La Voix De Sidi Bel Abbes

Hiroshima: 70 ans après, le Japon toujours hanté par le feu nucléaire

«Little Boy», petit garçon, ainsi les Américains avaient-ils appelé la bombe qu’ils ont larguée le 6 août 1945 au-dessus du Japon déclenchant l’apocalypse à Hiroshima, et trois jours plus tard, à Nagasaki. Soixante-dix ans après, à 8h15 précises, heure où la première bombe atomique au monde a explosé, les cloches ont sonné au Mémorial de la Paix d’Hiroshima pour les cérémonies de commémoration.

Quand la bombe atomique larguée par le bombardier B-29 Enola Gay volant à haute altitude explose à 600 mètres du sol au-dessus d’Hiroshima, ses 300 000 habitants sont percutés par l’équivalent de 16 kilotonnes de TNT. La boule de feu déclenchée par la bombe nucléaire Little Boy dégage 1 million de degrés Celsius. Au sol, la température atteint les 4 000 degrés, de quoi faire fondre l’acier.

Mal effroyable

Pour ce qui est des hommes, femmes et enfants, 75 000 périrent au moment même de l’impact et 50 000 autres sont morts dans les mois qui ont suivi. Soixante- dix ans après ce jour d’apocalypse, les survivants sont toujours hantés par ces corps carbonisés, vitrifiés, ces visages boursouflés, ces lambeaux de peau qui se détachaient des membres… Et puis cette douleur indicible dont les ondes frappent encore ceux qui ont vécu cette terreur.

L’irradiation très élevée allait emporter ensuite nombre de survivants. Le peu de médecins et d’infirmières qui avaient échappé à l’enfer allait constater rapidement les ravages que provoquaient les radiations sur l’organisme. Une nouvelle maladie qui fait tomber les cheveux, les dents, saigner les gencives, éclater les vaisseaux. Les infections se succèdent, ne guérissent pas, des désordres sanguins surviennent qui souvent conduisent à la mort. Les hommes deviennent stériles, les femmes enceintes avortent ou donnent naissance à des bébés difformes…

L’effroi est tel devant ces atteintes inconnues jusque-là, que plusieurs survivants se verront mis en quarantaine, de peur que le mal mystérieux ne soit contagieux. Ces hibakusha comme on appelle en japonais les survivants irradiés de la bombe atomique, ont pu encore des années après 1945, avoir des difficultés à se marier ou à trouver un emploi. On estime à près de 200 000 le nombre d’hibakusha toujours vivants.

De Hiroshima à Fukushima

A Nagasaki, frappée à son tour le 9 août 1945 par une bombe au plutonium encore plus puissante que celle d’Hiroshima, ce sont 74 000 personnes qui sont tuées. Pour les deux frappes nucléaires américaines des 6 et 9 août 1945 au Japon, le chiffre de 250 000 morts est généralement retenu. Ces deux bombes nucléaires, les premières de l’Histoire et les dernières à être utilisées lors d’un conflit, portent un coup fatal à l’« Empire du soleil levant », déjà à bout de souffle. Le 15 août, l’empereur Hirohito annonce la reddition du Japon aux Alliés mettant ainsi fin à la Seconde Guerre mondiale.

Les cicatrices laissées dans l’histoire japonaise par ces attaques nucléaires sont encore à vif. Les opposants japonais au nucléaire ont vu leur énergie encore décupler après la catastrophe de Fukushima, le 11 mars 2011. Leur détermination contre l’utilisation de l’atome va s’exprimer encore une fois lors des cérémonies de commémoration du 6 août 2015 au Mémorial de la Paix d’Hiroshima.

Leur combat est loin d’être fini. Persuadés que les « humains sont incapables de contrôler l’énergie nucléaire », ces militants antinucléaires s’opposent à la relance des quelque 50 centrales nucléaires stoppées au lendemain de la catastrophe de 2011. Une supplique que refuse d’entendre le Premier ministre Shinzo Abe. Il a en effet choisi la date du 10 août prochain pour remettre en marche la centrale de Sendai. La cloche d’Hiroshima a beau rappeler aux vivants tous ces morts, certains n’entendent pas.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=62212

Posté par le Août 6 2015. inséré dans CE QUE DIT LA PRESSE, HISTOIRE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

