La Voix De Sidi Bel Abbes

Francophonie/ Stage en France pour de futurs enseignants de français.

L’ambassade de France en Algérie poursuit ses efforts et multiplie les initiatives pour la promotion de la francophonie dans notre pays. Cette fois, le public ciblé n’est autre que de futurs enseignants de français.

Pas moins de 62 stagiaires, issus des cinq écoles normales supérieures d’Algérie et majors de la promotion 2014-2015, seront ainsi accueillis au Centre de Linguistique Appliquée (CLA) de Besançon– Université de Franche-Comté, et ce du 2 au 29 août prochain, selon un communiqué de l’ambassade de France en Algérie. “Dans le cadre de la coopération algéro-française, l’ambassade de France appuie ainsi la formation pédagogique de futurs enseignants de français dans les écoles, collèges et lycées algériens, en offrant aux étudiants les plus méritants des départements de français des Ecoles Normales Supérieures en Algérie des stages d’immersion en France”, annonce-t-on dans le même document.

Inscrivant ce stage d’été, dont le programme de formation s’étalera sur 100 heures, “dans le cadre de la coopération très active entre la France et l’Algérie dans le domaine de l’enseignement du français”, les autorités françaises se fixent pour objectif de “perfectionner et actualiser les compétences de communication à travers une immersion linguistique et culturelle, développer des compétences didactiques et méthodologiques permettant de concevoir des activités pédagogiques adaptées aux niveaux et aux besoins des apprenants : être capable d’expliciter des choix pédagogiques, d’analyser des pratiques et d’évaluer des activités, expérimenter et concevoir des démarches actives et concrètes permettant d’accroître la participation et la motivation des apprenants et constituer une ‘boîte à outils’ de pratiques innovantes pour la classe de français langue étrangère et seconde”.

 

L’Algérie troisième pays francophone du monde

 

Selon les chiffres de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), repris dans le communiqué de l’ambassade de France, notre pays compte 11,2 millions de locuteurs, soit environ un quart de l’ensemble de la population. L’Algérie se classe ainsi troisième pays francophone du monde, derrière la France évidemment et la République démocratique du Congo (RDC), avec plus de 30 millions de locuteurs. Quoique notre pays, faut-il le souligner, ne fait pas partie de l’OIF. L’ambassade de France relève dans son communiqué une “vitalité de la francophonie” qui s’y traduit, entre autres, par “la participation de 10 000 personnes chaque année aux cours de français proposés par les instituts français d’Algérie.”

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=61613

Posté par le Juin 10 2015. inséré dans CE QUE DIT LA PRESSE, ÉDUCATION. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

19 Commentaires pour “Francophonie/ Stage en France pour de futurs enseignants de français.”

  1. OUERRAD

    Rouhi ya l arabisation , rouhi beslama ,BOUMEDIENE eli ken m3alik rah ou khalek aux nostalgiques de l ALGERIE f……..
    WIN WIN WIN , win el mou3alimines …….RAHOUM DAIRIN LA GREVE ,
    53 ans apres on continue de se chercher et de tatonner .
    Sans projet de societe , rien ne sera realise .

  2. zlaoui

    @ouarad
    La periode de p’independance etait une guerre de clan venue de l’exterieur de l’egypte du maroc de syrie et de france ce qu’on appelle la fln de france..l’adoption de l’arabe n’etait ni dans le but de developoer l’aabe ni dans son utilisation..des groupes venues de l’exrerieur chacun voulait imposer une la’gue pour évincer l’autre..les arabisants du fln venue de l’exterieur n’on rien fait pour le developpement de l’arabe..toutes les tentatives de traduction des vrai arabisant de l’interieur du français anglais vers l’arabe ont été saboter par les arabophones venue de l’exerieur..En syrie il y’avait une condition de recrutement d’un enseignant tout palier confondu  »tu seras recruter a condition de traduire n’importe quel livre de la pa’gue etrangere vers l’arabe,, tous les gouvernement depuis 62 n’a voulu de traduction.
    Il y’a des guerres d’interets entre p’exterieur et l’exterieur, tout ce que nous vivons aujordhui comme khalouta dans l’enseignement et la justice est originaire de ces gens venues de l’exterieur….
    Et puis une langue n’est qu’un outils pour produire quelques chose..ou es la difference de traiter un malade en utilisant l’arabe le chinois ou meme l’hebreux.le but c’est le tratement pas le la’gage du medecin..quest ce que ça peu me foutre qu’il parle français ou arabes..
    D’ailleurs les fln du mashrik ou du maroc tous insulte la langue française, et lorsqu’ils veulent se soigner ils prenent une prise en charge en hopital en france..c’est la CNAS qui payent en devise un traitement d’un hypochrite..il falit le laisser ici  »tu insulte la france va au graba il el 3ouchoub atabiya les plantes medicinale c’est 100% made in algeria,tu auras droit au credit algerien pour mourir en vrai algerien..moute wakaf lol mort debout

