La Voix De Sidi Bel Abbes

Devoir de Mémoire -Feu Roger Garaudy, Le philosophe communiste devenu musulman

En attendant une autre contribution de monsieur Senni  mohamed.Nous livrons ce devoir de mémoire ;sur  feu ROGER  GARAUDY décédé en juin passé.

Ecrivain, est auteur de quatre-vingt-cinq ouvrages, il est mort à l’âge de 99 ans


Roger Garaudy, est un philosophe communiste devenu musulman


«La voix qui chantait seule sur la colline réveille des rumeurs dans l’ombre des vallons…»

Roger Garaudy

Roger Garaudy est mort le 13 juin chez lui dans la banlieue parisienne. La faucheuse l’avait déjà provoqué en 2001, lorsqu’il a été foudroyé par une double hémorragie cérébrale le jour même où il devait inaugurer la médiathèque moderne de sa Fondation pour le dialogue des cultures à Cordoue en Espagne. Tandis que sa famille le rapatriait en France dans un état critique, il apprenait les attentats qui venaient de se produire aux USA le 11 septembre, et il en tirait le titre de son dernier livre qui était prêt, Le terrorisme occidental. Philosophe reconnu, Garaudy, qui voulait être prêtre, a eu un parcours atypique. De son enfance chrétienne, il gardera des valeurs-clefs, influant sur sa trajectoire qui bifurquera sur le communisme dont il sera l’un des porte-voix attitrés. Ses livres sont appréciés. Garaudy passera de la philosophie de la misère à la misère de la philosophie, en mettant en doute bien des certitudes. Il entame une troisième vie en embrassant la religion musulmane.

Les tenants des thèses sionistes peuvent désormais dormir sur leurs deux oreilles. Leur pourfendeur acharné le plus en vue est désormais dans l’autre monde. Garaudy aura été sans doute un homme complexe, dont le parcours sinueux a désarçonné plus d’un même parmi ses plus fidèles amis. D’ailleurs, pouvait-il en être autrement pour celui qui a déclaré que sa vie est faite de ruptures et qu’il n’en regrette aucune, car, précise-il, «aucune ne fut un reniement de ce qui la précédait, mais le dépassement d’une limite.» Parce qu’il a tenu un discours autre que celui qu’ils avaient l’habitude d’entendre, les défendeurs du sionisme politique l’ont voué aux gémonies, lynché médiatiquement et menacé même dans son intégrité physique. Peu de voix à l’époque se sont fait audibles pour venir à sa rescousse.

L’Abbé Pierre, qui a volé au secours de son ami et dénoncé le «lobby sioniste international» sur les plateaux de télévision français, en a eu pour son compte. Avant d’être évincé médiatiquement, il a été invité à se rétracter publiquement pitoyablement, la gorge nouée, les yeux embués.

Comment a-t-il pu oser ?

«J’imagine les insoutenables pressions dont il a été l’objet. Je comprends sa position face à l’armada médiatique qui est indigne de cette humiliation en direct. Mais l’Abbé Pierre restera mon ami pour l’éternité. D’ailleurs, on ne cesse de se rencontrer», déclarait Roger il y a quelques années…
La presse française s’est particulièrement déchaînée contre Garaudy qui a démonté «les mécanismes des mythes fondateurs de la politique israélienne», un livre de 260 pages, considéré comme un «brûlot», qualifié d’œuvre de Satan ou de Hitler.
Même l’humanité, le journal de référence de sa jeunesse, n’y est pas allé avec le dos de la cuillère en se réjouissant que la loi Gayssot, votée à l’époque, ait pu faire taire un homme dont pourtant l’humanisme a marqué une époque. Dans les médias, l’antisémitisme et le négationnisme sont brandis pour débusquer cet empêcheur de penser en rond.

Alors, Garaudy, qui n’a jamais considéré la philosophie, l’histoire ou la théologie comme une carrière libérale mais un combat pour l’homme contre tous les intégrismes, rappelle qu’il «a défendu Marx contre une Union soviétique et un parti qui le fossilisaient et l’excluaient en 1970, qu’il a défendu Jésus contre toute théologie de la domination, qu’il a défendu l’Islam contre l’islamisme et la trahison des princes et, enfin, les grands prophètes juifs contre le sionisme tribal».
C’est surtout son dernier livre qui a suscité la réprobation de ses contempteurs. Il y dénonce l’hérésie du sionisme politique, qui consiste à substituer à Dieu et Israël l’Etat d’Israël, «porte-avions nucléaire et insubmersible des provisoires maîtres du monde ; les Etats-Unis qui entendent s’approprier les pétroles du Moyen-Orient».

