La Voix De Sidi Bel Abbes

Hollande en Algérie : « Il faut faire la lumière sur notre passé »

Lors de notre rencontre conviviale au lycée nadjah de ce jour .une minute de silence fut observée a l’occasion du52 anniverssaire du 17 octobre 1961.Quant au grand militant fils de S.B.A.Zouaoui mohamed  connu par Mustapha le noir un des grands artisans de cette historique manif ;il eut droit a une brève évocation en cet après midi sur lequel on reviendra .Voila notre ami Memoria nous proposer un papier Suivons « Le premier président français à avoir reconnu le 17 octobre 1961 comme une « sanglante répression » doit aller plus loin sur le passé colonial de la France. Interview de Gilles Manceron, historien.

François Hollande est le premier président français à avoir reconnu le 17 octobre 1961 comme une « sanglante répression ». Le voyage qu’il entreprend ce mercredi en Algérie s’inscrit-il dans cette veine ?

– On peut l’attendre. En tout cas on peut l’espérer. C’était un geste fort de reconnaître la répression du 17 octobre. Et, donc, on peut penser que cela laisse présager d’autres gestes, d’autres déclarations… Ce qui irait dans le sens d’un regard lucide sur le passé colonial.

Le président souhaite s’adresser apparemment à « tous les publics en même temps » – combattants algériens, appelés du contingent, harkis, pieds-noirs… Est-ce possible ?

– Je crois que c’est surtout un discours de lucidité sur le passé qu’on peut attendre du chef de l’Etat, contrairement aux discours des présidents français jusqu’à présent.

Il faut reconnaître que le fait colonial était contradictoire avec les principes-mêmes dont la République se réclamait. Par fait colonial, j’entends le fait de s’affranchir, dans un espace d’Outre-mer où on distingue les indigènes des citoyens, des règles d’égalité des citoyens devant la loi, des principes de la devise républicaine et de la déclaration des droits de l’Homme. Et il faut le reconnaître. C’est, avant tout, la question essentielle qu’il faut poser lorsqu’on parle de ce passé. Je comprends l’allusion du président aux différents groupes dont la mémoire a été blessée par cette histoire. Il faut reconnaître que, de ce fait, dans cette histoire, il y a eu un certain nombre de drames, de traumatismes, de crimes dont différentes personnes, à différents moments ont été victimes. Il peut avoir des paroles de compassion vis-à-vis de mémoires blessées qui sont diverses. Reste qu’il y a, de mon point de vue d’historien, un devoir de vérité sur le passé colonial.

Le discours d’Hollande devant les deux chambres du Parlement algérien peut-il être un discours historique pour les relations franco-algériennes ?

– Peut-être. Une chose est la question des relations franco-algériennes. L’autre est ce rapport du président de la République avec cette page d’Histoire. Et cela, c’est une question franco-française avant tout. Je ne vois donc pas cette question, même si il peut y avoir des avancées à l’occasion d’un voyage en Algérie, sous le signe du bilatéral.

C’est une question franco-française car c’est une page de notre passé, une page de l’histoire contemporaine de la France qu’il convient de regarder en face. C’est un peu comme la question du passé de la France sous l’occupation nazie qui a fait polémique quant aux responsabilités de la France de Vichy jusqu’aux déclarations de Jacques Chirac en 1995. Déclarations reprises par François Hollande en juillet dernier. Il y a maintenant une sorte de consensus après de longs débats sur ce sujet. Tandis qu’il y a une question qui elle n’est pas du tout consensuelle et sur laquelle des polémiques persistent, c’est cette question du regard posé par les autorités de notre pays sur cette page de notre histoire : la période coloniale. Sur ce point de vue là, il faut des progrès dans la façon de dire les choses. Il faut permettre l’accès aux archives pour que les choses soient dites sur tout ce qui relève du fait colonial dans la période considérée.

François Hollande devrait-il, pourrait-il, oeuvrer en ce sens ?

– Il le devrait. En tout cas, il le pourrait, probablement. Lorsque le journaliste Jean-Louis Peninou avait interrogé Gaston Deferre, devenu ministre de l’Intérieur, sur le 17 Octobre 1961, il espérait qu’il rouvrirait les dossiers. Or, ce dernier, qui avait protesté 20 ans plus tôt contre la répression conduite par Maurice Papon, lui a dit « il n’en était pas question, nous verrons dans 40 ans ». Nous sommes un peu plus de 30 ans plus tard. Il faudrait que les archives soient enfin ouvertes sur le 17 octobre, sur la répression en Algérie, le 8 mai 1945, la Bataille d’Alger, le rôle des services secrets, et d’autres épisodes encore… Il faut faire la lumière sur notre passé.

Est-ce un acte fort pour le président Hollande de se recueillir comme c’est prévu devant une plaque commémorative à la mémoire de Maurice Audin ?

– Oui. C’est une question importante et emblématique des violations des droits de l’homme commises pendant la bataille d’Alger dont Maurice Audin a été victime, comme des centaines d’Algériens enlevés, disparus, torturés. C’est une question emblématique. Le président Hollande a écrit à Josette Audin pour lui dire qu’il avait demandé au ministre de la Défense de la recevoir afin de lui communiquer toutes les informations que contiennent les archives. C’est une question importante sur laquelle nous demandons en effet que l’Etat fasse toute la lumière par l’accès aux archives et aux personnes qui connaissent la vérité sur la disparition de Maurice Audin.

François Hollande lors d’une cérémonie en mémoire du 17 octobre 1961, en 2011

 

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=33850

Posté par le Oct 17 2013. inséré dans ACT OPINIONS, ACTUALITE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

160 Commentaires pour “Hollande en Algérie : « Il faut faire la lumière sur notre passé »”

  1. H.BOUASRIA

    Qu’est ce qu’il veut encore? Il a bouffer qu’est ce qu’il a pris pour construire les ateliers de montage renault. Il va venir nouvellement nous proposer la construction d’une autre usine de citroyen. Tant que la vache traire toujours; ils vont faire le va et vient Allah youmhil wa la youhmil

  2. morsli

    un intérêt au passé est des plus utiles messieurs

  3. H.BOUASRIA

    Ce qui se passait le 17 et le 20 octobre etait guidé et organisé par Mr ZOUAOUI Med rabi yarhamo qui dit 17et 20 octobre dit ce Monsieur pourquoi personne en Algérie ne parle plus de cet personne parce que ce Monsieur n’est pas des leur et n’est pas de leur région .Allah youmhil wa la youhmil

    • Djamel

      Un bon article sur Mr Zouaoui Med sur le journal, la voix de l’oranie ( numéro d’aujourd’hui que vous pouvez consultez en ligne).
      Article écrit par Mir Mohamed.

  4. fethi

    vous avez dit une vérité qui dérange mr Bouasria

  5. BADISSI

    Des discours pour leur intérêts économiques , qu’il aille s’occuper de ces problèmes intérieur, sans une reconnaissance officielle de leurs crimes , ont peut jamais tourner la page

    • Danielle B

      je suis d’accord avec vous mr BADISSI
      la france est dans la m…….e jusqu’au cou et notre président s’occupe de ce qui se passe ailleurs, il envoie nos enfants faire la guerre dans des conflits qui ne nous concernent pas, il fait le beau en faisant des promesses qu’il ne tiendra pas au lieu de s’occuper de la délocalisation (entre autres) qui place la france bien loin derrière de nombreux pays, ce qui n’était pas le cas il y a quelques années, ou nous étions synonyme de qualité et de savoir faire et essayer de sauver ce qui peut encore l’être
      mais peut-être est-ce trop demander
      cordialement et bonne journée

      • hamid

        @Danielle B Vos réactions comme celles des lecteurs font du débat un cadre de liens entre citoyens du peuple Quant aux gouvernants ils sont souvent identhiques

    • ezeitoune et les figues séches.

      la france sous occupation sioniste! le CRIF donne ses ordres au gouvernement francais et les ministres francais les exécutent sans brancher???.

  6. ezeitoune et les figues séches.

    la france et sa politique hypocrite a deux visages? donne des lecons autres pays, mais elle refuse de reconnaître ses génocides et ses crimes odieux contre le peuple algerie. la france veille a ses intérêts comme au lait sur le feu? si le loup ne se suffit pas les pâturages mais exige les moutons.

  7. Mémoria

    L’important dans la pratique de la presse est de respecter le cadre référentiel et les sources.Ceci reste un rappel de la parole non tenue ….par François Hollande.
    Quant à notre héros Mustapha Zouaoui alias « Mustapha Le Noir » ,alias « Maurice » ,il est reconnu par plusieurs historiens dont Jim House et Neil MacMaster,britanniques,comme étant le chef des opérations de la Fédération de France du FLN le 17 octobre 1961 à Paris !

    -Autre référence ou lien :(Pour les sceptiques) ci-dessous:

    http://www.memoria.dz/oct-2012/dossier/lun-des-architectes-17-octobre

    • Mémoria

      Additif:
      Notre rédacteur Mr Kadiri que je salue avait déjà posté le 28 mars et 15 octobre 2011 l’article «  »Zouaoui Mohamed dit Mustapha le Noir tourne en dérision toutes les polices de France », et « Sidi Bel Abbès le 17 octobre 1961,retour sur un crime impuni »donc bien avant les lien et référence cités,tout en insistant sur la participation de notre confrère Abbed de la Voix de l’Oranie !

      Il s’agit surtout pour nous Bélabbésiens,d’être fier du regretté « Moussica » et de rendre honneur à sa mémoire de grand et….humble patriote .L’Histoire et les historiens étrangers l’ont déjà réhabilité dans tous les moteurs thématiques de recherches.Il suffit de cliquer !Et là je pense à notre écrivain Chot Lahcène qui parlait de ces dictateurs qui avaient tout balayé ,même la mémoire de nos héros….L’école et l’Université algérienne devraient y penser à deux fois pour prévoir des PNR sur des thèmatiques qui sont ici chez nous…Et je pense à nos amis,entre autres,Si Karim1O,pour nous éclairer même si je sais que quelqu’un de très proche du site lui doit des excuses pour une bévue qui peut arriver à tout le monde !
      Djoumouâa Makboula !

      • Djamel

        ‘moussica’ est son frère , mais je n’ai jamais su l’origine de ce surnom.
        Enfin,Allah yarhamhoum.

        • mrabetmansouria@yahoo'fr

          le nom de moussica vient tout simplement d’une anecdote dont mon arrière grand père propriétaire terrien, notable de la ville et s’appelant Moussa a fait les frais. ce dernier eut à comparaitre au tribunal pour un litige financier avec un riche propriéraire espagnol. A la sortie de l’audience, les 2 personnes concernées sont sorties du tribunal, à la porte et devant tous les belabbésiens venus attendre le verdict sur la place Carnot,l’espagnol en question s’acclama en disant aie moussica tu as gagné le procés avec une grande accolade et les applau-dissements de la foule en liesse un algérien qui gagne!!!!!!! moussica voulait dire le petit Moussa nous avons donc hérité de ce surnom qui nous rappelle le passé glorieux de notre famille riche de nationlistes convaincus allah yarhamhoum

      • gamra de sidi khaled

        C’est un lecteur de France reconnu qui lui doit des excuses mais le docteur karim n’est pas rancunier a ma connaissance j’ai lu sur un autre site comment ils l’ont attaqué et puis la vie a continué

    • BADISSI

      Merci Mémoria pour le lien indiquer très bénéfique

  8. abbes

    Notre passé est sombre et restera sombre et ce n’est pas une petite lueur d’une seule journée du 17/10/1961 qui va l’éclairer alors qu’il s’agit de 132 ans soit 48180 jours de colonisation . Je pense qu’il est temps pour regarder et travailler le futur et éviter de gaspiller le temps pour le passé qui nous a rien apporté et cela pendant une durée de plus de 50 ans . Les américains sont devenus les maitres du monde grace à leur savoir faire et non à leur histoire qui est la plus jeune au monde .De meme ce n’est pas à cause de son histoire que le japon qui a une petite superficie et qui vit quotidiennement sous le seisme est devenu un pays puissant . Est-ce que c’est l’histoire qui représente pour nous un blocage pour le développement du pays?

    • Hakem Abderrahmane

      Pour être président aux USA il faut connaitre parfaitement l’Histoire des Etats Unis Mr Abbes!En Algérie il faut écrire 48180 pages d’Histoire!

  9. mohamed

    Qu’allons nous faire de la maxime un peuple sans histoire etc’?

  10. abbes

    je n’ai rien à foutre de l’histoire , ce qui m’intéresse c’est le savoir faire et le travail qui font développer le pays pour produire , s’auto satisfaire et exporter.En plus avoir des villes propres et des citoyens éduqués .L’écriture de l’histoire ne va pas faire nourir les 35 millions d’habitants.Laisser l’histoire et passer aux choses sérieuses et avantageuses pour le pays.

  11. BADISSI

    des leçons de l’histoire on construit l’avenir un peuple sans histoire est un peuple sans avenir

  12. benali

    sans histoire on est rien surtout on ne sait pas tout et vous voulez nous privez de cette priorité de base de citoyenneté Alors fermons les facs et les musées

  13. BADISSI

    @ALBARRACIN de SBA
    L »histoire est les faits réelles écrit des fois par des gens neutre , il y a aussi des archives qui ne peuvent mentir , la France a une la demande du pardon de la part des Allemands , ce que j’aime pas c »est introduire les immigrés dans le sujet , comme si la france nous rend un service autrefois elle avait besoin de ces immigrés, donc aujourd’hui elle assume , si la france a des algériens sur son sol , nous avons ces sociétés ces entreprises sur notre sol , exemple le groupe PSA qui souffre en Europe est classer premier en Algérie , alors chacun rend service a l »autre , mais au moins reconnaitre ces crimes c’est plus juste . amicalement

  14. ALBARRACIN de SBA

    @ Badissi

    Alors il faut que les autorités Algériennes, invitent le président Français sous condition qu’il demande pardon! En cas de refus….Ce président en cette qualité ne peut fouler le sol Algérien!
    Mais on joue pas au chat et à la souris sur une question aussi fondamentale!
    Cordialement!