  3. OUERRAD

    J adhere à toutes vos remarques , cependant mon but n etait pas denigrer ou de dire que les langues ne sont pas une richesse et une arme .La preuve , c est le français que j utilise le plus malgres mon bilinguisme .Mais specialement pour ce cas , je dis que ce n est pas innocent .La France , ne fait pas de cadeaux et surtout pas aux Algeriens .
    Ses visees coloniales sont toujours d actualite .
    Pourquoi , cette frange d enseignants ?pourquoi les majors de promo ?
    Preuves en est , les statistiques sur les demandeurs de nationalite ?
    LES BIENS ACQUIS PAR NOS PONTES ?
    Et la liste est longue , BEN MHIDI n est pas mort pour rien reveillons nous et voyons la realite en face comme il l a vu .
    NI OUJDA NI TUNIS , un projet de societe viable pour tous les ALGERIENS .

    • DZiri

      Sallamu Allaykum
      @M.Ouerrad M
      BEN MHIDI n est pas mort pour rien ! Who we are and what we want ?

      En lisant vos billets & commentaires, je me suis apperçu que vous écrivez – ou plutôt jouez- avec les 2 pieds. Vous avez un avez un avantage. Difficile de conclure sur votre vue.
      En effet, le billet sur, « ce que demande le Peuple », m’avait très touché et G essayé d’y participer même sans être d’accord avec les « 3 axiomes » que je n’ai pas pensé utile d’aborder :
      « Ne dit on pas que: un ventre plein incite a la gaieté? Ne dit on pas un esprit sain dans un corps sain? Ne dit on pas il faut aimer son semblable?
      Mais pour garantir , ces corollaires qui font le BONHEUR du CITOYEN .
      La responsabilité de l’état est grande, il lui faudra garantir le quotidien nécessaire pour permettre au citoyen d’être bien dans sa peau .
      Il lui faudra prendre en charge la sante du citoyen physique et morale .
      CES TROIS AXIOMES POUR LUI GARANTIR LE BONHEUR S APPELLENT: DROITS DU CITOYEN ».

      Les commentaires ci-après m’ont incité a revenir le sujet et ses « axiomes » :
      « YA si NOUARA , la vitrine est sale le pas de porte aussi ajoutez à cela un islamiste à la tete du tourisme
      53 ans apres on continue de se chercher et de tatonner .
      Sans projet de societe , rien ne sera realise » .
      « NI OUJDA NI TUNIS , un projet de societe viable pour tous les ALGERIENS ».

      La Liberté étant un parametre indicutable, à mon avis le Devoir 1er de l’Etat est de ::
      préserver la vie, la religion, l’honneur et les biens du citoyen.
      En dehors des soins, l’Etat n’a pas à nourrir tt le monde,excepté l’indigent !
      L’Etat n’a pas à obliger personne à aimer une autre personne !

      Ceci dit, en revenant sur les derniers comments, je ne vois pas la correlation entre la saleté de la vitrine, le tourisme et l’Islamisme.
      J’estime être devant usage Péjoratrif gratuit de cette Qualité, et qui de mon point de vue n’honore que celui auquel est destinée !
      Doit conclure que s’il y avait un laic, les vitrines seraient plus propres pour les touristes ?

