La Voix De Sidi Bel Abbes

Éducation nationale: Les conditions à remplir pour devenir enseignant .

Le dépôt des dossiers pour le recrutement de nouveaux enseignants dans les trois paliers de l’éducation nationale ,commence ce mercredi. Des milliers de jeunes algériens, garçons et filles, vont converger vers les directions de l’Education du pays pour tenter de décrocher un des 19200 postes disponibles. Les auditions auront lieu le 27 du mois en cours, avant que les examens ne déterminent les heureux élus dans les prochaines semaines.

Avant de recevoir les candidatures, le ministère de l’éducation nationale a précisé, dans un communiqué, les conditions du concours. Sont donc acceptés les diplômés de l’enseignement supérieur qui disposent d’une licence ou d’un master pour les diplômés du LMD. Par contre, pour certaines filières, des spécialisations sont exigées. Exemple : Pour enseigner le tamazight, il faut être titulaire d’une licence dans la matière. Il en est de même pour les profs de physique, de chimie ou encore de mécanique, pour ce qui est du secondaire.

Lors du recrutement de cette année, la priorité sera donnée aux enseignants vacataires ou contractuels. Des notes d’encouragement sont mises en place pour motiver cette catégorie à rentabiliser leur expérience.

Les heureux admis vont passer une période de formation qui leur permettra de se mettre au diapason du système éducatif. Une manière également d’éviter les erreurs de l’année passée, lorsque des milliers de nouveaux enseignants se sont retrouvés confrontés à un monde qui leur est totalement étranger.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=59894

Posté par le Avr 22 2015. inséré dans ACTUALITE, CE QUE DIT LA PRESSE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez aller à la fin et répondre. Le Ping est actuellement interdit.

15 Commentaires pour “Éducation nationale: Les conditions à remplir pour devenir enseignant .”

  1. chaibdraa tani djamel

    Avant d’étre enseignant,il faut aimer ce noble metier,passer un concours pour accéder à l’école normale ou l’ITE. Maintenant avoir une licence de n’importe quelle matiére ,embauchement direct ,où est la formation pédagogique d’antan RAHOUM GHI EKHABZOU c’est pour ça que nos enfants obtiennent un niveau éducatif trés bas.Il faut revenir à l’ancien systéme éducatif et surtout séparer les garçons et les filles aux écoles et aux lycées.

  2. oulhissane

    Les diplômes ne remplaceront jamais une bonne formation de 3 ans: une, dans la théorie de l’Éducation (tronc commun), la seconde dans la pratique de la matière de la spécialisation, la troisième dans la confirmation.
    L’absence de la formation initiale cache derrière elle le cursus tout entier, les objectifs et les finalités du système éducatif, le réglement scolaire…
    Une semblable précipitation nous coûte à ce jour des conséquences…

  3. OUERRAD

    Populisme , boulitic , c est quoi tout cela ,,, mme benghebrit vous nous decevez .
    Ce n est pas comme cela que vous allez resoudre le probleme , votre secteur est devenu un bureau de main d oeuvre .
    Arretez de faire de la politique , vous etes venue pour sauver les meubles et effacer l ere ben bouzid qui a tout detruit sur son passage .Montrez votre courage et demissionnez si vous etes prise a la gorge , sortez par la grande porte .

  4. OUERRAD

    Les conditions ?quelles conditions , moi je ne les vois pas , dejà l an dernier il y avait une seule condition :EL MA3RIFAH .