15 Commentaires pour “Hiroshima: 70 ans après, le Japon toujours hanté par le feu nucléaire”

  1. OUERRAD

    JOUMOUAH MOUBARAKAH , depuis toujours il y a l oppresseur et l oppresse .
    Ainsi va la vie , ainsi ALLAH en decide .
    Mais , ce jour de catastrophe humaine est surtout l acte de gens inconscients dont le seul souci est le pouvoir .Les USA , se sont arroge le droit d etre le gendarme du monde.
    Cependant , ceci n est possible qu avec la complicite des gouvernants des autres pays .
    Les peuples du monde , doivent se serrer les coudes et s insurger contre ce CRIME ; le droit de disposer de la vie et de la mort .Seul , ALLAH A CE DROIT .
    JOUMOUAH MAKBOULAH .

  2. OUERRAD

    @atman , mon frere joumouah moubarakah
    nous autres internautes avons cet espace de (liberte ), essayons d en profiter .
    Maintenant si d aucun s arroge le droit de nous censurer libre à lui et à sa conscience .
    ENTA dert elli fi khatrek , la suite ne nous concerne pas car ventre temps des gens aurons lu et connu votre OPINION .
    Mon exemple à moi est edifiant , j etais toujours mis en attente d office , quoique je sois un contributeur et commentateur invetere .Il a fallu rechercher la cause , et pour tout te dire c est la redaction elle meme qui m a aide à regler ce probleme .
    Si , chacun de nous se sentant mis à l ecart ou censure quittait le navire , il coulerait et c est le but recherche par certain .On ne peut imposer son opinion , on peut juste commenter contribuer et essayer de faire passer son message .
    S IL NE PASSE CETTE FOIS IL PASSERA UNE AUTRE FOIS .
    Il ne faut jamais desesperer, une astuce , faire passer ses idees l une apres l autre dans des comments differents et jamais tous à la fois .Il faut diluer son message dans differents comments , meme en blaguant parfois .
    atman , IL NE FAUT SURTOUT PAS QUITTER NOTRE SEUL LUEUR D ESPOIR POUR FAIRE PASSER NOS IDEES .
    JOUMOUAH MAKBOULAH à toutes et tous .
    NB /sans rancunes atman , je ne defend personne je defend notrte site .

    • BADISI

      @ OUERRAD

      salem mon frère OUERRAD Monsieur atman a raison dans un sens , pour moi c est la même chose depuis quelque mois mes commentaires toujours en attente , si c étais pour tout le monde on peut comprendre , mais que pour certains c est une discrimination vous avez remarquer mon absence je commente rarement , en plus je me suis retrouvé sur un réseaux social ou je me sens plus a l aise bonne fin de soirée

  3. zlaoui

    mais les deux villes etaient reconstruire
    mais comment reconstruire sur un site contaminé
    par l’irradiation?? c’est comme meme bizare non??
    et puis d’un point de vue droit
    les etats unis auraient ici commi un Crime de Guerre
    car elle s’est attaqué aux civile alors qu’elle etait en front avec l’armée japonaise.
    Dans de pareille cas si le site ville ou village est consideré comme site militaire
    le clan adverse doit donner un ultimatum a la population pour quiter
    les lieux et a la fin de la guerre il doit y avoir une enquete si c’est vrai le site etait militaire
    habité par des civiles..

  4. Mme CH

    Comme j’aime toujours nager dans les fonds, voici les dessous-dessus de cette bombe atomique….!!! Et dire que nous avons toujours été manipulés……!!!

    Pourquoi Truman était-il si pressé de lancer la bombe A ???????
    T. Hasegawa. – C’est en effet la grande question. A l’été 1945, l’Amérique avait gagné la bataille d’Okinawa. De moins en moins de GI mouraient sur le champ de bataille et le Japon était encerclé par la marine américaine, qui tenait l’île sous un embargo total. Rien donc ne pressait. D’autant que Staline avait promis de déclarer la guerre au Japon trois mois après la défaite de l’Allemagne, à partir du 15 août exactement. Et chacun s’attendait à ce que cette attaque soviétique provoque une véritable panique chez les dirigeants japonais, qui redoutaient par-dessus tout une invasion de l’île par les communistes .