Garaudy y évoque «une mythologie plus moderne, celle de l’Etat d’Israël qui serait la réponse de Dieu à l’Holocauste», comme si Israël était le seul refuge des victimes de la barbarie de Hitler, alors qu’Yitzhak Shamir lui-même, qui offrait son alliance à Hitler jusqu’à son arrestation par les Anglais, pour collaboration avec l’ennemi et terrorisme écrit : «Contrairement à l’opinion connue, la plupart des immigrants israéliens n’étaient pas les restes survivants de l’Holocauste, mais des juifs des pays arabes, indigènes à la région (Yitzhak Shamir, Looking back, looking ahead 1987 p. 574.) Il fallait faire croire avec le mythe des six millions que «l’humanité avait assisté là au plus grand génocide de l’histoire» en oubliant 60 millions d’Indiens d’Amérique, 100 millions de Noirs, oubliant même Hiroshima et Nagazaki et les 50 millions de morts de cette Deuxième Guerre mondiale, dont 17 millions de Slaves, comme si l’hitlérisme n’avait été qu’un vaste pogrom et non un crime contre l’humanité entière. Serait-on antisémite pour dire que les juifs ont été très durement frappés, mais qu’ils ne furent pas les seuls sous prétexte que la télévision ne parle que de ces victimes mais pas des autres.

L’itinéraire communiste de Garaudy ne le préparait guère à devenir le chef de file d’une dissidence humaniste. Il était entré au parti comme on entre en religion. Sa jeunesse a été marquée par la quête religieuse. Jeune catholique, il rêvait de devenir prêtre avant de se convertir au protestanisme, à l’âge de 14 ans et d’adhérer au PCF à vingt ans. Jeune professeur de philo, repéré par Maurice Thorez en 1937, il voit sa foi vaciller en 1939 lors de la signature du pacte germano-soviétique. Mais il est mobilisé et retrouve le parti à son retour du front. Arrêté en 1940 pour propagande communiste, il est déporté en Algérie. Libéré en 1943 après le débarquement allié d’Afrique du Nord, il est réintégré comme professeur de philo et prend la responsabilité des publications du PCF en Algérie. De retour en métropole en 1945, il enseigne le marxisme stalinien et grimpe les échelons de la hiérarchie du parti. «Au début des années 1950, il venait donner des conférences à la salle Pierre Bordes sur la philosophie mais aussi sur les peuples opprimés dont le salut réside, selon lui, dans les luttes discontinues», se souvient Zahir Ihadaden alors étudiant en lettre.

Itinéraire déroutant

Il fut un universitaire apprécié. Professeur titulaire à Poitiers de 1969 à 1973, il enseignait notamment la philo : «Il donnait des cours d’esthétique, sur la danse et les arts premiers, se souvient l’un de ses anciens étudiants. A l’époque, ses cours affichaient complet. Il faisait le show, c’était brillant.» C’est à Poitiers que Roger Garaudy apprit, en mai 1970, son éviction du Parti communiste après avoir dénoncé la normalisation en Tchécoslovaquie et qualifié son premier secrétaire, Georges Marchais, de fossoyeur du PC. Il avait déjà enseigné la philosophie en 1958 au lycée Bugeaud d’Alger. Arrêté pour faits de résistance, Garaudy a été déporté en Algérie en 1940.
«On nous a envoyés à Djelfa, la porte du désert. Quelques jours après notre arrivée, nous apprenons que nous allons changer de camp, remplacés par des brigades internationales. On a vu arriver des brigades, ils ont donné le signal, et tous les copains se sont mis à chanter : ‘‘Allons au-devant de la vie’’. Le colonel est rentré dans une fureur terrible. Il appelle des soldats du Sud, des combattants algériens à qui on donne l’ordre de nous fusiller, le peloton s’installe, et le colonel hurle : ‘‘Arme au pied, épaulez, visez, feu’’ ! Mais ils n’ont pas tiré. C’était merveilleux ! Ils n’avaient aucune raison de nous aimer. Mais il est contraire à l’honneur d’un guerrier du Sud que quelqu’un qui est armé tire sur un homme désarmé. Ainsi les communistes furent sauvés par des Algériens !»

Roger Garaudy racontait qu’il avait par la suite revu l’un de ces trois hommes simplement purs qui lui avaient sauvé la vie. Exactement comme eux, Roger voua sa vie au salut in extremis d’inconnus, de ses concitoyens surtout en danger de mort spirituelle. «L’honneur d’un guerrier du Sud c’est la plus belle figure que je puisse trouver de l’Islam. Peut-être que ma venue à l’Islam était due à cette expérience», avait-il confié à la fin de sa vie. A la suite de cet événement, il rencontre en 1944, à Aflou, Cheikh Bachir El Ibrahimi alors l’un des chefs de file des oulémas.

C’est à Genève qu’il rencontre, à l’occasion d’une conférence qui se tient au début des années 1980, Salma El Farouki, avec laquelle il se marie après s’être converti à l’Islam en prenant le prénom de Raja. L’imam qui officiait la cérémonie n’était autre que l’Algérien Mahmoud Bouzouzou, également membre de la fondation Cordoue. Déroutant, il surprendra même Jean Daniel, directeur du Nouvel Observateur qui, en 1983, avait claqué la porte de la salle Atlas parce qu’il n’avait pas apprécié les «outrances» de Garaudy qui y tenait une conférence en s’en prenant vigoureusement à la politique ségréganniste d’Israël. Parmi les nombreux questionnements de Garaudy, nous avons tiré celui-ci.

