La Voix De Sidi Bel Abbes

Il ya cinq ans déja, a été rappelé a Dieu Fellah D. Il enterra sa fille et joua un match capital. Par Kadiri .M

Kadiri-Mohamed-295x250

Kadiri Med

Nous revoilà ce deuxième jour de l’aid el Fitr observer une tendre pensée a une figure du football local et national rappelés par DIEU Il ya cinq ans de cela. Il s’agit de Fellah Djillali, qui n’a pas été seulement un grand gardien, mais un heureux dirigeant de la saison 90/91 ou l’USMBA avait remporté la coupe d’Algérie le 2 mai 1991, face à la JSK. Fellah Djillali a rejoint ses camarades : Hassini Abdellah, Bekkar Cheikh……ses aînés dirigeants Hassani Ouhibi, Bouait, et autres joueurs de talent moins jeunes que lui ainsi que des dizaines de fans qui se levaient tôt pour voir le gardien volant, celui qui un jour enterra sa fille pour aller disputer une partie capitale de son club chéri. Je m’arrête là, pour tenter de retracer le cursus d’un frère, d’un ami, qui avait souffert ces dernières années, même socialement, il n’avait qu’une maigre pension à la CNR.(n’ayant pas assez cumulé). Et si ceci est un volet réel, sa longue carrière mérite un détour et je dois redire que j’éprouve un pincement au cœur en proposant à nos amis(es) lecteurs(ices) ce papier là.Je suis toujours heureux de vous servir amis lecteurs et lectrices…Suivez

Fils du quartier Graba et sa célèbre rue Béranger, avec comme coéquipiers de l’équipe minimes de l’USMBA dit « Diden » Badaoui Ghezzal, feu Saim Hadj, Hassani M ; Djillali sut prendre en main sa destinée…et il fallait être culotté pour jouer avec l’ASBA (Equipe des cheminots.) contre le grand sportif S.C.B.A au stade Paul André et convaincre l’exigeant Viscallo et faire doute des protégés de Rebibo coach du S.C.B.A. qui ne parvinrent à marquer leur unique but qu’à la 83ème minute de jeu lors de ce derby comptant pour la coupe deFrance.

fellahh

Et ce match « formalité » devint au fil des minutes, sérieux très même … à la mi-temps : 0-0 Fellah auquel on avait fait signer une licence sous le nom de BERREZZOUG Abdelkader ? s’en souvient comme si c’était hier. Ainsi, disait-il ses propres dirigeants coloniaux lui ont demandé de « baisser les bras » … Djillali se rappela de ces mots traduits par feu Bengamra qui était son adversaire coté S.C.B.A : « Mira quién va jugar goal ? » (Regards qui va jouer goal) prononcé en Espagnol lors de la vérification des licences, ce qui contribua à motiver l’enfant d’El Graba.

Ces images sont encore présentes dans sont esprit comme celle du chahid Bendelhoum Miloud dit « pahih » auteur ce jour là d’un grand match contre le S.C.B.A. il nous évoqua son séjour à l’O. Marseille Fellah nous reparla de cette époque de la Fida locale de ce berceau éternel de village Errih, Abbou , Sidi Yacine, Toba ex-Gambetta. Des ex-dirigeants et joueursqui ne sont plus de ce monde de cette rencontre capitale un certain dimanche contre l’MCA au stade des trois frères Amarouche où il venait d’enterrer sa fille pour jouer l’après-midi … « On en devait manger au restaurant « les trois canards » Hénia qui était cette saison là entraineur / joueur, et qui fut mon coéquipier n’avait pas accepté mon retard il ne cacha pas sa remarque, je m’approche de lui en lui disant : « je viens d’enterrer ma fille … » il me répondit « et tu veux jouer » ; oui.. et je vais même chercher deux joueurs absents récalcitrants, à l’un d’eux j’avais même remis la somme de 50000 centimes. En fin de partie j’ai reçu après la victoire. On m’a remis un billet de 20000 centimes. Je revins à pied, et ce malgré quelques sollicitations de supporters véhiculés en pleurant à chaudes larmes, j’ai joué détenant un record d’invincibilité de 15 matchs. » Des statistiques existent à ce jour.

