La Voix De Sidi Bel Abbes

Il ya 58 ans, nous quitta le fils de Gambetta BENGHRABRIT, premier recteur de la Mosquée de Paris.

Décembre fut souvent indélébile à Sidi Bel Abbes : Cheikh Madani, Boumelik, Dr Amir….Ce soir on va évoquer l’enfant de Gambetta, un personnage qui fut pour certaines partie très controversé mais ce qui nous intéresse est le devoir d’évocation puis que c’est un 2 décembre 1954 qu’il fut rappelé à Dieu.

La rédaction

SI KADDOUR BEN GHABRIT Directeur et fondateur de l’Institut Musulman de la Mosquée de Paris de 1922 à 1954

Si Abdelkader Ben Ghabrit est né en 1873 à Sidi-Bel-Abbès en Algérie, dans une famille originaire de Tlemcen. Conformément aux traditions des grandes familles musulmanes, le jeune homme poursuit de bonnes études à la Médersa d’Alger (la Thaalibiya) et de Fès (la Qarawiyyine) où il acquiert une solide formation française et arabe.

Grâce à cette double formation il entre facilement dans l’administration marocaine qui recherchait et appréciait facilement les anciens élèves des « Médersas » pour mettre a exécution la nouvelle réforme administrative lancée par le Roi Hassan 1er .

Dès 1895 le Roi Moulay Abdelaziz accorde la nationalité marocaine aux Algériens résidant au Maroc, où de nombreuses populations de l’Ouest et Sud Ouest algérien avaient trouvé refuge devant la conquête française de l’Algérie.

En 1904 Si Kaddour ouvre une Ecole franco-arabe à Tanger et prend les fonctions de Drogman ou interprète bilingue et de traducteur efficace dans le cadre des relations des français avec le palais marocain. Très vite devenu indispensable au progrès des discussions qui allaient aboutir aux accords du protectorat français sur le Maroc, il est considéré par de nombreux diplomates (Revoil, Saint Aulaire, plus tard Lyautey) comme l’homme d’une grande destinée et d’un grand dévouement à la France.

Nommé d’abord « Drogman » du Palais (interprète = Torjman) puis Directeur du Protocole chérifien, puis Ministre
Plénipotentiaire son rôle est partout apprécié, admiré et lui gagne la solide amitié du Maréchal Lyautey, qui lui vaut de faire partie de la « mission française » qui se rend en 1916 au Hedjaz pour le pèlerinage à la Mecque.

En 1917 Si Kaddour fonde à la Mahakma d’Alger (tribunal civil ou cadi) la Société des Habous et Lieux Saints de l’Islam sous forme d’une Association Cultuelle musulmane destinée à faciliter le pèlerinage des pèlerins de l’Afrique du Nord française en faisant l’acquisition de deux hôtelleries : à Médine et à la Mecque.

En 1920 la Société des Habous et Lieux Saints de l’Islam est déclarée à la Préfecture d’Alger comme Association de la Loi de 1901 ayant pour objet la construction à Paris d’un Institut et d’une Mosquée qui symboliseraient sur le sol français l’amitié éternelle de la France et de l’Islam mais aussi le sacrifice des milliers de soldats musulmans tombés durant la première guerre mondiale, notamment à Verdun (1916).

Patronnée par le Président de la République et les quatre Maréchaux de France (Lyautey, Pétain, Foch, Franchet d’Espéray) l’initiative est renforcée par le vote du Parlement en 1920 d’un budget destiné à la construction de la Mosquée (Rapport E. Herriot).

Des aides diverses, des populations musulmanes d’Afrique du Nord, d’Orient, et de la ville de Paris (qui fait don du terrain), permirent le début des travaux en 1922 et l’ouverture de l’Institut Musulman de la Mosquée de Paris le 15 Juillet 1926 devant le Tout-Paris.