      Je ne remarque pas également l’absence de projet de société chez Le Peuple Algerien.
      A mon humble avis, ce Projet a été déjà rappelé defini le 1er Novembre 1954. Le pensez-vous mort-né ? Car C pour ce lequel Benmhidi et ses multiples compagons (Rahimahum Allah) ont donné leur vie.
      Il est même « inscrit » dans la Constitution.
      Il faut toujours se porter, non là où l’on attaque. mais là où l’on défend !
      Sallamu Allaykum
      DZiri

      • OUERRAD

        Chez nous on dit :akem ettaliah ,
        la constitution ? EST ELLE APPLIQUEE ?
        Elle est plutôt malmenee, chacun la remodele à son compte .
        Celle , issue de la plateforme du 1 novembre est magnifique , applicable ,juste ,claire , nette alors pourquoi ne pas l appliquer ?Elle n est pas acceptee par ceux qui ont pris le pouvoir en 62 .DONC ABSENCE DE PROJET DE SOCIETE .
        Correlation entre la salete et la vitrine au singulier ?
        JE VEUX PARLER DE LA VITRINE NATIONALE PAS CELLE DU MAGASIN D à COTE .Oui , il y a correlation le monde est devenu un petit douar et tout le monde nous regarde , on n est meme pas capable de regler notre probleme de salubrite publique , qui va s aventurer à venir faire du tourisme .L ISLAMISTE , est sense defendre les préceptes de l ISLAM ;or les sites touristiques , les hôtels et restaurant ne vivent que des boissons alcooliques et de debauches .Un hotel sans da3arah , un resto sans boissons alcoolisees sont appelles a baisser rideaux , ils ne fonctionnent que parce que cela est tolere voir permis .
        L etat est responsable du bien etre de ses citoyens , et il doit etre grant de ces trois axiomes .Les soins ? parlons en faisant le bilan du secteur de la sante ,,,,,niet nenni que du festi .L etat n a pas à nourrir tout le monde , non mon cher c est son devoir et la constitution garantit le droit au travail et au logement qu il prennes ses responsabilités .Nourrir, l indigent , comment koufet ramdhan ? c est beaucoup plus une humiliation ,,,ou est la regulation du marche pour permettre au zawali de se nourrir .L etat , en garantissant la securite , en accompagnant les imams , en educant les générations futures permettra aux citoyens de se cotoyer de s aimer .
        Aujourdh ui le voisin ne salut pas son voisin , on est devenus des etrangers sur notre propre pays ,,,sadaka men gal on est des locataires de ce bled et non ses enfants .
        Je reviens et je dis BEN M HIDI et BOUDIAF ? QUI SONT POUR MOI LES SYMBOLES DES CHOUHADAS POUR NE PAS CITER TOUT LE MONDE , sont morts pour RIEN .
        Mon frere Dziri , je te salut et je te dis ceci est mon point de vues ; je n oblige personne à suivre sur ce meme chemin .TAHIA YA KHO !!!!!!!

  4. mohamedDD

    ???????? 130 ans et + ne suffisent pas ???????? la mondialisation, qui est pire que la colonisation continue, tu dois ‘travailler’ comme eux, lire ce qu’ils lisent, …. pensez comme eux et te faire oublier jusqu’à ton existence – ta religion, ta langue (la faire tourner ….), ta culture, tes coutumes et ….. jusqu’à ta manière de pensée … et oui.
    On a de très bons linguistes en arabe, en français,……. Assia Djebbar était bien membre de l’académie française, on devrait avoir au moins 10 au sein de cette académie mais l’embarras et l’indignation!!!!!!!!!!!!!!!

  5. DZiri

    Salamu allaykum
    @mon frère Ouerrad
    Je retiens la dernière !
    Je te salus et je partage ce point de vue
    Tahia El Kho!!
    Salamu allaykum
    DZiri

  6. Mme CH

    Salami à tous les lecteurs et toutes les lectrices de la VDSBA…! Et un Salam spécial à ma chère Cygnus Imène et mes frères Amirouche, Ouerrad et Dziri…!! J’espère que tout le monde va bien….y compris mon frère-ennemi Mr Albarracin que je salue chaleureusement.!

