La Voix De Sidi Bel Abbes

Interdiction de la fessée: pourquoi le Conseil de l’Europe mérite une correction

PHO26b77052-c0f4-11e4-a112-30fc57493cd5-805x453

Le Conseil de l’Europe va condamner la France pour ne pas avoir interdit gifles et fessées, dans une décision qui sera rendue publique mercredi. André Bercoff alerte sur les répercussions éducatives qu’entrainerait toute absence de contraintes.

On vient de l’apprendre: le Conseil de l’Europe, dans une décision qui doit être rendue publique mercredi, condamne la France parce que ce pays n’a pas prononcé l’interdiction totale et explicite des châtiments corporels à l’égard des enfants. D’emblée, soyons clairs: autant les pères et les mères dégénérés qui battent, torturent, ou maltraitent leur progéniture, de la brûlure de cigarette au fouet, en passant par la séquestration et les privations, méritent d’être embastillés pour le restant de leurs jours, autant la censure absolue de toute tape, même légère, sur les fessiers enfantins, pose problème.

L’amendement anti-fessée, déposé déjà il y a quelque temps par les écologistes, devrait-il avoir force de loi dans notre pays? L’absence totale de sanction physique, l’opprobre absolu jeté sur quiconque ose lever la main sur l’enfant ou l’élève, provoque, depuis des lustres, des polémiques passionnées dans le vaste cercle des pédopsychiatres, instituteurs, responsables de maternelles et associations de parents. Chacun sait, en effet, que l’enfant et l’adolescent ne s’opposent qu’en s’opposant et que s’ils ne rencontrent face à eux que la ouate qu’ils préfèrent et l’absence totale d’un commencement de résistance, le monde ne leur apparaît que comme réceptacle de leurs caprices, lieu géométrique de leurs humeurs et terrain de récréation pour les petites ou grandes agressions entre amis. Sans jouer a un remake des pourfendeurs de Rousseau, une éducation sans aucune contrainte peut être l‘antichambre des déceptions et des chutes les plus dures.

Une fois de plus, comme en d’autres domaines, ne laissons pas la chorale des angélismes et la secte des humanistes à sens unique, faire l’amalgame entre l’enfance maltraitée et martyrisée, ce crime d’entre les crimes, et un apprentissage de la vie où une certaine rigueur, même physique, aurait encore son mot à dire. La plus belle réponse à la violence réside justement dans la maîtrise raisonnée et inculquée de celle-ci. C’est en effet la scène primitive de l’amour et de la complicité entre parents et enfants, celle qui fait l’inventaire de l’ouverture et des limites, des droits et des devoirs, de la liberté et de la responsabilité, qui scelle l’avenir de l’humain. Il est peut-être hasardeux de confondre l’arbre de la fessée et la forêt du sadisme, et de jeter le bébé de la petite tape avec l’eau du bain de la maltraitance.

Frappez et on vous ouvrira? Non: mais si la règle sur les doigts reste une exception, sa présence potentielle n’en est pas moins, parfois, nécessaire.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=58918

Posté par le Mar 2 2015. inséré dans ACTUALITE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

31 Commentaires pour “Interdiction de la fessée: pourquoi le Conseil de l’Europe mérite une correction”

  1. Amirouche

    C’est un Monsieur qui a un beau perroquet . D’un côté, il a de la chance, parce que son perroquet est très prolixe ,il n’arrête pas de parler. D’un autre côté, il est vraiment embêté, car tous les mots qui sortent du bec du perroquet ne sont que jurons et vulgarités. Comment en faire un perroquet poli ? Comment le changer ?
    Ce monsieur essai la patience, la compréhension. Mais rien n’y fait, pas plus que la privation de nourriture ou de sortie à l’air frais du matin.