Devenue un centre très actif de la vie parisienne, la Mosquée de Paris, ses annexes (restaurant, hammam) vont vite connaître une vie culturelle intense (peintures, romans, films). Si Kaddour Ben Ghabrit qui préside les destinées de l’Institution brille à merveille par sa personnalité dans les salons parisiens. Il écrit des pièces (3) et des livres (Abou Nouas ou l’Art de se tirer d’affaire). II permet aussi aux étudiants musulmans de Paris de célébrer régulièrement les fêtes et manifestations religieuses à la Mosquée de Paris.

Durant la Guerre 1939-1945 la Mosquée de Paris par ses caves et son accès à la Bièvre (petit cours d’eau parisien) dût jouer un rôle actif dans le sauvetage de nombreux juifs et de résistants puisque le regretté ami de la Mosquée Abraham Assouline avance le chiffre de 1700 personnes…
A la libération, jouissant d’une santé fragilisée par un accident de voiture, Si Kaddour Ben Ghabrit organise des conférences dont l’une : « La Primauté de la civilisation Arabe dans le domaine des sciences et la Médecine » prononcée par le Professeur Jacques Risler le 18 Juin 1954 est restée mémorable et a fait l’objet de nombreuses communications.

Atteint par l’âge (82 ans) et la maladie Si Kaddour assiste aux prémices des mouvements nationalistes du Maghreb qui allaient déboucher sur l’indépendance du Maroc lorsque meurt le 30 Juin 1954 à Paris celui qu’on a appelé « le plus parisien des musulmans ».

Si Kaddour Ben Ghabrit était Grand Croix de la Légion d’Honneur. Il est inhumé dans un site réservé au Nord de la Mosquée de Paris selon le rite malékite. Il est l’objet des visites, de commémorations à caractère national tous les ans.

Ouvrage édité : Abou Nouas, ou l’art de tirer d’affaire, 1930

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=19694

Posté par le Nov 30 2012. inséré dans ACTUALITE, EVOCATION. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

34 Commentaires pour “Il ya 58 ans, nous quitta le fils de Gambetta BENGHRABRIT, premier recteur de la Mosquée de Paris.”

  1. Benhaddou Boubakar

    salam;je savais que le premier recteur de la mosquèe de paris ètait de Sidi belabbes,mais j’ignorais son nom et son parcours, et voila la VDSBA qui nous èclaire un peu sur ce personnage ignorè par bon nombre de belabbesiens!

    • elhadj abdelhamid

      Salam, Si Benhaddou
      Dans les commentaires sur l’article Dor biha chibani, nous avions déjà évoqué le parcours du Belabbésien Ben Ghabrit et son humanisme actif qui a sauvé des Juifs des griffes des nazis, spécificité algérienne héritée de l’Emir qui avait sauvé les Chrétiens du Sham des persécutions musulmanes .
      Mais si l’on peut tirer une fierté de l’action de ce Belabbésien, il ne faut pas oublier que Si Kaddour, le premier recteur de la Mosquée de Paris,tout comme Bachtarzi qui se targuait d’en être le premier muezzin, avait ignoré l’appel nationaliste de Messali de boycotter l’inauguration de la Mosquée pour protester contre le massacre du peuple du Rif de Abdelkrim par les troupes de Lyautey.

      • Benhaddou Boubakar

        salam si Elhadj Abdelhamid:j’ignorais l’appel de Messali au boycotage de l’inauguration; si c’est possible un article sur la VDSBA pour nous eclairer un peu plus sur « le massacre du peuple du rif » et l’appel de Messali,ou bien nous referer, merci de votre reponse,bonne soirèe!

        • elhadj abdelhamid

          Salam, Si Benhaddou
          Je me ferais un plaisir de préparer un petit article sur Messali et la Mosquée de Paris.
          Pour Bachtarzi, je l’ai entendu de mes propres oreilles annoncer fièrement à la télévision qu’il a été le premier muezzin de la Mosquée.
          Pour l’appel au boycott , j’ai lu , il y a très longtemps, dans un numéro spécial d’un magazine consacré à l’ islam de France, un article sur le sujet avec une photo du tract diffusé à Paris par les nationalistes algériens et je vais me faire un devoir de retrouver ce document pour les lecteurs de VSBA.
          Si Lakehal Benyahia , dans son commentaire de 22:31 relatif à la place de la cité Adim Fatiha baptisée du nom de Ben Ghabrit pendant l’occupation, me conforte dans mon opinion que le recteur belabbésien était dévoué à la colonisation.
          Plus près de nous, non loin de la cité Adim Fatiha, j’avais remarqué que la cité Caïd Rabah a été débaptisée au profit de Caïd Belarbi, mon grand-pére, mais la plaque a mystérieusement disparu.