    La Francophonie dites-vous…??? Oui, à part le fait que la francophonie n’est la que pour étendre, allonger et prolonger l’influence de FaFa sur ses ex-néo-colonies, est-ce que quelqu’un pourrait m’expliquer ce que veut dire ce mot…???

    Une autre question svp, est ce qu’au moins les peuples africains savent que l’Afrique est toujours colonisée…??? Puisque ce sont les ex-néo-colonisateurs qui font et défont les présidents et les rois qui ne servent que les intérêts de leurs sponsors qui étaient leurs maitres d’esclaves et plus tard leurs colonisateurs avant de devenir aujourd’hui leurs néo-colonisateurs…!!! N’est -elle pas belle la démocrassie de ainsi font font les petites marionnettes….!!!!????

    Si l’Asie et l’Amérique latine ont pu imposer au moins le respect à leurs ex, pourquoi l’Afrique et le monde arabo-musulman vivent toujours sous domination…???!!!

    Un vrai guets-apens, cette francophonie…!!!

    • OUERRAD

      YOU YOU YOUIIIIII. Elle est là elle est revenue parmi nous , allez les gars reveillez vous Mme CH est de retour ,,comment va ?
      DAKHLAH JDIDDAH FI BLED LA FRANCO FONILLE .
      Tout va crier haut et fort , notre sœur CH est bien là parmi nous .
      GOULTLEK YA DZiri ma trouhch , en plus avec l autoroute est ouest DZair n est plus tres loin .JOUMOUAH MOUBARAKAH à toutes et tous .

    • Amirouche

      Mme CH
      Que se passe t-il ?! les you you de OUERRAD m’ont réveillés !!!
      Oh ! Mme CH ! , j’ai misé que tu serais de retour au moins la veille de Ramadan pour nous présenter tes vœux !mais ouuuuuf , je suis très heureux que mon pari est perdu et que tu nous as pas fais attendre jusqu’à « leylette el cheke » …..

      Quant à la Francophonie, je pense que tout est « boulitik ,Business et stratégique  » , j’invite les lecteurs à lire la lettre du 18/03/2015 de madame Gérardin ,secrétaire d’État au développement et à la Francophonie qui en introduction dit : «Ne m’en veux pas si je suis un peu cash. Je voulais partager avec toi mon sentiment vis-à-vis du french speaking au sein des entreprises et administrations françaises», écrit elle dans sa lettre adressée au «Cher monde du travail». «En tant que secrétaire d’État à la Francophonie et originaire de Saint-Pierre-et-Miquelon, je suis un peu touchy sur les questions d’usage du français», poursuit-elle dans un exercice de style qui prend délibérément le contre-pied du francophoniquement correct.
      Puis elle dit ( le plus important pour moi)
       » Quitte à ne pas être trop trendy, je déplore que notre langue française perde autant de terrain dans le BUSINESS et l’Administration. (…) Tu vas me dire que ce combat est has been, qu’il faut plutôt penser cash flow que vocabulaire ……. etc.. »(Le Figaro 17/03) ……..Tout est clair
      Mais à qui incombe la responsabilité ?!!
      Sallam Oukhti

  7. Mme CH

    Merci mon frère Squatteur….mdrrrrr…!!! Vous savez faire des youyous…??? Moi je suis nulle….!!!