  15. BADISSI

    ce n’est pas au président de demander pardon ou reconnaître les crimes mais c’est l’état français , mettez vous a notre place , cette état nous a pas encore rendue les archives qu’ils on voler a l’indépendance les cartes ou ils ont poser les mines ,ces mines qui tuent jusqu’à nos jours .
    enfin j’espère que vous êtes en bonne santé ,je vous souhaite un rétablissement total INCHA ALLAH

    • ezeitoune et les figues séches.

      l´état francais sous la pression des nostalgiques de l´algerie francaise, des ultras et des harkis, refuse de reconnaître ses génocides et ses crimes odieux contre le peuple algerien.

      • Danielle B

        bonjour mr EZEITOUNE
        lorsque nos deux pays ouvriront avec honnêteté et sans aucune arrière pensée les archives qui dorment dans leurs tiroirs poussiéreux, nos 2 communautés connaitront enfin la vérité, mais j’en doute car 52 ans après chacun des 2 états se fait prier pour accéder aux demandes sans cesse renouvelées
        il risque d’y avoir d’énormes surprises , surtout pour ceux qui occultent volontairement les faits
        cordialement

        • Hakem abderrahmane

          Les archives sont utiles pour écrire l’histoire commune à nos deux pays Mme Danielle mais la réalité, ce qui s’est passé en Algérie et en France pendant notre révolution ou les événements comme disent certains français,est connu par nos deux peuples car c’est un passé récent et ses acteurs sont encore en vie et ceux qui ne sont plus de ce monde ont déjà donné leur version de la triste vérité coloniale!

          • Danielle B

            bonjour mr HAKEM ABDERRAHMANE

            donner sa version de SA VERITE ne veut pas dire que
            C’EST LA VERITE monsieur
            je veux bien croire la colonisation n’a pas eu que du bon , la preuve nous PN avons payé par un exil douloureux (et qui l’est toujours d’ailleurs) mais là où le bât blesse et c’est vous qui le reconnaissez car je lis tous les jours les commentaires de ce forum l’indépendance ne vous a pas apporté ce dont vous espériez, la preuve en est avec une demande de + en + grande, une demande de visas pour ailleurs et c’est cela que je trouve triste, que 52 ans après ce soit encore et toujours de notre faute, et jamais de la votre, je parle évidemment de votre situation actuelle, vous occultez la vérité la VRAIE VERITE et c’est cela que j’ai du mal à accepter, vous avez tout pour être heureux , votre pays regorge de richesse, il suffit tout simplement à votre peuple de se retrousser les manches, mais c’est plus facile de venir ici vivre des allocations généreusement attribuées par vos anciens colonisateurs??????????????????????????????????????????
            j’ose espérer qu’aucun d’entre vous n’osera me dire que ce n’est pas vrai
            ceci dit sans rancune, juste pour remettre les pendules à l’heure
            cordialement monsieur et bonne journée

            • GRACE

              @Danielle B,
              Quitte à me répéter souvent à votre sujet, on voit bien que plus on vous presse et plus vous laisser sortir votre fiel à l’égard des anciens colonisés
              Si je partage avec vous le constat que l’Algérie est un grand pays qui regorge de richesses, tout le reste de votre discours n’arrive pas à dépasser vos représentations sur  » notre peuple »
              Une rapide analyse sémantique révèle, même pour les moins avertis, les résidus d’un esprit ségrégationniste et revanchard encore fort qui traverse tous vos commentaires
              Et si personne n’est assez dupe pour croire à votre rédemption, il n’en demeure pas moins que ce vous écrivez à propos de mon peuple est non seulement inadmissible, mais aussi pur mensonge, distillé par les partis politiques français qui ont votre agrément, comme le Front National
              « Mon peuple » vous a déjà montré par le passé qu’il sait se retrousser quand vous lui faisiez « suer le burnous » pendant plus d’un siècle, de plus il a démontré à la terre entière ce dont il est capable, lorsqu’il s’est débarrassé du joug dont vous voulez encore l’entraver
              Mon peuple est un peuple travailleur qui contribue à ce qu’une pension ou retraite vous soit reversée , vous qui avez su tirer profit de votre statut de rapatriée pour avoir toutes les facilités pour vous installer confortablement en France, alors que les enfants de mon peuple comme vous dites, français comme vous à l’époque, dormaient sous des planches et jouaient dans la boue des bidonvilles
              J’espère qu’aucun d’entre les PN comme vous, parce qu’il y en a d’autres autrement plus sages et réalistes que vous, n’osera me dire que ce n’est pas vrai, pour vous paraphraser!
              Quant au réglage des pendules,il y aurait besoin de revoir les vôtres qui semblent toujours indiquer l’heure d’avant 1962!

              • Danielle B

                bonjour GRACE
                j’aurai aimé avoir l’avis de la personne à qui j’ai répondu
                ne m’étant pas adressé à vous, gardez votre ressentiment envers les PN pour vous
                quant à mes opinions politiques elles ne vous regardent pas dans la mesure où je suis chez moi en france donc je fais ce qui me plait sans avoir besoin de votre bénédiction
                mes pendules marquent bien l’avant et l’après 62 si cela vous chagrine cela ne regarde que vous

              • abbes

                Le plus important est le débat et les arguments il n ya aucun mal madame Défendez votre opinion et lui défend la sienne

                • Danielle B

                  bonsoir mr ABBES
                  merci et bonne soirée
                  cordialement

                  • Hakem abderrahmane

                    Bonsoir Mme Danielle B!Je vais être très bref en vous disant que mes commentaires s’inscrivent tous dans le cadre de la décolonisation non achevée de notre pays l’Algérie!Mr Grace que je salue et remercie pour son commentaire aussi magistral que complet et cela me réconforte car cela prouve qu’il y a encore des algériens , à l’instar de nos héros tels Larbi Ben M’hidi ,Abane Ramdane et les autres ,qui savent défendre les intérêts de leur pays et qui s’inscrivent comme la plupart des algériens dans le mouvement de décolonisation non achevée en ce sens que la décolonisation de notre territoire est terminée mais la libération des algériens reste en cours car il faut rattraper le retard (132 ans) il faut assurer à l’algérien à tous les algériens l’éducation le travail le logement…Ceci dit je reviens à votre commentaire et permettez moi de vous répondre comme suit: Vous dites que » la colonisation n’a pas eu que du bon »Je vous répond que la colonisation n’a eu que du mauvais!Vous n’avez qu’à faire la comparaison de la situation économique sociale et culturelle de nos deux pays avant 1830.Autant que je sache ce n’est pas l’Algérie qui a demandé à la France de la coloniser car vous dites que ce n’est pas de votre faute! Vous dites qu’il faut que nous retroussions les manches!Permettez moi aussi de vous dire que nous avons commencé à les retrousser en un certain 1er Novembre 1954 (L’Emir Abdelkader en 1830)! Vous parlez des allocations que perçoivent nos ressortissants en France je crois que ce sont là des droits légitimes!
                    A l’heure qu’il est dans l’horloge de ma vie je tiens à vous dire que malgré ce passé douloureux pour nos deux peuples il faut tourner la page sans la déchirer comme disait Feu Houari Boumédiène et penser à construire l’avenir de nos enfants ensemble dans le respect mutuel car nous pouvons faire beaucoup de bonnes choses cette fois ci!

                    • BADISSI

                      @ hmida
                      vous êtes hors sujet , vous vous êtes tromper d’articles arrêter de changer de pseudos on vous connait

              • Danielle B

                bonjour mr GRACE
                je reprend mot pour mot ce que vous avez osé écrire : je cite
                VOTRE PEUPLE EST UN PEUPLE QUI CONTRIBUE A CE QUE MA PENSION ME SOIT REVERSEE..??????????????????????????
                vous voulez plaisanter là??? monsieur si j’ai une retraite c’est parce que j’ai travaillé toute ma vie depuis l’âge de 15 ans jusqu’à 60 ans ce sont mes enfants et petits enfants qui contribuent à ce que les gens de mon âge puissent continuer à toucher une retraite et pas le peuple Algérien, mais où êtes vous allé chercher une énormité pareille…………………….
                ensuite affirmer qu’en tant que réfugiée j’ai eu droit à des facilités sachez monsieur qu’à part le remboursement de mon voyage mon mari et moi nous nous sommes mis à travailler de suite pour pouvoir manger et avoir un toit, à cette époque là il n’y avait pas de CMU, PME , RMI etc…..ou autres largesses accordées à l’heure actuelle aux étrangers, les assistantes sociales si généreuses ne l’ont pas été avec nous
                j’espère que certains intervenants de ma communauté vont oser intervenir pour vous dire monsieur que vos propos sont non seulement calomnieux mais ignobles

                • ALBARRACIN de SBA

                  @Danielle

                  Bonjour ! Je partage votre exaspération en lisant certains propos qui sont émis par des personnes malveillantes ou ignorantes des conditions de « replis »et non de « retours » en france de la plus part des PN/s
                  A mon avis ces personnes sont particulièrement provocantes par plaisir ou par dessein!
                  Par bonheur ils sont relativement rares…;;Et c’est bien ainsi pour la santé mentale et collective du peuple algérien!
                  Cordialement

                  • Hakem abderrahmane

                    Mr Albarracin bonjour!J’aimerais bien que vous nous expliquiez le concept de » replis » dont se qualifient certains pieds noirs en ce sens qu’ils n’ont pas abandonné l’idée de » l’Algérie française »et qu’ils se sont fixé comme objectif de revenir en Algérie!Merci!

                    • ALBARRACIN de SBA

                      @
                      Hakem Abderramane
                      Bonjour
                      A votre question je donne la réponse suivante, elle n’est pas celle d’un académicien
                      Les PNS se distinguent en deux catégories! Une appartient à une population dont les origines familiales sont issus de la métropole….leur RETOUR en métropole n’a rien que de plus naturel!
                      Les PNS d’orignes autres que françaises n’ont pas de point de chute plus logique que de se Replier en métropole ayant pour la plus part acquis comme « fils de pére étranger  » la nationalité française au cours de l’histoire!
                      Mais votre question me parait étrangement soupçonneuse et tend à alimenter je ne sais quel projet de revanche !
                      A ma connaissance en tout cas..!..Je ne milite dans aucun groupuscule revenchard et je vous dis que votre propos est pour le moins non amical ! Dommage!
                      Salutations

                  • Claude.B

                    Mr ALBARRACIN ,bonjour ,
                    Une fois de plus je suis affligée de constater l’énergie déployée par certaines personnes pour enflammer le site ,peu nombreuses certes mais toujours animées des mêmes intentions :pousser les français nés en Algérie à quitter le journal !
                    Leur dessein est clair ,ils y mettent en plus un zèle et une application régulière qui à l’évidence leur procure une jouissance particulière :combattre à postériori et sans risque aucun , le colonialisme et « ses représentants  » sur le site .
                    Mais ,ils viennent de passer à la vitesse supérieure,dans la mesure ou nous demeurions fidèles au journal et ou nous refusions les intimidations diverses et variées ,ils essaient de nous opposer en décernant des brevets d’honorabilité aux uns ,et en proférant insultes et critiques à l’encontre de Danielle .
                    Leurs intentions ,pour moi ,étant d’une limpidité évidente ,nous nous devons de ne pas tomber dans leurs pièges grossiers ,nous nous devons de ne pas contribuer à leur donner une importance qu’ils n’ont pas .Privés d’une tribune et d’un lectorat réactif , ils s’éloigneront ,n’ayant plus rien à proposer pour attiser les braises de l’incendie qu’ils avaient allumé .
                    Tout cela n’entame en rien ma détermination à continuer sur la voie que nous nous sommes tracés avec nos amis Algériens ,les vrais ,les sincères ,et ils sont majoritaires ,rien ne ralentira la marche en avant ,le processus est enclenché ,nous en verrons ou pas le résultat ,mais un jour viendra ou nos deux peuples avanceront main dans la main .
                    Amicalement .