«Comment j’ai embrassé l’Islam ?»

«Pour choisir une fois encore son camp, contre l’idéologie dominante des dominés, j’ai choisi l’Islam, idéologie dominante des dominés non pour en partager les nostalgies du passé où l’imitation de l’Occident, mais pour prendre parti à l’exemple des théologies de la libération. Elles sont nées en Amérique latine, en Afrique, en Asie, là où les multitudes meurent de leur misère, au rythme d’un Hiroshima, tous les deux jours, parce que le modèle de croissance de l’Occident ne cesse d’aggraver leur sous-développement, corollaire de leur dépendance.»

A un moment où l’existence de l’Islam et surtout ses perversions occupent une grande place dans la vie politique et son orchestration médiatique, il s’agit de fournir des repères à la pensée, pour porter un jugement serein sur les raisons qui firent la grandeur de l’Islam, puis sa décadence dans le passé et ses ambiguïtés dans le présent. Une religion qui représente sociologiquement le 1/5 de l’humanité. «Le problème de l’avenir de l’Islam se pose en termes très simples et très clairs : ou bien il entrera dans l’avenir à reculons, les yeux fixés sur le passé, rabâchant des commentaires et des commentaires de commentaires sur les problèmes juridiques qui se posaient au temps des Omeyades et des Abbassides, ou bien il se montrera capable de résoudre le problème d’un nouveau modèle de croissance et il reprendra son vol victorieux comme au temps où il résolvait au Ier siècle de l’Hégire les problèmes posés par la décadence des deux empires de Byzance et de Perse.»

Rien n’est plus contraire à la vision dynamique du monde, celle du Coran, que de croire avec suffisance que tous les problèmes du présent et de l’avenir ont été résolus et qu’il suffit de savoir par cœur les formules du passé pour avoir réponse à tout. Roger sera un habitué des séminaires sur la pensée islamique organisés en Algérie dans les années 1980. Roger avait cogité sur l’au-delà.
Dans son essai consacré à la pédagogie de la mort, il écrit : «Ma propre mort, c’est peut-être le rappel essentiel que mon projet n’est pas un projet individuel. C’est ainsi que la mort donne à la vie son sens le plus haut : elle exige que nous fassions des choix qui transcendent la vie, des choix qui témoignent que tel ou tel projet nous paraît préférable à la vie elle-même.»

Parcours : 

Né le 17 juillet 1913 à Marseille (Bouches-du-Rhône), mort le 13 juin 2012 en banlieue parisienne ; professeur de philosophie ; dirigeant du Parti communiste français, directeur du centre d’études et de recherches marxistes (CERM) de 1956 à 1969, exclu du PCF en 1970 ; animateur d’un «antisionisme» acharné, sénateur de la Seine (1959-1962).

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=15817

Posté par le Août 26 2012. inséré dans ACTUALITE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