    Même les nationalistes belges ne veulent pas tomber dans le piège de la francophonie
    selon la presse, Le président des nationalistes flamands a réagi à l’entretien qu’a accordé la nouvelle présidente de la Fédération bruxelloise du PS, Laurette Onkelinx dans « Le Soir ». Elle y disait sa volonté de « renforcer l’ancrage francophone de Bruxelles » et ajoutait un peu plus tard que Bruxelles avait une « relation naturelle avec la Wallonie » et que Bruxelles était « très largement francophone »…… »pour la N-VA, il n’est pas question d’abandonner Bruxelles entre les mains francophones. Bruxelles sera toujours une ville où les différentes communautés devront jouer leur rôle », déclaré M. De Wever……….Ce dernier a également mis en garde les autres partis flamands de ne pas tomber dans le « piège francophone ». A l’entendre, certains d’entre eux ont déjà reculé…. »

    Alors pourquoi FaFa est devenue si généreuse envers les algériens d’ici alors que les algériens de là bas sont….!!!!!????
    Vous avez raison squatteur , la France , ne fait pas de cadeaux gratuits et surtout pas aux Algeriens, sauf s’il s’agit de choux à la crème…pas très fraîche !!!

    • OUERRAD

      Les you you , c est mon dada tout jeune je m essayais et puis au lycee et à l institut pareil que des conneries avec .Mais , je n ai jamais pu imiter celui des egyptiennes avec la langue qui bouge .JOUMOUAAH MOUBARAKAH .

  8. Imène

    Ooooooooh ! la CH est parmi nous ..Quelle belle surprise ! et Youyouyououyyyyououiiiii !
    Kiraki kahyti ? bienvenu à la maison parmi tes amis (es) , ta famille ! tes  » ennemis  » quant à eux , ils n’ont qu’à affûter leurs…arguments !
    Tu nous a tellement manqué , wallah ! à trés bientôt l’amie !
    Oh , j’ai oublié : Bonjour tlm !

  9. Mme CH

    Salam et Merci beaucoup chère Imène….!!! Eh bien je vois, que je suis la seule à ne pas savoir faire des youyous surtout ceux qui se terminent par iiiiiiiiiiiiie comme francophoniiiiiiiiiiie…!!!!
    Mais attention , mon frère le squatteur va être accusé de tapage nocturne puisqu’il a même réveillé our Brother Amirouche sur l’autre rive et toi d’avoir perturber une bonne sieste des riverains…..quant à Ami…rouche ça lui apprendra de ne plus « vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué.. »…(rires)….!!!!

    Revenons un peu à cette histoire de francophonie, Mr François Taillandier, (L’Humanité, 8 juillet 2004) dit: « Défendre le souvenir d’un empire colonial réputé “civilisateur“ ? Mais ce n’est pas la beauté du français qui l’a implanté en Indochine et en Afrique !
    C’étaient des corps expéditionnaires… »

    Thomas Isackson dans un article intitulé: « Afrique et francophonie, post-colonisation ? » a dit dans le chapitre « Le Français, un outil de développement à double tranchant » que la langue française, par le truchement de la politique coloniale, s’est avérée être un outil indispensable qui permet les échanges économiques entre pays francophones d’Afrique, mais également avec la France ou la Belgique, qui cherchent à étendre l’usage de la langue française dans le cadre de la francophonie afin de rivaliser avec l’anglais de la mondialisation. Le français est enseigné dans les écoles laïques depuis la colonisation et les pays africains continuent de l’utiliser comme langue écrite ; il semble que les écrivains africains n’ont pas renoncé à avoir recours à la langue colonisatrice dans la rédaction de leurs ouvrages car leur cible est paradoxalement Paris, et que la France continue d’exercer une attraction fascinée sur tout le monde francophone, phénomène accentué par le fait qu’il s’est constituée en Afrique une sorte d’élite francophone, héritage plus ou moins conscient de la colonisation. Les 49 pays africains membres de la francophonie savent l’énergie et l’argent que la France dépense pour aider leur économie, mais ils dénoncent également une attitude post-colonialiste des français qui, selon certains, voudraient tout prendre en charge. Les intellectuels africains ne sont pas les seuls à dénoncer cette attitude, et le boycott congolais d’un sommet francophone reflète la méfiance répendue et légitime des africains qui se sentent parfois manipulés le Nord. Si le français est devenu indispensable à l’Afrique, il s’agit bien d’une conséquence directe de la colonisation, et sous couvert de la francophonie, il est débattable que la France en aidant les pays du Sud, n’en profite pas pour desservir ses propres intérêts économiques ou flatter son narcissisme intellectuel qui a perdu de sa crédibilité au fil des siècles. La post-colonisation est plus pernicieuse que la colonisation elle-même, puisqu’elle est moins flagrante ; cependant la francophonie s’efforce d’entrenir la flamme de la domination colonisatrice : en ayant imposé sa culture et sa langue pendant des décennies dans ces anciennes colonies la France puis la francophonie se sont assuré leur dépendance asservie pour longtemps.