    Un jour, l’ homme en a plus qu’assez. devant le «énième» juron ,excédé il attrape son perroquet à la gorge, le secoue très fort et lui hurle «ARRÊTE ! HABESSE MEL KLEM ELCHINE …DOURKE N’RABIKE !!!!!». Malheureusement, cela ne fait qu’exciter le perroquet qui n’arrête pas son charre de « gros mots » !.
    Pour le punir encore plus ,il prend l’oiseau et l’enferme dans un placard. Mais là encore, ça ne fait qu’énerver son perroquet qui lui balance un morceau d’insanités.
    Notre homme est tellement hors de lui qu’il prend le perroquet et l’enferme dans le réfrigérateur quelques minutes ,et là ,comme par miracle, le perroquet se calme ,plus un bruit ,plus de « kleme al 3aybe » après sa sortie du frigo !.
    Calmement, le perroquet monte sur son bras et dit: «Je suis terriblement désolé pour tous les désagréments que je vous ai causés». Notre homme n’en revient pas. Son perroquet est totalement transformé, changé , bien éduqué ! « Est-ce le froid qui est responsable de cette transformation ?! »
    C’est à ce moment là que le perroquet dit à son maitre :

    « Euh ! Juste pour savoir … le poulet dans le frigo qui est à côté du beurre …. qu’est-ce qu’il vous avait fait? »

    • OUERRAD

      On va tous acheter des frigos speciaux pour nos garnements .Sahit sahbi , je n y avait pas penser , maintenant il sont tous ages , mais cela m a fait meme rire hetta lell kHNOUNA je suis grippe , je sors du lit apres une grippe carabinee que j ai ramenee du BLED ;moi qui pensais que oued MEKERRA a ete nettoye comme le prevoyait l article sur la VD SBA .

  2. h.bouasria

    Notre dicton à nous dans ma tribut dit: Le petit tu le fait rire quand il grandira il te fais pleurer.Tu le fais pleurer quand il est petit quand il grandira il te fait rire

  3. Ali

    C’est un problème d’éducation. Mais sans rigueur ni autorité panrenrale. Ces nouvelles générations ne vont pas être des signes successeurs de leurs aînés qui eux ont vu leurs parents leur inculquer des valeurs et leur montrer les interdits recourant parfois au bâton et aux privations.

  4. Imad Mustapha

    La nouvelle génération n’a peur de rien.

    • oulhissane

      La fessée:

      Des amis m’ont emmené un jour au sommet de notre Tessala puiser l’eau de sa source. Il y avait beaucoup de gens et il fallait « tenir la queue ».
      À un moment, un bel homme se présenta à moi :
      -Monsieur Oulhissane, je suppose ?
      – Oui, répondis-je en me tenant droit comme dans un salut militaire.
      – Permettez-moi de vous embrasser, je suis un de vos anciens élèves du Cem AZZA.
      On déterra les souvenirs. C’était pour moi la meilleure occasion de voir ce qui m’échappait pendant mes cours.
      On parlait, on parlait avec beaucoup de nostalgie, quand soudain, l’élève, devenu prof d’université, dit à son ancien enseignant, devenu vieux :
      – Je me rappelle toujours d’une gifle que vous m’aviez donné une fois.
      Le vieil enseignant se tut et baissa les yeux. Il était gêné.
      Le professeur universitaire poursuivit :
      – Elle était, disons, un peu rude…
      Le vieil enseignant eut des regrets pour ce geste que la mémoire de son ancien élève ne veut pas lâcher jusqu’à ce jour. Il allait présenter ses excuses au prof d’université, mais celui-ci le devança en changeant le ton de sa voix :
      – C’était une gifle qui m’a été bénéfique. Elle m’a appris beaucoup de choses positives.
      D’autres élèves me rapportèrent que lorsque je punissais un élève  » à la règle » toute la classe chantait  » yal mistara, yal mistara ! »
      Je crois que c’est Anatole France qui a dit que lorsque l’enfant ne comprend pas par la tête,
      on essaye de lui faire comprendre par les fesses.
      Le châtiment corporel est interdit dans notre école. Personnellement, je dirais  » quand il touche à la dignité humaine. » Je trouve véridique le dicton qui dit : Qui aime bien, chatie bien
      Ceci n’étant pas une  » apologie » à la fessée. Quant à l’Europe, je trouve quelle puise son hégémonie dans les bases de l’éducation spartiate.

