La Voix De Sidi Bel Abbes

Georges Ibrahim Abdallah. Le révolutionnaire libanais reste en détention

Le militant, emprisonné en France depuis plus de trente ans, s’est vu refuser sa dixième demande de libération. Le ministère de l’Intérieur, lui, nie un arrêté d’expulsion. Cette décision politique complaît à Israël.

Question  : la justice française se grandit-elle, fait-elle la preuve de son indépendance en refusant, pour la dixième fois, la libération de Georges Ibrahim Abdallah, chrétien libanais aujourd’hui âgé de soixante-deux ans ? L’ancien chef des Fractions armées révolutionnaires libanaises (Farl) est en prison depuis plus de trente ans maintenant. Arrêté à Lyon le 24 octobre 1984, il avait été condamné à perpétuité pour complicité dans les assassinats, en 1982 à Paris, de deux diplomates, l’Américain Charles Robert Ray et l’Israélien Yacov Barsimantov. Trente ans. Le triste record de Nelson Mandela, jeté dans une geôle par le pouvoir de l’apartheid, est battu.

Triple peine et régression

Qu’a dit la chambre d’application des peines de la cour d’appel de Paris, réunie jeudi ? Une nouvelle fois, la demande de libération a été déclarée irrecevable, au motif que Georges Ibrahim Abdallah n’avait pas fait préalablement l’objet d’un arrêté d’expulsion. Or, cet arrêté d’expulsion, pourtant arme souvent dégainée par les multiples ministres de l’Intérieur lorsqu’il s’agit de travailleurs migrants, lui a toujours été refusé. Y compris par Manuel Valls, actuel hôte de Matignon qui, comme Charles Pasqua à son époque, a promis de « terroriser les terroristes ». Mais la cour d’appel a ajouté à cet argument le fait que Georges Ibrahim Abdallah « ne regrettait pas les actes pour lesquels il avait été condamné » et rappelé qu’il n’avait pas indemnisé les ayants droit des victimes. C’est, en quelque sorte, une triple peine. Pas moins ! L’avocat du militant libanais, Me Jean-Louis Chalanset, a indiqué que son client allait se pourvoir en cassation. Pour lui, la décision de la cour d’appel est « très régressive » dans ses motivations, par rapport à celles rendues précédemment. Le 5 novembre, en effet, le tribunal d’application des peines avait refusé, pour la neuvième fois, de remettre en liberté l’ancien chef des Farl, décision dont son avocat avait fait appel. En 2012, un avis favorable avait pourtant été rendu par le juge d’application des peines, puis en appel, mais la Cour de cassation avait finalement déclaré la demande irrecevable.

Comment peut-on demander à un militant révolutionnaire, communiste, de se déjuger ?

Cette décision de la justice française est éminemment politique. Georges Ibrahim Abdallah doit-il rester indéfiniment en prison ? Comment peut-on demander à un militant révolutionnaire, communiste, de se déjuger, alors que son acte visait à contrecarrer et dénoncer l’occupation du Liban par l’armée israélienne, occupation soutenue notamment par les États-Unis et par la plupart des pays occidentaux, dont la France ? Pourquoi le ministère de l’Intérieur ne publie-t-il pas un arrêté d’expulsion, si ce n’est pour continuer à faire payer à Georges Ibrahim Abdallah et, à travers lui, à tous ceux qui s’opposent à la politique israélienne dans la région ? Cette décision survient alors qu’Israël et ses dirigeants ne sont toujours pas inquiétés pour les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité perpétrés en 2008-2009, puis en juillet 2014, dans la bande de Gaza où des milliers de personnes, dont des centaines de femmes et d’enfants, ont été massacrées. Pis, s’agissant de la dernière offensive israélienne, le chef de la mission d’enquête de l’ONU a été contraint à la démission sous la pression exercée par Tel-Aviv. Et quand un rapport voit enfin le jour, il est purement et simplement remisé, avec l’aval des grandes puissances, membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU. Une décision politique, donc, qui devrait amener à une mobilisation supplémentaire pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah. Le comité créé en ce sens va y contribuer.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=58900

Posté par le Mar 1 2015. inséré dans ACTUALITE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

10 Commentaires pour “Georges Ibrahim Abdallah. Le révolutionnaire libanais reste en détention”

  1. Un ami

    Un bon éclairage sur ce qui se passe dans les luttes citoyennes est la bienvenue en termes d’idées voire d’information. Sur qu’il existe des citoyens qui comme moi ne connaissent pas ce militant.

