La Voix De Sidi Bel Abbes

EVOCATION Cheikh El Madani 59 ans aprés le grand ténor est a revisiter ..L’Hommage de la.V.D.S.B.A

Quelques jours après le vibrant hommage rendu a deux artistes du bled feus Zergui Ahmed et Boukerche Dahou dans le cadre d’un S.B.A Samedi Belabbésien initié par le dynamique Megherbi Abbes et trés bien relaté par la plume de notre ami si Belamri Abdelkader avec des prises de photos de si Hachemi lahcene.Voila ce soir et comme on a cette impression de ne pas étre sorti de la célèbre rue des maures puisqu’il s’agit d’un autre ténor de la musique Bédouie en l’occurrence le grand cheikh El Madani qui nous quitta il ya de cela 59 ans.Un modeste hommage lui est consacré ce jour en forme d’une évocation signée par notre feu confrère Mourad Daouadji.              

Par Kadiri M

madaniParmi les grandes célébrités de l´époque qui ont consacré leur vie à la chanson bédouine et conquis le coeur des anciens, qui, il faut en convenir, savaient apprécier la poésie et le melhoun bédoui, nous citerons le grand et inoubliable Cheikh El-Madani. Celui-ci composa des dizaines de chansons qui sont toujours écoutées à ce jour et les anciens nous avouent que ses oeuvres sont d´une grande valeur, la disparition de cette pléiade de chanteurs de renom comme Si Menouar, Abdelkader Khaldi d´Oran, Ahmed Adda et Bouras Tiareti, Hamada de Mostaganem, Abdelmoula El Abbaci et bien d´autres ont laissé un vide et on constate aujourd´hui que la vraie chanson bédouine a pratiquement disparu. Mais a priori, on remarque que des modifications ont été introduites depuis, alliant de nouveaux textes et paroles aux «kassayedes» avec l´incorporation d´instruments de musique guitare, accordéon, etc…donnant naissance à un style modernisé et c´est un signe de continuité. Cependant, il faut admettre que la génération montante n´apprécie pas ce genre de chansons et c´est dommage. Elle préfère les folles chansons bruyantes, rythmées de leur temps. Tel le raï, ce qui est légitime. Evoquer l´histoire et le passé de ce chanteur de l´art bédoui, c´est honorer les sacrifices en redonnant à la complainte oranaise la place qui lui est due, car il faut reconnaître que ceux qui l´ont côtoyé, écouté et aimé, et ils sont des milliers, attendent toujours la bonne parole de ce genre. De son vrai nom Mahkouka Madani, Ould Adda est né le 21 janvier 1888 au Faubourg Larbi Ben M´hidi, ex-Gambetta à Sidi Bel-Abbès. Originaire de la famille des Ouled Sidi Kadda Ben Mokhtar, localité de la wilaya de Mascara, il fera des études coraniques auprès de son oncle maternel Bouyekhlef Zaâfour et du cheikh Zaoui Bachir l´immam. Dès son jeune âge, il se mit à sillonner le pays, il a fréquenté la «Djemaâ» ainsi que les zaouias de Mascara, Nédroma, Mazouna, H´fir et Oujda (Maroc). Mais c´est Nédroma (wilaya de Tlemcen) et Mazouna (wilaya de Mostaganem) réputées pour leur rayonnement de la culture et du savoir qui seront les lieux de prédilection de cheikh El-Madani. Il y retrouve beaucoup d´amis, parmi eux des Oulamas et de grands moments seront accordés à la lecture du «Coran» et «Dikr». D´autre part, il s´intéressera au «madhe religieux», notamment, il répétait des poèmes. Et son ambition le conduisit vers la chanson bédouine. Doué pour la chanson, il avait un plus, sa voix qui était belle et sensible. El-Bachir l´avait beaucoup encouragé et c´est de cette façon qu´il a fait ses débuts dans la chanson bédouine à Sidi Bel-Abbes portant en son coeur le quartier populaire de la «Gréba» ex-Fg Bugeaud, véritable nombril de la cité avec sa « tahtaha », plus connu sous le nom de place «Fida», haut fait d´armes, beaucoup de symboles et de repères dont la notoriété a dépassé les faubourgs de la ville, entourée des cafés maures tels Si Sbihi actuellement (Le Bosphore), le café Bouariche, Badsi, Le Nil, Le Widad, Le Café des Sports de Daawadji fréquentés par les poètes et cheikhs comme les dénommés Si Ahmed Ould Zine, Fréha Khodja, Ghadi, Kouider Sbihi, Abdelmoula ainsi que d´autres, tous amis de Madani et admirateurs du poète, Benharate auteur de la célèbre chanson «Aïn Badaya» et c´est dans cette effervescence que Madani enregistrera dans les années 20 son premier disque 78 tours chez Gaumont. Animé d´un talent exceptionnel, il fut parolier, interprète et joueur de «Kalouz» plus connu dans la contrée «Bandayère». Madani et sa famille habiteront en 1938 au Fg Bugeaud, aujourd´hui «El-Gréba» à la rue des Maures qu´il ne quittera qu´à sa mort un certain 2 décembre 1954. Il inscrira à son répertoire notamment, des oeuvres de Ali Kora, Bensouiket, Benghenoune et bien entendu la barde de l´Ouest du pays «Mostépha Ben Brahim» qui renferme un répertoire de la poésie d´El Malhoune bédouin très riche, qu´il servira avec sa belle voix et son style particulier. D´autre part, dans ses complaintes cheikh Madani exprime parfaitement l´angoisse de la population qui souffre de s, des privations et autres stigmates et douleurs dues à la précarité sociale dans les quartiers indigènes de l´Algérie provoquées par l´armée coloniale. Par ailleurs, le parcours du cheikh fut marqué, outre l´occupation coloniale par la Première et Seconde guerres mondiales, le bombardement de 1945 et verra dans les années 30 les foudres de la censure pour une chanson consacrée à «l´Emir Abdelkader». Le disque ainsi que d´autres seront saisis par l´administration coloniale. Dans son parcours, accompagné de ses deux gssasbias (flûtistes) les cheikhs «Bouazza» et cheikh «Abdelkader Benhamou», fidèles compagnons, feu Madani va encore enrichir son répertoire avec ses propres chansons, telles «Moulat el hayek», «Ouled M´rabet», «N´oussek ida kount khouya», «Liwanrwaho ya khouya», «Gali Guendouzi» ainsi que d´autres tubes en vogue à l´époque enregistrés chez Pathé Marconi, Pacific et Dukret Thomson. Il sera présent dans les cérémonies de mariages, les galas et festivals dans les régions d´Oranie, de Chlef et en dehors de nos frontières où il fut souvent invité à H´fir et Oujda (Maroc) où il était également très connu et apprécié par le public tout ouïe de ses kassayede et chansons sentimentales et romanesques à laquelle la femme avait droit. Très élégant dans son burnous, ganour, kalf (bottes), Madani, qui était un homme modeste, bon et d´une grande générosité adoptera deux orphelins et aura pour disciples cheikh Sbihi et cheikh Blaha de Sfisef. Par ailleurs, le petit-fils de Madani, en l´occurrence M.Abbès aujourd´hui à la retraite nous confie que le cheikh fut amateur de belles voitures comme la Citroën B14, la Traction 14 CV, dont il sortira une chanson intitulée «Ya tomobile», ce qui lui valu un avantage à savoir : une Traction 14 CV comme cadeau. D´autre part la «Gréba», lieu où a vécu Madani a coupé court avec son passé. Tout a changé, explique ce vieux confectionneur de khamis et djellabas et les habitudes et la vie dans ce faubourg qui ne ressemble en rien à ce qu´il a connu durant le temps où la «Gréba» vivait une atmosphère de quiétude, de couleur et d´activité permanente. Par ailleurs, ce quartier mémoire est le point de rencontre des anciens Bélabbésiens qui ne manquent pas de venir au moins une fois tous les quinze jours pour prendre la température de la ville dans les cafés d´autrefois qui existent toujours. Les discussions tournent autour du bon vieux temps et l´on évoque feu Madani et ses chansons qui sont vivantes et immortelles dans le coeur des anciens;conclut notre regretté confrére. Voila donc 59ans du décès de ce chantre  auquel laVDSBA a tenu a lui rendre hommage par le biais de ce devoir de mémoire.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=35295

