La Voix De Sidi Bel Abbes

A batons rompus avec l’architecte Mehtar Tani Aderrahim, l’hôte de la VDSBA par notre ami Hamid Ourrad

10418891_411276035688408_693163813542009009_nLa Voix De SBA: Vous voulez bien vous présenter aux lecteurs ?

MEHTAR TANI Abderrahim, 61 ans, grand père de deux petites filles, père de 04 enfants deux filles & deux garçons.
Architecte, diplômé de l’école polytechnique d’architecture et d’Urbanisme « EPAU » Alger, session janvier 1980. Je suis passé par la DUCH SBA de 1980 à 1985, puis le BEP SBA de 1985 à 1990, et architecte privé de 1990 à ce jour.

La Voix De SBA: Un mot sur l’architecture ?

L’architecture pour moi c’est le coup de folie de mon cœur de jeunesse, je n’ai jamais regretté d’avoir choisi ce métier, mais j’aurais aimé le faire autrement et ailleurs , je n’ai de nom que celui que je porte, on ne m’a reconnu en tant qu’architecte, que ponctuellement à la limite du public, on ne s’intéresse à ce qu’on fait que d’une manière critique et anonyme , nos immeubles n’ont jamais porté de nom ,le temps du « LE VERSAILLES» , « LE PRADO » , « LE PARIS », « LE VENDOME » … est révolu !.Nos cités portent des chiffres nos rues sont anonymes.

La Voix De SBA: En vous écoutant, on vous sent révolté et passionné par votre métier, qu’est-ce qui alimente la flamme?

La poésie, toujours la poésie et encore la poésie…, le temps est impassible implacable, imperturbable, aucune circonstance atténuante, les seuls instants qu’on lui pique, c’est les instant de travail, voilà ce qui alimente ma flamme dans le métier, je suis convaincu que le travail, est à la hauteur de notre destin « Travaillons donc, le travail est moins ennuyeux que le divertissement ! (Charles Baudelaire).

La Voix De SBA: Vous arrive-t-il de gérer plusieurs projets en même temps?

Je gère souvent plusieurs projets à la fois, mes coups de cœur basculent en fonction de l’humeur du moment, je suis heureux quand je bosse, le métier d’architecte est passionnant, il faut du cœur pour en parler, déjà cette facette de la profession qui allie la réclusion totale de la conception et l’exposition indécente au public est une opportunité du métier d’artistes ! en ces moments mêmes , je suis en phase d’esquisse pour trois projet différents , « des logements sociaux », un institut de formation technique » et « une mosquée pôle » , mon cœur penche vers la mosquée , je suis claustrophobe, j’aime les grands espaces, les lieux pleins de présence et de symbole, et puis je me dis, que quelque part dans cette affaire, mon unique vrai « maître d’ouvrage , c’est le bon dieu , bien qu’étant en toute première phase du projet , la mosquée est dans ma tête ,je suis le premier visiteur , le premier fidèle et c’est moi ,(et d’autres architectes avant moi), qui trace le chemin du recueillement et de la prière. Voilà ce que j’aime dans le métier ! errer dans des lieux fictifs que personne d’autre n’a visité avant moi, et qui souvent ne seront visités par personne d’autre parce que jamais réalisés.

La Voix De SBA: Quelles sont les principales difficultés rencontrées dans votre travail?

Les difficultés sont surtout d’ordre morale, ne pas succomber à la tentation préserver sa dignité d’homme et ne jamais regretté les chemins difficiles, ce n’est pas de tout repos, mais c’est possible, il faut résister à la pression, et aux étiquettes qu’on vous colle à longueur de vie, parce que vous ne composez pas, et que vous refuser de vous noyer dans la masse, on ne
respect

La Voix De SBA: Que represente pour vous SIDIBELABBES ?