                    • ALBARRACIN de SBA

                      @ Claude

                      Bonjour . Je partage votre iritation , mon vécu me rapelle que le peuple algérien est dans son immense majorité respectueux des amitiés sincères! Des raisons idéologiques et partisanes alimentent , non pas un esprit de revanche, mais des tentatives de diviser (pour régnerl’) l âme algérienne Astuce éventée depuis la nuit des temps!
                      Que ceux là se rassurent et ne se fatiguent pas en vain , nos âges nous interdit une posture contraire à souhaiter la paix et la réussite à ce pays qui demeure le notre en esprit, en motivation; en affection!
                      Tres rectueusement à vous

                    • Danielle B

                      MERCI CLAUDE B
                      je crois maintenant avoir VRAIMENT COMPRIS
                      je laisse le champ libre à ceux qui ne nous veulent pas même si les vrais, les sincères comme tu dis sont plus nombreux
                      fatiguant de se battre contre une telle violence haineuse
                      ces personnes-là auront toujours le dessus sur ceux qui veulent d’une vraie amitié
                      amicalement

                  • Danielle B

                    bonjour mr ALBARRACIN
                    oui, exaspérée c’est bien le mot qui convient
                    MERCI à vous pour votre mise au point
                    amicalement

                  • Hakem abderrahmane

                    Salam MrALBARRACIN! Je ne suis ni soupçonneux ni revanchard et je ne vous accuse nullement de militer dans un groupuscule revanchard!Au contraire c’est parce que je vous trouve sympathique et sage que je tiens à vous répondre et crois que vous pouvez contribuer à trouver un terrain d’entente et à tenter de rapprocher tout ce beau monde des deux cotés de la rive!Par ailleurs si le terme de repliés m’a interpellé c’est suite à une émission de Cristophe de Chavane(Je me rappelle hélas ni de la date ni du nom de l’émission)où l’intervention d’un » replié »m’a réellement choqué à l’époque par ses propos »Nous sommes en position de repli et qu’un jour viendra où nous retournerons chez nous »Je ne sais Mr Albarracin pourquoi ce monsieur a prononcé cette phrase avec une telle hargne que..Alors si son objectif était de construire de bonnes relations et un bel avenir pour les algériens et tous les algériens je lui tends personnellement la main!Vive l’amitié entre les deux peuples dénuées de toutes arrières pensées!

                    • ALBARRACIN de SBA

                      @ Hakem abdherramane
                      Bonsoir et merci pour votre mise au point!
                      Les mots et les maux peuvent trahir nos pensées!
                      J’espère que la confiance l’emportera sur le soupçon!
                      Cordialement

                • GRACE

                  @Danielle B?
                  Bonjour madame, je pense que vous êtes soit très fatiguée ou alors aveuglée par votre passion pour ne comprendre que ce que vous voulez, et auquel cas, je ne vais pas longtemps polémiquer avec vous.
                  J’affirme que ce sont aussi mes compatriotes et d’autres étrangers que vous fustigez qui ont trimé pour reconstruire la France et par conséquence , contribué à financer votre retraite, au dépend parfois de leurs droits, renseigner-vous avant d’avancer des inepties.
                  Par ailleurs, je ne vous connais pas et sans doute avez -vous des ascendances étrangères qui ont été accueillies par la France. Les français sont depuis le fin fond de l’histoire un peuple généreux, qui a accueilli des générations et des génération d’étrangers et qui les a intégré. Et vous , imbibée de votre haine , vous n’arrivez pas à dépasser un contexte de guerre et vous restez figée sur votre passé et vous en accusant encore maintenant des travailleurs sociaux de l’époque ( assistantes sociales ) qui n’étaient pour rien dans le drame des rapatriés d’Algérie, drame que je reconnais parfaitement.
                  Et ce qui est grave, vous qui insinuez travailler pour le rapprochent des peuples, vous appelez encore à la guerre et la division  » j’espère que certains intervenants de ma communauté vont oser intervenir pour vous dire monsieur que vos propos sont non seulement….. » Si je comprends bien , vous êtes françaises mais vous appartenez à une communauté ( curieux) et qu’au sein même de votre supposée communauté il n’y aurait qu’une partie qui serait de votre avis.
                  J’ai une dernière chose à vous dire madame et un petit conseil à vous donner si vous me le permettez.
                  1) Heureusement que tous les pieds-noirs ne vous ressemblent pas.
                  2) Vous êtes en retraite, achetez, si ce n’est pas encore fait, une tenue et un bâton de randonnée et allez vous aérer les méninges, vous en avez bien besoin.
                  Cordialement.

                  • Danielle B

                    décidément mr Grace
                    votre haine à notre égard vaut largement votre inculture, ce serait plutot à vous d’aérer votre cerveau peut-être que cela vous rendrait plus aimable, plus humble , plus humain, et un tant soit peu plus respectueux
                    c’est mon dernier post vous concernant
                    et vous osez terminer par cordialement alors que vos propos sont fielleux????????

                    • Mémoria

                      .@Grace,
                      @Danielle,
                      …………….Deux personnes emblématiques qui formulent se séparer sans se connaitre malgré des échanges presque assidus…!!! Cela est terrible car au fonds elles ne se connaissent pas encore et elles étaient si proches du point de vue principes.Grace qui reconnait le drame des rapatriés et Danielle qui s’inscrit en faux dans l’ accusation de ne pas respecter le peuple algérien et son Indépendance!
                      Et puis cette opacité! Et si Danielle était un homme et Grace une femme !!! Nouvelle équation en perspective !

                      Bonne soirée à tout le monde;je suis épuisé!!!

                    • GRACE

                      @ Mémoria,
                      Désolé (e ) mais je m’en voudrais beaucoup si vous estimez que j’ai participé à votre épuisement, ce n’était pas mon objectif.
                      Pour répondre à vos interrogations, peu importe que je sois homme ou femme, les autres composantes de mon identité l’emporte sur la seule variable sexuelle. Tels Feraoun, Amrouche et tant d’autres, j’aime instinctivement l’Algérie et j’aime la France d’une autre manière et je ne souffre pas de cette  » schizophrénie » , c’est mon essence, je ne pourrais pas me définir sans les deux dimensions, je me sens appartenir à l’une et à l’autre. Et tant pis si , souvent aussi, je me sens exclu ( e ) d’une part comme de l’autre; c’est l’envers de la médaille que j’assume parfaitement.
                      Mon histoire est semblable à pleine d’autres, à quelques variantes près, à la vôtre peut-être, à celles qui refusent d’être figées dans un modèle, un seul.
                      Aussi, je me sens le devoir de combattre le totalitarisme, l’extrémisme d’où qu’il vienne et souffrirai des contrevérités qui viennent prendre la place de l’Histoire.
                      L’histoire de l’Algérie et de la France est complexe du fait qu’elle se prolonge et prendre position dans cette histoire ce n’est pas prendre partie pour l’un ou l’autre camp, mais dire juste ce qui s »est passé. Je réitère le fait que la souffrance était, est encore dans les deux camps, mais qu’on ne vienne pas nous donner des leçons , qu’on vienne pas nous dire de ne plus venir en France parce que nous l’avons combattu. De quel droit? En vertu de quelle loi?
                      Nous avons combattu une France et nous aimons une autre France. Ce concept des deux France a d’ailleurs été confirmé politiquement par le référendum du 11 janvier 1961 où les français métropolitains ont massivement voté pour l’autodétermination à 74,99%. C’est cette France de 74,99% que j’aime et que je continue à aimer.
                      Pour conclure, en espérant de tout coeur ne pas t’avoir ennuyé, je te soumets ce poème de Kateb Yacine:
                       » Bonjour
                      Bonjour ma vie
                      Et voici mes désespoirs
                      Me revoici aux fossés
                      Où naquit ma misère
                      Toi mon vieux guignon,
                      Je te rapporte un peu de coeur
                      Bonjour, bonjour à tous
                      Bonjour mes vieux copains;
                      Je vous reviens avec ma gueule
                      De paladin solitaire
                      Et je sais que ce soir
                      Monteront des chants infernaux…
                      Voici le coin de boue
                      Où dormait mon front fier,
                      Aux hurlements des vents,
                      Par les cris de décembre;
                      Voici ma vie à moi,
                      Rassemblée en poussières…
                      Bonjour toutes mes choses,
                      J’ai suivi l’oiseau des tropiques
                      Aux randonnées sublimes
                      Et me voici sanglant
                      Avec des meurtrissures
                      Dans mon coeur en rictus!
                      Bonjour mes horizons lourds,
                      Mes vieilles vaches de chimères
                      Ainsi fleurit l’espoir
                      Et mon jardin pourri
                      -Ridicule tortue
                      J’ai ouvert le bec
                      Pour tomber sur des ronces
                      Bonjour mes poèmes sans raison  »
                      K.Yacine 1962.
                      Bonne soirée.

                    • GRACE

                      @Memoria, pardon d’etre passé du vouvoiement au tutoiement et merci de lire: l’emportent, à plein d’autres, d’où qu’ils viennent…Merci

                  • Mémoria

                    @Grace,
                    Je sais que « tu » comprendras …..mes silences car ce qui m’a réellement épuisé ce n’est pas « vous » mais l’éblouissement des reflets de « mon » image ….du miroir que « tu » me renvois ! Merci pour tout !

                    La presse électronique m’a fait connaitre une certaine dimension mais je crois y avoir enregistré une très grande frustration!
                    C’est pour cela que ceci sera mon dernier commentaire !

                    A un de ces jours……!

                    • un camarade

                      AH NON ne refaites plus ce coup Quitter le navire Puisez dans votre expériences vos convictions monsieur Autre chose c’est votre proposition cet article qui a enregistré ce débat Non sahbi pas ces mots devant ces maux passagers

  16. abbes

    si badissi vous etes loin de la réalité puisqu’il existe plus de 300 algériens qui demandent quotidiennement le visa à 60 euros par personne uniquement au consulat d’oran et sans compter les autres consulats qui sont éparpillés à travers le pays.
    Allez faire un tour à l’aéroport Ahmed Benbella et vous allez voir combien de français entrent en algérie et combien d’algérien sortent pour la france . Donc qui a besoin de l’autre?

  17. BADISSI

    @ abbes
    celui qui demande le visa doit être homme d’affaires , étudiant , malades , mais les autres les bras casses qui croie que la france c’est l’eldorado , on ne peut parler d’eux car le travail est plus disponible chez nous qu’en france , cette dernière a besoin de nous si abbés vue la crise qu’elle traverse .

  18. ourred m

    alors pourquoi les algeriens demandent la nationalite francaise car je peux vous citer beaucoup de gens qui ont obtenu la francaise

    • ezeitoune et les figues séches.

      moi j´ai 23 ans en allemagne, je n´ais jamais demandé la nationalité, je suis toujours algerien fier de mon pays et de mon passeport vert et aujourd´hui je suis vieux (chibani) djazairi wa el hamdoulillah. et puis l´algerie n´a jamais eu de probléme avec RFA. en france il y a beaucoup de racisme anti arabes surtout nous les algeriens. bougnouils,bicots,melons…ect au pays des droit de l´homme???.

  19. BADISSI

    @ourred m
    demander une seconde nationalité est une conviction personnel , effacée ces racines ces difficile personnellement je le ferais jamais , même depardieu a demander la nationalité Algérienne

    • Danielle B

      je pense Mr BADDISSI qu’effectivement demander la double nationalité c’est renoncer à ses racines, on peut aimer 2 pays mais il faut faire un choix, ce n’est pas facile mais il faut savoir qui et pourquoi on préfère plutot un pays que l’autre
      et choisir en toute connaissance de cause, c’est trop facile de vouloir jouer sur plusieurs tableaux en ayant un pied sur le pays où l’on vit et l’autre celui de sa naissance, (beaucoup font cela pour les avantages qu’ils peuvent en tirer) personnellement je pense comme ce vieux chibani qui vit en Allemagne et qui a choisi de vivre dans ce pays tout en restant fidèle à sa nationalité d’origine , c’est honnête et je l’en félicite

      • ezeitoune et les figues séches.

        merci madame Danielle B, et bonne journnée.

      • BADISSI

        @Danielle B
        Bonsoir Madame , il faut être honnête quand on choisie une nationalité d’un autre pays il faut se soumettre a ces lois et coutumes , on peut pas imposer le mode de vie du pays d’origine , par contre on peut aimer plusieurs pays , ou plutôt la terre entière en gardant sa nationalité d’origine . Amicalement

  20. Hakim

    Ce qui demandent la nationalité ont la mémoire courte et de toute façon les frouziens haïssent les Maghrébins et en particulier les Algériens,beaucoup parmi la masse sont des bénis oui-oui et Dieu sait comment ils sont considérés,d’où les appellations (de bougnoules,bicots,ratons) et j’en passe des meilleurs,et à la limite je dirai qu’ils ont raison y’a qu’à voir comment la majorité se comporte la ou ils y a des arabes y’a de la m…………… donc qu’ils soient en France où en Algérie y’a pas grande différence au niveau comportement.Les reproches vraiment pénibles sont ceux que l’on a mérités

  21. BADISSI

    Insulter ces compatriotes ces graves partout il y a les bons et les mauvais , vivre a l’étranger c’est une responsabilité car on est ambassadeur de son pays et sa religion , donc il faut bien se comporter la ou on est

  22. abbes

    si badissi si la france est dans une bonne situation économique les algériens ne verront jamais le visa mais puisque elle est frappée par la crise économique donc elle a besoin plus de l’argent des algeriens que les algeriens eux memes parce que certains algeriens se comportent mal en france et comme on dit , les bons payent pour les mauvais Pour la france les algeriens sont mauvais mais leur argent est bon Pourquoi les algériens vont en france et les français ne viennent pas en algerie . Pourquoi les algériens demandent la nationalité française et les français ne demandent pas la nationalité algerienne.
    on était fiers de notre indépendance et fiers d’etre algérien mais pourquoi opter pour une nationalité française que nos ancetres ont refusé pendant 132 ans.

