La Voix De Sidi Bel Abbes

Fraude au baccalauréat: 15 individus dont 3 femmes reconnus coupables

La ministre de l’Education nationale Nouria Benghebrit a indiqué jeudi à Alger que 15 personnes dont 3 femmes ont été reconnus coupables de fraude aux épreuves du baccalauréat 2016.

Dans une rencontre avec les partenaires sociaux, la veille de la rentrée scolaire 2016-2017 Mme Benghebrit à l’appui d’informations recueillies auprés du ministère de la Justice a affirmé que sur 16 prévenus placés en détention préventive, 15 individus dont trois femmes ont été reconnus coupbales d’actes de fraude.

Selon les informations recueillies auprés du ministère e la Justice, des enquêtes ont été diligentées dans 22 Wilaya avec l’implication de 137 personnes dont 12 encadreurs et 77 candidats, a expliqué la ministre ajoutant que des mesures ont été prises à l’encontre des prévenus impliqués

dans la publication des sujets avec leurs corrigés sur les réseaux sociaux, d’usurpation d’identité du candidat,  d’utilisation de téléphones céllulaire, et Bletooth et complicité dans des actes de fraude.

Des enquêtes judiciaires sont toujours en cours et concernent 119 personnes dont 35 femmes, a encore fait savoir la ministre.

e9e4bb7a49348ac7b95124a2292b9782_L

Le secteur de l’Education « pas concerné » par la problématique de la retraite proportionnelle 2016 et 2017

La ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit a affirmé, jeudi à Alger, que le secteur de l’Education « n’est pas concerné » par la problématique de la retraite proportionnelle pour les années 2016 et 2017.

« Le secteur de l’Education n’est pas concerné par la problématique de la retraite proportionnelle pour les années 2016 et 2017, au regard du dispositif calendaire et de l’agenda du secteur soumis à des dispositions spécifiques », a déclaré Mme Benghebrit lors d’une rencontre avec les partenaires sociaux (syndicats du secteur et associations des parents d’élèves), à la veille de la rentrée scolaire 2016-2017.

« Le problème ne se pose pas pour les fonctionnaires du secteur  de l’Education, notamment les professeurs ayant déposé leurs dossiers pour bénéficier de la retraite proportionnelle en 2016, au regard de l’agenda du secteur », a déclaré la ministre à la presse, précisant que les fonctionnaires dont les dossiers avaient été déposés entre septembre et novembre 2015 bénéficieraient de la retraite à la fin aout de l’année prochaine ».

Mme Benghebrit a réaffirmé que « le problème ne se pose pas pour les fonctionnaires qui déposeront leurs dossiers à la rentrée scolaire actuelle, vu que le dossier sera soumis au débat à l’Assemblée populaire nationale (APN). « Ils bénéficieront de la retraite à la fin aout 2017 », a-t-elle ajouté.

Les fonctionnaires du secteur pourront déposer leurs dossiers à la fin 2016 en fonction de l’agenda préalablement défini, précisant que tous les fonctionnaires du secteur de l’Education nationale sont au courant que le dépôt des dossiers de retraite doit se faire lors du premier trimestre de l’année scolaire ».

Près de 90% des demandes de retraite concernent la retraite proportionnelle, a-t-elle indiqué, annonçant l’organisation « prochaine » d’un atelier autour de ce thème avec les partenaires sociaux pour définir les lacunes et les moyens offerts dans ce domaine jusqu’à l’horizon 2030, formant le vœu que le débat soit « objectif ».

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=69020

Posté par le Sep 1 2016. inséré dans CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

10 Commentaires pour “Fraude au baccalauréat: 15 individus dont 3 femmes reconnus coupables”

  1. abbassi

    au lieu de parler de l’essentiel a savoir delivré un diplome de fin d’etudes scolaire de 15 ans on parle du bac..alors que le bac n’est qu’un examin des connaisance sans plus il ne reflete en rien le niveau de l’etudiant.
    il est inconcevable qu’un etudiant qui a reussi a arriver jsu’en terminal puisse etre exclue a cause d’un bac qui dure queques journées.

