La Voix De Sidi Bel Abbes

Nostalgie: El coucha de âami BOUZIAN, on se prépare pour la cuisson du pain, Kaâk we Torno

La ville de sidi bel abbes contient Sept à huit fours banaux en activité, deux à Gambetta et le reste à Sidi Yacine , El graba, village Rih, Trig El Ghozlane, et la célèbre Koucha de Gambetta c’est celle de Choucha Mohamed dit Aâmi Benziane.

EL KOUCHA de Aâmi Benziane

EL KOUCHA de Aâmi Benziane

Ce four banal est située entre Gambetta et le quartier du Mexique, une koucha gérée de père en fils, les sept enfants de Aâmi Benziane ont eu le droit de passage obligé d’apprendre le métier de ferane , actuellement est sous la houlette de son cinquième fils CHOUCHA Tahar depuis de nombreuses années, dans l’histoire du four banal en plus de cuire le pain, c’était un lieu de rencontre d’expression libre est très bénéfique à tous surtout durant la période hivernal où on peut profiter de sa chaleur.

A l’année on peut cuire toute sorte de pain maison, des plats de sardine avec des tomates, des pommes de terre arrosé d’un jus (huile d’olive citron sel poivre noire et cumin) du poulet, on peut mettre dans un grand plat des tomates pour être séchées ainsi que des poivrons.

durant les fêtes les habitant peuvent faire cuire les gâteaux secs tel que le Kahk, Torno et Ghribiya et la Mona c’est les quatre sortes de gâteaux sec qui s’imposent durant les fêtes, pendant la période du mois de ramadan Tahar est sollicité pour faire cuire les différents pains à base de farine semoule et orge noir, il connait parfaitement le temps de cuisson de chaque sorte de pain, s’ajoute à cela les différents plats, et durant les deux dernières semaine du mois de Ramadan les habitants se précipitent pour faire cuire leurs gâteaux sec cité au par avant, et durant l’Aid El Adha on voit le ballet incessant des grands plats de différentes parties du mouton et parfois même des moutons entiers à faire cuire à cet occasion.

Ma mère Haja CHOUCHA KERROUCHA Kheira  (88 ans) qui a contribué et participer à la construction de ce four banal

Ma mère Haja CHOUCHA KERROUCHA Kheira (88 ans) qui a contribué et participer à la construction de ce four banal

A la fin des années cinquante Aâmi Benziane a construit parmi les première Koucha à gambetta à la rue Filton on l’annexant à sa maison, vers les années 60 il vend la maison et la Koucha à Aâmi Gharoussi,

A la limite de Gambetta et le quartier EL Mexique il a construit sa maison on annexant sa nouvelle Koucha, à cet époque il réchauffait son four banal avec des grignons d’olive qui est un excellent combustible pour les chaudières et les poêles, dans les années quatre vingt après l’installation du gaz de ville dans les quartier il commandait un nouveau matériel pour réchauffé son four grâce au gaz de ville.

La Koucha à pris l’ascendant sur les fours moderne, car la qualité de cuisson et du gout est plus meilleur , les particuliers ainsi que les restaurateurs sollicite Tahar pour cuire leurs produit poulet farcis et toute sorte de viande pour les fêtes et pour vendre aux clients . Ils peuvent aussi faire des commandes made in Tahar comme la Chamiya, la Ghribiya, les madeleines et la Mona quand à la Karantika « El  hami » et chamiya se vend sur place pour garder cette chaleur humaine et convivialité et avoir un contact permanent avec les voisins.

CHOUCHA Tahar  avec des voisins et des amis autour d'un  couscous et comme dessert du thé avec de la chamiya

CHOUCHA Tahar avec des voisins et des amis autour d’un couscous et comme dessert du thé avec de la chamiya

Sur une réflexion avec Kazouz Mohamed et Ghalem Bouadjaj en concertation avec CHOUCHA Tahar, on envisage un projet intitulé « Gaada fel koucha » une émission culturelle où les personnes qui ont un métier traditionnel seront des invités interviewés par Kazouz Mohamed avec une réalisation de Bouadjaj Ghalem, l’objectif de cette émission c’est la sauvegarde des métiers et des ateliers tradionnels vivants victime du temps et du modernise, les invités peuvent inviter à leur tour un artiste (chanteur, musicien, poètes ,écrivain , comédien, acteur, peintre ou chorégraphe) afin de donner un aspect artistique et culturel de cette rencontre inédite dans un lieu inédit.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=50207

Posté par le Juin 5 2015. inséré dans ACTUALITE, EVOCATION. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

21 Commentaires pour “Nostalgie: El coucha de âami BOUZIAN, on se prépare pour la cuisson du pain, Kaâk we Torno”

  1. SQUATTEUR ?SACHANT SQUATTER UN SQUAT

    Il me semble que le nombre de deux pour Gambetta est faible .
    Normalement c est sept ; car il faut ajouter kouchet BELFGUIF , celle DE KADDOUR ETTOUIL,celle de DRISS celle de ENNEMICHI et celle d EL GHAROUSSIA sur la rue des metiers .

