La Voix De Sidi Bel Abbes

Houari Boumediene revient cette semaine ,une conference jeudi 26 decem bre au nouveau musée El moudjahid de Sidi Bel Abbes (Rocade Sud ) par KADIRI M

 

Notre journal a été destinataire d’une invitation adressée a nos lecteurs (lectrices) émanant par la section de l’Emir Abdelkader de Sidi Bel Abbes ou est prévue une conférence sur le defunt Houari Boumediene et qui sera donnée le jeudi 26 décembre a 15 heures au nouveau musée El Moudjahid de Sidi Bel Abbes  (Rocade Sud ) et ce par un respectueux officier supérieur  de l’ANP   en retraite avec qui  sur les lieux; les participants feront connaissance et débattront la dite conférence et qui est intitulée

 كيف كان الزعيم هواري بومدين يرى الجزائر 2000وما آلت اليه في الواقع ؟ (comment Houari Boumediene voyait ‘il l’Algerie des années 2000 ,et ce qu’elle est devenue ?) soyez nombreux.

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               la VDSBA

 

 

 

Fervent partisan d’un socialisme autoritaire, le colonel Houari Boumédiène, à la faveur d’un coup d’État le 19 juin 1965, mit en place un pouvoir autocratique avec l’aide de l’armée et de la redoutée Sécurité militaire. Sur le plan intérieur, l’ère Boumédiène fut celle des nationalisations des secteurs importants de l’économie. C’est sous son régime que commencèrent les premières campagnes d’arabisation dans l’«Algérie nouvelle».

Rappelons que Boumédiène avait reçu son instruction presque exclusivement en arabe classique dans les écoles coraniques de la région de Guelma, la médersa El Kettani (Constantine), et dans les universités théologiques de la Zitouna (Tunisie) et d’al-Azhar (Égypte), un haut lieu du fondamentalisme musulman. De ce fait, il n’a jamais pu se libérer de l’emprise de la religion et de l’arabe coranique.

L’arabisation devint l’«option fondamentale de l’Éducation nationale». Le président Boumédiène  avait été très clair sur ce sujet :

« L’enseignement, même s’il est d’un haut niveau, ne peut être réel que lorsqu’il est nationale, la formation fût-elle supérieure, demeure incomplète, si elle n’est pas acquise dans la langue du pays. Il peut même constituer un danger pour l’équilibre de la nation et l’épanouissement de sa personnalité. Il peut également engendrer des déviations qui risquent d’entraver une saine et valable orientation. » Toutefois, «la langue du pays» dont parlait Boumédiène n’était pas l’amazigh, mais l’arabe de la tribu Quraychite d’Arabie saoudite à l’époque du prpophéte que personne ne parlait en Algérie!

Houari Boumediene est-il oui ou non mort de façon naturelle ? La question est de nouveau posée après la sortie de son ancien médecin et ministre, Ahmed Taled Ibrahimi. Pour ce dernier, il ne fait aucun doute que l’ancien président d’Algérie a été victime d’un d’empoisonnement.

«Personnellement, je ne crois pas que l’ancien président de la République, Houari Boumediene, est décédé de mort naturelle. Il aurait été, vraisemblablement, victime d’un empoisonnement, tout comme Yasser Arafat, d’ailleurs». C’est ce qu’a soutenu l’ex-ministre et médecin de l’ancien président algérien Ahmed Taleb Ibrahimi au micro de l’émission Hiwar fi edakira, diffusée dimanche soir sur les ondes de la Chaîne I de la radio Algérienne. Si ce proche de Boumediene est convaincu des causes du décès de l’ancien raïs, il ne s’est toutefois pas étendu sur les circonstances de cet «empoisonnement».

Empoisonné par Israël ?

Ce n’est pas la première fois qu’une telle hypothèse sur la disparition du Président Houari Boumediene en septembre 1978 est soutenue. Selon certaines sources, à l’instar de l’ancien Président Chadli Bendjedid, l’ex-chef d’Etat algérien a commencé à se plaindre de maux de tête continus au retour de son séjour en Syrie. Il présentait alors les mêmes symptômes qui ont emporté, quelques années après, Yasser Arafat, le leader historique de la cause palestinienne. D’après l’hebdomadaire britannique Sunday Express, le Mossad l’aurait contaminé avec le flash d’un appareil photo déposé par de jeunes officiers.Mais d’après la version officielle, les médecins ont détecté une hématurie, caractérisée par des traces de sang dans les urines. Après des soins dispensés en Algérie, Boumediene a été évacué à Moscou, la capitale soviétique connue pour sa discrétion. C’est finalement quelques semaines plus tard, en décembre 1978, que Houari Boumediene s’est éteint à l’hôpital Mustapha Pacha d’Alger d’un cancer du sang.