    11,2 millions de locuteurs, en Algérie dites-vous…??? Enfin…, mais ôtez du nombre Mme CH car elle parle l’algérien en français, donc il faut peut être trouver une autre classification des francophones…!!! Je ne parle pas bien sûr, des pôvres francophiles..!

    Au fait, Cygnus tu fais partie de quelle classe de francophones…!!!?

    Un gros bisou sur le front de Mam…!

    • Imène

      Bonsoir beau cygne blanc ! bsr tlm..
      Trés interessant l’article de Isackson T..il dresse un constat assez « préoccupant  » de la francophonie en Afrique et ses objectifs ( apparents ou cachés )  » le français , outil de dévelppement à double tranchant , un hériatge plus au moins conscient de la colonisation … » un butin de guerre pour notre K. Yacine ..et bien que notre pays n’est que membre observateur à l’OIF , mais le français est solidement implanté dans le parler des Algériens à tous les niveaux : c’est graaaave ! on n’a plus de langue,mais un mélange linguistique hybride ! le butin de guerre est bien conservé , et perpétue notre aliénation culturelle , le plus dur encore est de constater que nos dirigeants s’expriment avec leurs concitoyens ( des journalistes ) dans la langue de molière ! du délire ..oui la francophonie a de beaux jours devant elle , et un avenir des plus prospère , des plus prometteurs en Algérie.
      En ce qui me concerne chère amie – et au delà des considérations de l’histoire , la politique ..- je trouve que le Français est une trés belle langue , qu’il faut promouvoir les langues étrangères dans notre pays ( le japonais et chinois sont trés tendance ) mais jamais au détriment de la langue nationale ! sans appartenir à une classe , je suis plutôt une locutrice assidue de cette langue ( devrai-je ? ) par habitude ( mauvaise ? ) je crois . j’aime les mots , les beaux textes , les romans , la presse .. la langue arabe c’est pour le Coran , et les livres sur la religion .. et un peu le bèrbère from time to time ..bref : rien de spécial une Vraie DZ , pure et dure !!
      J’ai bcp aimé la contribution de 3mirouche , les propos de Mme gérardin : du top !
      Pour le sujet en ligne : les heureux stagiaires pour le Cla de Besançon , sont déjà triés , tout désignés ..les fils et les filles de !! le reste c’est de l’agitation inutile !
      Merci pour Mam , elle t’embrasse bien fort ..fais attention à toi , beau cygne blanc ! salem ..

      • Mme CH

        Salam et Merci ma Chère cygnus…!!!! ohhhhh! J’adore: « une vraie DZ, pure et dure », Oui, c’est vrai, on est fière d’être algérienne avec nos qualités et nos défauts, et ce malgré tout…!!!

        En effet, le français et toutes les autres langues doivent être des outils qui nous permettront de communiquer, de comprendre, d’étudier, d’analyser, d’apprécier, de réfléchir, de se divertir…etc…etc…..!!! Mais, notre identité, culture et donc notre grande civilisation Amazigho-Arabo-musulmane ne doit être ni bafouée, ni souillée ni même diluée par les spécialistes en la matière, qu’ils soient intra ou extra-muros S/couvert du partenariat, du rapprochement tectonique, de la mondialisation, la modernité, l’universalité..et toute la blablation éblouissante qui nous mène tout droit au bord du gouffre, la preuve…..!!!