J’ai toujours pensé le matin en sortant de chez moi qu’on devrait remercier le bon dieu de nous avoir gratifié d’une nouvelle journée , les gens devraient ne jamais passer à côté du spectacle d’un ciel bleu, j’ai un ami , sans le citer, K SMAHI , retraité d’une profession d’ inspecteur de travail, il est poète, donc il s’intéresse à l’architecture pour lui « Quand les cathédrales étaient blanches » de Le Corbusier est un chef d’œuvre en son genre , vous savez, SIDI BEL ABBES est ma ville de cœur et de raison , je n’ai jamais autant aimé une ville, mes souvenirs prennent racines à l’école « VOLTAIRE » au lycée « EL HAOUES » au lycée « AZZA » au boulevard de la « SOUMMAM à « PETIT VICHY » , à « SIDI YACINE » et partout ou j’ai traîné ma peine et ma joie , cette ville merveilleuse je la porte dans mon cœur comme une mère adoptive

La Voix De SBA: Le patrimoine local

Je m’inquiète de voire les gens se battre et se débattre pour réaménager certains espaces de la villes , les besoins sont simples , il faut préserver la fonction primaire des espaces , surtout s’il s’agît d’une ceinture verte, pas de béton pas de murs pas de barrière , un espace vert clôturé est un non sens , juste ce qu’il faut pour que les gens fassent une halte , puis continuer leur chemin, n’incitez jamais les gens à s’éterniser dans un espace, qui n’est pas fait pour ça, sinon , il faudrait des servitudes , des commodités, des dispositions particulières qui vont finir par avoir raison du caractère même de l’espace, puis nettoyer et entretenir tout le temps , il faut aussi retaper, et restaurer le patrimoine local, il est d’une valeur architecturale inestimable, contemplez donc la forme et le revêtement des escaliers, les gardes corps, les mains courantes, les grandes portes en bois les grilles en fer forgé, le traitement des façades , les grands halls, le revêtement sol, les toitures et j’en passe, passons car il faudrait du temps pour réfléchir et dire les choses sans se tromper.

La Voix De SBA: Vos auteurs préférés, et un résumé du dernier livre lu.

John Steinbeck, Alexandre Soljenitsyne, Gabriel Garcia marquez, Paulo Coello, Yasmina Khadra, Malek Haddad, Charles Baudelaire, Arthur Rimbaud, Jacques Prévert …et j’en passe!
Le dernier livre lu « les anges meurent de nos blessures » de Yasmina KHADRA, que je vous recommande, (le héros comme vous est en lutte permanente), c’est une histoire d’amour et de violence, le résumé est dans le titre du livre, à l’origine on est des anges c’est les coups reçus qui font de nous des démons, les anges en nous meurent de nos blessures.

La Voix De SBA: Le mot de la fin

Je dirais si vous le permettez « demain le printemps » : J’ai rêvé une nuit que j’étais une fourmi, sur son dos un éléphant. J’allais, j’avais soif vers une source connue. Je m’étonnais dans mon rêve de la légèreté de l’éléphant qui ne pesait pas lourd alors pas lourd du tout, mais à aucun moment Je ne me suis remis en question En tant que fourmi, étant à l’aise dans ma peau et mon mouvement.
Soudain l’ombre menaçante d’un pas me fait surgir de mon rêve obscur J’étais tout en sueur, le cou parterre, la vie dans l’au-delà. J’ai bien bu à cette fable de la fontaine : Je me suis dis Les rêves sont étranges Dans leur composition, bien courte Fut mon indifférence quand je vis la fourmi aplatie par terre écrasée par le rêve qui continue. Ne cherchez pas l’éléphant Il est dans votre rêve Tout ce que vous devez supporter L’espoir d’une vie ! Merci !

Interview réalisé par HAMID OURRAD.

10653512_410296325786379_182667830435489266_n 10689985_410297102452968_2916807023252233356_n 10689671_411275642355114_7228532101988337684_n 10603556_411275782355100_6976738205541465048_n 10418891_411276035688408_693163813542009009_n

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=56742

Posté par le Déc 2 2014. inséré dans ACTUALITE, HOTE DU JOURNAL. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

49 Commentaires pour “A batons rompus avec l’architecte Mehtar Tani Aderrahim, l’hôte de la VDSBA par notre ami Hamid Ourrad”

  1. Nory

    je ne le connais que de vue je découvre cet architecte de belabbes

  2. Fethi

    Bon vent a l’architecte.dans son boulot passionnant!

