La Voix De Sidi Bel Abbes

Hôte du journal : Hadj Benaouda Fekih, de loyaux services à la presse.

C’est au 1er étage du bloc administratif du groupe des sociétés HASNAOUI que le toujours jeune et élégant Hadj Benouda FEKIH nous reçoit dans son bureau pour un entretien exclusif à la VDSBA. Hadj Benouda est né le 18 juillet 1945,a grandi pratiquement au quartier filaj ABBOU.Ayant fréquenté l’école MARCEAU ensuite le lycée LECLERC qui était d’abord collège moderne ,actuellement EL Haoues. En 1962,il le quitte en 1ère, juste après l’indépendance, pour poursuivre ses études à la faculté d’Oran « série lettres » en parallèle avec sa fonction d’instructeur. Il passa Instituteur entre 1964 et 1971 ( Ain Aden et l’école Med ABBOU  à SBA) En parallèle il dispensa des cours aussi bien à la sonelgaz, la Bna ou encore l’onaco. En 1972 il s’inscrit à un concours national dans l’office national des forets où il a pratiquement occupé tous les postes de responsabilité, tout en continuant ses études à l’université d’Alger pour obtenir son diplôme en psychologie .Cette ascension fulgurante lui a permis d’évoluer dans sa carrière passant de chef de service à l’ONTF au grade de Directeur général adjoint ce qui lui a permis d’être affecté au MOZAMBIQUE en qualité de Directeur général d’une société mixte pendant 7 années. A son retour il déposa sa retraite avant d’être sollicité par le groupe Hasnaoui d’abord en qualité de conseiller puis Directeur de la communication, poste qu’il occupe à ce jour voilà de cela 12 ans. Le clou de cette interview c’est son dévouement à la presse puisqu’il a toujours exercé comme correspondant de presse depuis 1971.Il entame sa carrière avec le journal la « République » pour ensuite passer avec « Algérie Presse Service » et « El hadef » dans ses tous 1er numéros. Son passage à Alger lui a permis de continuer avec El Hadef « agence d’Alger » pour passer à la chaîne 3 service sport en 1984.A son retour du Mozambique en 1999  il reprend du service à la chaîne 3 mais cette fois-ci en qualité de correspondant général traitant tous les domaines à ce jour.

VDSBA : Vous avez certainement été marqué par des gens durant votre double carrière ?

HBF : Ils son nombreux :tout d’abord Mr Rezzoug, allah yarhmou, mon ancien Directeur du journal el jamhouria, de Zoheir Benhammadi rédacteur en chef du journal ,du DG de l’ONTF Mr LARIBI Hadj Med qui m’a pratiquement pris en charge et qui m’a permis ma promotion et mon ascension ,de Mr ABDELLAOUI de Mr ROUIGHI et de Mr MANSOURI ou du regretté Sid Ali AZZOUG avec qui j’ai crée le journal sportif qui s’appelait « le sportif » et dans lequel une page m’était réservé c’était la chronique j’aime le sport dans laquelle j’ai eu à interviewer des personnalités sportives et culturelles tel Hassiba BOULEMERKA,Rabah DRIASSA ,Houari LAOUINET,ou le chanteur Algérois Youssef DIDINE ,ou encore Mustapha BERAF avant de devenir président du comité olympique international.

VDSBA : Des bons souvenirs aussi ?

HBF : oui bien sur, en étant avec el hadef j’ai eu à régler un litige qui opposait le MCA section JUDO et la fédération Algérienne de judo qui avait comme président Mr Sid Ali LEBID bien avant sa candidature au CIO ou sa désignation au poste de ministre de la jeunesse et des sports. Un autre bon souvenir, à l’époque de Mr SERIDI Abdelkrim wali de SBA, autant le courant ne passait pas avec le chef de daïra Mr AKTOUF autant on est devenu amis allant jusqu’à faire le rallye international aérien ensemble au bord d’un avion émanant de l’école d’aviation « aéro-club »allant d’Oran à Ouarzazate en passant par Oujda –Fès –Marrakech. Je garde un très bon souvenir du Mozambique dans la mesure où j’étais le doyen des Arabes et donc tout Arabe devait transiter par moi y compris les Ambassadeurs arabes (EGYPTE-TUNISIE-PALESTINE ou encore la RASD)

VDSBA : De mauvais souvenirs ?