        Les « heuleux » stagiaires sont déjà triés et tamisés et ils vont subir une formation générale et spécialisée pour mener à bien leurs missions dés qu’ils reviennent au pays…!!!

        mais chère Imène, il y a une chose que je n’arrive pas à comprendre, c’est cette ségrégation faite entre les écrivains de métropole et les écrivains de périphérie..!!??
        C’est à dire qu’il y a des écrivains de race inférieure même s’ils sont brillants…franchement, ils ne changeront jamais ces gens là…!! Peut être que Messieurs Mourad salim Houssine, El Hadj Ablehamid et Reffas (tous les trois écrivains bélabbésiens….) en savent quelque chose….!!!

        En attendant, je vais vous rapporter quelques passages de l’article de Tristan Leperlier, intitulé « Les Français et la francophonie : Perspective postcoloniale sur la représentation des littératures francophones en France ».

        « La manière dont les Français perçoivent la francophonie en général, et les littératures francophones en particulier, est symptomatique d’une conscience postcoloniale : le modèle centre/périphérie issu de la colonisation continue à y jouer à plein, tant chez ses détracteurs (de quelque bord politique qu’ils soient), que chez la plupart de ses promoteurs. La « littérature française », racialisée en littérature blanche européenne, est ainsi communément considérée comme essentiellement distincte du groupe imprécis « littérature francophone » ; la très faible publicité de celles-ci en France montre que cette distinction n’est pas exempte de jugements de valeur. Les « études francophones » ou les « études postcoloniales » contribuent à maintenir cet état de fait en tendant à constituer, en lieu et place d’une problématique comparatiste, par définition partielle et ponctuelle, un corpus de textes aux contours relativement précis, et des départements spécifiques dans les universités, réduisant bien souvent les œuvres à quelques clichés dont le grand public ne peut plus se déprendre.  »

        « Étudier la représentation que les Français ont de la « francophonie » (dans son acception la plus vague, nullement institutionnelle, puisque celle-ci est quasi inconnue) revient à s’inscrire en très grande partie dans ces interrogations : de fait, peut-être 80 % des pays dits francophones (l’acception la plus vague est là encore de rigueur) sont des pays anciennement colonisés par la France ou la Belgique. Il s’agit plus précisément d’étudier dans quelle mesure le modèle centre/périphérie, dominant à l’époque coloniale dans l’esprit des Français, constitue encore aujourd’hui une représentation très largement partagée, même dans une discipline aussi neuve et utile que les postcolonial studies, les études postcoloniales.  »

        Vu l’importance du sujet , je te dis à suivre cygnus…!!!

        • Mme CH

          Eh, oui, la partie apparente de l’iceberg ne m’a jamais intéressée, même si elle est belle surtout sous quelques rayons de soleil….elle brille…… mais « tout ce qui brille n’est pas or. »….!!!!

          Voici la suite du menu

          « Les trois cercles de la littérature francophone: on peut soutenir que la perception de la littérature francophone par les Français distingue trois cercles concentriques, axiologiquement hiérarchisés, qui ne recouvrent que partiellement des données d’ordre historique, linguistique, ou raciale, quoique l’on constate une troublante similitude avec cette dernière. Le centre de la littérature francophone est, on s’en doutera, la « littérature française », c’est-à-dire Molière, Rousseau, Hugo, Maeterlinck, Saint-John Perse, Beckett, Camus, Kundera. La « littérature française » s’approprie sans scrupule toutes les littératures européennes francophones : mentionne-t-on dans les anthologies de littérature française que Beckett est irlandais que cela est bien vite oublié… »……… » Les écrivains français d’outre-mer ne font ainsi partie que du deuxième cercle d’intérêt des Français pour la littérature francophone, et ce grâce aux efforts des Nord-américains pour développer depuis trente ans les postcolonial studies. La conscience raciale aux États-Unis depuis les années 1950 est certainement à l’origine de l’attention accordée aux littératures dites « postcoloniales » : les questions du racisme et de l’esclavage se retrouvant transposées dans les combats de l’indépendance contre le colonisateur, très largement thématisés dans les textes des années 50-60, ou encore dans la question de la langue (langue maternelle du dominé/ langue d’écriture qui est celle du maître). Aussi peut-il coexister dans le monde littéraire anglophone un modèle centre/périphérie (« littératures du Commonwealth »), et une survalorisation paradoxale. En contexte francophone, en France, l’intérêt nouveau pour les littératures du Maghreb ou d’Afrique subsaharienne est sensible, ne serait-ce que dans les prix littéraires attribués. Les critiques laissent toutefois souvent songeur : a-t-on jamais lu un article sur Céline ou Rabelais rabâcher à satiété le caractère « savoureux », mieux, « jubilatoire » de leur langue, comme doivent le subir celles d’un Alain Mabanckou ou d’un Ahmadou Kourouma pour ses « malinkismes » ? Ou encore de s’extasier sur la maîtrise même de la langue française, comme s’en irrite Abdourahman Waberi en parodiant Bernard Pivot ? Quant aux lecteurs, serait-il exagéré de parler à leur propos, bien souvent, d’une perpétuation d’un goût pour l’exotisme ?… »