  2. farouk

    Un superbe article engagé le lecteur et le citoyen lambda confirme la gravité de la situation au moyen orient principalement en PALESTINE Le militant révolutionnaire oui il vient de dépasser le héros feu MANDELA dans le nombre de jours en prison Abominable..

  3. chaibdraa tani djamel

    HADA DOLME ,parce qu’i lest complice surtout de l’assassinat du diplomate israelien .Est si c’est vrai ?.

  4. chaibdraa tani djamel

    Il a une ressemblance d’un grand chanteur patriotique libanais dont je n’ai pas retenu son nom .

  5. chaibdraa tani djamel

    C’est MARCEL KHALIFA

  6. Mme CH

    Communiste chrétien ou pas, Georges Ibrahim Abdallah doit être libéré, ou bien il faut emprisonner tous les Truands Assassins qui ont perpétré des crimes de guerre, des crimes contre l’humanité et des génocides contre des peuples sans armes, à commencer par la France, ensuite ladite Israël qui a perpétré du 16 au 18 septembre 1982 le massacre de Sabra et Chatila, lors de la guerre bien concoctée au Liban..et qui a fait près de 2000 morts parmi les civils palestiniens…!!! En 1982, une Commission indépendante menée par Sean McBride considère Israël comme « directement responsable du massacre du fait de sa position d’occupant »…!! A l’époque Ariel Sharon était le ministre de la défense…!!!

    Elie Hobeika était le responsable des services secrets des phalanges libanaises. Son rôle de leader et de responsable direct des massacres est unanimement reconnu., malgré cela il poursuivra une carrière politique au Liban, notamment comme membre du Parlement libanais et membre du gouvernement. Il ne sera jamais interrogé par la justice libanaise.
    Le 24 janvier 2002, Elie Hobeika meurt dans un attentat à la voiture piégée devant son domicile de Beyrouth. Il devait témoigner deux jours plus tard à Bruxelles, à l’occasion d’une plainte déposée contre Ariel Sharon à Bruxelles par des survivants des massacres….!!!???

    Alors, la vie de 2 diplomates occidentaux vaut mieux que la vie de milliers de morts palestiniens et libanais…et des millions de réfugiés palestiniens…!!!??? C’est quoi cette justice…???

    Quand on sait qui gouverne la France actuellement, on comprend le pourquoi de la chose….!!! Les cartes sont dévoilées, pour qui vous nous prenez….???!!!

  7. Mme CH

    Les combattants de la liberté périssent en prison, au moment ou les vrais terroristes concoctent des plans diaboliques pour GAZA….!! Quelle jungle…!!!
    Puisque dans l’article on parle de GAZA, dans un article de Manlio Dinucci (26/07/2014), on peut apprendre ce qui suit:

    « Le déferlement impuni de violence contre la population de Gaza aiguise les appétits des diverses factions israéliennes. Le vice-président de la Knesset et rival de Benjamin Netanyahu au sein du Likoud, Moshe Feiglin, propose d’en finir et d’expulser toute la population de Gaza (1,5 million de personnes) qui serait immédiatement annexé par « l’État juif ». Selon Ahmed Aboul Gheit, ancien ministre des Affaires étrangères égyptien, les États-Unis auraient organisé la chute d’Hosni Moubarak, en 2011, parce qu’il s’opposait au déplacement des Gazouis dans le Sinaï que Washington lui aurait demandé. »

    « Le secrétaire-général de l’Onu Ban Ki-moon, à l’ombre du secrétaire d’État US John Kerry dont il apprécie l’ « engagement dynamique », est en train de chercher à Jérusalem la façon de « mettre fin à la crise de Gaza ». Il semble cependant ignorer que quelqu’un l’a déjà trouvée. Le vice-président de la Knesset, Moshe Feiglin, a en fait présenté le plan pour « une solution à Gaza » [1].

    Il s’articule en sept phases.

    1) L’ultimatum, donné à la « population ennemie », à qui est intimé d’abandonner les aires où se trouvent les combattants du Hamas, « en se transférant dans le Sinaï, non éloigné de Gaza ».