HBF : c’est le cas de mon frère BACHIR Allah yarhmou, que j’ai suivi jusqu’à son dernier souffle ayant subi toutes les interventions chirurgicales possibles suite à un accident de route, je tiens à le préciser, BACHIR avait toujours clamé fort qu’il se remettait à DIEU qu’il voulait libérer sa conscience, et qui ne voulait pas  avoir du sang dans sa conscience.

VDSBA : Y a t-il une chose que vous ne ferez jamais ?
HBF : Prendre la place d’un ami. Je m’explique pour l’anecdote Mr ABDELLAOUI ou encore Mr ROUIGHI respectivement ministres en travaux publics  et en hydraulique ou encore MESLI m’avaient sollicité pour des postes de haut responsable qui consistaient à remplacer des amis choses que j’ai toujours refusé celui d’occuper des postes d’amis.

VDSBA : Un petit mot sur la famille ?
HBF : Il y a d’abord MOHAMED architecte et propriétaire d’une entreprise au Mozambique et AMINA qui est en voie de devenir psychiatre, et tous deux sont mariés et vivent au Mozambique. une autre qui a ouvert son propre cabinet en médecine « esthétique » ou encore ma toute dernière WAHIBA diplômée en pharmacie et qui a prépare son master et qui vit en France en compagnie de l’Imam de la mosquée de la rue Bira, qui fait jaser l’extrême droite actuellement, sans oublier le tout jeune ABDEL WAHAB qui gère un multi service et par la même dispose d’une petite société de transport de marchandise.

VDSBA : Conseils à donner à tout correspondant de presse ?
HBF : le correspondant de presse ne doit pas appartenir à une telle ou telle frange de la société. Il doit s’assurer d’abord de l’information qu’il véhicule est sure .Il vérifie la source d’information car l’investigation compte pour beaucoup. C’est un homme public, éducateur , formateur et vulgarisateur. Il se doit de triturer l’information brute pour la rendre accessible en évoluant par des termes simples, phrases courtes, tout en introduisant des éléments percutants. Il faut qu’il ait la confiance de l’auditoire sinon il aura failli à sa mission.

VDSBA : Un dernier mot ?
HBF : Je félicite le journal d’avoir pensé à moi, j’encourage vivement cet organe à se développer davantage et je souhaite plein succès à tous ceux qui le font, à leur tête Mr Kadiri Mohamed et j’ai eu l’occasion d’assister à un Samedi Bel Abbesien, j’espère qu’après l’Aid Esgheir l’on se revera au même lieu tout en souhaitant Ramadan Karim et prompte rétablissent à notre ami Mustapha Bouchiba de La Voix d’Oranie, le geste de votre journal est a saluer, cela me tenait a coeur.

VDSBA : Merci

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=6973

Posté par le Août 11 2011. inséré dans ACTUALITE, HOTE DU JOURNAL. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

29 Commentaires pour “Hôte du journal : Hadj Benaouda Fekih, de loyaux services à la presse.”

  1. chaib draa tani djamel cnasc

    mr fekih hadj benaouda ta politesse ,ta gentillesse,ta sagesse ,ta stature, ton élégance,ta simplicité tu aimes tout le monde en te croisant dans une rue tu souris et tu embrasses les gens (aslouka aslouka) pour la presse c’est une anécdote ton pére allah yarhamah était déja ecrivain salut et ramadane karim jamel qui t »estime beaucoup

  2. Madjid T( Toulouse)

    C’est l’image de l’Algérie formatrice de générations performantes et douées .C’était le bon vieux temps. Tout est foutu maintenant. Des hommes comme Hadj Benaouda Fekih , il n’ en reste pas beaucoup . C’est le régne de la médiocrité à tous les niveaux de la société. Etant jeune à l’époque , je me rappelle très bien de ses écrits dans  » El Hadef  » et de ses interventions sur la chaine 3 .Mes salutations à Hadj Benaouda Fekih.