  5. eddine

    à Chaibdraa khouya, tu as osé parler des inconvénients de la mixité. Posons- nous la question pourquoi le niveau de nos enfants est aussi bas, nous trouverons peut être une solution

  6. boiterfes

    Entrainer vos enfants des leurs jeunes ages a faire du petit commerce..
    Leurs donner des fruits a transformer en saumure et en confitures et a les vendre..
    Dans les periodes de d’apres midi placer vos enfants dans les ateliers a coté des menuisiers des ferronier des couturiers des coiffeuse dans les chantiers de construction laisser tout pres des maçons des peintres des carreleurs des electeiciens et laisser les observer…Nos parents nous ont sauvé de la misére car les colons refusait d’accpeter les eleves dans les écoles..l’ecole ne peut pas tout donner..son role c’est juste aprendre a lire et écrire et encore…
    Rammaser des fruits et les transformer c’est la meilleur ecole de nos parents,…avec cela nous avons pu rester 2000 ans en algerie et nous passerons les prochaines 2000 année inchalah rien qu’avec l’olive le figuiers et les dattes le haik le majboud et la djelaba..nous avons besoin ni de voiture ni de frigidaires ni de télé..ni machine a laver…..donc chaque pere et mére algerien doit prendre en charge la formation lui meme..de ces propres enfants..
    A tlemcen un enfant de 14 ans prenait en charge un bazard des habits d’une valeur de millions de dinars de l’epoque et un enfant de 14 ans tu le vois conduire 1000 tetes de moutons au marché, la fille a l’age de 14 ans elle vendait son propre tapis..a 15 ans elle est femme..et 17 ans l’algerien etait tarrasse avec chlaghame moustache et 2 bébés entre les bras..actuelemnt a l’age de 35 ans il est encore jeune..

  7. mohamedDD

    Oui, comme la précipitation pour algérianiser notre corps enseignant au début des années 70, le recrutement massif dans les nouveaux ITE à travers le pays avec un niveau maxi brevet, et encore le brevet d’alors pas d’aujourd’hui, mais on forme pas l’élite avec des ratés ou en grande partie; le résultat était que 15 années après( 1986 d’après mes informations??), le BAC algérien n’était plus reconnu par l’UNESCO, et ce baccalauréat que je considère et nous devons le considérer comme le porte drapeau de ‘l’intelligence’, et depuis 29 ans l’Etat n’a rien fait pour recouvrir ce minimum ou plutôt son action depuis est de rabaisser ce BAC, est-ce le BAC 2012 est meilleur que le BAC 1990????????????
    Je prie pour un réveil des consciences que nos coeurs battent pour ce beau pays

  8. Amirouche

    J’ajouterai juste une précision qu’il s’agit de 9.012 postes d’emplois pour l’enseignement primaire, 6.850 pour le moyen et 3.400 pour le secondaire ce qui fait un total de 19262 futurs enseignants et personnels administratifs ,en plus , on veut introduire des technologies de l’information et de la communication , numériser le secteur de l’éducation , généraliser la terminologie francophone …………etc
    « Se tromper est humain, mais lorsque la gomme s’use plus vite que le crayon, c’est qu’on exagère. »(Jenkins) , bref, j’espère que c’est de la précipitation et non de l’exagération sachant que toutes les deux auront des répercussions négatives sur le niveau de l’enseignement en Algérie ………
    Aux professionnels de voir

  9. boiterfes

    Les parents doivent etre averti apres la chute du bloque communiste et la culture et l’enseignement gratuit c’est finit..l’algerie socialiste n’a aucune force de peser sur les grandes puissance comme le font certain pays ex comuniste d’europe de l’Est..doucement il faut revenir vers nos traditions qui datent meme avant que p’europe ne soit peuplé..D’abords si vous pouvez agir sur l,ansej cnac pour proposer un nouveau segment  »atelier production formation » l,ansej libére les font a condition de faire formation production..la formation de l’ingenieur de l’architecte de la haute couture de la haute coifure commence a l’age de 6 ans,
    L’enfant en observant il enrigistre tous les mouvements fait et geste de l’artisant. Une infirmiére qui ouvre dans le cadre de l’ansej. Un cabinet de soutient medical en acceptant chez elle quelque éleves filles, ces eleves vont la suivre toute une apres midi….
    En algerie ne comptez pas sur l’enseignant surtout apres la chute du socialisme..tout le monde n’est interessé que par l’argent du poste pas par la fonction du poste..
    A part quelques individualité d’enseignant  »enseiganant par nature » comme on dit né man 3and Rabbi enseignant ou enseignante c’est rare mais ça existe..

