La Voix De Sidi Bel Abbes

Et si on supprime les examens de 5ème A .Primaire et 4ème A. Moyenne ? Par Rahmane Bouziane

Le passage en 1ère Année Moyenne par voie d’un examen dit auparavant examen de 6ème ne cesse  continuellement de mobiliser beaucoup de moyens sur tous les plans entre autres matériel  ,humain et surtout financier .Les années passent et se ressemblent pour enfin accoucher d’un scénario dont la fin est connue au    préalable . Plus explicite  , tant de dérangement et pour l’école , les enseignants et pour les parents  qui vivent chaque année le calvaire de la pression au cours de cette période alors dans le fond  le pourcentage de réussite atteint finalement à un élève prés le 100/100 soit la perfection pour dire que la quasi-totalité des candidats seront reconduits à l’accès au cycle moyen en faisant la sourde oreille sur le niveau réel de l’élève et même quelques recalés qui se comptent au bout des doigts auront leur deuxième chance en guise de repêchage. Cette procédure reste une copie fidèlement conforme à l’examen de 4 ème Année Moyenne qui se présente en phase transitoire   en 1ère Année Secondaire .A voir de prés cette échéance qui mobilise également des moyens colossaux multiformes nonobstant les mauvaises conséquences sur le plan psychologique pour tous les acteurs concernés finit par un passage collectif et non sélectif  ajouté au succès global préfabriqué par les soucieux du passage par tous les moyens même parfois extrascolaires  tels le gonflement des notes , le barème clément, le repêchage implicite par certaines administrations et certains enseignants hantés par les retombées des reproches de la tutelle  en cas  de n’avoir pas joué le jeu des ‘excellents pourcentages’,d’avoir également opté pour ‘la réalité de l’apprentissage’ où tout simplement parce que cette tranche de personnes continuent de prôner ‘la transparence éducative’ même par voie de l’échec qui ne  fait pas sans doute  plaisir à la tutelle qui guette tout ce qui est contre appelé d’ailleurs opposition bien que à signaler que l’actuel ministre de l’éducation  a fait montre dune certaine ouverture d’esprit et de quelques décisions qui pourraient l’honorer et honorer l’école sous condition de défricher au plus urgent son terrain miné ….par les incompétences .Ainsi beaucoup d’interrogations se trament déjà dans l’esprit des plus avertis pour conclure que à quoi servent ces deux examens si les probants  résultats de réussite voir de passage au cycle supérieur sont connus d’avance .Enfin à titre de propositions , et  si on supprime ces deux échéances porteuses de tracasseries et on procède par des passages sélectifs au cours de l’année par voie d’un vrai apprentissage et d’une réelle évaluation en donnant toute la liberté d’agir à la cellule pédagogique et on libère son administration du joug du’ Tout va bien ‘ et on prépare les parents à accepter le résultat final quelque soit le verdict bien qu’on espère vivement fructueux sans avoir le sens de satisfaire une tutelle en quête de prestige ?.Ainsi , on aura de vrais apprenants , voir de vrais cadres du pays qui n’ont pas besoin ni de tricherie , ni de ‘passe –droit ‘pour arracher au prix de l’effort soit dit-on de sueur leurs  vrais diplômes .Comme d’habitude à vos plumes chers lecteurs et chères  lectrices pour débattre ce thème parmi tant d’autres.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=28479

Posté par le Juin 12 2013. inséré dans ACTUALITE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

6 Commentaires pour “Et si on supprime les examens de 5ème A .Primaire et 4ème A. Moyenne ? Par Rahmane Bouziane”

  1. BENHADDOU B

    on s’est posè ce genre de questions maintes fois durant de multiples sèminaires etc…on n’a jamais pris en consideration les avis de l’èquipe èducative! c’est vrai ,l’intervention des lectyeurs(trices) est un peu bènèfique surtout les parents d’èlèves!

  2. Bouchentouf

    Salem
    Supprimer ces examens de passage d’un niveau à l’autre n’est pas un problème car les élèves d’autres pays en Europe et non des moindres, n’ont pas cet obstacle à franchir le long de leur scolarité, il y a d’autres moyens pédagogiques efficaces pour contrôler leur savoir comme par exemple le contrôle continu, les stages et l’assiduité. Il devient évident en lisant le texte que malgré le fatidique examen de passage, tout le monde est admis au cycle supérieur, alors à quoi bon l’inclure dans le planning de l’ Éducation s’il engendre des dépenses budgétaires et humaines pour des chimères.
    Ce qui me touche ici, ce n’est pas tant cette réflexion sur leur suppression ; mais quelle orientation et quelle formation donne t-on à nos élèves pour qu’ils aient les outils nécessaires à s’insérer dans la société par un travail synonyme de bonheur et de stabilité, y a-t-il assez d’entreprises de BTP, de service au public, de production industrielle, de technologie de pointe et j’en passe, assez dynamiques pour participer à leur formation et à leur embauche ? Non, malheureusement le constat est flagrant avec un peu de chance et du piston, ils seront militaires, policiers, gendarmes ou fonctionnaires, c’est toute la politique actuelle du pays qu’il faut supprimer plutôt……… Cordialement

  3. abbes

    bonnes données que je na savais pas

  4. belamri abdelkader

    Le problème de l’enseignement n’est pas au niveau des suppressions des paliers de passage qui autrefois couronnaient les efforts de l’élève durant toute une année de labeur et d’assiduité et permet à l’enseignant aussi de mesurer ses capacités pédagogiques et s’auto-évaluer par rapport aux résultats de ses élèves,mais dans le contenu pédagogique à soumettre à l’apprentissage de l’éleve dont la diversité des matières dispensées actuellement,encombrent l’élève plus qu’elles ne le servent.Les meilleurs cadres de l’algerie sont ceux qui ont suivi un systeme pédagogique simple axer sur des matières dites essentielles qu’ils assimilent plus ou moins facilement et qui leur permettent d’opter pour un choix judicieux et proche de leurs capacités réelles (M P C;Sciences ou Lettres ) au lieu d’une dispersion de matières qui s’avèrent etre pénalisantes par la suite dans leur cursus universitaire.Si l’évaluation de l’élève ne doit obeir qu’aux considérations cognitives sans integrer la dimension politique ,alors oui les diplomes ( 6°,beg,bac etc) peuvent ne rien signifier dés lors que l’aspect selectif soit de mise durant toute la scolarité de l’élève.

  5. enseignant

    C’est un sujet très interessant qui demande reflexion car dans le fond les examens actuellement ne servent à rien si ce n’est profitable à quelques opportunistes qui dilapident par voie ‘légale’ l’argent des pouvirs publics
    Egalement à quoi sert un examen lorqu’on souffle à l’éleve les réponses ,
    A quopi sert un examen lorque l’élève arrache sa moyenne avec les ruses de tricherie , le force , et d’autres astuces alors que le niveau est faible
    c’est la sonnette d’alarme .Merci cheikh Rahmane pour cette prise de conscience

  6. abbes

    Le secteur et en crise il se cherche surtout avec les injonctions des politiciens les vagues de bacheliers et des pourcentages a la russie résument le marasme

Répondre