    N. O. – Pourtant Truman n’a pas attendu le 15 août. Au contraire, la bombe a été larguée dès le 6…!!!???

    T. Hasegawa.– Justement pour prendre de vitesse les Soviétiques. Quand, à la conférence de Potsdam en juillet 1945, Staline a promis de déclarer la guerre au Japon mi-août, Truman a fait mine de s’en réjouir. Mais en réalité il redoutait que l’Armée rouge ne s’empare d’une partie de l’île et que Staline n’en profite pour demander une zone d’occupation au Japon, comme en Allemagne. Pour éviter cela, le président américain devait donc faire plier le pouvoir japonais le plus vite possible. Voilà pourquoi Hiroshima a été rasée si tôt, dès le 6, et Nagasaki, trois jours plus tard.

    N. O. – Truman a toujours affirmé avoir pris la décision d’utiliser la bombe atomique seulement après que le Japon eut rejeté son ultimatum du 26 juillet 1945.

    T. Hasegawa. – Et là encore il a menti puisque l’ordre de larguer la bombe « dès qu’elle sera disponible » date du 25 juillet, c’est-à-dire de la veille… Autrement dit, il semble bien que cet ultimatum n’ait été lancé que pour justifier a posteriori le recours à l’arme nucléaire .

    N. O. – Parmi les raisons du mensonge de Truman, on avance souvent le sentiment de culpabilité. Est-ce justifié ?????

    T. Hasegawa.– Oui, il a été hanté jusqu’à la fin de sa vie par Hiroshima. Quand il a appris le largage de la première bombe atomique de l’Histoire, il a littéralement sauté de joie. Il exultait. Et puis sont arrivés les premiers rapports sur la destruction totale de la ville, les cent mille morts instantanées, les milliers d’enfants massacrés… et Truman a pris la mesure de l’horreur qu’il avait déclenchée. Il n’a pas pu supporter la réalité. Alors il s’est inventé de nobles raisons et a commencé à y croire. Et toute l’Amérique avec lui.

    Face à une série de dogmes officiels, plusieurs historiens ont osé les démonter pièce par pièce. Le premier d’entre eux, Gar Alperovitz, politologue étasunien, soutient depuis 1965 que son pays a fait usage de la bombe pour faire peur à Staline, dont les « visées expansionnistes » menaçaient les intérêts (grandissants) des États-Unis dans le Sud-est asiatique et en Europe.

    (Hiroshima Nagasaki : Deux bombes US pour la domination impérialiste du monde
    vendredi 7 août 2015; Jacques Serieys)

    • abdelkader

      Tout à fait et toute cette histoire de ne pouvoir faire plier le Japon n’est que poudre aux yeux, les américains étaient obstinés à être les maîtres du monde juste après Pearl Harbour, qui selon l’histoire officieuse l’attaque était connue des services de renseignements américains, mais l’exécutif américain a laissé faire pour battre en brèche un fort courant isolationniste, et entrer en guerre officiellement. Pour parfaire l’analyse, même l’invasion de l’Europe par les troupes alliées n’a été faite que parce que l’URSS a repris le dessus sur l’Allemagne après la défaite de 1941, et ce n’est que lorsque Staline entama sa grande offensive après la bataille de Stalingrad en 1943, que les anglais et les américains envisagèrent d’ouvrir un second front en à l’ouest ( France) alors que les russes en avaient demandé l’ouverture bien avant cette date c’est à dire à l’été 1942, Churchill et Roosevelt ont prétexté le manque de troupes. Avec la bataille pour libérer la France, c’était la course contre la montre à qui atteigne le premier la frontière la plus à l’est possible. et ce fut Berlin où les troupes de Staline par l’intermédiaire du Maréchal Joukov érigèrent le drapeau sur le Reichtag à Berlin. Cette victoire russe incita les américains à durcir le jeu au pacifique et doubler les russes sur le front oriental.

  5. Mme CH

    Et dire que cette bombe arrangeait tout le monde…!!!
    Dans un article intitulé: « Ce n’est pas la bombe atomique qui a poussé le Japon à capituler »
    (Ward Hayes Wilson Traduit par Antoine Bourguilleau, Monde; 07.06.2013), on peut lire ce qui suit: « Le rôle de Staline est minimisé, celui de la destruction d’Hiroshima et Nagasaki grandi, parce que ça arrangeait Américains et Japonais. 70 années de politiques nucléaires seraient-elles fondées sur un mensonge?……. »Si les Japonais n’étaient pas inquiétés par le bombardement de leurs villes en général et par le bombardement d’Hiroshima en particulier, quel était donc leur motif d’inquiétude? La réponse est simple: l’Union soviétique. »
    Les avantages d’une défaite par la bombe nucléaire

    Mais attribuer la défaite du Japon à la bombe avait trois autres avantages politiques. Premièrement, cela permettait de conserver à l’empereur toute sa légitimité. Si la guerre n’avait pas été perdue en raison de ses erreurs mais en raison de l’apparition soudaine d’une arme miracle chez l’ennemi, l’empereur pouvait conserver du soutien au sein du Japon.