    • Semghouni Ahmed

      Voilà chers Belabbesiens comment l’Algérie a perdu tous ces cadres pour laisser les mains libres à des voleurs et criminels sans état d’âme. En arabisant à la vite était la manière de se débarrasser des meilleurs cadres francophones donc rationnels pour que la gêne ne soit pas de mise, il fallait coute que coute vider le pays de ses élites pour la simple raison et quoi qu’on dise officieusement notre pays était le deuxième pays francophone au monde. Un nombreux important de pays africains utilisent le français (le tribu de guerre cher à K.Yacine). Le FLN a bousillé notre pays en l’arabisant de cette manière. J’ai rien contre l’arabe, bien au contraire il n’ y a pas d’aussi beau et poétique que cette langue. Cependant aujourd’hui pour la croissance d’un pays comme le notre qui a besoin de technologie, il est obligé même pour des publications scientifiques de passer le biais de l’anglais et à défaut par le français. Toute la technologie d’avant garde aujourd’hui est anglo-saxone. L’arabisation a fait de notre jeune pays qui était sur le point de décoller en 1962 (Toutes les infrastructures existaient pour cela) On a idéologiquement arabisé pour faire plaisir à des frères baasistes, malgré la mise en garde de MOstéfa Lacheraf et des syriens. On peut dire que ces derniers sont les mieux placés que nous en matière de maitrise de l’arabe ! Nous on a tout décrété ! La plupart des pays du maghreb excepté la Lybie ont préservé leur élite, nous on l’a poussé à l’exil. Du coup génération après générations depuis l’arabisation forcenée a produit des instituteurs égorgeurs et islamistes jihadistes et des moussabilines pour El Qaida. L’arabisation à l’algérienne nous a rendu médiocre dans tous les domaines, le dernier de la classe pour un pays qui a vu naitre un Abdelkader, un Abanne, un Ben M’hidi, un Dib, un Feraoun, une Assia Djebar. Aujourd’hui on un Belkhadem déguisé à la Omar el Béchir recherché par le TPI pour crime contre l’humanité, voilà comment aussi on fabrique des despérés qui foutent le camp et périr en mer. Je viens tout juste de dénicher un article sur AFP concernant un algérien de 32 ans, c’est vraiment désolant…….