          • Benhaddou Boubakar

            ce serait avec un tres grand plaisir de lire ces recherches et je te remercie si Elhadj, pour l’occasion,tu as citè que « Caid belarbi » c’est un grand-pere pour toi;et bien ma mère me disait a chaque fois que Caid belarbi est un proche parent a mes grand peres! (ma defunte grand-mere paternel est une Belarbi ), je vais essayer d’en savoir encore plus! salam

            • elhadj abdelhamid

              Bonjour, Si Benhaddou
              J’ai retrouvé quelques éléments de réponse au sujet de l’Etoile Nord-Africaine et la mosquée de Paris.
              Juin 1926. L’ENA voit officiellement le jour.
              2 Juillet 1926. Le Comité Central est élu et Messali Elhadj devient Secrétaire Général de l’ENA.
              14 Juillet 1926. Première réunion ( meeting ) de l’Etoile. Ordre du jour : Inauguration de la Mosquée de Paris. Le tract de convocation à la réunion dit :  » On va inaugurer la mosquée-réclame. Les pantins, le sultan Moulay Youssef, etc…les uns et les autres ont encore les mains rouges du sang de nos frères musulmans « .
              Le lendemain, 15 Juillet 1926, le journal L’Humanité écrit:
               » A l’issue de la réunion….,
              L’Etoile Nord-Africaine, association des musulmans algériens, tunisiens et marocains, réunie en assemblée générale, au nombre de 2000, Salle de La Grange-aux-Belles, le 14 Juillet 1926…
              Elève une protestation indignée contre la parade d’inauguration de la mosquée de Paris.
              Les musulmans nord-africains ne reconnaissent aucun droit aux sieurs, bey, sultan et ministre honoraire, Mohamed ElHabib, Moulay Youssef et Kaddour BenGhabrit, pour les représenter.
              Ils déclarent que seuls les hommes dignes de les représenter sont:
              L’Emir Khaled, Cheikh Taabli et Abdelkrim…
              Vive L’Emir Khaled
              Vive Le Destour Tunisien
              Vive Abdelkrim
              A bas les Musulmans Vendus « 

          • tewfikhayii

            Salam,
            Attention Mr elhadj abdelhamid, pas d’amalgame et de procès d’intention, si vous êtes un fervent partisan de Messali El Hadj, ne taxez pas les autres de  »vendus » du colonialisme, parce que même Si Messali El Hadj a été pendant longtemps manipulé et instrumentalisé par les français, et sa mégalomanie a presque réussi à saborder la guerre de libération. Cheikh Ben Ghabrit rahimahou ellah a sauvé beaucoup de Juifs Français et a même  »islamisé » Salim Hellali (je confirme si Mohamed G), par notre cheikh abbassi pour le sauver de la déportation vers les camps de la mort.J’ai vu dernièrement un film relatant cette période avec des acteurs algériens et français, et le rôle de cheikh Ben Ghabrit , j’étais épaté par le courage du monsieur devant les allemands et les collabos français,car il risquait sa tête et celle de son équipe.J’avais toujours avoir eu la certitude qu’il était marocain, et je viens de découvrir avec grande joie qu’il était ould Sidi Bel abbès. Alors Monsieur elhadj abdelhamid, laissez les morts reposez
            en paix et essayez de dépenser votre énergie dans quelque chose de positif et d’utile à la communauté. ELLAH YARHAME CHOUHADAS de tout bord.
            Salam.

            • Mohammed.G..