    Deuxièmement, elle permettait de s’attirer une certaine sympathie sur le plan international. Le Japon avait mené une guerre d’agression et s’était montré d’une brutalité inouïe à l’égard des peuples conquis. Son comportement risquait fort de la placer au ban des nations. Mais présenter soudain le Japon comme une nation victime –une nation qui avait été injustement bombardée par une arme de guerre aussi cruelle que monstrueuse- permettait de reléguer au second plan une bonne partie des actes répugnants commis par les soldats japonais. Attirer l’attention sur les bombardements atomiques permettait donc de présenter le Japon sous une lumière plus sympathique et d’atténuer considérablement le soutien aux partisans des sanctions les plus dures.

    Enfin, dire que c’est la bombe atomique qui avait gagné la guerre ne pouvait que plaire aux vainqueurs américains. L’occupation américaine du Japon ne cessa officiellement qu’en 1952 et durant l’intervalle, les Etats-Unis eurent tout le loisir de changer ou remodeler la société japonaise à leur convenance. Aux premiers temps de l’occupation, de nombreux dirigeants japonais craignaient que les Américains n’abolissent l’institution impériale. Et pas seulement. Bon nombre des plus importants dirigeants du Japon craignaient fort d’être jugés pour crimes de guerre (le tribunal de Nuremberg était déjà constitué quand le Japon capitula).

    L’historien japonais Asada Sadao affirme que lors des nombreux entretiens accordés après la guerre, «les dirigeants japonais… font tout leur possible pour s’attirer la sympathie de leurs interlocuteurs américains». Si les Américains voulaient entendre que c’était bien la bombe qui avait provoqué la capitulation japonais, pourquoi les décevoir?

    Attribuer la fin de la guerre à la bombe atomique servait donc les intérêts japonais de multiples façons. Mais cela servait également les intérêts américains. Si la bombe avait permis de gagner la guerre, la perception de la puissance militaire américaine se trouvait renforcée, l’influence diplomatique des Etats-Unis en Asie et dans le monde ne pouvait qu’augmenter et la sécurité des Etats-Unis se trouvait également renforcée. Les deux millions de dollars dépensés pour fabriquer la bombe n’avaient pas été dépensés en vain.

    A l’inverse, si l’on admettait que c’était l’entrée en guerre de l’Union soviétique qui avait provoqué la capitulation du Japon, et qu’on laissait les Soviétique proclamer qu’ils étaient parvenu en deux jours à obtenir ce que les Américains n’étaient pas parvenus à obtenir en quatre ans, la perception de la puissance militaire soviétique et l’influence de sa diplomatie s’en seraient trouvées renforcées. Une fois la Guerre froide commencée, affirmer que l’entrée en guerre de l’Union soviétique avait été le facteur déterminant dans la capitulation japonaise n’aurait fait que conforter et aider l’ennemi.

    Et tout ceci nous pose une question particulièrement troublante. Notre connaissance d’Hiroshima et de Nagasaki détermine, depuis près de 70 ans, la vision que nous avons des effets du nucléaire. Ces événements constituent, en quelque sort, le socle de toute pensée de dissuasion nucléaire. C’est à cause d’Hiroshima que nous tenons l’arme atomique pour une arme différente des autres, à cause d’Hiroshima que notre vision d’une telle bombe est celle d’une apocalypse à laquelle rien ne peut être comparée. Hiroshima sert d’unité de mesure de la menace nucléaire, une menace qui est pour la première fois énoncée quand Truman évoque la «pluie de destruction» qui va s’abattre sur le Japon. Hiroshima et Nagasaki sont la clé de voûte de l’aura de puissance qui nimbe les armes atomiques et en font des armes d’un poids écrasant dans les relations internationales.