  5. Mme CH

    Mais où est le problème…!!!??? Ce sont les enfants qui vont donner la fessée à leurs parents….et Dar El 3adjaza les attend….!!!! C’est comme l’inversion des pôles magnétiques….!!!

    Qui sont ces gens qui sont entrain de chambouler les lois et les équilibres…??? Ils font de la politique, pour plaire à une certaine frange de la populace, « les gens heureux » chez qui tout est permis, même la pédophilie (y compris chez la classe politique)…!!!
    Pourvu que nos Aras Bleus ne nous sortent pas le même refrain S/c des droits de l’enfant…???

    Au fait, il ne s’agit pas de tabasser ou maltraiter un enfant mais juste de lui donner une petite fessée pour le corriger quand il le faut, car les parents doivent veiller à la bonne éducation de leurs enfants et à leur protection; et la fessée est un moyen d’éducation qui peut devenir nécessaire, mais comme dernier recours….!!
    Parfois brandir un bâton ou une ceinture comme la grand-mère de l’ami que je salue,peut être plus efficace que la fessée…!!! Il faut plutôt s’armer de moyens destinés à assurer leur droiture en plus du Dou3a….!!

    « Seigneur, donne- nous, en nos épouses et nos descendants, la joie des yeux, et fais de nous un guide pour les pieux ».) (Coran, 25:74 )

    Pour les adeptes de Freinet , il dit entre autres:

    *Nul – l’enfant pas plus que l’adulte – n’aime être commandé d’autorité.
    *Ce n’est pas le jeu qui est naturel à l’enfant, mais le travail.
    *Personne, ni enfant ni adulte, n’aime le contrôle et la sanction qui sont toujours considérés comme une atteinte à sa dignité
    *Les punitions sont toujours une erreur. Elles sont humiliantes pour tous et n’aboutissent jamais au but recherché. Elles sont tout au plus un pis-aller.

    Et par la suite, il dit que: « L’ordre et la discipline sont nécessaires en classe. »…Bon…!

    Bonne soirée

    • Hakem abderrahmane

      Il faut parler et expliquer à l’enfant ce qu’il doit faire ou ne pas faire et répéter sans relâche à chaque fois qu’il faute en le fixant dans les yeux et oui il y a la manière aussi et éduquer un enfant cela s’apprend.Il faut éviter à tout prix les châtiments corporels.Et pour éviter le désordre et l’indiscipline les enfants doivent être occupés et ce par le jeu tel que recommandé par Celestin Freinet .

    • Imène

      Mme CH : Azzul , tlm..
      Notre ami le Dr. Douar – ds ces écrits – était le premier à soulever la problématique des châtiments corporels ( châtiment est un bien grand mot ! ) dans l’éducation des enfants : fessée ou pas fessée ? A l’unanimité , nous avons toujours répondu : OUI pour la correction appropriée et justifiée ..il ne s’agit pas de tabasser les mômes , mais de les éduquer et l’autorité parentale doit s’exercer ..la ceinture, le zellat :peuvent être d’ excellents moyens de dissuasion ! même le perroquet de 3mirouche a tout de suite compris ! loool ..
      Pour Freinet et ses adeptes : un conseil : Dabbrou 3’la arwartikoum !
       » L’éducation sans contraintes peut être l’antichambre des déceptions et des chutes les plus dures  » tout à fait exact ! on le voit tous les jours .
      Khayticalement. salem !

      • Hakem abderrahmane

        Pour rien au monde je confierais mes petits enfants à ceux qui utilisent le Zellat et la répression pour les éduquer!Pour être éducateur il faut avoir un haut niveau une grande âme de la tendresse et surtout beaucoup d’amour pour les enfants et agir comme le faisait notre prophète Mohamed que le salut d’Allah soit sur lui!Si je parle de Freinet c’est parce que c’est un pédagogue des temps modernes et je recommande surtout les »techniques » dites Freinet et mettre son idéologie de coté !Eistein était un juif mais sa théorie sur la relativité est bien incontournable!