    2) L’attaque, déclenchée par les forces armées israéliennes « à travers tout Gaza avec la force maximale (et non pas avec une fraction minuscule) », touchant tous les objectifs militaires et infrastructurels « sans aucune considération pour les boucliers humains et les dommages environnementaux ».

    3) Le siège, simultané à l’attaque, afin que « rien ne puisse entrer à Gaza ou sortir de Gaza ».

    4) La défense, pour « frapper avec la pleine force et sans considération pour les boucliers humains » n’importe quel lieu d’où soit partie une attaque contre Israël ou contre ses forces armées.

    5) La conquête, opérée par les forces armées israéliennes qui, après avoir « assoupli » les objectifs par leur puissance de feu, « conquerront l’entière Gaza, en utilisant tous les moyens nécessaires pour minimiser tout dommage à nos soldats, sans aucune autre considération ».

    6) L’élimination, opérée par les forces armées israéliennes, qui « anéantiront à Gaza tous les ennemis armés » et « traiteront en accord avec le droit international la population ennemie qui n’a pas commis de méfaits et s’est séparée des terroristes armés, à laquelle il sera autorisé de quitter Gaza ».

    7) La souveraineté sur Gaza, « qui deviendra pour toujours une partie d’Israël et sera peuplée de juifs », contribuant à « alléger la crise de l’habitat en Israël ». Aux habitants arabes, qui « selon les sondages désirent pour la majorité quitter Gaza », sera offerte « une généreuse aide pour l’émigration internationale », qui sera cependant concédée seulement à « ceux qui ne sont pas impliqués dans des activités anti-israéliennes ». Les arabes qui choisiront de rester à Gaza recevront un permis de séjour en Israël et, après un certain nombre d’années, « ceux qui acceptent la domination, les règles et le mode de vie de l’État juif sur sa propre terre » pourront devenir citoyens israéliens.

    Ce plan n’est pas le fruit de l’esprit d’un fanatique singulier, mais d’un homme politique qui est en train de recueillir un consensus croissant en Israël. Moshe Feiglin est le chef de Manhigut Yehudit (Leadership juif), la plus grande faction à l’intérieur du Comité central du Likoud, c’est-à-dire le parti de gouvernement. Dans l’élection à la direction du Likoud en 2012, il a fait campagne contre Netanyahu, obtenant 23 % des voix. Depuis lors son ascension est continue, si bien qu’en juillet il a ajouté à sa charge de vice-président de la Knesset celle de membre de l’influente Commission des Affaires étrangères et de la Défense.

    Si l’on examine le plan que Feiglin est en train de promouvoir activement, que ce soit en Israël ou à l’étranger (surtout aux États-Unis et au Canada), on voit que l’actuelle opération militaire israélienne contre Gaza comprend presque intégralement les quatre premières des sept phases prévues. Sous cet éclairage, on comprend que le déplacement des colons israéliens hors de Gaza en 2005 avait pour objectif de laisser le champ libre aux forces armées israéliennes pour l’opération « Plomb durci » de 2008/2009. On comprend que l’actuelle opération « Bordure de protection » n’est pas contingente mais, comme les autres, est une partie organique d’un plan précis (soutenu au moins par une partie consistante du Likoud) pour occuper de façon permanente et coloniser Gaza, en expulsant la population palestinienne. Et Feiglin a sûrement déjà, aussi, prêt, le plan pour « une solution en Cisjordanie »…. »

    Alors, où sont les valeurs, les principes et les droits universels sur……enfin….., vous avez compris….!!!

    Ding Dang Dong….!!!!

  8. OUERRAD

    Toutes les justices du monde sont injustes , car elles obeissent au lobbies les plus forts et pour fafa c est plus grave , car c est le lobby sonioniste qui la guide .
    Et nos responsables qui , continuent a se ranger derriere cette racaille .

  9. Mme CH

    Eh oui Mr OUERRAD…vous avez tout compris…..!! Je vois que vous allez mieux El Hamdoulillah…!!! Et le moral, est-il au beau fixe…??? J’en doute avec tout ce qui se passe chez-nous et autour de nous, mais il nous faut beaucoup de patience, de volonté et de foi pour relever les défis….!!!!

    Alors la racaille dont vous parlez a aussi les yeux braqués sur Gaza pourquoi…???

