La Voix De Sidi Bel Abbes

« El-Hadj KANDSI Slimane : Cet ange qui mérite mieux que d’être boudé » (2ème PARTIE)

Pour ceux qui n’ont pas eu l’occasion de lire la première partie. c’est par (ici)

On le recrutait, en 1960 au sein de l’hôtel des finance, en tant qu’agent d’administration et enfin sa situation pécuniaire se redressait quelques peux par ce changement socioprofessionnel, qui s’est opéré.

Ami Kandsi effectuait plusieurs tentatives d’écriture et de mise en scène de ses spectacles dont sa première représentation intitulée le «Le Bébé Géant »est un grand succès. Il parle dans ce spectacle, d’un Kandsi en miniature mentale et d’un grand physique. Son humour et son talent sont basés sur son autodérision qui capte  à nouveau la faveur du public.  Il trace une série de portraits drôles et attachants.

Sa présence ayant  sa partie égaillante, elle  était énormément convoité par  les institutions culturelles et les populations artistiques  qui le connaissaient. Il se voyait invité à l’occasion de  toutes manifestations commémoratives qu’organisaient la Wilaya de Sidi-Bel-Abbès, et même certaines  villes du territoire dont il n’était point inconnu. Même  à l’occasion de  fêtes familiales privées l’on se disputait sa présence.

Grand et petit, homme et femme, adoptèrent  avec le temps le personnage fantastique et aimable de Kandsi. Comme par enchantement et grâce à ses qualités de créateur de la joie et du rire, Kandsi est parvenu à pénétrer grâce aux films vidéo tous les domiciles  des familles Algérienne en premier lieu et d’autre fan, en général. L’admiration qu’on lui vouait  prenait une dimension  inimaginable auprès des passionnés  des sketches, pour qui  il devenait pratiquement une idole, que lui jalousait, un certain nombre de ses conçurent  de la scène

Nous déduirons alors que les humoristes  sont ces  comédiens  qui utilisent  dans leurs  jeux burlesques, une forme d’esprit railleuse « qui s’attache à souligner dans leurs  spectacles,  le caractère comique qu’ils  cherchent  à faire sentir aux spectateurs. Les aspects  ridicules,  absurdes ou parfois  insolites de certaines situations de la réalité de la vie et des gens  sont les thèmes qui permettent de mettre en chantier une pièce ».

Il est connu que l’humour  employé  se  distingue par plusieurs concepts : C’est une forme de langage, mais surtout un moyen d’expression. C’est parce qu’il  joue un rôle essentiel dans l’équilibre des  personnes, en libérant leurs  tensions et en  préservant  la  santé de ceux qui en acceptes  d’en faire un moyen thérapeutique

Kandsi Slimane faisait partie de ce nombre restreint possédant des dons inné humoristique  ayant fait pleurer de rire  les téléspectateurs qui se souviennent certainement des créations théâtrales ou il tenait généralement le rôle principal et à travers lesquelles, l’on exprimait.  vivement  la valeur et le talent de ce comédien hors paire  qu’il était.

Ses  sketchs sont  toujours accompagnés de messages qu’il communiquait à l’ensemble des couches de la société, par les thèmes préparé et très souvent par une inspiration instantanée. Et il expliquait la création immédiate de ses jeux de mot, comme un désir de faire rentrer dans la tradition de son parcours artistique un lexique d’anecdotes, sans s’arrêter sur les mots. Le mime prend également une petite dimension qui transforme certain de ses personnages. Ces passions pour le style des sketches  l’aideront également beaucoup à faire  les comédies.

Kandsi Slimane s’est beaucoup inspiré de nombreuses célébrités du monde de la  comédie au niveau Nationale tels que Hassan El Hassani, Bachtarzi, Hadj Mrizek pour enrichir son style, sa façon de parler et celle de transmettre le plaisir du rire par les mots . Mais  Il a  surtout su se renouveler et se réinventer dans un genre que la nature et l’apprentissage ont rendu plaisant et aimable.

La forme, employée par Kandsi slimane, est un  divertissement appréciée, d’une, région à une autre, d’un point de vue à un autre, à tel point que ce qui est considéré par beaucoup comme de l’humour, peut être considéré par certain comme une méchante moquerie. Alors nous auront compris que la forme de liberté d’expression, commençait depuis fort longtemps à pénétrer dans les rouages du rire. Il cultive son personnage, en un coup de cœur à chaque fois plus nouveau.