66 Commentaires pour “Devoir de Mémoire -Feu Roger Garaudy, Le philosophe communiste devenu musulman”

  1. Hamidi

    La voix de sba se rattrape .Le défunt méritait ce devoir de mémoire

  2. harmel

    Un bon article pour faire davantage connaissance avec ce grand monsieur

  3. mohamed senni

    .Quand j’avais appris la mort de Roger Garaudy, j’avais publié un article paru su la presse intitulé « Trois morts en une semaine. » Je vous livre la partie qui concerne Roger Garaudy.
    Il fallait s’y attendre. Nous avons appris par le plus pur des hasards le décès du grand intellectuel, philosophe et penseur Roger Garaudy survenu le 13 juin 2012. Tous les journalistes de la presse occidentale, mus par plus charognards qu’eux, n’ont eu qu’une épithète au bout de leur plume : négationniste ! Nous y reviendrons.
    Né le 17/7/1913 à Marseille dans une famille athée, il fut protestant à 14 ans et adhéra au Parti communiste en 1933. Docteur ès lettres et agrégé de philosophie il commença par enseigner cette matière à Albi, Alger, Paris… Il eut un itinéraire jalonné par de profondes certitudes, celles de tous les instants. Est-il meilleure preuve d’harmonie avec soi-même ? Stéréotypé par une vue superficielle à laquelle certains « maîtres » du monde ont imposé l’usage de leurs seules vérités, cet itinéraire peut sembler plein de paradoxes. Il n’en est rien. Attila, Hitler, Mussolini, Pinochet, Bigeard, Bugeaud, les deux Bush et des centaines d’autres ont leurs noms dans les dictionnaires et certains continuent « d’exister » à travers nombre d’ouvrages. Lui, pas. Un intellectuel de renom, penseur et philosophe émérite, plusieurs fois député, sénateur de 1959 à 1962, Directeur de l’Institut International Pour le Dialogue des Cultures, titulaire de la Croix de Guerre 1939-1945 et de la Médaille de la Déportation et de l’Internement pour avoir apporté sa contribution dans un pays dominé par Pétain et les collaborateurs, défenseur des grandes causes universelles, qui ne fut pas convaincu par la première religion qu’il embrassa après le protestantisme pour finir dans les bras de l’Islam qu’embrassa un nombre important de ceux qui croyaient en ses idées ce qui n’était pas du goût des gardiens du temple, ses amitiés glissant de l’impérialisme du Nord vers les pays du Sud et surtout arabes, fréquentant et conseillant des figures de proue tels Khatami, Hassan Nasrallah et beaucoup d’autres, évitant comme la peste les monarchies du Golfe, un tel homme ne pouvait émarger qu’à l’opprobre des « siens ». Il fut membre du Comité Central du Parti Communiste Français en 1945 pour s’en voir exclure en 1970 pour avoir osé traiter « Gorges Marchais de fossoyeur du Parti Communiste » pour sa tiédeur lors de l’invasion de Prague par les Soviétiques.
    Le négationnisme qui lui a été collé comme des boulets aux pieds des bagnards est dû au contenu de son livre : « Les mythes fondateurs de la politique israélienne », publié à compte d’auteur en 1995. Et là le lobby juif, avec la « justice » française le prit en charge. Il fut poursuivi pour « négationnisme », défendu par Maître Vergès et soutenu, contre toute attente, par l’Abbé Pierre et le suisse Jean Ziegler, alors Rapporteur Spécial chargé des droits de l’homme auprès des Nations Unies ce qui troubla le monde des intellectuels pour lesquels les repères n’étaient pas tout à fait ce qu’ils avaient naïvement cru jusque là. A ses juges Garaudy lance : « Je défie quiconque de trouver dans mon livre un seul passage où le mot juif soit employé au sens péjoratif. On veut toujours confondre antisémitisme et antisionisme. Je combats une politique ». Dans ce livre, ce qui est véritablement reproché-et donc non avoué- à son auteur c’est son extraordinaire recherche qui lui a permis de mettre la main sur les écrits des plus grandes autorités juives qui rejettent en bloc la création d’un état juif où ils voient une incompatibilité avec l’enseignement du judaïsme. Garaudy s’en sortira avec emprisonnement avec sursis et une amende. Mais c’est l’abbé Pierre qui recevra le retour de vague…
    C’est vers la fin des années 1970 que Garaudy décida de se convertir au Christianisme. Moins d’une année plus tard, il se convertit à l’Islam. Dans la foulée de l’événement il publie « Promesses de l’Islam ». La première phrase du livre le résume. Notre frère y écrit : « L’Occident est un accident ». Dès lors, il se met dans la ligne de mire de ceux qui n’admettent pas cela surtout que l’argumentaire utilisé était difficilement attaquable.
    Restons sur cette double conversion pour apporter un témoignage. Garaudy et Si Abdelmadjid Meziane étaient de grands amis. Ensemble ils ont siégé à l’Académie Royale Marocaine. Ils se sont retrouvés très fréquemment dans les conférences internationales. C’est Meziane qui ouvrit le colloque de Salamanque, en Espagne, sur Ibn Arabi. A son retour en Algérie, il me ramena un livre dédicacé à mon nom par son ami. Et c’est là qu’il me raconta l’histoire suivante :
    « Un jour, j’ai reçu un appel téléphonique de Roger m’informant de sa décision d’embrasser le Catholicisme. Surpris, je ne dis mot durant quelques longues secondes. Roger l’ayant senti, enchaîna : « Je ne t’entends pas. » Mon silence traduisait ma surprise. Je lui dis : « Je suis un peu surpris par le fait que, venant d’une idéologie où l’aspect social est très percutant, tu optes pour une autre où justement cet aspect est inexistant. A mon humble avis il y avait une voie intermédiaire ». Il me répondit : « Mon choix est définitivement fait ». Je conclue : « Alors, mon frère, je te souhaite de trouver la sérénité voulue ». Moins d’une année après, il me rappelle pour m’inviter à assister, à Genève, à la cérémonie qui devait être dirigée par un Imam algérien devant lequel il allait faire profession de foi (Chahada). Pour le jour en question j’avais un engagement à l’Etranger. Je m’en excusais auprès de lui et lui dis : « Au Parti Communiste, tu étais mon frère, devenu Catholique tu l’es resté et, maintenant, que tu es musulman, tu ne le seras pas moins. Toutefois dis- moi, si tu le veux bien sûr, ce que sera ton slogan dans ta nouvelle religion ? Sans hésiter, il me dit : « Il faut sauver l’Islam des Saoudiens ! ». Prémonition ? Nous laissons le mot de la fin à Madame Maria Poumier :
    « Roger Garaudy : limpide dans la noirceur du siècle. »