Posté par le Nov 30 2013. inséré dans ACTUALITE, EVOCATION, ZOOM ASSOCIATIONS. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

32 Commentaires pour “EVOCATION Cheikh El Madani 59 ans aprés le grand ténor est a revisiter ..L’Hommage de la.V.D.S.B.A”

  1. fethi

    Je n’ai pas entendu cette belle voix je découvre ce trésor

  2. Belamri abdelkader

    Nous el 3roubia de GAMBETTA,revendiquons avec force notre appartenance et notre passion pour ce terroir qui a bercé notre prime enfance et les reprises de chansons de ce chantre de la chanson bédouine par quelques belles voix ,lors de mariages et différentes cérémonies ,telles celles de tair el GHANAI et beaucoup d’autres dont j’ai oublié les noms.Cheikh el madani ,Allah yarhmah était la référence des chanteurs confirmés tels abdelmoula el abbassi Allah Yarhmah et les autres chanteurs en herbe,sa voix mélodieuse et les textes chantés étaient accessibles, sans aucune censure,à toute la famille.J’attendais avec impatience l’émission animée par le bela bbesien artiste bien connu à la radio el Bahia ,concept repris aussi par la radio de sba et qui enchantait les nostalgiques et les puristes de la chanson bédouine.Merci à la voix de sba d’avoir évoqué ce personnage mythique de la culture et du terroir de sba.