Des géant de la scène tel que le regretté Hassan el Hassani l’aideront a étoffer son talent. -C’est à travers le style employé dans leurs  histoire qu’il en absorbe pleinement et aspire la fibre artistique qu’il emploiera dans son jeu futur. Il expliquait en disant : « En s’acharnant  sur ces styles utiliser par ces grand que je mélange à mon genre, c’est une, manière de progresser et d’avancer sur quelque chose, que je prévois »

Je comprenais qu’a travers son intervention ,El Hadj Kandsi, tenait une fois de plus à me traduire que l’humour était un moyen permettant à l’individu de prendre du recul sur ce qu’il vit, comme il le soulève  en souhaitant « rire pour ne pas pleurer ». Il faisait apparaitre un personnage qu’il jouait  tout les jours, en public, Celui du  père de famille qui se dit être heureux, malgré ces difficultés. » C’est  une question d’état d’âme » me confirmait Hadj Kandsi

Quoique  étant parvenue a un âge plus ou moins avancé, El Hadj slimane maintenait  toujours un esprit de persévérance, énormément d’enthousiasme et le dynamisme des jeunes et déploie son talent pour détendre l’atmosphère égayer son entourage et faire rire ses collègue de l’administration des finances de SBA ou il occupait un poste d’agent.

Il prenait le taureau par les cornes et décidait à ne se  consacrer qu’au  théâtre, en créant une troupe  amateur qui l’obligeait à écrire successivement un répertoire de nombreuse pièces théâtrale et sketch dont nous citerons en exemple  « El Haraj » et « l’Accident »,

A partir de 1966, la florissante troupe de « Masrah Achaabi », que dirigeait Saim El Hadj, commençait à ne plus activer  en raison de l’éparpillement de ses membres, qui durent quitter la troupe pionnières pour assurer définitivement leur situation professionnelle dans d’autre localité, certain ont carrément déménagés ailleurs  et d’autres ont tout simplement décroché, Cette dispersion légitime des uns et des autres fut perçu par Hadj Kandsi, comme un abandon  perturbant.

Cette  flamme qui ne sait jamais  éteinte, voyait Kandsi Slimane s’accrocher  malgré son âge a la passion des planches et du public, a qui il vouait toute son énergie, en recherchant un milieu dans lequel il pourrait évoluer. Kandsi préservait, sa démarche, son air malicieux, et la virginité de ses gags pour d’irrésistibles épisodes de rire qu’il réservait. Après une longue période de léthargies, il reprenait enfin de l’activité et la production amateur  reprenait en 1982 avec la troupe « Saout-El-Nidal » regroupant Kandsi, de jeunes travailleurs et de jeune étudiants, sous la direction de Bouden Abbès un autre possédé du théâtre

La pièce « Kandsi Bgha yetrafah » écrite et mise en scène par Abbès Bouden, est l’une des pièces qui marqua notre artiste Elle  relatait la réalité quotidienne de nos jours avec les commerçants véreux et sans scrupule qui utilise tout les moyens pour s’enrichir. Elle  a reçu le succès escompté lors d’une grande tournée, dans bon nombre de grande ville du pays. Le talent de Kandsi y est pour beaucoup,  grâce à la force des répliques puisées dans le terroir algérien, dialogue de la vie coutumière de tout les jours et I’ aisance avec laquelle ce comédiens joue, avec sa petite silhouette, sa démarche, ses gestes propre et scénique, il rempli toute la scène.

Il se plaisait à raconter les déboires de ces derniers jours de fonctionnaire, ou on lui faisait sentir sans aucune délicatesse que ces jours étaient comptés- Donc quelques jours avant que l’on ne lui signifiait son départ en  retraite, notre agent des  impôts  se voyait  changer de bureau pour être logé, tout juste en face de la porte centrale. « C’est une manière de nous liquider, proprement et gentiment » devait –il me confier avec humour.