              Bonjour mon frère Tewfik,

              Très heureux de te lire,et j’espère que tu te portes bien,toi et toute la famille,ainsi que tous nos amis du Machine Shop !!!
              Tu sais,je n’arrive pas à me situer entre histoire,témoignages et anecdotes concernant le parcours de Si Kaddour Benghabrit qui demeure controversé ,tout en sachant que c’est un authentique Algérien,né à Sidi Bel-Abbes en 1868 et non en 1873,qui était au service de l’administration du protectorat Marocain en 1892,et a dirigé la Mosquée de Paris de 1920 à 1954.
              J’ai vu des séquences du film que tu as évoqué, s’il s’agit du film ‘Les Hommes Libres’ d’Ismaël Ferroukhi ,dans le rôle de Si Kaddour ,on retrouve Michael Lonsdale, mais je n’ai jamais su que l’Algérien Salim Hellali s’est convertit à l’Islam ,je te remercie pour l’information !!!

              Transmet mon bonjour à tous nos amis et A Bientôt,mon frère !!!

              • Mohammed.G..

                Cher Tewfik, j’ai omis de te transmettre le bonjour de la part de Sid Ahmed et Abdelkader Sebaa et protège-toi bien du froid,je sais très bien qu’en ce moment là au Canada il fait un froid de ‘huit béry’ qui a dépassé la ‘six béry’ (Sibérie) , chez nous ça ne dépasse pas les ‘deux béry’ . Je sais que tu connais l’histoire…allez…A bientôt !!!!!

                • DOUAR

                  salam si Mohammed racontez nous l’histoire de 1.2.3….8 béry.

                  • Mohammed.G..

                    Bonsoir Si Douar,
                    Et bien , on raconte,à une certaine époque après l’indépendance,un ministre Européen est arrivé à Alger,accueillis par un de nos ministres,par un mois hivernal !
                    Le ministre Européen,en s’adressant à notre ministre et en se frottant les mains lui dit : ‘Il fait un froid de Sibérie,chez vous…’ et notre ministre lui réplique ‘ça arrive parfois jusqu’à huit béry’ , croyant lui dire ‘six béry’ Donc pour lui le’béry’ est l’unité de mesure de la température…???

                    • Benhaddou Boubakar

                      hadi fort khayi!!!

                    • Un parmi d'autres

                      Ah!hadi fort Alamo ya kho carton multicoulour comme les cryoune colour .Et tu diras à M G que c’est dix bérets pour le club BESSMA sinon De Barry

                    • ghosne elbane

                      Ce même Ministre a dit dans un de ses discours « Nous étions au bord du précipice et aujourd’hui nous avons fait un pas en avant » (rires)

                    • Mohammed.G..

                      Si Ghosne elbane,vous etes sur la longueur d’ondes que moi ,j’en ai une autre mais on la laisse pour un autre jour!!!
                      ça fait du bien,et vous l’avez bien dit ‘on ne vit qu’avec nos beaux souvenirs’ !!!
                      Bonne soirée khayi !!!

                • Nasri

                  Salam si Ghosne EL Abane
                  Heureux de vous lire avec si Mohamed G, un autre ministre a parlé avec l’avion.. rires..
                  En tout cas allah yerhmah
                  Portez vous bien mes frères sans oublier mon frère si Benhaddou B.

          • ghosne elbane

            Salam si Elhadj Abdelhamid Si Mahieddine Bachtarzi etait issu aussi de famille de religieux descendant de Sidi ben abderahmane bou kabrine entérré en Kabylie « la Confrerie des Rahmania » issue d’une très grande famille connue à l’Ouest,au Centre,à l’Est ils sont de descendance Turc BACH qui veut dire « Maître » et Tarzi « Brodeur » et Bachtarzi veut dire Maître Brodeur » il était très cultivé,grand homme de theatre et dont celui d’Alger porte son nom (c’est un hommage).

  2. derkaoui

    Personnage comme vous dites trés controversé mais ce rappel a quelques bonnes notions de nous faire davantage connaisance avec des gens de la région que nous ne connaissions pas.

