La Voix De Sidi Bel Abbes

Deux B.B qu’on refuse de laisser grandir ! par notre ami Tewfik Adda Boudjelal

 

                   

 

 

 

                     

                      La ville de Sidi bel abbés compte à son actif, deux festivals de renom. L’un est national et  l’autre  international. Il s’agit du festival National de la chanson Rai et du festival international de la danse populaire. Mais ce qui  laisse pantois les plus avertis, c’est le  constat amer  d’un désintéressement total de tous les acteurs concernés de la ville .Comme si, Bel-abbés était devenue subitement une ville de manchots. Le festival international de la danse populaire existe depuis pratiquement huit années. Mais malheureusement depuis 2008, ce dernier, continue de sombrer dans les abysses. De l’avis même, des spécialistes du domaine d’outre mer, l’édition de 2007 fut une réussite sur tous les plans, avec toutes fois quelques petites imperfections qui furent amorties par ce qui a été réussi de plus important. Les personnes en charge de ce « précieux » événement -qui continuent de l’administrer  à distance-  aurait du s’appuyer  sur le bilan moral de l’exercice de 2007 pour avancer sereinement et réussir à le développer d’avantage, tout en lui donnant  la dimension qui  est sienne. Surtout que les moyens financiers, mi sur la table ces dernières années par le ministère de la culture, ainsi que les contributions locales, sponsors et autres  permettent aisément de réaliser des projets de grandes envergures au lieu de continuer de réaliser ce festival –en marge de la ville propriétaire de l’événement – qui donne l’impression d’être une promenade de santé pour les participants et une corvée « sonnante.. «  Pour ceux qui détiennent les manettes. Car le festival international de la danse populaire est, en lui-même, un projet générateur de richesse tant sur le plan événementiel, artistique, échange culturel, touristique, artisanal, des  services etc..

                      Avec une longitivité  pareille, on aurait du, il y’a fort longtemps, réussir  à fédérer toutes les associations folkloriques du pays autour d’un organisme à l’image de l’européen « CIOF » ou  du Russe « IOF ». L’instance nationale aura pour noble mission, d’abord de veiller au respect d’un cahier des charges spécifique et rigoureux, pour  garantir les acquis de cet art, qui  en fait, est l’identité  de tout un peuple. Obliger les associations à  se doter d’une école de formation à même d’assurer  une pérennité à cet art ancestral. Un grand  débat s’impose alors, car le sujet est d’importance capitale. 

                      Quant au festival de la chanson rai, ce dernier,  s’apparente plutôt à un festival « Rai-centre «  que national, ou l’on n’hésite pas à glisser dans le programme des styles de musique divers  sans gêne aucune .En plus, on assiste impuissants depuis l’édition de 2009 à une main mise  venue d’ailleurs, sur cet événement qui encore une fois, faut-il le souligner est « propriété de la ville ».Nos voisins immédiats, ont  réussi le pari de  surclasser notre festival, grâce à  un investissement habile de leur part, qui  consiste à former leurs jeunes Rai-men à l’hombre de nos stars internationales. Et ne soyons pas étonnés qu’un jour ,ce qui se murmure à voix basse, soit revendiqué ouvertement, à savoir la propriété du style « Rai ».Alors que chez-nous, on continue d’être  logés à l’enseigne des partisans du moindre effort .Et  même, pour faire  bonne figure ,avec la nouvelle acquisition high-tech « son et lumière » , on continue de patauger dans un amateurisme sans commune mesure .Car  on a oublié ,  parait-il , d’exiger du fournisseur, d’assurer  une formation aux  techniciens locaux pour faire tourner la machine . Alors n’attendons pas que la Chine s’éveille, puisque là, il  s’agit plutôt, des « concernés «   locataires du petit Paris de se réveiller et de récupérer  leurs bijoux de famille.Ces deux événements culturels, constituent une véritable aubaine pour l’essor de toute une wilaya,  pour peu qu’on daigne enfin s’occuper  sérieusement. Car nous sommes en passe de détenir la palme d’or de citoyens contemplatifs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=25237

Posté par le Avr 7 2013. inséré dans ACTUALITE, CULTURE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

35 Commentaires pour “Deux B.B qu’on refuse de laisser grandir ! par notre ami Tewfik Adda Boudjelal”

  1. fenane

    Tu vas déranger cet ordre presque établi ou le donnant donnant est un ,mode opératoire sur notre mekerra trop hospitaliere.