Sachant, que chaque chose avait une fin, il se  préparait pour se mettre à fond dans le monde du divertissement et faire plaisir à son public, mais aussi parce qu’il se voyait encourager par des promesses venant de tout bord. Parmi les promesses,  dont il  attendait la concrétisation, il y avait celle que les autorités locales, lui assurait  l’attribution d’un Kiosque , qui l’occuperait après sa mise en retraite et qui compenserait les insuffisance de sa pension , un kiosque pour ses vieux jours..Et pour reprendre une de ces fameuses expressions, « Je pédale  sur place depuis l’indépendance » Kandsi fait référence a son seul capital sa bicyclette et à son souhait de voir les choses changer pour lui un jour.

Lui qui a 6 enfants à charge et qui  arrivait difficilement a joindre les deux bout, se surprenait dans son profond intérieur, à se dire que s’était son ange gardien, qui lui avait donné les facilités pour  devenir  sportif d’abord,et  comédien ensuite afin de subvenir quelques peux au besoin des siens et toutes  formes de divertissement  qu’il  pratiquait  étaient des expériences  riches  en enseignement.

Alors qu’il avait le verbe facile et une verve toute juvénile Ami Kandsi ,était souvent invité a mettre des notes de joie dans les soirée Malheureusement et depuis près de 3 ans, notre grand humoriste a sombré dans l’oubli, il a été mis sur la touche, par les responsable en charge du secteur« Je n’ai rien eu du Théâtre, omis l’amour des gens et de mon public. Je ne vis que de ma pension de retraite, celle d’agent d’administration des impôts » nous confit Ami Kandsi et d’aboutir avec une pointe d’humour : « Ah j’ai oublié de vous dire que j’ai aussi un vélo » Il continuait ensuite à m’expliquer que sa stagnation de ces quelques années avait une raison : « Je voudrais évoquer dans mes sketch futur, se que le miracle du silence possède comme remède afin de transformer certain aspects de notre vie »

La scène et les planches du théâtre régional de Sidi-Bel-Abbès, ne peuvent nier que El Hadj Kandsi Slimane à longuement embaumé l’atmosphère avec, de nombreuses  créations  de sketch  de son répertoire  tel que   « Le Bébé Géant », « May Doum Ghir Sah », « Kandsi bgha Itrafah », « Kandsi Ouala Farmli » etc.)…. La filmographie de Hadj Slimane Kandsi débute avec, le personnage assez particulier que notre Artiste- humoriste fait apparaitre, naturellement, faisant capter les intérêts des réalisateurs. Ainsi, il fut sollicité pour les besoins du film du réalisateur Benamar Bakhti qu’il tournait  en 1975 et intitulé « Le Résistant » , ainsi qu’un film de Bachir Belhadj qui a été censuré et ceux d’un Feuilleton de télévision  en 30 épisodes (impossibilité de se rappeler du titre)

Sa carrière d’acteur comique de cinéma est lancée et l’on sent qu’il interprète dans ces films des rôles de prédilection, ceux d’un homme gentil ou rusé ou parfois  naïf. Mais c’est dans le film vidéo de,«Men Douar ila Dollar », « Mission Impossible », « La Mafia », « Le Mariage de Kandsi » « L’Anniversaire », « L’Hôtel el Houna » qu’il connait un grand succès  aux cotés du célèbre « trio Bila Houdoud » d’Oran que constituaient les talentueux comédiens  qu’étaient  Mustapha ,Hazim et Hamid

Sa passion prenant d’avantage de l’ampleur, est  sollicitée de part et d’autre, il s’engageait dans de merveilleuses aventures humoristiques pour jouer dans les sketchs qu’on lui proposait individuellement ou en partenariat. – Il  réagit en puisant  ses forces dans la profondeur de ses racines afin que la mémoire prenne une forme  visible et audible.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=3130

Posté par le Avr 18 2011. inséré dans ACTUALITE, HOTE DU JOURNAL. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

2 Commentaires pour “« El-Hadj KANDSI Slimane : Cet ange qui mérite mieux que d’être boudé » (2ème PARTIE)”

  1. salah

    merci monsieur benkhlouf tu est a ma connaissance le dernier homme qui a mais la lumière sure 3ami kandsi barec alah fic et ban courage et bonne continuation dans votre lute

  2. binou

    allah yerhmou, ct 1 grand artiste, et ces oevres sont tjrs d actualité…indemodable 1 grand homme.

Répondre