    Mais que penser de tout cela si l’histoire traditionnelle du bombardement d’Hiroshima est remise en cause? Hiroshima est l’épicentre de la pensée atomique. Mais l’histoire que nous nous racontons semble bien éloignée des faits. Que devons-nous penser des armes atomiques si leur premier effet connu —le miracle de la capitulation japonaise— s’avère être un mythe?

    Que nous cache encore l’Histoire….???

    • Mme CH

      « Les Etats-Unis pouvaient-ils être condamnés au nom du droit international ? »….???

      Evidemment, puisque la Convention de la Haye signée en 1907 (y compris par les USA) interdit « l’attaque ou le bombardement, par tout moyen, de villes, villages, habitations et bâtiments non défendus ». Hiroshima comme Nagasaki n’étaient, bien sûr, pas « défendus » face à une arme comme la bombe atomique.

      Evidemment, puisque la Charte des Nations Unies avait été signée le 26 juin 1945 à San Francisco et que les Nations Unies y avaient reçu mandat de protection des populations civiles sur toute la planète.

      Evidemment puisque cette Charte avait institué la Cour Internationale de Justice. Selon Werner Hoeffner, une telle attaque « peut recevoir dans un premier temps la qualification de crime de guerre », pour le fait d’avoir « dirigé intentionnellement des attaques contre la population civile en tant que telle ou contre des civils qui ne participent pas directement part aux hostilités ». « Cela étant dit, l’attaque d’une population civile peut également tomber sous la qualification de crime contre l’humanité, dans le cadre d’une attaque systématique ou généralisée lancée contre toute population civile ».

      Faux, répondent les suppôts des USA, car la Charte n’est entrée en vigueur qu’en octobre 1945 et que la CIJ agit sous le principe de non-rétroactivité. « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous feront blancs ou noirs » comme avait déjà noté Jean de La Fontaine. »

      Cependant, même s’il n’avait pas de valeur juridique avant 1945, le terme existait de facto depuis au moins 1915, puisque les représentants de la Triple-Entente l’utilisent pour condamner le génocide arménien

      Et maintenant, le Bon leTruand et la Brute se trague d’être le défenseur de la démocrassie, les droits de l’homme et de toute la Blablation…!!! Mon Oeil…!!!!

      Pourquoi ils n’ont pas créer un autre tribunal international de Nuremberg pour juger Truman, ses sponsors et ses sbires…!!! Le crime contre l’Humanité est défini par l’article 6c du statut du Tribunal militaire international de Nuremberg : « l’assassinat, l’extermination, la réduction en esclavage, la déportation, et tout autre acte inhumain inspirés par des motifs politiques, philosophiques, raciaux ou religieux et organisés en exécution d’un plan concerté à l’encontre d’un groupe de population civile »….c’est clair non…!! Non c’est Clair pour les présidents et les politicards des pays Sous Dev….!!!!! Pôvre de Nous….!!!!

  6. zlaoui

    @ourade
    au contraire j’aprecie le blocage du comentaire avant qu’il ne passe en publique
    primo on est pas prorietaire comme disait une comentratrice ici certain sont pour elle des squateurs, ma3lich..
    on applique le principe  »tout ce qui n’est pas harame est halale jusuq’a preuve du contraire..et puis le site n’est pas bel abbesien mais bien americain..on ne fait que copié collé des texte et image
    dans un site fabriqué par les americains je crois par wordpress..
    on salue le merite des créateurs de ce site c’est leurs sites et ils feront ce qu’ils leurs semble bons..on ne peut pas les critiquer que lorsque nous aurons fait quelques chose de pareils a eux ou mieux qu’eux..du moment que wordpress est ouvert et gratuit pour la creation de site..on accepte l’ordre etabli par le site de sidi yassine..je le squate parceque j’adore ce quartier de sidi yacine je viens pour voir des photo, lire des histoires de famille anciennes des anciens magasin tenu par des europeens nées ici en algerie
    sinon balancer une sujet sur la bombe atomique on a notre bombe atomique le marché des legumes irrigués par l’avale de oued makkara..une bombe atomique biologique et chimique du fait que la tomate avale tout ce que les hopiteaux et indutrie deverse comme produits et reactif dans les euaux usées..l’autre bombe nuecleaire qui a explosé ces derniers c’est la darja dans les écoles..
    on attend un reportage photo et video sur la maternité de sidi yacine..
    et la bombe nucleaire des tuyau d’irigation a coté de la station d’essence coté sidi coté hamadouche