  3. Mohammed.G..

    j’ai entendu dire que parmi les juifs sauvés par Si Kaddour Benghabrit,pendant la deuxième guerre mondiale ,figurait le chanteur Salim Helali, en leur délivrant de fausses attestations de musulmans qui leur permettaient d’éviter leur arrestation et d’échapper à la Gestapo!! Par son intelligence, Si Benghabrit , a su tromper la vigilance des nazis ,démontrant que le musulman est tolérant !!!

    • Benhaddou Boubakar

      c’est juste MohamedG,il y’a un film que j’ai vu recement qui relate cette action humanutaire envers salim hilali sauvè inextremis des mains de la guestapo! j’ai ce film sur CD

  4. DOUAR

    un personnage né à sba dont j’ignorais complètement,il mérite d’etre connu par tout le monde et surtout les lecteurs de la vdsb .merci de l’avoir presenté.

  5. OMAR

    Si Mohamed G Bonsoir
    Je crois que le chanteur juif Salim EL Hallali est devenu l’ami des algériens après la fin de la deuxième guerre mondiale et j’ai vu dans un reportage concernant la chanson malouf que ce chanteur juif chantait avec les algériens au cabaret du père de Ouarda El Djazairia à Paris.
    Cordialement

  6. Benyahia Lakhal

    A la cité Adim Fatiha, pendant l’occupation, une placette portait le nom de Si Kaddour Benghabrit.

  7. elhadj abdelhamid

    Bonjour
    Appel à témoins
    Le Dr Maurice Munera, praticien qui a exercé à Sidi Bel-Abbès de 1925 à 1962 raconte:  » Les Américains ont débarqué en Oranie le 8 Novembre 1942…Le 13, ils entrèrent à Sidi Bel-Abbès, juchés sur leurs Jeep, Half-Track, GMC…
    Le 14 à 19 heures, je reçois la visite d’un gendarme: Je suis chargé de vous emmener pour examiner…le mort de la Route d’Oran…..
    C’est à la dernière maison à étage que le gendarme s’arrêta….Contre une porte gisait un homme….portant l’uniforme américain…Une lueur de phares apparut à l’entrée de la rue…c’était une Jeep transportant deux soldats en uniforme avec l’insigne MP , Military Police…Le cadavre , qui présentait un enfoncement du crâne, est identifié; c’est celui d’un Marin’s qui appartenait à une unité stationnée à Chanzy…
    Le gendarme : c’est sûrement un Arabe qui lui a donné un magistral coup de matraque mais on ne lui a rien pris…
    La division américaine a rejoint le front de Tunisie …mais on n’a jamais retrouvé l’auteur du magistral coup de matraque… »

    Aussi, je lance aujourd’hui sur La VSBA, un appel à témoins de l’époque( même sous l’anonymat ) pour aider à éclaircir le mystère du…Marin’s mort de la Route d’Oran!

    • elhadj abdelhamid

      NB : toute information intéressante sera grassement récompensée et si, d’aventure heureuse, l’auteur décide de soulager sa conscience, qu’il soit rassuré car il est protégé par la prescription et il risque (!) de gagner une omra gratuite pour rincer ses os et sa…matraque!

  8. Sid Ahmed

    Un meutre reste un meutre et ce n’est pas une omra qui va rincer les os de l’assassin. A ce que je sache, nous autres autochtones, nous n’étions pas rentrés en guerre contre les américains. Alors, si Abdelhamid, cesses de lancer des fatwas, ce n’est pas ton filon. A bon entendeur salut!

    • elhadj abdelhamid

      Mon cher Sid Ahmed
      Je vois que les  » Fédéraux  » du FBI s’intéressent à l’affaire.
      Pour vous rassurer , la Route d’Oran était plutôt  » espagnole  » qu’arabe et les maisons à étage ( le corps du Marin’s est retrouvé à la dernière ) précédaient les rangées des petites maisons, demeures des petits ouvriers espagnols ( ceci me rappelle la petite maison à la sortie de la ville où est né Marcel Cerdan ).
      Sidi Bel-Abbès était encore vichyste à l’arrivée des Américains ( La Légion avait même installé une grosse pièce DCA sur la terrasse de l’immeuble jouxtant la poste (le plus haut de l’époque) et un téméraire char français n’alla pas plus loin que le virage du Rocher . Si le gendarme a accusé la matraque d’un arabe ( un arbi l’a  » tuer « ), peut-être gardait -il le souvenir d’une matraque arabe qui lui aurait bien dégourdi les côtes et …la tête.
      Mais une question reste posée : que faisait un Américain de Chanzy, en uniforme ,seul, dans la dernière maison à étage de la Route d’Oran à Sidi Bel-Abbès, le 14 Novembre 1942 !

