La Voix De Sidi Bel Abbes

Des responsables du RND lancent un mouvement de reconstruction : Après Belkhadem au FLN, Ouyahia ciblé par une fronde au RND.

Après le FLN, la contestation gagne le RND. Les opposants à Ahmed Ouyahia s’organisent pour préparer un congrès extraordinaire. Objectif : élire un nouveau secrétaire général à la place d’Ouyahia et chasser l’actuelle direction. Le noyau chargé de diriger  ce « mouvement de reconstruction » a été  installé ce mardi 22 mai. À sa tête, des membres fondateurs, comme Nouria Hafsi et Tayeb Behacir, des sénateurs, comme Kamel Belkhir et Abelmalek Chenini. Le tout puissant maire d’Alger, Tayeb Zitouni,  le membre de bureau national Bekhiri Hamid  ainsi que Zohra Flici, présidente de l’Association nationale des victimes du terrorisme, se sont joints au mouvement.

La prochaine étape de ce « mouvement de reconstruction », selon Mme Hafsi, que nous avons jointe par téléphone, consiste à rassembler la signature des deux tiers des membres du Conseil national (environ 120 membres) afin de convoquer un conseil extraordinaire du parti. « Après le coup de force  avorté du Conseil national en 2002 qui a failli éjecter  Ouyahia hors du parti, ce dernier a changé  les statuts et désormais, seul un congrès extraordinaire est  en mesure de destituer le chef », précise notre interlocutrice.

« Ce n’est pas une  chose facile », reconnaît-elle. Mais les initiateurs du mouvement de reconstruction veulent prendre leur temps. « Notre objectif étant d’élargir l’éventail d’adhésion à ce mouvement à tous les militants : élus, membres du CN, membres du Bureau national, les fondateurs du RND, les associations de masse qui travaillent sous la coupe du parti… » Comprendre : les   « redresseurs » du RND veulent  un soulèvement contre l’actuelle direction.

Après le FLN, la contestation gagne le RND. Les opposants à Ahmed Ouyahia s’organisent pour préparer un congrès extraordinaire. Objectif : élire un nouveau secrétaire général à la place d’Ouyahia et chasser l’actuelle direction. Le noyau chargé de diriger  ce « mouvement de reconstruction » a été  installé ce mardi 22 mai. À sa tête, des membres fondateurs, comme Nouria Hafsi et Tayeb Behacir, des sénateurs, comme Kamel Belkhir et Abelmalek Chenini. Le tout puissant maire d’Alger, Tayeb Zitouni,  le membre de bureau national Bekhiri Hamid  ainsi que Zohra Flici, présidente de l’Association nationale des victimes du terrorisme, se sont joints au mouvement.


La prochaine étape de ce « mouvement de reconstruction », selon Mme Hafsi, que nous avons jointe par téléphone, consiste à rassembler la signature des deux tiers des membres du Conseil national (environ 120 membres) afin de convoquer un conseil extraordinaire du parti. « Après le coup de force  avorté du Conseil national en 2002 qui a failli éjecter  Ouyahia hors du parti, ce dernier a changé  les statuts et désormais, seul un congrès extraordinaire est  en mesure de destituer le chef », précise notre interlocutrice.

« Ce n’est pas une  chose facile », reconnaît-elle. Mais les initiateurs du mouvement de reconstruction veulent prendre leur temps. « Notre objectif étant d’élargir l’éventail d’adhésion à ce mouvement à tous les militants : élus, membres du CN, membres du Bureau national, les fondateurs du RND, les associations de masse qui travaillent sous la coupe du parti… » Comprendre : les   « redresseurs » du RND veulent  un soulèvement contre l’actuelle direction.

URL courte: http://lavoixdesidibelabbes.info/?p=13552

Posté par le Mai 23 2012. inséré dans ACTUALITE, ALGERIE. Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0. Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

6 Commentaires pour “Des responsables du RND lancent un mouvement de reconstruction : Après Belkhadem au FLN, Ouyahia ciblé par une fronde au RND.”