  3. MADANI

    On se connait tous les deux mais je ne savais pas qu’il est architecte je le découvre et le plains quand je vois ce qu’on construit chez nous comme cage à poule et médiocrité et dire que la france il y a un siècle a construit des merveilles à SBA pauvre architecture . et bonne continuation à ce belabbésien qui a choisi un métier merveilleux dans un pays de merde

  4. BELAMRI abdelkader

    Je ne le connais pas personnellement mais les premiers contacts que j’ai eus avec lui lors de la derrnière BESSMA.NET m’ont laissé de fortes impressions .Un bélabésien cultivé ,aimable et généreux ;il mérite toute la considération qui lui sied.
    Il aime beaucoup sa ville sans faire trop de tapage comme on en voit souvent ;L’association « SBA L’ESPOIR  » aurait tout à gagner en l’associant à son combat pour la défense du patrimoine,l’essentiel est de s’unir pour le bien commun qui va en déperdition au grand malheur des amoureux de la ville et le patrimoine architectural.Pour ma part ,je lui souhaite toute la réussite et de réaliser ses rêves dans la santé ,la joie et le bonheur.

  5. Fethi

    Si belameri en fin connaisseur sait apprécier les gens de bonne foi comme cet architecte qui parait encore dégourdi volontaire

  6. OUERRAD en squatteur

    Ce monsieur , a toujours fait partie de mon decor quotidien .Je le voyais pratiquement tous les jours que DIEU fait , je l ai perdu de vue un moment .Il a embrasse , un beau metier .Mais le chemin est long pour pouvoir realiser ce reve fou , de vouloir donner des noms aux edifices ?La mediocrite , il va falloir lutter dur contre elle , pour y arriver ?INCHALLAH une belle realisation au niveau de cette ville qu il porte dans son coeur et portera son nom ;RESIDENCE MAHTER TANI en grand au lieu de cite des 250 logements ,,,,,?????

  7. Dalila Beyy

    Abdellah Mehtar Tani Un grand bravo si khouya
    9 h · J’aime

    Hamid Ourrad Si Abdellah,ton frère abderrahim est un grand Architecte ,en plus un grand poète ,en quelque sort un grand Zorba,et même un grand patron,je suis satisfait d’avoir fait cet Interview avec lui,on est fière de notre CORBUSIER.
    7 h · Modifié · J’aime

    Abdellah Mehtar Tani Toi aussi tu es un grand
    6 h · J’aime

    Dalila Beyy ·
    Un grand homme masha’ Allah…fière de vous avoir comme oncle et exemple de réussite, Mehtar Tani Abderahim, Abdellah ainsi que tous les autres. Votre génération se contentait des petits plaisirs de la vie, ma génération est celle d’avoir déjà tout et en vouloir toujours plus…mes chers oncles et tante et surtout ma mère vos parents vous ont guidé et vous, vous nous avez re transmis les valeurs et bien plus encore…Allah y ralina dima mejmou3in incha Allah, Rabbi y tawalkom la3mar vous aime ma très chère famille fière d’être des vôtres

  8. Hamid Ourrad

    Les quatre commentaires ci-dessus sont des réactions de FACEBOOK

  9. nora

    je suis fier de mon père et je lui souhaite une vie plaine de bonheur et de joie et plaine je réussite ! je t’aime papouche ♥♥

  10. Un Bel Abbesien

    Fier de ce abbassi qui est à cheval et à bien répondu aux questions.