    Selon Manlio Dinucci: « l’aire de la Méditerranée orientale comprenant Israël, les Territoires palestiniens, le Liban et leurs eaux territoriales. Ici, depuis quelques années l’U.S. Geological Survey, agence du gouvernement des USA, procède à des prospections. Elle estime que, dans le Bassin du Levant, il y a des réserves de gaz naturel se montant à environ 3 500 milliards de m3, et des réserves de pétrole d’un montant d’environ 1,7 milliards de barils.

    Le gouvernement israélien, avec le soutien de Washington, considère que toutes les réserves énergétiques sont sa propriété. Les grands gisements de gaz naturel, a déclaré le premier ministre des infrastructures Uzi Landau, non seulement apporteront des bénéfices aux citoyens, mais permettront à Israël de devenir un fournisseur de gaz dans la région méditerranéenne. Israël, a objecté le président de l’Assemblée nationale libanaise Nabih Berri, ignore cependant le fait que, d’après les cartes, les gisements s’étendent dans les eaux libanaises. Selon la Convention des Nations Unies, un Etat côtier peut exploiter les réserves offshore de gaz et de pétrole dans une zone qui s’étend à 200 miles marins (370 kms) de la côte.

    D’après ce même critère, les réserves appartiennent dans une mesure notable aussi à l’Autorité palestinienne. Selon la carte même établie par l’US Geological Survey, il s’avère que la majeure partie des gisements de gaz (60 % environ) se trouve dans les eaux territoriales et dans le territoire de Gaza. L’Autorité palestinienne en a confié l’exploitation à un consortium formé de British Gas et Consolidated Contractors (compagnie basée à Athènes, de propriété libanaise), dans laquelle l’Autorité détient un quota de 10 %.

    Deux puits, Gaza Marine-1 et Gaza Marine-2, sont déjà prêts mais ne sont jamais entrés en fonction. Tel Aviv, en fait, a rejeté toutes les propositions, présentées par l’Autorité palestinienne et par le consortium, d’exporter le gaz en Israël et en Egypte. Les Palestiniens possèdent donc une grande richesse qu’ils ne peuvent cependant pas utiliser.

    Pour s’emparer des réserves énergétiques de tout le Bassin du Levant, libanaises et palestiniennes comprises, Israël utilise la force militaire. Il y a deux jours, le ministre des Affaires étrangères libanais Ali al-Shami a demandé au Secrétaire général des Nations Unies d’empêcher qu’Israël n’exploite les réserves énergétiques offshore qui se trouvent dans les eaux libanaises. Le ministre Uzi Landau soutient au contraire que ces gisements se trouvent dans les eaux israéliennes et prévient qu’Israël n’hésitera pas à employer la force pour les protéger. Israël menace donc d’attaquer de nouveau le Liban, comme il le fit en 2006, avec l’intention aussi de lui enlever la possibilité d’exploiter les gisements offshore [3].

    Pour la même raison Israël n’accepte pas l’Etat palestinien. Le reconnaître signifierait reconnaître la souveraineté palestinienne sur une grande part des réserves énergétiques, dont Israël veut s’approprier. C’est surtout à cette fin qu’a été lancée l’opération « Plomb durci » en 2008-2009 et Gaza prise ensuite dans la morsure de l’embargo. En même temps les navires de guerre israéliens contrôlent tout le Bassin du Levant, et donc les réserves offshore de gaz et pétrole, dans le cadre du « Dialogue méditerranéen », opération de l’OTAN —à laquelle participe aussi l’Italie— pour « contribuer à la sécurité et à la stabilité de la région ».

    Allez, à qui le tour…..In Salah peut être….??? Attention les loups sont dans la bergerie parmi les agneaux..!!!! Tiens, c’est nouveau ça, des agneaux qui adoptent des loups….!!!! Pas tout à fait nouveau…!!!

    Mes Amitiés Squatteur…!

    • OUERRAD

      Ce n est plus l operation qui me tarabuste , mais une grippe carabinee qui me cloue au pieu .Et par malheuyr ramenee du BLED , une vraie ABBASSIA qui ne veut pas me lacher a moins de refaire une viree a la SBA CITY .
      MES AMITIES A TOUTES ET TOUS ;;;;

Répondre