  2. boiterfas

    Mlih c’est un bon article
    Mais il faut profiter pour produire des videos
    Puisque youtube est gratuit il faut profiter
    Dans 1000 ans ces documents vont etre revue comme
    Aujordhui on voit des films noir et bla’c de la guere 14 -18
    C’est drole de voir chalot courir..en l’année 3015 on sera peut
    En video 3Dtraversante.. c’est a dire tu entre dans le film carrement
    Dans cette cette scene de koucha autour de la table..tu entres dans l’ecran et tu t’installe
    Avec eux…c’est la fiction ça va devenir réalité
    Merci

  3. Anonyme

    un bonjour a toi j’espére te revor le mois de ramadhan surtout la veille de l’aid pour manger TORNO ensemble

    • HACHEMI .LAHCENE

      rebonjour a toi j’espére te revor le mois de ramadhan surtout la veille de l’aid pour manger TORNO ensemble; L’expéditeur est bien un ami de Mr Choucha Houari

  4. Abdeddaim N

    Une petite remarque qui n est rien mais qui a son poids. Ecrire rue Fulton pas Filton. Bonne suite

  5. chaibdraa tani djamel

    Tout prés de chez nous au faubourg GRABA ,il y avait 4 fours banals celui de 3AMI DRISS en face l’entrée de la grande mosquée (EL A3DAM),,celui de 3AMI ABDELKADER à coté de LA MEDERSA ,celui d’IGLI (MON PLAISIR) ,tous ont disparu, il ne reste que le four de 3AMI EL MILOUD , pére de IKHOU djamel ( ex joueur de l’USMBA),ainsi nos cultures disparaissent, les cuissons des gateaux une semaine avant l’AID EL FITR, les cuissons des pommes de terre douces( BATATA HLOUA), les méchouis et je me souviens méme etant petit gamin que nos voisins d’origine israélites ramener leurs repas chaque samedi à ces fours (JOUR DU SHABAT ) ce plat s’appelait LA TEFINA

    • hmida

      bonjour mon frere Jamel, sans pour autant te contrarier, tu as ommis de citer deux fours, l’une situee au 25 rue de l’abattoir »kouchette Ami el Assouli »Allah yerhmeh , l’autre situee a la rue des jardins tout pres de l’ecole Avicenne, dont je ne me souviens plus du nom de sonpropietaire,, Benali Sid’Ahmed alias ould benyoub est en mesure de nous renseigner, puisque ce four banal est situe en face de chez lui.Amicalement

  6. chaibdraa tani djamel

    Four banal = coucha

  7. Anonyme

    Salam kouchett el kadouia n est plus? Hamza merci

    • HACHEMI .LAHCENE

      je crois que ce four n’est pas situe a gambette , que les connaisseurs nous le situent ?

      • OUERRAD

        Kouchet el KADOUIAH C est à tobah qu elle se trouve , appartient aux MILOUA .
        C est MILOUD MILOUA ex pilote de l armee de l air qui a rachete les parts de tous les heritiers .Elle fonctionne toujousrs mais pas à son rythme d antan .L actuel proprietaire en a fait une affaire de NIF .

    • OUERRAD

      kouchet el KADOUIAH existe toujours ? C est son fils MILOUD ex pilote de l armee de l air qui l a rachetee à tous les heritiers sur injonction de sa mere el KAOUIAH RABI YARHAMHA

  8. Amirouche

    Sallam

    A mon avis Sidi bel abbès compte plus de fours banaux …….On a oublié de citer celui de la rue de Bordeaux (fermé actuellement alors qu’il est en bon état) , le four que tenait monsieur Hallouche de la rue des Amarnas,je pense qu’il est encore en activité , el koucha de monsieur Benaïcha de la rue du Soleil , Il y a aussi deux fours banaux sur l’axe de l’Avenue Théodore Héritier ,il doit y avoir normalement encore plus de fours traditionnels dans les autres quartiers ………….
    « Ils sont pas banals ces fours banaux ! »
    Par contre je vous laisse la « Ghrybia » , je n’ai jamais aimé son goût …….

    • OUERRAD

      KHAYI , meregtha wella waleft les meringues ?
      IL FAUT SAVOIR QUE GHRYBIA etait le gateau du pauvre fait avec de l huile , c est pour cela qu elle avait ce gout là , mais depuis arwah tedoug el ghrybia faite du cote de MOSTA et celle faite du cote de BLIDA .
      JE NE SUIS PAS D ACCORD AVEC TOI ;amala el mbessess tani ??

    • Imène

      3mirouche : essayez la ghribya à la farine de pois chiche ! ( d’origine de Tunisie et trés réputée à l’est du pays ) : il faut au préalable griller la farine dans une poele jusqu’à obtention d’une belle couleur dorée , pour le gras tu mets l’huile d’olive ( à la place du smen ou du beurre ) aromatiser généreusement avec le zeste de citron , et une bonne pincée de cannelle , ajoute une petite pincée de bicarbonate de soude ou levure chimique , et  » ramasse  » la pâte avec un oeuf battu ( ne le verse pas d’un coup , mais au besoin ) pour la forme c pas les dômes classiques mais en tronçons un peu comme les makroutes .Essayez , vous m’en direz ..
      Pour  » el gaada fi el coucha  » je trouve le concept excellent ! bon courage ..

  9. Hocine . C

    Cette koucha de Gambetta est vraiment gérée par des gens éduqués et professionnels . Allah ybereklhoum inchallah .

  10. ABBES

    et le four banal de sidi yacine pres de (cariere beraoi ) de M EL 3AREF AEK vous l’avez oublié ?

  11. Mr

    Amirouche moi j’aime ce gâteau qui est léger et peu délicieux

  12. Ayadoun Sidahmed

    SALAME c’est un bon sujet du vécu de notre société. ces fours ont un rôle social, vous avais bien rappeler ce grand four de votre quartier. un salut de SBA

  13. ouriachi

    le four est bon pour les cuissons mais il existe de moins en moins parce que c’est pénible surtout que le modernisme a tout balayé

Répondre

x Shield Logo
This Site Is Protected By
The Shield →