  11. Amirouche

    Monsieur MEHTAR TANI ,

    J’ai aimé la phrase où vous dites « J’ai toujours pensé le matin en sortant de chez moi qu’on devrait remercier le bon Dieu de nous avoir gratifié d’une nouvelle journée , les gens devraient ne jamais passer à côté du spectacle d’un ciel bleu….. » Mais j’aimerai bien savoir votre avis sur le concept et la politique de la ville ,ne voyez-vous pas des distorsions qui existent entre les règles et les pratiques, opposant parfois de manière incantatoire les nouveaux beaux « quartiers » sur la maquette et les quartiers presque invivables après leurs constructions ? Est ce qu’il y a des règles ou une logique dans cette politique urbanistique que l’Algérie est entrain de mener ?
    Ne dit-on pas que  » l’architecture est un art social « , c’est même une passion , alors pourquoi ne voit-on pas de belles constructions , belles rues, beaux trottoirs , de beaux parcs , squares verts ?!! ………Excusez moi monsieur Abdelrahim , mais ce sont des questions qui me taraudent et me préoccupent aux quelles je ne trouve pas de réponses car j’aime le spectacle du ciel bleu mais aussi le spectacle des belles œuvres architecturales , hélas …….
    Respectueusement

    • MEHTAR TANI ABDERRAHIM

      Monsieur Amirouche
      comme tout algérien , l’architecte que je suis végète dans la boue et la crasse de cette urbanisme sale et désordonné qui nous abrite, nous envahit et nous domine, on est dans le doute, de ce qu’on fait de ce qu’on conçoit et même dans nos rêves les meutes ne cessent de nous harceler , de vrais suceurs de sang , des vampires sortis des entrailles de la terre ,avides de gain facile, prêts à se lier au diable pour l’escroquer , leur fortune est colossale, leurs biens sont innombrables, ils sont le mal de ce pays , rien ne va à cause de leur inconscience et de notre insouciance, croyez moi on dort si peu , tout simplement parce qu’on est la première souffrance de ce mal conçu, cette conscience de responsabilité c’est nous qui la portons en premier comme une tare dans notre tête ,dans nos yeux, dans nos bras et dans nos jambes d’infirmes qui refusent de défiler, et de crier tout haut ce que vous pensez si bien !
      MEHTAR TANI Abderrahim

      • Un Bel Abbesien

        J’ai admire la franchise de cet architecte dévoué mais ne peut se substituer aux autres décideurs et parties gestionnaires de la CITE

      • Amirouche

        MEHTAR TANI ABDERRAHIM
        Sallam
        Merci pour votre prompte et franche réponse .La question que je vous ai posée , je l’avais posée à des copains occupants des postes dans différents domaines , à des confrères et à moi même , et j’ai eu toujours la même réponse !!! ….que vais-je dire ?!! contentons-nous alors de regarder le ciel bleu ,chaque matin …..Que Dieu vous donne la santé et protège votre famille
        Bien cordialement si Abdelrahim

        • Un Bel Abbesien

          parfois c’est la réponse HADJ qui fuse vite. Mais je crois qu’imaginer un scénario défaitiste ne nous sied À défaut de luttes et combats résistons au moins ada3f elimene. Salem

  12. Hamida racham

    L’architecte n’est pas seulement Un projeteur -constructeur,il doit aussi transcender son projet,rechercher l’harmonie,L’élévation à un certain niveau de spiritualité des espaces,l’architecte est celui qui est chargé de donner de  l’émotion,c’est la chose la plus difficile à définir.
    Mais au fait Monsieur Mettar  tani abdelrrahim ,si on te demande de travailler sur quelque chose de semblable à celle qu’on construit à la place Carnot (un bâtiment en construction moche ,vulgaire,d’un autre temps,qu’on connaît pas)
    Acceptez vous ?

    • MEHTAR TANI ABDERRAHIM

      vous savez monsieur Hamida  » À la table de travail, devant la page blanche, l’artiste n’est pas là. Il vit là-bas, loin de tout, du téléphone, de sa compagne, de ses problèmes ». (Léo « ET BASTA ») …si tu me demandes de travailler sur un bâtiment moche pour aider à l’embellir , je répondrais « oui » mes amitiés !