    donc les parents d’eleves doivent exiger la delivrance d’un diplome en fin de cursus.. ce diplome est reconnue par tous les grandes ecoles et universités et formation proffessioneles qui elle doit aussi accepter tout le monde bachelier comme non bachelier. d’autant plus que chaque wilaya possede son propre université ou est le probleme??
    le bac de la forme coloniale n’est que barrière adminsitrative pour permetre a l’adminsitration colonial de selectionner quelques uns souvent sur des bases subjectives qui eux seules la coonaissent et le reste on le jette a la rue..

    donc le diplome obtenue en fin de cursus est valable et aura l’equivalence d’un bac algerien. maintenant si le bac sera organisé c’est le bac internationale.. les gens qui veulent le passer peuvent le faire pour continuer leurs etudes a l ‘etranger

    voila il faut délivrer un diplome de fin de cursus primaire et secondaire equivalent au bac algerien.
    ya certaine specialité de bases comme la medecine qui demande le bac internationale
    amis les autres specilité comme l’agronomie ou la medecine veterinaire ou le genie civile les sciences de l’education etc qui touche au plante au beton et au animaux ça necessite pas une grande deontholgie comme la medecine et les sciences juridique car la base c’est les competance et la moralité..on ne peut se permetre d’accepter koul man habbe wadabe

  2. Hassan

    Vu que tous les éléves ne possèdent pas forcément les mêmes aptitudes , il serait judicieux d’orienter ceux qui aiment la manipulation manuelle vers des collèges techniques pour passer un bac technique.
    Ceux qui sont plutôt attirés par le côté théorique seront divisés en deux catégories:
    1 Ceux qui se débrouillent en mathématiques seront orientés vers des lycées pour passer un bac sciences expérimentales.
    2. ceux qui m’aiment vraiment pas les maths seront orientés vers des lycées classiques pour passer un bac sciences humaines

    Les détenteurs d’un bac techniques seront dirigés vers des instituts pour former des ingénieurs dans les arts et métiers comme : Les techniques agricole, les techniques de construction et d’architecture , les techniques forestières, minières etc…
    Les détenteurs d’un bac sciences expérimentales seront dirigés vers des universités ou des grandes écoles pour former des ingénieurs de conception et de management dans les domaines de:La chimie, la physique la géologie, la biologie, la médecine, la pharmacie etc.

    Les détenteurs d’un bac en sciences humaines seront orientés vers des universités pour la formation de:Sociologues, psychologues, histoire et géographie, les avocats et juges etc..

    Ceux qui ne peuvent pas terminer leurs études secondaires et primaires seront orientés vers les centres d’apprentissage pour former des ouvriers et artisans spécialisés: plombier, soudeur, fraiseur, maçon , éleveurs d,animaux domestiques etc..
    Les salaires des différentes catégories seront libres et concurrentiels c.a.d.un ingénieur peut avoir un salaire plus élevé qu’un autre ingénieur et cela dépendra seulement du fournisseur d’emploi. Les différents diplômes seront homologués par l’UNESCO pour qu’ils reflètent la valeur réelle du diplôme ce qui permettra à ceux qui veulent se consacrer à la recherche de continuer leurs études dans les grandes universités étrangères grâce à un bourse garantie par un contrat de retour au pays et de travailler pendant un certain temps.
    ..
    Pour ceux qui ont terminé seulement le primaire, ils seront orientés vers l’armée qui les formera au métiers de soldat. Aucun enfant ne devra rester à traîner dans la rue.

    Ceci nous permettra de former une société basée sur le savoir et la compétence plus de  »Ben Amis ». comme à Singapour , la Corée ou Hong Kong.

    • elabbassi

      si hassan bonjour
      les mathématiques ne sont jamais jamais une base de sélection ou une référence d’intelligence
      les mathématique sont des outils comme le marteau le pinceau le maitre rubans etc. chaque spécialité a ses propres mathématiques. même les juristes ont leurs propres outils mathématique lorsqu’un juge voudra lancer un verdicts il peut se référer sur la fréquence d’un problème donné dans une région donnée . dans un région ou le pourcentage a été prouvé très élevé de menteur et menteuse il ne pourra pas accepter des témoins de cette région. les colons en afrique et en algerie avaient l’habitude prendre la chose importante et laisser le rébus pour les autochtones. l’enfant du colons on lui donne l’olive et et l’extraction de l’huile et a l’enfant des immigrés on lui donne une formule mathématique longue de 3 km a 20 ans le fils du français aura sa voiture et sa femme et le chien derrière et l’algérien est en France faire des études de mathématique jusqu’à l’age de 35 ans lorsqu’il termine son doctorat il est presque foutu il ne sait rien faire il se balade a Paris avec un diplôme même le restaurant ne veut pas l’embaucher car il a un niveau très élever..el miskine pour ne revenir en Algérie il dit  »ya waddi ma3liche plongeur a Paris que peut être ailleurs »
      l’algérien est encore mal guidé le marocain est plus ou moins conscients il sait les bases de ces intérêts.