  6. Hakem abderrahmane

    J’ajouterais que la plus grande erreur des éducateurs est qu’ils ne se rappellent jamais qu’ils furent eux même des enfants.Les érudits en Islam vous diront aussi que notre prophète (SASLM)était très doux avec les enfants !

  7. DanielleB

    bonjour bonjour
    une fessée lorsque l’enfant va trop loin je suis pour, elle n’a jamais tué personne , lorsqu’on pense que l’enfant peut porter plainte contre ses parents si ceux-ci ont osé!!!!!!!
    mais on marche sur la tête là, j’en ai reçu des fessées et pourtant je suis là, entière, équilibrée et je remercie mes parents de l’avoir fait, car j’aurai surement fait des grosses bêtises si je n’avais pas craint l’autorité parentale, sur le moment les fesses du corrigé ne comprennent pas mais plus tard elles seront reconnaissantes à ceux qui font ça dans leur intérêt, les enfants une fois adultes reconnaitront les bienfaits de la fessée alors que ceux à qui ont a laissé tout faire seront pour la plupart des personnes odieuses, mal élevées, et mal dans leur peau et qui peut-être même vous diront « j’aurai bien aimé que mes parents me corrigent peut-être que j’aurai mieux réussi dans la vie »
    cordialement et bonne après-midi

  8. lecteur assidu

    @Madame Danielle B. Je partage votre opinion. Nous avons tous eu à faire à nos parents et ces fessées avaient un but à savoir orienter, éduquer pour ne pas compromettre notre bonne éducation à laquelle ils tenaient. Ce libertinage et ce laisser faire au nom de n’importe quelle liberté est à l’origine de plusieurs maux sociaux. Un réel plaisir de vous revoir sur votre espace de SBA

    • DanielleB

      @ LECTEUR ASSIDU – bonjour et Merci pour ce gentil post à mon égard
      j’interviens rarement mais croyez moi je suis toujours présente, je lis avec beaucoup d’intérêt les articles et certains intervenants
      la nouvelle approche de la vdsba est trés intéressante, un peu touche à tout , il y en a pour tous les gouts et je m’aperçois que les commentaires virulents et non appropriés ont pratiquement disparus de cet espace et je félicite et encourage la nouvelle équipe dans cette voie
      cordialement et bonne après-midi

  9. Hakem abderrahmane

    Voilà ce que dit Freinet à ce propos : »Quelle que soit notre nostalgie d’un état de fait dépassé,nous devons considérer que le temps de l’autorité formelle est aujourd’hui dépassé,même avec les enfants.Ils la supportent s’ils ne peuvent pas faire autrement,comme nous supportons la police,l’armée et la guerre,mais comme un mal,une entrave à leur devenir,qu’ils s’efforceront d’éviter par tous les moyens en leur pouvoir:ruse,mensonge,hypocrisie et violence.On ne peut pas dire que cette forme d’autorité puisse compter parmi les éléments constructifs d’une formation valable des jeunes ».Salut à tous!