      AFP : Retraités égorgés: leur meurtrier présumé les appelaient « papy et mamie »
      De Marjorie BOYET (AFP) – Il y a 3 heures
      VERSAILLES — Il les appelait « papy et mamie » parce qu’ils réceptionnaient son courrier: un Algérien, écroué pour avoir torturé et égorgé début septembre un couple de retraités dans leur pavillon des Yvelines, avait gagné la sympathie de ses victimes il y a plusieurs mois.
      Les deux retraités, 72 et 74 ans, avaient été retrouvés le 2 septembre ligotés avec du fil de fer, frappés de plusieurs coups de couteau et égorgés dans leur modeste pavillon de Maurepas.
      Leur tortionnaire et meurtrier présumé, un Algérien de 32 ans, Benyahia Lezzaz, a été mis en examen dimanche soir pour « assassinats » et « actes de torture ou de barbarie sur des personnes particulièrement vulnérables » et écroué.
      Il y a plusieurs mois, le couple avait sympathisé avec ce jeune Algérien car le septuagénaire « parlait bien » l’arabe, a expliqué lundi à la presse le procureur de la République de Versailles, Michel Desplan.
      « Il les appelait +papy+ et +mamie+, donc les victimes lui ont ouvert leur porte sans aucune méfiance », a dit le procureur.
      M. Lezzaz, en situation irrégulière, avait entamé des démarches pour obtenir un titre de séjour et les septuagénaires avaient accepté de l’aider en réceptionnant son courrier. Il s’était ainsi rendu à plusieurs reprises chez ses victimes et ce jeudi 1er septembre, vers 13H00, il était à nouveau venu chercher ses lettres.
      L’Algérien ouvre alors une missive de son avocat, lui réclamant des honoraires. Il aurait alors « pété les plombs », selon le procureur Desplan.
      Soudain, le ton monte avec le couple.
      Le trentenaire se saisit d’une bouteille et frappe la retraitée. Il s’empare ensuite d’un couteau de cuisine et poignarde plusieurs fois son mari.
      Débute alors un terrible huis clos de huit heures dans le pavillon dont M. Lezzaz prend le soin de fermer les volets. « Benyahia Lezzaz a indiqué être arrivé à 13H00 le jeudi (1er septembre) » chez les victimes « et être reparti à 21H00 », a précisé M. Desplan.
      Le tortionnaire présumé « a dit que dans un premier temps il avait parlé avec les victimes et qu’il aurait perdu connaissance durant un certain temps », a ajouté le magistrat.
      Pour expliquer son geste fou, M. Lezzaz a dit aux enquêteurs avoir pris des médicaments, peu avant les faits. « Mais les cachets n’ont pas été retrouvés », a contesté le directeur de la police judiciaire de Versailles, Philippe Bugeaud.
      Après les avoir torturées, le jeune Algérien obtient de ses victimes le code de leur carte bancaire, qu’il a utilisée à plusieurs reprises le 2 septembre, quand les corps sont découverts.
      Le même jour, M. Lezzaz s’était envolé pour l’Algérie avec un billet aller-retour payé en liquide. Il a été interpellé le 16 septembre à son retour en France, à l’aéroport d’Orly, par la PJ de Versailles.
      Selon M. Bugeaud, le meurtrier présumé, inconnu de la police et de la justice, « vivait de petits boulots et résidait occasionnellement avec son père dans un foyer à Coignières », dans les Yvelines.

      • Hachemi Benaouda

        Il était une fois l’Algérie, aujourd’hui l’oligarchie a pris tous les pouvoirs : politique, financier et militaires comme les gars du KGB, ils sont tous milliardaires, le FLN même combat et dire que des martyrs sont tombés pour l’idéal de ce pays, catastrophique, l’avenir

      • Fares

        Voilà le résultat après 50 ans de dépendance !!!
        Martyrss mort pour que vive l’Algérie. Seulement voilà, ce sont les voleurs et les assassins qui ont hérité de cette révolution des braves et des gueux, Allah yerham echouhada

  3. Yahia

    Ce n’est pas pur hasard que le grand groupe bel-abbésien BTP-Hasnaoui a choisi Hadj Benaouda Fekih pour prendre en charge toute sa stratégie de communication. Avec Zouaoui Benhamadi, Blidi Maâchou, Ayachi Hamida et le jeune Kada Benamar du quotidien Echourouk, HB Fekih fait partie du groupe de « journalistes authentiques » qui ont fait et font toujours honneur à la ville de Sidi Bel-Abbès. Bravo VDSBA.

  4. tewfik-adda

    hadj benaouda à toujours un mot gentil pour chaque personne qu’il croise , heureusement qu’il éxiste des hommes de cette stature dans notre « ex » petit Paris sinon la vie serait triste comme l’hivers afghan !!

  5. Informatik

    L’élégance personnifiée alliée à la courtoisie.
    Merci d’évoquer la figure tutélaire de feu Rezzoug.
    El nems faisait la joie du lecteur et Arab croquait les travers de notre société.
    Tant de liberté dans la contrainte.
    Bonne route aux bâtisseurs

  6. D.Reffas

    Hadj Benaouda, symbolise la moralité, la compétence, les relations et toute une nostalgie.Longue vie, et beaucoup de santé.