  2. ghosne

    En 2014, la ville de la Culture Arabe sera CONSTANTINE. SALAM

  3. kerroucha

    Constantine oui cela est vrai mais on pourra nous aussi bouger

  4. badissie

    le festival du rai largué par oran parachutée a bel abbés , depuis quand les chansons de rémetti sont devenue un art !!!!! aider les associations comme amel fi el hayet , des concours de la science et la recherche , des musiques propres , des concours dans la religion et le CORAN ALLAH YAHDINA .

  5. a.dennoun

    @BADISSI
    Vivre et ne pas laissez vivre devrait etre votre slogan.
    Je prie Allah pour vous.
    A.D

  6. ghosne

    Dans une interview sur eldjazairia, une question a été posée à cheb sahraoui
    comment faites vous pour rester jeune? il a répondu beaucoup de sport, pas d’alcool etc…. il est mince , jeune en très bonne santé, vif et léger à la détente et il a un niveau bachelier, il s’exprime très bien en arabe et en français « Ce n’est pas la bataille » comme certains le bisness dans nimporte quoi! il faut comprendre que certaines vulgarités ne sont plus acceptées dans notre société.
    Sidi bel abbes est une ville pour la recherche scientifique, agronomie,vétérinaire etc…..salem

  7. Arras

    Les légitimes préoccupations soulevée trouveront solutions avec les lecteurs du journal cela viendra ce qui est bien est de poser cette problématique qui murira.

  8. Arras

    Les légitimes préoccupations soulevées trouveront solutions avec les lecteurs du journal cela viendra ce qui est bien est de poser cette problématique qui murira.

  9. badissie

    laisser moi vous respecter monsieur dennoun , le festival du rai était a oran , le wali a expulser ce festival d’oran , remplacer par le festival de la chanson oranaise plus propre , je respecte le rai propre de raina rai de houari benchenet , mais chaba ou plutot cheb abdou ,alors la ces dégelasse , vous avez a bel abbés le festival du théatre qui commence demain , ça c’est l’art , alors monsieur prier pour vous ,et nettoyer votre ville comme dit monsieur FRIC avant d’amener des étranger danser au frais du contribuable , alors que des gens meurent de faim , alors que vous monsieur dennoun prie et danse pour moi sur les aires de la chanson jatni a minuit , ALLAH YAHDINA

  10. kerroum retraité

    Mr Adda B .T essayons de bien s’organiser dans ce jpurnal pour poser les problémes de ces intrus qui viennent gérer ces manifestations.

  11. tewfik adda boudjelal

    L’article parle des deux festivals culturels de la ville de Sidi bel abbés. Le sujet est d’importance capital et qui mérite réflexion .Des articles de référence , abordés sur VSBA, doivent faire l’objet de débat et de concertation dans le respect le plus total .Car c’est la seule façon de dépasser l’ère des constats et aller enfin vers des solutions claires , nettes et objectives .Et là on aura fait un grand pas vers la reconstruction de notre cité dont nous sommes tous jaloux.
    je voudrais, toutes fois que les querelles de clochers cessent car ils n’apportent que désolation et anéantissent toutes tentatives bienveillantes .je souhaiterais enfin que nos ami(es) « intervenants « se décident enfin à signer leurs commentaires de leurs vrais noms et prénoms, car faut-il le rappeler, le premier héritage dans la vie de l’être humain est son identité, que généralement tout le monde porte avec fierté, et là aussi on aura fait un grand pas vers la maturité. Et concernant les nouvelles urgentes, au lieu de les poster sous forme de commentaire sous les articles, il serait préférable de les adresser directement à la rédaction qui se chargera « après vérification » de les passer en boucle pour que tout un chacun puisse en prendre connaissance et surtout pour éviter de dévier les débats de leur trajectoire .Merci .