      la technologie n’est pas une chose compliquer dans le métier dite manuel comme vous le dites tous les pays du monde le savent y’a que certain en algerie qui l’ignore
       »le métier s’apprend jeune et en forgeant on redevient forgeron »
      est ce que cette donnée nécessite un doctorat d’État en philosophie pour la comprendre?? on afrique dans les tribus autonomes ils le savent et ils l’appliquent..

      ici en Algérie c’est le chiki.. il veut faire astronaute sans avoir une fusée
      il veut etre Einstein sans savoir comment planter une tomate

      il faut rester zene MODESTE et sans CHIKI
      Commencer d’abords par le plus simple l’arbre est un usine on n’a pas besoin de l’importer en devise. il ne faut pas regarder l’arbre comme un objet d’ombre..
      c’est une usine qui te fabrique les arômes les parfums les essences les pigments la teinture les acides les alcool les sel minéraux etc..

      notre enseignement nage dans le domaine pas théorique mais nage dans les rêveries…ils n’a jamais oser ses pieds dans l’expérience dans le terrain il apeur d’être critiquer et surtout de savoir qu’il est ignorant..le mot ignorant le redoute..alors que celui qui avoue son ignorance est une qualité de prophète. parce qu’ils avaient déclare leurs savoir Dieu ne pourra jamais les enseigner comment enseigner a quelqu’un qui est savant sans faire d’étude ni subit d’expérience?? Même Dieu ne pourra rien faire dans pareil cas. le coran affirme
       »inna charra dawabi .3inda ellahi soumou el bokmou » et les algériens musulmans le lisent toujours dans le coran..
      donc faut ouvrir les oreilles et se laisser guider pour apprendre ce n’est pas une honte de dire  »j’ignore » man3arafche  »

      restons zene et modeste comme les autres peuple et tout ira pour le mieux

      • Hassan

        Salam wa tahya ou el ikram,mon frére El Abbassi. Les mathématiques sont à la base de toutes les sciences. Un étudiant qui ne maîtrise pas les maths ne peut prétendre devenir ingénieur dans les arts et métiers. Même au moyen âge les savants musulmans faisaient des recherches et des applications en utilisant les maths .C’est le cas d’El khawarizmi pour les logs , d’El Biruni pour la minéralogie etc..Pour avoir un bon rendement la génétique des plantes opère des manipulations pour la sélection des variétés pour qu’elles soient résistantes aux maladies et à la sécheresse. En génétique des populations on utilise les statistiques.Pour comprendre et rechercher un gisement le géologue utilise l’analyse factorielle en composantes principales ou les fractales.
        Dans les systèmes d’éducation performants on oblige l’étudiant à faire des stages pratiques depuis la première année jusqu’à la fin. Il passera par la condition d’ouvrier, puis par celle de technicien et enfin il réalise un stage de production dans des conditions réelles de sa future profession.
        Concernant le doctorat en sciences c’est pour travailler dans un établissement de recherche. La recherche peut être théorique ou une recherche-développement. Notre pays n’a pas les moyens (Ou la prétention) de faire de la recherche théorique comme par exemple sur la stabilisation des équations différentielles. Notre pays a un besoin vital de la recherche-développement pour améliorer sa production des biens. Par exemple définir les caractéristiques d’un câble électrique pour le transport d’ un courant de haute tension en milieu irradié. L’étude des phages en microbiologie est une nécessité pour soigner nos malades quand les antibiotiques actuels deviendront inopérants.
        Un pays qui n’investit pas dans l’éducation et la recherche ne se développera jamais: Il deviendra un pays de tubes digestifs et de reproduction.