    • Bahi

      Salem
      Merci Mr Senni pour votre contribution sur cet imminent philosophe défenseur des opprimés et grand ami de l’Algérie et des Musulmans Allah Yarhmah. Si vous le permettez j’ajouterai ce petit commentaire d’un livre visionnaire sur l’avenir de notre monde qu’il a écrit et que vous avez peut être lu. Sans changement radical de la société actuelle, il n’y aura peut être pas de 21iéme siècle prédisait en quelque sorte Roger Garaudy dans son appel aux vivants paru en 1979. Nous n’en sommes qu’au début et déjà notre monde est en crise par sa violence quotidienne, sa voracité de consommation de toute nature, la destruction de son idéologie, de sa morale etc. Les êtres humains dans leurs courses effrénées à la richesse se déshumanisent petit à petit et deviennent un peuple de machines et d’exploits techniques sans précédents créant un déséquilibre entre riches et pauvres, une dérive matérialiste qui se désintègre peu à peu jusqu’à disparaitre complètement dans le millénaire à venir si nous ne prenons pas garde que nous nous dirigeons vers une cible inconnue dont nul ne semble maitriser la trajectoire, ni la politique qui n’a que des partis pris et des politiciens désenchantés, ni la science et ses technocrates qui n’ont pas la sagesse de la foi. Visionnaire des temps modernes ou Nabi parce qu’il a été musulman, Garaudy nous révèle dans ce livre que les moyens de nous détruire ne manquent pas si nous continuons à être incapable de les maitriser et de leur assigner une mission nouvelle, car choisir le nucléaire par exemple c’est assassiner nos petits enfants en créant ce qu’il appelle « l’électro-fascisme », choisir l’économie de la consommation c’est acculer le tiers monde à l’extermination par l’échange inégal et la surexploitation de ses matières premières et enfin choisir l’idéologie du progrès coûte que coûte pour un but défini où la croissance est le Dieu caché, c’est la désintégration du tissu social dans lequel explose toutes les violences collectives ou individuelles que l’on constate actuellement. Pour mesurer et surmonter l’obstacle de la crise qui secoue le monde actuel, Roger Garaudy prend le recul de cinq mille ans d’histoire et d’un dialogue universel avec les civilisations se basant sur les plus belles visions prophétiques des hommes sur un projet politique rigoureux de nos gaspillages, de nos ressources, de nos possibilités humaines et d’une rencontre inédite de la politique et de la foi « désopiumanisée » comme il dit, traçant une nouvelle croissance humaniste en rupture totale avec les politiciens, les technocrates et les intégristes de tous bords.
      Il est encore temps de vivre conclu t-il !

  4. MIMOUN

    qui fait chasser les lecteurs du site par ses insultes?
    qui vole les commentaires des lecteurs pour les mettre en son nom?
    qui refuse les commentaires des lecteurs par haine?
    qui est le parasite et l’idiot du site?
    qui dira que ces pratiques ne relèvent pas de la maladie psychiatrique?

  5. chaib draa tani djamel

    Avec tout mon respect et mes excuses à la rédaction du VSBA au lieu d’écrire FEU ROGER GARAUDY essayez de mettre EL MARHOUM il faut eviter ce »FEU » on est musulmans avant tout

    • mohamed senni

      Cher Djamel,
      Le texte étant écrit en français, seuls les termes de cette langue sont utilisés et quand des mots sons susceptibles de ne pas être saisis par le lecteur, je mets les équivalents entre parenthèses en arabe. Feu(au féminin feue), désigne celui qui a disparu comme « regretté », donc il est utilisé pour tout humain quelle que soit son idéologie.

  6. MIMOUN

    Vous avez raison monsieur chaib draa parce que meme pour les autres religions le mot feu ne s’adapte pas bien pour les morts.

  7. Mourad

    Continuez à penser du mal des musulmans…si vous saviez tout le mal que je pense de gens comme vous, vous diriez encore plus de mal….

  8. MIMOUN

    qui est le provocateur du cite?
    BERROUITA
    qui est l’imbécile qui est entrain de salir le site?
    qui est ce con qui habite au site?
    quel est le reveur qui est de tout temps utopiste?
    qui frime d’ etre belabésien alors qu’il est un arriviste ?
    qui fait du bruit et qui est souvent triste?

  9. MIMOUN

    BERROUITA
    qui est le provocateur du cite?
    qui est l’imbécile qui est entrain de salir le site?
    qui est ce con qui habite au site?
    quel est le reveur qui est de tout temps utopiste?
    qui frime d’ etre belabésien alors qu’il est un arriviste ?
    qui fait du bruit et qui est souvent triste?

  10. MIMOUN

    Ce lecteur de la vdsba est devenu comme une brouette ( berrouita) qui fait du bruit parce qu’elle est mal graissée ne s’arrete pas de provoquer et insulter les lecteurs.Ou sont les responsables du cite et pourquoi cette complicité?

  11. MIMOUN

    je continu pour dire qu’il existe des intellectuels et pourquoi les partis choisissent des maires sans niveau universitaire pour devenir nos responsables et nous gerer dans la médiocrité.

