La Voix De Sidi Bel Abbes

Génération High-Tech BEM-BAC: la triche à l’algérienne!

L’époque de triche aux examens avec des antisèches est révolue. Place au copiage « high-tech ». Leurs techniques? Elles sont ultra-développées, maniant technologie de pointe, non maîtrisées par leurs aînées, et astuces de grand-mère. Dans quelques jours débuteront les examens du BAC et ,juste après, ceux du BEM. Si vous êtes enseignant ce que vous lirez en dessous vous serait très utile. Si vous êtes un élève-candidat ceci est ce qu’il faudrait éviter.
Dans les pages Facebook, les élèves se vantent de leurs dernières inventions en matière de triche. Par exemple celle de porter baskets montantes, et écrire sur ses chaussettes et faire semblant de nouer ses lacets pour regarder les extraits de cours. Ou encore faire un enregistrement des cours sur son téléphone et mettre ses écouteurs (plus pratique pour les filles voilées). Il y a également ceux qui écrivent les réponses sur leur poignée et mettent des bracelets, alors que d’autres écrivent dans le couvercle d’une calculatrice.

11214330_862871550427286_1998079648229561767_n(1)

Copier sur du papier chewing-gum (Photo trouvée sur Facebook)

Pour d’autres, la triche est une mission où seule l’ingéniosité triomphe. Cacher un aimant dans la gomme et coller un morceau de métal plat pour que si l’enseignant leur demande ce qu’ils font, ils referment la gomme et font semblant de gommer (voir ce lien en cliquant ici).
L’utilisation des effaceurs à encre est parmi les autres « méthodes ». Ils prennent le côté qui efface et réécrivent sur une règle transparente (ou non) les textes, et pour pouvoir les lire il leur suffit simplement d’incliner la règle en fonction de la lumière.

652

Une autre manière de tricher avec le téléphone/@D.R.

Pour cette année les futurs universitaires et lycéens, algériens ou autres, semblent plus accrocs aux oreillettes Bluetooth « invisibles », qui sont disponibles sur le marché à des prix variant entre 2000 DA et 2800 DA.

120109021505_9816

Oreillette Bluetooth « invisible »/© D.R.

smart Watch ,ou montre intelligente, (vendue à environ 20 000 DA) sont, elles aussi, utilisées pour tricher.  Cette montre est capable d’aller au-delà du simple affichage de l’heure, et du chronométrage. Elle permet de se connecter au Bluetooth et Wi-Fi, et éventuellement d’envoyer et recevoir des mails en toute discrétion.
L’Algérie, a défaut de créer des innovations mondiales, a « inventé », en 2013, la mention « cas de triche » au bac (voir capture d’écran en dessous). C’était affiché sur le site de l’ONEC (Officie National des Examens et Concours). Une année marquée par une fraude collective de 3 180 candidats.

Triche+

Un exemple des résultats affichés sur le site de l’ONEC en 2013

Mais comment le ministère de l’éducation compte « combattre » ce phénomène ? Une tâche qui est très loin d’être facile à accomplir.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=61549

Posté par le Juin 8 2015. inséré dans CE QUE DIT LA PRESSE, ÉDUCATION. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

6 Commentaires pour “Génération High-Tech BEM-BAC: la triche à l’algérienne!”

  1. OUERRAD

    Comme quoi la technologie est employee a des fins de fraudes grand public .
    RAAFET EL HAGAN , en serait jaloux lui qui pensait que seuls les egyptiens ont inventes les techniques de l encre invisible ?El ibda3 el djazairi , apres les hrouz la h tech ,,,,
    Drole de monde , ou allons nous comme cela et demain? BACHELIERS TRICHEURS ?

  2. citoyen

    la riche restera ce n’est facile de la détecter tant que certains candidats veulent a tout prix gagner La banderole sur le mois de ramadhan est magnifique

  3. eddine

    Meme si les les méthodes ont changé la fraude a toujours existé. Proposer des solutions serait plus utile.Comme disent les anciens MAKENCHE KIMA MOUKHE ECHIBANI

  4. brahim

    des parties veulent la tète du ministre tout cela est manip

  5. Mohand

    On triche dans tous les pays, même en chine!

  6. Mohand

    Plus de neuf millions de jeunes Chinois passaient ce lundi le redoutable concours d’entrée à l’université, qui s’accompagne d’une traque implacable aux moyens de tricherie, une province ayant même fait appel à un drone sophistiqué.
    Condensé sur deux jours et qualifié de « plus grand examen du monde », le « gaokao » provoque chaque année une poussée de fièvre dans la société chinoise, tant la concurrence est féroce pour décrocher le précieux sésame.
    Le ministère chinois de l’Education a promis de concentrer ses efforts répressifs en ciblant les moyens de communication sans fil et les réseaux criminels qui proposent aux candidats faibles de se faire remplacer par quelqu’un planchant sous leur identité.
    Deux sites d’examen de la ville de Luoyang, dans la province centrale du Henan, ont fait chacun décoller un drone capable de repérer d’éventuelles communications suspectes de la part de candidats qui auraient réussi à introduire des appareils de transmission miniaturisés dans la salle d’examen.

Répondre