  10. Yves44

    Extrait de l’article A la Une de El Watan – le 06.03.15
    Battre sa femme ? Il y a encore des politiques pour trouver ça normal !
    Les députés ont voté hier la loi qui punit les maris violents. Mais au sein de l’hémicycle, des parlementaires ont dénoncé un texte qui «menacerait la famille»
    «Pour un pays musulman, c’est bien. Mais pour les attentes des femmes, y’a du boulot.» La loi contre les violences faites aux femmes a été votée hier à la mi-journée, à l’Assemblée populaire nationale (APN), sans convaincre. Cette modification du code pénal dispose que «quiconque porte volontairement des coups à son conjoint, et en fonction des blessures, risque de 1 à 20 ans de prison avec la réclusion à perpétuité en cas de décès».
    Premier acte, les députés de l’Alliance de l’Algérie Verte décident de ne pas participer au vote et restent dans les couloirs du Parlement. «C’est un copié-collé des textes occidentaux, dénonce Naamane Laouar, chef du groupe parlementaire.
    Il ne prend pas en considération les différences culturelles et cultuelles. Nous sommes contre les agressions contre la femme, contre l’homme, mais pourquoi parler de l’époux ? Les relations du couple sont une situation interne, pourquoi interférer au sein de la famille ? Il ne faut pas spécifier. Ce texte va donner le choix aux hommes, pour régler les affaires de famille, entre la prison et le divorce. Mettre quelqu’un en prison est une violence. On ne règle pas la violence avec la violence».
    Pudeur
    Ce groupe parlementaire, qui estime qu’au lieu de modifier le code pénal, il faut «mettre en place une commission pour régler ces problèmes internes à l’amiable», s’était déjà fait remarquer mardi, lors du débat à l’APN. Le député Mohamed Daoui avait publiquement conseillé aux femmes de faire preuve de «pudeur» pour éviter les violences et le harcèlement sexuel. Le député indépendant Ahmed Khelif a déclaré, à l’AFP, que cette loi constituait «un musellement des libertés de l’homme et une façon de rendre licites les relations extraconjugales».
    Selon lui, «il sera plus simple d’avoir une maîtresse que d’être marié et de courir le risque d’être poursuivi en justice pour n’importe quelle faute». !!!!!!!!!!!!!!!!
    Ces déclarations ont fait réagir Amnesty International Algérie qui s’est inquiétée, dans un communiqué, «de certaines positions inacceptables exprimées pendant les débats qui assimileraient ces dispositions à une atteinte à la famille et attribueraient la responsabilité de la violence de genre aux femmes et aux jeunes filles qui en sont victimes».……………..

    • Amirouche

      « Les chameaux ne rient pas entre eux de leurs bosses. » !!

      Le sujet est la fessée !!! mais (pour être HS) Battre sa femme ne concerne pas que l’Algérie , ( voir Figaro de la semaine passée ) ,sinon voir , peut être, le film réalisé par Olivier Dahan pour Amnesty International qui met en scène les violences conjugales en France et incite les témoins de ces violences à réagir.
      Ce film de 2 minutes 30, conçu par TBWA\Paris, soutient la campagne d’Amnesty International sur les violences faites aux femmes. L’objectif de ce film est de provoquer une prise de conscience de la réalité de ce problème en France, du rôle important de chacun d’entre nous et de la responsabilité du gouvernement pour y mettre un terme.
      En détournant les codes du muet, ce film amplifie l’horreur du silence qui entoure trop souvent les violences domestiques souligne l’importance d’oser dire « stop » pour briser ce silence insoutenable. Le message final « En France, 1 femme décède tous les 3 jours suite aux violences conjugales » veut mettre un terme à l’idée reçue selon laquelle la violence contre les femmes fait partie d’un passé révolu.
      Mais bon !! nous avons compris le message .

      • oulhissane

        Amirouche, salam.

        Je voudrais juste dire que  » le chameau ( en fait le dromadaire) rie de la bosse de son congénère et oublie la sienne ».
        C’est ce qu’on dit chez nous.

  11. Amirouche

    Oulhissane

    Bonsoir Ousted
    Ma réponse a été faite selon l’adage d’ici chez nous , sinon j’aurai utilisé des maximes et adages des Khwaled ou des W’haïba ,de là-bas chez nous ,comme :
    ولد الفار ما يكون غير حفار ou
    العيب على الجمل الى طلع للسطح أما الديك هاديك سيـرته
    C’est toujours un plaisir de vous lire ..
    Fraternellement

    • oulhissane

      Amirouche, bonjour…

      Il faut reconnaitre que ces chameaux savent s’ adapter suivant les circonstances. C’est sûrement dans le caravansail que l’un rit de l’autre.
      Restons un moment au caravansail, juste pour vous raconter cette histoire par un vieil homme qui n’est plus de ce monde :
      Au caravansail, on dit à un chameau :  » pourquoi êtes-vous dispersés, chacun regarde dans une direction ?  »
      Il répondit :  » c’est quand nous marchons que nous regardons dans la même direction. »
      Pour elfar weldel bled, j’ai un casse-tête « local », que je n’arrive pas résoudre. Je le poserai un jour, cest sûr.
      Je pense que c’est en marchant « qu’ils ne rient pas de leurs bosses. »