  7. abdelkader

    A tous ceux qui pensent qu’on peut assigner devant les tribunaux ceux qui se mettent en position de dominant ont tord ou sont naïfs, combien de crimes de guerre ont commis les USA, La France, la Belgique, l’Afrique du Sud, Israel, depuis la 2ème guerre mondiale ( Japon, Vietnam, noirs d’Afrique du Sud, Congo, Algérie) et a t-on vu une fois un responsable de parmi ces pays à la barre répondre des crimes commis, mais on voit par contre des ‘leaders’ africains et tiers mondiste ( Milosevic, Saddam) et ne faisant pas partie de Wall street ( a contrario de Main street) défiler devant le TPI. Moralité il faut partie de la cour des grands, Siéger dans tous les conseils et faire de la bonne gouvernance, et bâtir une société du savoir, avec une société civile puissante et désintéressée.

    • Mme CH

      Si Abdelkader , croyez-moi, nous ne sommes ni naïfs, ni nés de la dernière pluie, c’est juste pour rappeler aux amnésiques partiaux, une réalité amère et le poids deux mesures des soi-disant défenseurs du droit….et justement pour dire au « bon » au truand et à la brute que nous ne sommes pas des benêts ni des gringalets et que la roue de la fortune ne cessera jamais de tourner….!!! Aujourd’hui vous êtes au sommet demain vous allez vous retrouver en bas de la sixième roue du carrosse…je vous le jure….!!!

      Vous dites: « faire de la bonne gouvernance, et bâtir une société du savoir, avec une société civile puissante et désintéressée. » Ya Rayt…..!!! Totalement d’accord avec vous mais pour la bonne gouvernance il faut avoir de bons gouvernants, quant à la société civile puissante et désintéressée, là, excusez moi j’ai rigolé un coup, surtout pour le mot « désintéressée » ….!!! Ah Connivence extra et intra-muros quand tu nous tiens…!!

      Tahiyati…!

      • abdelkader

        Ma tay assich min oumma anjabat Larbi Ben Mhidi, Ben Boulaid, Maachi, Zighout, Petit Omar, Hassiba Ben Bouali, Ali La Pointe, A. Zabana, étaient ils intéressés? Une société civile désintéressée c’est possible, pourquoi pas.

  8. Mme CH

    Je ne vais pas quand même laisser passer ce sinistre sans rappeler le sinistre drame qui s’est passé au Sahara algérien…!!! Pour se doter du feu nucléaire et évoluer à la quatrième puissance mondiale possédant une force de frappe, la France, FaFa pour les intimes, a effectué, du 13 février 1960 au 27 janvier 1996, 210 explosions nucléaires dont 160 souterraines et 50 aériennes. Ces explosions furent d’abord réalisées en Algérie à Reggane et In-Ekker de 1960 à 1966, puis en Polynésie sur les atolls de Mururoa et Fangataufa de 1966 à 1996.

    Ainsi, le Sahara Algérien a subi au total 57 explosions nucléaires au cours de la période qui s’étale de 1960 à 1966, d’une puissance totale qui équivaut 40 FOIX LA BOMBE D’HIROCHIMA…!!! Vous vous rendez compte ou pas…??? Une péripétie humaine et environnementale , commandée par des ‘apprentis sorciers’ qui ont conduit à terme leur projet au détriment des populations du Sahara pour lesquelles aucune considération n’est accordée plus d’un demi-siècle après…!!! Ainsi, les victimes (les oubliés) continuent à souffrir quotidiennement, incognito et dans la dénégation totale de reconnaissance des effets fatals des radiations sur leur santé et sur l’environnement….!!!

    En tout cas, les essais et explosions nucléaires font partie des divers et multiples crimes commis contre notre peuple, qui avait refusé la domination coloniale sous toutes ses formes (on ne parle pas des H,des orbitons de HF et des souris..bien évidemment). Le 10 janvier 1957, le général Charles Ailleret part à la tête d’une première mission de reconnaissance au Sahara pour y choisir un champ de tir. C’est sous sa responsabilité que les trois sites sahariens ont été choisis comme champ d’expérimentation pour la réalisation des premiers essais nucléaires de la France coloniale au mépris de la population, sédentaire et nomade, de l’environnement et notamment du statut juridique du territoire….!!!

