte postale de soutien » à leurs anciens coéquipiers .
    Mustapha Zitouni, avait renoncé aux Bleus de France mais « le Libéro de charme » algérien avait aussi décliné l’offre des …Blancs « Meringues » du Real Madrid qui voulait le recruter sur les conseils de leur stratège Di Stefano.

    • Hadi Benamar

      Posez la question à Monsieur Zineddine pour savoir qu’il est, comme vous le dites, Algérien. Arrêtez de vous leurrer et rendez-vous à l’évidence et un peu de retenue et de meilleure visibilité sauvegarderaient notre dignité bien mise à mal.

  5. Cheniti Gh.

    Salam bro Abdelhamid,
    J’ajouterai à ton rappel historique de l’équipe de la liberté et à la grande épopée des joueurs de l’équipe du FLN qui ont tout abandonné (biens matériels, prestige , confort…)pour répondre à l’appel du pays . Un grand sacrifice où la décision de tout
    perdre au nom d’une cause et d’une conviction.En 2004, le 1er Mai j’ai eu l’honneur de le rencontrer lui et ses camarades de la glorieuse équipe de la liberté . (je reviendrai plus tard
    plus tard sur cette fête et rencontre avec beaucoup plus de précisions ) .Effectivement , si Abdelhamid notre libéro de charme Zitouni, avait séduit le président du Réal Madrid, lors de ce match France / Espagne (2 à 2 ) qui avait complètement étouffé Di Stéfano, le
    meilleur attaquant du monde de l’époque .Sans parler bien sûr de Jonquet qui a été ‘déboulonné’ de son poste par ce même Mustapha Zitouni !
    Imagine si Abdelhamid un peu le football pratiqué à l’époque : ballon cousu et lourd
    et notre Zitouni se permettait d’amortir le ballon avec la poitrine et le faisait sortir
    avec élégance et grand maîtrise technique entre un paquet de joueurs (à la Beckenbauer !) ….Il fallait le faire à l’époque ! Chapeau bas Monsieur !
    Bonne soirée et…. l’histoire de l’algérien doué en football continue présentement avec notre Mahrez National qui perpétue la tradition de ses ancêtres !

Répondre

x Shield Logo
This Site Is Protected By
The Shield →