  3. Condoléances

    Nous venons d’apprendre le décès ce jour du beau pére de notre ami Cheniti Ghalem a savoir monsieur LAOUEDJ Kaddour âgé de 70ans Domicile mortuaire SIDI LAHCENE Nos condoléances les plus attristées A DIEU NOUS APPARTENONS ET A LUI NOUS RETOURNONS

  4. kerroucha

    Enfant du terroir il a su interpréter les qacidates et sa voix l’avait aidée

  5. BEKKAL

    EN CETTE PÉNIBLE CIRCONSTANCE QU’EST LE DÉCÈS DU BEAU PÈRE DE NOTRE RESPECTUEUX AMI Mr CHENITI GHALEM ,NOS SINCÈRES CONDOLÉANCES LES PLUS ATTRISTÉES ET QUE DIEU AIT SES MESRICORDES POUR LUI

  6. TIRMAN

    PERMETTEZ MOI MONSIEUR KADIRI DE VOUS REMERCIER POUR CET ARTICLE CONCERNANT FEU CHEIKH EL MADANI ,MAIS POUR VOTRE INFORMATION CE CÉLÈBRE CHANTEUR A PASSÉ UNE GRANDE PARTIE DE SA VIE A AIN CHAFIA LOCALITÉ SECONDAIRE QUI RELÈVE DE LA COMMUNE DE TEGHALIMET EX TIRMAN

  7. Membre de la h'cira

    Sincères condoléances à la famille CHENITI;Allah yarham el mafkoud.

  8. Ahmed Khiat

    Mes condoléances à la famille Laouedj et à mon ami Chéniti. الله يرحم الفقيد برحمته الواسعة

  9. Abbes

    Oui mon cher ami khiat  » mieux vaut tard que jamais » mes sincères condoléances à la famille Laouedj et Cheniti

  10. Hocine . Cheniti

    Effectivement , il y a un seul Laouedj Kaddour , il est né le 07 novembre 1935 à Sidi Ali Boussidi (ex parmentier) . Il a vécu plusieurs années en France .

    • LAOUEDJ

      J’ignorais qu’il avait vécu en France, je l’ai vu à sidi bel abbes en 88 dernière rencontre.
      Et vous quel est votre lien de parenté ?

  11. NEB

    SI HOCINE CHENITI IL FAUT AIDER CETTE PAUVRE FEMME A RETROUVER SON PERE ET DIEU EST LE SEUL A VOUS RECOMPENSER

  12. OUERRAD

    TOUTES MES SINCERES CONDOLEANCES AUX FAMILLES LAOUEDJ ET CHENITI.

    • laouedj

      mon nom de famille c laouedj et nous hbitons a tlemcen

      • Belamri abdelkader

        J’ai connu un certain Laouedj kaddour ,il travaillait à la SN SEMPAC das les années 80 ,je ne l’ai plus revu depuis mon détachement à l’APW en 1985.Mais Mr Cherifi de LILLE le connait assez pour nous dire un mot.Tout ce que je sais ,c’est qu’il était un peu nerveux (Hypertendu ) et toujours la cigarette à la bouche et solitaire.Wa Allah Ya3lem

      • LAOUEDJ

        Bonjour, êtes vous de la famille de Kaddour LAOUEDJ mon père ?

  13. laouedj l'oubli

    Bonjour tout le monde je suis la fille de mr laouedj kaddour
    ma question es…mr BLADE ABDELKADER pouvez vous me parler encore de mon père svp c’est juste il as travailler à sn sunpac de sidi bel abbés.
    Merci

  14. laouedj loubna

    Bonjour mr BELAMRI ABDELKADER ….
    je suis la fille de laouedj kaddour vous pouvez M aider à me mettre en contacté avc un certain cherifi de lille…
    Merci d avance

  15. Amirouche

    @KADIRI
    @OUERRAD

    Comme c’est le 2 eme jour de sidna Ramadane et pour ,encore , troubler les cartes !! , Amirouche a sa tante dont le beau père n’est autre que Cheikh El Madani ,car ce grand Cheikh porte le nom de TOUILE et son fils aussi Madani vient de nous quitter l’année passée (allah yarhamhoum) !!!!
    Je commence Boukala « diali  » ou « nta3i  » (coucou à Imène et Mme CH)
    ياقايدن الشموع هاكو ا شمعة قيدوها بالاك الغايب يعود والفرحة نعاودها

    [ Vous qui tenez les chandelles, prenez une bougie, laissez-la brûler, celui qui est absent reviendra peut-être ; et lui et moi, revivrons la joie ].

    Saha ftourkoume
    OUERRAD : Awe ya tebradi ! bdette tehkamni el doukha ,fi galbi garo touuuuile wa kbiiiiiiiiiiire (rires)

  16. Gamra de Sidi khaled

    @Amirouche Notre feu cheikh madani est un MAHKOUKA de son vrai nom il avait un parant au palais de la justice?

Répondre