      • Anonyme

        @Mehtar Tani Abderrahim salam, nous sommes heureux de vous connaitre , L’Architecture Algérienne laisse a désirer car il y a deux poids et deux mesures,il y a ceux qui rafflent tous les projets et ceux qui vivotent comme ma fille qui est sortie de l’EPAU en 2006 , elle est fatiguée d’attendre pour decrocher un bon plan de charges et elle espère que la loi de Mr le Ministre de L’Habitat concernant le nouveau programme de logement soit appliquée et que les Présidents de L’Ordre des Architectes de chaque Wilaya etablieront les listes sérieusement et equitablement????????pour tous les BE agrée des jeunes Architectes pour les études et le suivi . Je pense que pour SBA il n’y a aucun problème …

        • GHOSNE

          @Mehtar Tani Abderrahim salam, nous sommes heureux de vous connaitre , L’Architecture Algérienne laisse a désirer car il y a deux poids et deux mesures,il y a ceux qui rafflent tous les projets et ceux qui vivotent comme ma fille qui est sortie de l’EPAU en 2006 , elle est fatiguée d’attendre pour decrocher un bon plan de charges et elle espère que la loi de Mr le Ministre de L’Habitat concernant le nouveau programme de logement soit appliquée et que les Présidents de L’Ordre des Architectes de chaque Wilaya etablieront les listes sérieusement et equitablement????????pour tous les BE agrée des jeunes Architectes pour les études et le suivi . Je pense que pour SBA il n’y a aucun problème …

        • MEHTAR TANI ABDERRAHIM

          Monsieur , il est introduit dans la réglementation ,une présélection technique pour participer à des concours d’architecture, ceci est une horreur, on devrait donner une chance à toute personne de la profession , les anciens et les nouveaux, sur le même pieds d’égalité , les idées architecturales ne sont pas le monopole des anciens , un nouvel architecte sortie fraichement a aussi ses idées, et de bonnes idées ,on ne devrait pas le priver de s’exprimer, parce qu’il n’a pas assez d’ordinateurs ou une table traçante ou un faxe, c’est une honte , on devrait s’atteler à faire face à cette aberrance de « défense d’entrer dans le jardin avec des fleurs ! ».
          Les cahiers des charges établis par les maîtres d’ouvrage sont bricolés, en fonction de l’humeur de celui qui les rédige, c’est du n’importe quoi, les critères de sélection changent d’une direction à une autre, comme si il existait un code de marchés publics pour chaque maître d’ouvrage.
          Les membres des commissions de jugement sont généralement des administrateurs qui n’ont rien à voir avec l’architecture , ou des jeunes techniciens nouvellement recrutés, et qui n’ont pas assez d’expérience pour juger les projets, n’ayant jamais conçu quoi que ce soit , les membres composés et qui siège pour juger votre œuvre, s’éternisent dans la commission de jugement, ils finissent par être connus , et reconnus, ils sont courtisés comme des princes par les gens du métier, alors qu’on exige l’anonymat des participants aux concours, on devrait plutôt assurer l’anonymat des membres de la commission.
          Le temps donné pour le rendu des concours est dérisoire, généralement moins de trente jours, alors que l’administration perds des mois juste pour vous adresser une correspondance, et cette dernière arrive toujours en retard , à l’image des factures de téléphones qu’on reçoit après la date de l’échéance de paiement, dons après que votre ligne est coupée.
          il faudrait aussi qu’à la tête des conseils de l’ordre des architectes, on place des gens compétents, qui saches disséquer les problèmes et les exposer correctement. Nos responsables, finiront par se lasser du « tout va bien » si on leur expose correctement les fais et qu’on leur soumette des solutions cohérentes et pratiques.
          Voilà monsieur juste un aperçu du mal dont souffre votre fille et tous les architectes honnêtes, tout le monde s’en fout, car la majorité trouve son compte !
          Mes excuses aux lecteurs d’avoir été aussi long, le feu de la profession, a eut raison de ma patience ! MEHTAR TANI Abderrahim architecte EPAU 1980

  13. Abbes

    Un texte qui nous fait découvrir un architecte qui est questionne vois je mais je crois que je viens de lire un aperçu de ses perceptions et visions du noble métier.