        • Mémoria

          @Hassan !
          Je n’arrive pas à comprendre Frère Hassan même d’un point de vue pédagogique qu’on puisse fustiger notre pays sur sa non-implication dans la recherche-développement et une vue unipolaire à l’image d’un chef de gouvernement imbu d’un diplôme trop « théorique » qui voudrait des scientifiques…exacts pour faire décoller …les fusées de feu Kateb Yacine !!! D’un côté on veut museler les « Sociopolitiques » qui dévoilent que nous nous faisons manipuler par la Banque Mondiale et ses différents Clubs, d’un autre côté on diabolise l’Etat Algérien et ses services sur une non-implication de ses argentiers dans la Recherche ! Alors expliquez-nous que sont devenus les PNR-Programmes Nationaux de Recherche) au niveau de toutes les Universités Algériennes (UDL) et leurs milliards de dinars pour cette recherche-développement qui devait exister ? Expliquez-nous qu’est devenue la Recherche nucléaire et ses centres? Qu’est devenue notre élite et ses chercheurs formés par l’Etat Algérien et récupérée par les autres ???
          Mes respects Si Hassan !

          • Hassan

            Bonjour frère Mémoria. Quand on parle de recherche-développement on ne s’adresse pas aux universités, mais aux centres de recherche . Puisque vous abordez la recherche dans le domaine nucléaire il faut savoir que cette recherche a été détruite par les différents gouvernements qui se sont succédés depuis le Président Zéroual. C’est Mr. Dembri alors ministre des affaires étrangères qui a signé l’accord avec l’AIEA mettant tous les centres de recherche-développement et les réacteurs algériens sous le microscope de l’AIEA. Rien ne pouvait être entrepris dans ce domaine sans l’autorisation de l’agence de Vienne.
            Les iraniens ont su négocier pour sauvegarder et développer leur recherche dans le domaine nucléaire, les algériens on détruit la leur sans recevoir des compensations pour la vente de la souveraineté du pays. Le coup de grâce à cette recherche à été fait sous le régne du président actuel: Il plaça le COMENA sous la tutelle de Chakib Khalil alors ministre des mines et de l’énergie. un certain  »professeur » d’une université algérienne fut nommé Commissaire. Ce dernier ne comprenant rien au domaine a détruit tout ce qui a été réalisé auparavant dans le domaine nucléaire. Ce fut un tsunami dévastateur:Il a détruit les centres développement, il insultait, au sens propre du terme les chercheurs etc… Par exemple il a affecté des géologues au laboratoire de métallurgie! Je pense que même Israël n’aurait pas fait ce que ce  »professeur » a fait à la recherche-développement en Algérie.
            Résultat la majorité de nos chercheurs , formés dans les plus grandes écoles et universités du monde, comme MIT, Harvard, Université de St Pétersbourg, Paris ou Londres, ont quitté le pays avec la tristesse au coeur. Parmi ceux que j’ai eu l’honneur de connaître il y a : Des directeurs et conseillers à Vienne au niveau de l’AIEA, des chercheurs à `Liverpool, à Paris, Marseille, Moscou, Montréal, aux USA, en Allemagne et beaucoup d’autres aux Émirats arabes unis , Oman et l’Arabie Saoudite. Nos centres de recherche-développement ont été vidés par cette hémorragie. Notre recherche est devenue analogue à un serpent auquel on a coupé la tête et dont la que remue encore.
            Concernant les PNR. sachez frére Mémoria que lorsqu’un projet de recherche a été accepté cela ne veut pas dire qu’on a mis toutes les conditions de sa réalisation. Les chercheurs pour acheter  »même un crayon » sont obligés de passer par une bureaucratie paralysante qui bloque tout. Les salaires de nos chercheurs et professeurs d’université sont dérisoires par rapport ceux qui sont payés à l’étranger. En Algérie l’Etat fait semblant de payer les travailleurs scientifiques et eux font semblant de travailler. Il n’y a aucune évaluation des travaux de recherche et leur impacte sur l’économie du pays. La part du PIB octroyée à la recherche en Algérie est trés loin de celui d’Israël et est comparable à celui de l’Ethiopie. Alors me direz-vous que sont devenu nos programmes de recherche? je vous répond  »Atas ma zal el hal ».
            Mes salutations.

            .