  1. messafer ftsba

    la protesta verra un rapide ettouffement

  2. MIMOUN

    IL est temps que la démocratie se met en marche dans notre pays en commençant par le changement des tetes des responsables de l »ensemble des partis.Apres chaque élection législative de l »assemblée nationale il est préférable que les partis se réunissent avec leurs propres militants pour élire ou reconduire leur secrétaire général.Le mandat d’un secrétaire général ne doit pas dépasser deux mandats au maximum ou une durée totale de dix années.Actuellement ceux sont ces responsables de partis qui représentent un frein pour notre démocratie. Le président de la république s’est intervenu dans son discours de Sétif pour rappeler ces responsables à un changement IL faut comprendre que les nouveaux redresseurs que ce soit du FLN du RND du PT du MSP ou autres veulent des soulèvements protestataires contre leurs directions actuelles dans le but d’accéder à un changement de leurs responsables. On attend avec impatience ces nouveaux mouvements de reconstruction pour le changement de leur direction et en voie de conséquence le changement positif de la démocratie.

  3. observateur

    Nous vivons le boumedienisme des temps modernes, orné d’un semblant de démocratie, tous les premiers ministres algériens ont été des lièvres et n’ont aucune possibilité d’accéder à la magistrature suprême, qu’ils soient du FLN, du RND ou tout autre parti.

  4. kerroum retraité

    Pour ouyahia celui la est le protégé du systéme

  5. Saladin Waghef

    Cinq ministres démissionnent du gouvernement, Ils ont préféré l’APN…..
    Les cinq ministres : Amar Tou (des transports), Tayeb Louh (du travail), Rachid Harroubia (de l’enseignement supérieur), Amar Ghoul (des travaux publics) et Cherif Rahmani (l’environnement et l’aménagement du territoire), ont déposé, ce jeudi 24 mai 2012, leur démission du gouvernement. L’annonce officielle, selon des sources sûres, devrait être annoncée en fin de journée.

    Ainsi ces cinq ministres ont fait le choix de quitter le gouvernement et ainsi de siéger à l’APN. En effet, Amar Tou, Tayeb Louh, Rachid Harroubia, Amar Ghoul et Cherif Rahmani, ont tous été élus lors des dernières élections législatives. Une situation qui les obliger à choisir entre les deux . Selon l’article 3 de la loi organique du 12 janvier 2012 fixant les cas d’incompatibilité avec le mandat parlementaire, il y est énoncé qu’ . Demandes

    Ils devaient prendre la décision avant ce samedi 26 mai, date annoncée pour l’installation de la nouvelle Assemblée populaire nationale.

    Sur les cinq, il est à noter que trois appartiennent au FLN : Amar Tou, Tayeb Louh, Rachid Harroubia. Les deux autres, Amar Ghoul et Cherif Rahmani, sont membres, respectivement, du MSP et du RND. Lors des élections législatives chacun d’eux s’est dans sa circonscription. Demandes

    Amar Tou a conduit la liste FLN à Sidi Belabbès et au résultat : huit sièges sur huit possibles. Même pour Tayeb Louh à Tlemcen (huit sur huit). Rachid Harroubia a conduit la liste FLN à Souk Ahras et il a pu gagner trois sièges (sur six). Pour Amar Ghoul, le résultat était aussi impressionnant. Demandes

    Le ministre des travaux publics était à la tête de la liste de l’Alliance pour l’Algérie Verte à Alger et il s’est classé premier. Amar Ghoul a pu obtenir treize sièges sur les 37 de la capitale. Les autres sièges ont été gagnés par le FLN (10), le PT (07), le FFS (4) et le RND (3). De son côté Cherif Rahmani a réalisé le meilleur score du RND dans une seule circonscription. Il a gagné sept sièges à Djelfa.

  6. Mustapha T (SBA)

    Qu’ils démissonnent ou pas , qu’est-ce que ça peut faire au petit peuple ?

Répondre