  12. MIMOUN

    DANIEL B
    On aimerai bien que le lecteur de la vdsba ne s’éclipse pas et reste à la vdsba mais qu’il positive son comportement par de l’humour comme il fait parfois mais pas par de la provocation avec des insultes ou des remarques inutiles.
    Amicalement

  13. Hanifi K

    Roger Raja Garaudy a cultivé son culte de la liberté, et son refus de tous les déterminismes jusqu’au bout.
    Musulman reconnu, il demanda à être incinéré ce jour le 13 juin 2012 au crématarium de Chamigny -Sur-Marne. La dernière volonté de cette figure intellectuelle qui a traversé le siècle atteste de son ambition de se démarquer de la fabrication du consensus.
    Il est trés difficile de tenter de saisir l’homme et son parcours tant ils sont complexes , mais le mot de résistant doit être celui qui lui sied le mieux.
    Inscrit depuis toujours dans la voie de la militance, il ne reniera jamais les analyses marxistes pour expliquer le rapport de forces qui régissent exploitants et exploités mais prendra graduellement ses distances avec une lecture figée de l’histoire qui donnait la part trop belle au déterminisme et à la prévalence des rapports economiques comme moteur de la dynamique historique.
    Pour etayer son cheminement spirituel qui le conduisit via le catholicisme vers l’islam,il déclara:
    « J’ai choisi l’islam,l’idéologie dominante des dominés, non pas pour encourager des nostalgies du passé ou l’imitation de l’occident, mais pour prendre parti, à l’exemple de la théologie de la liberté »
    Il convient également d’accoler le vocable de résistant à ces prêtres sud-américains tombés sous les balles compradores ou fustigés par le Pape car leur combat était identique et visait à secouer le joug de la domination.
    Raja voyait dans le message egalitaire de l’islam une arme puissante actionnée par son caractère universel et fraternel et se mettant au service des dominés.
    Par un renversement de paradygme dialectique il substitua, sans le verbaliser, à la formule marxiste ‘Prolétaires de tous les pays , unissez vous! » , l’injonction :’Musulmans de tous les pays unissez vous! ».
    Il entretenait en cela, une grande complicité intellectuelle avec le grand penseur Noam Chomsky et la défense du peuple palestinien devint naturellement leur combat commun. Ils avaient en aversion l’impérium américain et les diktats du camp occidental dont la seule logique restait l’enrichissement prédateur basé sur la dépendance et le sous-développement des autres .
    Dans sa conversion à l’Islam, il a acté les limites du marxisme et en invoquant une aspiration plus profonde, plus haute, celle de la trancendance qui permet de se purifier et de s’élever par la vertu d’un message véhiculé par Un Seul Livre.
    Son islam n’était pas celui qui parade ou qui se glorifie de la boursuflure de titre princiers ou royaux, mais celui qui commandait de respecter les Gens du Livre, de dialoguer et de donner sa vie en exemple..
    Son islam n’était pas celui de l’affichage, ni celui de la religiosité ritualiste qui se transporte de bulle en bulle, et visionnaire, il avait déjà nommé l’Arabie Saoudite comme alliée de l’Impérium et recommandait avec insistance aux musulmans de ‘dé-saoudiser l’islam’. L’implantation de la base américaine de Dahran avec ses 500.000 soldats américains pour agresser l’Irak lui donnera raison.
    Il avait également prévenu de l’islamophobie et de la haine du musulman qui allaient servir d’ennemi rêvé à la chute de l’ex URSS.
    La nature ayant peur du vide,t les services ‘sécuritaires’ et l’appareil militaro-industriel peur du chomage, le musulman devint bouc émissaire parfait et parfois chair à canon vociférante lancé dans des combats douteux qu’il ne comprenait pas.
    Le cheminement spirituel personnel de Raja l’éloignait ataviquement de l’islam officiel pris en otage et/ou célébré dans des lieux de munificence obcène et mis au service de logiques politiques mesquines.
    Il était conscience du siècle et son amour du partage en fit un militant infatiguable du droit des personnes à exprimer des opinions, ce qui ne revenait pas nullement à en conclure que Garaudy partageait ces dernières.
    Il fut surtout, rapellons nous en, philososophe, c’est-à-dire engagé dans la voie de la sagesse!
    PS: Quel plaisir de lire Mr Henni!

  14. Hanifi K

    merci de lire Champigny , crématorium,obscène

  15. Un parmi d'autres

    En tant que musulman pratiquant ce monsieur qui s’ était converti au catholicisme ensuite à l’islam ne c’était jamais fait appeler par un prénom islamique ; ensuite tout musulman qui se respecte l’incinération et le suicide chez nous sont de grand Pêché donc pour moi il fut un grand philosophe mais pas un musulman stricte et puis

    • kerroum retraité

      Oui il fut trés versatile

    • mohamed senni

      Garaudy avait choisi le prénom de Rajef. Ensuite c’est le lobby juif qui a tout fait pour qu’il subisse une créamation. Relisez mon commentaire.

