La Voix De Sidi Bel Abbes

Hommage littéraire à l’ex Champion du monde de Boxe le Bel-Abbésien Marcel Cerdan

_traitement_imageC ‘est ce commentaire en ligne publié ce matin par Bobigny (a remercier) que nous reproduisons qui est à l’origine du présent article suivons ce qu’avais écrit notre lecteur :  » Je voudrais signaler la parution du beau roman d’Adrien Bosc, « Constellation », nominé pour le prix Renaudot 2014. Il est question dans ce roman du crash de l’avion dans lequel « notre » Marcel Cerdan avait pris place en 1949. Ce Cerdan qui aimait particulièrement la place Carnot. » le dit commentaire fait suite a notre dernière BESSMA.NET tenu sur la dite place qui a des souvenirs indélébiles.

Le 27 octobre 1949, un Constellation s’écrase avec à son bord 48 personnes, dont Marcel Cerdan. Le coroner Bosc leur rend hommage.

La mort, au-dessus des Açores, de Marcel Cerdan sur le vol Paris-New York du 27 octobre 1949 fut une tragédie française : le pays rebombait le torse grâce aux poings victorieux du boxeur, on croyait de nouveau à l’amour grâce à son idylle avec Piaf, qui, triomphant aux États-Unis, l’avait supplié de rappliquer par le premier avion, quitte à piquer la place de passagers plus anonymes. Et puis patatras ! Mais les récents crashes d’Air Algérie et de Malaysia Airlines nous ont rappelé qu’un avion fracassé, ce sont X romans qui se croisent dans un seul lieu et qui finissent tous de la même façon. En l’occurrence, l’arbre cachait la forêt et la star Cerdan, ses compagnons de voyage. Ils étaient 47 autres dans ce Constellation de malheur et, devant le tribunal de la littérature, ces 47 méritaient tout autant un siège passager. Encore fallait-il enquêter, dépouiller la presse, fouiller dans les cuisines et la soute d’un vol pas comme les autres.

scba-cerdan

Telle est la démarche adoptée par Adrien Bosc, qui a choisi une épave pour théâtre d’ombres et carrefour des trajectoires interrompues et des sombres coïncidences. Sa pêche a été bonne et il exhume d’étonnants biographèmes, car, si l’avion était à l’époque encore un luxe, on y trouvait déjà le monde entier. Certes, il y avait aussi Ginette Neveu, violoniste prodige en tournée, ou le créateur des produits dérivés chez Disney, mais encore cinq bergers basques partis tenter leur chance au Far West, un mari revenu se réconcilier avec son épouse, une jeune Française enfin rétablie d’un grave accident et une ouvrière de Mulhouse qui prenait l’avion pour la première fois, invitée aux États-Unis par sa marraine devenue millionnaire… Du (presque) banal transfiguré en destin. En créant deux revues, l’une, Feuilleton, qui présente la crème du reportage littéraire, l’autre, Desports, remarquable vitrine de la littérature sportive, Bosc, 28 ans, avait déjà démontré la curiosité et l’appétit retrouvés ici. Coroner attentif au moindre indice, il patrouille dans les décombres, ressuscite les morts, relève les hasards. Renouant simplement, mais splendidement, avec la règle du récit édictée jadis par Diderot : d’où venaient-ils ? Où allaient-ils ? Qui étaient-ils ?

 

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=54323

Posté par le Sep 8 2014. inséré dans ACTUALITE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

20 Commentaires pour “Hommage littéraire à l’ex Champion du monde de Boxe le Bel-Abbésien Marcel Cerdan”

  1. benasa39

    sa famille se trouve actuellement a PAU

  2. Bobigny

    Voilà une belle et haute figure de notre coin de pays.
    Espérons qu’Adrien Bosc décroche le prix Renaudot (en novembre prochain).

  3. Trop petite pour le connaître mais mon père enfant jouait avec lui et pas pour rien, son atelier de vulcanisation se trouvait 1, avenue Marcel Cerdan ancienne Route d’Oran. Merci pour ce souvenir.

