La Voix De Sidi Bel Abbes

Gambetta (Larbi Ben M’Hidi) : Du récit de feu et de sang à l’interpellation

A Sidi Bel Abbes, que l’on veuille ou pas, ceux sont une fois de plus les artistes et les sportifs, notamment les footballeurs du vieux quartier autochtone de Gambetta, qui animent les discussions. Le CRBA, club du championnat de wilaya, est certes leader, mais il fait face à beaucoup d’adversités à 7 journées de la fin de la phase retour. Les protégés de Chaib Noureddine, ex gardien de l’USMBA, sont à assister sur tous les plans (moral et financier). Gambetta c’est un pan d’une ville, d’une région. Il fut débaptisé Labri Ben M’Hidi, en postindépendance. Ce héros de la révolution y avait séjourné, hôte des militant locaux encore anonyme. Hélas, ce grand faubourg de Gambetta n’as pas eu droit suffisamment de récits, pourtant mérités eu égard a sa résistance, aux actes de bravoure qu’il a connus et faits héroïques qu’il a abrités.

Néanmoins, l’isolement dicté par le site et d’autres clichés ont contribué a «l’oubli » malgré le toilé soulevé et debattu.certes depuis l’implantation des cités universitaires. Il y a un changement palpable. Mais cela ne peut occulter les affres d’un club SDF, qui joua tantôt à Tessalah, Sidi Brahim, notamment dans les petites catégories. Quant au stade, il attend….il attend sa réhabilitation définitive, et son homologation, comme les stades d’Oran, ou les clubs jouent et reçoivent chez eux. Ce n’est pas le cas ici malheureusement.

Un sentiment de marginalisation était perceptible  dans les propos et discussions .ce sentiment s’est accu le long des années. L’éclosion du mouvement associatif n’a pas trouvé toute l’assistance voulue malgré les louables actions enregistrées …et dans tous les processus, les jeunes de Gambetta ont tenté de faire bonnes figures, pourtant dans le passé les revers, leurs deuils laissent des traces lancinantes. En témoignent les actions :

Actions qui acculèrent l’occupant à prendre les dites mesures (voir «l’écho d’Oran du 19 novembre 1955 page 6 1ere et 2eme colonnes).

Les  faits sont nombreux ,dans ce haut lieu de résistance ,a l’instar de toute la casbah .médina jdida et d’autres quartiers , théâtres ,de réalité mal connues ,et de versions complexant des générations de jeunes algériens …mais l’histoire finira par s’imposer .elle est en marche et a déjà ébranlé bien des certitudes .depuis 49 ans, après l’indépendance ,a haï labri ben mhidi ,les traditions du cosmopolitisme, d’ouverture sont toujours de mise.

Dans cette «source» culturelle .il est très difficile de dresser une liste.les ambassadeurs du rai local sont en Amérique, en Europe ont fait danser des pyramides humaines .sans oublier les «karkabous» avec leur traditionnelle et hospitalière fête de la «derdba» un autre espace de procession généreuse, et là juste quelques noms : Cheikh El Madani, natif des lieux, le grand Cheikh théologien Zoubir, Hmida El Ayachi (Journaliste), Hamri Miloud, Zoubir Ghalem, Boulahia, Faradji (Paolo) et a notre ami de Lausanne Manseur Abdelkader dit Kadri et que notre confrère Beldjillali le repère par l’écho d’Oran, m’as t’il dit cette matinée lorsque j’avais formulé l’intention d’évoquer nos quartiers autochtones. Il y a aussi feu Hellal, Kouider; Hanifi, Megueni Ghalem, Les Frères Mendil, Ben Zaidi, Ben Grea, et autres Mokades, Habri, le professeur Mekki, Lariche, Ali PTT, Kaddour, Doudia, Benyarou, Abed, Feu Boudissa (ex CNES), les Ouaddah, Rachef Tayeb, Kacha, Bouhmidi, et autres enfants de ce haut lieu ou l’on se rappelle de Bou Hbitra……… Tout un passé, et un présent interpellatif.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=2056

Posté par le Mar 30 2011. inséré dans ACTUALITE, SBA VILLE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

14 Commentaires pour “Gambetta (Larbi Ben M’Hidi) : Du récit de feu et de sang à l’interpellation”

  1. bouzefranebouhana

    bonjour je suis natif de sidi bel abbes jai grandi a bel abbes je suis partis l age de 19 ans je suis mariee jai 5 enfants qui sont grand amdoulah je suis venue a sidi bel abbes en 2008 pour le deces de ma maman joublie jamais mon pays toutes ma famille habite gambettabz a tous bel abbes je suis bouhana si quelquun souvien de moi nesiter a mecrire

  2. bouzefranebouhana

    bonjour

  3. un voisin

    Bonjour bouhana comment va le mans ? Réponse

    • bouzefranebouhana

      le mans va bien mais joublie jamais gambetta ou jai grandi je pense toujour salut a bientot mais je voudrai savoir qui vou etes si je vou connais a bientot

  4. un grand voisin

    Rebonjour du MANS je connais sa grande course et puis il ya la fille de gambettaBOUHANA qui suit le nouvelles de belabbes. Puisque que vous etes revenue vous avez vu que gambetta est un autre monde avec les facultés la vie a changé mais la nostalgie reste .Une questionBOUHANA comment se passe ramadhan et les enfants vont bien c’est l’essentiel SAHAradnan

  5. hamza

    salam ,la photo n est pas vielle puise que on reconnais Kadé ben greà a gauche c est pas le stade des trois frère amirouche?

  6. bouzefranebouhana

    salut vou mavez dit vou etes un voisin mai votre nom de famille que je voudrais savoir svp a bientot

  7. un voisin

    je vais faire mon possible pour vous contacter notre soeurBouhana.

  8. bouzefranebouhana

    jattend qui vous etes je pars en vacances a bientot

  9. un grand voisin

    Bonjour fille de gambetta.je n’ai pas voulu pour des raisons personnelles ne pas mettre mon nom.je vais laisser mon mail au journal et je rentre en contact.Vous n »allez pas rentrer au bled puisque vous dites vacances car il reste une dizaine de jours pour que l’on peut bouger surtout avec plus de 44 degrés a belabbes. Bon Séjour familial.moi je bougerai aprés l »aid.

  10. bouzefranebouhana

    ces pa la peine denvoyer votre mail moi je nai pa de pc ces ma voisine qui ma laisser faire du pc jatten que jachete un je pars en martinique salut

  11. r

    Bouazza. Le 07/08/2014. Chere. Bouhana c’est avec un grand plaisir que j’ecris. Pour vous rappellee des annees 60 nous habitons la rue charcot petite ruelle. Ou il y avais un puis public en face khalti mama zakl. A suivre

  12. guermaz

    Bonjour je né a sidi bel abess et franchement ca me manques les souvenirs

Répondre