    • Paulina

      De l’Yonne, des souvenirs de sjeneuse, mais grave9s e0 jamais.Ses petits villages, of9 vivaient des enfants des fermes, ces chemins de bois qui accueillaient nos galopades et meame mes promenades e0 l’aube, e0 l’heure of9 le cheval, tellement content de sentir l’air du matin, donne de joyeux petits coups de reins Ces petits che2teaux, dont celui de Ratilly, of9 la famille Pierlot brulait un ste8re de bois chaque jour pour cuire les poteries qu’ils fabriquaient avec perse9ve9rance et simplicite9 ; un petit manoir inattendu of9 la route semblait tomber, devant l’e9ternite9 des pierres, des journe9es de lumie8res toujours changeantes, une fe9e9rie de nature et de paix Cela a sfbrement change9, on le dit, je le crois, je comprends la peine de ceux qui voient mourir leur pays mais il faut espe9rer, et peut-eatre au-dele0 de nous. Notre e9poque est celle des personnes de9place9es, c’est le prix e0 payer auquel personne ne s’attendait. J’ai fait comme tout le monde A qui je souhaite bonne chance, et espe8re qu’ils se souviendront que d’avoir grandi dans ce pays, c’est avoir connu un grand privile8ge.Marc.

  7. Cherrak C

    Je propose aux administrateurs de reconvier Hadj Benaouada pour une conférence qui peut être édifiante.
    Sa connaissance du Mozambique lui a permis d’analyser le rôle des églises sionistes chrétiennes qui militent pour l’avènement du messie en passant par pertes et profits le peuple palestinien.
    Ces églises trés virulentes au Mozambique se servent de la matrice fondamentaliste chrétienne pour mobiliser les américains aux côtés d’Israel

  8. miloua

    hadj fekih benaouda à toutes les qualites surtout celles de venir en aide à son prochain.Je retiendrai de son interwiev la déontologie professionnelle du journaliste.En effet à l’une des questions sur le role du correspondant il met l’accent sur la verification et la fiabilite de l’information c’est l’un des rares correspondants qui prenaient langue avec les differentes institutions avant de lancer son envoi.
    bonne chance benaouda

  9. A.Dennoun

    Merci Yahia pour cer article sur HB FEKIH,apres 41 ans je le revois en photo [attachee a l’article],il ressemble beaucoup a son pere Hadj MOKHTAR, Allah yarhamah qui nous rejouissait avec ses blagues.
    Son frere BACHIR ne sera jamais oublie.Salutations a son frere FAROUK.
    A.D

  10. Zouaoui BENCHEIKH

    Décidément, « la voix de Sidi-Bel-Abbès » sait faire ses choix.
    Je ne trouve sincèrement rien à ajouter aux commentaires élogieux qui précèdent.
    Je salue tout le monde y compris, bien sûr, ce sacré Bénaouda.

  11. abbes megherbi

    j’ai eu le bonheur de cotoyer mr benaouda en etant scout et puis apres comme professeur d’arabe en nous donnons des cours a l’onaco.je voudrais rendre hommage a cet homme simple,droit,intelligent et intellectuel car en quelques mois nous avions reussi a avoir notre diplome cep en arabe.je voudrais le remercier encore et lui dire toute ma gratitude et tout mon respect.
    tu as eté un modele pour nous et tu le resteras,que dieu te prete longue vie

  12. ghosne elbane

    Le parcours de benaouda fekih est un sans fautes,remarquable car nous sommes fiers de ce belabésien très digne, nous sommes très fiers pour la réussite de ces enfants .C’est un grand homme et derrière chaque grand homme se cache une grande femme.Malgré les différents postes qu’il a occupé il a finalement attéri dans sa ville natale.Longue vie à vous et à votre petite famille

  13. lalimi t lerocher

    un belabesien tres courtois et elegant tres serieux don son travail. il est issu d(une bonne famille et el asl joue un role.a bon entendeur salut