  4. CHAIBDRAA TANI DJAMEL

    Ce noir debout à droite n’est il pas BELKACEM le premier boxeur algerien ALLAH YARHAMAH

  5. CHAIBDRAA TANI DJAMEL

    Ce grand boxeur mérite une salle de sports qui doit porter son nom à SIDI BEL ABBES et @ JOMARAY, à sa maison natale se trouve toujours une plaque commémorative, on ne l’a jamais oublié

    • MADANI

      DJAMEL donner le nom de marcel cerdan à une salle de boxe vous êtes un anti-algérien vous ? et les boxeurs algériens on les met ou ? dans quel lieu ? les sanisettes ? vous croyez que le pouvoir va accepter votre idée ? quand on sait que même une visite touristique a été refusé à MACIAS réflechissez un peu vous vivez dans quelle planète ?

  6. Paul C

    Marcel Cerdan est né à sidi bel abbes le 22 juillet 1916 mais à partir de 1922, il a grandi au maroc. D’ailleurs on le surnommait « Le bombardier Marocain ». Donc arrêtez de dire des betises. Le fait de naître à SBA ne fait de lui ni un belabbesien et encore moins un Algérien. Sinon on l’aurait appelé « kadour fils de fatma »

  7. kaid

    @Paul C en quoi vous gêne cet hommage et puis je ne vois qu’un pseudo voulant nous tirer vers le bas Vigilance!

  8. Jamel

    la mémoire de Cerdan est ainsi sauvegardée

    • Belaziz Rafik

      @Jamel.
      Des milliers de pages composant une multitude de livres, des anecdotes soigneusement répertoriées, des documentaires filmés, un stade digne de ce grand boxeur existe à Paris et vous vous permettez de prétendre que « la mémoire de Cerdan est ainsi sauvegardée ». C’est de la basse récupération. Dommage mais il y a une horloge de repères à régler.

  9. Mme CH

    Très bien dit Paul C…!!! Rien à ajouter sauf peut être, que souvent on parle de Marcel cerdan le boxeur mais on occulte volontairement ou involontairement le fait qu’il soit, tenez vous bien un ‘Légionnaire de première classe honoraire avec le matricule 60.140 – 1948.’…!!!!
    Alors, si ce légionnaire mérite une salle…..?????

    En tout cas, Edith Piaf a chanté « mon légionnaire » s’agit-il de M.C….???

    • MOH

      3 en 1, bravo madame.

    • Albarracin de sidi bel abbes

      @ Tous
      Marcel Cerdan devait avoir une certaine affection pour sa ville natale SBA!
      Je peux témoigner de son passage , en limousine décapotable blanche 1947/48 j’étais place carnot , il remontait le boulevard ovationné par la foule ,C’était à son retour avec le titre de champion du monde!
      Il était sans aucun doute le type m^me du PN aux origines plus que modeste, aimant sans doute la « castagne » ..;;
      Sa tante à longtemps entretenu la maison natale. petite femme toujours habillée de noire! Elle me permit de me refugier chez elle tandis que me rendant à l’ école Marceau un groupe de jeunes PN , me prenait à partie!
      De nombreux Bel Abésien PN , quittérent la ville de SBA , pour le maroc!
      Une école des « enfants de troupes » s’y trouvait, et offrait formation militaire et discipline à des jeunes européens quelques peu turbulents!
      Il est une légende , et comme telle il a été une part de rêve pour une certaine génération!

  10. hamma

    @madame Je peux tout accepter sauf de dire des choses fausses ou des déviations a l’image de votre dernière phrase Salutations

  11. MOH

    ANA AL ARBI OULD EL ARBIA ………

  12. Hocine . C

    C’est en hommage à Marcel Cerdan le Belabbesien qu’Edith piaf a écrit « hymne à l’amour » .

  13. Gamra de sidi khaled

    C Hocine merci de nous le rappeler Une belle voix et je remarque que la voix est a jour avec cet ouvrage nouveau

Répondre