    Lors des explosions atmosphériques 150 prisonniers Algériens récupérés des prisons de Sidi Bel Abbés ont été utilisés comme “cobayes humains”..« Ils étaient accrochés à des poteaux à proximité du lieu de l’explosion pour étudier le comportement de l’homme lors d’une explosion atomique.»…..Alors, comment peut on qualifier ces crimes…??? de guerre…??? Non…!!! Génocide…??? Non…!! Crimes contre l’humanité…??? OUI…!!! Où est le triiiiiiibuuuuunaaaalllll international des pauvres….????

    Alors à quant l’usine Pigeon, euhhhh pardon, Pigeot….!!!!???? Alouette gentille alouette, alouette je te plumerai…..etc…etc…..!!!!

    • Mme CH

      La sénatrice honoraire Hélène Luc a bien dit : “Si la bombe Française n’a pas été lâchée sur un peuple, elle a quand même déjà tué”.

      Il convient de souligner que les sites Sahariens choisis par la France ont fait l’objet de théâtre d’explosions nucléaires mais aussi d’autres sites ont été utilisés pour les essais chimiques, biologiques et balistiques… !!

      Selon le ministère de la Défense Français (en 1967), les sites d’essais sahariens ont été “démantelés” et “assainis” sur le plan radiologique avant le départ des militaires Français en juillet 1966.
      Par ailleurs, de nombreux ‘visiteurs’ Algériens et étrangers, en particulier des vétérans, qui se sont rendus sur place, en 2007, 2009 et 2010, démentent formellement les thèses officielles françaises à propos du nettoyage de ces sites. C’est ainsi que Bruno Barillot expert des essais nucléaires a déclaré en 2007 lors de la visite du site Reggane: “L’État français persiste à dire que tout a été nettoyé. Maintenant, nous avons la preuve que c’est faux”. Les voitures, les camions et les avions auraient été enterrés. Où?… De son côté, le défunt Mohamed Bendjebbar, président de l’Association des vétérans algériens des essais nucléaires, s’exprime: “À Reggane, en 1961, les Français ont à peine enterré leurs avions et leurs voitures (hautement radioactifs)”… “Au bout de trois mois, avec le vent, les véhicules étaient à découvert. Les populations locales ont récupéré le métal.”…. Daniel Cardin, qui a fait son service militaire dans ces sites nucléaires, témoigne en disant: « On commençait à travailler très tôt le matin à cause de la chaleur,…..on découpait les engins, les avions et la pelleteuse les poussaient dans les trous et les recouvraient de sable…” Finalement, on sait peu de chose sur les populations algériennes et subsahariennes employées comme main-d’œuvre sur les sites, entre 1958 et 1966, et sur leur destin sanitaire. De plus, ils ignoraient totalement les effets des radiations et les contrôles sanitaires étaient inexistants pour eux… ». Donc, ce qui ressort de ce témoignage c’est, qu’en partant, l’armée française a enfoui dans les sables du grand désert des avions, des camions, des engins de terrassement, et tout un ensemble d’autres éléments contaminés par les explosions atmosphériques. Un autre témoignage décrit la même chose, Mr Zengui de Zaglou, à une cinquantaine de kilomètres de Reggane: «Tous les matins, on allait sur les endroits d’explosions des bombes, on était un groupe d’une dizaine de personnes, on ramassait de la ferraille, des câbles et des objets divers qu’on entassait dans un endroit, puis, un engin les enfouissait dans de grands trous creusés dans le sable… »…..
      Au minimum, les sites du Sahara Algérien devraient bénéficier, au même titre que les sites polynésiens, du même traitement notamment en matière de système de surveillance, de sécurisation, des plans des lieux d’enfouissement des déchets radioactifs…!!!

      Qui a parlé de repentance avant tout le reste….!!!!

  9. mohamedDD

    Histoire m’était conté!!!!!! Les « pouvoirs algeriens » ont réagi énergiquement dans les années 60 à 80 voire plus loin, ils ont demandé réparation publiquement et financièrement pour les crimes, les génocides, l’expropriation des meilleures terres …. des milliards de $ en partie redistribués au peuple lésé, l’arrêt des importations des biens et l’exportation du gaz et pétrole de et vers la France, la demande pressante de nos archives mis à la disposition de nos historiens et chercheurs, la réappropriation définitive de nos terres et biens ………………… et mohamedDD lève toi, il est 9h!!!!!!!!!!!!!!

Répondre