      • Amirouche

        Oulhissane

        Sbahe el kheîre

        En répondant à Yves 44 , j’ai voulu lui dire que ces maux de sociétés existent partout ,aux 4 coins du monde , même de l’autre rive de la méditerranée.Tellement qu’il est gentil ,il prend la lourde peine de nous envoyer des articles (mais que de notre presse nationale !) …..Ma réponse était donc de le remercier en lui donnant l’exemple des chameaux ou dromadaires …L’idée reçue selon laquelle la violence contre les femmes fait partie d’un passé révolu en France est fausse…..J’espère qu’il comprendra !
        Mais bien sûr que « elfar est wald blad  » ! car la souris figure parmi les animaux, en grand nombre , partout dans le monde , en profondeur des sols , elles sont plus patriotes que nous ….la preuve ,on les tue avec tous les moyens (poison, « mendeffe » ,elles sont aussi des proies pour de très nombreux prédateurs carnivores sur une grande partie de la planète ,……etc, mais la souris est toujours là à dire je suis « bente el bled » ……..
        Ma mère me disait :من نهار اللي ولدت ,ما كليت علفي وافي , ولا شربت مايا صافي  » …..Ah ! si quelqu’un nous proposerait une contribution sur nos adages !! ils sont en voie de disparition !
        Bien cordialement

        • ghosne

          @Amirouche, Salem cet adage le répétait souvent ma mère Allah yarhamha une Omarania pure souche , quand elle voyait que nous étions dépassés par les événements avec nos enfants. Elle nous expliquait que la Jument disait cela lorsqu’elle se courbait pour boire de l’eau ,le poulain buvait devant elle, et au moment de brouter l’herbe c’était la même chose .

          • Amirouche

            ghosne

            C’est de la jument qu’il s’agissait donc ! oh ! merci si Ghosne….Quelle imagination ! nos aïeux prenaient exemple sur la nature et les animaux et faisaient des adages et maximes ……Qu’Allah réserve une place pour ta mère « el Omrania » dans son vaste paradis …….Que je dois la connaitre !
            Merci cousin

            • oulhissane

              Amirouche

              Détrompe-toi mon ami ! Voici une variante qui met en premier le père :

              ملي زاد عندي عبد الوافي
              ما كليت خبزي وافي
              ما شربت مايا صافي

              Ils prétendent qu’il s’agit d’un  » papa poule » !
              Salut a Ghosne.

            • ghosne

              Salem Hadj Amirouche, c’est vrai que nos aieux prenaient exemple sur les animaux, en classe c’était le tour de Jean de la Fontaine. Des adages disaient elle pour nous consoler pour nous éduquer pour nous unir et pour affronter la vie avec Courage….Cher Amirouche elle méritait le paradis comme vous le dites si bien merci,vous devez la connaitre surement ! allah yarhamha .Cordialement et un grand salut à Mr Oulissane

              • Amirouche

                Ghosne

                Salem
                Ma fille est entrain de faire la versification des fables en 2eme trimestre …….Ghosne ,J’ai pensé à vous ,quand ma fille m’a demandé ,cet après midi ,de lui faire réciter cette fable destinée à Louis XIV
                A mon seigneur le dauphin
                Je chante les Héros dont Ésope est le père :
                Troupe de qui l’histoire , encore que mensongère,
                Contient des vérités qui servent de leçons.
                Tout parle en mon ouvrage et même les poissons :
                Ce qu’ils disent s’adresse à tous tant que nous sommes.
                Je me sers d’animaux pour instruire les hommes ………..J.de La Fontaine

                Je pense que si nos aïeux écrivaient leurs adages et maximes ,nous aurions eu dans chaque famille un « de La Fontaine »

                Bien à vous

                • ghosne

                  Salem Amirouche, que DIEU garde votre fille et dites lui que nous sommes fiers d’elle. Allah yensourha inchallah. Bonne journée