  23. AL HANIF

    Difficile d’évoquer le 17 octobre sans évoquer jacques Verges et son combat pour la libération des peuples colonisés.
    Avec un peu de raideur dans l’esprit , de la souplesse dans l’échine et une langue sans os et volubile, il est aisé de se présenter comme le nationaliste idoine qui a un avis sur tout.
    La presse algérienne dans son ensemble a fait le service minimum à la mort du grand homme, l’homme qui continuait de cogner sur les princes qui nous gouvernent.
    Verges était un homme de liberté, toutes voiles dehors qui admirait De Gaulle mais qui s’est engagé dans la défense des militants du FLN et qui proclamait que la France de Bugeaud n’était pas celle de saint Just.
    Que nous a laissé notre indépendance serait la vraie question et quelles territoires reste t-il à libérer par ce Front qui recycle les nains politiques et les aventuriers qui font une époque sinistre et le moral en berne.
    Peu de personnes auront fait le procès du colonialisme comme Verges, contempteur de la nostalgie pour Alger la blanche et des cartes postales jaunies de l’ère de pépé le Moko retranché dans la Casbah.
    Et voilà que l’on nous fabrique une nostalgérie une fois boumédienniste, parfois batniste voire chadliste qui laisse fermenter une pseudo-histoire brandie par des incultes.
    Nous rejouons le psychodrame de la hiérarchie des civilisations pour brandir à des décennies de distance les mêmes poncifs verbeux qui se gargarisent de ‘wataniya’ à bon compte.
    Le commerce habituel de l’Histoire est la Complexité et il est temps d’admettre que la guerre d’Algérie avait débuté le 8 mai 1945 à Sétif et Kherrata? Date à laquelle un étudiant en droit, Verges entre en contact avec l’UGEMA, puis avec le FLN, une fois devenu avocat pour offrir ses services.
    Avec son Verbe et ses convictions anti-colonialistes, Verges a fait siennes la volonté d’indépendance du peuple algérien et le choix de la lutte armée.
    Et il n’était pas p algérien!
    Qui dira le concours des avocats commuinistes et de la cellule de Maître Matarrosso, de maître Ould Aoudia executé par les services français.
    Nous jetons un voile pudique sur son mariage avec Djamila Bouhired et nous sommes taiseux sur ces martyres que sont maître Ali Boumendjel jeté du haut d’un immeuble et Maurice Audin supplicié pour la cause algérienne;
    Dénoncer sur le tard les exactions colonialistes et taire les errements de ses dirigeant est nauséabond.
    Verges ne faisait pas confiance en la justice de son pays. Et nous?

    • Hakem abderrahmane

      Feu Verges était un grand avocat et un anti colonialiste et a fait le procès de la France coloniale mais le vénérer et lui donner plus d’importance que nos valeureux chouhadas qui sont morts les armes à la main je pense que ce la n’est pas convenable et même Feu Verges lui même ne serait pas d’accord avec cette façon de voir les choses ou de lire l’histoire!Parler des héros de notre révolution tel Feu Houari boumèdiène ou tous les autres n’est pas une histoire brandie par des incultes mais tout simplement par des gens qui ont côtoyé et aimaient ces braves martyrs allah yerhamhoum!Si j’ai bien compris il faudra débaptisé l’aéroport d’alger !

      • Hakem abderrahmane

        lire débaptiser au lieu de…

      • BADISSI

        chacun a combattue a sa manières certains par les armes ,d’autres par le sport , d’autres par la culture , on ne peut minimiser le rôle de certains , c’est une révolution ou chacun a combattue dans son domaine et cela qui fait que notre révolution est unique au monde

  24. belabbésien

    @Al hanif aid moubarek d’abord et une fois de plus votre magistrale plaidoirie qui nous manque Je ne peux entrer dans vos trucs personnels mais votre commentaire est une touche particuliére Jeudi dans la SILAT ERRHIM fait par la voix de belabbes dans un lycée un voisin que je n’ai pas revu depuis 25ans me parlait des lecteurs de grand niveau vous citant Oui verges fut une sommité au service de notre cause je vous remercie pour nous réveiller de notre insomnie

  25. Karim10

    Il est particulièrement réjouissant de voir crever quelques lieux boueux du prêt-à-porter historique par la plume acérée de nos amis lecteurs. Merci la vdsba

  26. AL HANIF

    ‘ Prêt-à-porter historique’?
    Ma hada el mafhoum ya doctoore?!

  27. benali

    le docteur se doit de nous éclairer sur ce concept

  28. Belabesien

    Efhem ya el fahem

  29. AL HANIF

    Si Hakem
    Je crains hélas que vous m’ayez mal lu et dans tous les cas mal compris.
    Je le déplore mais cela ne me pose pas plus de problème que cela.
    Plus poil à gratter que meddah, je suis trop vieux pour changer et me spécialiser dans la claque servile.
    Ma liberté tient au fait que je n’ai rien à négocier, ni à demander, personne à courtiser, ni à manipuler ni à être omniprésent pour exister.
    Je dis tout simplement qu’un pays qui a traversé les affres d’une guerre civile de 10 ans faisant suite à l’autoritarisme et la mal-gouvernance des ses dirigeants se doit de démontrer plus de pudeur au lieu de faire la leçon au monde entier.
    La mode des ‘followers’ et des groupies m’indiffère et aucun titre universitaire ne m’éblouira.
    .Clé de voûte du fonctionnement du réseau, la parole consensuelle et dévitalisée a encore de beaux jours devant elle hélas.
    Réputation et mauvaise réputation font le succès de tous les sites interactifs et la prolixité qui confine au vertige et au florilège de mots creux reste un, avatar incontournable dans ce genre d’exercice
    J’ai fait état à M. Kaddiri (qui a toute ma considération) par personne interposée ma crainte de voir se multiplier les sujets marronniers qui obèrent la réflexion et intronisent la dictature de l’émotion rétrospective.
    Certes la signification sociologique à inférer du ‘corpus’ peut présenter un quelconque intérêt mais la hiérarchie mentale liée à la sociologie des intervenants et leur désir de se faire faussement le bouclier et le sabre d’un lectorat ‘maltraité’ relève du ridicule le plus complet.
    La popularité d’un thème est certes le stimuli qui déclenche le mécanisme pavlovien mais le manque de distance est à long terme préjudiciable.
    .
    Le lecteur devient en quelque sorte un commentateur, un arbitre qui approuve, désapprouve, critique ou encense par réflexe communautaire en ayant parfois évacué la dimension critique que doit porter la permanence de l’écrit qui repose sur des faits et leur exposition dans une langue claire si possible.
    Pour que le site ne sombre pas dans une phase de passe-temps chronophage, ni d’exutoire et de défoulement collectif, il se doit de garantir le jeu démocrtitque de la participation véritable.
    Cette dernière n’implique ni second couteaux, batalgias auto-enrôlés, ni règlements de comptes.
    La participation démocratique suppose un jugement libre et actif dans une agora numérique aux codes bien rodés et aux camps idéologiques clivés car la diversité est vie et l’uniformité mortifère.
    Hormis le bashing occasionnel et les petits règlements de comptes entre amis, je ne conçois pas la participation comme un exercice convenu *oû l’on voit s’affronter selon une mécanique presque parfaite; les ‘célébrités’ du terroir, tel des Don Qichotte se lancer contre des moulins à vent nés de leur antagonisme et imaginaire maladif.
    La différence entre virtuel et réel est pourtant patente. Nous, nous nous connaissons tous. Ya kharoub bladi!

  30. BADISSI

    AL HANIF
    Personne ne peut égaler votre niveaux , vue vos commentaires ou se croise analyse correct , respect des avis des autres , vos commentez autre que le niveaux élever , avec politesse , lire vos commentaires est un plaisir , on souhaite des intervention de votre part régulièrement , mes respects

  31. Mémoria

    Je pense que Danièle dit certaines vérités comme Grace d’ailleurs! Nous n’en sommes pas encore au partage des voix…..!!!
    Néanmoins je pense que Danièle devrait formuler au nom des siens qui ont souffert de la décolonisation un Recours à l’Etat francais pour s’ identifier en
    tant que victimes collatérales de la colonisation….au lieu de la glorifier !!!
    Il s’agit de se déterminer!
    Bonne soirée !

    • GRACE

      @Mémoria,
      Bonsoir, je ne pense pas avoir asséner aux lecteurs des vérités, car je n’en possède aucune. J e ne faisais, dans mon commentaire , que répondre aux basses insinuations et accusations gratuites de Danielle B
      L’histoire qui fatalement nous unit, nous déchire également quand chacun reste campé sur ses positions. Tout le travail que font Christian VEZON , AL-BARRACIN et beaucoup d’autres, Danielle B le défait en un trait de plume.
      Fallait-il l’ignorer ? Peut-être, sans doute, mais je m’excuse auprès de vous cher Mémoria et auprès de tous les lecteurs, je ne pouvais pas simplement me contenter de me boucher le nez devant le tas d’immondices déposé aux pieds de « mon peuple ».
      Bonne soirée.

      • Danielle B

        bonjour mr GRACE
        vos propos sont tellement loin de la réalité que je voulais pas y répondre mais je ne peux pas laisser passer de telles horreurs mais bon c’est votre opinion elle ne regarde que vous
        ce que je regrette profondément c’est qu’aucun autre intervenant (je parle de ceux qui font un travail que soi-disant je détruis) ne soit intervenu pour soutenir ce que j’avançais car beaucoup et ne vous en déplaise monsieur savent que j’ai raison, mais ils ont eux aussi peut-être leurs raisons de ne pas me donner raison
        excusez mon impolitesse si je ne vous salue pas

        • abbes

          Madame Danielle B Le débat est ainsi chacun avance des idées et se défend dans le calme Très bonne lecture dans votre journal Belabbésienne

          • Danielle B

            bonjour mr ABBES
            je suis d’accord avec vous mais si vous relisez les écrits de mr GRACE
            reconnaissez qu’on ne défend pas ses idées en insultant la personne qui n’est pas d’accord avec vous et je cite :
            « déposer un tas d’immondices déposés aux pieds de mon peuple »
            donc pour lui m’exprimer veut dire que je salis le peuple Algérien????
            avouez que c’est un peu fort
            mais bon encore une fois je crois que je n’ai que ce que je mérite en voulant croire qu’un dialogue est possible
            bonne journée Monsieur
            cordialement

  32. BADISSI

    Grace et Mémoria deux commentateur d’un niveau trop élever

  33. BADISSI

    Merci grand Kaid …

  34. CHOT LAHCENE

    franchement quand je lis le commentaire de Danielle B;;;;ca me donne envie de gerber ..toujours les discussions médiocres du bar du coin …..toujours dans la confrontation ;;toujours dans la haine ,nous vivons en France ,nous payons nos impôts ,nous aimons ce peuple et ils nous aime ;nous pouvons expérimenter tous les jours l’amitié i et la fraternité qui nous lit à ce peuple ….et nous sommes fier d’avoir fait face au système colonialiste qui détruit les peuples …le système colonialiste ne représente pas le peuple de France ,mais c’est un monstre qui avec armes et bagages ,occupe les terres des paysans ,juste pour exploiter le sous sol …ca vous le savez ,mais comme vous défendez indéfendable c’est à dire les pas du diable ,vous resterez dans l’enfer de votre réflexion …vous me faites juste pitié…car je trouve que vous êtes une femme malheureuse ….d’ailleurs on les voit bien les gens de votre acabit ,sont isolé dans leurs petits coin ,ils ont beau s’agiter au sein du fn il ne font que pisser dans le sable …

    ALLAH EST GRAND

    • kerroucha

      Argumentez MR CHOT vos commentaires sans passion et on verra puisque jusque la on veut bien vous voir

    • Danielle B

      vous avez raison mr CHOT
      je suis malheureuse non seulement parce que je vis loin de mon pays mais parce que je lis les inepties que vous écrivez
      c’est plutôt moi qui aurait envie de gerber en vous lisant, tellement vos propos sont hors sujet et pleins de haine
      comment pouvez-vous dire après
      de tels mots que vous aimez les français et la france??? j’en doute
      ceci dit je n’ai nul besoin de votre pitié car je suis sereine et je ne défend que ce que j’estime être juste
      à bon entendeur

      • Hakim

        Bonjour Mme Danielle B, je suppose que vous connaissez l’adage ! On est toujours salie par plus sales que soi,et je ne vise personnes loin s’en faut simplement on a un lourd fardeau ensemble et qu’on arrive pas à digérer personnellement je trouve surtout et en particulier que vous avez une minorité de ronds-de-cuir qui tiennent les rennes en particulier (médias,politicards imbus d’eux-mêmes) qui continue à semer la discorde,et n’arrivent pas à faire abstraction à ce passé lourd de conséquences la haine engendre la haine et c’est préméditer.On a supporter 132 ans durant l’oppression,l’humiliation l’inégalité l’injustice,la France a laisser derrière elle presque huit millions d’illettrés après l’indépendance exception faite les caïds qui ont fait beaucoup de mal plus que les français nos aïeux à coups d’insultes et d’humiliation parce qu’on leur a donner ce pouvoir d’écraser leur propre frères Dieu soi-loué tout ça c’est du passé la où le bas blesse pourquoi la France ne reconnait pas officiellement son abominable passé et que ses algériens(nes) qui actuellement vivent en France c’est leur choix mais la moindre des choses les respecter en tant qu’être humain et ne pas les traiter comme des moins que rien alors forcément les démons du passé resurgit et on en finira jamais.<>,il faut rendre à chacun ce qui lui est dû,dixit la haine.

  35. Hakim

    Le bonjour à toutes et à tous,une petite parenthèse, de grâce ne tomber pas dans la bassesse en s’invectivant ayez un peu de décence, peu ou prou chacun est libre de donner son point de vue mais avec politesse,ça ne fait que grandir les échanges.Cent trente deux ans durant on a subit le joug colonial certes mais comme l’avait dit Hakem dans son commentaire feu Boumédiène retroussant nos manches et bossons mais il est impératif de tourner la page et construire le pays,sinon on tourne en rond et le résultat est la le pays va à la dérive le peuple veut s’enrichir sans se donner de la peine trimons comme le font d’autres peuples.Je pense qu’il faut pardonner mais ne pas oublier comme l’ont fait les deux pays en l’occurence l’Allemagne et la France qui sont devenue les meilleurs amis du monde en se serrant les coudes,je trouve que c’est pathétique tout ce remue-ménage,en espérant ne pas me trompé bonne journée à toutes et à tous.