  9. Néophyte

    @ Lecteur

    Je me prosterne chaque jour et à cinq reprises devant notre Dieu Tout Puissant pour revenir dans le monde profane et m’incliner devant la puissance de la divinité numérique WiKipaedia qui permet à tout un chacun de devenir expert en un clic, et un savant de tout qui peut ‘ecrire’ sur tout..
    Très méfiant par nature de la fabrication de l’opinion et de la servilité à l’égard des prescriptions émanant de figures d’autorité (mêmes amicales), je viens apporter ma petite note dissonante.
    Devant la tentation d’instruire un procès posthume à Si Kaddour, le natif de notre cité, je tiens à rappeler qu’il est décédé en 1954 et qu’il est frappé d’un double ostracisme.
    Tout d’abord, il y a le déni de lui reconnaître la naissance de l’Institut et de la Mosquée de Paris, ce beau bébé qu’il a transmis à sa mort aux Boubekeur.
    Ensuite, le nom de ce Juste parmi les Justes des Nations qui a secouru des centaines de juifs et leur a évité la déportation et la mort certaine n’apparaît sur le Mémorial de Yad Vashem.
    C’est que cela ferait mauvais genre de reconnaître que des musulmans et arabes ont sauvé des juifs en les arrachant des mains de la police française obéissant aux prescristions du régime VIchYste.
    Que vous le vouliez ou non Si Kaddour restera dans les mémoires comme un érudit musulman, lettré, amateur des nourritures et boissons terrestres chères à Inb Nuwas et connu pour un ouvrage libertin publié sous son vrai nom en 1930.
    Face au projet conscient de taire ce qui dérange, d’occulter ou de nier, je pense qu’il faut tout dire, éclairer pour rendre libre et éviter le viol de l’opinion par propagande et manipulation à courte-vue.
    Si Kaddour aurait sauvé de 500 à 1600 personnes de confessions isrélite en fournissant fausses attestations et carnets de rations alimentaire.
    En témoignera le patron des ‘Grosses Têtes’ Phillipe Bouvard qui a remercié publiquement Si Kaddour d’avoir sauvé son père.
    Ce spécialiste de la théologie avait une autre casquette. C’était un spécialiste de la litérature érotique maghrébine et avait compilé de nombreux recueils.
    Senni pourrait peut-être nous éclairer, lui qui ne craint pas de dire les vérités.

  10. NAIMI

    ALORS DE GRACE CESSONS DE NOUS LAPIDER PAR DES PERSONNAGES ET PAR MEDIAS INTERPOSES.

  11. Mohammed.G..

    Bonjour tout le monde,

    Nous sommes le 1er Décembre qui coïncide avec La Journée Mondiale de Lutte Contre le SIDA ,qui se déroule chaque année depuis 1988,et l’Algérie n’est pas épargnée par ce fléau qui est une maladie mortelle laquelle on a enregistré plus de 550 nouvelles contaminations en 2012.

    Cette journée mondiale de lutte contre le sida,vise à rappeler la réalité alarmante de cette épidémie dans le monde,qui impose aux pouvoirs publics un devoir constant de vigilance et d’information à l’égard de l’ensemble de la population.
    Lutter contre l’ignorance et l’indifférence!!! Dépistez-vous !!!!

  12. hanene

    Bonjour Mohamed g.Je préfére vois pour vous parler de SMAIN et ce qui nous arriva mercrerd sans méchanceté.L’absence des articles nous a peinée mais je revois la vitalité retrouvée avec nos amis lecteurs et je suis pour un SBA.; mais une BESSMA c encore bien,cela anime et fait plaisir.Bone continuation khayi

Répondre