      • Un parmi d'autres

        Ça y est la réponse est là .A-t-on le droit incinérer quelqu.’un s’il ne la pas souhait

        • Danielle B

          si la personne n’en a jamais parlé ce qui serait étonnant car on en discute toujours plus ou moins avec la famille je pense que la personne est inhumée tout en sachant que quelques années après elle sera déterrée pour être mise dans la fosse commune si la concession du lieu où elle est n’a pas été achetée à vie

        • Un parmi d'autres

          Je continue ….
          S’il ne la pas souhaité .Donc plutôt dire que Ce fut la dernière volonté de ce philosophe de de faire incinérer.
          Que conclure sur sa chahada et puis je ne pense pas qu’il a eu droit à des obsèques digne d’un musulman et d’un linceule blanc .Mais bon Allah 3ajel est seul juge

          • Danielle B

            ah mais moi mr Un parmi d’autres je parle pour les chrétiens, pour les autres religions je ne sais pas , c’est vous qui devait me dire ce qu’il en est et je suis curieuse de savoir comment ça se passe chez vous, à part le fait que la personne doit être mise en terre 24h après son décés et être enveloppée dans un linceul blanc je n’en sais pas plus, merci de m’éclairer
            amitiés

          • frère

            Salam si un parmi d’autres
            L’islam interdit de manière formelle la momification, l’incinération, l’exposition des cadavres aux oiseaux (un rite zoroastrien) et l’abandon des cadavres ou leur inhumation sans rituel car cela équivaut à la destruction d’une création de Dieu [Coran 30:30].
            La sainteté du corps humain n’est pas diminuée par le départ de l’âme [Coran 17:70]. Ainsi, il est formellement interdit de porter atteinte à une dépouille.
            Le prophète SAWSL a dit : Le péché de casser les os d’un homme qui est mort équivaut au péché de casser les os d’un homme qui est vivant.

            Le respect de la dépouille mortelle est un devoir islamique pas de changement en la création de Dieu : voilà la religion correcte [Coran 30:30]. Un Hadith transmis par Aïcha, femme du Prophète, rapporte que celui-ci a dit :
            N’insultez jamais les morts car ils sont là où leurs œuvres devaient les amener.
            Mes salutations à si Mohamed G

            • Danielle B

              Merci frère pour ces précions
              personnellement j’ai la conviction que ceux qui meurent et qui nous étaient proches continuent à nous accompagner, il y a un proverbe qui dit
              « Le véritable tombeau des morts est le coeur des vivants »
              c’est lorsqu’on ne pense plus à eux qu’ils disparaissent pour de bon
              amitiés et bonne soirée

              • Danielle B

                j’ai voulu dire précisions et non précions
                désolée

              • frère

                Mme Danielle B
                Les juifs orthodoxes, et les Églises chrétiennes d’Orient interdisent toujours l’incinération.Mais chez les hindouistes, bouddhistes et Sikhs, l’incinération est le principal rite funéraire
                Pour conclure .je crois pouvoir dire, sans crainte , que Dieu est pour l’inhumation. Voici le texte qui me permet d’être affirmatif.
                Moïse, serviteur de l’Eternel, mourut là, dans le pays de Moab, selon l’ordre de l’Eternel. Et l’Eternel l’enterra dans la vallée, au pays de Moab, vis-à-vis de Beth-Peor. Personne n’a connu son sépulcre jusqu’à ce jour. amicalement

                • Danielle B

                  oui vous avez raison chaque religion impose à ses croyants des rites, des traditions mais comme je l’ai déjà expliqué c’est une question que chacun doit régler selon ses convictions, tout comme prier, personnellement je n’ai pas besoin d’entrer dans une église pour être une bonne chrétienne, je prie n’importe où et quand j’en ressens le besoin, je mets chez moi une bougie devant la photo de celui qui n’est plus là pour l’anniversaire de sa mort ou pour un évènement important qui m’a marquée et je prie tout comme si j’étais dans un lieu saint voilà comment je vois les choses , je pense que chacun est libre de faire comme il l’entend sauf si c’est un pratiquant pur et dur alors là il doit suivre à la lettre ce que les dirigeants religieux leur dit de faire

            • Mohamed.G...

              Bonsoir « frère »,
              Très heureux de vous lire,sincèrement vous enrichissez notre journal,sachant que j’ai comme une conviction que m’êtes très familier!!!
              L’important est que vous soyez là,tout comme j’ai constaté le retour d’une bonne partie de nos lecteurs-commentateurs-trices et bienvenu à toutes et tous!!!
              Je saisi cette occasion pour « interpeller » mon ami Kadiri Med pour la relance de BESSMA.NET.

  16. hadj dekar SD sba

    Ne faites pas mesdames ces gens sont presque identifiés.Tout se sait

  17. MIMOUN

    BERROUITA « L ‘infatigable des insultes »
    qui est celui qui taxe les musulmans de vivre dans la saleté et lui il est contre la propreté?
    qui est celui qui aiment la tranquillité pour les morts et préfère les vivants se disputer?
    qui est celui qui prend les désirs pour des vérités pour devenir un désinvolté?
    qui est celui qui aime rire pendant le jour et pleure dans l’obscurité?
    qui est celui qui fait des illusions pour se détacher de la réalité?
    qui est celui qui vit dans l’ imbécillité pour se rever dans la tranquillité?
    qui est celui qui prend le rire pour une blessure pour s’éloigner toujours de la familliarité?

    cher lecteur je vous aime comme un frère et le journal est notre point de rencontre ou on doit se distraire , s’amuser et rire sans que les uns touchent à l’amour propre des autres On vous demande pas la lune mais de faire des efforts pour éviter d’insulter personne .Je vous demande de m’excuser parce que je suis un tfaichi qui aime vivre dans la joie que dans la tristesse.
    Avec toutes mes salutations amicales.