  3. chaibdraa tani djamel

    Espérons que la justice tranchera sur ce cas et condamnera ces responsables de l’education nationale pour leur mauvais geste d’inconscience. J’aimerais bien aussi qu’on leur enleverai méme leurs retraites pour qu’il devienne un exemple ,et j’aimerais que ce sera pour tout fonctionnaire qui triche au dos de ce pays.

  4. Mme CH

    Hé voilà, qu’est ce que je vous disais…..!!!! Encore, un autre scandale qui éclabousse notre école, et comme d’habitude, notre CRASCiste ou ministresse n’y est pour rien la pauvre, c’est une erreur de l’éditeur paraît-il…et elle va ouvrir une enquête comme d’habitude…??? ça nous rappelle l’ère du Ministre qui est resté 20 ans sur son koursi, à cette époque , comme par hasard, « l’erreur » c’était la suppression de tout un passage de l’hymne national:

    Ô France ! le temps des palabres est révolu
    Nous l’avons clos comme on ferme un livre
    Ô France ! voici venu le jour où il faut rendre des comptes!
    Prépare toi ! Voici notre réponse!
    Le verdict, notre Révolution le rendra
    Et nous avons juré de mourir pour que vive l’Algérie !
    Témoignez ! Témoignez ! Témoignez !

    Voici l’erreur, qu’elle n’a pas eu le courage de citer: « La Palestine remplacée par Israël : Benghabrit ordonne le retrait « immédiat » d’un livre scolaire » (TSA, 15 septembre 2016, Hadjer Guenanfa..)

    « Le ministère de l’Éducation nationale a décidé de retirer « immédiatement » le livre de géographie de deuxième génération de la première année moyenne à cause d’une erreur d’impression.
    « Suite à la découverte d’une erreur sur une page du livre scolaire de géographie de la première année moyenne, (…) le ministère de l’Éducation nationale a décidé le retrait immédiat de l’ouvrage et demande à l’éditeur de le corriger », a indiqué le département de Nouria Benghabrit dans un communiqué publié ce jeudi 15 septembre.

    Le ministère ne précise pas la nature de l’erreur. Il s’agit en fait d’une carte géographique à peine lisible où la Palestine est remplacée par Israël.
    Le ministère de l’Éducation a également décidé d’ouvrir une enquête sur cette affaire. Dans ce même communiqué, le département de Nouria Benghabrit assure que la copie qui a été validée ne contenait pas cette erreur dont la responsabilité doit être assumée par l’éditeur » »…..alors là, c’est le bouquet…!!!

    Mais, c’est quoi ce cirque, en plus des milliards qui partent en fumée en temps de crise..!! C’est ça la réforme de l’école…??? Wa Ma Khafia Kana A3dham…!!!
    Mais , ils nous prennent pour qui ces tentacules algériennes de la pieuvre du mal..???

    Quand on sait que Vallaud est mariée à un sioniste…….!!!??????????????????

  5. Mme CH

    « Je me réfère aux paroles de Barack Obama peut être que Feraoun apprendra une leçon de gouvernance dans sa vie professionnelle« A l’ère où vous pouvez postuler à un job, suivre un cours, payer vos factures, commander une pizza, et même trouver l’amour depuis votre smartphone, l’Internet n’est pas un luxe, c’est une nécessité ».

    Les citoyens lambda chantent toujours le refrain de la révolution  » De nos Montagnes ». Ils vivent dans des lieux spéciaux loin des mensonges et ne s’intéressent plus à la politique qui ne les nourrit plus. Ils occupent la vallée de la Zaouïa, la vallée de Bouzegza, le sommet de Bab-el-Bekkouch, les hauteurs de Lala Khadîdja et le Kef Sidi Yahia de Sidi Medjahed. Ces lieux étaient le fief des combattants pour la dignité. Les maitres de français de Benghebrit connaissent bien le courage des habitants de ces régions. Les habitants de ces lieux sont corrects et respectent la loi. Les réseaux sociaux glorifient leurs principes. J’informe Benghebrit que la Zaouïa est un douar dans l’Aurès non loin des monts Zalato. A ne pas confondre avec la zaouïa taiwanaise de Khlililou.