Ce grand gardien a connu des hauts et des bas et avec philosophie, il accepte les revers mais avec une dose de fierté il évoque cette belle finale de coupe d’Algérie remportée par l’USMBA cotre la JSK ou Fellah était dirigeant actif … les autres catégories des minimes des juniors en avaient fait autant … boute-en-train malgré son état de santé il vous reparle de certains matches d’anthologie de ce CRB- USMBA de juin 1965 et d’autres belles empoignades. Des photos d’un plongeon sur Kalem, avant centre ornent à ce jour certains espaces autochtones et autres rares sites belabesiens. Depuis sa situation sociale s’est dégradée, Fellah qui avait enterré sa fille le matin, et joua l’après midi et actuellement dans un fauteuil roulant depuis son amputation d’une jambe. De la CNR (Caisse Nationale de Retraite), il ne percevait que 3650 DA. Ses cotisations étaient maigres, mais son rendement et son sacrifice ont été immenses. Décidément, cette année la cele de 2011 a été indélébile ;au niveau des gardiens de but, jugez-on : Bouneb Noureddine dit Nounou, Dekkar Noureddine et Benayed Abbes dit Kiles. Allah Yerhamhoum.d ‘autres  joueurs de champs dirigeants etc..les rejoignérent en 2012 et cette année encore.

Feu Fellah et Henia———-Feu Fellah

 

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=30115

Posté par le Juil 7 2016. inséré dans ACTUALITE, COLLECTIFS, SPORTS. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

13 Commentaires pour “Il ya cinq ans déja, a été rappelé a Dieu Fellah D. Il enterra sa fille et joua un match capital. Par Kadiri .M”

  1. Mr KM

    Prière lire feu Saim comme voisin. D’autres erreurs subsistent Des excuses sont à formuler Bonne fête à tout le monde musulman. À plus!

  2. chaibdraa tani djamel

    ALLAH YARHAMAK YA OULD FILAJI ( comme on le dit chez nous elabbabssas),le natif d’ELGRABA né là ou se trouve maintenant la ZAOUIA DE CHOUKCHOU, simple et aimé par tout les belabbésiens ALLAH YARHAMAK WA YARFARLAK

  3. Cheniti Gh.

    Salam si Kadiri , Saha aidek,
    Merci Si Mohamed d’avoir pensé à l’un des plus grands sportifs que Sidibelabbès ait connu .Un gardien de but extraordinaire avec un esprit de gagneur inégalable ! Allah yerham khouna Fellah Djilali.
    J’espère , cher frère Mohamed, que tu vas continuer à nous régaler avec tes écrits et que ce papier sur Fellah et sur tant d’autres qui vont venir vont ‘officialiser ‘ ton grand retour à la VDSBA , qui a besoin de tous ses enfants!

  4. Hocine .C

    Allah yrehmeh , Fellah était tout simplement l’un des meilleurs gardiens d’Algérie , quelle grande perte pour la ville de Sidi Belabbes , son nom restera à jamais gravé dans le coeur de tous les bél abbésiens et dans le coeur de tous ceux qui aimaient l’USMBA . J’ai eu la chance d’assister à son dernier match de son impressionnante carrière à Tlemcen contre le WAT (stade frère Zerga ) en Mai1978 , il avait tout juste 41 ans . Après 3 années d’arret , il n’a pas refusé l’appel de son club favori qui avait besoin de ses services , et ce , suite aux absences des 03 gardiens pour diverses raisons (Bahri , Ghalem et Kaddour ) . Ce jour là , sous les yeux d’André Morri , il a réalisé une prestation de tout premier ordre en décourageant à lui seul tous les attaquants tlemciens . Le résultat final de 0-0 qui a sanctionné le match , a non seulement permis à l’USMBA d’engranger le point du nul mais a permis surtout à Fellah de terminer sa belle carrière avec une cage vièrge et Zéro but encaissé . Merci Mr Kadiri pour cet article à la fois intéressant et émouvant sur l’un des plus grands gardiens de but du football algérien . Allah yrehmeh . Aidkom mabrouk .

  5. Mr KM

    Cher ami Le présent papier fut publié lors de son décès Cette fois ci il est repris comme pensée. Il comporte quelques erreurs à corriger Pour une brève parenthèse c’est en compagnie d’un ami sportif que nous avons pris attache avec lui pour plus de données sur sa riche carrière. Allah yerhmah

  6. Ayadoun Sidahmed

    c’était un grand gardien de but ALLAH YERHMAH et je tiens à remercier Mr Kadiri pour cet article bonne continuation KHOUYA.

  7. SBA

    Un joueur qui s’est sacrifie pour son club C’est rare de voir ces bons exemples Allah yerhmah

  8. bouatra

    AID MABROUK A TOUTE L’EQUIPE ç’est triste de voir nos joueurs (GRAND) QUI ONT TOUT DONNER POUR CETTE VILLE SIDI BEL ABBES comme DJILALI (allah yerhmah) est de finir ces jours ……… Allah yerhmak une deuxieme fois cher frère DJILALI.

