La Voix De Sidi Bel Abbes

« Du tunnel aux pigeons au…tunnel des facultés »par M.S. Houssine

Photo/archives VDSBA.

                                                                                                               
     Titre :  «Du tunnel aux pigeons au tunnel des facultés…»

                                   Par Houssine Mourad Salim*

—–Les habitudes ont la vie dure, dit-on, les représentations et les stéréotypes aussi !

—–John Le Carré, diplomate-espion au MI6 de Sa Majesté et célébrissime écrivain de thrillers, est aussi l’auteur du best seller « Le tunnel aux pigeons » publié le 06/10/2016 où il relate ses rencontres en tant que correspondant avec presque toutes les icônes de la planète, de l’hiver 1967 avec Sydney Pollack le réalisateur , Yasser Arafat en 1982 dans Beyrouth encerclée, une lumière du KGB Vadim Bakatine et j’en passe ! Pourquoi me diriez-vous en cette période catapulter le lectorat du côté du Tunnel aux pigeons alors que celui des facultés à Alger n’en finit pas de clignoter de ses lumières nocturnes suite à son accouchement d’un phonème venu du Rif marocain traduit/conceptualisé dans je ne sais quel laboratoire de langues dialectales… nord africain pour être médiatisé par les réseaux sociaux.dz ? Dès le début et pour le parfait bilingue que je supposais être, le morphème écrit à la main sur les premiers slogans et pancartes de la capitale était difficilement traçable si ce n’est ce feed back to les événements de l’enclave du Rif ! Le phonème repris par la presse audiovisuelle nationale sonne faux en terre algérienne où la mémoire populaire ne se rappelle que des morphèmes haraka, harka,harkis…de triste mémoire ! Aucune trace de…hirak en Algérie avant le 22 février 2019 ? L’Université algérienne devrait mobiliser en urgence des PNR en sociolinguistique et sciences de la communication, modules réhabilités il y a quelques années par une ENA vitrifiée pendant des décennies par une section diplomatique squattée par la cooptation népotique par téléphone faisant office de TD fidélité et mode opératoire .Dieu seul sait ce que l’Algérie engendra comme talentueux diplomates du terreau révolutionnaire à l’image de Chanderli ,Mohamed Seddik Benyahia , Mhamed Yazid, Messaoud Zeggar et les centaines de cadres lettrés à l’ombre d’une révolution qui eût un impact universaliste et fût un modèle théorique et opératoire pour de nombreux mouvements de libération sur les 5 continents : FNL sud vietnamien (Vietcong),Black Panthers et Black Muslims aux USA,IRA en Irlande du nord, FLOSY au Yémen, FNLA après le MPLA en Angola , ETA basque, FLNC en Corse, FLNK en Nouvelle Calédonie, FLB en Bretagne, FLNP en Provence et j’en oublie ! Loin de moi l’idée de faire dans le clivage intergénérationnel même si la problématique principale de la crise que nous vivons ces semaines au risque de perdurer encore des mois est précisément…une passation de consignes dans la gouvernance de l’Algérie du troisième millénaire, tous secteurs confondus. L’ANP et les services de sécurité n’y échappent pas même si la professionnalisation leur a imposé un rajeunissement des personnels contrairement à d’autres secteurs à la traîne…La crise n’est pas idéologique et les slogans sur les pancartes restent une signalétique révélatrice de l’originalité de ce malaise des masses très Algérien mais qui ne coïncide pas au grand dam du sorcier de Nemours aux posologies printanières arabes dont la date de péremption se terminait à Erbil (Kurdistan irakien) .De là à penser que l’herboriste au service du Mossad ait troqué son keffieh de rapatrié peshmerga contre des babouches rifaines en scrutant de la Casbah de Chefchaouen …celle d’Alger, il n’y a qu’une corrélation à faire chez nos fennecs qui ne doivent pas dormir longtemps la nuit et dont on ne connait pas de prédateur à l’espèce …

Une problématique de passation de consignes qui ne se pose pas en termes de forces en présence ou en confrontation mais en la réhabilitation urgente des modèles d’identification patrimoniaux et de l’échelle des valeurs universelles. Les programmes et applications des réseaux sociaux restent la donne qui a surpris ceux qui croyaient squatter indéfiniment l’espace public de leurs enfants et petits enfants. L’Université Algérienne ,dépolitisée du point de vue cognitif et référentiel, n’ayant pas réussi sa démocratie en son enceinte en libérant ses chaires aux jeunes enseignants post gradués ,a reproduit le schéma de gouvernance des gouvernements successifs en maintenant une gérontocratie loin de toute recherche opérationnelle in situ et très proche des réseaux sociaux programmés de l’étranger. Et là elle s’est piégée en chassant ses étudiants sur l’Agora sans programmes et sans objectifs à la limite de l’apraxie idéomotrice où le seul référent reste le mimétisme de la Toile. De là une absence de communication politique conjuguée à la non représentativité de l’opposition partisane traditionnelle n’ont fait que révéler un déficit de praxis politique au risque de voir ce formidable potentiel d’énergie juvénile se faire récupérer par les ennemis de notre pays riche avec une population pauvre dans cette mondialisation qui phagocyte ceux qui n’arrivent pas à assumer et assurer leur Indépendance .

*Ecrivain

1-Auteur du livre/essai sciences politiques « Le traquenard de Poitiers » paru aux éditions  Aparis/Edilivre juin 2016.

Lien : http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5274599

 

 

 

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=76367

Posté par le Mar 21 2019. inséré dans ACTUALITE, CE QUE DIT LA PRESSE, ÉDUCATION, SOCIETE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

1 Commentaire pour “« Du tunnel aux pigeons au…tunnel des facultés »par M.S. Houssine”

  1. Anonymous

    Ce qui importe c’est de voir le bout du tunnel avec ses facultés,ses étudiants ou ses …pigeons !

Répondre

*