    • Danielle B

      MERCI CLAUDE B
      je crois maintenant avoir VRAIMENT COMPRIS
      je laisse le champ libre à ceux qui ne nous veulent pas même si les vrais, les sincères comme tu dis sont plus nombreux
      fatiguant de se battre contre une telle violence haineuse
      ces personnes-là auront toujours le dessus sur ceux qui veulent d’une vraie amitié
      amicalement

    • Danielle B

      bonjour mr MEMORIA
      MERCI de vos propos, je crois que vous êtes un des rares à comprendre ce que je ressens, ce que nous PN ressentons en général
      les bi-nationaux comme vous dites sont pour la plupart revanchards ce que je déplore
      je pense malheureusement que nous n’arriverons jamais à nous entendre malgré nos efforts DOMMAGE
      quant à l’histoire , dans quelques années elle nous aura tous oubliés
      cordialement

  36. Abbes

    A chaque fois ou le mot colonisation sera apparu sur le journal que madame Danielle saute sur l’occasion pour répondre mais pour qu’elle soit à l’aise, il faut lui parler de tout sauf de notre histoire commune . Apres 132 ANS de colonisation madame Danielle est toujours à sa faim et avec son caractère inflexible , elle ne participe pas pour le rapprochement des peuples mais pour leur division.Madame qui est le grand perdant de la colonisation ? Alors revenez à la raison et soyez plus amicale avec les lecteurs sur le site.

    • Danielle B

      je ne vous situe pas bien MR ABBES
      un jour vous me donnez raison et le lendemain vous me crucifiez?????
      je n’ai pas à être amicale monsieur avec qui m’insulte
      vous le seriez à ma place????????
      bonne soirée monsieur
      cordialement

  37. LAHCENE CHOT

    Danielle B

    voila vos propos plein de mensonges de ressentiments ….

    l’indépendance ne vous a pas apporté ce dont vous espériez, la preuve en est avec une demande de + en + grande, une demande de visas pour ailleurs et c’est cela que je trouve triste, que 52 ans après ce soit encore et toujours de notre faute, et jamais de la votre, je parle évidemment de votre situation actuelle, vous occultez la vérité la VRAIE VERITE et c’est cela que j’ai du mal à accepter, vous avez tout pour être heureux , votre pays regorge de richesse, il suffit tout simplement à votre peuple de se retrousser les manches, mais c’est plus facile de venir ici vivre des allocations généreusement attribuées par vos anciens ….

    vous vivez avec des shemas ,du petit café du commerce ,…..d’ailleurs vous representez que votre propre personne ,et surtout ne parlez pas au nom des francais …..on vit ds l’éxagone et on sait de quoi on parles ….racontez vos inepties à d’autres ….d’autant plus que personne ne vous empeche de retourner dans votre pays ,et personne ne vous en à chasser …libre à vous de partir et de rester ….il faut assumer sa vie la ou on est …

  38. GB

    OUI madame CLAUDE B Cette minorité non représentative ne peur se targuer de continuer a nuire GB

  39. ALBARRACIN de SBA

    A Chot

    Désolé je ne trouve pas votre commentaire s’adressant à moi?
    Je m’éloigne pour plusieurs heures ! Qui sait à mon retour ?
    salutations

  40. ALBARRACIN de SBA

    @ CHOT
    Votre message est sur le site!
    Il résume bien votre personnalité!
    Par ailleurs je n’ai jamais fait l’apologie de la colonisation!
    Salutations

  41. Salah

    @ Messieurs les donneurs de leçon
    A chaque fois qu’on évoque les horribles crimes de la France en Algérie, on nous sort la vieille réplique rouillée qu’il faut oublier le passé et regarder l’avenir.
    Les moralisateurs et les pyromanes pompiers de circonstance trouvent qu’il est normal de nous faire la leçon . Mais aucun d’eux n’a le culot d’aller secouer les juifs et leur bétonner le cerveau avec l’idée qu’ils doivent eux aussi oublier les crimes commis par les Nazis et les collabos de Vichy et leur accorder l’absolution.
    Les juifs ne cessent de tarabuster la planète, et au-delà de la planète jusqu’aux insoupçonnées galaxies avec Dachau et Buckhenwald. Il y a des souffrances pardonnables qu’on est censé oublier et d’autres pas.
    En plus, ces moralisateurs nous bassinent avec des phrases creuses que la construction de l’avenir s’opère à travers une amnésie…
    Eh bien mon colon, l’avenir se construit avec le passé. C’est comme ça. Quand la France voulait construire son avenir le 8 mai 1945, elle ne le voulait que pour elle. Jamais pour les Algériens.
    Oublier ? Pardonner ?? Aucun algérien digne de ce nom ne pardonnerait les crimes de la France en Algérie..Mon Père n’a pas choisi son destin, a simplement fait son Devoir et est Mort pour l’Algérie mes amitiés à Grace et aux vrais nationalistes, quand aux faux fakou!!!!!!!!!!!!!!!!

    • ALBARRACIN de SBA

      @ Salah
      Bonsoir. Personne ne vous demande d’oublier le passé. Nous avons tous le notre!
      Au contraire regarder le passé peut être une grande leçon de vie et d’expériences qui doit façonner notre personnalité de manière à oeuvrer pour que plus jamais ou le moins possible se reproduise les mêmes atrocités et injustices, les mêmes erreurs !
      Etre nationaliste n’est pas un défaut , au contraire c’est une orientation utile et respectable si elle sert les intérêts de la nation! Demeure à définir la nature de ces intérêts ….et du bien commun!
      Pas simple je vous l’accorde. Cordialement

  42. Claude.B

    @CHOT ,
     » Elevé par les bonnes soeurs catholiques « ,nous dites vous ,je vous crois sur parole bien que cela ne transparaisse pas dans votre façon de vous exprimer en règle générale .En effet , il est vraiment dommage que vous n’ayez rien conservé de l’éducation qu’elles vous avaient donné ,vous aviez surement raison de rejeter  » tout le reste « ,mais la bonne éducation étant un atout dans la vie ,il aurait été salutaire d’en garder les principes de base .

  43. HAMID OURRAD

    Messieurs Dames du calme,ne vous énervez pas vos risquez de brûler toute une moisson de deux années complètes
    Au fait avait-on besoin d’autant de vulgarité,d’autant de condescendance,d’autant de haine dans le verbe pour dialoguer entre humains civilisés

  44. ALBARRACIN de SBA

    @ Grace

    Dans votre commentaire vous vous étonnez de AL BARRACN !
    Il vous faut savoir que d’une manière générale je refuse l’article « LES »pour désigner un collectif et le dénigrer ou au contraire l’encenser!
    LES PNS: LES ARABES / LES ALLEMANDs LES JUIFS etc etc;;
    Aucun groupe humain de manière collective ne peut être jugé et condamné pour des crimes ou des dérives que l’esprit humain condamne!
    Parmi les PNS beaucoup plus que vous ne le pensez ont soutenu ou apporter leur contribution et de façons diverses aus luttes de libérations!
    Et si un seul en était , il demeure PN et mérite le respect!
    Ils elles n’ont que plus de mérite de rester discrète sur ce point!
    Certains spécialistes sur ce site  » titillent  » par une provocation déplorable
    la communauté PNS: Actions / Réactions c’est une loi du genre!
    L’amalgame du genre tous pourris, est une injustice !
    S’il existe un jugement dernier….nous serons jugé un par un sur la balance!
    J’ignore le passé et les postures de Danielle ou de Claude ou de X!
    Je les considère comme dignes , avec leur passé de souffrances et qui sait d’espérer trouver sur ce site un peu d’amitié de la bas!
    Cordialement

    • GRACE

      @ AL-BARRACIN
      @Memoria
      Je ne peux me dérober devant l’évidence , d’autant plus qu’elle est empreinte de sagesse. Je comprends également l’élan de sympathie voire de solidarite à l’égard de Danielle que ce soit de votre part ou de la part d’autres lecteurs, c’est tout à fait normal.
      Je pense sincèrement qu’en répondant de manière épidermique aux commentaires de Danielle , je n’ai fait que réveiller ( de part et d’autre) les vieux démons et éloigner et exaspérer des esprits qui comptent beaucoup pour moi , vous en l’occurrence , Memoria et certainement beaucoup d’autres. Croyez-moi, j’en suis profondément affecté et regrette la tournure que peuvent prendre certains débats .
      Sans honte aucune , je pense que c’est plutôt à moi de quitter la tribune et non a mon ami Memoria.
      Sans rancune.

      • Arbi

        Allons les intellos Réagissez en adultes pour le bien du site qui nous relie

      • ALBARRACIN de SBA

        @ Grace

        Votre démarche vous honore et la loi du « genre vite écrit , vite lu » trahit tout un chacun!
        J’apprécie vos analyses sur le plan intellectuel, et si on partage un autre point de vue, rien de plus normal que de le manifester! Mais je ne crois pas au dicton « le silence et d’or et la parole d’argent » . Nous appartenons à l’espèce humaine pour le meilleur et pour le pire!
        A notr ami Memoria je souhaite lui dire que sa personnalité frondeuse
        lui va à ravir…..ce serait dommage et pénalisant pour nous tous qu’il prenne de la distance…..salutations
        Bien cordialement

        • Claude.B

          @ Grace,
          Certains sujets sensibles peuvent nous amener à nous exprimer de manière vive lorsque nous réagissons sous le coup d’une émotion que nous avons du mal à canaliser .Nous donnons notre point de vue ,certaines fois nous nous rejoignons ,d’autres fois ,nous nous opposons ;tout cela est le propre d’un débat .L’essentiel est de veiller à ce que nos paroles restent respectueuses .
          Votre démarche prouve bien que vous ne vouliez blesser personne ,nous devons la saluer et y voir une main tendue à tous ceux qui débattent avec « énergie » ,certes ,mais sans méchanceté aucune .
          Je vous remercie pour les échanges que nous aurons j’espère le plaisir d’entretenir .
          Ce journal nous a tous accueillis ,nous tous habitants des deux rives liés par une histoire commune qui parfois nous déchire ,mais souvent nous rapproche .A bord de la VDSBA , navire de l’amitié ,le climat souvent calme peut devenir houleux ,un commentaire suffit à enflammer les passions ,heureusement ,certains passagers sont là pour ramener le calme après la tempête .
          J’espère que nous poursuivrons notre voyage ,tous ensemble ,le bateau est assez grand pour accueillir tout le monde .
          Cordialement .

          • mr kadiri mohamed

            Le journal qui se veut un trait d’union et il est arrivé grâce a vous ses fidèles dont madame Claude B et des centaines d’autres qui nous honorent Merci d’exister a tous et a toutes pour poursuivre le palpitant voyage qui ne peut demeurer agréable sans ses fidèles lecteurs et bien sur lectrices

          • GRACE

            @Claude.B,
            Je ne peux rester insensible à de si belles paroles et à celles d’AL-BARRACIN , si bien que je prends sur moi de déroger à mon sermon de ne plus intervenir sur le site , en signe de témoignage de nos échanges , certes vigoureux mais sincères.
            Relisez-moi et si j’étais insultant ou méprisant à votre égard, je vous demande pardon

          • Mémoria

            SOS,SOS,Save our souls!!!

            …………J’ai été emporté du pont du » Bateau de l’Amitié »la VDSBA par un coup de vent……de Mare Nostrum en dérivant pendant deux jours et deux nuits…..Je m’accroche à l’ancre pour remonter !
            Suis_je un fantome ou un zombie …….
            …..De Grace …….lancez_moi une corde !

            • jamel

              une absence excusée pas besoin de corde

            • Danielle B

              BONJOUR MR MEMORIA
              je ne vous lance pas une corde, mais la main pour vous aider à remonter et à rester sur ce site qui est le vôtre bien avant le mien
              rassurez vous , vous n’êtes ni un fantome ni un zombie, juste un être humain avec ses qualités, ses défauts et ses faiblesses comme tout un chacun
              allez courage revenez, vos amis vous attendent
              cordialement

              • kerroucha

                belle réponse

              • Mémoria

                Bonsoir Danielle,

                J’ai toujours pensé qu’après m’avoir accordé un premier tango,vous me donneriez la main….avec l’espoir de ne pas m’envoyer « valser » du coté de la ….joyeuse harmonie !!!

                • Danielle B

                  bonsoir mr MEMORIA
                  j’aime beaucoup votre humour
                  pour le tango, c’est quand vous voulez (rires) et à la joyeuse harmonie encore mieux, c’est là que mes parents se sont connus
                  heureuse de vous relire et bonne soirée
                  amicalement

      • Hakem abderrahmane

        Mr Grace et Mr Memoria!Si vous quittez la tribune vous allez encourager la pensée unique et c’est dommage après tant d’efforts consentis par vous deux en l’occurrence et d’autres bien sur et avec vos commentaires si intelligents!Essalamou alaihoum!

  45. Un parmi d'autres

    Salam kadiri que me comprende esta plaza pública o cada uno acaba no para compartir lo que sabe sino más bien para Odiar ajena es-esto el diario que tú tienes deseado crear para los niños de la ciudad.. Me no observa ninguna cultura procedentes de su saber si este no es conversaciones interminables para no decir nada .mientras ya tendré deseado ver una línea de Agora los cafés los deseos y los deseos del saber. Amigablemente.