  9. ABBES2

    Bonjour à tous.
    Aidoukoum moubarak.Takabala allah minna wa minkoum.
    Bonjour cher ami Kadiri Mohamed,et bon retour à la voix de SBA. C’est un plaisir de vous lire.Je souhaite bien que vous nous réécrivez quelque chose de nostalgie sue notre adorable sidi yacine son hammar et son école détruite par l’OAS.
    Allah yarham notre fellah Djilali c’était un vrais amoureux de l’USMBA.
    Mais le problème chez nous c’est qu’on exploite nos vedettes sportif et nos artistes quand ils sont en bonne santé, et on les abandonne quand ils ont besoin de nous.Le pauvre Fellah rahimahou allah sur son fauteuil roulant m’a rappelé notre artiste Ahmed Wahbi rahimahou allah totalement oublier.Et d’aprés sa fille on n’a même pas pu lui offrir une chaise roulante.Et notre pauvre kasi tizi ouzou lui aussi a eté oublié et abandonné comme s’il n’a rien donné.Notre comédien Yahia ben mabrouk ….et la liste est longue. Et quand ils meurent alors là!!!!!!!!!منين كان حي كان مشتاق تمرة ، ومنين مات علقولوا عرجون allah yarham jami3 mawta lmouslimines.
    Koullou 3am wa antoum bikhair

  10. mohamedDD

    pensée ou pas, Fellah Allah Yarhamouh et tous les autres joueurs et dirigeants nous ont donné de la joie, du bonheur et … même des larmes!!! Ils étaient là, avant tout pour le plaisir de jouer et de jouer SANS tricher. Les couleurs du club, c’étaient les spectateurs, les voisins, les amis, …la famille de sang et du foot, et surtout du plaisir, aujourd’hui des piètres joueurs pour un foot fou à $$$$$. Fellah, le gardien volant !!!! dégageait le ballon en se jetant dans les pieds de l’adversaire (étaient et sont trop rares à le faire, à travers le monde). De mémoire, l’ INVINCIBILITE de Fellah à l’allée de la saison 1968-69, allait aboutir au dernier match contre le mca, quand le fameux Tahir a violé la cage de Fellah mais sans diminuer de la Classe de notre Fellah; ici et là, on répéte sans cesse (même au boulot) « il » s »est sacrifié( le sacrifice est pour une CAUSE …indépendance, ..)???? Non, il a travaillé, il a joué,… honnêtement pour sa famille, pour son plaisir,..
    Si Kadiri, mes remerciements les plus chaleureux, je voulais une petite précision si ma mémoire est bonne, quand vous dites Toba ex Gambetta, pour moi c’est 02 quartiers séparés, il y a le quartier village Toba du côté du cimetierre (on a habité la durée de 3 mois avant 1962) et le quartier Gambetta !!!!
    Ces Grandes personnes Traris (et Lallat’houm) avant et après 1962, ILS ONT NOTRE ESTIME (la preuve par 1000) -pour les lâches, les traitres, les faux n’ont ………….que du mépris (même avec un masque d’un saint d’une des zaouiouiyas) Allah Yarham Ben Badis et ses compagnons.

  11. BENHADDOU BOUBAKAR

    Allah yarham djillali fellah,en ces mois sacrès prions dieu tout puissant par sa misèricorde,la RAHMA à tous nos chers qui nous ont quittè!

  12. SBA

    J’ai eu à exprimer mon opinion sur ce grand joueur. Mais en apprenant le décès de l’épouse de l’imam Bennaoum.annonce sur le journal de la voix. Je tiens à présenter mes condoléances.

  13. Cheniti Gh.

    Allah yarham Khouna Djillali Fellah .J’ai eu le privilège de jouer avec lui au début de ma carrière.Que dire de ce Monsieur du football et ce grand amoureux de l’USMBA ! Il était un grand gagneur et il avait pu convaincre tous mes autres coéquipiers à mouiller le maillot , très cher, de notre ville .Les gens doivent savoir que s’il nous arrivait de perdre à
    l’extérieur notre frère Djillali refusait de manger lors de notre pénible et long voyage de retour par taxi.
    Il refusait la défaite car il se sentait l’ambassadeur d’une ville qui EST faite pour gagner ! Parmi nos souvenirs communs ,je me rappelle d’un match à Annaba contre Hamra où à lui tout seul ,il réussit à décourager les attaquants Annabis, très redoutables (les Haouès, Bendjamaa,Ali Messaoud …)sur leur propre terrain du  » Colonel Chabou »et. il nous avait
    permis de revenir victorieux à Sidibelabbès. Allah yerham Djllali et tous nos amis qui ne sont plus de ce monde.

Répondre