  12. badissie

    notre identité monsieur adda boudjellal , a bel abbés c’est la poésie populaire comme mostefa benbrahim , les chanteurs comme hadj saim ALLAH yerhmou , le théatre , le rai de raina rai , ect et non le rai des cabarets , en plus ont donne nos avis avec respect et politesse et l’air de la censure et dépasser monsieur adda boudjellal ,

    • tewfik adda boudjelal

      Badissie, je me suis hasarder un peu sur vos différents commentaires concernant des articles divers, et là, je me suis fait une petite idée sur votre cas. Vous donnez l’impression de douter de vos réponses -d’ailleurs qui ne tiennent pas la route – au point de cacher maladroitement votre identité. Vous vous arrangez toujours pour vous mettre en porte-à-faux par rapport à la réalité du terrain en plus vous donnez le sentiment que le temps s’est figé sur une période donné de votre vie au point que les sujets brulants concernant « notre ville » soient relégués au second plan alors qu’il y’a le feu en la demeure. Ayez le courage de sortir au soleil car le printemps est déjà là, depuis qq jours déjà… Sans rancune aucune.

  13. la solution

    mr adda boudjellal toufik doit s occuper de ce qui se passe du cote de sig ou d el gaada thank s

  14. Fethi

    ce badisie et autres profitent de la liberté d »écrire du forum mais la bonne graine existe elle s »appelle lecteur identifié non écran éteint ..sachez mr tewfik que le site est bien lul’ai cnfirmé dans la cérémonie du 2iem anniverssaire ce jiour j’ai compris que les articles comme le votre ont leur portée ..ce jour au versailles moi j’ai compris l’importance de la presse électronique

  15. badissie

    monsieur adda boudjellal j’ai donner mon avis sur identité culturelle de notre ville je vous ai pas insulter , je suis contre ce festival du rai vulgaire largué par oran , c »est mon avis et je suis libre , vous avez pas le droit de me juger car j’ai pas les meme idées que vous , vous chercher mon identité ? ça vous regarde pas ,la critique quand elle est sans insulte elle peut etre bénéfique pour vos prochain articles , a propos vous faite toujours des gateaux , car j’ai manger vos gateaux ils étais délicieux ,

    • tewfik adda boudjelal

      Comme vous gardez un bon souvenir de mes gâteaux, je vous propose alors, un café pour vous éclairer si vous le souhaitez, bien sur, sur le sujet que j’ai abordé, car il est d’importance capital et méconnu du grand public. Et je suis prêt aussi, à débattre avec vous de tous les autres sujets qui intéressent notre ville.

    • Mohamed Benazzi

      Savez-vous Monsieur Badissie,que la 1ère édition du festival du Rai a eu lieu a SBA en 1999 avec le concours du groupe Raina Rai, qui grace a un certain Mr CHIKHI qui vit en France a réussi a organiser le fameux Festival de Bobygnie! dans les années 90 ou Le Groupe R.Rai avait ouvert le balle … Plusieures années plus tard le Festival du Rai qui est né A Sidi.Bel.Abbes ,s’est vu expatrié de son berçeau pour émigrer malgré lui a la ,capitale de l’Ouest -Oran- . Les artistes Belabesiens se sont plains,leurs paroles furent non entendues,et ce n’est qu’en 2005 (je crois….) que le festival du rai a été rapatrié chez lui grace-il faut le dire!- a Madame la directrice de la culture Mankour Hlima. Et le Festval du Raidan,s l’édition qui a suivie son rapatriement a SBA a été boycotté par les chanteurs Oranais ,car ces derniers savaient bien apprécier la valeur au sens large du terme ,les avantages culturels,artistiques etc…d’un festival National ! Et c’est dans le but de camer les esprits des oranais qu fut créer le festival de la chanson Oranaise ! Et ce n’est ni le Wali d’oran et encore moins les Oranais qui sont a l’origene de ce soit disant rejet ! Amicalement cher Badissie

  16. sakara toulouse

    vive adda boudjelal

  17. hakem

    sakara le dit viva benbella et moi je suis fier de Tewfik Tu arriveras

  18. FRIC

    C’est vrai les ADDA BOUDJELLAH ,sont mes amis ,très cultivés ,des nobles ,mon meilleur ami est TAYEB ,un homme extraordinaire de gentillesse ,d’une très haute intelligence …..TEWFIK ,un homme plein de talent ,doué d’une volonté positive à tous les niveaux ,voulant élever la culture algérienne au niveau qu »elle mérite ….