          « Le troisième cercle est le châtiment réservé à la lie de la Francophonie. Une étudiante de UCLA qui voulait travailler sur un auteur québécois s’est vue par exemple rétorquer : « Mais, un écrivain québécois, ce n’est pas un écrivain francophone ! ». Au-delà de l’anecdote plaisante, on constate bien souvent que la survalorisation en contexte états-unien du terme francophone dans son acception « qui écrit en français, mais qui n’est pas français, et qui a souffert ou souffre d’une manière ou d’une autre de la colonisation ou de l’esclavage » a conduit bien souvent à l’éviction de ceux qui commettent le pécher de n’être ni Français, ni noir, ou au moins ancien « indigène ». En France, le Québec, les Québécois de manière générale, souffrent de la condescendance la plus éhontée. Pire que des Belges, on ne retient d’eux que leur accent (qu’heureusement certains trouvent « savoureux ») et leurs chemises à carreaux quand ils coupent du bois près des caribous. La crise identitaire des Français, sur fond d’appel à la crise du modèle économique et social, a certes conduit certains à voir dans le Québec les États-Unis de la France. Mais, outre le fait que l’on constate que le Québec ne peut être pris en considération qu’en perdant toute altérité (« les Français d’Amérique »), il ne s’agit que d’un engouement relatif, et qui n’a pas gagné la littérature. Quant aux Québécois eux-mêmes, blessés d’être relégués à la périphérie, leur Université s’est prise à distinguer entre littérature française, québécoise, et francophone. Là-bas aussi, le francophone c’est l’autre. »

          « Entre dédain et rejet : Si l’on analyse plus largement les réactions habituelles des Français face à l’idée de francophonie, on constate que malgré leurs apparentes différences et oppositions, elles se rejoignent toutes dans la même reprise plus ou moins consciente du modèle centre/périphérie. On peut en établir un tableau à quatre termes, selon qu’elle est négativement ou positivement perçue ; et selon le degré d’intérêt qui lui est porté. Rares sont ceux qui revendiquent cyniquement la francophonie comme le moyen de continuer « l’œuvre », l’exploitation coloniale d’antan. La réaction la plus largement répandue est celle de l’indifférence amusée ou dédaigneuse (qui se traduit donc par l’ironie) : les Français ont appris la leçon du général de Gaulle pour qui se détourner du passé colonial était la voie d’entrée dans la modernité de la construction européenne. Avec la conversation, ce dédain commun évolue de deux manières diamétralement opposées suivant les interlocuteurs. Cette opposition recoupe en grande partie celle, sensible dans l’affrontement des mémoires sur la colonisation, entre partisans et détracteurs de la reconnaissance du « rôle positif de la présence française outre-mer ». » ..etc..etc..!

          La francophoniiiiiiie dites-vous…??? Ils ont besoin du Ghachis pour fonder un empire, une chimère…!!!

          Bonne soirée..!

  10. OUERRAD

    Geniale , La CH wine kounti darga ?
    C est un plaisir de te lire , surtout ne nous laisses pas tomber fi Ramdhan , on sera tous là si dieu nous prete vie inchallah .
    @MIROUCHE , wajed rouhek .Bonne fin de soiree à tous .

Répondre