 

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=35849

Posté par le Déc 25 2013. inséré dans ACTUALITE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

17 Commentaires pour “Houari Boumediene revient cette semaine ,une conference jeudi 26 decem bre au nouveau musée El moudjahid de Sidi Bel Abbes (Rocade Sud ) par KADIRI M”

  1. Hakem Abderrahmane

    Ah Boumédiène si tu sais ce qui se passe dans ton pays aujourd’hui toi qui t’es donné tant de mal pour mettre sur pied un état indépendant sur tous les plans économique culturel cultuel et politique! Une mafia et sehab chekara sont partout dans les rouages de l’état pour ne pas dire que ce sont eux qui mènent la barque actuellement!La corruption le gaspillage les détournements des deniers publiques …sont devenus des slogans !Les corrompus ,les voleurs,les harquis,…sont devenus les maitres de notre pays!Mais le seul espoir est notre jeunesse!

  2. kaid

    Mais kaid cette jeunesse n’est pas formée il nya plus les écoles du militantisme Comment la former ou lui demander de prendre la reléve les vieux s’accrochent avec des couches

    • Hakem Abderrahmane

      Il faut d’abord lui faire confiance à cette jeunesse je suis sur qu ‘elle saura ce qu’elle doit faire !C’est l’ère de l’internet et de la technologie!

      • badsi

        Comment agir mr hakem nombreux sont les parents qui n’ont plus d’autorité sur leurs propres enfants;alors que faire?

        • Hakem Abderrahmane

          Mr Badsi!Parce qu’on failli à notre mission quelque part!Je veux parler des gens qui nous ont gouverné.Ils n’ont pas tenu leur promesse et ils ont menti à notre jeunesse quant à la passation du flambeau de la révolution!

  3. hamid

    Boumediéne le temps de la rigueur et de l’honnêteté

  4. k faraoun

    Ses grandes qualités sont l’amour pour le pays, l’amour pour le travail , l’amour pour le savoir, l’amour pour le progrès et son grand défaut c’était qu’ il ne revenait jamais sur ses décisions meme si elles étaient mauvaises comme les décisions concernant la médecine gratuite ou la révolution agraire.il faut pas oublier que c’est le premier président arabe qui a prononcé son discours dans la langue nationale aux nations unis et durant ses treize années de gestion , la valeur du dinar était presque identique à celle du franc français.Durant son époque l’algérien avait une certaine considération à l’étranger.
    Allah yarmah ou yarham el chouhadas

    • Houari

      On se souvient qu’on était fiers d’être algériens et la «hogra» ne faisait pas encore partie de notre dictionnaire. C’était un pays stable et universellement respecté, avec un chômage quasi-inexistant et un taux de croissance économique à faire des jaloux. Tout le monde y mangeait à sa faim et avait sa chance, le riche comme le pauvre. Tout le monde y étudiait et s’y soignait. La sécurité et l’ordre régnaient et on pouvait espérer un avenir meilleur.
      Allah yerham chouhada

  5. houssine

    Mais pourquoi en cette époque Kfaraoun nous les algeriens avions considération?

  6. FALFLA

    Il a offert un tres beau cheval pur sang arabe au président de la France V. Giscard D’ESTAING, alors que les blessures des vrais moujahidines n’avaient pas encore cicatrisée…

  7. obs

    Le cheval offert par Boumédiène à Giscard d’Estaing en mars 1975 provenait de la jumenterie de Tiaret c’était un pur sang arabe du nom de Assil. Il n’en reste pas beaucoup maintenant, tout s’importe, même les couches BB.

  8. safi

    Rien a avoir a la bravoure de ce grand dirigeant Ceci est hospitalité oblige

  9. BADISSI

    ALLAH YERHAME EZZAIME il y avait pas a son époque il ceux qui sont encore colonisée dans leur têtes des complexer

  10. Houari

    Bonjour,
    Raskolnikov dans le livre « crime et châtiment de Dostoïevski avait développé une théorie selon laquelle, les humains sont divisés en deux catégories.Les ordinaires et les extraordinaires.Pour parler de ces derniers , ils disait qu’ils ne peuvent pas se soumettre aux directives des autres car ils sont nés pour justement donner des directives.C’est leur nature d’être.
    Je pense que Raskolnikov avait raison de développer une théorie pareille. Seulement il n’avait pas raison de décider qui doit vivre et qui doit mourir car cela est du pouvoir de DIEU et lui seul.
    Houari Boumediene , in my opinion , était de la catégorie des extraordinaires.Merci à la VDSBA de parler de Boumediene .ALLAH YARHAMEH
    Je prefere etre confronté a la penurie qu’a l’indigence politique .
    Dommage qu’il ny avait pas internet de son temps .
    Allah yerham chouhada

  11. Houari

    Libérer mon commentaire qui est bloqué depuis 19h14.

Répondre