  19. FRIC

    Pardon ;;;;;;ADDA BOUDJELAL……..mes yeux fatiguent

  20. BADISSIE

    Bonsoir monsieur Adda Boudjellal hier j’étais fatigué, j’étais énervé lorsque vous dite ;je me suis fait une petite idée sur votre cas .pour moi c’est une insulte mais avec diplomatie , alors que moi je vous respecte et j’étais client dans votre patisserie que je regrette ça fermeture car c’étais la meilleurs a bel abbés , en qualité, hygiène , et le magasin très beaux si c’étais a oran vous auriez fait fortune , en plus j’ai vue a la télé votre émission avec votre groupe genre raina rai ,c’étais au bord de mer ça c’est du rai propre et bélabésien ,alord mr adda je vous respecte j’ai seulement donner mon avis car j’aime pas le rai des cabarets , et j’aime pas qu’on largue des musiques sale dans notre ville , alors le jour ou je vous rencontre vous serez surpris incha ALLAH, pour le pseudo c’est un choix , mais vous aller connaitre mon identité prochainement , pour les sujet de notre ville j’aime bien connaitre la cause du manque du carburant , ni la radio local ne parle ni naftal , c’est honteux pour un pays producteur de petrol , mes amitiés et sans rancune .

    • tewfik adda boudjelal

      Mr Badissie, je vous informe que je ne suis pas journaliste mais plutôt ingénieur en génie civil de formation. La rigueur dans les choses est mon leitmotiv.
      Quand j’aborde un sujet via un article de presse, c’est d’abord pour éclairer le lectorat local, ensuite
      Pour enclencher un débat fructueux avec à la clef des solutions idoines .Car je vous rappelle que ces dernières ne peuvent venir que, de la part des enfants de la ville et non pas des politiciens de passage. Je ne sais pas si vous l’avez remarqué mais, j’interviens très rarement dans les débats sauf si j’ai une idée novatrice à apporter.
      Ce ci dit je respecte et partage pleinement votre point de vue concernant le « rai des cabarets « comme vous ne cessez de le souligner.
      Et comme je suis à la tête d’une agence événementielle et de communication, et en l’absence du statut de l’artiste, je porte à votre connaissance, que je planche depuis un bon moment sur un projet de gestion de la carrière des jeunes mélomanes.
      Ces derniers seront encadrés par une équipe de professionnels, avec compositeur, arrangeur, musiciens, paroliers etc. afin de rehausser le niveau et permettre à cette musique un essor qualitatif -qui à déjà commencer – grâce à nos stars internationales. Et ne perdons pas de vue le fameux festival de la danse populaire dont le budget est plusieurs fois multiplié par rapport à l’orphelin festival de RAI.
      Ceci dit vous n’avez pas encore accepté ma proposition de prendre un café en commun…car je vous informe que je suis très fairplay de par mon éducation.

  21. BADISSIE

    bonsoir monsieur adda , je sais que vous ete ingénieur génie civil de l’école ancienne qui étais la meilleurs vous avez eu votre bac au temps des 15 a 25 pour cent les vraies bac pas comme aujourd’hui 65 pour cent !!!!!!!!!, ou puis-je vous joindre ? a propos ont souhaite avoir vos commentaires dans chaque articles , car avec vous le débat devient un plaisir ,pour les solutions pour notre ville une fois j’ai proposer un téléton exemple VDSBA ET RADIO LOCAL pour aides l’association AMEL FI HAYAT personne n’as donner son avis . mes amitiés