    Loin de ces lieux, le tableau est noir. La rue ne croit plus aux paroles de ses dirigeants. L’individualisme est maitre et le politique devient ridicule. Rien n’est plus comme avant. L’autorité a perdu ses valeurs.La justice est absente quand l’argent est maitre absolu sur le terrain. L’argent sale dicte la loi et veut le pouvoir. Le plus riche est le plus fort. Les honnêtes risquent les barreaux quand ils ouvrent leurs becs pour dénoncer l’anormal. Les amis de l’homme d’affaires français « Dédé la Sardine », spécialiste des affaires offshores contrôlent le marché de la sardine.Les farfelus et les corrompus font du tourisme dans les zaouïas taiwanaises pour délaver leurs péchés. Le citoyen est déboussolé, il ne sait plus distinguer le juste du faux. Sa confusion est totale et ne sait plus à quel saint se vouer. Le pays des braves est en danger. Ce n’est plus l’Algérie de nos rêves.

    Le 28 mai, veille des épreuves du baccalauréat, Benghebrit assurait que son département – en collaboration avec le ministère de la Justice, celui de la Poste et des Technologies de l’information, et les services de sécurité – avait pris les mesures nécessaires pour éviter toute fraude aux examens.

    Boom et zoom chez nounou. Les sujets, des sciences naturelles, d’histoire-géographie, de langue française et de sciences islamiques, ont été diffusés à la vitesse de la lumière sur Facebook bien avant la distribution officielle des copies dans les salles d’examen. Nounou ne contrôle plus la situation. Elle recourt à une session complémentaire.

    Le BAC est devenu très important. Après la fuite, l’armée prend en main les sujets. Un avion spécial de Boufarik pour cette mission. C’est une guerre dans un cartable. C’est la bataille dans un potable. Le téléphone intelligent secoue la république !

    L’histoire se répète. En 1992, une fuite, puis l’annulation du baccalauréat, avait conduit au départ du ministre de l’époque Ali Ben Mohamed.L’éducation est une chose sérieuse, il ne faut pas la laisser entre les mains des civiles twitte un internaute. Les jeunes internautes ont compris que l’exercice de l’autorité ne se limite pas à poser des interdits mais à faire comprendre et à faire admettre les raison du bienfondé.Ils rappent et pensent que l’autorité d’un gouvernement ne se mesure pas par le nombre de policiers dans les rues. Elle se mesure par l’application des lois.

    C’est à l’école qu’on enseigne à un futur policier comment appliquer les règles de l’ordre. C’est à l’école qu’on apprend aux enfants que la violation des règles de l’ordre nécessite une condamnation. C’est à l’école qu’on apprend aux futurs responsables comment gouverner dans le cadre de la loi. Nos maitres d’école nous ont appris que toute infraction non sanctionnée conduit automatiquement à un sentiment d’impunité. Ce sentiment ouvre la porte à la violence, la surenchère et la propagation incontrôlable du mal. Le citoyen n’a pas besoin d’une protection policière quand la loi le protège. Le juge est un citoyen comme vous et moi. Il observe l’émission satirique « Ki hana kif annas » en famille et rigole et ne se sent pas visé Ce juge gagne le respect dans la société quand il respecte la justice. Il n’a pas besoin d’une garde spéciale pour montrer son autorité, la société le protège quand elle accepte sa justice.

    J’illustre ce texte par les bonnes actions d’une juge norvégienne nommée Eva Joly. Cette dame croit en la Vertu et méprise les compromis. Eva est devenue célèbre par son engagement contre la corruption dans l’affaire Elf, TOTAL en France. La classe politique et intellectuelle française se méfie de cette dame verte.

    Eva était en visite en Grèce, un pays miné par le mal de la corruption. Ce mal touche le trésor public, du citoyen fraudant l’assurance maladie au ministre blanchissant de l’argent en passant par les dessous de table dans le monde de l’entreprise. Pour cette dame de vertu incontestable, l’impunité, c’est une manière de vivre au-dessus des lois, parce qu’on est plus fort que la loi (!) Eva Joly n’avale pas le mensonge pour dire, dans un langage transparent, ce qu’elle pense de la justice : Je ne m’y résigne pas. Nous pouvons encore empêcher que nos enfants connaissent à l’âge adulte un monde où l’impunité régnerait en maître parmi les élites, où seuls les citoyens lambda auraient des devoirs. Vous pouvez lutter contre la corruption avec votre smartphone.Chacun peut devenir militant dans son quartier, avec un simple smartphone. Vous pouvez par exemple photographier un établissement public et vérifier si son budget correspond ». Hélas ! L’Algérie n’est pas la Norvège et Eva n’est ni la cousine de Benghebrit ni la copine de Feraoun. Elle n’est pas une fonctionnaire chez si Tayeb.