  46. kamel

    genre zaàma sbagnoulia ya l’kébche

    • hamid

      vous apparaissez sous un pseudo allez y dans votre site on vous as reconnu

    • Un parmi d'autres

      Ça te dérange que je sois libre de mes actes ya El ma3za pour moi tu n’est rien car lorsqu’on agresse les gens comme tu viens de le faire c’est que tu n’a aucune culture ou bien si une culture qui te goinfre au point de ne savoir pas parler .
      Alors suis ton chemin et va braire ailleurs
      Ce sont des gens comme toi qui nous font fuir.
      La cour des grands n’est pas pour toi et ne t’avise pas de me chercher je suis en fer et qui s’y frotte s’y pique .Si ce n’est pas le colonialisme qui vous dérange ,ce sont les PN et ensuite le immigrés, ensuite les harkis, ensuite ce qui ne mâchent pas leurs mots et ensuite ceux qui ne pensent toi et ceux qui ont une culture qui vous dépasse .

      • Hakem abderrahmane

        Salam Abbes! un parmi d’autres!Tu es libre et sois le bienvenu comme toujours dans ton site!Continue de nous donner de tes nouvelles dans la langue que tu veux !

  47. Abbes

    Chot Pourquoi vous sortez volontairement du sujet soit pour répondre aux articles par des commentaires sur l’Emir Abdelkader soit pour provoquer les lecteurs et en particulier les PN Je vois que votre volonté agit plus vite que sur votre intelligence et votre action sur votre pensée intellectuelle et par conséquent je vous trouve encore adolescent .Améliorer votre caractère SVP et créez des amis au lieu des ennemis sur le site.
    Sans rancune.

  48. Un parmi d'autres

    Slm abderrahmane,
    C’est incroyable ce que l’on peu endurer lorsque nous sommes confronter à ceux qui ne marchent qu’avec l’acquisition de leur culture aprise sur le fond de la pensée unique alors je leur dirai :— Faisons de la littérature et non pas de semonces haineuses apprenons à vivre avec nos différences et non à se haïr et puis le monde est un livre et celui qui ne voyage pas ne lit qu’une page .
    Car il en est de la pointe de l’esprit comme d’un crayon, il faut recommencer à le tailler sans cesse.

    Dans un de ces recueils ( Le Spleen de Paris ) Charles beaudelaire avait écrit :—–« Il est bon d’apprendre quelquefois aux heureux de ce monde, qu’il est des bonheurs supérieurs aux leurs, plus vastes et plus raffinés.  
    Alors il faut d’initier afin de ne pas vivre et mourir idiot et c’est ce qui me cultive .
    Amicalement

  49. lecteur

    Du n’importe quoi ou est la pub? Mensonges

  50. LAHCENE CHOT

    Traumatisme des barbelés

    La guerre a commencé, l’hiver 1954 va être rude, les rumeurs au sein des familles va bon train, les adultes ont déjà l’angoisse au ventre, ils pressentaient les malheurs que cette horrible guerre allait engendrer. L’expérience des batailles passées, depuis le début de la colonisation en 1832, est restée vive dans la mémoire collective. Pendant cette année de 1954 J’avais à peine six ans, un age ou la vie est faite de rêves, la naïveté et la pureté de l’âme sont dans l’éclosion de leur puberté. A cette époque la, j’avais passé deux années à l’hôpital Bugeaud à Bône, suite à une chute accidentelle que j’avais faite en tombant d’un pont d’une hauteur de quatre mètres environ les séquelles que j’en garde aujourd’hui sont indéniablement la conséquence de mon éternel traumatisme. Les bonnes sœurs de la charité chrétienne se sont chargées de m’inculquer une éducation des plus catholique et des plus gauloise. J’étais un petit français parmi les petits français, et pour mon baptême, on m’avait donné le joli prénom de Jean. Ensuite après ma guérison, je fus conduit chez mes parents, ou il me fallait quelques mois d’adaptation pour retrouver mes marques et mes origines de noble arabe. Au départ mes petits copains se moquaient de moi, car je ne parlais que le français et pas un mot d’arabe, il fallut que j’utilise mes poings et mes pieds afin de me faire reconnaître par les congénères de mon quartier. Pendant la guerre d’Algérie, nos quartiers indigènes étaient coupés rue par rue par des barbelés. Dans le secteur, un poste militaire, avec des soldats en armes étaient chargés de surveiller et de mettre de l’ordre parmi la population civile. Pour aller à l’école on nous obligeait à passer par des couloirs de contrôles ou nos cartables étaient systématiquement fouillés, les légionnaires nous bousculaient, dès fois ils nous frappaient avec la crosse de leurs armes en nous traitant de petits fellaghas, avec un fort accent étranger. Ces légionnaires qui étaient pour la plupart d’anciens de la gestapo, étant reconnaissables, à leurs accents fortement germanisés, car quand ils étaient entre eux, ils communiquaient dans leurs langues maternelles. Ils étaient très durs et méchants, avec la population civile, et n’hésiter pas à tirer sur le moindre suspect qui refusait d’obtempérer à leurs ordres.
    Ils s’engageaient dans la légion afin d’effacer leurs passés peu reluisants et ainsi échapper à la justice de leurs pays d’origine. Ces machines robots humains, étaient entraînés à tuer, c’est leurs métiers ils sont payer pour cela. Le couvre feu était instauré à partir d’une certaine heure, dès ce moment la, pas âme qui vive dans les rues, nous les enfants, nous n’avions pas conscience du danger, nous sortions de nos maisons à l’insu de nos parents pour aller nous amuser comme tous les enfants du monde, dans la ruelle de notre espace vitale. Soudain à l’autre bout de la rue, un homme courait à perdre haleine, des rafales de coups de feu de mitraillettes retentirent, des balles sifflaient à nos oreilles, des cris, halte, halte, nous les enfants nous avions juste eu le temps de nous abriter sous les portes cochères, malgré tout, mon petit copain reçu une balle dans le pied, il criait sa douleur à la mort. Les légionnaires, embusqués au coin de la rue continuaient à tirer de plus belle, l’homme qui courait fut abattus de plusieurs balles de mitraillettes, il gisait sur le sol dans sa mare de sang.
    Les soldats accoururent vers le blessé qui gémissait, le capitaine retourna l’homme agonisant avec son pied, voyant que celui ci bougeait encore, craignant un danger quelconque lui tira une balle dans la tête pour abréger ses souffrances, On abat bien les chevaux.
    Les jeeps conduit par des légionnaires armés jusqu’aux dents arrivèrent en trombe dans un bruit assourdissant, suivit de nombreux camions GMC transportant des militaires portant des mitraillettes et des fusils. Ils étaient revêtus de tenues léopard et coiffés sur la tête de bérets verts. Mon petit copain Ali la jambe déchiquetée par l’impact des balles, baignait dans une mare de sang se tordant de douleurs, gémissant à la mort sa souffrance.

    • Hakem abderrahmane

      Un très beau récit Mr Chot!Voilà un mode d’expression très intéressant pour communiquer avec les autres ceux qui n’ont pas connu cette période et ceux qui ne veulent pas qu’on en parle!A un autre récit!MerciQue la paix soit sur toi Si Lahcène!

  51. LAHCENE CHOT

    Traumatisme des barbelés

    La guerre a commencé, l’hiver 1954 va être rude, les rumeurs au sein des familles va bon train, les adultes ont déjà l’angoisse au ventre, ils pressentaient les malheurs que cette horrible guerre allait engendrer. L’expérience des batailles passées, depuis le début de la colonisation en 1832, est restée vive dans la mémoire collective. Pendant cette année de 1954 J’avais à peine six ans, un age ou la vie est faite de rêves, la naïveté et la pureté de l’âme sont dans l’éclosion de leur puberté. A cette époque la, j’avais passé deux années à l’hôpital Bugeaud à Bône, suite à une chute accidentelle que j’avais faite en tombant d’un pont d’une hauteur de quatre mètres environ les séquelles que j’en garde aujourd’hui sont indéniablement la conséquence de mon éternel traumatisme. Les bonnes sœurs de la charité chrétienne se sont chargées de m’inculquer une éducation des plus catholique et des plus gauloise. J’étais un petit français parmi les petits français, et pour mon baptême, on m’avait donné le joli prénom de Jean. Ensuite après ma guérison, je fus conduit chez mes parents, ou il me fallait quelques mois d’adaptation pour retrouver mes marques et mes origines de noble arabe. Au départ mes petits copains se moquaient de moi, car je ne parlais que le français et pas un mot d’arabe, il fallut que j’utilise mes poings et mes pieds afin de me faire reconnaître par les congénères de mon quartier. Pendant la guerre d’Algérie, nos quartiers indigènes étaient coupés rue par rue par des barbelés. Dans le secteur, un poste militaire, avec des soldats en armes étaient chargés de surveiller et de mettre de l’ordre parmi la population civile. Pour aller à l’école on nous obligeait à passer par des couloirs de contrôles ou nos cartables étaient systématiquement fouillés, les légionnaires nous bousculaient, dès fois ils nous frappaient avec la crosse de leurs armes en nous traitant de petits fellaghas, avec un fort accent étranger. Ces légionnaires qui étaient pour la plupart d’anciens de la gestapo, étant reconnaissables, à leurs accents fortement germanisés, car quand ils étaient entre eux, ils communiquaient dans leurs langues maternelles. Ils étaient très durs et méchants, avec la population civile, et n’hésiter pas à tirer sur le moindre suspect qui refusait d’obtempérer à leurs ordres.
    Ils s’engageaient dans la légion afin d’effacer leurs passés peu reluisants et ainsi échapper à la justice de leurs pays d’origine. Ces machines robots humains, étaient entraînés à tuer, c’est leurs métiers ils sont payer pour cela. Le couvre feu était instauré à partir d’une certaine heure, dès ce moment la, pas âme qui vive dans les rues, nous les enfants, nous n’avions pas conscience du danger, nous sortions de nos maisons à l’insu de nos parents pour aller nous amuser comme tous les enfants du monde, dans la ruelle de notre espace vitale. Soudain à l’autre bout de la rue, un homme courait à perdre haleine, des rafales de coups de feu de mitraillettes retentirent, des balles sifflaient à nos oreilles, des cris, halte, halte, nous les enfants nous avions juste eu le temps de nous abriter sous les portes cochères, malgré tout, mon petit copain reçu une balle dans le pied, il criait sa douleur à la mort. Les légionnaires, embusqués au coin de la rue continuaient à tirer de plus belle, l’homme qui courait fut abattus de plusieurs balles de mitraillettes, il gisait sur le sol dans sa mare de sang.
    Les soldats accoururent vers le blessé qui gémissait, le capitaine retourna l’homme agonisant avec son pied, voyant que celui ci bougeait encore, craignant un danger quelconque lui tira une balle dans la tête pour abréger ses souffrances, On abat bien les chevaux. Le souffle de vie qui animait l’âme, savait qu’au bout du chemin, se trouvait, quelque chose, de vague, d’imprécis, qui était étouffée dans les méandres de la répression de la dictature militaire des hommes. Ce sentiment confus, comme une énergie positive, qui habitait l’esprit, insufflait une rage de survivre, un rayon d’espoir, au fond de l’être, qui te donner à penser, que viendras des jours ou tu seras libre comme le vent. Le couvre feu instauré, par les légionnaires qui patrouillaient dans les rues de la ville, armés jusqu’aux dents, faisait planer une atmosphère de terreur. Le silence dans les chaumières était terrifiant, les visages immobiles faiblement éclairés, par la lueur des lampes à huile, les lèvres crispés, comme si elles étaient cousues au fil noir afin d’empêcher toute bribes de paroles, faiblement chuchotée, au risque de voir débouler dans les maisons la violence abrupte des militaires. Les petites familles d’indigènes français, chacune se regroupant dans une seule pièce, se serraient les uns contre les autres, apeurées, d’où la grand-mère, la plus courageuse, consolait les petits enfants, pour qu’ils étouffent leurs pleurs, dans leurs poitrines. La voûte céleste, elle-même, écrasait de son poids, le silence obsédant. On entendait juste le cliquetis des armes, le bruit des bottes sur la terre martyrisée, les chiens qui aboient, et la voix effarante, du caporal, qui réglait le pas rythmé des légionnaires.

    C’était le jour de la rentrée des écoles, les enfants avaient revêtu leurs plus beaux habits. Pour certains, ils avaient des cartables neufs. Pour d’autres, leurs pantalons et chemises fripés, qui sentaient bon le savon de Marseille, ils avaient des sacoches de toiles, fabriquées par les mains des femmes, leur servant à enfouir leurs cahiers de classe. Parmi les plus riches des pauvres, leurs enfants avaient la chance d’avoir des chaussures. Pour les autres, plus démunis, soit ils étaient pieds nus, soit ils portaient des sandales trouées. Ce jour là, les enfants étaient joyeux, car ils se retrouvaient en bandes de copains et, ainsi, ils pouvaient échapper, pour
    Les jeeps conduit par des légionnaires armés jusqu’aux dents arrivèrent en trombe dans un bruit assourdissant, suivit de nombreux camions GMC transportant des militaires portant des mitraillettes et des fusils. Ils étaient revêtus de tenues léopard et coiffés sur la tête de bérets verts. Mon petit copain Ali la jambe déchiquetée par l’impact des balles, baignait dans une mare de sang se tordant de douleurs, gémissant à la mort sa souffrance.