  18. MIMOUN

    lecteur de la vdsba salam
    cher lecteur je vous aime comme un frère et le journal est notre point de rencontre ou on doit se distraire , s’amuser et rire sans que les uns touchent à l’amour propre des autres On vous demande pas la lune mais de faire des efforts pour éviter d’insulter personne .Je vous demande de m’excuser parce que je suis un tfaichi qui aime vivre dans la joie que dans la tristesse et surtout ne me prenez pas pour un faible en vous demandant des excuses.
    Pour rester ami je vous prie de ne pas me faire la moindre remarque sur mes commentares meme s’ils ne s’adaptent pas à vos idées que je respecte On se querelle uniquement à cause des remarques fortuites.
    Avec toutes mes salutations amicales.

  19. Un parmi d'autres

    Quelle promptitude à la question que bien de me posér madme Danièlle B ,et je vous en remercie infiniment en tant que pratiquant, je voulais donner la réponse à Danielle B sur notre rite d’inhumation et vous l’avait fait aVec des extraits de sourates et versets de notre Saint Quran.Merci donc madame Danielle B devrait être satisfaite

    • frère

      Il n’y a aucun problème si un parmi d’autres, nous musulmans notre devoir c’est d’informer nos frères avec le peu de connaissance en notre possession.
      Et DIEU nous récompensera.

    • Danielle B

      je suis trés satisfaite mr un parmi d’autres merci
      bonne soirée à vous et amitiés

  20. Dekkiche de Paris

    le débat est bien riche ; la voix desba un bon support médiatique qui fait dans l’instantané et ceci est une bonne percée surtout que des intellectuels comme si Senni m réponde.C’est une bonne chose.

  21. MIMOUN

    RAS salam
    Evitez la provocation de si lecteur comme vous dites car c’est moi le premier qui a commencé à prendre la chita Allah yahdik khalina tranquille.

  22. Biladouna

    Me trouvant fort loin de l’Algérie lors du décès de ma mère, j’avais demandé à Si Boubekeur de dire une prière pour elle le vendredi suivant sa disparition et je lui en serai eternellement reconnaissant.
    Lorsque j’ai pu enfin me recueillir sur sa tombe, je fus accueilli par le champ des oiseaux, la luminosité printanière et la vue de sa tombe en hauteur, à l’ombre d’arbres vigoureux me remplit de joie, effaçant toute tristesse. Selon sa dernière volonté, elle reposait à proximité de sa soeur, pour toujours.
    Je regrette tellement que ce n’est qu’en hommage à nos morts que nous révélons le meilleur de ce notre culture généreuse a à offrir.
    Le rapport des musulmans à la mort et le réconfort des versets du Coran m’arriment à cette religion de manière charnelle.

  23. frère

    Salam
    Je m’adresse à mes frères Mimoun et le lecteur de la VDSBA
    Si on a fait une mauvaise action envers un musulman, on doit demander pardon et aussi de tout faire pour se réconcilier avec lui.
    La première chose à faire est de reconnaître ses torts sans chercher à nier.
    De plus, la limite d’une dispute entre 2 personnes de confession musulmane est de 3 jours. Au-délà de ces 3 jours, on devra rendre des comptes au jour de la résurrection, à moins que l’autre personne refuse de pardonner et qu’on a fait tout dans les règles de l’Islam pour se faire pardonner auprès d’elle.
    On peut aussi lui montrer qu’on l’aime en Dieu (fi Allah) par des petits gestes simples. Ca ne pourra que toucher ce musulman qui ne pourra rester insensible. En tout cas, on doit apprendre de son erreur, et adopter un meilleur comportement.
    Si on arrive pas à se réconcilier et qu’on a reconnu ses torts et qu’on s’est excusé, alors on a fait ce qu’on devait faire et c’est tant pis pour l’autre personne car elle avait les moyens de pardonner mais ne l’a pas fait. Elle aura des comptes à rendre le jour de le résurrection.
    De grâce réconciliez vous, pour que Dieu vous accorde son pardon.
    Mes amitiés à toute l’équipe de BESSMA. NET.

  24. Un parmi d'autres

    Cherche âme charitable en partance pour Sidi Bel-Abbès à partir d’orly pour très petit service (documents sous enveloppe)prière me contacter (06 37 11 32 56)avec mes remerciements .

  25. MIMOUN

    frère salam
    Avec tous mes remerciements ainsi que mes salutations amicales.

  26. Mr arbi zazou sl sba

    Un trés beau texte si on trouve mieux faites nous signe sue les colonnes de ce journal.le débat ne sera que profitable

  27. Alain

    Sur http://rogergaraudy.blogspot.com des documents, des textes de Garaudy et des commentaires de divers auteurs…

Répondre