    Chez nous le smartphone véhicule la fraude dans le monde de l’éducation. Il est utilisé dans les choses négatives. Voulant développer ces négatifs, Feraoun ne reconnait pas les bienfaits de l’internet. La vision de Feraoun, si vision existe chez nous, est peut être différente de la vision d’Eva. Elle trouve la solution facile pour développer ces négatifs dans son laboratoire photo amateur. Elle coupe l’Algérie du monde extérieur et prive quarante millions d’Algérien de cet outil d’information et trouve ça normal.Elle pense que l’Algérie est contrôlée par un cybercafé qui lui appartient. Idée brillante, le cybercafé de Feraoun est fermé pour laisser les candidats au bac travailler dans calme et la confidence.Une chose est certaine, les enfants du peuple sont plus intelligents que leurs dirigeants. Ils savent comment utiliser le VPN (Réseau Privé Virtuel) pour ne plus passer par le contrôle de M. M’Hamed Toufik Bessai, l’ex gérant du cybercafé de Feraoun.

    Notre ami, Ami Baba, peut nous dire, à peu près, combien coute une journée sans Internet pour un pays qui se respecte.Quant à Benghebrit, elle a dépassé ses limites pédagogiques. Elle voulait profiter d’un été calme pour mener la réforme des programmes scolaires. Elle doit plier ses bagages et prendre la route vers la zaouïa de Djelfa pour plaider sa cause. Son école a détruit la civilisation. Elle me rappelle l’univers post-apocalyptique dans lequel les anges tiennent le mauvais rôle. Pire que des anormaux, pire que le démon lui-même, les anges de mauvaise foi utilisent les moyens les plus pervers et cruels pour formater les cerveaux de nos enfants. C’est bien dommage, l’école n’est pas entre de bonnes mains.

    Nos écoles et nos lycées sont devenus des supermarchés sans gardiens. Tout se vend sous leurs toits. L’improvisation et le non sérieux règnent dans ces lieux. Il me semble que les responsables de ce secteur enfoncent leurs têtes dans le sable et laissent le chemin libre à ceux qui veulent introduire l’Algérie au fond du gouffre qu’Amimirou et Alililou sont en train de creuser.

    Nos intellectuels ont démontré leur paralysie cervicale en gardant le silence. Ils sont incompétents et ne peuvent pas parler des problèmes de l’école algérienne. Ils sont incapables de proposer des solutions. Ils vivent dans un monde chimérique gâté et fréquentent la Parenthèse. Ils se retirent dans le monde virtuel comme des vaincus. Ils baissent les bras et acceptent l’échec. Pour la plupart d’eux le fatalisme est leur refuge. Les chefs de partis ne sont pas mieux. Ils sont en vacance. L’école est leur dernier souci. Si l’éducation est corrompue dans les mémoires des politiciens, comment est-il possible de pouvoir trouver des solutions aux problèmes réelles qui touchent à nos frontières ?

    Permettez-moi de vous rappeler une réalité qui résume l’activité de notre classe politique. La seule chose qu’ils savent bien faire est la pose devant les caméras. Ils essayent de nous démonter qu’ils sont des experts en toute matière. En pratique, sur le terrain, ils sont absents.La polémique entre Ali Haddad, président du Forum des chefs d’entreprise (FCE), et Saïda Neghza, vice-présidente de la Confédération générale des entreprises algériennes confirme cette thèse.

    Je conclue ce texte par les paroles de Barack Obama peut être que Feraoun apprendra une leçon de gouvernance dans sa vie professionnelle « A l’ère où vous pouvez postuler à un job, suivre un cours, payer vos factures, commander une pizza, et même trouver l’amour depuis votre smartphone, l’Internet n’est pas un luxe, c’est une nécessité ».

    Pr. Omar Chaalal, Tableau noir de Benghabrit…….Le Grand Soir, 26 juin 2016

Répondre