  52. BADISSI

    @GRACE ET SALAH
    tout d’abord bonjour , ensuite chapeaux pour votre combat envers ceux qui insulte notre peuple , (dommage j’arrive un peu en retard ) ce qui fait mal au cœur c’est pas certains PN qui n’ont pas encore digérer notre indépendance après 52 ans ,mais certains de nos compatriotes qui ne savent que brosser ces PN nous insultent et eux comme a dit Salah ils nous proposent de tourner la page une page de 132 ans de massacres ,on tourne pas la page sans une reconnaissance officiel de leurs crimes , certains PN disent qu’il aiment ce site , avez vous lue un commentaire de ces PN dans un autre sujets a part celui de la colonisation ??????????? jamais , je n’ait pas vécue la colonisation mais je connais sa gravité , elle m’étais bien transmis , et c’est ça le point fort de notre peuple il transmis bien de génération en génération , POURQUOI LES ALGÉRIENS QUI SONT NÉE EN FRANCE SONT CONSIDÉRÉS COMME ÉTRANGER ET IL SAVENT QUE LA FRANCE N EST PAS LEUR PAYS , ET CERTAINS FRANÇAIS NÉE EN ALGÉRIE DISENT QUE L ALGÉRIE EST LEUR PAYS ???? enfin je vous remercie pour votre Patriotisme et vos réponses ainsi que Monsieur CHOT .

    • mourad

      cher Badissi je vous rejoins à 100%..
      je l’ai dis à maintes reprises ici même m attirant les pseudos foudres de quelques pn insignifiants pour moi..la plupart des pn détestent les algériens ne reconnaissent pas les crimes laches de 132 ans de colonisation. .quand vous le dites ces mêmes pn et leur brosseurs algeriens sortent les griffes et parlent d’ennemis du rapprochement des peuples et tout le blabla périmé qui va avec..j’ai dis ici que des pn qui étaient membres de l oas se permettent même le luxe d’être des visiteurs de l’Algérie pour revoir les bistrots ou ils trinquaient tout en étant des militants actifs du front national et des racistes notoires en France..dieu merci il y a des pn sincères et qui ont toujours aimé les algériens qui ont reconnu la tragédie que le pays a vécu l’apport des algériens lors des deux guerres mondiales recompensé par les massacres de 1945 a l’est du pays avec la participation actives de pn d’ailleurs. ..bref sur ce site il n’y a pas de pn qui me semblent avoir le minimum de recul et d’auto critique..en tous les cas pas chez les principaux contributeurs ou alors pas de manière explicite..je le dis sans haine mais jen suis convaincu…après qu’ils se vexent s’emportent cela ne me fait ni chaud ni froid. .ils aiment ce qu’ils sont et moi j’aime ce que je suis. .de toute façon il reste encore des colonisés d’esprit prêt à les recevoir avec un verre de thé sans savoir que parfois ils accueillent le bourreau de leurs ailleux..je ne met pas dedans les pn qui ont une démarche sincère et lucide. .mais ils sont oeu nombreux..

  53. AL HANIF

    L’histoire enseigne que la violence est la plus grande accoucheuse et la représentation de son passé reste la plus grande pourvoyeuse des grandes cicatrices mémorielles.
    Si la perte de l’Andalousie reste blessure béante, pourquoi ne pas accorder à autrui la douleur de la perte d’un pays?
    Cette douleur, toutefois ne donne pas mandat pour blesser car seul l’imaginaire colonial non décolonisé continue à se représenter’ l’arabe’ comme une incongruité dans l’espace français.

    Pour Danielle, je pense qu’il y a nécessité d’une refondation psychique et d’accepter que le projet colonial français n’était pas vivable et donc appelé à forclusion et à accepter le verdict de l’histoire et qu’elle doit y siéger au ban des victimes…comme beaucoup..

    • un camarade

      Un recadre-ment du débat salutaire

    • Un parmi d'autres

      Mon cher AL-HANIF slm alykm,
      Pour suivre votre explication sur ce que l’histoire enseigne je viens modestement ajouter l’histoire que nous avions vécu nous autres mômes adolescents durant la période cruciale et dont voici le résumé du livre  » L’OAS – la peur et la violence  »
      écrit par Anne – Marie Duranto Cabrol.
      Voici ce résumé qu’il faut bien comprendre sachant qu’il sera compris de part et d’autre des enfants du pays .

      Septembre 1959 : de Gaulle affirme le droit de l’Algérie à l’autodétermination. A Alger, la colère des partisans de l’Algérie française se manifeste, en janvier 1960, par la Semaine des Barricades. A partir de ce moment, des activistes Pieds noirs vont multiplier les violences jusqu’à attaquer les forces de l’ordre. Quelques mois plus tard, la peur, la haine, la rancoeur devant la progression du pays vers l’indépendance amènent les ultras à créer l’OAS dans le but de renverser la situation, par tous les moyens, y compris par l’assassinat de De Gaulle. 
      La spécificité du temps de l’OAS tient à sa situation dans la phase terminale d’une guerre de décolonisation très dure dont il constitue l’épisode le plus violent. A partir de sources aussi variées que possible, l’auteur s’efforce de retrouver le sens et les modalités du combat dans lequel des civils et des militaires s’engagèrent, afin de défendre l’Algérie française contre un gouvernement accusé d’abandon. 
      Elle interroge également les convictions des militants qui se mobilisèrent contre le retour du danger fasciste. Entre ces deux pôles, elle met en évidence une zone d’indécision propre à favoriser la mise en oeuvre de liens inattendus dont l’Organisation secrète se prévaut, quoique l’opinion métropolitaine ait finalement tranché contre elle et pour de Gaulle. Si respectueux qu’il soit de la progression chronologique, ce livre se veut donc moins une histoire que la restitution du climat des quelques mois pendant lesquels les deux rives de la Méditerranée s’embrasèrent, ambition favorisée par l’ouverture progressive des archives. 
      Aucun des acteurs ne retrouvera pleinement le souvenir qu’il garde de la période ; c’est la rançon d’une démarche qui associe des imaginaires et des pratiques restées inconciliables après plus de cinquante ans, sans avoir rien perdu de leur charge émotionnelle.
      Bonne lecture et bon voyage à l’Est .

      • ezeitoune et les figues séches.

        que veut-ils les insurgés pieds-noirs européens, l´algerie francaise ou l´algerie pides-noirs sur modéle sud africain. louis joxe.

  54. AL HANIF

    erratum: au banc

  55. ezeitoune et les figues séches.

    en algerie dans notre propre pays,n´étaient citoyens que les francais,les espagnols,les portugais,les maltais,les juifs…ect. les algeriens soumis au code d´indigénat et des lois d´exception, les algeriens maltraité dans leur propre pays au gout d´un apartheid qui ne dit pas son?.

  56. CHOT

    je me tenais tremblant de tous mes membres, accroupis sur le pas de la porte, mes pieds nus tachés, de sang de ce pauvre Ali. Je me mis à vomir, secouer par des sanglots me sortant des fonds des tripes.La vue de cet homme, la tête fracassée, couverte de sang sa cervelle et son oeil sortaient de son crâne m’horrifié au plus profond de mon être de petit gamin. De la place où j’étais, je pouvais apercevoir la tête de mon autre copain Youssef, il était caché à l’intérieur de la bouche d’égout, qui faisait angle avec le trottoir, son regard emplit de terreur et d’angoisse, me regardait avec un air de pitié et de peur. Tout à coup, la porte sur lequel j’appuyais mon dos, s’entrouvrit légèrement, une main m’agrippa par l’épaule, et une voix de femme me dit : entre vite petit, entre à la maison.
    Tout tremblotant, je me précipitais à l’intérieur du couloir de la maison, ou je m’affalais sur le sol du carrelage, pleurant les larmes de mon angoisse, et de mon dégoût, secoué par de violents spasmes. Je refrénais mes cris et mes gémissements à l’intérieur de ma gorge et de mes tripes. La femme prit ma tête contre sa poitrine, me consolant, en chuchotant tant bien que mal.aucun cris aucun gémissements ne sortait de mon être, tant la peur me paralysait, de voir les légionnaires déboulaient à l’intérieur de la maison.
    Dominant ma détresse, je regardais par le trou de la serrure, essayant d’apercevoir ce qui se passait à l’extérieur, me contorsionnant de tous mon corps, pour voir si je pouvais apercevoir, de la ou j’étais, la bouche d’égout, ou c’était réfugié, le petit frêle Youssef.
    Connaissant la maison de mes voisins, je me précipitais à l’intérieur de la cour, je pris l’escalier qui menait au balcon surplombant la rue.
    Me cachant tant bien que mal, pour ne pas être vus des soldats, j’appercu du haut de mon balcon des dizaines et des dizaines de soldats en armes, criant, hurlant des ordres les uns aux autres. Le cadavre gisait dans sa mare de sang, entourés par les légionnaires, mitraillettes et fusils aux poings. Les soldats se positionnèrent tous au long de la rue, un chien tenus en laisse par un militaire, aboyait, sortant ses crocs, au dessus de la bouche d’égout, le pauvre petit youcef hurlait à la mort sa peur du chien.
    Un légionnaire se précipita pointant son arme sur la tête du petit Youssef, et sans ménagement agripat sa chemise et le tira violemment vers l’extérieur.
    Le capitaine hurlait : » vite ouvrez la bouche d’égout » un soldat arriva avec une barre de fer, et ouvrit la cache en fonte, deux autres légionnaires se précipitèrent pointant leurs armes vers l’intérieur du trou noir des égouts.
    Un officier prit le petit youcef par la main et l’entraîna vers la jeep, qui se trouvait pas loin de la, et lui tendit une bouteille de limonade et un paquet de biscuits.

    • BADISSI

      @ CHOT
      bonsoir monsieur CHOT vous devrais écrire un livre sur les événements que vous avez vécue , votre témoignage seras très bénéfique pour la génération futur et ceux qui s’humilie pour avoir les visas , et ceux qui risquent leur vies en essayant de rejoindre l’Europe clandestinement , on ne peut tourner ce page pour le moment , ALLAH VOUS PROTÈGE

  57. Chot

    @Badissi je suis en train d’écrire le livre … » » ».le traumatisme des barbelés… » » » »

    ALLAH EST GRAND.

    • BADISSI

      @ CHOT
      voila une bonne nouvelle et je souhaite qu’il serais disponible a Bel Abbés , il faut écrire l’histoire par de gents qui on vécue les faits , bon courage ET ALLAH VOUS AIDE

  58. Chot

    Le traumatisme des barbelés …..(roman))

    C’était le jour de la rentrée des écoles, les enfants avaient revêtu leurs plus beaux habits. Pour certains, ils avaient des cartables neufs. Pour d’autres, leurs pantalons et chemises fripés, qui sentaient bon le savon de Marseille, ils avaient des sacoches de toiles, fabriquées par les mains des femmes, leur servant à enfouir leurs cahiers de classe. Parmi les plus riches des pauvres, leurs enfants avaient la chance d’avoir des chaussures. Pour les autres, plus démunis, soit ils étaient pieds nus, soit ils portaient des sandales trouées. Ce jour là, les enfants étaient joyeux, car ils se retrouvaient en bandes de copains et, ainsi, ils pouvaient échapper, pour quelques instants, à la pression stressante de l’ambiance générale. Pour prendre le chemin de l’école, il fallait obligatoirement passer par le poste de contrôle, barré par les barbelés ou se tenait, goguenards les légionnaires en faction, le képi, tiré vers l’arrière, les yeux rivés plein de désirs envers les femmes qu’ils contrôlaient. Certains militaires distribuaient des bonbons aux enfants, d’autres maniaient la crosse de leurs armes, d’un air menaçant. C’était la carotte ou le bâton.. Les enfants, quand ils étaient en groupes, chahutaient les militaires, qu’ils connaissaient personnellement, chacun par son surnom. IL avait, le boss, le gorille, l’homosexuel de la troupe, et surtout celui que craignaient, tous les enfants, c’était le grand blond qui avait tendance à attiré les gamins, vers la casemate, pour les abuser

    Devant la porte principale de l’école, se tenait monsieur le directeur, portant un large béret de couleur noir, et de grosses lunettes qui lui donnaient un air très sévère. Il avait les joues légèrement roses, dominé par un nez proéminent, signe, engagé de son autorité. Sur sa chemise immaculée blanche se tenaient, en parallèle, à travers ses larges épaules, deux bretelles, qui soutenaient un pantalon, bien arrimé sur un ventre bedonnant, et aux plis impeccables. Son épouse, madame la directrice, qui faisait entrer les enfants un par un, à la queue leu leu à l’intérieur de l’établissement scolaire, leurs demandait, au passage, de montrer leurs mains, des deux cotés, pour voir s’ils les avaient bien lavés. Elle portait un tablier blanc, à petites fleurs rouges. Elle avait toujours le sourire aux lèvres, des yeux très bleues, sur un visage mince, et une gentillesse à toute épreuve, devant, l’indiscipline des petits garnements, que nous étions. Ceux dont les doigts, et les ongles, n’étaient pas propres, étaient immédiatement renvoyés chez eux, et ils devaient revenir, en classe, après s’être nettoyés totalement le visage et les mains. Monsieur le directeur, et madame la directrice occupaient, aussi la fonction d’instituteur, et d’institutrice. Parmi les enfants, qui arrivaient en retard, pendant le cours, le directeur, lui tirait les oreilles, et le renvoyait dans le coin de la salle de classe, en lui faisant porter sur la tête, le bonnet d’âne. Alors, tous les enfants, sur l’ordre de l’instituteur, scandaient, ensemble, et en chœur «il est le dernier de l’école, il est le dernier de l’école.
    Je ne connaissais que ce décor, des barbelés à chaque coin de rues, et des légionnaires en faction.
    Drôle, d’ambiance pour un môme, qui n’avait pour seul horizon, que le bout des fusils, et des hommes à l’allure patibulaire, en tenues kaki.
    Les rêves étaient brisés, les gamins ne connaissaient que la brutalité et la violence. Les jeux d’enfants consistaient à se faire la guerre. Nous fabriquions des jouets, avec des bouts de fil de fer et du bois ramassé, dans les déchetteries, qui nous permettaient de concevoir, des semblants de mitraillettes, à l’image, de celles portées par les légionnaires.
    Tout le long du chemin, pendant le parcours de la maison à l’école, je rencontrais les trois dames habillées en noir, assisses devant le pas de leurs portes. Il y avait madame Lopez, madame Martinez, et madame Sanchez. Elles tenaient, en leurs mains des pelotes de laines, et tricotaient des pulls. Madame Lopez, qui était une plus âgée que ses deux copines, avait du mal à enfiler le fil noir dans le trou de l’aiguille. Et chaque fois que je passais prés d’elles, madame Lopez, m’appelait par mon prénom, me donnait toujours un bonbon, et elle me demandait gentiment que je l’aide à enfiler le fil à l’intérieur du trou de l’aiguille. Je m’exécutais de cette bonne action, et madame Lopez me remerciait en me disant «dieu te gardes, mon fils. La vie continuait son petit bonhomme de chemin, les contrôles se faisaient de plus en plus fréquents, la tension montait

  59. Lahcène Chot

    Le traumatisme des barbelés ……roman….