  14. ami

    Bravo ! mille Bravos si Hamid Ouerrad pour cette interview (j’allais dire cette
    oeuvre poétique !) notre ami Abderrahim a toujours été un artiste .Depuis
    l’enfance il a toujours su allié l’élégance à la beauté naturelle dont notre créateur l’a gratifié ! Très courtois mais aussi quelqu’un qui avait un sens de
    l’écoute et de l’observation très développé et….il l’a toujours .On dirait qu’il était prédestiné à ce métier où l’on ne peut être architecte sans être un peu poète quelques parts dans ses rêves et ses idéaux .
    Quel gâchis ! nous ne reconnaissons plus le génie Algérien….je n ‘ai jamais
    compris pourquoi on construit de grands immeubles et une fois terminé le boulot on s’aperçoit des mois après, qu’il faut toute une série d ‘accessoires
    (école ,polyclinique ,terrains de jeux ,espaces verts etc…..) Où est la PLANIFICATION URBAINE ? Au fait pourquoi un ministère de la planification
    est inexistant dans notre pays ,?
    Encore une fois , merci monsieur Hamid d’avoir eu l’idée géniale de nous
    présenter Monsieur Mehtar Tani Abderrahim ,à qui on souhaite une longue
    vie avec sa famille et la réalisation de chefs-d’oeuvre ,pour peu qu’on daigne
    laisser la compétence parler ! Bonne soirée !

  15. Tewfik Adda Boudjelal

    En parcourant les confidences de Mr Mehtar, je me rends compte combien le temps passe si vite.
    En effet, vers la fin des années 80, jeune chef de département réalisations dans une entreprise étatique, je me souviens avoir travaillé avec Mr Mehtar qui représentait le BEP (bureau d’étude pluridisciplinaire), notre maître d’œuvre pour trois projets de l’époque.
    L’un au centre ville et les deux autres dans des dairattes limitrophes .Comme je venais de prendre mes fonctions dans cette entreprise, j’ai donc hérité du passif et de l’actif .Pour le premier projet du centre ville, la réception provisoire nous a prit moins de trente minutes car j’avais prit le soin de relever moi-même les petites imperfections une semaine avant notre rendez-vous sur site.
    Pour l’un des autres projets par contre, Mr Mehtar fut un peu en colère alors que d’habitude il ne perdait pas son sang-froid aussi facilement. La raison de cette humeur fut les travaux qui ne répondaient pas aux critères de réalisation dans les règles de l’art.
    Je l’ai écouté sans l’interrompre et l’après midi même, je suis parti voir de plus prés ce qui l’a fâché à ce point. A la vue de ces nombreuses malfaçons, je retourne au bureau et je l’appelle au téléphone.
    Je lui dis : » Khayi tu as raison sur toute la ligne .je suis prêt a reconnaître ses imperfections et me tient prêt à te signer un papier s’il le faut », un long silence au bout du fil. Au bout d’un moment, J’ajoute ; »allons sur place et dressons ensemble une liste complète de tout ce qui doit être repris.
    Mr Mehtar, n’est pas allé jusqu’à’ à me faire signer ce fameux papier, par contre il a apprécié le fait de voir enfin un responsable assumer les erreurs de son entreprise. Ce fameux deal à donner des résultats probants et plu tard, non seulement les stigmates de la discorde avaient disparues et cerise sur le gâteau, le projet a été livré en date et en heure avec une qualité de travail parfaite.
    Une fois les projets réceptionnés, je lui ai avoué comment je me suis pris .Au fait comme, on avait deux projets similaires pour deux différentes dairattes. J’avais donc, récupérer les ouvriers du premier projet qui été en voie de finition et je les ai affectés avec leur chef de chantier sur le deuxième projet.
    Ce fut une véritable gymnastique, car les ouvriers arrivaient très tôt sur Bel abbés et continuaient sur l’autre daïra .J’avoue que je leur ai fait faire des kilomètres en allers et retours, mais c’était pour la bonne cause. Cela veut dire, qu’à l’époque il existait entre les architectes, les ingénieurs et les techniciens, une relation de travail basée sur le respect mutuel et sur l’honnêteté.
    Je dis bravo à Abderrahim .Continue ton œuvre khayi, on est là pour apprécier tes talents .Car tu as toujours été un modèle de rigueur dans le sens noble du terme.
    Je ne pourrais pas parler du BEP, sans évoquer notre ami et grand frère Nour-Eddine Sidhoum, le doyen des architectes, qui nous a quitter il n’ya pas si longtemps « Allah yerhmeh ».