  22. pécos

    Normalement chaque pays doit se contenter de ce qu’il possède et ne pas voler son voisin :le maroc ne donne que du poison ,c’est un voisin de mauvaise qualité.pourtant le roi vit dans des palais fastes: il doit cesser de mendier et vendre ses palais pour nourrir son peuple qui est dans la misère : une monarchie n’est jamais une bonne gouvernance, surtout ce royaume qui a usurpé le maroc. le maroc est colonisé par la monarchie de cette famille alaouite venue du désert et qui continue à vivre aux dépends du peuple marocain qui se laisse faire comme un mouton.même la petite tunisie s’est réveillée et a fait sa grande révolution, sauf ce peuple docile du maroc qui se laisse faire comme un peuple cocu…..normalement ce peuple ne mérite pas sa part de soleil avec les msirdis qui sont complices et qui pillent l’algérie pour envoyer des richesses algérienness vers ce royaume pro-sioniste et anti-arabe…

  23. BADISSIE

    merci monsieur benazzi pour l’information , mais entre nous peut-on aller en famille aux soirée de ce festival??? je parle pas de raina rai ou de houari benchenet, mais les autres et vous les connaissez , amicalement en espérant vous relire .

  24. tewfik adda boudjelal

    Avril 2007 à la salle El-Mouggar d’Alger, le groupe Raina-rai, à sa tête Lotfi Attar, clôture la semaine culturelle Bélabésienne entrant dans le cadre d’Alger capitale de la culture Arabe.
    Assistance timide moins d’une soixantaine de personnes .Au premier rang, assis, « L’wazira «, le wali de l’époque et l’ex directrice de la culture de bel-abbés .Vers la fin du gala, Lotfi clôture son programme avec l’éternelle « Zina » et Khalida applaudissait debout .Et vers la fin du spectacle , les trois premiers assis du premier rang , sont montés sur scène .Et là l’wazira se tourne vers Lotfi et lui demande « Lotfi que penses tu si on transfère le festival de RAI sur Bel abbés ? » Lotfi dit « oui pourquoi pas ? «, elle se retourne alors vers le wali , même question « avec les yeux « il acquiesce d’un hochement de tête «.
    Alors aussitôt dit aussitôt fait .Cela ne s’est pas fait en un claquement de doigts mais plutôt muri depuis fort longtemps puisque l’institution qui gérait ce festival à Oran, échappait à l’emprise du ministère de la culture d’où son implosion de l’intérieur …
    Arrive donc, à Bel-abbés, le festival l’année suivante c’est-à-dire en 2008 .La directrice de la culture de l’époque se retrouve alors, avec deux casquettes l’une pour la danse populaire et l’autre pour le rai.
    En 2009, et à une semaine de l’ouverture du festival, arrive un nouveau commissaire d’Alger en la personne d’Akloul .S’en suit alors un véritable bras de fer entre le nouveau et l’ex commissaire pour les rennes de cet événement tant convoité.
    2010 et 2011 l’ex directrice reprend la main. 2012 à ce jour, c’est l’actuel directeur de la culture de la wilaya qui se retrouve à la tête du commissariat.
    Mais le comble dans toute cette histoire, c’est l’instabilité des commissaires à la tête de ce festival.
    Est-ce que c’est voulu ? En tous les cas, les plus avertis, savent qu’on l’appauvrit sciemment, d’année en année comme si on voulait encore une fois lui faire continuer sa transhumance.

  25. a.dennoun

    mr Badissie cherche la perfection qui lui sied, aucune chance,desole. C’est a prendre ou a laisser.
    De la part de son oncle Sam,
    A.D

  26. BADISSIE

    mr dennoun je serais ravie si vous me laisser tranquille , car le dialogue avec vous devient impossible ,oncle sam

  27. DEKKICHE DE PARIS

    adda boudjellal est un brave garcon, assistons le

  28. BADISSIE

    vous avez raison monsieur DEKKICHE , vous connaissez Dekkiche abdelkader et son frère amine c’étais mes voisins c’est des types formidables , la famille dekkiche est l’une des famille noble de bel abbés.

Répondre