    C’était le jour du marché, j’avais retrouvé mon petit copain Ali, il s’était remis de ses blessures à la jambe. Madame Sanchez, m’avait chargé, de lui acheter un kilo d’oignon, un kilo de tomate, et un kilo de pomme de terre, c’était les aliments de base de la population. La place du marché était bondée de monde. Des femmes des enfants, des adultes, toutes ces personnes allaient et venaient, devant les étalages multicolores, étalant leurs produits de toutes sortes. Les gens criaient chantaient, s’interpellant, échangeaient de l’argent et des marchandises, des femmes tenaient dans leurs couffins, des poules, et des coqs, qui caquetaient à qui mieux mieux.
    L’homme marchait devant nous, il boitait légèrement et tenait dans sa main, un énorme bouquet de menthe, qu’il vendait, à la criée.
    Ali, me dit qu’il n’avait jamais vu ce monsieur auparavant, il devait être un nouvel arrivé dans la ville. Ensuite le marchand de menthe se dirigeât, vers un homme, qui était assis sur le bord du trottoir, celui-ci, également, c’était la première fois que nous l’apercevions en notre quartier. L’homme assis, tenait devant lui, un grand cageot plein de légumes. Le marchand de menthe, s’accroupis devant cet homme, et, sans un mot, il plongeât sa main, à l’intérieur du cageot de légumes, et en retira un objet noir, qui était un revolver. Il s’empressa, d’enfouir cette arme, à l’intérieur du bouquet de menthe, se trouvant dans l’autre main.

    • BADISSI

      @CHOT
      on vous remercie pour ces récits digne d’un grand romancier , on doit vous inviter au nadi net , des mémoires que tout Algérien doit lire pour comprendre l’atrocité du colonialisme

      • ALBARRACIN de SBA

        @
        Toutes et tous ces miettes d’une vie !
        A Chot et Badissi en particulier!

        Vous relatez avec une émotion légitime , une tranche de vie qui a marqué et marquera à jamais cette soufrance qui rythme avec enfance !De celle ci qui semble légitimement vous accompagner comme un viatique justifiant une posture militante: Vous mobilisez les esprits et vous entretenez une mémoire ! C’est votre droit, c’est votre choix! A mon tour de vous entretenir d’un vécu qui n’est pas une fiction, ni sujet de roman! Et qui comme je le crois aura produit , du moins je l’espère , chez moi , une propension à la compassion vis à vis de la nature humaine dans sa complexité!
        Je suis né en 1940, à SBA dans une famille d’origine espagnole! Mon père orphelin à 8 ans est l’ainé d’une fratrie de quatre enfants , Mon père et mère
        étaient totalement illétrés! Ils auront cinq enfants! Mon père travailla comme journalier dans les fermes des alentours de SBA comme bourrelier!
        L’ainé de mes frères décédé en 1966, participa au débarquement des armes françaises en 1944 , gagna l’Allemagne, se marie avec une jeune allemande et trouve un travail dans une mine , non pas comme PDG mais dans les galeries! 1947 ma soeur , placeuse au cinéma l’Olympia décède!
        Elle repose au cimetière de SBA! Mon père fait la route à pied SBA , ferme de Paul Bellat Matin et soir!
        Son patron lui proposera un deux pièces inclues dans l’écurie qui abrite un trentaine de mulets!, Sans eau ni electricité! L’abreuvoire sera le point d’eau!
        A mon tour de devoir me rendre à l’ école Voltaire à pied par tous les temps, avec je l’avoue de nombreuses absences…
        Les légionnaires sont souvent à la manoeuve , la mekerra, la ferme, arbres , offrent des potentialités! Je profite de leur présence , je partage leur dessert,!
        suis je le petit arabe du coin ? Je l’ignore! Mon frère ainé nous rend visite
        en juillet 1948, aprés 5 années d’absences. Ma situation est évoquée , je quitte SBA avec ce frère pour la Lorraine! ! Octobre 1948 entrée des classes dans cette ville Minière ! 10 h récréation! 10h 15 direction l’hôpital double fracture du bras gauche ! Le poids des attaquants qui n’aimaient pas le petit arabe déja ? Ou le discours haineux de certrains adultes qui avait formatés leur esprit d’enfant?
        Eté 1949, Ma belle soeur allemande visite sa famille je suis du voyage!
        Je me promène dans une rue de la peite ville ! Sur un trottoir , un garçon dans mon age joue seul avec un ballon. Arrivé à son auteur,il me barre la route frappe mon visage de son ballon, et grommelle  » t’a rien à foutre ici sale bôche »  » Mot inventé par les adultes . Ma belle soeur m’expliquera que j’avais traversé le quartier réservé aux familles françaises des troupes d’occupations!
        1951 ! Retour à SBA Ecole victor Hugo, mon niveau scolaire lamentable pose problème, On me mute à l’école Marceau dans la classe des enfants perdus dans l’attente de leur 14 ans! Route d’Oran, des jeunes européens savent que j’arrive de France on me surnomme le patos, et me chamaille….
        Je me réfugie dans la Maison de naissance de Marcel Cerdan,, sa tante sermonne avec vivacité les attaquants!
        1952, ma mère, ma petite soeur et moi, nous partons en france vivre chez mon frère en lorraine; Je crois que mon père pressentait les évènements et leurs issus ! Son métier le mettait en contact permanent avec des ouvriers mulmans de la ferme et des environs ! Il devait tpressentir les évènements mais jamais il nous a entretenu d’une quelconque menace! Il nous rejoindra en 1953 et juqqu’à son décés en France en 1962 , il ne nous aura jamais fait le moindre commentaire « sur les événements » Il demeure pour moi une référence seul son visage soucieux en fermant le poste de radio à la suite des infos exprimait son désarroi!
        1954 J’entre au centre d’Apprentissage des usines De Wendel à Hayange
        1955 Le directeur me fait venir dans son bureau , me montre du doigt une affiche collée  » algérie algerienne »et m(interroge  » c’est toi ? » Je nie et pour cause ce n’était pas moi! Le mois suivant je suis interdit de fréquenter l’enceinte du centre , mon contrat se poursuit directement et exclusivement au contact dans les ateliers d’entretiens des hauts fourneaux dit de fForange dont la presse récente en a fait un long écho en raison de leur fermeture!
        J’avais obtenu le certificat d’étude aprés concertation de la direction départementale de l’éducation nationale , à la suite du long entretien avec les enseignants qui m’ont interrogé sur mon parcours scolaire!
        Compassion ? sans doute Mais j’ai donc croisé dans ma vie des hommes bon et des moins bons… J’essaie de ne pas les oublier!
        Ils n’étaient pas tous PNS, ni allemands , ni juifs,ni français, ni arabes, ils étaient des hommes et des femmes avec leur part d’ombres et de lumières !
        J’ai connu dans ma vie de chantiers et dans les dortoirs ouvriers que j’ai partagé avec de nombreuses nationalités les visites à l’aube des CIES de CRS, à la recherche de PN:S (ce n’est pas un lapsus) de passage signalé par ???
        J’ai connu les descentes de La DST chez mes parents recherchant je ne sais quoi ? Tracts, affiches ? J’ai connu l’humilation d’être fouillé sur la voie publique…;Ma voiture démembrée au passage des frontières pendant qu’un soit dsant PN policier m’entretenait « amicalement « dans le poste de garde!

        Alors mr Chot vous semblez plus instrut que le PN que je suis avec mon certif obtenu par compassion: Aussi je vous invite fraternellement si vous le permettez à observer le genre humain sans omettre de porter témoignage
        Ce qui attenuera votre légitime souffrance et qui réduira le formatage des esprits fragils!
        Je ne suis qu’un PN parmi tant d’autres qui espère que le meilleur pour l’Algérie !
        Cordialement

        • hamid

          on aime trop votre sincérité cher ALBARRACIN Le Bel abbésien

        • Danielle B

          BONJOUR MR ALBARACCIN
          le témoignage de votre vécu, de votre parcours en tant qu’enfant, adolescent et adulte m’a beaucoup émue
          c’est peut-être tout ça qui fait que vous êtes un SAGE et un PACIFICATEUR
          vous essayez toujours de voir ce qu’il y a de bon dans les autres et ça , ça me touche beaucoup
          ENCORE MERCI POUR CE RECIT
          j’espère que vous avez trouvé la paix et le bonheur
          en ce qui concerne vos ennuis de santé je souhaite de tout coeur qu’ils sont loin derrière vous
          cordialement

          • ALBARRACIN de SBA

            @ Danielle et aux ami(es de La VSBA
            Bonjour et merci pour votre contribution amicale§
            Aprés une confession, vous savez bien qu’il nous faut faire pénitence !
            Une cure de silence et de méditation s’impose!
            Le mot de Mémoria, s’apprêtant à se dégager des abîmes des profondeurs est pour moi un signe et une leçon!
            Pour l’heure; ma santé est satisfaisante,mais , destabilisé il me faut trouver des marques , apprivoiser la nouvelle donne physique!
            et faire une cure de silence!
            Bien cordialement

            • Claude.B

              Mr Albarracin ,bonjour ,
              Votre santé prime ,et je formule des voeux pour que cette « cure « vous soit profitable :prendre de la distance est toujours salutaire. Cependant , vous nous manquerez , j’espère donc que votre absence ne sera que de courte durée .
              Prenez soin de vous .
              Amicalement .

              • gb

                Un courage sans faille est souhaité a tous

              • Danielle B

                Mr ALBARRACIN Bonjour
                comme Claude, je comprend fort bien que vous ayez besoin de prendre du recul et d’une cure de silence , c’est d’ailleurs ce que j’ai l’intention de faire aussi après les échanges houleux et que je n’ai pas encore bien digérés (rires)
                vous me manquez déjà et j’espère de tout coeur que vous ne serez pas longtemps absent et que vous nous reviendrez trés vite après avoir comme vous dites apprivoisé la nouvelle donne physique
                amicalement et à bientôt MONSIEUR

                • belabbésien

                  Non madame une fois de plus ne confondez pas les choses entre un monsieur fatigué en besoin de repos et des commentateurs qui préchent dans le vide Séparez madame le grain de l’ivraie

                  • Danielle B

                    Encore une fois hors du sujet mr BEL ABBESIEN
                    ceci dit monsieur je ne me suis pas adressé à vous mais à mr ALBARACCIN, et mon post ne concerne que lui ne vous en déplaise, si mes paroles déplaisent c’est à lui de me le dire et pas à vous

            • Mémoria

              Merci Albarracin d’avoir fait cette confession aux lecteurs avec l’espoir que les profanes sauront se dédouaner en se taisant par pudeur !Il valait mieux qu’ils sachent ,venant de vous,ce que la vie peut réserver à un destin pas comme les autres !

  60. Chot Lahcène

    je suis très sensible à toutes les souffrances humaines ,et chaque être humain portes ses douleurs en lui …c’est le destin de lhomo sapien …mais au dessus de tous ses comportements de violence et de guerres qui font partie de la théorie de la domination de l’homme par l’homme …ces théories et ces concepts ne servent que le seul intérêt des systèmes de domination sur les peuples et alimenter par des discours visant à diviser le genre humain en classes supérieurs et inférieurs ..ce qui engendrent des comportements mentales absurdes ….ces formes de pensées extrémistes attisant la haine sur la cr&ation de tel ou tel groupes humain suivant leurs lieux géographiques ;la couleurs de leurs peaux ,ou la religion approprié visant essentiellement à mettre le feu à la planète dans le seul but est l’enrichissement matériel des complexes industrialismo-miltaro – financiers et cela depuis la Babylone antique …le génocide de peuple entier ,les amérindiens en Amérique ,et d’autres peuplades ont été effacés de la planète ….donc soit on prend conscience de cette dégradation mentale de l’homme ,et dans la suite à donné le nazisme ,et d’autres horreurs sur la planète ,et des conséquences désastreuses du genre humain …les fanatiques de ces théories ,visant à diviser les hommes et les femmes de cet univers ,est aujourd’hui fortement présent dans le monde actuel …

    Seul ALLAH EST BEAU

Répondre