    • MTA/Rahim

      Trois fois merci Tewfik :
      1- Pour cet honnête témoignage !
      2- Pour Avoir évoqué notre ex collègue feu SIDHOUM Nour-Eddine ( Allah
      yerhmou) !
      3- Enfin pour m’avoir donné l’occasion d’une pensée et un vœux sincères de rétablissement à notre ami malade M KADIRI Nour-Eddine , que Dieu tout puissant l’assiste en ces moments difficiles et protège sa petite famille !

  16. un ancien

    Qui c’était Sidhoum. Noredine. Un aperçu Svp

  17. L'écoeuré

    Voilà encore un architecte sidéré ,blasé et qui explique avec des mots qui sont les sien .
    Il avoue que l’architecture guignolesque qui existe chez nous est ce qu’elle est.
    Avouons qu’il n’y a aucune architecture encore moins locale puisque les pavillons,villas et résidences particulieres sont inexistantes.
    Ce Mr Mehtar a évoqué l »inventeur de l’architecture urbaine et qui fut le suisse plus connu sous ( Le Corbusier)et qui a laissé ses empreintes dans pas mal de villes et de pays .
    Ce génie de l’architecture avait dit (« Je contesterai toute formule et tout outillage qui m’enlèverai la moindre parcelle de liberté. »)
    Je trouve bien dommage que dans notre pays il n’y en a pas d’architecte issu de la lignée architecturale de Le Corbusier.

  18. Un Bel Abbesien

    L’écoeurement de notre écoeuré est généralement issu d’un constat mais il existe monsieur de sérieux cadres à plusieurs niveaux noyés dans la médiocrité.

  19. Un parent par alliance

    Content de voir se concrétiser cet entretien par le jovial Ourradh.

  20. Mohand

    très bel exemple et bonne continuation.

  21. jamel

    L’entretien vient nous présenter un gars que beaucoup croisé en plein centre ville sans le connaître. Aujourd’hui ils le découvrent mais surtout ce talent cache d’un amoureux de la ville partie en lambeaux. Je remercie le journal et attend d’autres hôtes à découvrir bien évidemment.

  22. Un Bel Abbesien

    Que notre architecte sache que l’on a aimé ses posts

  23. L'écoeuré

    Ce que je découvre concernant la ou les connaissance (s) Denis concitoyens c’est qu’ils vivent ensemble sans se connaitre et ce Mr qui passe Incognito avec modestie et humilité mais c’est ainsi ou du moins on ne veut savoir et connaitre que ce qui est interressant.
    Pour en revenir à ce qui a déjà été dit sur la médiocrité flagrante et bien de chez nous sur l’architecture il va sans dire.
    Ce qui fait le succès de quantités d’ouvrages est le rapport qui se trouve entre la médiocrité des idées de l’auteur (architectes et entrepreneur avec à leur tete le bureau d’études) et la médiocrité des idées du public.  »

  24. Abbassi

    @ L’ecoeuré Longue vie a cet architecte mais franchement tout n’est pas morose cher ami Cordialité

  25. benbernou

    m’bow c’est beau Quand tu es le premier a faire la prière dans ta mosquée , j’y ai pas pensé , et a visiter une oeuvre , et que ton maître d’ouvrage c’est toute cette dimension
    m’bow je retrouve l’école , Belfort , tu ne dis rien mais tu vibre enfin un architecte qui ne dessine pas un mot et c’est toute une bibliothèque , tu dépasse 5D ou 7D

  26. Ali

    L’architecte s’est prête à l’exercice de l’interview sans gêne maîtrisant son domaine et nous gratifiant d’une touche poétique Bravo monsieur.