  10. ANA MA FHEMTCH

    Il me semble que l on se melange les pinceaux et que l on n avance pas .Le sujet traite des conditions de recrutement , quant aux programmes etccc il faut un tout autre dialogue .
    Et mon dieu , il faudra faire appel aux connaisseurs et dieu merci la vdSBA , a entre mains toute une floppee d anciens . Allez chiche donnez la parle aux gens du metier .
    LILLAH SA3IDAH .

  11. Yagoub

    Bonjour,
    Vu l’état de l’Education Nationale et le comportement des enseignants. PAS DE COMMENTAIRE.

  12. Imène

    Azzul tlm !
    Le diplôme , la bonne formation sont insdispensables aux recrutements des enseignants..
    n’est pas prof qui veut ! c’est un grand et beau métier qui nécessite vocation , intégrité morale , conscience professionnelle , compétence , l’amour de ce métier , capacité de dialogue et communication ..etc , etc..MAIS l’efficacité du système éducatif ne se limite pas
    à la seule formation de l’enseignant encore faut il créer les conditions qui lui permettent d’accomplir convenablement son travail :
    – favoriser les moyens matériels , humains , pédagogiques , organisationnels : il faut mettre un terme à la surcharge des classes ds nos établissements par ex ,..former – au même titre que les profs – des adjoints d’éducation pour l’encadrement des élèves hors des classes ..
    – Créer l’environnement qui soit propice à l’apprentissage , et à l’épanouissement de l’enfant ( l’élève et son maître ( esse ) pourquoi pas ? ) : comment voulez -vous que l’enseignant assure son cours correctement , quand à l’extérieur de l’établissement les voyous ( les anciens exclus ) lancent des pierres sur les vitres ou profèrent des obscénités dans le but justement de perturber la classe ???? il faut assainir et sécuriser les abords de l’école ..peut être pourrions nous endiguer la violence et agressions récurrentes qui menacent les enfants à chaque sortie ( et entrée ) dans l’établissement .
    – Impliquer davantage les parents d’élèves et promouvoir le rôle de leur association ( ce sont eux les premiers éducateurs ) bref : réformer l’école c’est un tout ..réformer le système éducatif national est une urgence thérapeutique . Salem .

  13. mohamed senni

    Il y a des articles qu’on dévore avec délectation et il y a ceux qui nous indiquent, de par leurs titres, que nous n’avons pas intérêt à les consulter. Celui qui nous informe sur « les conditions pour devenir enseignant » est de ces derniers. Depuis l’Indépendance, l’enseignement est abordé comme une fourniture qu’on achetait dès la première année primaire : la pâte à modeler.
    L’intitulé de l’article est agrémenté d’une photo montrant un instituteur qui a écrit le début de l’exercice avec deux fautes grammaticales en arabe puisqu’il se devait d’écrire OBLIGATOIREMENT :
    ارســم مستـقـيمَـيْنِ متوازيَــيْن

  14. mouha

    je trouve légitime au sens large du terme quant à la priorité qui sera donnée à la catégorie des contractuels et vacataires,vue l’expérience acquise dans le domaine de la pédagogie notamment au niveau du premier palier ou messieurs les inspecteurs apprécient le bon rendement et l’assiduité de la majorité de cette frange

  15. Amirouche

    L’écriture manuelle disparaitra dans quelques années , nos enfants ne connaitrons plus « el saboura et tabachire  » , les claviers et les tableaux électroniques sont l’avenir de l’école , tout en sachant que je peux me tromper sur le système d’éducation nationale des pays arabes qui pourrait peut être revenir à la plume et le buvard ……

Répondre