  12. BENATTOU

    On dit souvent que l’élève ? a reçu une bonne fessée qui est pour lui une défaite humiliante.
    S’il y a des traces l’enseignant encourt une peine…IL incarne pour le monde de l’éducation
    celui qui jette un défi à la société d’aujourd’hui ,à la morale, à la vie.L’enseignant doit savoir
    gérer une action blamable surtout avec cette mixité tout azimut.On voyait fumer et blâmait
    l’élève qui le faisait et tout cela pour son intérêt. On avait peu-être beaucoup de tendresse
    et de naïveté, de philosophie saine, parce que prés des réalités de la vie quotidienne de nos élèves. On pose une question Au général MARCEL BIGEARD :Vous aviez de
    l’estime pour les hommes que vous combattez? IL répond: oui les maquisards se battaient bien, j’avais envie de leur donner la croix de guerre. Ces hommes comme le
    commandant AZZEDINE sont respectables parce qu’ils se battaient bien. Cet homme a
    écrit qu’il a souffert pendant la guerre, mais qu’il espère avoir un jour une revanche sur
    BIGEARD. Je suis prêt à le revoir mais pas pour prendre une quelconque revanche.
    Pour se réconcilier.(journal LIBERTE du 06 Novembre 2003)

  13. Albarracin de sidi bel abes

    La Main et la punition

    Ce n’est pas sans hésitation que j’apporte ma modeste contribution à la question d’être pour ou contre l’usage de la fessée comme une pratique apportant son concours à l’œuvre si difficile de l’éducation des enfants !
    Comme si le coup de poing au visage de son adversaire pouvait être considéré comme bénéfique pour régler un différent ! Il n’y a pas de comparaison à faire entre ces deux situations ?? C’est à voir ! Aux psys de se saisir de la question !
    Pour n’avoir jamais été dans ma jeunesse punit physiquement par mes parents, je ne suis pas en mesure de m’exprimer par expérience.
    En revanche comme éducateur au prés d’enfants hospitalisés, j’ai eu à découvrir qu’un geste comparable à une « simple tape » à une fillette, eut pour effet de métamorphoser le regard de la fillette comme une impression de jouissance, du type sado masochiste !
    Je n’oublierai jamais ce regard !
    Certes cette expérience n’est pas transposable, mais il est courant de constater le mimétisme de parents qui reproduisent cette méthode de correction !
    La symbolique de la main dans la culture musulmane, comme en tant d’autres cultures y compris primitives, constitue un message de la valeur d’usage de la main capable du meilleur comme du pire ! La fessée est telle une pratique à mi chemin avec ou sans objets permettant l’accomplir la punition corporelle ? Pour qu’elle résultat ? Sinon la transmission d’une pratique éducative à l’emporte pièce !
    La main de Fatma à la droite de la porte d’entrée de l’Alhambra, fait face à la niche de gauche ou représentant une clef….. La légende veut que la main, un jour se saisira de la clef qui ouvrira les portes de la ville aux retours des maures !
    Nous avons le verbe pour corriger des errements ! Régler des différents ! Exprimer nos désaccords

  14. BADISI

    Pourquoi chercher midi quatorze heur alors qu on a la méthode d éducation des enfants dans la SUNNA ,,???

  15. oulhissane

    La main et la punition

     » la main, c’est aussi l’intelligence ». J’ai rencontré cette phrase quelque part dans mes lectures et celà m’a appris beaucoup de choses.
    La formation aux métiers, pompeusement la « formation professionnelle », est ouverte à ceux qui ont échoué dans leur parcours scolaire.
    Notre système scolaire se base sur un enseignement « mentaliste ». Il ne reconnait pas l’intelligence de la main.
    Il ne prend pas en charge les élèves atypiques, particulièrement ceux qui à un âge précoce ont des démangeaisons dans leurs mains.
    La main de Fatima nous protégeait du mauvais oeil. Les mentalistes n’y croient pas. Qu’ont-ils dans la main ?

Répondre