  27. Benali

    Un gars persévérant adorant son métier son choix qui lui va bien Longue vie à ces gars qui sont jaloux de leur ville et le dit fort. Mille fois bravo

  28. hamed

    je suis très fier d’avoir eu à lire cet article, Abderrahim est comme un père pour moi , c’est un homme a caractère, qui a un grand cœur, très passionné par son travail, je m’accroche souvent avec lui sur nos opinions divergentes mais toujours avec respect. Bonne continuation Abderrahim dans ce monde dans le quel nous vivons

  29. Ali

    Cet entretien à permis de savoir plus sur ce métier des plus nobles

  30. Nass

    J’apprécie cet architecte quand il dit que ses immeubles portent des numéros, mais pas de noms…je me rends compte de la difficulté qu’ont les architectes pour exercer selon leur déontologie dans notre pays…il est vrai que tant que nos gouvernants feront toujours appel à des étrangers pour les grands projets, aucun de nos architectes ne rentreras dans l’histoire tel que l’ont été ceux qui ont bati cordoue, gaudi, le corbusier , hassan fathi et tant d’autres…les gens qui nous gouvernent n’ont pas la notion de bâtisseurs, celà est visible partout dans notre pays, ou tout est baclé, hideux, folklorique, hors normes les plus élémentaires…les architectes doivent être libres et ne pas se soumettre au désir des donneurs d’ordres incompétent…quand on voit cette catastrophe qu’est cette cité de sidi jilali à sba , on se demande qui est responsable de celà

  31. Samy

    J’aurais voulu voir des photos de projets réalisés par ce valeureux architecte.
    Je suis moi aussi architecte ayant étudié à Alger dans les années 80, je travaille à l’étranger maintenant.

    • MEHTAR TANI

      Une question dans le vif du sujet, en effet un architecte aussi valeureux soit-il ne mérite son nom que par ce qu’il a construit ou du moins ce qu’il a conçu, aussi à votre prochain passage à SBA je vous invite cordialement à passer à mon cabinet d’architecture, je me ferais un plaisir de vous faire partager et les photos… et les détresses. Pour les coordonnées, si besoin, Contactez monsieur Hamid OURAD du journal. Salut et à bientôt ! MEHTAR TANI

      • BD

        Cher Abderrahim,
        Tu n’as pas besoin de justifier quoique ce soit. Ceux qui t’ont connu et qui ont partagé un peu de tes rêves, ta colère contre la médiocrité et l’absurde, ton combat contre la laideur, ta soif d’explorer et concevoir les espaces, ton amour pour le métier que tu as choisi…sont Alhamdoulillah encore là pour en témoigner.
        Tu étais destiné à vivre ce que tu vis et tu le savais, tu n’as pas succombé comme beaucoup de tes potes à l’appel de l’étranger et ce dont je te suis le plus reconnaissant! Je me souviens bien des innombrables soirées passées à refaire le monde…tu étais déjà un formidable architecte!
        Cher ami , je voulais te dire que j’étais très ému de te lire, de savoir que la vivacité d’esprit dont tu faisais preuve est toujours présente.
        Si tu ne me reconnais pas, pense à l’Université d’Oran dans les années 70 avec Abdelghani.B etc…
        Abientôt incha’Allah mon ami.

  32. MEHTAR TANI A/Rahim

    Merci pour ce retour aux moments 70, les années étaient encore belles, ce qu’on partageait avait le gout du bonheur, l’avenir semblait radieux et on s’accrochait aux nuages pour décrocher le soleil qui brûlait en nous, il nous suffisait de si peu pour être heureux, merci pour ce témoignage émouvant, merci de m’avoir gardé aussi longtemps dans ta mémoire, BD… je pense à BEDRANI Djilali, si ma mémoire me fait défaut, que Dieu lui pardonne !

  33. BD

    Bingo! Ta mémoire est encore intacte cher ami. A la revoyure incha’Allah!

  34. MEHTAR TANI A/Rahim

    tu sais BD j’ai gardé de mon parcours de jeunesse , quelques photos d’identité de mes compagnons de jeunesse ( que j’ai partagé sur Facebook) parmi elles la tienne en noir et blanc , les cheveux bouclés , une chemise à fleurs, le regard vif et émerveillé,tu étais si beau, tu l’ai surement resté, j’espère que tu vas bien , mes respects à ta petite famille , ce fut un vrai plaisir d’avoir eu de tes nouvelles , je t’embrasse et j’espère… à bientôt !

Répondre