  14. bengrit

    j’étais compagnon de collège avec hadj benaouda en 1963 au lycée ennadjah ou nous avions étudié la comptabilité avec SLIM (merabtène menaouar) et les autres. Notre prof M. GAILLARDO à qui on doit tout et tous les autres profs avec une pensée sincère à CHERADI que dieu ait son âme.
    Votre ami OUKACHA

  15. yahia

    Comment va notre chèr OKACHA,j’ai souvent pensé à toi cher voisin de palier mais aucune information n’est venue m’éclairer .J’ai demandé auprès de toi lors du décès de LAKHDAR allah yarhmou mais sans résultat.Je me rapelle bien de toi car j’aimais le tub que tu écoutais sans cesse « what’d y say « de Ray Charles.Mes salutations à toi et à tes frangins que je n’ai plus revu (Omar et Khaled)

  16. The article you wrote is very good.

  17. basta aux insultes

    S.O.S. ADMINISTRATION
    Il est vraiment desolant de voir chaque jour des icones de notre ville bafoués,diffamés,insultés par des gueux et nous restons les bras croisés et impuissants devant ces gens couverts par leur pseudo.
    L’administration ne peut pas rester neutre sa responsabilité est engagée car si on decide (et nous sommes d’accord sur le principe) d’inviter des hotes en les tirant de l’ombre pour les mettre sur les feux de la rampe afin de les faire connaitre par l’intermediaire de cette « tribune du plat pays » il faut aussi les protéger .Comment? Certes un commentaire injurieux peut independament de votre volonté etre ecrit pendant votre absence mais de là a le laisser des mois sans le censurer c’est aberant heureusement que des lecteurs fils de sba interviennent à chaque dépassement.Aller jusqu’a fouiller le site et revenir 3 mois apres sur des articles c’est vouloir rebondir negativement à chaque bonne initiative de vdsba
    je tiens a preciser que si je fais ces remarques c’est parce que je vois que des ennemis de notre site interviennent pour discrediter ce journal.J »ai toujours reclamé de changer la methode de connexion au site si vous voulez toujours vous obstiner prenez note de toutes les attaques contre des personnes ou des institutions victimes de ces commentaires et insultés de tous les noms d’oiseaux avant fekih il y a eu mr reffas,mme maissa,blal.r.tari,mr miloua,benaissa,des elus et comme institutions :paroles et ecriture,usmba,apc,le batonnat,l’ona,etc…certain lecteur ont meme fait leurs adieux apres les provocations dont ils ont ete victimes.VDSBA VEUT RASSEMBLER ET NON DISPERSER

  18. Fell out of bed feeling down. This has brgihtneed my day!

  19. benhaddou boubakar

    changes de termes « lecteur de la vdsba »,c’est inadmissible de votre part,allah yahdina

  20. zeffane khalida

    cher Mr fekih je suis tres contante d’avoir fait des recherche dans l’internet et j’ai trouvée des nouvelles de votre famille et de vous je n’oublie jamais les années que j’ai passée avec vous et votre famille je suis heureuse de leurs avenir et leur situation bravos pour vous meuilleur papa au monde vous étiez mon protecteur et ma reussite dans ma ville je vous tire chpeau et je vous souhaite une long vie moi tarbite yeddak vous le disez souvant j’était ta secrétaire j’ai donnée se que je pouvais et je me suis jamais fatiguées avec vous vous étiez tous pour moi votre photo je la garde pour toujours je vous aime beaucoup votre fille khalida de BLIDA au revoir in challah.

  21. Mohamed Saket

    Si Hadj Benouda Fekih, un grand salut à un ami que j’ai connu au Mozambique et avec qui j’ai partagé des moments mémorables d’amitié. Je suis d’accord avec tout ce qui dit par chaib draa tani djamel

    Si Hadj, je suis parmi vous à Tlemcen ces jours-ci 11-17/12/2015 pour le compte de la FAO.

    Mohamed Saket
    +216 96 840 309
    mohamed.saket@yahoo.com

Répondre